Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société des voisins

 | 
Bernard Haumont
, 
Alain Morel

II. Les incertitudes de la résidentialisation

Entre paradoxale transparence et impossible entre-soi. Les espaces collectifs de la cité Beaumarchais (Montreuil)

Claire Lévy-Vroelant, Brigitte Dussart et Jean-Pierre Frey

Texte intégral

  • 1 Voir Nicolas Golovtchenko, article « Résidentialisation » in Dictionnaire de l’habitat et du logeme (...)

1La « résidentialisation », néologisme qui a émergé dans le champ du logement social au début des années 1990, est une procédure qui vise à lutter contre les phénomènes de dévalorisation sociale. Cependant, contrairement aux opérations traditionnelles de réhabilitation, il ne s’agit plus de rénover les façades, mais de transformer radicalement la structure spatiale. Par un effet mécanique d’entraînement souhaité, c’est une véritable requalification sociale des grands ensembles d’habitat social qui est visée. Le processus comprend en général trois étapes : en premier lieu, un diagnostic physique et social atteste l’existence de dysfonctionnements divers, souvent ramenés au vocable d’« incivilités » ; ensuite, un projet est conçu autour d’une nouvelle articulation entre espaces publics et espaces privés et de la réorganisation des circulations dans une optique de fermeture ; à la fin du processus, une réappropriation de l’espace de la résidence par les habitants est escomptée1. Reste à confronter les objectifs et les réalisations, et à comprendre ce qui se joue dans ce nouveau dispositif partenarial aussi bien pour les décideurs que pour les habitants.

  • 2 La convention est établie en application de la circulaire du 6 juillet 1999 relative à l’utilisatio (...)
  • 3 Voir Christine Lelévrier, article « Gestion urbaine de proximité », in Dictionnaire de l’habitat et (...)

2L’opération en cours dans la cité Beaumarchais offre un terrain d’investigation particulièrement intéressant pour l’observation de ces processus. Une convention tripartite (État-Ville-bailleur) de gestion urbaine de proximité a été signée le 5 juillet 2001 entre le maire de Montreuil, le président de la Montreuilloise d’habitation et le préfet de Seine-Saint-Denis, convention qui engage les parties sur un projet de résidentialisation2. Quelle est la spécificité de ce mode d’intervention ? La nouveauté de cette « gestion urbaine de proximité » tient à l’attention portée aux espaces collectifs et aux coopérations villes-logeurs. Les actions décidées s’inscrivent dans la démarche du développement social : il s’agit de mobiliser l’ensemble des acteurs, d’y raccrocher de l’insertion, de responsabiliser les habitants et de les associer3. D’emblée, se pose donc la question du fonctionnement concret de cette nouvelle « gouvernance ».

3Saisie, vers le milieu de la décennie 1990, par des formes multiples et parfois spectaculaires de dégradation, la cité Beaumarchais n’a pourtant rien du « grand ensemble » excentré et qui aurait été dès le départ défavorisé par une conception architecturale et des matériaux médiocres. Il s’agit au contraire d’une petite cité (207 logements répartis dans quatre bâtiments) bien insérée dans un tissu urbain dense et pourvu de toutes les commodités et services. L’ensemble Beaumarchais a même été, dans les années 1980, considéré comme un modèle de réhabilitation innovante.

4Les facteurs qui ont contribué au déclenchement du processus de résidentialisation sont de divers ordres, mais tous renvoient à la dégradation de l’image de la cité, et à celle, sensible, de ses abords et de ses espaces collectifs. Pourtant, si ce constat est général, le processus de résidentialisation lui-même (les travaux débutent au printemps 2002), et, en particulier, la clôture de la cité par la pose de portails et de grilles, oppose fortement les habitants. Quelques-uns voient dans la résidentialisation une solution aux maux dont ils se sentent victimes (bruits, vandalisme, vols, agressions) tandis que d’autres n’en attendent aucune amélioration, voire en redoutent au contraire des effets négatifs ; un troisième groupe restant réservé sur la question. Autrement dit, la réponse donnée (fermeture des accès sur rue) à ces dysfonctionnements manifestes – qui, nous le verrons, s’expriment tout particulièrement dans les espaces dits intermédiaires de la cité – est loin d’être consensuelle. Mieux, elle révèle la nature problématique de certaines interactions entre les acteurs (habitants, Amicale des locataires, Ville, bailleur, police) au sein ou à propos des espaces intermédiaires.

5Nous proposons donc de présenter les résultats de la recherche selon trois niveaux de description et d’analyse.

  • 4 Ce premier travail repose, pour sa partie socio-démographique, sur les résultats d’un questionnaire (...)

6Le premier niveau permet d’entrer dans la dimension spatiale et sociale du contexte de la cité Beaumarchais. D’abord, quelles sont les caractéristiques urbanistiques, morphologiques et architecturales des lieux ? Dans le processus de dégradation, quelles forces et, surtout, quelles faiblesses peuvent être identifiées ? Ensuite, c’est le peuplement que nous interrogeons : quelles en sont, par rapport à l’ensemble du quartier, les éventuelles spécificités ? Existe-t-il des différences socio-démographiques notables entre les quatre bâtiments composant la cité4 ? Et surtout, les caractéristiques du peuplement (structure par âge, par profession, par niveau de diplôme etc., mais aussi selon les parcours résidentiels antérieurs) seraient-elles susceptibles d’éclairer l’analyse des dysfonctionnements des espaces intermédiaires ?

  • 5 Nous avons procédé à des entretiens approfondis auprès de ces acteurs.
  • 6 Ce deuxième niveau d’analyse est nourri par les entretiens réalisés auprès des acteurs, et surtout (...)

7Le deuxième niveau est celui de l’analyse des pratiques et des opinions autour de ces espaces intermédiaires : celles de différents acteurs (chargé de mission de la politique de la ville, agent technique du bailleur, responsables associatifs5) et surtout, celles des habitants. Des uns et des autres, quels sont les constats ? Les attentes ? Les demandes ? Sur quels points existe-t-il des consensus, des oppositions ? Les pratiques et les opinions diffèrent-elles et selon quels critères6 ? Quelles sont les cibles désignées comme responsables des problèmes rencontrés et quelles sont les solutions préconisées ?

8Le troisième niveau est celui de l’analyse des interactions liées aux espaces intermédiaires, qui se révèlent au fur et à mesure de l’avancée du processus de résidentialisation. On proposera ici une interprétation des enjeux qui se lisent dans ces espaces en transformation. Dans ces lieux d’exposition de soi et de côtoiement de l’autre, quelles sont les formes d’appropriation qui peuvent avoir cours ? Comment les habitants parviennent-ils à « faire avec » les nombreuses difficultés dont ils font état ? Se peut-il qu’émerge, issu d’une reconfiguration de l’espace, un « collectif privé » des habitants, que le bailleur appelle de ses vœux ?

La cité Beaumarchais, état des lieux

La cité dans son contexte urbain

  • 7 La maison Pernod père et fils fut fondée à Montreuil en 1860. Elle fabriquait des alcools et des li (...)

