Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société des voisins

 | 
Bernard Haumont
, 
Alain Morel

II. Les incertitudes de la résidentialisation

Les incertitudes de la résidentialisation

Transformation des espaces et régulation des usages

Christine Lelévrier et Brigitte Guigou

Texte intégral

1La « résidentialisation », terme apparu à la fin des années 1990 chez les bailleurs hlm et quelques architectes, pourrait littéralement se définir comme l’action de transformer un ensemble de logements sociaux en « résidence ». La pratique d’aménagement ainsi désignée consiste au minimum à clarifier les statuts des espaces extérieurs et à délimiter, par une clôture, l’espace privé de la résidence de l’espace public de la ville. Les dispositifs spatiaux varient à la fois selon les intentions des bailleurs et des architectes et les marges de manœuvre laissées par la configuration des espaces. Ils vont de la simple fermeture pour éviter les passages, rassemblements et trafics à la constitution d’unités résidentielles offrant aux résidents des espaces à s’approprier.

  • 1 Un premier rapport de recherche a porté sur la genèse de la notion de résidentialisation (Lelévrie (...)

2Comme la réhabilitation en son temps, la résidentialisation est considérée comme un moyen d’améliorer la vie collective, la sécurité et la mixité sociale. Autrement dit, bailleurs, villes et concepteurs attendent de ces dispositifs spatiaux des effets sociaux et développent des discours qui doublent l’intention de « banalisation urbaine » de celle d’une normalisation sociale des pratiques : éviter les rassemblements de jeunes dans le hall, diminuer le trafic de drogue et faciliter le travail de la police, mais également favoriser une appropriation de la résidence par les locataires pour qu’ils puissent eux-mêmes en contrôler collectivement les usages. Notre recherche a porté avant tout sur ces liens entre dispositifs spatiaux et effets sociaux. A partir d’entretiens et d’observations menés dans deux opérations franciliennes1, l’une dans le quartier des Goélands dans une commune de ville nouvelle (Guigou 2004), l’autre dans le quartier des Cerisiers à Lognans (Lelévrier 2004), nous avons cherché à voir comment les « résidents » s’adaptaient à ces transformations, ce qu’elles signifiaient pour eux et dans quelle mesure ces changements d’organisation spatiale pouvaient amener des changements dans les relations de voisinage en partant de deux questions principales.

31. Comment s’opère la transposition de modèles d’habiter se référant à la fois à la résidence privée et au pavillonnaire dans l’espace d’un ensemble hlm ? Avec quels réajustements dans les représentations et les pratiques de l’espace privé et de l’espace public ?

  • 2 Winter F., entretien architecte.
  • 3 Soulier N., entretien architecte.

4L’analyse des discours de concepteurs et de bailleurs sociaux montre en effet que le terme de résidence renvoie à deux grands types de représentations, celle de la résidence privée sécurisée de standing, plutôt en copropriété, incarnée par l’idée de « qualité résidentielle »2, et celle du village, de l’échelle de l’unité de voisinage, synonyme de convivialité et de proximité, incarnée par l’idée d’« unité résidentielle », de « courée »3. On retrouve ces deux pôles dans nos deux opérations, l’une misant sur la qualité résidentielle, mettant en scène les dispositifs de la résidence (clôture, sécurisation des accès, espaces paysagers et décoratifs) et l’autre mettant davantage en avant l’appropriation et la convivialité des résidences.

52. La résidentialisation repose à la fois la question des rapports entre proximité spatiale et distance sociale et celle des interactions entre espace et relations sociales. Comment instaurer de la convivialité et favoriser de l’appropriation collective dans un espace social créé artificiellement et souvent hétérogène culturellement ? La résidentialisation, en redéfinissant de nouvelles entités spatiales et en proposant des modes d’occupation normalisée des espaces, ne vient-elle pas introduire des changements dans les normes et la régulation sociale des usages ? Y a-t-il redéfinition d’un usage acceptable par tous sur ces nouveaux espaces, qui selon Oscar Newman se ferait par imposition des valeurs et du contrôle des voisins issus des classes moyennes, imposition rendue possible par la taille réduite de l’unité de voisinage (Newman 1996 : 87) ? Comment s’y renégocie l’usage moyen analysé par Jean-Claude Kaufmann dans les années 1980 comme la « nouvelle fonction sociale des relations de voisinage en HLM », « usage dominant qui servira de référence collective », usage moyen « parce que les extrêmes peuvent rarement s’imposer et surtout parce qu’il ne régit qu’un aspect des pratiques sociales : ce qui touche au collectif » ? (Kaufmann 1983 : 137.)

Les Goélands en ville nouvelle : créer une unité résidentielle en clôturant et en aménageant la dalle

  • 4 Directeur du patrimoine, bailleur.

6Dans ce que les habitants appellent la « cité morte », en référence à l’ennui qui régnerait dans cet ensemble de 276 logements en bordure du quartier Les Goélands dans une commune de ville nouvelle, les éléments les plus visibles de la résidentialisation sont la clôture, la sécurisation et l’aménagement des dalles. Les deux ensembles immobiliers, Provence et Bourgogne, sont constitués d’une tour de 8 étages et de bâtiments de 3 ou 4 étages dont chacune des entrées compte une quinzaine de logements. Ces bâtiments encadrent une dalle qui a été fermée par une grille et des portails. Ces aménagements symbolisent, avec l’attribution d’une adresse unique, l’existence de la résidence, conçue comme une unité de voisinage. La configuration des lieux (urbanisme de dalle) explique en partie la grande taille de ses unités (161 logements à Provence, 115 à Bourgogne). Pour le bailleur HLM et les concepteurs, les résidents doivent être impliqués dans la régulation des usages dans les espaces communs, « il faut que ce soit chez eux, et pas à tout le monde. C’est ça l’idée »4. La dalle est aménagée afin de clarifier les statuts des espaces et les usages et de faciliter l’appropriation : agrandissement des terrasses privatives, amélioration des circulations, installation d’une aire de jeux et de mobilier urbain, fleurissement… Pour faciliter cette régulation, les moyens de gestion du bailleur sont renforcés (ouverture d’une loge et d’une antenne, augmentation de la fréquence de nettoyage) et des actions d’animation mises en place : sorties, soutien aux associations.

