Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies choisies ?

 | 
Noël Barbe
, 
Serge Latouche

II. Circulations

Les jeunes migrants turcs face aux réseaux économiques « ethniques »

Claire Schiff

Texte intégral

1Avec la diversification des vagues d’immigration vers la France et le déclin de l’industrie traditionnelle, le petit entrepreneur « ethnique » et le travailleur « clandestin » rivalisent à présent avec le manœuvre maghrébin dans les représentations concernant la place des immigrés au sein de l’économie. Dans les secteurs qui dépendent du travail des étrangers, comme la confection, le bâtiment ou l’hôtellerie-restaura-tion, l’informalité devient un aspect important de l’insertion économique des nouveaux migrants qui dépendent de plus en plus des réseaux de relations formés par leurs compatriotes. Les spécialistes de la question s’accordent pour reconnaître que, lorsque l’emprise de l’État sur l’économie se desserre et que les règles qui régissent les rapports de travail deviennent floues, les réseaux de relations propres aux immigrés sont particulièrement efficaces en tant que système de régulation et d’organisation de l’emploi (Portes 1995). Saskia Sassen souligne à ce propos que dans nombre de pays industrialisés « l’affaiblissement du rôle de l’entreprise dans la structuration de la relation à l’emploi et le glissement des fonctions du marché du travail vers les ménages ou la communauté s’observent surtout dans le cas des communautés immigrées » (Sassen 1993).

2L’exemple de la communauté turque implantée en région parisienne illustre l’importance de ces modes de participation économique « ethniques » parmi les nouveaux arrivants. Les relations sociales entre les membres du groupe leur servent à établir des formes distinctes de concentration occupationnelle, industrielle ou spatiale qui entretiennent le sentiment d’appartenance et d’identification ethniques (Waldinger, Aldrich & Ward 1990). Les Turcs sont peu acculturés, comme en témoignent leur faible maîtrise du français et leur propension à l’endogamie. Ce « repli communautaire » qui, d’un point de vue normatif, fait d’eux le « mauvais élève » de l’intégration (Tribalat 1995) n’entrave cependant nullement leur participation au monde du travail. Quelques visites dans les quartiers où ils se rassemblent suffisent pour constater qu’il existe chez eux une forme de suractivité économique. A l’inverse des anciennes minorités, notamment algériennes, dont les difficultés d’insertion professionnelle sont en contradiction avec leur relative conformité culturelle au modèle dominant, les Turcs se distinguent par leur « communautarisme » qui, loin de représenter un obstacle à l’activité économique, semble au contraire en être l’un des gages.

3Les Turcs sont en majorité présents dans les secteurs de la construction et de la confection, en particulier dans la région parisienne, où ils ont établi une multitude de petits ateliers ou d’unités de production familiale. Ils entretiennent des relations de concurrence avec les autres communautés, notamment avec les fabricants juifs ou asiatiques du Sentier (Lazzarato, Negri & Santilli 1990). Le travail dans des entreprises tenues par des Français constitue une rupture avec la logique de l’insertion par réseaux et une démarche autonome d’acteurs qui souhaitent s’éloigner de l’emprise de la communauté.

4Ce cas illustre comment l’insertion économique des migrants, loin de dépendre des facteurs d’intégration culturelle que sont la maîtrise du français et le respect des règles établies par les institutions de la société d’accueil, repose bien souvent sur l’organisation des réseaux internes de la collectivité et sa reproduction par l’apport de nouveaux venus. La succession des arrivées au sein d’une même communauté entretient le dynamisme économique dans la mesure où non seulement les nouveaux venus fournissent une source de main-d’œuvre continue pour les entreprises telles que les ateliers de confection ou les petits restaurants, mais aussi les migrants récents deviennent rapidement les « clients » de ceux qui sont implantés depuis plus longtemps et qui offrent des services à leurs compatriotes (Ma Mung 1996). Au sein des collectivités ethniques, il existe ainsi une complémentarité entre anciens et nouveaux, entre ceux qui connaissent déjà les rouages de la société d’accueil et ceux qui n’ont que leur force de travail à faire valoir.

Quelle place pour les jeunes dans l’économie ethnique ?