9Le terrain de la recherche se présente comme un îlot du tissu de la proche banlieue parisienne (Montreuil, Seine-Saint-Denis), bien situé, sur un territoire communal largement doté de services (écoles, centre culturel, complexe sportif avec piscine, centres de santé, conservatoire de musique et de danse), de commerces de proximité (y compris un marché couvert tri-hebdomadaire) et bien desservi par divers réseaux de transports en commun (métro Croix-de- Chavaux, gare d’autobus). Délimité par la rue de Paris au nord (ancienne RN302), au sud par la rue Douy-Delcupe, par la rue de la Révolution regardant vers l’ouest côté Paris, et par la rue Beaumarchais tournée vers l’est côté centre-ville de Montreuil, l’ensemble des quatre immeubles de logements sociaux gérés par la Montreuilloise d’habitation a hérité très tôt de la dénomination générique de « cité Beaumarchais ». Considérablement rénové, cet îlot garde le caractère de constructions entre rue et cours, la plupart des bâtiments étant des immeubles de logements sociaux et des locaux d’activité construits à partir du début des années 1980 sur l’emplacement des établissements Pernod7.

  • 8 Jean-Jacques Serey, maire adjoint délégué à l’Habitat, cité dans Montreuil Dépêche, hors série, mai (...)

10Le quartier du Bas-Montreuil s’est développé au cours du xixe siècle et présente aujourd’hui une forte mixité urbanistique et sociale. Ce secteur dense est constitué d’immeubles collectifs, de pavillons, ainsi que de petites entreprises industrielles et artisanales. Il abrite 12 % des logements sociaux de la ville et fait l’objet d’opérations de rénovation urbaine visant à accueillir « une nouvelle population travaillant notamment dans le secteur artistique […] mais aussi permettre aux Montreuillois qui vivent depuis longtemps dans le Bas-Montreuil d’y rester8 ».

11A première vue, ni la population ni le bâti ne tranchent sur leur environnement ; c’est un ensemble résidentiel apparemment banal et abritant la vie ordinaire d’une population que rien ne distingue ostensiblement de celle du territoire communal. En y regardant de plus près, cependant, on voit apparaître des spécificités : d’abord, la présence de locaux commerciaux et artisanaux en pied d’immeuble, sur rue, mais aussi à l’intérieur de la cité, ces derniers en partie inoccupés. Les abords de la cité et les pieds d’immeubles sont peu soignés et possèdent, en particulier sur la rue de Paris (retrait et pilotis) ou la rue Beaumarchais (tapis végétal) de nombreux interstices, creux, coins et recoins où s’accumulent les déchets. La façade côté rue de la Révolution est agrémentée des vastes fenêtres triangulaires des lofts, tandis que le décrochage du bâtiment sur la rue Douy-Delcupe laisse place à un parking à ciel ouvert (fermé depuis septembre 2003) à l’aspect peu avenant, d’autant que l’entrée du parking souterrain qui le jouxte est fermée pour cause d’incendie depuis plus de quatre ans, et que les poubelles, jusqu’à une date récente, s’accumulaient sous les fenêtres des locataires. En prenant un peu de recul, on peut apercevoir la tour, vestige de l’ancienne usine dont elle était le château d’eau, qui abrite aujourd’hui, au cœur de la cité, les bureaux de la Montreuilloise d’habitation. Ajoutons que la conception initiale avait prévu que sur les quatre côtés, la cité soit ouverte sur le quartier. Surtout, cette conception initiale dut en réalité composer avec un bâti existant, et cela en plusieurs tranches successives. Aussi, la vision que l’on peut avoir, non plus de l’extérieur, mais dès lors que l’on pénètre à l’intérieur, est perturbée par la faible lisibilité de l’ensemble : avec plus de cinq cours, au demeurant compartimentées par des différences de niveaux ou des écrans visuels, cinq passages couverts sous les immeubles, deux rampes d’accès à des garages en sous-sol, sept entrées dans des halls donnant sur les rues et plus de six donnant sur ces espaces intermédiaires, l’idée même qu’il puisse ne s’agir que d’un seul ensemble résidentiel est d’emblée trompeuse. Seules la dénomination et la gestion unique par le propriétaire-bailleur des logements que comptent les divers corps de bâtiments en font un tout, qu’on l’appelle « résidence » ou « cité ».

La conception architecturale

  • 9 Société d’économie mixte qui possède les terrains et réalise les opérations.
  • 10 Nous n’avons pas été en mesure de reconstituer l’évolution du peuplement, faute de données, la Mont (...)

12De l’ancienne usine Pernod, il ne reste pas grand-chose. Mais les opérations ne se sont pas effectuées en une seule fois. Il a fallu rien moins que cinq tranches successives de travaux, au coup par coup, entre 1982 et 1993, soit sur une durée de plus de dix ans. Tout démarre avec l’immeuble du 87 rue de Paris, conçu et réalisé alors que l’usine n’était pas encore démolie. La deuxième tranche a consisté à réhabiliter le gros œuvre des usines pour y installer les locaux de la semimo9, des locaux destinés à l’artisanat et des logements, en utilisant les accès sur la rue de Paris et la rue Douy-Delcupe pour la mise en œuvre de la polyfonctionnalité recherchée (locaux artisanaux, commerces et logements sur cours intérieures). La troisième tranche, à l’occasion de laquelle fut expérimenté un nouveau système de récupérateur de chaleur – lequel permettait d’obtenir un financement spécial –, vit sortir de terre les bâtiments sis rue Douy-Delcupe. La quatrième tranche fut celle des immeubles de la rue Beaumarchais, avec d’autres matériaux (financements spéciaux encore) et d’autres systèmes de construction. Enfin, pour la cinquième et dernière tranche, le ministère de la Culture a encouragé la construction d’ateliers d’artistes sur une parcelle à l’angle de la rue Douy-Delcupe et de la rue de la Révolution. Pour résumer, la discontinuité de la commande s’est accompagnée d’une sophistication du traitement des espaces intermédiaires, autour desquels et dans lesquels des activités diversifiées furent programmées. Outre l’accès sur cour de certains bâtiments et les coursives, apparaissent ainsi un kiosque de bois, une fontaine avec motifs de rocaille et jardin japonais, des passerelles et de nouveaux cheminements au sol ou par les terrasses qui ne cesseront de se complexifier au fur et à mesure du remplissage de l’îlot et de son enfermement progressif par les nouvelles constructions. Il est important de noter que cette sophistication du traitement des espaces intermédiaires intérieurs de la cité a eu sa contrepartie dans l’appauvrissement du traitement des entrées proprement dites : l’ensemble a souffert de la difficile conciliation des entrées ou descentes aux garages (fonctionnel) avec l’image que les entrées par les halls donnent de l’habitation (esthétique et symbolique). Rien de pire en effet que de joindre local à poubelles et hall d’entrée, accès piéton et accès parking, sans compter les innombrables coins et angles morts. Au départ tolérés par les premiers habitants qui avaient, par ailleurs, le bénéfice d’habiter un ensemble innovant et à ce titre encore prestigieux, ces handicaps sont devenus de plus en plus sensibles. Dans le même temps, entre les premières (1983) et les dernières livraisons (1993) de logements et encore au cours des années 1990, la population a changé et s’est paupérisée, du moins si l’on en croit les témoignages des « anciens »10.

Le peuplement de la cité

  • 11 Voir supra, note 4.

13Aujourd’hui, les habitants de la cité Beaumarchais diffèrent-ils de la population environnante ? L’approche socio-démographique comparative (cité, îlot, quartier, ville entière11) permet de mettre en avant quelques spécificités. Tout d’abord, au niveau de la cité, les logements sont plus spacieux et la taille moyenne des ménages plus importante : cela se vérifie particulièrement aux deux extrêmes : les familles nombreuses (six personnes ou plus) représentent 13 % des ménages de la cité, et seulement 3 % dans le quartier et dans la ville, tandis que les ménages composés d’une seule personne y sont nettement plus rares (21 % dans la cité contre 43 % dans le quartier). Des logements plus grands pour des ménages plus nombreux, on retrouve là une particularité qui renvoie à la spécificité du logement social en général. La population de la cité Beaumarchais est donc plus familiale et plus jeune que celle du quartier : la tranche d’âge des 0-19 ans y représente 36 % du total, alors que son poids dans le quartier et dans la ville n’excède pas 25 %. La proportion des chefs de ménage de nationalité étrangère y est à peine supérieure à la moyenne communale, mais on observe une surreprésentation des trois pays du Maghreb.

