Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies choisies ?

 | 
Noël Barbe
, 
Serge Latouche

II. Circulations

Travail informel et projet de vie

Les domestiques philippines à Paris

Liane Mozère

Texte intégral

1Les Philippines sont, aujourd’hui, le premier pays exportateur de main-d’œuvre du monde. On chiffre à 10 % la population émigrée, l’archipel comptant 81 millions d’habitants. Ces émigrants partent vers les États-Unis, le Canada, l’Australie, le Japon, Hong-Kong, Singapour, Taiwan, la région du Golfe, le Liban, et, dans une moindre mesure, vers l’Europe (Tacoli 1999 ; Jackson, Huang & Yeoh, 1999 ; Parrenas, 2001 ; Lan, à paraître en 2004).

  • 1 C’est l’une des raisons pour lesquelles, nous avons choisi de nous attacher à étudier le cas des P (...)

2Ces migrations doivent être analysées en les liant à la crise économique et politique persistante et de plus en plus aiguë qui affecte le pays. Systématiquement encouragée par les gouvernements successifs depuis Marcos, l’émigration s’inscrit dans les programmes d’ajustement structurel (pas) ouvrant droit aux emprunts de la Banque mondiale. Cette migration légale prend la forme de contrats (Overseas Worker Contract) pour des Philippin(e)s se rendant à l’étranger et contribue, aux yeux des autorités, à l’enrichissement de l’économie nationale par l’injection des sommes envoyées par les émigrant(e)s à leurs familles, par le canal de la Banque des Philippines. Ce sont généralement des employé(e)s qualifié(e)s, recherché(e)s par les pays destinataires, qui se rendent à l’étranger : infirmières, techniciens. Pourtant des employé(e)s domestiques sont également demandé(e)s avec une préférence marquée pour les femmes1.

  • 2 Ainsi Yolanda, Luizia et Bella ont-elles d’abord migré sous contrat respectivement vers le Liban, (...)

3A côté des migrations légales, une émigration informelle se développe depuis longtemps, à travers un système diversifié d’officines et de passeurs, non sans porosités avec la migration légale2.

La situation des femmes aux Philippines

  • 3 D’abord colonisées par les Espagnols au xvie siècle, les Philippines sont conquises par les États- (...)

4Durant la période précoloniale3 les femmes bénéficiaient de réels avantages politiques, culturels et sociaux. Elles pouvaient, par exemple, devenir chef d’un baranguay, c’est-à-dire d’une organisation communale, prêtresse, propriétaire et même donner leur nom à leurs enfants (Blair & Robertson 1903, cité par Feliciano 1994 ; Eviota 1992 : 23, 35). La Conquista espagnole et la christianisation les éloigneront de la vie politique et de l’enseignement. Elles compenseront cependant leur handicap en faisant preuve de qualités entrepreneuriales remarquées en tant que tenancières de commerces et de petites unités productives en ville (Feliciano 1994 : 9). Mais c’est lors de la mainmise des Américains sur l’archipel que la situation des femmes va profondément se transformer. En effet, cette puissance impérialiste introduit certes l’assujettissement politique et économique, mais aussi un système d’éducation ouvert aux filles, du primaire en 1901 à l’université en 1908.

5Ce courant émancipateur s’exerce sans que cessent cependant les pratiques patriarcales maintenues par la tradition familialiste fondée sur la piété filiale et la loyauté à l’égard des siens par le maintien de liens forts, l’assistance mutuelle et le respect des obligations de solidarité à l’égard de chaque membre de la parenté (Lacar 1995). Ce système configuré par un couple « privilège/obligation » (Pal & Arquiza 1957) verra ainsi des frères aînés - ou plus souvent des sœurs aînées - surseoir à des projets de vie, comme le mariage par exemple, pour répondre aux besoins immédiats de la famille élargie.

  • 4 Cette donnée est confirmée par tou(te)s les chercheur(euse)s étudiant la migration philippine fémi (...)
  • 5 Même si, à l’évidence, une telle migration est risquée, nous le verrons plus loin, et qu’elle comp (...)