5Les travaux portant sur le rôle des réseaux ethniques dans l’accès des immigrés à l’activité économique traitent le plus souvent du cas des migrants arrivés à l’âge adulte. Quant aux recherches sur l’insertion des jeunes issus de l’immigration, elles concernent généralement les secondes générations nées en France. Les jeunes Turcs que nous avons rencontrés ne relèvent ni de l’un ni de l’autre cas, car ils sont pour la plupart arrivés vers l’adolescence dans le cadre du regroupement familial. Ni travailleurs immigrés ni jeunes « de banlieue », ils se trouvent dans une position intermédiaire du fait notamment de leur passage, quoique souvent bref, par l’école française. Ayant acquis de ce fait une certaine connaissance des normes et de la langue de la société d’accueil, ils sont bien placés pour servir d’intermédiaires culturels. Il se pourrait donc qu’ils soient particulièrement aptes à jouer le rôle du « combinard », de celui « qui sait combiner à chaque instant la langue des enclaves et celle de la conquête » (Joseph 1984). Ainsi, on pourrait se demander si le fait de se trouver à la frontière entre deux générations et entre deux cultures leur permettrait de cumuler les avantages de la participation communautaire et ceux de la familiarité avec la société d’accueil. Ce faisant ils pourraient entamer des parcours d’intégration qui ne soient dictés ni par la tradition et la nécessité, ni par la hantise de l’exploitation. En effet beaucoup de jeunes issus de l’immigration nés en France cherchent avant tout à éviter de reproduire l’expérience de leurs pères.

6Pour les jeunes migrants qui ne parviennent pas à accéder aux niveaux de formation supérieurs du fait de leur arrivée tardive, la communauté ethnique représente une porte d’entrée vers l’emploi dont ne bénéficient pas nombre de jeunes natifs français appartenant aux courants migratoires plus anciens dont le tissu communautaire s’est affaibli. On constate en effet que, si le fait d’avoir émigré au cours de l’enfance ou de l’adolescence a globalement une incidence négative sur les parcours scolaires, cela n’augmente nullement les chances de se trouver sans emploi (Brinbaum 1994). Certains chercheurs observent même que les taux de chômage sont moindres chez ceux qui sont arrivés en France après l’enfance que chez ceux qui y sont nés (Richard 1997). La conception de l’intégration qui tient pour primordiales la scolarité et l’ancienneté de la présence en France ignore un certain nombre de facteurs qui ont pourtant une influence considérable sur les parcours professionnels des jeunes issus de l’immigration. Il s’agit d’une part des discriminations qui frappent certaines catégories de jeunes plus que d’autres, en particuliers les Noirs et les Maghrébins (Bataille 1997), et de l’autre de l’existence de formes spécifiques d’insertion économique par la spécialisation ethnique.

7Sur un marché du travail de plus en plus éclaté, en proie à la précarisation et aux formes irrégulières d’emplois, ces deux phénomènes prennent une importance croissante et pèsent sur les parcours professionnels des jeunes nés de parents immigrés. Les premières victimes de la diminution des emplois ouvriers stables sont les jeunes de la seconde génération issus des anciennes immigrations qui, souvent dépourvus de formations suffisantes pour accéder aux emplois les plus qualifiés, n’ont cependant plus les caractéristiques sociales requises pour supporter les conditions de travail les plus difficiles et précaires, du fait de leur acculturation aux normes françaises. Alors qu’à l’inverse les jeunes primo-migrants sont souvent aidés dans leur recherche d’emploi en raison même de leur spécificité. Non seulement ils bénéficient de réseaux communautaires d’insertion économique, mais ils sont plutôt favorablement accueillis par les employeurs à l’affût d’une main-d’œuvre docile et bon marché.

Mariage, travail, papiers

8Au milieu des années 1990, nous avions rencontré une trentaine de jeunes migrants turcs scolarisés en collège et arrivés depuis peu en France pour y rejoindre leurs parents (Schiff 2000). Cinq ou six ans plus tard, ceux et surtout celles que nous avons pu revoir se trouvent à un moment charnière de leur vie, puisqu’il s’agit pour eux d’accéder à une situation économique suffisamment stable pour pouvoir fonder à leur tour une famille.

  • 1 Parmi les 15-19 ans, 22,3 % des Turcs sont actifs, contre 19,3 % des Portugais, 8,8 % des Algériens (...)

9L’entrée précoce des Turcs sur le marché de l’emploi, comparativement aux autres jeunes issus de l’immigration1, est favorisée par la pratique des mariages plus ou moins « arrangés » qui unissent des jeunes filles ou garçons régulièrement installés en France avec des compatriotes demeurés en Turquie, vivant dans d’autres pays d’Europe ou dont la présence en France est précaire au regard de la législation.

