Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies choisies ?

 | 
Noël Barbe
, 
Serge Latouche

Postface. Faire l’économie

Noël Barbe

Texte intégral

  • 1 Viviane Forester (1996) emprunte cette expression à Arthur Rimbaud.
  • 2 Comme on a pu parler de la « question sociale » au xixe siècle.
  • 3 Ce qui en fait un enjeu démocratique. Sur ce point, voir les publications de Bernard Maris. De faço (...)

1Au terme de la lecture des textes rassemblés dans ce volume, il faut tout d’abord souligner leur actualité. « Nous ne sommes pas des homo œconomicus », « L’horreur économique »1, « A quoi servaient les économistes ? dira-t-on alors dans cent ans. A faire rire » (Maris 2003a : 142). Sur les banderoles de manifestants s’opposant à la politique du gouvernement Raffarin qu’ils considèrent comme une généralisation du modèle libéral, dans des essais ou dans les discussions sur les compétences de l’expertise, la « question économique2 » fait l’objet de nombreux débats. Ce qui est ici en jeu, ce sont la qualification et les définitions réciproques, d’une part d’un domaine empirique de l’activité humaine qualifié comme économique et de son autonomie par rapport à d’autres domaines ; d’autre part celles d’une activité de connaissance prenant ce domaine comme objet, et enfin de la prétention de celle-ci à revendiquer une intervention non seulement sur le théâtre d’un savoir constitué mais aussi sur celui de l’action où son expertise peut d’ailleurs se confronter à celle de journalistes, de politiques, d’essayistes, de militants syndicaux et politiques3.

2Dans la mesure où les travaux publiés ici, par des ethnologues ou des sociologues, prennent comme objet des activités « économiques », il paraît tout d’abord nécessaire de s’intéresser aux confrontations disciplinaires qui opposent l’économie aux autres sciences sociales, au contexte disciplinaire dans lequel a été lancé l’appel d’offres de la mission à l’Ethnologie. Nous nous intéresserons ensuite aux résultats des recherches et au positionnement que leur a assigné l’appel d’offres.

L’humanité perdue... ?

  • 4 Nous ne considérons pas ces mondes comme des ensembles clos d’appartenances mais comme des logiques (...)

3L’économie est-elle une science sans hommes ? L’économie-chose est-elle « une machine vivante » ou « un mécanisme naturel » (Latouche 1984 : 1096) ? Deux essais de cartographie disciplinaire peuvent permettre d’éclairer la permanence de cette question dans le monde savant mais aussi les mondes militants et citoyens4.

4Tout d’abord, même s’il y a là discussion, voire contestation, l’économie-science tend à caractériser ses processus d’écriture par une extrême formalisation. Prenons pour exemples deux publications relativement récentes, l’une à visée pédagogique, destinée à des étudiants en sciences sociales (Walliser 2001 : 129), l’autre d’ordre épistémologique introduisant de la réflexivité dans la pratique des économistes (Chiappori 2001). Dans les mises en perspective épistémologiques des sciences sociales, « la science économique » apparaît comme une pratique où la scientificité jouerait à plein, où sur un continuum entre un pôle mou et un pôle dur, cette activité de connaissance se situerait au plus près de la dureté. La prétention des économistes à décrire le réel s’affirme en référence à la physique et le langage dans lequel se dit l’économie-chose « est essentiellement un système d’équations analytiques entre plusieurs variables » (Walliser 2001 : 129). Cet emploi des mathématiques est revendiqué tout à la fois comme un outil conceptuel et un instrument empirique. Dans le premier cas la formalisation nécessaire est rapportée à la complexité des questions auxquelles s’intéresse la théorie économique, dans le second – en revendiquant l’appui de Popper – au processus de contrôle empirique qui constitue le critère de démarcation des approches scientifiques (Chiappori 2001).

  • 5 Parmi lesquels Michel Aglietta, Robert Boyer, Bernard Chavance, Benjamin Coriat, François Eymard-Du (...)
  • 6 Le Monde, 31 octobre 2000.

5Remarquons tout d’abord que cette revendication de la formalisation comme critère de scientificité et mode d’appréhension du réel n’est pas sans susciter des débats, comme le montre la récente polémique sur l’usage des mathématiques. En 2000, une « Lettre ouverte des étudiants en économie aux professeurs et responsables de l’enseignement de cette discipline » signée par plus de cinq cents étudiants de grandes écoles et universités françaises et européennes, par une centaine d’économistes5, entend dénoncer la « schizophrénie » d’une discipline dans laquelle la méthode devient « une fin en soi ». Et les pétitionnaires de réclamer un pluralisme explicatif adapté à la complexité des objets étudiés. Un « Contre-appel pour préserver la scientificité de l’économie »6 revendique l’usage non exclusif des mathématiques comme moyens de vérification expérimentale, de distanciation du discours général, de preuve et de démonstration. Et de rappeler que la « formalisation n’est pas le fait d’une minorité partisane mais de la très grande majorité de nos collègues à travers le monde, et ce quelles que soient leurs opinions politiques et croyances philosophiques ». Olivier Favereau, Yann Moulier Boutang, Bernard Paulré, signataires de la première pétition, refusent de faire des mathématiques la seule ressource de scientificité de l’économie-science :

  • 7 Libération, 8 novembre 2000. Olivier Godechot parle de « domination mathématique » dans les salles (...)

Comment défendre la science économique ? Pourquoi cet acharnement à vouloir montrer que les mathématiques sont un facteur de scientificité de l’économie, comme si elles constituaient l’unique garantie de la validité d’un discours ? C’est parce que nous défendons la science économique que nous osons mettre en cause la prétention de l’économie mathématique à vouloir constituer le seul lieu où pourrait se développer une économie scientifique. C’est parce que nous défendons la science économique que nous entendons non pas mettre en cause le recours aux mathématiques, mais discuter de l’usage qui en est fait et de la façon dont elles sont utilisées dans notre discipline7.

  • 8 P.-A. Chiappori cité par Giorgio Israel (2001 : 369).

6Ce débat sur les ressources de scientificité de l’économie-science, certaines positions modérées invitant à ne pas confondre les techniques et les finalités ou à rapporter toute proposition « aux institutions dans lesquelles sont émises ses hypothèses » (Fitoussi 2000 : 41) incitent à considérer de façon nuancée le milieu des économistes au regard des différends épistémologiques qui le traversent. Il n’empêche que l’économie peut être considérée comme « atypique » au sein des sciences sociales par certains de ses praticiens, et les économistes caractérisés comme ayant un fort sentiment d’unité de leur discipline, contrairement aux sociologues et aux historiens8. La revendication d’un langage formel apte à cristalliser « des représentations mentales énoncées en langage littéraire » (Walliser 2001 : 129) est justifiée par l’avantage qu’il aurait de permettre finesse et exactitude, délocalisation et autonomisation du modèle :

Un modèle formel devient une représentation isolable de son contexte, séparable de son concepteur et communicable à d’autres économistes [...] Un modèle formel devient un outil autonome et plurifonctionnel, doté d’une vie propre quant aux manipulations qu’il permet, et exploitable par des chercheurs différents pour en épuiser les propriétés (Walliser 2001 : 129).

  • 9 Du point de vue de l’économiste, le bon sociologue est un économiste mort : « Un complexe de supéri (...)

7Nous serions bien loin des modèles de scientificité de l’histoire ou de la sociologie, disciplines historiques pour lesquelles il est impossible, dans une perspective passeronnienne, de « décrire des états du monde sans se référer à quelques-unes au moins de leurs coordonnées spatiotemporelles visées en leur singularité » (Passeron 2001 : 224)9.

  • 10 Voir de ce point de vue les articles de Jean Clio ( 1995) qui note l’influence d’Ernest Labrousse o (...)