  • 12 zac : zone d’aménagement concerté. Plusieurs zac sont en cours à Montreuil, en particulier celles d (...)

14Compte tenu du caractère récent des constructions, il est logique que les habitants de la cité soient arrivés plus tardivement dans leur logement actuel que la moyenne des habitants du quartier. Pourtant, on distingue nettement deux groupes qui s’opposent par l’ancienneté d’arrivée : un important noyau dur de sédentaires a emménagé dans les premières années d’existence des logements, entre 1983 et 1987 : ils représentent 33 %. A l’opposé, un deuxième groupe (28 %) est composé des familles arrivées récemment, dont une part est probablement issue des opérations de démolition dans le cadre des ZAC12 tandis qu’une autre est composée de ménages parisiens appartenant aux classes moyennes.

  • 13 Si la fourchette est si large, c’est que dans l’hypothèse haute (27 %) nous avons inclus les non-ré (...)

15L’analyse des positions professionnelles, des revenus et des niveaux de diplôme réserve quelques surprises : d’une part, les niveaux d’emploi sont comparables à ceux du quartier, lequel se situe dans les moyennes les plus favorables de la ville : en bref, parmi les chefs de famille, il y a plutôt moins de chômeurs dans la cité Beaumarchais que dans le quartier (14 % contre 16 %) et que dans la ville (19 %). Quant à l’analyse des positions socio-professionnelles, elle révèle un paradoxe : si parmi la population de la cité on trouve deux fois moins de cadres que dans celle du quartier, il y a par contre davantage d’indépendants et, surtout, beaucoup plus de diplômés. La proportion de niveau « bac + 2 et plus », qui n’est que de 15 % dans le quartier et 9 % dans l’ensemble de la ville, s’élève à 36 % dans la cité Beaumarchais. On doit voir dans ces résultats en partie l’effet de la jeunesse de la population (la plus faible proportion de personnes âgées faisant mécaniquement monter le nombre de diplômés). Il n’en reste pas moins qu’une partie importante de la cité possède un fort capital culturel. Mais la proportion de personnes n’ayant aucun diplôme n’est pas négligeable pour autant, entre 15 et 27 %13. C’est donc l’image d’une population hétérogène, voire polarisée (les anciens et les nouveaux, les possesseurs et les non-possesseurs d’un capital culturel) qui s’impose.

16L’analyse des expériences résidentielles antérieures conforte ces résultats. L’étude des parcours précédents confirme le rôle d’accueil de populations défavorisées, mais aussi de ménages plus aisés appartenant aux classes moyennes à fort capital culturel dont la présence est emblématique. Alors que 14 % des habitants interrogés ont été à un moment propriétaires de leur résidence principale, nous estimons à environ 10 % ceux qui sont passés par des logements de fortune ou des hébergements provisoires. Enfin, l’analyse des revenus des ménages confirme l’hétérogénéité des positions sociales et économiques des ménages : un cinquième d’entre eux (19,4 %) ont déclaré un revenu inférieur à 5 000 francs (750 euros) par mois tandis que près de 14 % ont déclaré disposer de plus de 20 000 francs (3 000 euros) de revenu mensuel. Une telle diversité, qui correspond d’ailleurs au vœu de mixité sociale des décideurs, se traduit par la diversité des aspirations et des rapports à l’espace de l’habiter. En outre, malgré une répartition homogène des différentes catégories sociales dans les bâtiments, des différences morphologiques et sociales significatives existent (regroupement des familles nombreuses dans certains bâtiments). Quels peuvent être les effets de ces caractéristiques du peuplement ? On sait que proximité spatiale n’entraîne pas, bien au contraire, proximité sociale. Et que, par ailleurs, il faut prendre en compte les spécificités des dispositifs spatiaux, dont la genèse, rapidement retracée, nous a fait toucher du doigt les forces mais surtout les faiblesses.

Des dysfonctionnements des espaces intermédiaires

Un constat d’échec partagé

  • 14 Société anonyme immobilière d’économie mixte, dont est issue la Montreuilloise d’habitation, qui re (...)

17La mise en place du processus de résidentialisation, rappelons-le, résulte d’un constat d’échec où se mêlent vandalisme, insécurité et dégradation. Ce processus s’est matérialisé par la convention tripartite du 5 juillet 2001 dont l’objet était de fournir un cadre global d’intervention sur un ensemble de logements sociaux d’au moins six opérations de la saiem14 dont quatre dans la cité Beaumarchais, de fixer les engagements de chacune des parties, d’établir un programme de travaux de requalification des espaces ainsi qu’un calendrier assez précis de ces travaux et un budget global.

  • 15 Entretien avec Éric Imbert, décembre 2001. dsu : développement social urbain.
  • 16 Entretien avec Jean-Louis Auduc, décembre 2001.

18Mais quelles sont les causes de cet investissement partenarial ? Pour le chargé de mission DSU du quartier15, Beaumarchais, « c’est depuis un certain nombre d’années des clignotants qui s’allument et des habitants, enfin des locataires qui se plaignent, un taux de rotation qui s’accélère […] c’est un patrimoine qui se dégrade ». D’après l’ancien président de la Montreuilloise d’habitation16, en fonction à l’époque et jusqu’en 2001, il faut remonter au milieu des années 1990 pour comprendre comment les décisions se sont enchaînées. Selon lui, plusieurs événements, ayant fait l’objet d’une couverture médiatique intense, ont concouru à faire de la cité Beaumarchais le terrain d’application d’une politique de « reprise en main » exemplaire. En 1995, un policier est violemment heurté et blessé par un adolescent en moto habitant la cité Beaumarchais. En 1997, le procureur de la République, en visite dans la cité, tombe sur « un groupe de dealers fumant du haschich dans un coin ».A la fin de l’année suivante, de violents incidents ont lieu, cette fois à l’intérieur même de la cité, et un gardien est blessé. La décision est prise par le maire d’un suivi spécifique sur les problèmes de sécurité avec une réunion régulière tripartite : Amicale des locataires, Montreuilloise d’habitation, services de la ville et de la police. Trois études sont commandées : l’une sur l’offre institutionnelle en direction des jeunes, l’autre sur les pratiques des jeunes et la prévention de la délinquance. La troisième, celle qui aura un impact décisif, consiste en une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage confiée à un cabinet d’étude. Celui-ci identifie trois facteurs d’insécurité : le manque d’entretien courant et structurel, le défaut de conception, les actes de vandalisme. Il préconise la sécurisation des lieux par « une intervention urgente tant dans la requalification des espaces collectifs que dans l’accompagnement des familles ».

  • 17 Convention du 5 juillet 2001.

19A partir de ce rapport remis en juin 1999, le processus de résidentialisation va prendre forme. Il est fait explicitement référence à des dysfonctionnements urbains et sociaux manifestes dans « l’absence de maîtrise, de la part des gestionnaires, de l’espace collectif », d’une part, et d’autre part par « une concentration de familles en difficulté et la délinquance juvénile ». Par ailleurs, il indique que « le parti pris de mixité habitat-activités et d’organisation urbaine de l’îlot, tel qu’il a été conçu initialement, semble actuellement poser un certain nombre de limites17 » : la fermeture des accès sur rue devient un élément central de la requalification urbaine.