10Les pratiques matrimoniales des Turcs participent pleinement de la logique migratoire des réseaux et de l’économie communautaire, permettant à la fois la reproduction de la communauté villageoise et la généralisation des échanges économiques transnationaux. Le mariage des immigrés avec des jeunes en Turquie offre plusieurs avantages. D’une part l’obligation de travail qui pèse sur les premiers, responsables de la venue (ou de la régularisation) de leur conjoint, fournit une source continue de main-d’œuvre fiable et bon marché aux entreprises du secteur de la confection. D’autre part l’émigration des jeunes assure la perpétuation et le renouvellement de la pratique des transferts de revenus au pays, dont dépendent souvent les parents qui y demeurent. Ainsi, tant la communauté immigrée que la communauté villageoise tirent profit du maintien des formes d’alliance traditionnelles. L’imbrication étroite des logiques migratoire, matrimoniale et économique rend a priori l’emprise de la communauté sur les individus particulièrement pesante. Mais en contrepartie, ceux et celles qui parviennent à accéder à un certain degré d’autonomie financière, soit en occupant une fonction valorisée au sein des entreprises communautaires, soit en dénichant par leurs propres moyens un emploi dans l’économie ordinaire, se trouvent par la même occasion en position de pouvoir mieux négocier le choix de leur futur conjoint.

Les victimes de la logique communautaire

11Nombre de jeunes primo-migrantes turques, en particulier lorsqu’elles ne maîtrisent pas du tout le français, deviennent des instruments au service de logiques collectives qui laissent peu de place aux choix individuels. Dans les cas les plus extrêmes cela peut avoir des conséquences personnelles dramatiques. On peut citer la situation d’une jeune fille âgée de vingt ans qui travaillait dans un atelier de confection afin d’obtenir les moyens de faire venir un mari qu’elle affirmait n’avoir jamais rencontré. Le mariage avait vraisemblablement été officialisé par une procédure dérogatoire grâce à l’intervention de ses parents en Turquie. A la suite d’un conflit avec son employeur, qui refusait de lui fournir les fiches de paie nécessaires pour effectuer le regroupement familial, le jeune homme se découragea et exigea le divorce. Ainsi la jeune fille se retrouva dans la position, peu enviable dans la communauté turque, de femme divorcée, tout en n’ayant jamais consommé son mariage.

12Celles qui sont arrivées en France à l’adolescence et dont le passage par l’école française a, par conséquent, été très bref n’ont aucune qualification ou connaissance à faire valoir sur le marché de l’emploi communautaire ou ordinaire. Leur situation diffère donc peu de celle de leurs mères, à cela près que l’obligation de travailler est encore plus importante pour elles.

13Elife illustre ce cas de figure. De nature timide et réservée, elle travaille dans un atelier de confection depuis sa sortie du collège en 1995 et ses fiançailles avec un jeune homme originaire du même village. La visite de celui-ci à la préfecture afin de demander les papiers nécessaires au mariage s’est soldée par son expulsion immédiate du pays, alors qu’il pensait être en situation régulière. Bien qu’ils se soient mariés en Turquie entre-temps, le retour du jeune homme n’a été possible qu’en 2001, après des années d’attente pendant lesquelles Elife lui envoyait régulièrement de l’argent.

14Nous l’avons rencontrée de nouveau peu de temps après le retour de son mari en France. Elle nous expliqua dans un français encore très hésitant comment elle était payée au smic, alors qu’elle effectuait des journées de dix à douze heures, six jours sur sept, jours fériés inclus. Malgré cela elle doit rembourser les congés payés à son patron, et n’ose pas protester car elle avait jusqu’alors besoin des fiches de paie en bonne et due forme afin de faire venir son mari. Sur ses bulletins de salaire elle est cependant déclarée comme ne travaillant que quelques heures par jour, vraisemblablement afin que son employeur n’ait pas à s’acquitter des charges sociales, et peut-être aussi pour qu’elle puisse elle-même toucher des allocations de chômage (elle restera assez évasive à ce sujet). Cette pratique est relativement courante dans l’industrie de la confection, car elle permet de réduire les coûts de la main-d’œuvre tout en assurant un revenu « correct » aux employés.