6De ce fait, les femmes philippines ayant bénéficié d’un enseignement long occupent une position paradoxale à deux niveaux au moins : d’un côté elles ont incorporé des valeurs et des comportements configurés par la tradition patriarcale qui ne confère aux femmes qu’une place subordonnée et, de l’autre, elles sont dotées d’une formation qui valorise l’autonomie individuelle4. Les femmes qui émigrent sont des femmes qui choisissent en connaissance de cause5 de s’expatrier pour des raisons qu’elles énoncent comme étant d’abord économiques (aide à la famille, frais de scolarisation d’enfants). Elles se conjuguent souvent avec d’autres considérations (fuir un mariage malheureux dans un pays où le divorce est interdit). L’argument décisif est la certitude de gagner davantage à l’étranger qu’on ne le pourrait en restant aux Philippines.

La demande mondiale de services domestiques

7A la fois traditionnelles et modernes, ne trouvant pas sur le marché du travail d’emplois correspondant à leur qualification et/ou à leurs attentes en termes de rémunération, les Philippines envisagent d’autant plus facilement d’émigrer que la migration est, de longue date, une pratique courante ; la demande internationale est connue à travers les récits de proches ou de connaissances ayant déjà tenté l’aventure.

  • 6 Saskia Sassen traite dans ses analyses de trois métropoles qu’elle considère comme des « villes gl (...)

8Comme l’analyse Saskia Sassen, les « villes globales6 » accueillent aujourd’hui deux types de population : d’un côté les nouveaux acteurs transnationaux issus des secteurs les plus mondialistes du capital et de l’autre un nombre croissant d’immigrés et de personnes marginalisées. « L’espace de la ville est un espace beaucoup plus concret... Il peut abriter des modalités politiques informelles et des acteurs politiques informels » (Libération, 28-7-2003). Cette globalisation entraîne des mouvements internationaux de population qui répondent à la demande de ces nouveaux acteurs transnationaux, mais aussi des fractions les plus fortunées de la population nationale (Mozère 1999, 2002). Les services domestiques qu’offrent les Philippines sont, à plus d’un titre, réputés et, d’une certaine manière, uniques en leur genre.

  • 7 Ces qualités « maternelles » sont également mobilisées en permanence par les Philippines, non sans (...)
  • 8 Ce qui en fait également un élément de distinction pour leurs employeurs.

9Dans toutes les parties du monde où elles se rendent, les Philippines sont, en effet, considérées comme des domestiques hors pair, un personnel « haut de gamme » qui accepte des arrangements informels et qui trouve, le plus souvent, immédiatement à s’employer. Leur foi chrétienne, leur attachement aux conventions sociales, leur capacité à concilier des valeurs généralement perçues comme inconciliables dans nos sociétés, à savoir la docilité liée à une condition subordonnée et des compétences généralement attendues de femmes des classes moyennes éduquées, en font un personnel recherché par des employeurs de statut social élevé. Non seulement les Philippines sont respectueuses, mais de plus elles sont affectueuses, ce que dit Suzie : « On est trop gentilles. On donne du sentiment, de l’amour, de l’affection. » Ces domestiques « plus que parfaites » (de Groot & Ouellet 2001) offrent, de plus, des avantages incomparables par rapport à d’autres migrantes des pays du Sud (anglophones, éduquées, dignes de confiance, maternelles7). Ce type de qualités leur est conféré par le mode de socialisation patriarcal qui subsiste aux Philippines ainsi que par leur niveau éducatif et professionnel qui leur permet d’être ainsi doublement dotées. Ces atouts font d’elles un personnel de service « haut de gamme »8, ayant néanmoins parfaitement incorporé les formes appropriées de la « déférence » qui « fonctionne comme moyen symbolique pour valoriser le destinataire » (Goffman 1956 : 18 ; Rollins 1985), qui peut façonner les relations entre égaux, mais concerner, plus souvent, des relations inégales. Si elles semblent généralement se plier sans réticence, elles connaissent pourtant leur valeur sociale : « Nous sommes les Mercedes Benz des domestiques », dira l’une d’entre elles aux Pays-Bas. Il leur faut néanmoins, pour accéder à ce marché, entreprendre le grand voyage, la migration de tous les dangers.