  • 18 Idem.
  • 19 Éric Imbert, dsu, entretien décembre 2001.
  • 20 Idem.
  • 21 Idem.

20Les outils de cette requalification se définissent selon deux types d’intervention. Le premier appartient à l’action urbanistique, et consiste à fermer l’espace de la cité sur l’extérieur (privatisation) et à « tarir la fréquentation des cours intérieures de la cité, dans une optique de remise en tranquillité et en sécurité18 » (sécurisation), mais aussi à améliorer les prestations et les équipements des espaces collectifs (améliorations d’usage). Le deuxième type appartient à une action de développement social, et doit permettre l’accompagnement des familles en difficulté, la prévention de la délinquance juvénile et plus généralement l’accès aux ressources et services de proximité ainsi que la préservation de la mixité sociale. Pourtant, progressivement, le projet va se limiter à sa dimension urbanistique, en se réduisant de surcroît à sa dimension « sécuritaire », à savoir la fermeture des accès sur rue : « Alors, la résidentialisation, c’est quoi ? » s’interroge le chargé de mission pour le développement social urbain. « En fait, c’est le contrôle des accès, tout simplement, et la fermeture partielle du quadrilatère Beaumarchais19. » Et d’ajouter des réserves sur les bénéfices attendus : « Pour ma part, je n’avais pas d’a priori favorable envers ce projet de fermeture et de résidentialisation. J’étais même plutôt sceptique20… » C’est que, au-delà de l’accord sur le constat d’échec, la position du chargé de mission diffère sensiblement de celle des acteurs locaux, et surtout du bailleur : « La seule chose qui nous intéresse, c’est le rapport de la cité au quartier et le fait que les locataires sont aussi des habitants […]. Alors que lui, le bailleur, il va avant tout, et c’est son job, raisonner en tant que gestionnaire des lieux dans lesquels les gens sont domiciliés. Donc il y a quand même un rapport […] il y a un rapport marchand, je dirais, direct, qui fait que le bailleur doit faire rentrer ses loyers […]21. »

  • 22 Remise en état des halls et des parties communes (peinture anti-graffitis, nettoyage des sols, remp (...)
  • 23 Entretien avec M. Blanchard, président de la Montreuilloise d’habitation, septembre 2003.

21Les tranches de travaux qui se succèdent depuis le printemps 2001 ont abouti essentiellement à la clôture de la cité par la mise en place de grilles et de dispositifs de contrôle des accès (Digicodes) et, dans la même logique, au déplacement sur la rue de la loge du gardien auparavant située au cœur de l’îlot, ainsi qu’à la suppression des cheminements traversants et à la fermeture du parking à ciel ouvert qui se situait sur un de ses quatre côtés. En septembre 2003, la refonte complète de l’accès des piétons au parking sur la rue de Paris a été engagée. Les améliorations d’usage, sur lesquelles l’audit faisait de nombreuses recommandations22, n’ont fait, jusqu’à présent, l’objet d’aucun traitement. Les propositions concernant la participation des habitants et l’élaboration d’une offre de services spécifiques à leur intention (offre éducative de proximité, soutien au rôle éducatif parental, actions de médiation, de prévention spécialisée et de sécurité publique) n’ont pour l’instant reçu aucune concrétisation, à l’exception notable de l’installation d’une antenne de police dans un des locaux en pied d’immeuble de la cité, situé sur la rue la plus fréquentée (rue de Paris). De cette fermeture, qui doit permettre de distinguer l’espace privé de l’espace public par la privatisation de fait des espaces intermédiaires, le bailleur attend une réappropriation par les habitants : « Je crois que les gens, pour se sentir mieux chez eux, ont besoin d’avoir un espace collectif délimité qui soit séparé de l’espace du domaine public qui, par définition, est impersonnel, donc qu’on ne peut pas s’approprier et auquel on ne s’intéresse pas23. » Qu’en pensent les intéressés ?

Les perceptions des habitants

22Les questionnaires ont été distribués aux habitants pendant l’hiver 2001-2002 et jusqu’au commencement du printemps, soit au tout début du démarrage de la première tranche des travaux, et les entretiens ont été effectués dans la foulée. D’une manière générale, les personnes interrogées portent un regard positif, voire très positif sur leur logement, nettement plus réservé sur leur immeuble, très contrasté sur leur quartier et globalement négatif sur leur cité. Pour ce qui est de la satisfaction affichée quant au logement, elle est certes l’expression très partagée d’une défense de l’espace domestique, dernier bastion de sauvegarde de l’image de soi et de protection ressourcement, mais il nous semble qu’elle est particulièrement explicite dans la cité Beaumarchais, peut-être précisément à cause de la nécessité de compenser fortement les désagréments des espaces collectifs. Des causes de mécontentement existent cependant, dues bien souvent à des défauts du bâtiment lui-même (mauvaise insonorisation, mauvaise isolation) aggravés par le caractère souvent très tardif de l’intervention du propriétaire-bailleur en cas de problème, ainsi qu’à l’usure du bâti. Le quartier est, pour la plupart des habitants, le reflet de contrastes qu’ils perçoivent sous un angle positif (la diversité comme source de richesse, l’authenticité d’un quartier encore populaire) ou négatif (la saleté, le délabrement, le choc des différences, la délinquance) selon qu’ils parviennent à se satisfaire ou non de leur logement et de leur vie dans la cité… et dans le quartier, celui-ci étant d’autant plus apprécié qu’il est facile à quitter. La bonne desserte en moyens de transport est en effet une des qualités (avec la diversité des commerces) unanimement reconnue.

23Il est patent que la plupart des habitants ne se sentent pas chez eux dans la cité. Pourtant, le sentiment d’appropriation ou d’intimité n’est pas seulement fonction de la distance au logement (ce qui signifierait qu’on se sent d’autant plus « chez soi » qu’on s’en rapproche physiquement, en rentrant de sa journée de travail par exemple) ni surtout du caractère privé ou public des espaces : en effet, 76 % des personnes interrogées se sentent chez elles dans le quartier, mais elles ne sont plus que 36 % à se sentir chez elles dans la cour de la cité. 30 % des personnes ne se sentent pas chez elles ni devant la porte de leur immeuble, ni dans leur hall d’entrée, ni dans leur escalier ou dans leur ascenseur. Même le palier n’est pas un lieu d’accueil hospitalier pour environ 15 % des habitants. Il apparaît donc que le malaise et la désaffection ne tiennent pas exclusivement aux espaces intermédiaires extérieurs. Les causes de ce défaut d’appropriation ? La saleté et la difficulté d’accès le jour et la nuit, la présence de groupes de jeunes et l’absence d’éclairage. Lors des entretiens, les habitants sont intarissables sur ces nuisances que les avantages (appartements spacieux et bonne localisation) ont de plus en plus de peine à compenser, et qui entraînent un sentiment d’abandon :

  • 24 Entretien avec une habitante, mai 2002.

Ils parlent, ils parlent (référence aux décideurs, NdA) mais aujourd’hui y a plus rien de fait, y a tout ce qui a été enlevé, y a plus rien donc… donc les gens ils se démerdent comme ils peuvent, ils se font casser leur voiture sur le parking, c’est normal hein ! Y a un ras-le-bol, c’est normal, il faut comprendre aussi les gens, parce que tous les gens qui vivent ici, ils n’ont pas non plus à être victimes de ce qui se passe24 […].

24L’insécurité, comme le dit cet habitant, c’est aussi les agressions symboliques :

  • 25 Entretien avec un habitant, juin 2002.