15Outre les horaires de travail et la précarité de son emploi, la situation professionnelle d’Elife est particulièrement pénible en raison des risques qu’elle fait peser sur sa santé. Lors de notre dernière visite chez elle, elle portait une attelle à la jambe afin de soulager la douleur due à une tendinite chronique provoquée par les mouvements répétitifs nécessaires pour actionner la pédale de la machine à coudre. Elle nous fit part également de problèmes de vue liés au fait qu’après dix-huit heures le patron les obligeait à baisser les stores de l’atelier et à travailler à la lumière artificielle.

Les « combinards » : monnayer sa double appartenance

16Sans minimiser les formes d’exploitation exacerbées qui caractérisent bien souvent les relations de travail dans les entreprises « ethniques », on peut également évoquer le cas de jeunes migrants qui, du fait de leur maîtrise du français, de leur connaissance des institutions de la société d’accueil et tout simplement de leur débrouillardise, parviennent à s’assurer une place privilégiée au sein même de l’économie communautaire en faisant valoir leurs qualités d’intermédiaires.

17Ce fut par exemple le cas de Suna, la sœur cadette d’Elife, arrivée en France vers l’âge de quatorze ans et titulaire d’un вер de comptabilité. Alors qu’elle finissait sa terminale en lycée professionnel son père, ouvrier en bâtiment, fut victime d’un accident de travail qui l’empêcha de continuer à subvenir aux besoins de la famille. Cet événement précipitera la décision de Suna d’interrompre ses études pour chercher un emploi stable et soutenir sa famille financièrement. Entre-temps elle fera la rencontre d’un jeune homme originaire de son village, mais installé en Allemagne et sans papiers, avec lequel elle entame une liaison secrète. Lorsqu’ils en prennent connaissance, ses parents s’opposent à leur union, car ils souhaitent la voir épouser un « cousin » installé régulièrement en France depuis longtemps et bénéficiant d’une bonne situation. Après quelques conflits qui se soldent par le départ de Suna de chez elle, puis par un mariage organisé à la va-vite avec son ami sans le consentement de sa famille, la réconciliation a lieu et le nouveau gendre est favorablement accueilli par ses beaux-parents. La résolution du rapport de force entre générations en faveur de Suna n’aurait certainement pas été aussi aisée si, en dépit de leur désaccord, elle n’avait pas continué à travailler et à apporter un soutien financier à sa famille.

18Lorsque nous l’avons retrouvée peu de temps après son mariage, Suna était employée comme secrétaire-comptable dans une entreprise turque de distribution de viande hallal montée depuis peu. Elle nous présenta sa situation comme relativement privilégiée, car stable, déclarée, avec un emploi du temps fixe d’environ quarante-deux heures par semaine et un salaire mensuel de 1 000 euros.

19Elle nous expliquera par ailleurs comment une partie non négligeable de son temps de travail est consacrée à aider ses collègues, tous turcs et pour la plupart n’ayant pas été à l’école en France, ainsi que les clients de l’entreprise, à accomplir diverses démarches administratives qui n’ont rien à voir avec le fonctionnement de l’entreprise.

Là où je suis, non seulement je suis secrétaire de là-bas et comptable. Les gens ils ramènent les papiers : « Suna, c’est quoi ça. Remplis-nous ça. Appelle là. » Et aujourd’hui je devais faire un contrat pour un employé. Un autre, il m’a amené un paquet à deux heures et demie. C’était un truc personnel, pour lui, pour qu’il puisse s’inscrire pour un logement. J’ai fait ça, mais il a vu que j’étais pas contente... Y a des jeunes dans l’entreprise, mais depuis qu’ils sont là ils travaillent, ils ont jamais été à l’école. La plupart là-bas, ils parlent pas français. Celui qui m’a ramené ça, ça fait plus de dix ans qu’il est en France. Il a travaillé qu’avec des Turcs... Des fois on a des clients qui ont des restaurants, ils arrivent à monter des entreprises, mais au niveau des papiers ils me ramènent à faire... Je fais : « Je suis pas l’assistante sociale ici... » Mais je fais quand même parce que comme on est passé par là aussi...

20Après un mois, lorsqu’il s’est avéré que Suna ne pouvait faire seule le travail de facturation et de gestion du stock, au lieu d’exiger des collègues et des clients qu’ils ne dérangent pas la secrétaire avec leurs affaires personnelles, les patrons ont embauché un autre comptable à temps partiel. Tout son travail « informel » de gestion des formalités administratives françaises donne donc une valeur supplémentaire à l’entreprise en permettant de fidéliser les clients.