8Encore une fois l’espace des économistes est fractionné et les théoriciens de la régulation, par exemple, ont réussi tout à la fois à intégrer l’homme comme acteur et à s’appuyer sur la discipline historique10. Giorgio Israel remarque cependant que durant le séminaire « Le modèle et le récit » tenu de 1995 à 1999 à la Maison des sciences de l’homme à Paris, « les exposés des économistes se signalent par l’absence de toute analyse concernant la dynamique historique de leur discipline, alors que des analyses de ce genre sont plus ou moins présentes dans les interventions des historiens, des sociologues, des anthropologues » (Israel 2001 : 370). A la formalisation conçue comme « mouvement autonome et exclusif de la rationalité épistémique » (Passeron 2001 : 238) correspondraient ainsi non seulement une autonomisation de l’objet analysé mais aussi celle de l’analyste, et une absence d’interrogation sur les conditions de la production scientifique.

9Michel Foucault montra naguère à propos de la prison comment s’opèrent de façon simultanée les productions de l’énoncé et de l’objet qualifié. Nous savons depuis les travaux de Michel Callon et Bruno Latour que les épistémologies normatives n’ont que peu à voir avec la vie de laboratoire et nous connaissons les effets performatifs de l’activité scientifique. Karl Polanyi et Louis Dumont revendiquent de tels effets de l’économie-science sur l’économie-chose, l’un dans son analyse de l’avènement du travail comme marchandise, l’autre dans celle de la suprématie de l’économique dans l’idéologie globale.

  • 11 Le 6 mai 1795, les juges du Berkshire, réunis à l’auberge du Pélican à Speenhamland, décident qu’il (...)

A l’ahurissement des esprits réfléchis, une richesse inouïe se trouvait être inséparable d’une pauvreté inouïe. Les savants proclamaient à l’unisson que l’on avait découvert une science qui ne laissait pas le moindre doute sur les lois qui gouvernaient le monde des hommes. Ce fut sous l’autorité de ces lois que la compassion fut ôtée des cœurs et qu’une détermination stoïque à renoncer à la solidarité humaine au nom du plus grand bonheur du plus grand nombre acquit la dignité d’une religion séculière.
Le mécanisme du marché s’affirmait et réclamait à grands cris d’être parachevé : il fallait que le travail des hommes devînt une marchandise. Le paternalisme réactionnaire avait en vain cherché à résister à cette nécessité. Échappés aux horreurs de Speenhamland, les hommes se ruèrent aveuglément vers le refuge d’une utopique économie de marché11 (Polanyi 1983 : 144).
Il devrait être évident qu’il n’y a rien qui ressemble à une économie dans la réalité extérieure jusqu’au moment où nous construisons un tel objet (Dumont 1977 : 33).

10Par extraction et purification, l’économie met au point des catégories désindexées de leurs lieux de naissance. Ces catégories viennent emplir les expertises sur des lieux socialement, culturellement et historiquement situés, au prix de possibles confusions entre l’espace de modélisation et le réel. A oublier que la Valeur, l’Utilité ou le Marché sont des outils d’analyse, on en vient à penser qu’ils renvoient, dans une sorte de pureté référentielle, à la réalité ou à sa version pure (Jorion 1991 : 17), alors qu’ils en sont des outils performatifs.

  • 12 Nous reprenons ici le titre d’un texte de Bruno Latour (1997).

11Le Marché est déprimé... L’économie-chose peut alors apparaître comme un courant marin naturel emportant au gré de ses caprices un navire sans capitaine. Telle la figure foucaldienne du Narrenschiff (la Nef des fous), « étrange bateau ivre », à la différence près qu’il n’est plus dans ce cas question de liminarité ou d’absolu Passage (Foucault 1972 : 18-24). A contrario, nous serions tous embarqués, à quelques chaloupes près, dans un bateau unique soumis aux caprices météorologiques d’étranges êtres nommés Valeur, Utilité ou Marché. On ne peut rien contre la fatalité des faits12... et vogue la galère.

12Ainsi, exemple classique, par la fameuse « main invisible », Adam Smith désigne le marché comme forme de coordination des intérêts économiques particuliers, permettant de concourir à l’intérêt général. Par ses mécanismes régulateurs d’allocation de ressources, les individus à la recherche de leurs intérêts personnels peuvent coexister et former une société :

En dirigeant (son NdA) industrie de manière que son produit ait le plus de valeur possible, (l’entrepreneur NdA) ne pense qu’à son propre gain ; en cela, comme dans beaucoup d’autres cas, il est conduit par une main invisible à remplir une fin qui n’entre nullement dans ses intentions ; et ce n’est pas toujours ce qu’il y a de plus mal pour la société, que cette fin n’entre pour rien dans ses intentions (Smith 1976 : 256).

13Ou encore Walras et les néo-classiques qui mettent en mouvement, avec l’économie pure et la théorie de l’équilibre général, des individus anonymes et a-sociaux, sans normes ou systèmes de valeur, dans une temporalité homogène et sans secousses (Verley 1995 : 523) pour satisfaire au mieux leurs besoins en consommation.

Politiser

14A cette conception, plusieurs niveaux de réponse ont été apportés, qui tous visent à politiser l’économie en réaffirmant qu’elle est en relation avec le gouvernement des hommes entre eux.

15C’est le cas de la philosophie politique rapportant l’économie aux idéologies politiques et aux formes de pouvoir. Gilles Châtelet le fait à propos du marché smithien et ce qu’il nomme la « Contre-Réforme libérale » :

L’heure serait désormais celle de la Main invisible du marché, qui ne prend pas de gants pour affamer et broyer sans bruit, invincible parce que faisant pression partout et nulle part, mais qui pourtant, comme Dieu a besoin des hommes, avait besoin d’une voix (Châtelet 1999 : 31).

16De la même manière Michael Hardt et Antonio Negri ne voient pas dans la mondialisation de la production et des échanges une indépendance accrue des relations économiques par rapport au contrôle politique. Au contraire, ils lisent là l’émergence, au détriment des États-Nations, d’une nouvelle forme de souveraineté politique, décentralisée et déterritorialisé, « composée d’une série d’organismes nationaux et supranationaux unis sous une logique de gouvernement » qu’ils nomment « Empire » (Hardt & Negri 2004 : 16).

  • 13 Nous aurions pu aussi évoquer François Simiand dont l’œuvre aura une influence primordiale sur l’hi (...)
  • 14 Voir Bruhns 1996 et 1998 ; Colliot-Thélène 1998 ; Gislain & Steiner 1995. La catégorie de mentalité (...)

17Les grands ancêtres revendiqués par la sociologie économique, au-delà de leur diversité d’approches de l’« économie », se sont tous peu ou prou employés à anthropologiser l’économie, si l’on entend par là – degré minimal de cette anthropologisation – l’opération qui consiste à indexer socialement et historiquement les acteurs économiques. Retenons-en deux13. Max Weber, dans les lectures multiples dont il est l’objet, se voit créditer d’une revalorisation de l’observation empirique, d’une approche historique et d’une analyse en termes de processus. On lui attribue également la mise en évidence de la nécessité d’une histoire tout à la fois économique et sociale ; le développement d’une théorie de l’action et de la catégorie de mentalité économique14. A l’économie pure des économistes, Durkheim oppose, à travers une discussion sur la question de l’abstraction dans les sciences sociales, une critique de leur purification de l’action économique :

  • 15 Durkheim 1975 : 274. Ce texte a été publié en 1887 dans la Revue philosophique.

[...] le meilleur moyen de les (les événements économiques, n.d.a.) étudier n’est-il pas de faire abstraction de ces causes perturbatrices qui en altèrent l’évolution naturelle ? L’abstraction n’est-elle pas un procédé légitime de la science ? Sans doute, seulement toutes les abstractions ne sont pas également justes. Une abstraction consiste à isoler une partie de la réalité, non à la faire disparaître. Or celle que nos économistes font d’ordinaire a précisément pour effet de faire évanouir l’objet même de l’économie politique [...] cet objet c’est la fonction économique de l’organisme social »15.

  • 16 Durkheim 1975 : 279. Sur la critique durkheimienne de l’abstraction des économistes, voir Gislain (...)
  • 17 Voir Gislain & Steiner 1995 : 49-51 ainsi que Steiner 1992. Les durkheimiens prendront possession e (...)
  • 18 On pourrait poser cette question aux sel ou aux rers par exemple. Fabrice Liégard note, dans son te (...)