Prendre la décision d’émigrer
Suzie, 35 ans, scolarisée jusqu’à 13 ans
Suzie a eu une vie mouvementée. A treize ans elle a quitté - au contraire des quatorze autres femmes interviewées - tout à la fois sa famille et l’école pour rejoindre le village voisin où une dame prend pitié d’elle et l’emploie comme domestique pour trente pesos par mois. « C’était déjà une chance. Je voulais vraiment construire ma vie (« I wanted to build my life up »), je voulais survivre. » Elle quitte cet emploi et se rend en stop à Manille. « Je marchais sur un grand boulevard à Manille, je vois une affiche, on recherchait une vendeuse pour une pharmacie. » Elle se présente et vainc les réticences de la pharmacienne. « Je voulais tellement y arriver, je veux aller à l’école. Je suis prête à apprendre. La dame finit par me prendre. Elle me forme sans me payer. » Cet emploi, Suzie le gardera trois mois avant que l’entreprise ne fasse faillite. Elle trouve un autre emploi dans une autre pharmacie où elle peut faire valoir ses compétences nouvellement acquises.
Mais, au cours du récit, ne cesse de revenir sous forme d’un leitmotiv obsédant le désir d’apprendre, d’aller à l’école. Après des mésaventures amoureuses avec un Américain qui vont l’amener à être considérée comme une femme « légère » dans son village, où elle est retournée après cette déconvenue, Suzie se retrouve mariée, un peu contre son gré, à un homme qui lui fait la cour au vu et au su de tout le village. Cette attitude n’étant pas jugée convenable, il faut impérativement couper court aux rumeurs et « régulariser » la situation. Son père exige qu’elle l’épouse pour mettre un terme à la mauvaise réputation qui en résulte. Le couple s’installe au village et travaille les champs. Suzie se rappelle la dureté de la vie rurale.
Elle ne dit pas qu’elle était malheureuse, mais tous ses énoncés tendent à faire entendre, en « sous-conversation » pour reprendre le terme de Nathalie Sarraute, et de manière insistante, l’attrait de la ville et le désir « d’aller à l’école, d’apprendre ». La vie urbaine est assimilée à une forme de liberté qu’elle a perdue en devenant une épouse rurale. La vie à la ferme, en effet, est difficile, Suzie a des ennuis de santé, les enfants grandissent, elle parle de « beaucoup de difficultés » et projette de plus en plus son désir d’instruction sur ses enfants. Elle est subjectivement prête pour l’émigration. « Je connaissais une femme qui travaillait en France, elle m’a dit qu’on gagnait bien sa vie, qu’il y avait du travail pour des Philippines. » Lorsque la réponse positive arrive enfin et qu’elle parvient à obtenir le visa, elle part, en confiant ses enfants à son mari et à sa mère. « J’allais pouvoir payer de bonnes études à mes enfants. »
Ce récit nous fait toucher du doigt la diversité des facteurs qui interviennent pour rendre compte de la décision d’émigrer et permettent de donner une consistance à ce que Gilles Deleuze et Félix Guattari appellent la « micro-politique », c’est-à-dire un processus où, pas à pas, s’ébauchent ce qu’ils appellent des « lignes de fuite », à savoir, des ruptures par rapport aux appartenances statutaires et aux code dominants (qu’ils appellent « majoritaires »), ouvrant ainsi l’espace nécessaire pour que le désir singulier puisse éventuellement advenir.

Payer la filière d’émigration

  • 9 C’est le cas pour trois des femmes que nous avons interviewées, qui sont arrivées avant 1980.

10En dehors des Philippines ayant immigré avant que ne soient promulgués les premiers textes restreignant l’entrée des étranger(e)s en France qui « culmineront » avec les accords de Schengen, de celles qui ont pu bénéficier de titres de séjour réguliers9 ou de régularisations ultérieures, toutes les femmes rencontrées ont été en situation irrégulière à un moment ou à un autre de leur trajectoire migratoire dans notre pays. Il n’existe en effet entre les Philippines et la France aucun accord réglementant l’accueil officiel de ressortissantes philippines. Chacun est donc soumis à la loi générale concernant l’immigration. Peuvent en conséquence pénétrer en France soit des personnes en possession d’un visa de tourisme valable trois mois, soit plus exceptionnellement des personnes invitées et hébergées par un ressortissant français ou une personne détenant un titre de séjour valide. Pour les Philippines, l’entreprise migratoire vers la France est donc conduite dès le départ dans l’économie informelle puisque aucun accord ne prévoit d’immigration de travail en France.