21L’exemple de Suna montre combien les problèmes de « papiers » auxquels il est constamment nécessaire de faire face pour survivre en France prend une importance considérable et permet à ceux qui savent les résoudre d’obtenir la reconnaissance de leurs compatriotes. Ce rôle de médiatrice qu’adoptent souvent les filles turques arrivées vers l’adolescence leur permet d’une certaine manière de se ménager une marge de liberté à partir d’une situation de subordination. Nombre de jeunes femmes turques se marient avec des hommes vivant en Turquie ou installés en France, mais en situation irrégulière. Afin d’obtenir les papiers pour leur époux, elles doivent prouver qu’elles ont une situation économique stable. Selon les cas, ce déséquilibre entre la situation juridique des conjoints peut représenter un moyen pour les jeunes femmes d’accéder à un certain pouvoir au sein du ménage. Ce fut clairement le cas de Suna, qui est la seule à travailler, son mari ne parlant pas le français et étant en attente de régularisation. A l’inverse cela peut également constituer un élément de dépendance supplémentaire à l’égard des compatriotes, notamment lorsque le mari se trouve en Turquie et que les jeunes femmes n’ont aucune qualification à faire valoir. Outre la situation d’Elife précédemment décrite, ce fut également le cas d’une jeune femme déclarée comme gestionnaire de l’entreprise de son beau-frère et qui travaille sans être rémunérée, la possibilité pour elle d’obtenir la régularisation de la situation de son mari étant considérée comme une contrepartie suffisante de son emploi.

22L’itinéraire de Denize, un jeune homme arrivé vers l’âge de dix ans en France, illustre également le rôle de « traducteur » que peuvent jouer les jeunes primo-migrants au sein de leur communauté.

23Bien qu’ayant passé la moitié de sa vie dans une cité défavorisée de la banlieue parisienne, Denize entretient une forte identification à la condition immigrée de ses parents, convaincu que sa présence en France est provisoire :

T’façon je veux pas rester toute ma vie en France. Je veux travailler disons... dix ans ou vingt ans, pour ouvrir un petit restaurant ou un petit truc en Turquie... Ici on dirait que c’est un lieu de travail. Tout le monde travaille, travaille. Le matin on monte dans un métro à sept heures. Après on revient vers le soir. C’est pas bien. Que le samedi, le dimanche on voit des têtes. Sinon, ça veut pas dire que je veux pas venir en France. Je viendrai pour un mois, pour deux mois. Ça sera de travers : je travaillerai là-bas et je viendrai ici. Si j’ai une voiture, si j’ai une maison et si j’ai un peu d’argent dans la banque, ça ira. [...] Parce que mes parents, au bout de dix ans, ils vont partir. Mais c’est une bonne chose qu’ils sont venus ici pour travailler. Mon père il a travaillé dur. Il a passé sa jeunesse, mais ça a donné quelque chose : on est devenu quelqu’un grâce à lui... en Turquie.

24Lorsque nous avons retrouvé Denize quatre années après qu’il eut tenu ces propos, il avait quitté l’école depuis longtemps et avait connu diverses expériences de travail. A la sortie du collège il a préféré se diriger directement vers un atelier de confection car il considérait que l’argent qu’il pouvait y gagner était largement supérieur au revenu qu’il aurait obtenu en intégrant une formation professionnelle de type contrat de qualification ou un apprentissage en alternance. Il réussit effectivement à obtenir une situation assez confortable pendant cinq ans dans un atelier de confection spécialisé dans les vêtements haut de gamme, jusqu’à ce que celui-ci fasse faillite. Il y touchait (en partie non déclaré) de 1 200 à 1 300 euros par mois et effectuait divers travaux, tels que la prise des mesures, le repassage et les livraisons. Mais étant le seul parmi les ouvriers qui connaissait bien Paris et savait parler et lire le français, l’essentiel de son travail consistait à jouer le rôle d’intermédiaire entre le patron et les clients et à effectuer les différentes démarches administratives nécessaires au bon fonctionnement de l’entreprise.

25La majeure partie de ses économies fut utilisée pour payer à grands frais son mariage avec une jeune fille originaire du même village que lui en Turquie mais ayant grandi en France, dont il divorça cependant trois mois plus tard. Leur mésentente était vraisemblablement liée au fait que, ayant une conception assez traditionnelle de la vie conjugale et très attaché à ses parents, Denize avait décidé de demeurer chez eux avec sa femme après le mariage. Habituée au mode de vie français, celle-ci ne se conformait pas aux attentes de ses beaux-parents, et Denize se trouva dans la position de devoir prendre parti, ce qui précipita leur séparation.