18L’homo œconomicus se voit ainsi accusé d’être le produit d’une double abstraction illégitime, une abstraction de temps et de lieu opérant donc une « dé-géographisation » et une « dé-historicisation » (Passeron 2001 : 245) d’une part, une abstraction de « milieu »16 au profit de l’échelle individuelle d’autre part. Enfin Durkheim revendique les faits économiques comme des faits sociaux par une quadruple qualification – comme le fait social, le fait économique peut revêtir un caractère moral, exercer un statut coercitif sur les individus, revêtir un caractère institutionnel, dépendre de l’opinion17 – et par l’efficace de l’échange qui peut jouer un rôle socialisateur dans le cadre de la division sociale du travail18.

  • 19 Cette démarche est d’ailleurs proche de l’économétrie testant des modèles théoriques par des donnée (...)
  • 20 En opposition aux besoins infinis de Galbraith.

19La réponse peut aussi se faire moins généralisante dans la méthode, s’appuyant sur des cas historiquement et géographiquement situés : la rareté ou les marchés en un lieu ou un temps particuliers. Pour autant, ces recherches portant sur des situations singulières n’ont pas seulement un intérêt local, puisque ces fonctionnements particuliers sont confrontés aux grandes catégories de l’économie : la Rareté et le Marché19. Nous connaissons le travail de Sahlins montrant que les besoins de l’homme sont finis20 et socialement définis, que ces besoins socialisés vont créer la rareté ou l’abondance et non l’inverse (Sahlins 1976).

20Du côté des marchés, et sans souci d’exhaustivité, les travaux ont pu porter sur la contingence historique du marché smithien, sur le travail social qui permet la construction d’un lieu de concurrence pure et parfaite ou sur la formation des prix. Alfred D. Chandler, s’appuyant sur l’histoire des grandes entreprises et particulièrement celle des chemins de fer américains, montre la substitution de la « main visible des managers » à la main invisible de Smith :

Le marché est demeuré la cause première de la demande de biens et services mais c’est l’entreprise moderne qui a pris en main la coordination des flux de marchandises à travers les différents stades de la production et de la distribution, ainsi que la répartition des capitaux et des hommes en vue de la production et de la distribution futures. Titulaire de fonctions jusqu’à présent assurées par le marché, l’entreprise moderne est devenue l’institution la plus puissante de l’économie américaine et ses managers sont devenus les décideurs économiques les plus influents (Chandler 1988 : 1).

  • 21 Lors des séminaires réunissant les équipes de recherche retenues dans le cadre de l’appel d’offres, (...)

21Dans un article devenu désormais classique, Marie-France Garcia s’intéresse, de son côté, au travail social nécessaire à la création et au fonctionnement d’un marché aux fraises à Fontaines-en-Sologne : négociations avec les acheteurs et les producteurs pour qu’ils se présentent sur le marché, surveillance des producteurs pour qu’ils ne jouent pas différents modes de commercialisation contre ce marché et attention portée aux acheteurs pour qu’ils ne passent pas des alliances, mise au point de modalités pratiques pour isoler producteurs et acheteurs lors des transactions ou pour assurer une transparence de l’offre en quantité et en qualité. Les conditions de déroulement du marché, très proches de celles du modèle de concurrence pure et parfaite décrite par la théorie économique, sont le produit d’un travail social et réflexif où la théorie économique sert de référence pour l’aménagement de l’espace et l’élaboration du règlement du marché21.

  • 22 Jorion illustre cette idée d’enveloppe forfaitaire avec le raisonnement d’un paludier à propos du v (...)

22Paul Jorion analyse, sur l’île d’Houat, les variations du prix de vente du poisson sur une année, entre mai 1973 et mai 1974. Ces variations de prix ne reflètent que très peu, à qualité égale, les variations quantitatives de l’offre. Montrant que les prix ne se constituent pas au point de rencontre de l’offre et de la demande mais à celui « du statut réciproque des parties mises en présence », il émet trois hypothèses sur le mécanisme de leur formation. L’amortissement des variations de prix prévues par l’interprétation de la loi de l’offre et de la demande se fait par l’exercice de la « bonne volonté » réciproque des parties prenantes : lorsque la faiblesse des prix conduirait à la faillite du patron pêcheur, le mareyeur « fait un geste » et inversement. Chacun s’attend sur une période donnée à une part du profit global de la pêche et les variations de prix permettraient que cette part soit atteinte, sous peine de conflit22. Enfin d’autres facteurs peuvent intervenir, comme le talent individuel ou le rapport ponctuel entre nombre d’acheteurs et nombre de vendeurs. Jorion revendique l’absence d’un recours à la théorie économique de la valeur au profit d’une théorie sociologique du statut pour comprendre cette formation des prix. Il se réclame d’une anthropologie qui considère l’économie comme enchâssée dans un contexte socio-politique et prenne au sérieux les conceptions économiques des acteurs sociaux.

Déprise anthropologique

  • 23 Il serait d’ailleurs intéressant de mesurer pour chacun de ces pôles la manière dont l’hétérodoxie (...)
  • 24 Comme le montre d’ailleurs le texte de Serge Latouche dans ce volume.

23On parle d’un renouveau, voire d’une « renaissance » (Lallement 1996) d’une sociologie économique, ordonnée autour de trois grands pôles théoriques : l’anti-utilitarisme, l’économie solidaire et les écoles de la régulation et des conventions23 (Lévesque, Bourque & Forgues 2001 : 11). Cette nouvelle sociologie revendique Durkheim ou Weber parmi ses fondateurs mais s’appuie aussi pour certains de ses courants sur Marcel Mauss et sa théorie du don. C’est en particulier le cas du Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales (mauss) créé en 1980 à l’instigation d’Alain Caillé. S’inspirant des travaux de l’anthropologue, le mauss revendique le caractère contemporain et moderne du don pour l’opposer aux relations marchandes, tant du point de vue de la connaissance que de l’action politique24 :

  • 25 On peut de ce point de vue également renvoyer à la « déclaration d’intentions » du mauss où il s’ag (...)

Mauss semble avoir eu du mal à reconnaître que le don existe encore aujourd’hui autrement que sur le mode d’une sorte de survivance [...] Or, l’idée qui s’est peu à peu imposée à nous est que le don est aussi moderne et contemporain que caractéristique des sociétés archaïques, qu’il ne concerne pas seulement des moments isolés et discontinus de l’existence sociale, mais sa totalité même (Godbout 2000 : 20-21).
[...] qu’appelons-nous à modifier ? le système économique, ou bien la manière de l’imaginer et de l’analyser ? la réalité économique elle-même, ou bien la science économique ? On l’aura deviné : les deux (Caillé, Guerrien & Insel 1994 : 3)25.

24Bref « le don est partout » jusqu’à être le fondement même du « mouvement social perpétuel » (Godbout 2000 : 300).

  • 26 Le peu d’intérêt porté par le structuralisme à l’anthropologie économique n’empêcha pas Claude Lévi (...)

25Si Marcel Mauss peut être considéré par le mouvement anti-utilitariste comme une ressource pour penser le monde moderne ou Louis Dumont par les tenants de l’économie solidaire pour penser l’individualisme, l’anthropologie économique semble aujourd’hui particulièrement peu présente. On se souvient, entre paradigmes structuraliste26 et marxiste, du fameux « Les rapports de parenté fonctionnent comme des rapports de production » de Maurice Godelier :

L’erreur de départ qui interdit toute solution est de considérer économie et parenté dans les sociétés primitives comme deux structures extérieures l’une à l’autre, comme l’infrastructure et la superstructure (Godelier 1973 : 51).

  • 27 Meillassoux construira aussi un modèle théorique des société d’autosubsistance (1960).

26De son côté, Claude Meillassoux a tenté dans son Anthropologie économique des Gouros de Côte-d’Ivoire d’analyser le passage d’une économie traditionnelle à une économie caractérisée par l’agriculture commerciale, et surtout de démontrer qu’il est possible d’interpréter les sociétés lignagères et segmentaires en choisissant l’économie comme niveau de détermination et d’observation (Meillassoux 1964 et 1975)27.