Les parties communes : malaise dans la régulation

7D’après les habitants, la résidentialisation n’a pas eu d’impact sur les usages des espaces collectifs intérieurs. Il n’y a pas eu de travaux dans les parties communes ni, de leur point de vue, de changements perceptibles dans le nettoyage ou d’amélioration significative de leur état, malgré les efforts de gestion par le bailleur. Si les résidents reconnaissent que l’état des espaces collectifs intérieurs est contrasté selon les lieux et les moments, la plupart dénoncent vigoureusement la saleté et les dégradations. Leurs réactions oscillent entre la mise à distance, la honte, la colère, voire le rejet du lieu d’habitat.

Ça dégage une odeur dans les sous-sols, pouah, c’est pas possible. Moi j’ai honte quand il y a des gens qui viennent me voir (H., 40 ans, couple, 2 enfants, ancienneté 3 ans).

Il y a des jours, je vous jure, vraiment c’est dégueulasse. En fait ça dépend. Vous descendez dans le hall, il y a des papiers, les emballages de goûter, les prospectus jetés n’importe où… (F., 40 ans, séparée, 1 enfant, anc. 8 ans).

8Au travers des propos de ces habitants, la responsabilité du bailleur dans l’entretien des espaces intérieurs est souvent présentée comme secondaire par rapport à celle des voisins. Derrière les remarques sur la « saleté » et les dégradations, ce sont les voisins qui sont fréquemment mis en accusation.

Pour moi il y a une dégradation de la propreté. Mais on ne peut pas dire seulement c’est la faute au bailleur. Ce sont les gens aussi qui ne respectent rien, qui s’en foutent (H., 32 ans, couple, anc. 7 ans).

9Dans ce contexte tout se passe comme si la résidentialisation ne pouvait modifier des comportements ou, plus précisément, des manières d’être vécues comme immuables. Ce processus de dénonciation du voisinage peut être interprété comme une manière de se démarquer d’un groupe et d’un lieu dévalorisés, de déplacer le stigmate sur d’autres que soi. Pour certaines des personnes interviewées c’est l’ensemble du voisinage, perçu comme un collectif anonyme, qui serait responsable des dégradations. D’autres accusent certains voisins ou certaines familles. Quoi qu’il en soit, les comportements attribués par les résidents aux « fauteurs de troubles » sont systématiquement opposés à ceux qui sont revendiqués pour eux-mêmes et pour leur famille. Comme cela a déjà été noté dans d’autres quartiers stigmatisés, les résidents y « forment un groupe perpétuellement et structurellement divisé contre lui-même » (Pialoux 1979). Les relations individuelles entre voisins sont néanmoins diverses : simples relations de politesse, tel le « bonjour-bonsoir » (Pasquier-Merlet 1993), absence de relations et sentiment d’isolement pour certains ou insertion dans des réseaux locaux et amicaux pour d’autres.

10Au quotidien, les mégots abandonnés ou, au contraire, le nettoyage ostentatoire du palier confrontent chacun à des manières de vivre différentes. Si ces décalages sont porteurs de conflits, ces derniers sont ici assez peu fréquents. En effet, face à un comportement jugé non acceptable, l’intervention verbale ne va pas de soi. La plupart des habitants la perçoit comme une prise de risque, la réaction des voisins étant imprévisible et le recours à une autorité extérieure, celle du gardien notamment, difficile à mobiliser. La crainte de s’engager dans un conflit, de perdre la face, voire d’être victime de « représailles » sur son véhicule, conduit une grande partie des résidents à adopter une position de retrait. La difficulté de nouer des alliances avec des voisins renforce la prise de distance et contribue à alimenter le sentiment d’insécurité souvent exprimé dans les entretiens.

Non, moi, dehors, je ne dis rien. Je n’ai pas le courage. Après tu risques d’avoir toute la bande sur le dos (H., 39 ans, couple, 2 enfants, anc. 2 ans).

Dire quelque chose à un enfant, aller voir les parents, ça non. Je vous assure, ça ne sert à rien. Les parents vont dire que les enfants n’y sont pour rien. Vous risquez des problèmes (F., 31 ans, couple, 2 enfants, anc. 4 ans).

11Les désaccords sont d’autant plus mal vécus qu’ils engagent un voisin de palier. La plupart des résidents rencontrés sont attentifs à la propreté de cet espace mitoyen du logement, « moi un palier sale, je supporte pas », et tentent d’établir des règles d’usages partagées.

12Mais cet accord n’a rien d’évident.

Le voisin il sait que je nettoie le palier moi-même mais ça ne l’empêche pas de balancer son mégot sur le palier. Cela me dérange vraiment (F., 40 ans, séparée, 1 enfant, anc. 8 ans).