11La décision d’émigrer ne peut pas, en tout état de cause, s’improviser. Titulaire de l’équivalent d’un DEUG en études religieuses, Stella a vingt-six ans à la mort de son père. Elle est l’aînée. Ses études sont terminées, et en vertu des règles de la « dette de la gratitude » il lui semble « normal » de contribuer à la subsistance de la nombreuse famille. Alors qu’une première tentative de partir « sous contrat » a échoué, un lopin de terre est hypothéqué pour acquérir le fameux visa Schengen. Elle paie 180 000 pesos un faux passeport. Tout est, semble-t-il, fin prêt mais l’attente dure trois mois. Pour émigrer, il a fallu mobiliser des réseaux. Le recours aux affiliations primaires est suffisant dans certains cas. Mais, plus généralement, d’autres réseaux doivent être activés et c’est le cas où il faut convoquer des « relations exorbitantes », celles qui se nouent au-delà des frontières sociales des milieux les plus proches.

  • 10 Cet auteur montre que ces relations sont indispensables dans cette société pour avoir accès à tout (...)
  • 11 A chaque étape les intermédiaires touchent leur écot, ce qui rend toute émigration extrêmement coû (...)
  • 12 Plusieurs femmes ont été escroquées par des intermédiaires.

12Celles-ci permettent, par exemple, de se « connecter » (to hook) à des personnes, voire à des réseaux constitués par des plus riches que vous, de trouver des « personnes vers qui courir » (matatakbuhan), une « personne que l’on peut approcher aisément » (malalpitan) ou « une personne disposant de puissance et bien placée » (malakas) (Tria Kerkvliet 1990 : 204-205)10. Les officines, plus ou moins légales, disposent de contacts avec les ambassades, les consulats, les personnels navigants ou au sol de compagnies d’aviation11. Bref, toute candidate à l’émigration devra mobiliser des sommes considérables et aura affaire à une géographie mouvante et labile de dispositifs, de contacts précaires et parfois peu fiables12. Pour aboutir, les projets d’émigration doivent permettre de maintenir à tout prix un pacte de confiance garanti par la force des liens faibles. Granovetter analyse la manière dont des liens plus faibles et distendus que les accords les plus solides sont souvent susceptibles de cimenter des solidarités que l’on pouvait penser aléatoires (Granovetter 2000). Le versement d’espèces sonnantes et trébuchantes, censé prémunir contre les aléas (dénonciations, escroqueries, contrôles), signe aussi l’indissolubilité du lien émigrante/passeur tant qu’elle n’est pas arrivée à destination.

13Voici Stella en France, munie d’un faux visa valable trois mois, elle trouve rapidement à s’employer. Ce travail illégal correspond à « une volonté (de l’employeur) de soustraire l’employé à la protection que lui reconnaît la législation sociale » (Marie 1997 : 161), c’est-à-dire de « dissimuler » la « subordination salariale ». L’infraction, si elle concerne effectivement la travailleuse, fait d’elle avant tout la victime d’un employeur également en infraction. Ce renversement de perspective permet de déconstruire la notion usuelle de « travailleurs clandestins », en mettant au jour la manière dont elle est socialement constituée et produite. L’émigrante n’est pas la seule à constituer l’économie informelle comme ressource.

14Analysant les étrangers en situation irrégulière comme la « figure centrale » de la vie politique française, Fassin et Morice constatent que l’« irrégularité statutaire » résulte de l’application de règles excluant certaines catégories d’individus du droit d’entrée et de séjour sur un territoire (ici national) et qu’elle masque une multitude de catégorisations qui varient selon les époques et les impératifs politiques (Fassin & Morice 2001). En associant situation irrégulière à « clandestin », on soupçonne et fragilise toute personne supposée l’être par son « apparence », son comportement ou son occupation dans certains secteurs d’activité connus pour accueillir de nombreux étrangers en situation irrégulière, et on en arrive à soupçonner celles ou ceux dont les traits physiques peuvent être considérés différents de ceux de « Français de souche ». Mais, plus généralement, cette pratique discursive obscurcit la cause première de l’immigration. « Sans une politique d’immigration qui organise sciemment à la fois la participation à la production et l’exclusion civile et politique des immigrés, le Sentier est impensable » (Lazzarato, Moulier-Boutang & Negri 1993 : 216). La fermeture des frontières, depuis vingt ans, constitue une véritable fabrique à « irrégularité » (Morice 1995 : 39 ; Marie 1997 : 174). Dès lors l’ouvrier ou la domestique en situation irrégulière qui travaillent permettent-ils de rendre visible l’autre acteur de l’économie informelle : à savoir leurs employeurs. La domestique philippine a partie liée avec son patron. L’invisibilité censée caractériser l’univers informel met donc en scène des acteurs multiples.