27Cette école ne semble pas avoir produit de successeurs. Si nous nous en tenons au territoire métropolitain, l’anthropologie économique fait pâle figure, alors que nous sommes au cœur de ce qui est revendiqué comme un caractère de la modernité. On peut de ce point de vue remarquer l’absence d’un chapitre « économie » dans deux publications souhaitant proposer, pour l’une « une image de ce qui, ici et là, constitue l’originalité de la recherche ethnologique métropolitaine, en termes d’objets et thèmes d’étude, de méthodes, d’organisation du travail scientifique, de tendances et avancées théoriques, d’orientations nouvelles et souhaitables » (Chiva & Jeggle 1987 : 2), et pour l’autre « un ensemble de pistes de recherche dont certaines sont déjà largement ouvertes, pour l’étude des sociétés contemporaines et de la modernité » (Segalen 1989 : 14). De la même manière, en 1998, parmi les 96 signataires de l’appel du mauss pour la création d’un enseignement universitaire de socio-économie, 36 appartiennent au champ disciplinaire de l’économie, 29 à celui de la sociologie et 29 à celui de l’histoire, de la géographie, de la gestion, de la philosophie... et de l’anthropologie (Lévesque, Bourque & Forgues 2001 : 32).

  • 28 L’ouvrage témoigne, lui aussi, d’une hybridation disciplinaire. Aglietta et Orléan dans leur démarc (...)

28Dans cette situation de déprise disciplinaire sur l’analyse du monde économique contemporain, il convient cependant de mentionner trois numéros spéciaux de revues qui sont autant de tentatives de re-prendre l’économie-chose dans le champ de l’anthropologie, faisant parfois jonction avec d’autres disciplines, parmi lesquelles l’économie. En 2002, L’Homme consacre l’un de ses numéros à des « Questions de monnaie », celle-ci étant envisagée comme « médium social » (Breton 2002 : 14). Il faut souligner le fort impact dans ce numéro d’un ouvrage dirigé par deux économistes, Michel Aglietta et André Orléan (1998). Deux articles lui sont consacrés (Caillé 2002, Piron 2002) et Stéphane Breton en souligne le caractère « remarquable » (Breton 2002 : 14) et « la perspective salutaire » (ibid. : 16). André Orléan lui-même y publie un texte qui rappelle l’hypothèse de La Monnaie souveraine : « l’étrangeté radicale » de la monnaie pour les économistes réside dans la dimension holiste de celle-ci, « la monnaie comme expression de la totalité sociale » (Orléan 2002 : 30)28. Les Annales ont également consacré un dossier à ce livre en 2000, rassemblant sous le titre « La monnaie des sciences sociales » les contributions d’un historien (Grenier 2000), d’un économiste (Lordon 2000) et d’un anthropologue (Breton 2000). Les usages de l’argent est le titre d’une livraison de la revue Terrain en 1994 ; il s’agit là de s’intéresser aux modes d’appropriation d’un « outil », l’argent (Bloch 1994 : 10) à travers différents terrains : le traitement de l’argent français en Nouvelle-Calédonie, « l’anarchie monétaire » dans les Landes au xviiie siècle, l’économie à trois sphères en Pologne, la personnalisation de l’argent par l’écriture sur les billets de banque en Italie, la dette comme expression de relations sociales chez les motards, les conceptions de l’argent chez les Tsiganes hongrois ou les prostituées londoniennes.

Formes contemporaines de l’économie informelle

  • 29 Sans pour autant céder à l’angélisme de la transparence du terrain.

29C’est tout à la fois dans ce contexte de déprise et cette perspective de travail sur des cas situés29, qu’en 1998 la mission du Patrimoine ethnologique avait donc lancé cet appel d’offres de recherche sur les « Formes contemporaines de l’économie informelle ». Les résultats réunis dans cet ouvrage peuvent être ordonnés autour de trois axes, cette répartition n’étant pas exclusive.

Échanger/Lier

30Dans son cours au Collège de France de 1978-1979, Michel Foucault montrait comment les critères du marché s’étendent à d’autres domaines de la vie sociale, qu’à la main invisible de Smith correspondent une autolimitation de la souveraineté politique et une sorte de frugalité de gouvernement. Le marché devient un lieu de véridiction. Nous pourrions dire qu’à l’inverse, dans les Systèmes d’échanges locaux (sel) et les Réseaux réciproques d’échange de savoir (rers), c’est la politique, le type de relations souhaitées entre les hommes qui deviennent le lieu de la vérité.

  • 30 En ce sens cette question est proche de celle posée par Aglietta et Orléan : la monnaie comme expre (...)

31Les techniques de régulation des échanges y sont en effet des manières ou des tentatives de gouvernement des hommes. Dans les politiques monétaires des sel de Paris, Saint-Quentin-en-Yvelines et Caen, Smaïn Laacher lit un formatage de l’échange et, de façon conséquente, la mise en place de principes d’équivalence et d’équité30. La monnaie-travail repose sur une vision égalitaire de la distribution des compétences, tandis que la monnaie fondante vise à accélérer les échanges entre les adhérents. Tel type de politique monétaire permet plus facilement de créer des équivalences dans l’échange des services que dans celui des produits. Tel autre de négocier plus facilement ces équivalences.

32De la même manière que le marché aux puces de Marseille n’est pas synonyme de carence de normes, ces réseaux sont dotés d’un appareillage administratif et de procédures d’inscriptions ; l’informalité n’est pas absence de formalisation. Ils ne constituent pas non plus des mondes à part ou des « lieux séparés ». Les principes de mise en équivalence peuvent être discutés et l’écriture des échanges abandonnée. La monnaie « locale » y circule mais aussi – au moment de l’enquête – le franc, ce qui renvoie à plusieurs façons de mesurer la valeur dans ce qui est échangé. Les compétences sont jugées à l’aune des responsabilités externes qu’entraîne leur mise en œuvre. Enfin ils sont, pour certains, un marché parmi d’autres, un moment pour tester ou acquérir – dans le cas des rers – des compétences qui seront validées professionnellement ailleurs, le plus souvent en passant d’un statut de salarié à celui de profession libérale.

  • 31 Sur le temps conçu comme un bien, voir Boltanski & Chiapello 1999 : 232. J. Defourny (1994) considè (...)

33Cette question des relations entre le « in » et le « off » est renversée par Richard Lauraire qui l’a posée sur un plan structurel – voire structuraliste – à travers l’analyse de deux sel de l’Hérault : le sel de Montpellier et celui des petits villages. Critiquant une approche trop marquée à son avis par les valeurs mises en avant par les sel eux-mêmes (réhabilitation de savoirs non valorisés et des intérêts particuliers des individus), il s’intéresse aux enjeux collectifs de ces organisations. « Les sel sont des lieux d’échanges entre personnes, qui sont elles-mêmes définies par leur statut social, leurs valeurs de groupe, et un mode de vie déterminant leur disponibilité », écrit-il. Les comportements d’échange sont ainsi indexés sur l’appartenance au monde extérieur – il y a « ceux qui ont du temps » et « ceux qui ont des biens » – et le fonctionnement optimal des échanges repose sur une organisation qui favorise la complémentarité des groupes sociaux31. L’échange dans le sel est d’une certaine manière dépendant du statut externe des échangeurs.

34Mauss voyait dans l’échange une forme de contrat politique. C’est autour de cette question du « lien et du gain » que s’ordonnent les contributions de Nathalie Joly et Jean-Pierre Sylvestre d’une part, de Véronique Manry et Michel Peraldi d’autre part. Les premiers se sont intéressés aux échanges non-marchands menés dans les rers et aux visées des adhérents (altruiste, relationnelle, utilitaire, expérimentale) du rer de Chemaudin (Doubs), qui a pour particularité d’avoir été soutenu, comme outil de développement local, par différentes municipalités. L’informel est donc mobilisé pour créer volontairement du lien social territorialisé. Les rapports engagés lors des échanges y sont variés, flexibles, entre les relations d’interconnaissance villageoise et celles de parenté. Loin des principes militants des rers, au demeurant peu connus des adhérents, c’est semble-t-il une nouvelle forme de sociabilité et d’appartenance qui est décrite et inventée.