13A Provence et Bourgogne l’attitude de retrait n’est toutefois pas systématique. Les résidents disposent de moyens pour tenter de promouvoir des usages auquel ils sont attachés : l’une installe un carton sur lequel elle a écrit « poubelle » au pied des boîtes aux lettres ; l’autre ramasse ostensiblement devant son voisin des mégots qu’il a jetés ; une autre laisse, après avoir balayé devant sa porte, le tas de poussière devant le paillasson du voisin…La décision sur la conduite à tenir dépend du contexte et de l’évaluation des risques pris à engager une interaction verbale avec le(s) « fauteur(s) de troubles ». Cette appréciation se construit, de façon subjective, à partir d’éléments biographiques réels ou supposés sur les personnes concernées : classe d’âge, réputation, origine géographique, religion…

Plusieurs fois j’ai reçu de l’eau qui venait du dessus. Je sais d’où ça vient mais je n’ose pas y aller. A cause de la famille, ils sont très nombreux, je n’ose pas… Par contre l’autre jour ma fille a eu un problème avec un petit garçon et je suis montée voir la maman. Je sais pas, elle avait l’air gentil. Et puis elle est malgache. C’était plus facile (F., 28 ans, séparée, 2 enfants, anc. 2 ans).

14Dans cette situation d’incertitude les locataires sont conscients qu’il est possible, pour celui qui est mis sur la sellette, d’adopter une « stratégie de sortie », de se défausser ou de couper court à toute transaction.

Le problème c’est d’identifier le responsable. Il y a des voisins qui laissent tous les samedis le Caddie au milieu du palier. Cela gêne le passage du fauteuil roulant. J’ai sonné chez tous les voisins pour leur expliquer la situation. Eh bien tous m’ont dit que ce n’était pas eux et le Caddie est encore là le samedi (F., 42 ans, célibataire, handicapée, anc. 19 ans).

15Les anecdotes racontées par les uns et les autres sur des réactions agressives contribuent aussi à légitimer l’attitude de retrait.

Il y avait une bande de cinq ou six gamins qui jouaient au football dans l’ascenseur. On entendait un bruit terrible et ils bloquaient l’ascenseur. J’ai fait une remarque à une gamine, elle devait avoir dix ans. Eh bien elle s’est mise à m’insulter. Je lui ai couru derrière dans les escaliers mais elle s’est sauvée (F., 35 ans, célibataire, anc. 15 ans).

16La situation est toutefois différente dans certaines cages d’escaliers où s’est instauré un « usage moyen » des espaces collectifs qui correspond, grosso modo, aux critères du « bien vivre ensemble » du bailleur. Les usages y sont suffisamment stabilisés pour être respectés par ceux qui emménagent. Différents indices l’attestent : la propreté visible, le nettoyage régulier des paliers par des locataires, l’usage de descendre un sac-poubelle entreposé sur le paillasson…

Ici ça se passe très bien. C’est une bonne cage. Le gardien habite en dessous (F., 50 ans, 2 enfants, anc. 18 ans).

Ici dans la cage d’escalier il n’y a aucun problème. On se connaît, on bavarde sur le palier… On n’hésite pas à se rendre service. Moi je descends le sac-poubelle des voisines (F., 49 ans, couple, 3 enfants, anc. 19 ans).

17La « bonne ambiance » de ces cages d’escaliers est réputée. Elle serait liée à la présence d’un noyau stable d’anciens locataires suffisamment légitime pour faire respecter les règles qu’il a lui-même instaurées. A la différence de ce qui se passe dans d’autres cages, le gardien, qui est facilement sollicité, intervient volontiers afin de maintenir le statu quo.

Un changement dans les usages de la dalle

  • 5 Gardien, bailleur.

18La résidentialisation a, en revanche, profondément transformé les usages des espaces collectifs extérieurs. Avant, la dalle était « déserte » (d’après les habitants), elle était en fait utilisée comme un lieu de passage. Aujourd’hui, elle est fréquentée par une partie des enfants et des adolescents (à l’âge du collège) de la résidence, « on dirait une cour de récréation »5.

19Les habitants ont un point de vue ambivalent sur les conséquences de ces aménagements. Ils sont par principe favorables à l’installation de jeux pour les plus jeunes, même lorsqu’ils n’ont pas d’enfants en âge de les fréquenter, « c’est bien pour les enfants, il n’y avait rien pour eux ». Pour les mères de famille qui laissent leurs enfants jouer sans surveillance, cet aménagement facilite la vie quotidienne. Certaines auraient d’ailleurs souhaité davantage de jeux, notamment pour les plus grands. Ce point de vue est partagé par certains enfants de résidents interviewés.

Maintenant que c’est clôturé, c’est très sûr ici. Je laisse les enfants jouer dehors, ils ont leurs copains et cela ne risque vraiment rien. Je jette un coup d’œil par le balcon. J’ai confiance (F., 28 ans, séparée, 2 enfants, anc. 2 ans).

20La résidentialisation a aussi contribué à modifier les usages des terrasses privatives du rez-de-chaussée. L’agrandissement de ces terrasses, situées en bordure de dalle, s’explique à la fois par des raisons de cohérence interne du projet spatial (mieux dimensionner l’espace central), par des raisons commerciales (faciliter la location et le maintien sur place des locataires du rez-de-chaussée) et par la volonté de rendre la dalle plus animée en facilitant les usages de ces espaces privatifs. Les terrasses, auparavant désertes (d’après les habitants), restent aujourd’hui assez peu utilisées. Ceux qui commencent à les investir, par exemple en y installant du mobilier de jardin, en laissant les enfants y jouer ou en y attachant leur chien, font souvent état des risques qu’ils prennent, de leur point de vue, lorsqu’ils fréquentent ces espaces. Outre les balles envoyées par les enfants, ils craignent de recevoir des saletés ou des jets d’ordures en provenance des étages supérieurs, ou d’entendre des remarques désobligeantes des voisins. Leurs propos témoignent de l’ambivalence de leur attitude par rapport à cette modification de leur lieu d’habitat : la satisfaction réelle de disposer d’un espace extérieur privatif s’accompagne souvent du sentiment désagréable d’être en permanence sous le regard du voisinage.