Les excréments dans les escaliers ou sur les paliers, c’est pas non plus de l’insécurité, mais c’est de l’inconfort de vivre, ce sont des agressions, ce sont les inscriptions antisémites, racistes […] il y a des gens qui écrivent des choses sur les murs qui sont la plupart du temps d’ordre plus ou moins sexuel ou d’ordre ordurier, ou c’est des insultes25 […].

2565 % des habitants interrogés déclarent avoir changé d’opinion sur leur cité depuis leur installation et 45 % d’entre eux souhaitent déménager dans les deux ans. Quelles sont les causes de ces changements ? La cause majeure en est la perception d’une perte de qualité de l’environnement physique (42 %) ; viennent ensuite la perte de sécurité ou d’intimité (25 %), la perte de civilité (17 %), et enfin la perte de tranquillité. D’une manière générale, les habitants expriment un profond mécontentement face à l’état des parties communes (70 %), la raison la plus fréquemment citée (73 %) étant le mauvais état des lieux, les dégradations et la saleté. Dès lors qu’il s’agit des parties communes, ce qui est en cause, c’est l’image repoussante renvoyée par ces espaces, en particulier certains qui sont de véritables points névralgiques : la grande cour, caisse de résonance inesthétique et désertée par les adultes, le hall du 14 Beaumarchais, cul-de-sac sombre et dégradé, le parking Douy-Delcupe, enfin, avec ses poubelles, ses trafics, ses jeunes désœuvrés, ses scènes bruyantes de jour comme de nuit… Il n’en reste pas moins que certains lieux sont appréciés : ce sont généralement les espaces où la végétation s’est maintenue : la cour du 12 Beaumarchais, les « terrasses », la « promenade » devant l’entrée de la Tour. Ces préférences indiquent d’ailleurs clairement quels seraient les désirs des habitants en matière d’aménagement : d’abord des équipements d’agrément et de jeux pour les enfants (60 %), ensuite des améliorations d’usage, insonorisation, rénovation, aménagement de locaux pour les vélos et les poussettes, etc. (24 %), enfin, des espaces de rencontre (12 %). Seulement 4 % des personnes interrogées ont exprimé une demande de fermeture des accès ou de sécurisation des lieux.

26Deux enseignements peuvent, nous semble-t-il, être tirés de ces réponses. D’une part, si le sentiment d’insécurité est largement répandu, comme le montrent les entretiens, la demande sécuritaire spontanée est minoritaire sous la forme d’une fermeture des lieux. Largement plus présente est la revendication d’améliorations d’usages (équipements, pour les enfants en particulier, rénovation) et d’une revalorisation des lieux par la lutte contre le vieillissement, contre les dégradations volontaires (tags insultants, déchets divers…) et par l’esthétique et la verdure. D’autre part, on perçoit l’extrême diversité des attentes et des comportements : une habitante dit son désir d’une convivialité partagée :

Moi ça ne me dérangerait pas par exemple le soir l’été, d’aller dans la cour, je sais pas…j’aime bien être à la cuisine par exemple, organiser un repas, faire un couscous géant, je sais pas, des choses comme ça, quelque chose de convivial…

27Mais une autre exprime des réserves :

La cour ça fait caisse de résonance, c’est… et puis alors on est au premier étage donc c’est de plus en plus stressant parce que vous pouvez pas vous installer, si vous voulez vous isoler, pour lire ou vous détendre c’est pas possible, ça joue aussi, ça, sur la fatigue…

28D’un côté ceux qui veulent faire revivre la cité « en organisant des fêtes ensemble », de l’autre ceux qui se contenteraient d’une neutralisation de bon aloi. Du coup, on peut analyser l’abstention du bailleur pour ce qui est de l’aménagement et de la rénovation des espaces intérieurs, comme l’acceptation tacite d’une situation potentiellement conflictuelle (pourquoi mettre des bancs si les dégradations en font un investissement peu rentable, et si de plus on anticipe l’opposition de la moitié des habitants ?) et le refus d’arbitrer en imposant une quelconque régulation.

  • 26 Il s’agit ici d’un local associatif situé dans la cité, mais dont l’entrée est uniquement sur rue ( (...)

29Mais le risque est alors que la confusion redouble, puisque le conflit d’appropriation n’est pas tranché. C’est bien ce qu’on observe dans les espaces intermédiaires, qu’ils soient internes à la cité ou externes. Voici une illustration intéressante de conflit d’appropriation lié au flou du statut d’occupation du locataire26 :

La partie de devant, on n’arrive pas à savoir qui en est responsable. Le parking de devant et l’arbre… […] Nous, on a des compagnies de spectacle qui débarquent trois fois par jour, on a besoin d’un lieu de stationnement. M. P. (services techniques de la mairie, NdA) est venu mettre un cadenas, mais […] on n’arrive pas à avoir un panneau de stationnement réservé […] parce qu’on n’arrive pas à savoir si c’est un espace qui appartient à la ville, à la Montreuilloise, si c’est lié au lieu, c’est pas marqué dans le bail…

30Du coup, les prises à partie entre voisins qui revendiquent l’usage des mêmes lieux se multiplient.

31Pour ce qui est des parties communes intérieures, les entretiens avec les habitants révèlent une multitude de micro-conflits qui néanmoins concernent toujours les espaces les plus problématiques : la grande cour (sonore, sombre, délestée de son mobilier urbain), le hall du 14 Beaumarchais (sombre, dégradé, sale), les terrasses, coursives et autres facilitations d’accès aux appartements (dangereuses), le parking de surface Douy-Delcupe.

Les espaces intermédiaires au risque de la résidentialisation

Un chantier ponctué d’incidents

32Les travaux ont pris du retard par rapport au calendrier. Une première tranche prévoyait pour le début de l’année 2001 la fin des opérations suivantes : « restriction d’accès aux espaces intérieurs, amélioration significative de l’éclairage, élimination des recoins, déplacement de la loge du gardien en vue d’un meilleur contrôle visuel, création d’un local de tri sélectif des ordures ménagères, travaux divers sur passerelles et garde-corps ».

  • 27 A la demande de la direction de l’appel d’offres, un travail a été mené parallèlement à la recherch (...)

33Cette première phase, chiffrée à 1 100 000 francs (165 000 euros), n’a débuté en réalité qu’au printemps 2002 par le déplacement de la loge – qui fut incendiée quelques semaines plus tard, puis remise en état de fonctionnement. Ce n’est qu’au début de l’été 2002 que les travaux de fermeture à proprement parler ont commencé, avec la mise en place de la nouvelle antenne de police dans un des locaux commerciaux appartenant à la cité, sur la rue, ponctuée elle aussi de plusieurs tentatives d’incendie. De nombreuses tensions s’exprimèrent pendant cette période, qui allèrent jusqu’à des passages à l’acte de caractère criminel puisque l’appartement de la présidente de l’Amicale des locataires fut l’objet d’une tentative d’incendie, ce qui provoqua d’ailleurs son départ de la cité. Cette phase connut aussi des mobilisations et des rencontres qui, pour être houleuses et conflictuelles, n’en étaient pas moins l’expression d’une volonté de certains habitants sinon d’en découdre avec les autorités, du moins d’être partie prenante des décisions en cours. A cette époque, des réunions spontanées eurent lieu régulièrement, avec souvent la participation du bailleur (et une ou deux fois de la police). C’est du reste à cette époque qu’a été tourné le film Lieux communs de Virginie de Véricourt27.

  • 28 Convention du 5 juillet 2001.