35Le travail de Véronique Manry et Michel Peraldi a porté sur une place marchande, le marché aux puces de Marseille ouvert à la fin des années 1980 sur une initiative privée soutenue par la municipalité. Caractérisé par le rassemblement en un même lieu de différentes formes de commerce (étal de rue, boutique, marché, etc.), il est dominé par les échanges de produits alimentaires et de confection, qui ne pourraient poursuivre leur carrière dans le système commercial classique. Marché ouvert sur le monde, son fonctionnement repose, à plusieurs niveaux, sur le capital et la compétence relationnels des commerçants qui ne peuvent être réduits aux liens villageois ou familiaux préexistants. L’analyse ainsi menée de ce « jazz commercial » conduit à une interrogation essentielle : le marché serait-il « une instance sociale qui code, canalise, oriente l’économie et la plie au gré des relations sociales » ?

Circuler. L’entre-deux où se fabriquer

  • 32 Voir en particulier Benko & Lipietz 1992 et les débats entre ceux qui mettent en avant la structura (...)

36Les sciences sociales ne se sont pas désintéressées des rapports entre l’espace et l’économie. L’ethnologie a pu s’intéresser aux marquages spatiaux de produits économiques tant d’ailleurs du point de vue d’une localité en soi que de la « production fiable de sujets locaux » (Appadurai 2001 : 250). L’économie a pratiqué des approches territorialisées de l’action économique. On parle de districts industriels ou de systèmes industriels localisés, approches parfois critiquées en particulier au nom de l’internationalisation de l’économie32. La géographie socioéconomique introduit, dans son analyse des « régions qui gagnent », ce qu’elle appelle les « externalités cognitives », à savoirs des mœurs, des cultures, des rapports sociaux. C’est ici à l’examen de territoires de circulation plutôt que de sédentarité que nous ont conviés les trois textes qui composent la deuxième partie de ce livre.

37Le paysage migratoire a changé. Alain Tarrius et Lamia Missaoui se sont intéressés à ces formes originales de migration qui se sont développées, depuis une vingtaine d’années, en regard de la croissance des échanges mondialisés, à ces nouveaux migrants devenus les « fourmis » du commerce international. Ils y voient de nouveaux nomades gardant une forte fidélité à un lieu d’origine constitué comme réservoir de clientèles et ressource matrimoniale, des migrants pour qui l’intégration est une ressource leur permettant de circuler.

38Liane Mozère a suivi des Philippines immigrées à Paris, elle a écouté et analysé leurs récits de migration. Employées recherchées, elles doivent cette place sur le marché international des services à une position paradoxale dans leur société d’origine. Alors qu’elles ont suivi un enseignement long, la tradition patriarcale ne leur accorde qu’une place sociale subordonnée. Ne trouvant pas de travail à hauteur de leur qualification, elles émigrent, aussi poussées par des obligations de solidarité familiale. Leur projet de départ peut se transformer et évoluer au contact d’autres formes de vie. Se dessinent alors les linéaments de nouvelles façons d’être.

39Claire Schiff a travaillé sur l’insertion professionnelle déjeunes migrants turcs au sein ou hors des circuits communautaires. La plupart sont venus en France vers l’adolescence : ce ne sont ni des immigrés arrivés à l’âge adulte, ni une « seconde génération » née sur le territoire métropolitain. Parmi ces jeunes migrants, ceux qui accèdent à une situation qui leur assure à la fois l’autonomie financière et la reconnaissance de leurs proches gardent certaines « caractéristiques sociales » du migrant tout en faisant preuve d’un certain degré d’intégration, en particulier linguistique.

40A travers les parcours et les figures de ces jeunes Turcs, mais aussi ceux de Mohamed, Wafa et Hassan, ou de Suzie, Vivian et Stella, c’est la posture de l’entre-deux qui émerge – être ici et là-bas – et l’importance des temporalités (histoires de vie, successions de générations).

41La différence est d’évidence avec un récit comme celui de Nicole Magloire, licenciée après trente années passées chez Moulinex :

... nous étions rarement du voyage, tout juste des témoins silencieux sur les bas-côtés de la route, des sédentaires à notre insu, habitués de toute façon à la fuite d’un marchandage plus lointain, sans frontières et à grande échelle (Magloire 2004 : 155).

42L’une s’était fabriquée là. Les autres, tout en construisant leurs territoires de circulation, développent une définition d’eux-mêmes caractérisée par la multiplicité des lieux et des positions dans les hiérarchies sociales. Entrepeneures d’elles-mêmes, dit Liane Mozère. Cela n’exclut ni les déchirements, ni les souffrances.

Qualifier

43Dans la coordination marchande, la question de la qualité de ce qui est échangé est primordiale. Dans les quatre cas évoqués dans la troisième et dernière partie, nous avons pu noter combien les processus de qualification sont essentiels, parfois moteurs. Ils ne concernent pas seulement les biens mais également les acteurs et l’activité.

  • 33 Richard Lauraire note la dévalorisation des objets manufacturés dans le sel de Montpellier qui rend (...)

44De la situation d’entre-deux et de la multiplicité des rôles évoquée plus haut, Orsetta Becchelloni nous parle à propos de la ville de D., où entrent en relations marchandes les antiquaires du centre-ville et les habitants du quartier dit du camp américain. Vivant sur l’emplacement de baraquements construits par l’armée américaine en 1918, ceux-ci se livrent à la chine. Bien sûr cette activité génère des conduites ostentatoires et compétitives au sein du camp. Elle permet au gré des rencontres une multiplicité de rôles : Sédentaires, Voyageurs, « Voyageurs évolués »... Mais ce sur quoi l’ethnologue insiste, c’est sur une continuité entre les statuts assignés à l’objet et à celui qui le manipule. A l’espace marginal du camp américain correspondraient la manipulation et le stockage d’objets en situation de liminarité, entre séparation et agrégation à un espace intime33.

45Cette co-qualification peut être mise en œuvre ou utilisée de façon volontaire. Il en est ainsi au sein des communautés Emmaüs nées en 1949. Le principe d’organisation des liens y repose sur l’accueil inconditionnel, sur l’indépendance financière de la communauté grâce à son travail, et sur l’exercice d’une solidarité interne et externe. L’économie y est subordonnée à une éthique où le lien social prévaut sur le gain économique : si le travail donne sens à la vie communautaire, toute tentation productiviste est écartée ; plutôt que de « recruter des compétences », on choisit « d’accueillir une personne ». La productivité de chacun ou la valeur des biens récupérés n’ont pas d’incidence directe sur l’allocation versée au communautaire. Mais réinsérer dans le circuit marchand des objets récupérés « fournit l’occasion de renégocier son identité aux yeux d’autrui ». Autrement dit à la réhabilitation des objets correspondrait celle des « hommes socialement disqualifiés », nous dit Fabrice Liégard. Pour autant, les communautés Emmaüs n’apportent pas à leurs membres les droits et les protections statutaires qui leur permettraient d’en sortir, les rendant ainsi « captifs du cadre qui les protège ». La requalification perdrait ainsi certains de ses effets dans ce passage de l’« informel » au « formel », les hommes transporteraient difficilement d’un lieu à l’autre leurs qualités nouvellement acquises.