26Au moment de notre dernière rencontre, Denize était sans emploi et envisageait d’ouvrir son propre atelier avec un cousin. Il nous parla par ailleurs en des termes un peu évasifs d’une proposition qu’on venait de lui faire d’être « assistant », ou plutôt « chef », dans un atelier en cours d’installation. Il s’agissait vraisemblablement de jouer le rôle de « gérant de paille » pour un compatriote qui ne pouvait lui-même assurer la direction de l’entreprise. Les individus ayant été condamnés pour entrave au code du travail ou qui ont récemment fait faillite ne peuvent se déclarer gérants d’une nouvelle entreprise et font fréquemment appel à des compatriotes, de préférence jeunes et n’ayant pas fait l’objet de condamnations. Cette pratique est fréquente dans un secteur où la durée de vie moyenne des ateliers de confection ne dépasse pas les huit mois. L’exposition des jeunes à de tels risques n’est envisageable que dans la mesure où ils demeurent dans une position de relative extériorité vis-à-vis de la société d’accueil. L’atout de Denize est précisément cette position paradoxale à la fois de jeune semi-acculturé qui connaît bien le fonctionnement de la société française, et d’étranger, au sens de Simmel (Simmel 1979), encore convaincu de sa non-appartenance et qui ne serait donc pas tenu de respecter les règles instituées.

L’insertion hors des circuits communautaires

27L’entrée des Turcs, en particulier des filles, dans les entreprises communautaires à la suite de leurs fiançailles est le plus souvent un pis-aller. Pendant les premières années de leur vie en France elles formulent généralement l’ambition de trouver un emploi chez des « Français ». Le désir d’échapper aux activités dans la confection contribue à l’ardeur avec laquelle certaines multiplient les démarches spontanées auprès des employeurs français, et les incite à accepter quelques entorses à la législation, telles que les heures supplémentaires non payées.

28Serpil, une jeune femme que nous avons rencontrée pour la première fois en 1994 alors qu’elle venait d’arriver en France à l’âge de quatorze ans, illustre ce cas de figure. Comme elle n’avait bénéficié que de quelques années de scolarité en Turquie, ses chances de poursuivre des études ont vite été compromises une fois achevée son année de troisième. Ayant eu quelques expériences ponctuelles de petits boulots en confection et étant témoin quotidiennement du travail fourni par sa mère pour coudre à domicile les ourlets des foulards Hermès, elle affirme très vite son souhait de trouver un emploi hors des circuits turcs. Dépourvue de diplômes et maîtrisant encore assez mal le français, dès l’âge de seize ans elle entame avec beaucoup de détermination et d’optimisme de nombreuses démarches spontanées auprès de diverses grandes surfaces afin de trouver un emploi de caissière.

29Lorsque nous avons revu Serpil en 1999, elle paraissait bien plus satisfaite dans l’univers du travail que durant ses années au collège, car son retard scolaire et son physique ingrat lui valaient de faire l’objet des plaisanteries désobligeantes de la part de ses camarades de classe. Après plusieurs mois de stages non rémunérés, puis deux années de contrats de qualification, suivies de plusieurs contrats à durée déterminée dans des magasins éloignés de chez elle et dont la direction exige de nombreuses heures supplémentaires qu’elle omet de payer au taux en vigueur, elle finit par obtenir un cdi dans un Franprix du dixième arrondissement de Paris au début de l’année 2001.

30Avec l’accord de ses parents ses premiers mois de salaire ont été mis à profit pour améliorer ses chances de « trouver un mari » en se faisant refaire le nez et le menton dans une clinique de chirurgie esthétique d’Aubervilliers. La métamorphose semble avoir eu l’effet souhaité, car elle se liera rapidement avec un jeune homme employé comme serveur dans un restaurant turc situé à proximité de son lieu de travail. Bien que celui-ci soit sans papiers, ils se marieront l’année suivante et Serpil entreprendra les démarches pour se faire naturaliser dans l’idée que cela lui permettra d’obtenir une carte de séjour pour son époux.

31En ce qui concerne l’itinéraire d’insertion professionnelle de Serpil, sa persévérance et sa disposition à accepter une situation de travail précaire pendant plusieurs années sans garantie d’obtenir un CDI sont à mettre en relation avec le cadre de référence qui est le sien et qui est informé par les conditions de travail en vigueur dans les ateliers de confection, ainsi qu’avec son désir de faire régulariser la situation de son ami.