La terrasse on en profite, oui. Cela permet de manger dehors s’il fait beau. Mais dans ce contexte, ici, c’est assez délicat une terrasse… On l’utilise avec modération. Il suffit d’un rien et il y a un problème. La jalousie des gens qui vous balancent des choses sur la figure. Ou un conflit avec un voisin. Et ceux qui secouent les tapis. Sincèrement, la terrasse, il y a aussi beaucoup d’aspects négatifs (H., 40 ans, couple, 2 enfants, anc. 3 ans).

Des problèmes de régulation inédits dans les espaces collectifs extérieurs

21Les aménagements des espaces collectifs extérieurs posent problème en raison des nuisances qu’ils génèrent. Les résidents dont les fenêtres donnent sur la dalle se plaignent du bruit et des « balles perdues », ballons maladroitement lancés sur les terrasses ou dans les vitres.

Avant il n’y avait personne dehors et on était tranquille. Vraiment la dalle, depuis qu’il y a eu les travaux, c’est la pagaille. Ils jouent, ils cassent, ils font n’importe quoi et personne ne dit rien. Les enfants sont dehors jusqu’à 1 heure du matin. On croirait que les parents les jettent dehors. Et moi avec ma chambre qui donne sur l’aire de jeux, je ne peux pas dormir (F., 23 ans, vit chez ses parents, célibataire, anc. 12 ans).

22L’aménagement de la dalle confronte les résidents à des problèmes inédits. Il contribue à mettre en scène des différences dans l’éducation donnée aux enfants. En premier lieu, il rend visible des clivages entre ceux qui laissent leurs enfants jouer dehors et les autres, qui redoutent les mauvaises fréquentations et s’attachent à protéger leurs enfants d’un environnement subi et perçu comme inquiétant.

Les enfants ne jouent pas dehors. Il n’en est pas question. Non, ils risqueraient de se faire piétiner dehors (H., 39 ans, couple, 2 enfants, anc. 2 ans).

J’évite de laisser mon fils jouer dehors à cause des autres enfants. Et je ne le laisse jamais seul en bas. Ici c’est une concentration de gens à problèmes. Moins on y est, mieux on se porte (F., 32 ans, couple, 2 enfants, anc. 3 ans).

  • 6 En 2001, le taux de rotation annuel était d’environ 25 %. Le prix élevé des loyers et des charges (...)

23De plus le statut et les usages de cet espace ne sont pas clairs pour les résidents. L’aire de jeux pour enfants est gérée par le bailleur et utilisée par les enfants de locataires sous la responsabilité de leurs parents. Qui en a la responsabilité ? Jusqu’à quelle heure les enfants peuvent-ils y jouer ? Comment réagir lorsque ces derniers jouent dans la « rue publique centrale » (expression des architectes), alors que des dispositifs matériels visent à les en dissuader (portail de l’aire de jeux, bancs et bacs à fleurs) ? Les problèmes qui se posent aujourd’hui sur la dalle concernent l’ensemble de l’unité résidentielle. Dans cette unité, qui se caractérise par une certaine hétérogénéité socio-économique et culturelle et par un turn-over important de ses résidents6, le partage de référents communs sur le mode d’utilisation de ces espaces fait défaut. Or, s’asseoir sur un banc, c’est se trouver sous le regard des voisins, confronté au risque d’être interpellé ou de devoir prendre parti dans un conflit. Plus encore que dans les espaces collectifs intérieurs, la position de retrait des adultes y est patente. Presque tous se contentent d’y passer et évitent d’y rester. Les gardiens interviennent avec prudence dans les conflits entre habitants. Interpellé par un locataire qui avait reçu en représailles d’un ballon confisqué des cailloux dans ses vitres, le gardien explique aux enfants qu’ils doivent se tenir correctement. Il placarde ensuite sur les portes des halls des affiches rappelant les principes du règlement intérieur. Gardien et adultes sont néanmoins conscients du faible impact de ces affiches, comme du peu d’attention accordée au règlement intérieur par les résidents et leurs enfants.

24Dans ce contexte, la résidentialisation tend à renforcer les inquiétudes des résidents et les processus de retrait par rapport aux espaces collectifs.

Les Cerisiers à Lognans : « favoriser l’appropriation » par la création de jardins à l’arrière des résidences

  • 7 Nom du bailleur qui gère l’ensemble des logements.
  • 8 Chargée de gestion sociale, S.A. hlm.
  • 9 Chef de secteur, S.A. hlm.

25La résidentialisation de la « cité du Lac », comme l’appellent les habitants7, ensemble de 1 500 logements répartis dans une vingtaine de bâtiments de quatre étages, introduit deux changements importants. Elle crée tout d’abord une unité de voisinage nouvelle, la résidence, qui regroupe deux cages d’escalier, soit au total vingt logements. A l’avant, une grille donne accès à une entrée paysagère avec, sur le côté, les locaux du tri sélectif et les boîtes aux lettres. A l’arrière, la configuration du site a permis de clôturer de petits espaces attenants aux immeubles, dont l’accès se fait avec un badge, par la porte intérieure de l’immeuble. L’originalité de cette opération est d’avoir intentionnellement destiné ces espaces arrière aux résidents, sollicités pour en définir les usages. Il s’agit de « faire en sorte que les gens se sentent plus chez eux8 ». « Il faut créer de l’intimité, ramener à l’échelle humaine, permettre aux locataires de s’approprier leur jardin, leur entretien9» Nous avons choisi d’analyser ici les réactions des habitants à cette sollicitation. Elles montrent comment ces espaces, conçus pour qu’on se les approprie, viennent troubler les repères spatiaux familiers et les modes de relations de voisinage dominants.