34Entre-temps, en février 2002, un avenant à la convention fut signé entre les mêmes partenaires, la remise en état des parkings s’imposant comme « un enjeu primordial » de « reconquête sociale » et de « sécurisation des sous-sols ». Le parking souterrain Beaumarchais, « sous-utilisé ces dernières années pour des raisons de vandalisme et d’insécurité, puis fermé depuis deux ans et demi28 », après un incendie, ainsi que le parking en surface Douy-Delcupe, dont le fonctionnement paraissait devoir être réadapté, constituent donc les nouvelles priorités dont le coût est estimé à 230 000 euros. Pour le parking de surface, terrain où se pratiquent des activités diverses (très critiquées, rappelons-le, par les habitants qui pour certains évoquent des trafics douteux et des regroupements de jeunes en soirée qui dégénèrent), il sera entièrement fermé sur la rue par un grillage et réservé aux véhicules des locataires des locaux commerciaux. La remise en fonctionnement du parking souterrain prévoit un système de caméras et de vidéosurveillance en réseau, ainsi que des transformations lourdes dans le système des circulations et des accès. La ville apporte son aide par l’attribution d’une subvention d’équipement, et l’État par une subvention au titre de la ligne « qualité de service » à hauteur de 50 % du montant total des frais : c’est que la privatisation du parking s’accompagne de l’élargissement de sa future clientèle à des personnes qui n’habitent pas la cité.

35Enfin, au début de l’été 2003, ont commencé de grands travaux de reprise de l’entrée du parking de la rue de Paris pour séparer l’accès piétons de l’entrée des voitures ainsi que la fermeture par une enceinte de grilles sur muret et une barrière munie d’un Digicode pour le parking à ciel ouvert Douy-Delcupe dont il est question plus haut. En revanche, les travaux de remise en service du parking souterrain Douy-Delcupe n’ont toujours pas commencé. Quant aux travaux concernant les parties communes elles-mêmes (suppression des recoins, amélioration de l’éclairage, réfection des faux plafonds des halls, effort de signalétique, reprise de la végétation, remise en état de propreté et peinture des parties communes, création de locaux pour les poussettes et les vélos, etc.), leur mise en œuvre n’est toujours pas d’actualité.

  • 29 Voir Le Parisien, articles des 11 et 14 septembre 2003, « Banditisme, les armes de guerre étaient d (...)

36Les travaux effectués dans le cadre de la résidentialisation se résument aujourd’hui à la fermeture de la cité et à la reprise des parkings, et ne participent donc que d’une requalification restrictive et sélective des lieux. Près de deux ans après notre enquête et l’effervescence qui a suivi la mise en place du projet, les espaces intermédiaires internes semblent être tombés en léthargie. Les hostilités habituelles se poursuivent sur le modèle éprouvé (intervention du bailleur, casse, réparation, casse et ainsi de suite), peut-être avec une plus faible intensité. Des tentatives de mobilisation des locataires dans le cadre de l’Amicale ont abouti à une scission entre deux groupes selon une ligne de partage qui reste à analyser, mais qui a en partie à voir avec la résidentialisation dont la première Amicale, on s’en souvient, était partie prenante. Curieusement, alors que le débat autour de la présence des « jeunes » battait son plein (comme en témoigne le film de Virginie de Véricourt) et catalysait les oppositions entre les différentes visions de ce que devrait être un espace collectif, la découverte récente par la police d’un réseau de fabrication et de trafic d’armes de portée internationale au cœur de la cité et l’arrestation de ses principaux instigateurs, locataires dans la cité29 n’a entraîné aucune sorte de manifestation publique. Face à la découverte d’un arsenal d’armes destinées à la contrebande, et au danger pour le voisinage que représentait cette poudrière à domicile, l’idée d’une pacification de l’espace intérieur par la fermeture des accès apparaît singulièrement décalée. Mais plus profondément, c’est l’idée même d’une instance collective issue de la privatisation des espaces qui est à réexaminer à la lumière des analyses qui précèdent.

Quelle privatisation des espaces intermédiaires ?

37Nous l’avons vu, pour des raisons qui tiennent à la fois à la conception initiale, au défaut d’entretien et de maintenance et à diverses activités délinquantes, les espaces intermédiaires intérieurs et extérieurs de la cité génèrent des appropriations contradictoires. Les espaces intermédiaires sont d’autant plus mal perçus, et d’autant plus désertés, qu’ils sont dégradés et « mal fréquentés », mais la proposition inverse est tout aussi vérifiée : les espaces intermédiaires sont d’autant plus dégradés et « mal fréquentés » qu’ils sont mal perçus et désertés. On pourrait même avancer que la spirale de dégradation (incendies criminels, dégradations volontaires systématiques, désengagement des habitants, désengagement de la municipalité et du bailleur) a été si loin qu’il s’est formé une sorte de consensus sur l’impossibilité de l’appropriation des lieux par les habitants.

38La réponse apportée est donc celle de la fermeture, la séparation de l’espace intérieur de la cité (jusqu’ici public puisque la cité est ouverte sur ses quatre côtés) de l’espace extérieur de la cité, espace public de l’au-delà. En bref, il s’agit de créer une frontière, à la fois symbolique et physique, entre le dedans et le dehors. Il s’agit, dans l’esprit du bailleur, de créer un espace « collectif privé » que les habitants seront enfin à même de se réapproprier, et qui, de ce fait, se trouvera mieux protégé des nuisances et des dégradations facilitées par le statut public de l’espace.

39Pourtant, il est deux caractéristiques de ces espaces que les entretiens révèlent et qui risquent de contrarier les efforts des décideurs : leur paradoxale transparence d’une part, et l’impossibilité d’y créer de l’entre-soi, d’autre part.

40En effet, qu’ils soient privés (réservés aux habitants) ou publics (ouverts à d’autres fréquentations), les espaces intermédiaires sont volens nolens des espaces de présentation de soi. Espaces de négociation, scènes où se déroulent rencontres et évitements dans un impossible anonymat, espaces différenciés selon les expériences diurnes et nocturnes de chacun. La mixité sociale (ou mieux, l’hétérogénéité socio-culturelle) ne peut seule être rendue responsable des dégradations qui y ont cours. D’ailleurs, la structure socio-démographique de la cité n’est pas fondamentalement différente de celle du quartier. Mais l’espace public, celui du quartier, est encore capable de neutraliser des effets induits par des comportements trop différents par le fait qu’il possède, entre autres qualités, de puissants facteurs de régulation. L’anonymat en est un (à ne pas confondre avec isolement), qui protège la vie privée tout en permettant les rencontres et même les engagements. Dans l’espace public urbain plurifonctionnel (habitat, commerces, activités, loisirs, circulation), le contrôle social est le fait de tous par tous en vertu de la visibilité des comportements sur la scène publique. Il existe des normes implicites du comportement en public partagées par les usagers qui disposent du code. Lorsque ces normes sont transgressées, les sanctions peuvent aller du simple regard réprobateur à des admonestations, voire à des interventions plus physiques. Que ce soit pour fournir de l’aide ou pour marquer un désaccord, celui qui intervient prend un risque calculé : d’une part il se sent dans son droit, d’autre part il agit en public et pourra donc éventuellement bénéficier par là même d’un soutien. Mais surtout, il intervient de façon anonyme dans un espace social anonyme, ce qui lui permet dans tous les cas de « sauver la face » si les choses ne tournent pas à son avantage. Il n’est a priori connu d’aucun témoin, et se trouve donc à l’abri d’éventuelles représailles. Aussi, une des clés du dysfonctionnement des espaces intermédiaires pourrait bien résider dans cette paradoxale transparence, voire cette publicité (tout le monde se connaît ou croit se connaître, les visages en tout cas sont connus) qui fait que, à son corps défendant, on s’expose aux regards de tous. C’est le message que semble vouloir transmettre cet habitant lorsqu’il parle de « prise de risque » : l’excessive visibilité des uns (ce que notre interlocuteur nomme « surinvestissement ») génère le malaise, la « communication » devient plus difficile, voire dangereuse. Dans l’espace de la cité, bien plus que dans l’espace du quartier, l’engagement porte à conséquence :