46C’est à la description d’une impossible qualification d’une activité comme formelle, parce qu’elle n’en présente pas les caractères supposés, que nous invite Monique Le Chêne. Au milieu des années 1950, le ramassage et le commerce des vers de vase s’installent en baie de Sallenelles. Pratiqués au début par les ouvriers de Caen qui s’assuraient ainsi un revenu supplémentaire, ils se sont professionnalisés et sont devenus une occupation principale pour la plupart des « ramasseurs ». Ceux-ci sont des travailleurs indépendants, rémunérés au nombre de boîtes de vers qu’ils vendent aux expéditeurs. Le ramassage génère beaucoup d’argent et se pratique à la vue de tous. Pourtant le processus de légalisation, mis en route par l’État à la fin des années 1980, n’a pas abouti. Placées sous le signe de l’absence (de contraintes spatiales, hiérarchiques ou temporelles, d’un contrôle sur la nature, de moyens de productions importants) et de la marginalité, les économies de prédation ne peuvent se représenter comme un « vrai travail ». « L’ensemble de ces représentations apparaît aux yeux de l’Administration comme autant d’éléments qui empêchent de considérer les activités de prédation comme un travail et une économie véritables. »

47Démarche artistique, valeurs éthiques et nécessité économiques s’articulent dans les pratiques des arts de la rue. Comme le montre plus haut Elena Dapporto, la récupération d’objets, le partage de même espace de vie ou de travail, l’investissement de lieux en friche ne sont pas seulement une réponse à des besoins économiques, mais aussi des manières de qualifier des productions – valeur symbolique de l’objet récupéré pour en faire une œuvre – ou dégager des valeurs propres à ce milieu.

Transporter ?

48Après la lecture des textes rassemblés dans ce volume, il nous semble, in fine, que deux questions restent en suspens ; suspension qui n’est pas le fait des équipes de recherche ici mobilisées. Ces questions sont plutôt inscrites en creux dans la demande qui leur avait été faite.

  • 34 Voir le numéro 122 de la revue Réseaux paru en 2003 et consacré aux technologies de marché.

49Tout d’abord le texte de l’appel d’offres lancé par la mission du Patrimoine ethnologique désignait comme objet un secteur particulier de l’économie, ou plutôt une économie particulière qu’il caractérisait par trois traits : ses relations avec le social, le type de rapports sociaux pratiqués, l’étendue de son espace de déploiement. Il est en effet question d’une économie « immergée dans la vie sociale » et au « fonctionnement atypique », d’une économie où se constituent des « rapports qualitatifs ». Les phénomènes s’y produisent selon une échelle réduite puisque l’économie informelle « ne mobilise le plus souvent que de petits groupes d’individus qui s’organisent à leur manière ». D’une certaine façon, il s’agissait là de respecter les frontières disciplinaires : à l’économie-science l’examen d’une économie qui serait non immergée, posséderait un fonctionnement typique et se déploierait sur un vaste espace. A l’examen d’un tel quadrillage du terrain, on pourrait se demander si l’ethnologie n’a pas intégré la vision du monde de l’économie mathématique. Il existe bien pourtant des tentatives de prendre les phénomènes économiques « normaux » dans le champ de l’anthropologie. En 2000, par exemple, dans un article programmatique, Laurent Bazin et Monique Selim, mettant en avant la perspective totalisante de l’anthropologie, se proposaient de réinsérer l’économique dans l’anthropologie – joli clin d’œil à Karl Polanyi – à travers divers domaines d’investigation : les rapports sociaux de travail, les entreprises et plus globalement les institutions, la pluralité des acceptions de l’inégalité ou les mécanismes de production de l’économique (Bazin & Selim 2000). Cette dernière perspective peut permettre en particulier d’échapper à une définition a priori de l’économie. De leur côté, les travaux menés par les auteurs regroupés sous l’étiquette « Social Studies of Finance » s’attaquent de front à une sociologie des marchés financiers34. Comment alors transporter les résultats d’Économies choisies ? dans de telles tentatives ?

  • 35 Florence Weber a également coordonné en 1996 un numéro de la revue Genèses dont la préoccupation ce (...)

50La seconde question est, à nouveau, posée différemment, celle des relations entre les différentes sciences sociales. Ethnologues, sociologues, historiens plaident généralement pour sociologiser ou anthropologiser l’économie. Mais comment « économiser » les sciences sociales ? Il ne s’agit pas là de plaider pour une extension des objets de l’économie-science – elle n’a évidemment nullement besoin de nous pour cela puisqu’elle le fait déjà – mais plutôt de s’interroger sur les modalités de collaboration sur des territoires communs. Ceci aurait sans doute deux avantages en sus, sans doute, des effets de connaissances produits. De telles tentatives permettraient tout d’abord de dépasser les oppositions entre discours disciplinaires cristallisés et, faisant éclater les unités de chacune des disciplines, de montrer que les relations entre économie et anthropologie varient selon les points de vue théoriques revendiqués. Les travaux menés par Agnès Gramain et Florence Weber illustrent parfaitement la fécondité de la confrontation des « incompatibilités théoriques » et des « complémentarités méthodologiques » (2001 : 128) des deux démarches, à propos d’une recherche pluridisciplinaire sur l’économie domestique. La condition essentielle en est évidemment la réflexivité35. Prenant la question d’une autre façon, Pierre-Michel Menger (1997) met l’accent sur les oppositions à l’œuvre dans chacune des disciplines – économie et sociologie – entre les théories déterministes et les théories non-détermininistes de l’acteur social, tandis que Mohamed Cherkaoui (1997) examine le problème de l’explication en économie et en sociologie à travers la distinction micrologique et macrologique. Se dessinent alors une opposition entre macrostructuralisme et théories de l’action ainsi que des parentés entre types de théories comme le fonctionnalisme et le modèle de la concurrence pure.

51Ce sont là deux manières différentes, mais complémentaires, de transporter cette fois des questions, de travailler les lignes de partage et les alliances.

Bibliographie

Références bibliographiques

Aglietta, M. & A. Orléan. 1982. La Violence de la monnaie, Paris, Presses universitaires de France.

– 1998. La Monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob.

Amougou, E. 1997. « L’“économie informelle” en Afrique », Communication et langages, 114, p. 107-117.

Appadurai, A. 2001. Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot.

Archambault, E. 1998. « Le secteur sans but lucratif dans le monde », Revue du mauss, 11, p. 84-98.

Bazin, L. & M. Selim. 2000. « Quelques occurrences économiques en anthropologie », Socio-Anthropologie, 1, <http://revel.unice.fr/anthropologie/document.html?id=97>.

Benko G. & A. Lipietz (dir.). 1992. Les régions qui gagnent. Districts et réseaux : les nouveaux paradigmes de la géographie économique, Paris, Presses universitaires de France.

Besnard, Ph. 1970. Protestantisme et capitalisme. La controverse post-wébérienne, Paris, Armand Colin.

Bloch, M. 1994. « Les usages de l’argent », Terrain, 23, p. 5-10.

Boltanski, L. & E. Chiapello. 1999. Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Boltanski, L. & L. Thévenot. 1991. De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Boutillier, S. & D. Uzundis. 1999. La légende de l’entrepreneur, Paris, Syros/Alternatives économiques.

Boyer, R. 1995. « Aux origines de la théorie de la régulation », in R. Boyer & Y. Saillard (dir.), Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 21-30.

Breton, S. 2000. « Le monde de la dette », Annales hss, 6, p. 1361-1366.

– 2002. « Présentation. Monnaie et économie des personnes », L’Homme, 162, p. 13-26.

Bruhns, H. 1996. « Max Weber, l’économie et l’histoire », Annales hss, 6, p. 1259-1287.

– 1998. « Lectures économiques de Max Weber », La Pensée, 314, p. 39-55.

Caillé, A. 1992. « Faut-il créer une nouvelle discipline dans les sciences sociales et laquelle ? », Revue du mauss, 15-16, p. 11-42.

– 1996. « Présentation », Revue du mauss, 1, p. 3-22.

– 1997. « Brève réplique à Michel Callon et Bruno Latour », Revue du mauss, 9, p. 71 -76.

– 2002. « Quelle dette de vie ? », L’Homme, 162, p. 243-254.

Caillé, A., B. Guerrien & A. Insel. 1994. « Pour une autre économie », Revue du mauss, 3, p. 3-13.

Callon, M. & B. Latour. 1997. « “Tu ne calculeras pas !” ou comment symétriser le don et le capital », Revue du mauss, 9, p. 45-70.

Chandler, A.D. 1988. La main visible des managers. Une analyse historique, Paris, Economica.