Le refus « a priori » de l’appropriation collective

  • 10 Chargée de gestion sociale, S.A. hlm.

26Pour que les habitants puissent s’approprier ces espaces situés à l’arrière, le bailleur et le paysagiste leur ont soumis une liste d’objets et d’aménagements possibles. Contre toute attente, les habitants ont exprimé d’abord une sorte de refus d’appropriation. « On a demandé aux gens ce qu’ils voulaient, avant les travaux, on leur a proposé une liste : bancs, fleurs, tables, barbecues, séchoirs… ils ne voulaient rien, surtout rien10. » L’aménagement qui va répondre à cette volonté de neutraliser ces espaces est celui de la pelouse, adopté in fine par le paysagiste.

Ils nous mettent une table et des chaises. Sinon, ils pouvaient nous planter des fleurs mais comme on avait peur que les vandales viennent saccager, on a demandé de la pelouse. C’est bien comme ça. On a tous dit pareil (F, 77 ans, veuve, anc. 40 ans).

Nous, on a répondu qu’on ne voulait rien : tous les gens, ils voulaient rien parce qu’on ne voulait pas être embêtés, on voulait pas s’emmêler avec tout ça et…on est chacun chez soi, c’était déjà comme ça avant donc on n’a pas besoin de tout ça… (F., 56 ans, couple, anc. 25 ans).

27Trois dispositifs sont presque unanimement rejetés : les séchoirs, les bancs et les barbecues. A travers ce rejet, s’exprime d’une part celui de tout signe d’intimité familiale, de toute intrusion de pratiques de la sphère privée dans cet espace collectif. Mais se manifeste aussi le rejet de toute pratique amenant à la rencontre ou/et à la confrontation avec ses voisins et leurs éventuelles différences culturelles.

Bon les séchoirs, ça nous aurait pas… enfin, attendez, vous n’allez pas mettre votre linge dehors à la vue de tout le monde pour commencer et puis, bon, on est vingt locataires, on n’aurait pas pu tous mettre notre linge… (F., 42 ans, couple, 2 enfants, anc. 20 ans).

S’il y en a qui mettent des barbecues, bonjour la fumée. Et puis on n’a pas tous les mêmes goûts culinaires. Alors avec les gens qu’il y a en dessous… (F., 80 ans, couple, 5 enfants partis, anc. 40 ans).

28Les discours se construisent d’une part en référence au jardin pavillonnaire, d’autre part sur les risques de conflits de voisinage qu’introduirait l’appropriation de cet espace.

Un jardin qui ressemble à celui d’un pavillon mais dont l’usage est collectif

29La réserve des habitants tient d’abord à la difficulté de « faire leur » cet espace. « Je m’approprie ce à quoi j’aime m’identifier, ce que je consens à reconnaître comme mien » (Sansot 1980). Or, ce nouvel espace intermédiaire est peu familier. Tout d’abord, le « rituel » du passage ne se fait pas par cet espace grillagé. Ensuite, sa configuration laisse les locataires perplexes. La seule référence familière formelle est celle du « jardin de pavillon ». Mais dans cette « cité », la porte du logement, seul espace où l’on se sente « vraiment chez soi », reste la première limite entre privé et public, celle de la confrontation aux normes d’usage des autres. Le fait d’être accessible aux vingt familles résidentes ne suffit pas à faire de ce « p’tit jardin » un espace privé. La mise en scène de particularités culinaires, de façons d’être entre amis paraît peu envisageable dans un espace qui, soumis au jugement du voisinage, est vécu comme public. C’est toute la différence avec le pavillon.

Vous avez les voisins, c’est pas pareil que d’être dans son propre jardin. Savoir que ton voisin est en train de dire, ah ben tiens, il a mangé des merguez, je sais pas, ça passerait pas. En pavillon, vous êtes chez vous, c’est pas pareil, c’est chez vous, vous faites ce que vous voulez, y a personne pour vous espionner (F., 42 ans, couple, 2 enfants, anc. 20 ans).

30L’appropriation collective de cet espace intermédiaire semiprivé ne va pas de soi et reste pleine d’incertitudes.

Un espace « à risque » mais de peu d’enjeu dans les relations de voisinage

31La confrontation d’usages, déjà difficile dans les parties communes, est peu souhaitée dans ces jardins.

  • 11 Entretien chef de secteur, antenne hlm.

32Tout d’abord, la résidence ne correspond pas à l’unité familière de voisinage qui reste celle de la cage d’escalier. Le regroupement de deux cages d’escalier opéré par la résidentialisation élargit ce cercle sans qu’il corresponde pour le moment à un espace de relations effectives de voisinage. Les locataires connaissent les voisins qui résident dans leur cage d’escalier, ne serait-ce que de vue. Au-delà de cet espace partagé au quotidien, tout dépend des relations qu’ils ont pu nouer, à l’école pour ceux qui ont des enfants, ou dans d’autres occasions. Mais le fait de résider dans un même immeuble n’oblige pas à la rencontre dans des parties communes comme c’est le cas dans la cage d’escalier et, depuis peu, dans la résidence. Autrement dit, la proximité spatiale de l’immeuble ne semble pas constituer une référence dans les relations de voisinage. Pour les locataires, cette obligation de fréquentation quotidienne de voisins nouveaux et plus nombreux (partage de l’espace devant l’immeuble, des poubelles et de l’espace à l’arrière) est davantage vécue comme une source potentielle de conflits et de désagréments que comme la constitution d’un « chez-soi collectif »11.

L’escalier d’à côté, on les connaît pas, ça a été fait pour rapprocher les gens, mais comme les gens ne descendent pas en bas… (F., 85 ans, veuve, anc. 40 ans).