Il y a un surinvestissement de certains et ça, ça bloque, quoi… ben voilà ça perturbe, ça crée des espèces de blocages, de malaises qui empêchent un investissement des alentours par des gens qui puissent se rencontrer, échanger, s’entraider, s’écouter, voilà… Or, pour l’instant, il n’y a pas les conditions… enfin c’est un peu anarchique quoi… Ça veut dire quand même qu’il y a une prise de risque, et dans toute communication il y a une prise de risque je pense, mais là c’est plus du… c’est du risque physique, quoi…

41Le problème est évidemment démultiplié lorsque les espaces dérégulés offrent, ce qui est le cas dans la cité Beaumarchais, des occasions de désagrément aigu.

42Dans les espaces collectifs de la cité Beaumarchais, la proximité est pour ainsi dire totale, mais dans le même temps l’espace ne peut pas être véritablement privé. En effet, les espaces empruntés par les habitants le sont aussi par le personnel de la Montreuilloise, qui travaille sur place, et bien entendu les agents d’entretien et les membres des services techniques, sans compter les personnes (responsables et usagers) liées au fonctionnement des associations et des entreprises locataires.

L’impossible entre-soi

43La pratique de l’entre-soi, si bien décrite par les sociologues de la ville et de l’habitat, n’est cependant pas absente à la cité Beaumarchais, et peut aider à comprendre, par opposition, ce qui se joue dans les espaces intermédiaires. Car si ces espaces sont ceux du non-choix, du frottement obligé avec l’autre, les sociabilités qui se tissent autour du logement se conjuguent sur un mode nettement moins contraint. Dans la cité Beaumarchais comme probablement dans d’autres cités de logement social en proie aux mêmes difficultés, les fréquentations entre voisins, les échanges de services, les amitiés nouées dans le voisinage sont monnaie courante. Comme dans tous les espaces résidentiels, les habitants expliquent leurs réticences (voisiner engage à rendre la pareille, il faut ménager ces relations car si on peut éviter un ami avec lequel on s’est fâché, il est difficile d’éviter un voisin) et leurs satisfactions (on reconnaît généralement une bonne ambiance dans les immeubles, et les mille et une raisons d’échanger). 89 % des habitants interrogés trouvent satisfaisantes leurs relations avec les voisins de l’immeuble ; mieux, 51 % des habitants déclarent que depuis leur installation, ils sont devenus amis avec un ou plusieurs de leurs voisins. 43 % ont rendu service à un voisin au cours du mois précédant l’enquête. 41 % sont entrés chez un voisin au cours de la même période. Et malgré leur appréciation globalement négative des parties communes quant à la sociabilité qu’elle permet, 66 % des habitants ont déclaré avoir discuté au moins une fois, au cours de la semaine passée, avec un voisin habitant l’immeuble ou le groupe d’immeubles.

44D’où vient alors que ces qualités des relations disparaissent comme par enchantement dès lors qu’on aborde les espaces intermédiaires ? C’est qu’au contraire des relations qui se nouent dans le voisinage en fonction des affinités, les relations qui se déroulent dans les espaces intermédiaires rappellent constamment avec qui on partage ces espaces, y compris et surtout ceux que l’on voudrait éviter. De ce point de vue, la présence dans la cité de fauteurs de troubles renvoie chacun à son impuissance face à l’impossible entre-soi. Bien plus que le défaut de privatisation, c’est l’impossibilité d’un collectif électif (et donc d’un entre-soi comme dans les « vraies résidences » où se côtoient et s’autorégulent les ménages des classes moyennes et supérieures) qui blesse. Dès lors, repli sur soi ou investissement collectif sont matières à choix individuels, les habitants qui possèdent un fort capital culturel ayant tendance à tenter, au moins pendant un temps, la seconde option. Mais la tolérance diminue aussi en fonction du degré de malaise ressenti dès le seuil de la porte du logement. Ce n’est pas un hasard si ce sont les habitants des deux bâtiments les plus défavorisés qui sont les plus mécontents et qui font état de quelques conflits même au niveau de l’immeuble. S’il est difficile d’associer des caractéristiques sociales aux différentes attitudes, il est certain que la situation est particulièrement mauvaise lorsque précarité sociale, dégradation du bâti et actes de vandalisme se conjuguent. Les formes d’appropriation par les uns se heurtent alors presque nécessairement à l’hostilité des autres, et créent un sentiment de rejet sans qu’aucune perspective d’organisation collective ne soit envisagée :

En plus avec les jeunes ça fait peur aussi. Ils font rien, mais toujours regroupés en bas, dans l’entrée en plus là, et toujours y a pas la lumière, dans l’entrée… Le soir par exemple à 10 heures, 11 heures, il fait noir […] il y a trop de jeunes qui sont groupés en bas, et ça fait pas joli…

45A l’inverse, les « appropriateurs » accusent les « abstentionnistes » de les empêcher de jouir de leurs droits d’usage des lieux, adoptant à l’occasion des comportements revendicatifs, voire agressifs.

Conclusion

46Dans les espaces intermédiaires de la cité Beaumarchais, les habitants sont amenés à être les témoins de toutes sortes d’actes qu’ils désapprouvent sans possibilité ou sans désir de réagir, ou encore à ressentir simplement de la gêne à emprunter conjointement, avec d’autres qui sont dès lors témoins de leur infortune, des espaces par trop dégradés. Du coup, l’espoir placé dans la privatisation fermeture peut être comparé, toute proportion gardée, à celui que nourriraient des parents en fermant à clé la porte de la chambre d’enfants devenus trop grands pour cohabiter et se frottant ainsi constamment aux comportements dérangeants les uns pour les autres, faute de règle établie. Car la question la plus importante, en dernière analyse, n’est pas celle de l’ouverture ou de la fermeture, mais celle des possibles régulations susceptibles d’ordonner la vie des habitants, et en l’occurrence d’habitants aussi différents, en particulier dans ces espaces « à risque » que sont les espaces intermédiaires. On l’a vu, dans ces parties communes, le passant n’est pas un anonyme, c’est un habitant qui selon sa position sociale, ses compétences, ses attentes, son âge, ses humeurs du jour aussi, développe des pratiques qui vont de l’évitement à un marquage agressif du territoire. Mais, quel qu’il soit, pèsent sur lui des tensions et des contraintes. Aussi les conditions ne sont-elles pas réunies pour qu’émerge la participation citoyenne que les puissances tutélaires sont unanimes à solliciter.

47La résidentialisation, du moins dans le cas de figure que nous avons analysé ici, consiste en une tentative de réduire, par un traitement local, un problème global, au moyen d’une gouvernance partenariale (État, Ville, propriétaire-bailleur) qui est au fondement de la politique de la ville. L’idéologie de la gouvernance trouve ici des limites : lorsque le projet de départ ne se conçoit pas dans un processus de co-élaboration et de co-production, la mise en œuvre se voit rabattue sur une version étriquée et non consensuelle, hypothéquant du même coup la réussite du projet.