32Serpil nous introduira dans une association de jeunes Kurdes alévis située dans le quartier turc du faubourg Saint-Denis dans laquelle elle se rend durant ses heures creuses ou entre deux remplacements. Alors qu’elle habite encore chez ses parents en banlieue, la proximité de ce lieu permet ainsi à Serpil d’accepter un emploi du temps instable avec des heures de travail souvent discontinues.

33Les jeunes adultes qui fréquentent cette association sont dans des situations très diverses eu égard à l’ancienneté de leur séjour en France : certains sont arrivés à un très jeune âge (entre deux et six ans), d’autres vers l’adolescence, d’autres encore sont là depuis peu et ne maîtrisent pas du tout le français. En ce qui concerne le rapport au travail et aux réseaux communautaires turcs des jeunes femmes que nous y avons rencontrées, nous avons pu observer une différence entre celles qui sont arrivées enfants en France et celles qui sont arrivées vers l’adolescence.

34Les premières, qui en raison de leur meilleure connaissance du français ont des parcours scolaires plus « réussis » (filières générales ou technologiques) que les secondes (filières professionnelles ou apprentissage), sont les plus critiques à l’égard des conditions de travail qui prévalent dans les entreprises turques. Mais elles n’ont pas pour autant les dispositions nécessaires pour supporter les conditions de travail dans les secteurs dégradés de l’économie ordinaire où elles auraient les meilleures chances d’être embauchées. Après quelques expériences de travail en confection ou en restauration pendant les vacances scolaires elles affirment ne plus vouloir travailler « chez les Turcs ». Les éléments qui leur paraissent les plus insupportables sont l’absence d’horaires fixes et les « commérages » dont elles peuvent être l’objet de la part de leurs compatriotes, collègues ou clients.

Dans la confection c’est n’importe quoi, avec les Turcs. Chez nous y a des trucs bizarres, quoi. A peine tu fais un geste, ils disent : « Ouais, elle est grande, elle a presque vingt ans, regarde-moi les gestes qu’elle fait. » Si ça aurait été un Turc, imagine qu’il connaît mon père ou quelqu’un, il va aller lui dire. Si t’es chez un étranger, même si tu fais une connerie on en a rien à foutre. C’est mieux. Ça les regarde pas, quoi. Sinon dès qu’il arrive un truc ils sont là l’un à côté de l’autre en train de parler : « Sa fille elle a fait ça, l’autre elle a fait ci... »

35L’importance qu’elles attachent au respect des règles et à l’anonymat des relations de travail témoigne qu’elles ont intégré les normes françaises en matière de vie professionnelle. Mais leur absence de relations dans le milieu français, leur tendance à adopter les manières de parler et les attitudes des jeunes de banlieue parmi lesquels elles ont grandi, ainsi que les difficultés qu’elles éprouvent à poursuivre des études longues, diminuent leurs chances de trouver du travail hors des circuits communautaires.

36Par conséquent elles se trouvent plus fréquemment sans activité que celles, comme Serpil, arrivées plus âgées. Celles qui ont émigré au moment de l’adolescence ont généralement entamé leur insertion économique de manière plus précoce. Elles semblent beaucoup plus disposées à accepter sans sourciller les contraintes imposées par les employeurs et les éventuelles dérogations au code du travail lorsqu’elles trouvent un emploi chez un « Français ». Ainsi, si les filles franco-turques paraissent plus intégrées culturellement à la jeunesse française, elles sont en fait plus marginalisées économiquement que les filles arrivées plus tardivement, tant par rapport à la communauté turque que par rapport au marché du travail ordinaire. Prises dans un entre-deux, elles affirment leur désir d’autonomie vis-à-vis des réseaux communautaires, mais sans véritablement avoir les moyens de le satisfaire.

Conclusion : la juste mesure d’intégration

37Entre les deux extrêmes que sont la reproduction de la condition immigrée de leurs parents et l’assimilation à la classe moyenne française par l’intermédiaire d’une scolarité réussie, l’éventail des parcours des jeunes migrants turcs au sein de la société française est vaste. Dans la mesure où l’accès aux études supérieures reste encore le fait d’une très petite minorité de jeunes de cette origine (Tribalat 1995), pour la plupart d’entre eux les possibilités d’insertion économique se cantonnent aux emplois faiblement qualifiés. Lorsque l’adoption des normes des classes moyennes françaises est trop en décalage avec les conditions réelles de travail dans ces emplois, alors les jeunes risquent de se retrouver exclus des deux univers, trop acculturés pour demeurer au sein de la communauté mais pas assez qualifiés pour prétendre à une position qui les satisfasse sur le marché de l’emploi ordinaire. L’assimilation culturelle sans véritable mobilité ascendante crée ainsi les conditions d’une intégration malheureuse à la catégorie des jeunes « en difficulté » habitant les quartiers défavorisés (Gans 1992).