Ils nous ont demandé ce qu’on voulait. Bon, mais à la réunion, on n’a pas été d’accord, entre les deux escaliers, on n’a pas réussi à se mettre d’accord. Ça s’est fini par des insultes (F., 37 ans, couple, 2 enfants, anc. 13 ans).

Nous, on s’en fout de ce qui se passe dans les autres bâtiments. Ce qui est important, c’est ce qui se passe dans la cage d’escalier (H., 53 ans, couple, 5 enfants, anc. 28 ans).

Je sais pas ce qu’ils veulent faire, deux entrées par deux entrées, mais, c’est un bâtiment, c’est pas un pavillon, c’est faire du voisinage entre deux entrées ? J’ai mon voisin qui habite à l’autre bout du bâtiment, comment je fais ? J’ai pas le droit d’aller dans son jardin ? (H., 23 ans, vit chez sa mère, anc. 14 ans).

33Par ailleurs, cette volonté de favoriser une appropriation collective s’inscrit plutôt en rupture avec un certain ordre social des relations de voisinage, notamment entre adultes. Cet ordre social pourrait se caricaturer par une double posture, maintenir une distance cordiale avec ses voisins tout en évitant les « embrouilles », en cherchant à « ne pas se mêler de l’intimité des autres », à « ne pas s’emmêler ». La distance se traduit à la fois par le rituel du « bonjour-bonsoir », laisse ouverte la possibilité de « se rendre des services » mais amène à « ne pas trop se fréquenter », « ne pas s’inviter les uns chez les autres ». Ce mode dominant de pratiques de voisinage n’exclut pas bien sûr des relations amicales établies de longue date entre certains voisins. Mais s’approprier collectivement les jardins implique de rompre avec cette distance, de prendre le risque du désaccord autour des usages. Les habitants ont peu d’intérêts collectifs et individuels à le faire dans la mesure où ils s’accommodent de leur voisinage par la réserve et où ils entretiennent déjà des relations amicales et familiales dans le quartier ou à proximité. La plupart des locataires interrogés ne voient pas pourquoi ils s’exposeraient à des risques de conflits dans un espace où l’intérêt à s’accorder sur un usage moyen (Kaufmann 1983) autour de la propreté et de l’entretien est très réduit par rapport aux autres parties communes. L’entrée, le hall ou le palier constituent en effet des espaces de côtoiement inévitable, beaucoup plus visibles pour soi, mais aussi pour ceux que l’on invite chez soi : contrôler les pratiques qui s’y déroulent est alors un enjeu important.

C’est ce qu’ils veulent faire… recréer des liens entre voisins, tout ça… mais je pense pas que ça va trop se faire en fait… Comme c’est une famille mais une famille bizarre les cités, c’est une famille mais chacun de son côté, chacun pour sa petite vie… Y a lui, il voit que tu fais ça, il va regarder ce que tu fais, tu vas te poser là, t’as tout le bâtiment qui va regarder, se demander ce qu’il fait… (H., 27 ans, personne seule, né là).

C’est pas parce qu’ils ont mis une p’tite barrière qu’on va aller piqueniquer ensemble ou tricoter sur les bancs, non, non… (F., 56 ans, couple, anc. 25 ans).

34Enfin, les réticences sont d’autant plus grandes que, si les limites physiques de cet espace sont définies, les usages y sont mis en confrontation sans règle claire. Quel droit a-t-on sur ces espaces ? Qui tranche en cas de conflit ? Pour l’instant, les gardiens, qui habitent la cité, disent ne pas vouloir se mêler des relations de voisinage, laisser les habitants se débrouiller eux-mêmes même si, dans la pratique, certains peuvent intervenir ponctuellement. Dans une des résidences, les locataires ont mis des fleurs uniquement parce que le gardien a accepté de s’en occuper.

Peut-être que ce serait plus joli s’il y avait des fleurs. Mais c’est aux gens de les mettre, c’est aux gens de l’entretenir. Maintenant, est-ce qu’on a le droit, est-ce qu’on a pas le droit, c’est encore à voir (H., 53 ans, couple, 5 enfants, anc. 28 ans).

De l’évitement à la réappropriation comme espace semi-privé pour les enfants ou le jardinage

35Face aux risques de conflits d’usage et à l’incertitude sur les modes de régulation, l’attitude majoritaire est plutôt d’éviter ces espaces. « On n’est pas intéressé », « on n’a pas envie », disent la plupart des gens interrogés. Cette position de réserve ne semble pas l’apanage d’une catégorie de locataires et n’est pas non plus en contradiction avec un avis plutôt favorable sur la résidentialisation. Elle correspond pour des « anciens » à une tentative de « préserver le calme » et la propreté de leur « escalier », tandis qu’elle permet à d’autres d’éviter la confrontation dans des résidences très diversifiées culturellement et très conflictuelles.

Moi je souhaite rien du tout, c’est pas parce que je me plais pas ici, c’est que… comment je pourrais dire, ça m’intéresse pas. Je suis pas en bas. Je vais pas au jardin, donc voilà c’est tout simple… Je crois que ça finit mal. Si c’est pour se tirer dans les pattes au moindre truc. L’autre, il vide sa poubelle par la fenêtre… Qu’est-ce que vous voulez mettre des fleurs… il faudrait qu’on puisse se mettre tous d’accord. Mais personne ne veut faire, ça n’intéresse personne (F., 42 ans, couple, 2 enfants, anc. 20 ans)

36La « sortie d’une position de réserve » se fait autour des enfants ou par une réappropriation individuelle de ces espaces. Après les travaux, on peut identifier trois types de pratiques :

  • un usage des jardins par les enfants, ceux de la résidence mais également d’ailleurs ;
  • leur transformation de fait en jardin privé par les personnes du rez-de-chaussée pour s’y asseoir, « pour fumer une cigarette » ou « discuter avec une amie en visite » ;
  • des pratiques d’embellissement et de jardinage mais qui ont lieu plutôt dans les espaces situés à l’avant des immeubles.