Se connecter à des « réseaux vivants »
Vivian, 54 ans. Régularisée en 2001. En France depuis dix ans.
Originaire de Santa Cruz, d’un père avocat, décédé en 1971, et d’une mère employée de bureau, décédée en 1992, Vivian a deux sœurs et trois frères. Ayant suivi des études jusqu’au baccalauréat, Vivian a travaillé quelque temps dans les assurances avant de se marier. Elle n’a pas repris d’activité professionnelle, son conjoint ne souhaitant pas qu’elle travaille, ce que ses maternités - elle a huit enfants âgés de 31 à 11 ans - l’ont d’ailleurs rapidement dissuadée de faire.
Afin de subvenir aux besoins de cette nombreuse famille et pour pouvoir financer l’éducation souhaitée pour leurs enfants, le père devient, d’employé de l’entreprise de pneumatiques Goodyear, travailleur « sous contrat » en Arabie Saoudite où il est comptable dans une compagnie pétrolière américaine. Il y reste huit ans avant d’être contraint de rentrer aux Philippines à la suite d’un grave problème d’hypertension. Lorsqu’il retourne dans l’archipel, la situation économique de la famille ne permet plus d’assurer l’éducation à laquelle le couple aspire pour ses enfants. Lorsque le père était à l’étranger, son salaire y suffisait à peine.
Vivian, sachant que l’émigration peut offrir une solution, décide de partir. Elle recourt à une officine qui lui procure un visa de touriste au prix de 35 000 pesos. La sœur du patron de l’officine constitue un relais à l’arrivée en France. Elle lui trouve une chambre minuscule à Corvisart que Vivian louera 50 euros. Elle lui procure également un premier emploi, ce qui était prévu dans les accords établis au départ. Cela arrive assez rarement pour que l’on insiste ici sur ce point.
Ce premier emploi dans une famille française ayant deux enfants se révélera très insatisfaisant. Domiciliée dans le XVIe arrondissement, à Passy, la famille offre à Vivian un salaire mensuel de 700 euros ainsi qu’une chambre contre un travail de domestique chargée à la fois de l’entretien de la maison et du soin aux enfants. Les horaires sont élastiques. « Je travaillais de huit heures du matin à huit heures du soir et la femme ne faisait que me crier dessus. » Les relations avec Vivian sont humiliantes à ses yeux : « Un des enfants, le plus grand, me disait de ne pas manger dans la même vaisselle que celle utilisée par la famille. » Un jour le mari l’emmène chez ses parents en week-end : « Ces gens étaient merveilleux, ils m’ont accueillie avec gentillesse, ils m’ont servie comme une invitée et ne m’ont pas traitée comme une domestique. J’ai compris que tous les Français n’étaient pas méchants comme ma patronne. » Vivian nous parlera à plusieurs reprises de ce séjour. Elle décide de quitter cet emploi.
Elle connaissait l’existence d’une église américaine et, grâce à une Philippine rencontrée dans le métro, s’y rend le dimanche suivant. Cette église offre un réconfort et aussi, surtout, l’accès à un réseau diversifié d’opportunités que crée la présence à la fois d’une communauté d’Américains et d’étrangers aisés qui recherche ce genre de domestiques et, facteur non moins important, d’un groupe de Philippins également pourvoyeur de ressources en termes de logement, d’emplois et de vie affective pour les exilés. Durant cette première époque, Vivian expérimente les déconvenues que rencontre une femme exilée, ne maîtrisant ni la langue, ni les codes sociaux et culturels qui lui auraient permis d’opposer une résistance efficace à l’exploitation dont elle était l’objet. Cette situation de primo-arrivante est la plupart du temps celle que connaissent de nombreuses Philippines que nous avons rencontrées. Les réseaux de trafiquants les moins crapuleux offrent certes, dans le meilleur des cas. les premiers contacts mais ceux-ci sont, d’une certaine manière, « hors sol », c’est-à-dire non ancrés, non « encastrés » (Granovetter 2000). Seuls des réseaux vivants, c’est-à-dire sans cesse réactivés et mobilisés par des extensions constantes, sont susceptibles de se traduire en possibilités concrètes.

Un marché invisible de services domestiques ?