38A l’inverse, ceux qui gardent certaines caractéristiques sociales du migrant et qui mesurent leur situation, non pas à l’aune de la norme en vigueur chez les classes moyennes françaises, mais en référence aux conditions de travail que connaissent leurs parents, et qui cependant font preuve d’un certain degré d’intégration, en particulier linguistique, sont mieux à même d’accéder à une situation qui leur assure à la fois une autonomie financière et la reconnaissance de leurs proches. Soit ils adoptent le rôle d’intermédiaire dans les entreprises communautaires, soit, lorsqu’ils choisissent de tenter leur chance sur le marché de l’emploi ordinaire, ils parviennent à faire de nécessité vertu en s’adaptant aux exigences des employeurs, sans pour autant s’identifier à leur position subordonnée dans la hiérarchie socioprofessionnelle. S’ils ne bénéficient pas d’une véritable promotion sociale, ils sont néanmoins plus libres d’entamer leur vie d’adulte et d’imposer leurs choix, notamment en matière conjugale, à leurs aînés.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bataille, P. 1997. Le racisme au travail, Paris, La Découverte.

Brinbaum, Y. 1994. « Âge d’entrée en France et situation professionnelle des immigrés », mémoire de dea de sciences sociales, université de Paris V.

Gans, H.-J. 1992. « Second-Generation Decline: Scenarios for the Economic and Ethnic Futures of the post-1965 American Immigrants », Ethnic and Racial Studies, vol. 15, n° 2, p. 173-192.

Hughes, E.C. 1952. « How They Work for Each Other », in E.C. Hughes & H.M. Hughes, Where People Meet. Racial and Ethnic Frontiers, New York, The Free Press.

insee. 1992. « Recensement de la population de 1990. Nationalités. Résultats du sondage au quart », Démographie-Société, 21.

Joseph, I. 1984. « Urbanité et ethnicité », Terrain, 3, p. 20-31.

Lazzarato M., A. Negri & G. Santilli. 1990. « Immigration et succès économique, les communautés du Sentier », Annales de la recherche urbaine, 49, p. 69-76.

Ma Mung, E. 1996. « Entreprises économiques et appartenance ethnique », Revue européenne des migrations internationales, vol. 12, n° 2.

– 1994. « L’entreprenariat ethnique en France », Sociologie du travail, 2, p. 185-209.

Portes, A. (dir.). 1995. « The Economic Sociology of Immigration: Essays on Networks », Ethnicity, and Entrepreneurship, New York, Russel Sage Foundation.

Richard, J.-L. 1997. « A French Point of View. Statistics, Integration and Universalism », in The Siena Group Seminar on Social Statistics, On the Way to a Multicultural Society?, Neuchâtel, Office fédéral de la statistique.

Sassen, S. 1993. « Les régimes d’emploi dans les services et la nouvelle inégalité », Annales de la recherche urbaine, vol. 9, n° 2.

Schiff, C. 2000. « Situation migratoire et condition minoritaire. Une comparaison entre les adolescents primo-migrants et les jeunes de la deuxième génération vivant en milieu urbain défavorisé », thèse de doctorat en sociologie, ehess.

Simmel, G. 1979. « Digression sur l’étranger », in Y. Grafmeyer & I. Joseph (dir.), L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Editions du Champ urbain, p. 53-76.

Tribalat, M. 1995. Faire France. Une enquête sur les immigrés et leurs enfants, Paris, La Découverte.

Waldinger, R., H. Aldrich & R. Ward. 1990. Ethnic Entrepreneurs: Immigrant Business in Industrial Societies, Newbury Park, CA. Sage.

Notes

1 Parmi les 15-19 ans, 22,3 % des Turcs sont actifs, contre 19,3 % des Portugais, 8,8 % des Algériens et 5 % des jeunes d’Afrique noire. Par ailleurs pour 8,65 % des ménages turcs la personne de référence a moins de 24 ans, contre 1,27 % pour les Algériens, 3,35 % pour les Marocains et 6,8 % pour les ménages d’Afrique noire. (Insee 1992.)

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540