37Ces pratiques émergent soit dans des secteurs où le collectif de la cage d’escalier, plus homogène, rend le partage de normes plus facile (notamment autour de ce que doivent et peuvent faire les enfants), soit lorsque certains individus se sentent suffisamment forts pour les négocier, voire les imposer. Il s’agit en majorité de locataires habitant depuis longtemps la cité. Le jardin peut devenir alors un espace protégé pour ses enfants (grilles et surveillance de la mère), principalement pour des familles résidant au rez-de-chaussée et au premier étage.

Ces grilles, c’est pratique pour les enfants, ils sortent dehors, ils sont un peu chez eux. Je pourrais surveiller mon fils (F., 34 ans, couple, 5 enfants, née là, rez-de-chaussée).

  • 12 Décrivant les rapports sociaux qui se développent dans différents espaces de cohabitation dans les (...)

38La présence des enfants suscite néanmoins réprobations et conflits dans certaines résidences. Des pétitions ont été déposées pour se plaindre du bruit et des vitres cassées dans l’une des résidences, visiblement investie par une quinzaine d’enfants dont une partie viendrait de l’extérieur. On retrouve alors les logiques du procès (Althabe 1980) sur l’éducation et la tenue des enfants, transposées à cet espace12.

39Dans certaines résidences, au fur et à mesure de l’avancement des travaux, des accords se sont faits sur des objets neutres d’embellissement, de décoration qui sont d’ailleurs perçus comme des signes valorisés de la résidence : plantes, fleurs, voire plus rarement une table.

40Par ailleurs, un retraité passionné de jardinage a planté des fleurs, puis des tomates dans l’une des premières résidences mais dans l’espace devant l’immeuble. Cette pratique a suscité de nombreuses réactions d’opposition et a servi à justifier certaines positions d’évitement. La plupart des locataires interrogés ont eu vent du conflit qui a éclaté à cette occasion avec une « dame du rez-de-chaussée » qui s’était approprié ce jardin devant chez elle. La rumeur a circulé, donnant lieu à des versions diversifiées de ce conflit et de ses conséquences, un des locataires d’une résidence voisine annonçant même le déménagement de ce monsieur.

Nous on a voulu de la pelouse. Là-bas, ils ont mis des fleurs et des potagers. Il l’a fait tout seul, mais il n’a pas le droit si les autres ne veulent pas, parce qu’on va faire cela sans l’avis des autres, ça peut faire des machins de voisinage, ça (F., 80 ans, veuve, anc. 40 ans).

41Alors que son intervention est plutôt perçue comme une initiative autonome, ce monsieur dit avoir été désigné par la S.A. hlm et l’ensemble des locataires pour s’occuper de sa résidence puis de deux autres. Sa volonté de transformer ensuite l’arrière en jardin potager aurait été freinée par le bailleur. L’utilisation de l’eau pour l’arrosage, facturée à la collectivité, a suscité des protestations et lui a valu quelques conflits avec la gardienne. Son amertume comme les réactions des autres habitants font émerger de vraies questions sur la gestion de ces espaces : la prise en charge financière des plantations et de leur entretien, l’arbitrage entre une diversité d’usages sur un espace aussi petit et les difficultés d’une décision collective.

42L’organisation du partage entre « le dedans et le dehors » marque dans le pavillon « le seuil » entre l’espace intime de la famille et l’espace public des voisins, permet le jeu de la distance sociale. L’appropriation se fait par des marquages symboliques et des pratiques décrites par les travaux sur le pavillonnaire : clôture pour délimiter l’espace privé et l’espace public, entretien, bricolage, jardinage, etc. Mais ces pratiques s’exercent dans un espace peu soumis au regard des autres, surtout à l’arrière du pavillon (Raymond et al. 1979). La transposition de ces formes d’appropriation individuelles aux espaces communs de l’habitat collectif semble trouver ici ses limites. Les risques d’entrer en conflit avec ses voisins dépassent l’intérêt qu’ils peuvent trouver à utiliser ces espaces. Les usages peuvent toutefois évoluer et faire évoluer les relations entre résidents à plus long terme. Tout dépendra alors des configurations sociales existantes, certaines permettant par endroits l’usage partagé de ces jardins, tandis que d’autres en feront de nouveaux lieux de conflits.

Conclusion

  • 13 Il existe, bien sûr, une diversité de pratiques et de représentations des résidents liée, notammen (...)

43Dans les deux opérations de résidentialisation étudiées, des divergences profondes ressortent de la confrontation entre les intentions des bailleurs et des architectes et le vécu des habitants. Ce qui apparaît clairement c’est, en premier lieu, une posture dominante de retrait des adultes par rapport aux espaces nouvellement créés et, en second lieu, le refus d’assumer seuls la régulation des conflits dans ces espaces13. La petite taille de l’unité de voisinage ne semble pas atténuer les difficultés de régulation qui se posaient et se posent encore dans les espaces collectifs intérieurs. Les unités de voisinage nouvellement créées restent pour l’instant artificielles. Les limites spatiales imposées par la résidentialisation ne suffisent pas en soi à clarifier les usages, en particulier ceux des espaces semi-privatifs.