15Ce marché de services domestiques peut être analysé comme une « niche » d’emplois spécifiques (Rath 2000) où les femmes philippines détiennent une forme de monopole du fait de leurs qualités uniques. Si elles sont nombreuses à être en situation irrégulière, sont-elles de ce fait invisibles ? La construction sociale qui associe informalité et invisibilité est telle que, en dehors de la « pauvre Roumaine » assise par terre dans le métro, un enfant endormi dans les bras, comment reconnaître un(e) « irrégulier(e) » ? Comment établir les distinctions appropriées ? On a tendance à l’oublier, la vie des irréguliers se déroule, non pas dans un ghetto ethnique, non pas aux portes de notre société, mais en son cœur urbain, là précisément où nous-mêmes nous trouvons. L’informalité ne suppose pas l’invisibilité.

  • 13 Si elle retourne dans l’archipel et qu’elle acquiert un nouveau visa de trois mois ou si un employ (...)

16Non seulement chaque Philippine peut passer par plusieurs statuts13, mais, de plus, dans les différents groupes communautaires, les immigrantes disposant de papiers et les irrégulières sont constamment mêlées. Cette coexistence permanente assure d’ailleurs à ces dernières un « filet de protection » par l’acquisition de compétences cognitives au contact de migrantes anciennes qui peuvent leur prodiguer conseils et/ou soutien affectif. Se promener en compagnie de compatriotes légalement résidentes rassure et permet d’exhiber des « signes de lien » (Goffman 1974) qui brouillent les frontières. Cette coprésence propage des manières d’être qui seront imitées, incorporées et qui gomment les aspects les plus apparents de la condition d’irrégulière. C’est ce substrat relationnel avec les personnes de la communauté, les Églises, les associations qui permet de regagner une confiance en soi nécessaire pour pouvoir immédiatement chercher logement et emploi. « Là-bas j’étais en confiance. Je n’étais pas seulement quelqu’un qui se cachait », dira Philomena, arrivée, un peu par miracle, à l’église après avoir rencontré dans le métro une Philippine qui l’y accompagnera.

17Mais la « banalisation » de leur présence dans l’espace public est tout autant due à des facteurs sociologiques. Ces femmes urbaines, éduquées, issues de la petite bourgeoisie demeurent pour la plupart dans les VIIe et XVIe arrondissements dont le caractère bourgeois les protège et où elles se « fondent » dans la foule. Les Philippines sont moins des « femmes sans qualités » que des femmes au contraire dotées de toutes les qualités des femmes évoluant légitimement dans l’espace public. L’image, on le voit, se brouille.

Des Philippines « entrepreneures d’elles-mêmes »

18A présent, puisqu’il s’agit de migration et non d’installation, comment s’envisage et se construit le retour dans l’archipel ? Autrement dit, ces femmes retourneront-elles aux Philippines une fois atteint l’objectif assigné au départ ? Réécouter les entretiens apporte alors son lot de surprises.

  • 14 Par « carrière », Howard Becker entend « un modèle qui prenne en compte le fait que les modes de c (...)
  • 15 Où leur sacrifice est gratifiant.

19La plupart des femmes que nous avons rencontrées étaient souvent en France depuis de longues années, certaines avaient obtenu des cartes de séjour, d’autres, venues plus récemment, avaient donné naissance à des enfants en France. Comment, dès lors, allaient-elles conduire leur parcours ? A la fin d’un entretien jusque-là assez banal, Teresa finira par reconnaître : « Après mon dernier voyage aux Philippines, j’ai bien vu que ce que je voulais, c’était faire marcher la petite affaire là-bas, mais que je ne pourrais plus vivre aux Philippines. Je ne m’y sentirais pas libre. » Si c’était pour honorer la « dette de la gratitude » ou pour améliorer la vie de leurs enfants qu’elles sont parties des Philippines, ce projet se serait-il modifié au contact de la réalité sociale éprouvée à Paris ? Les attentes et les aspirations auraient-elles changé ? Ne feraient-elles pas, à présent usage de la migration à leur propre compte, « à compte d’auteur(e) » (Peraldi 1998) ? C’est en ce sens qu’il s’agit bien d’une « carrière » au sens de Becker14. Ne peut-on en effet poser que les Philippines parviennent, au cours du processus migratoire et de leur expérience métropolitaine à Paris, à assurer et consolider cette autonomie ? Non seulement elles ont accru leur position sociale dans la communauté et la famille15, mais de plus, elles expérimentent à Paris, des formes et des usages de la liberté auxquels elles sont à présent attachées. Se saisiraient-elles alors de la migration pour consolider un (autre ?) projet de vie, une « carrière » où puisse advenir un désir singulier ? Quel que soit le contexte de leur séjour, les Philippines n’écriraient-elles pas un autre scénario transnational ?