48Le plus petit des paradoxes, relevé d’ailleurs implicitement par le chargé de mission dsu lorsqu’il se démarque des impératifs gestionnaires du bailleur, n’est pas celui qui consiste à utiliser un partenariat aussi complexe pour réaliser une opération qui apporte une réponse exclusivement morphologique et architecturale à un problème à forte composante sociale. Le choix de la fermeture n’est-il pas en soi contradictoire avec le projet de développement urbain ? Peut-être ne l’est-il pas, mais il est patent que les fermetures précédemment réalisées ont abouti, dans le meilleur des cas, à éloigner de quelques centaines de mètres les « fauteurs de troubles ». Le problème se trouve donc déplacé, et non résolu, ce qui s’inscrit partiellement en faux contre l’idée de développement social. Quant à l’idée même d’un collectif privé qui se porte garant et soit suffisamment maître du jeu pour réguler les espaces et leurs usages, elle fait également abstraction de toutes les interactions à l’œuvre avec le dehors. On ne voit pas en vertu de quoi la fermeture physique permettrait à l’îlot ainsi protégé d’échapper à son environnement, surtout si celui-ci se trouve aux prises avec des tensions dont les causes se situent à un niveau beaucoup plus général. La requalification d’une cité de logements sociaux en voie de dégradation rapide dans un contexte urbain en mutation est-elle seulement possible ? Quoi qu’on en pense il faut prendre acte d’une distorsion, voire d’une incompatibilité, entre l’affichage d’un objectif de régulation sociale ouverte et le dispositif adopté, accompagnant le repli sur l’(impossible) entre-soi.

Notes

1 Voir Nicolas Golovtchenko, article « Résidentialisation » in Dictionnaire de l’habitat et du logement, Marion Segaud et al. (dir.), Paris, Armand Colin, 2002.

2 La convention est établie en application de la circulaire du 6 juillet 1999 relative à l’utilisation de la ligne « Amélioration de la qualité de service dans le logement social » pour un programme de gestion urbaine de proximité sur le site Beaumarchais/Amitié du quartier Bas-Montreuil. L’objet de cette convention est de fournir un cadre global d’intervention sur un ensemble de logements sociaux d’au moins six opérations de la Montreuilloise d’habitation, dont quatre dans la cité Beaumarchais, de fixer les engagements de chacune des parties, d’établir un programme de travaux de requalification des espaces ainsi qu’un calendrier assez précis de ces travaux et un budget global. Précisons que la ligne « Amélioration de la qualité de service dans le logement social » a été abondée en 1999, afin d’« inciter les bailleurs sociaux au développement de démarches locales de gestion partenariale, avec les collectivités locales et l’État, avant la signature des contrats de ville ». Ces actions s’inscrivent dans le cadre de la politique de la ville. En effet, le comité interministériel à la Ville du 2 décembre 1998 et la circulaire du 31 décembre 1998 du Premier ministre précisent que les futurs contrats de ville comprendront un volet de gestion urbaine de proximité qui doit permettre à chaque citoyen de disposer de services urbains de qualité. Posée par la div comme un objectif national, la gestion urbaine de proximité doit conduire à l’amélioration de la qualité de vie des habitants dans leur quartier.

3 Voir Christine Lelévrier, article « Gestion urbaine de proximité », in Dictionnaire de l’habitat et du logement, op. cit. note 1.

4 Ce premier travail repose, pour sa partie socio-démographique, sur les résultats d’un questionnaire adressé aux ménages de la cité comportant 226 questions (100 ménages enquêtés sur 207 logements) ainsi que sur l’exploitation des données statistiques du dernier recensement général de la population (1999) à différentes échelles géo-administratives (îlot – ici AS02 –, quartier, commune) comme élément de cadrage. Nos remerciements à Pascal Fuchs, directeur du service Population de la Ville de Montreuil, qui nous a grandement facilité le travail en nous fournissant les données. Pour l’approche spatiale et architecturale, nous avons exploité des documents relatifs aux différentes étapes de la conception et de la réalisation, ainsi que des entretiens auprès d’architectes ayant travaillé au début de l’opération, dans les années 1970.

5 Nous avons procédé à des entretiens approfondis auprès de ces acteurs.

6 Ce deuxième niveau d’analyse est nourri par les entretiens réalisés auprès des acteurs, et surtout par les onze entretiens effectués à leur domicile auprès de onze habitants. Un travail d’observation des lieux et des circulations a été effectué, mais de façon non systématique.

7 La maison Pernod père et fils fut fondée à Montreuil en 1860. Elle fabriquait des alcools et des liqueurs, notamment de l’absinthe. La plupart des bâtiments de l’ancienne distillerie ont été démolis, mais certains éléments de l’ancienne structure, ainsi que la tour (ancien château d’eau) ont été conservés. L’opération de réhabilitation de l’ensemble industriel par la Semimo-B (société d’économie mixte faisant du logement et de l’immobilier d’entreprise) en logements et locaux d’activité fut dans les années 1980 considérée comme une opération exemplaire (voir Montreuil, Inventaire du patrimoine industriel et urbain, caue 93, volume I).

8 Jean-Jacques Serey, maire adjoint délégué à l’Habitat, cité dans Montreuil Dépêche, hors série, mai 2003.

9 Société d’économie mixte qui possède les terrains et réalise les opérations.

10 Nous n’avons pas été en mesure de reconstituer l’évolution du peuplement, faute de données, la Montreuilloise n’ayant pas agréé nos demandes.

11 Voir supra, note 4.

12 zac : zone d’aménagement concerté. Plusieurs zac sont en cours à Montreuil, en particulier celles dite « Valmy » en bordure du périphérique, et celle dite « Beaumarchais » qui concerne justement le quartier.

13 Si la fourchette est si large, c’est que dans l’hypothèse haute (27 %) nous avons inclus les non-réponses, qui correspondent logiquement, au moins pour partie, à des niveaux de diplôme bas.

14 Société anonyme immobilière d’économie mixte, dont est issue la Montreuilloise d’habitation, qui recouvre les activités de logement de la société.

15 Entretien avec Éric Imbert, décembre 2001. dsu : développement social urbain.

16 Entretien avec Jean-Louis Auduc, décembre 2001.

17 Convention du 5 juillet 2001.

18 Idem.

19 Éric Imbert, dsu, entretien décembre 2001.

20 Idem.

21 Idem.

22 Remise en état des halls et des parties communes (peinture anti-graffitis, nettoyage des sols, remplacements des faux plafonds, réfection des portes d’entrée, remplacement des équipements dégradés, signalétique effective, régénération des plantations, réfection du kiosque, remplacement des bancs abîmés, etc.), interventions visant à corriger ou améliorer des effets liés à la structure d’origine (délimitation des espaces intérieurs, remplacement des passerelles abîmées, traitement ludique ou paysager du centre de la place des Artisans, etc.).

23 Entretien avec M. Blanchard, président de la Montreuilloise d’habitation, septembre 2003.

24 Entretien avec une habitante, mai 2002.

25 Entretien avec un habitant, juin 2002.

26 Il s’agit ici d’un local associatif situé dans la cité, mais dont l’entrée est uniquement sur rue (rue de la Révolution). Entretien avec Thérèse Bérard, octobre 2001.

27 A la demande de la direction de l’appel d’offres, un travail a été mené parallèlement à la recherche avec une réalisatrice, Virginie de Véricourt. Un film, Lieux communs, pour l’essentiel tourné pendant ces mois, et par la suite plébiscité par les habitants, a pu être réalisé.

28 Convention du 5 juillet 2001.

29 Voir Le Parisien, articles des 11 et 14 septembre 2003, « Banditisme, les armes de guerre étaient destinées aux banlieues », et « Le trafiquant de Montreuil était un technicien hors pair ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540