Châtelet, G. 1999. Vivre et penser comme des porcs. De l’incitation à l’envie et à l’ennui dans les démocraties-marchés, Paris, Gallimard.

Cherkaoui, M. 1997. « Le réel et ses niveaux : peut-on fonder la macrologie sur la micrologie ? », Revue française de sociologie, 3, p. 497-524.

Chiappori, P.-A. 2001. « La modélisation en sciences économiques », in J.-Y. Grenier, Cl. Grignon & P-M. Menger (dir.), Le modèle et le récit, Paris, Éditions de la msh, p. 45-69.

Chiva, I. & U. Jeggle (dir.). 1987. Ethnologies en miroir, Paris, Éditions de la msh.

Clio, J. 1995. « Régulation et histoire : je t’aime, moi non plus », in R. Boyer & Y. Saillard (dir.), Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 49-57.

Colliot-Thélène, C. 1998. « Histoire économique : esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société », in G. Mauger et L. Pinto (dir.), Lire les sciences sociales 1992-1994, Paris, Belin, t. II, p. 81-92.

Defourny, J. 1994. « L’associatif au carrefour des économies formelle et informelle », Recherches sociologiques, 3, p. 109-127.

Delbos, G. & P. Jorion. 1984. La transmission des savoirs, Paris, Éditions de la msh.

Desrosières, A. 1993. La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.

Dumont, L. 1977. Homo aequilis I. Genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris, Gallimard.

Durkheim, É. 1975. Textes. 1. Éléments d’une théorie sociale, Paris, Éditions de Minuit.

Fitoussi, J.-P. 2000. « L’économie, une science pour déchiffrer le monde », Sciences humaines, 111, p. 40-43.

Forester V. 1996. L’horreur économique, Paris, Fayard.

Foucault, M. 1972. Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard.

– 1989. Résumé des cours 1970-1982, Paris, Julliard.

Garcia, M.-F. 1986. « La construction sociale d’un marché parfait : le marché au cadran de Fontaines-en-Sologne », Actes de la recherche en sciences sociales, 65, p. 2-13.

Gislain, J.-J. & Ph. Steiner. 1995. La sociologie économique 1890-1920, Paris, Presses universitaires de France.

Godechot, O. 2001. Les traders. Essai de sociologie des marchés financiers, Paris, La Découverte.

Godelier, M. 1973. Horizons, trajets marxistes en anthropologie, Paris, Maspero, t. II.

– 2000. « Aux sources de l’anthropologie économique », Socio-Anthropologie, 7, <http://revel.unice.fr/anthropologie/document.html?id=98>.

Godbout, J.T. 2000. L’esprit du don, Paris, La Découverte.

Gramain, A. & F. Weber. 2001. « Ethnographie et économétrie : pour une coopération empirique », Genèses, 44, p. 127-144.

Grenier, J.-Y. 2000. « Penser la monnaie autrement », Annales hss, 6, p. 1335-1342.

Guttmann, R. 1995. « Monnaie et crédit dans la théorie de la régulation », in R. Boyer & Y. Saillard (dir.), Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 85-93.

Hardt, M. & A. Negri. 2004. Empire, Paris, 10/18.

Isambert, F. 1996. « Valeur et rationalité chez Max Weber », Revue européenne des sciences sociales, 103, p. 27-45.

Israël, G. 2001. « Modèle récit ou récit modèle ? », in J.-Y. Grenier, Cl. Grignon & P-M. Menger (dir.), Le modèle et le récit, Paris, Éditions de la msh, p. 365-424.

Jacob, A. & H. Vérin (dir.). 1995. L’inscription sociale du marché, Paris, L’Harmattan.

Jorion, P. 1990. « Déterminants sociaux de la formation des prix de marché. L’exemple de la pêche artisanale », La Revue du mauss, 9, p. 71-106 et 10, p. 49-64.

– 1991. « Les mirages de l’économie », Sciences humaines, 6, p. 17. Laé, J.-F. 1989. Travailler au noir, Paris, Métailié.

Lallement M. 1996. « Renaissance de la sociologie économique », Sociologie du travail, 2, p. 215-223.

Landes, D.S. 2000. Richesse et pauvreté des nations. Pourquoi des riches ? Pourquoi des pauvres ?, Paris, Albin Michel.

Latouche, S. 1984. « Marchand-Non marchand », Les Temps modernes, 461, p. 1082-1099.

– 1997. « La monnaie au secours du social ou le social au secours de la monnaie : les sel et l’informel », Revue du mauss, 9, p. 260-271.

Latour, B. 1997. « On ne peut rien contre la fatalité des faits », in Club Merleau-Ponty, La pensée confisquée. Quinze idées reçues qui bloquent le débat public, Paris, La Découverte, p. 107-122.

– 1999. « La guerre des deux Karl », La Recherche, 319, p. 80-83.

Lazzarato, M. 2001. « La Psychologie économique contre l’Économie politique », Multitudes, 7, <http://multitudes.samizdat.net/article.php3?id_article.74>.

Lévesque, B., G.L. Bourque & É. Forgues. 2001. La nouvelle sociologie économique. Originalité et diversité des approches, Paris, Desclée de Brouwer.

Lopes, P. 1994. « Valeur d’échange, valeur d’usage et valeur symbolique de l’économie informelle dans une situation de transition », Recherches sociologiques, 3, p. 67-83.

Lordon, F. 2000. « La légitimité au regard du fait monétaire », Annales hss, 6, p. 1343-1359.

MacKenzie, D. 1991. « Comment faire une sociologie de la statistique... », in M. Callon & B. Latour (dir.), La science telle qu’elle se fait, Paris, La Découverte, p. 200-261.

Magloire, F. 2004. Ouvrière, La Tour-d’Aiguës, Éditions de l’Aube.

Maris, B. 1994. « Rhétorique de l’expertise. Le cas de l’économie », Sciences de la société, 32, p. 71-84.

– 2003a. Lettre aux gourous de l’économie qui nous prennent pour des imbéciles, Paris, Seuil.

– 2003b. Antimanuel d’économie, Rosny, Bréal.

mauss. 1982. « Déclarations d’intentions », Bulletin du mauss, 1, p. 3-14.

Meillassoux, Cl. 1960. « Essai d’interprétation du phénomène économique dans les sociétés traditionnelles d’auto-subsistance », Cahiers d’études africaines, 4, p. 38-67.

– 1964. Anthropologie économique des Gouro de Côte-d’Ivoire. De l’économie de subsistance à l’agriculture commerciale, Paris - La Haye, École pratique des hautes études / Mouton.

– 1967. « Recherche d’un niveau de détermination dans la société cynégétique », Cahiers d’études africaines, 6, p. 95-106.

– 1975. Femmes, greniers et capitaux, Paris, Maspero.

Menger, P.-M. 1997. « Temporalité de l’action et différences individuelles : l’analyse de l’action en sociologie et économie », Revue française de sociologie, 3, p. 587-633.

Orléan, A. 2002. « La monnaie contre la marchandise », L’Homme, 162, p. 27-48.

Passeron, J.-Cl. 2001. « Formalisation, rationalité et histoire », in J.-Y. Grenier, Cl. Grignon & P.-M. Menger (dir.), Le modèle et le récit, Paris, Éditions de la msh, p. 215-282.

Piron, S. 2002. « La dette de Panurge », L’Homme, 162, p. 255-270.

Polanyi, K. 1983. La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard.

Reynaud, B. 1997. Les limites de la rationalité. 2. Les figures du collectif, Paris, La Découverte.

Sahlins, M. 1976. Âge de pierre, âge d’abondance. L’économie des sociétés primitives, Paris, Gallimard.

Segalen, M. (dir.). 1989. L’autre et le semblable, Paris, Presses du cnrs.

Servet, J.-M. (dir.). 1999. Une économie sans argent, Paris, Seuil.

Servet, J.-M., J. Maucourant & A. Tiran (dir.). 1998. La modernité de Polanyi, Paris, L’Harmattan.

Simiand, F. 1987. Méthode historique et sciences sociales, textes réunis et présentés par M. Cedronio, Paris, Éditions des Archives contemporaines.