44Dans le quartier Les Goélands en ville nouvelle, le caractère conventionnel de l’espace de jeux a contribué à un a priori favorable des habitants et à son investissement rapide par certains enfants de la résidence. Dans le quartier des Cerisiers à Lognans, les espaces ne sont pas vraiment perçus comme privatifs, en dépit de ce que semble suggérer la référence au jardin pavillonnaire, dans la mesure où leur usage est partagé avec d’autres résidents. Ces observations rejoignent les analyses de Michel Conan qui ont montré comment le sens de l’espace est avant tout donné par les pratiques des habitants qui l’investissent (Conan 1997). Or, jusqu’à présent, il n’y a pas d’accord collectif sur ce sens mais plutôt évitement ou confrontations de pratiques individuelles conflictuelles, en particulier autour des enfants qui deviennent les principaux usagers des nouveaux espaces, dans les deux opérations étudiées. Les représentations et usages de ces espaces récemment aménagés mériteraient toutefois d’être suivis dans le temps et pourraient se différencier selon les groupes sociaux en présence.

45Lorsque la régulation dans l’espace résidentiel ne va pas de soi, le rôle des organisations gestionnaires de l’espace peut être interrogé. Une fois les travaux réalisés, la position du bailleur, dans les deux opérations, tend à se limiter au rappel du règlement intérieur. Dans les deux cas, les gardiens s’efforcent de conserver une posture de neutralité, au moins relative, confortant le sentiment des résidents d’être livrés à eux-mêmes. De plus les résidents, à la différence de ce qui se passe dans les copropriétés privées, ne disposent d’aucun lieu institutionnel ou formalisé leur permettant d’exposer, de confronter et de négocier leurs points de vue sur l’utilisation des espaces. Les associations, qui pourraient prendre en charge cette fonction, sont absentes ou en sommeil. Le statut juridique privatif des espaces résidentialisés contribue à diffuser l’idée selon laquelle ce qui s’y passe relève de l’accord entre individus. Les habitants sont alors contraints de s’arranger entre eux sans forcément parvenir à établir un minimum de référents partagés sur les usages des espaces.

Bibliographie

Références bibliographiques

Althabe, G. 1980. « Éléments pour une analyse des relations interpersonnelles dans l’espace commun d’immeubles HLM (Bellevue-Nantes) », colloque de Montpellier, Vie quotidienne en milieu urbain, février 1978, Supplément aux Annales de la recherche urbaine, cru, p. 385-390.

Conan, M. 1997. L’invention des lieux, Saint-Maximim, Théétète éditions.

Guigou, B. 2004. La résidentialisation, monographie 2 : La résidentialisation de la « cité morte » dans une ville nouvelle d’Île-de-France, rapport final, iaurif, Paris, ministère de la Culture.

Kaufmann, J.-Cl. 1983. La vie hlm, usages et conflits, Paris, Éditions ouvrières.

Lelévrier, Ch. 2004. La résidentialisation, monographie 1 : Le quartier des Cerisiers à Lognans. Résidence et appropriation : des modèles aux pratiques, rapport final, creteil/Université Paris XII, Paris, ministère de la Culture.

Lelévrier, Ch. & B. Guigou. 2004. La résidentialisation, genèse, références et attendus d’une pratique d’aménagement, rapport final, tome I, creteil/Université Paris XII, en collaboration avec l’iaurif, Paris, ministère de la Culture.

Newman, O. 1996, Creating Defensible Space, Washington, D.C., hud.

Pasquier-Merlet, É. 1993. Bonjour, bonsoir. La gestion publique des espaces privés dans les hlm de Nantes, université de Nantes, thèse de doctorat en sociologie.

Pialoux, M. 1979. « Jeunesse sans avenir et travail intérimaire », Actes de la recherche en sciences sociales, 26-27, p. 19-47.

Raymond, H., N. Haumont, M.-G. Raymond & A. Haumont. 1979. L’habitat pavillonnaire, cru-isu, 3e édition.

Sansot, P. 1980. « Ritualisation de l’espace urbain et de la vie quotidienne à travers le concept d’appropriation », colloque de Montpellier, Vie quotidienne en milieu urbain, février 1978, Supplément aux Annales de la recherche urbaine, cru, p. 501-510.

Notes

1 Un premier rapport de recherche a porté sur la genèse de la notion de résidentialisation (Lelévrier & Guigou 2004). Ce texte reprend surtout les analyses monographiques menées dans le tome II. Les noms de lieux et d’organisations sont fictifs pour garantir l’anonymat des personnes interrogées dans les deux opérations analysées.

2 Winter F., entretien architecte.

3 Soulier N., entretien architecte.

4 Directeur du patrimoine, bailleur.

5 Gardien, bailleur.

6 En 2001, le taux de rotation annuel était d’environ 25 %. Le prix élevé des loyers et des charges l’explique en partie.

7 Nom du bailleur qui gère l’ensemble des logements.

8 Chargée de gestion sociale, S.A. hlm.

9 Chef de secteur, S.A. hlm.

10 Chargée de gestion sociale, S.A. hlm.

11 Entretien chef de secteur, antenne hlm.

12 Décrivant les rapports sociaux qui se développent dans différents espaces de cohabitation dans les années 1980, G. Althabe utilise la notion de procès. L’enjeu de ce procès est de construire un acteur dit « idéologique », fixé à un pôle négatif et qui permet de s’en distancier en repoussant les autres à ce pôle. Les objets du procès et des accusations sont les relations internes à la famille, le rapport que les parents établissent avec leurs enfants et les rôles différenciés entre homme et femme. Autour des enfants et adolescents, la responsabilité des parents est dénoncée.

13 Il existe, bien sûr, une diversité de pratiques et de représentations des résidents liée, notamment, à leur position socio-économique et à leur ancienneté dans les lieux. C’est une question que nous avons peu explorée dans le cadre de ce texte.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540