Sintomer, Y. 1999. La démocratie impossible ? Politique et modernité chez Weber et Habermas, Paris, La Découverte.

Smith, A. 1976. La richesse des nations, Paris, Gallimard.

Steiner, Ph. 1992. « Le fait social économique chez Durkheim », Revue française de sociologie, 33, p. 641-661.

Swedberg, R. 1997. « Vers une nouvelle sociologie économique. L’évolution récente des rapports entre la science économique et la sociologie », Revue du mauss, 9, p. 33-70.

Verley, P. 1995. « Histoire économique et théorie économique », in R. Boyer & Y. Saillard (dir.), Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 521-529.

Walliser, B. 2001. « La science économique », in J.-M. Berthelot (dir.), Epistémologie des sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, p. 117-147.

Weber F. 2000. « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnographie économique après le grand partage », Genèses, 41, p. 85-107.

Weisz, G. 1979. « L’idéologie républicaine et les sciences sociales. Les durkheimiens et la chaire d’histoire d’économie sociale à la Sorbonne », Revue française de sociologie, 20, p. 83-112.

Notes

1 Viviane Forester (1996) emprunte cette expression à Arthur Rimbaud.

2 Comme on a pu parler de la « question sociale » au xixe siècle.

3 Ce qui en fait un enjeu démocratique. Sur ce point, voir les publications de Bernard Maris. De façon plus générale voir Yves Sintomer (1999).

4 Nous ne considérons pas ces mondes comme des ensembles clos d’appartenances mais comme des logiques d’action (Boltanski & Thévenot 1991).

5 Parmi lesquels Michel Aglietta, Robert Boyer, Bernard Chavance, Benjamin Coriat, François Eymard-Duvernay, Olivier Favereau, Jean Gadray, Jérôme Maucourant, Yann Moulier Boutang, Bruno Théret.

6 Le Monde, 31 octobre 2000.

7 Libération, 8 novembre 2000. Olivier Godechot parle de « domination mathématique » dans les salles de marché (2001 : 191 sq.). Il n’est pas inintéressant de noter que, dans la naissance de l’économétrie, l’économie mathématique ne représente qu’une tradition intellectuelle à côté de la statistique économique et du calcul économique (Desrosières 1993 : 342-395). Enfin David MacKenzie montre, dans son analyse de la controverse entre Karl Pearson et George Udny Yule, que les connaissances mathématiques ne sont pas à l’abri de toute « influence sociale ». Voir MacKenzie 1991 : 200-261.

8 P.-A. Chiappori cité par Giorgio Israel (2001 : 369).

9 Du point de vue de l’économiste, le bon sociologue est un économiste mort : « Un complexe de supériorité s’est même progressivement installé, résumé par l’adage, selon lequel un bon économiste se réincarne en physicien alors qu’un mauvais économiste se réincarne en sociologue » (Walliser 2001 : 117).

10 Voir de ce point de vue les articles de Jean Clio ( 1995) qui note l’influence d’Ernest Labrousse ou Jean Bouvier, de Robert Boyer (1995) qui inscrit l’école des Annales dans la généalogie de la théorie de la régulation (1995 : 30) et de Patrick Verley qui décrypte les relations entre les problématiques de l’histoire et les hypothèses de la régulation (1995).

11 Le 6 mai 1795, les juges du Berkshire, réunis à l’auberge du Pélican à Speenhamland, décident qu’il faut accorder aux pauvres, indépendamment de leurs gains, un revenu minimum à l’aide de compléments de salaires indexés sur le prix du pain. En 1834 cette pratique est abolie, considérée alors comme un obstacle à la création d’un marché concurrentiel du travail (Polanyi 1983 : 113-123).

12 Nous reprenons ici le titre d’un texte de Bruno Latour (1997).

13 Nous aurions pu aussi évoquer François Simiand dont l’œuvre aura une influence primordiale sur l’histoire économique. Voir Simiand 1987. Ou encore Gabriel Tarde d’un autre point de vue. Voir Lazzarato 2001.

14 Voir Bruhns 1996 et 1998 ; Colliot-Thélène 1998 ; Gislain & Steiner 1995. La catégorie de mentalité économique, faut-il le redire, a été discutée. Voir par exemple sur ce point Besnard 1970. Il faut rappeler que Max Weber voit dans l’éthique calviniste l’une des sources d’une forme particulière de capitalisme. Sur une démarche récente qui présente certaines analogies avec les travaux de Weber, voir Landes 2000.

15 Durkheim 1975 : 274. Ce texte a été publié en 1887 dans la Revue philosophique.

16 Durkheim 1975 : 279. Sur la critique durkheimienne de l’abstraction des économistes, voir Gislain & Steiner 1995 : 34-36.

17 Voir Gislain & Steiner 1995 : 49-51 ainsi que Steiner 1992. Les durkheimiens prendront possession en 1907 de la chaire d’histoire économique à la Sorbonne. Voir Weisz 1979.

18 On pourrait poser cette question aux sel ou aux rers par exemple. Fabrice Liégard note, dans son texte, l’exemplification de la thèse durkheimienne que représente Emmaüs.

19 Cette démarche est d’ailleurs proche de l’économétrie testant des modèles théoriques par des données empiriques.

20 En opposition aux besoins infinis de Galbraith.

21 Lors des séminaires réunissant les équipes de recherche retenues dans le cadre de l’appel d’offres, Michel Callon est revenu à plusieurs reprises sur les ressources que constituent les sciences sociales pour ceux « qui sont observés ».

22 Jorion illustre cette idée d’enveloppe forfaitaire avec le raisonnement d’un paludier à propos du volume et du prix de vente d’une récolte de pommes de terre : « En 1980, on a récolté dix tonnes de pommes de terre au lieu de cinq tonnes habituellement. On les avait vendues deux fois moins cher, mais ça revenait au même pour nous, puisqu’on en avait plus du double » (Jorion 1984 : 65).

23 Il serait d’ailleurs intéressant de mesurer pour chacun de ces pôles la manière dont l’hétérodoxie s’est construite.

24 Comme le montre d’ailleurs le texte de Serge Latouche dans ce volume.

25 On peut de ce point de vue également renvoyer à la « déclaration d’intentions » du mauss où il s’agit de ne pas esquiver « les implications politiques et idéologiques » du débat scientifique (mauss 1982 : 10). Ou encore au numéro de La Revue du mauss consacré à « un revenu minimum inconditionnel », et en particulier au texte de présentation d’Alain Caillé (1996 : 3-22).

26 Le peu d’intérêt porté par le structuralisme à l’anthropologie économique n’empêcha pas Claude Lévi-Strauss d’accueillir Maurice Godelier dans son laboratoire pour travailler « sur les infrastructures » (Godelier 2000 : 2).

27 Meillassoux construira aussi un modèle théorique des société d’autosubsistance (1960).

28 L’ouvrage témoigne, lui aussi, d’une hybridation disciplinaire. Aglietta et Orléan dans leur démarche de construction d’une théorie qualitative de la monnaie avaient auparavant rencontré le travail de René Girard. Voir Aglietta & Orléan 1982.

29 Sans pour autant céder à l’angélisme de la transparence du terrain.

30 En ce sens cette question est proche de celle posée par Aglietta et Orléan : la monnaie comme expression de la totalité sociale.

31 Sur le temps conçu comme un bien, voir Boltanski & Chiapello 1999 : 232. J. Defourny (1994) considère que le bénévolat est le point d’ancrage principal du secteur associatif dans l’informel.

32 Voir en particulier Benko & Lipietz 1992 et les débats entre ceux qui mettent en avant la structuration du local et ceux qui privilégient les contraintes du global.

33 Richard Lauraire note la dévalorisation des objets manufacturés dans le sel de Montpellier qui rend leur échange difficile.

34 Voir le numéro 122 de la revue Réseaux paru en 2003 et consacré aux technologies de marché.

35 Florence Weber a également coordonné en 1996 un numéro de la revue Genèses dont la préoccupation centrale était de s’intéresser aux outils disponibles pour faire de l’ethnographie économique.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540