20C’est en effet dans cet entre-deux transnational, qui à la fois autorise et exalte cette autonomie gagnée durement, qu’elles semblent vouloir s’inscrire malgré l’exil et les aléas qu’imposent les arrangements informels. De nouveaux projets éclosent dans cet espace-temps. Si Teresa hiérarchise ses aspirations autrement, c’est que la vie à Paris, à des milliers de kilomètres de chez elle, non seulement lui convient mais lui convient mieux que celle qu’elle trouverait en retournant dans l’archipel. Déclassée ici, elle se sent finalement « chez elle » à Paris. Après avoir obtenu des papiers et guéri d’un cancer, Teresa veut bâtir sa vie « entre » les Philippines et la France : elle veut apporter une aide financière à une petite entreprise familiale de volailles que sa famille pourrait monter. Mélanie, dont toute la famille a immigré en France, souhaite faire construire un hôtel à Manille, Bella désire investir dans une clinique d’accouchement que veut créer une amie dans sa ville. Mélanie et ses enfants résistent au souhait du mari de retourner aux Philippines. Vivian, dont les huit enfants sont dans l’archipel, retarde le retour que désire son jeune (second) mari qui souhaite devenir pasteur. Suzie doit encore envoyer de l’argent pour l’éducation de ses enfants, mais ne précipite pas les choses. Les liens sociaux et affectifs tissés en France se révéleraient-ils plus forts que prévus ?

  • 16 Elles ne cessent d’aller et venir (voyages, coups de téléphone, e-mails), de traverser des frontiè (...)
  • 17 La question pourrait se poser pour celles qui ont des enfants en France, mais qui énoncent cependa (...)

21Comment analyser, dès lors, ce retournement de situation ? En lieu et place d’un modèle exclusif - ici ou là-bas - verrait-on fonctionner un processus défini par l’agencement ici et là-bas, bref une trajectoire transnationale avec une appartenance à deux mondes à la fois ? Étudiant le cas d’entreprises comme Benetton, Negri met au jour la figure de l’entrepreneur « politique ». Un entrepreneur qui doit savoir mettre en contact des mondes divers, organiser la coopération dans l’« entre-deux », y compris au niveau de la mobilisation des subjectivités (Lazzarato et al. 1993). Si nous recourons à ce concept, c’est pour illustrer la capacité des Philippines à mettre en contact des univers disjoints et des références hétérogènes par leur trajectoire et leur vie transnationale16. L’« entre-deux » est devenu leur statut social, mais aussi affectif. Si elles échafaudent des projets transnationaux entre ici et là-bas c’est au moins pour deux raisons. D’un côté, elles sont fortement attachées aux Philippines et n’envisagent nullement une installation définitive en France17, de l’autre, elles souhaitent ne pas perdre l’autonomie et la qualité de vie acquises par la migration et que leur pays ne peut leur offrir. Ainsi Rhacel Parrenas analyse-t-elle l’hésitation à rentrer en la rapportant au souci de « ne pas retrouver ce à quoi on a cherché à échapper en migrant » (2001 : 23). En choisissant de rester « entredeux », en mettant sur pied des projets transnationaux, les Philippines cherchent moins à devenir entrepreneurs, qu’« entrepreneures d’elles-mêmes ». Leur entreprise (mise à exécution d’un dessein) consiste à produire un autre Soi. Un Soi conforme à leurs nouvelles aspirations, susceptible « d’accroître leur puissance d’agir », selon les termes de Spinoza. Ce nouveau Soi leur permet, semble-t-il, de préserver des formes singulières et adéquates, jusque-là non garanties, d’autonomie et de liberté. Glaner à Paris ce que l’on va semer dans l’archipel par ces projets et vice-versa. Domestiques transnationales dans un monde globalisé, elles sont à présent chez elles dans cet « entre-deux ».

  • 18 Toutes cherchaient à obtenir des papiers en règle et nous ont souvent sollicitée pour les accompag (...)

22Pour conclure, il convient de compléter cette analyse par deux précisions importantes. Tout d’abord, si nous n’avons pas rencontré de femmes harcelées ou maltraitées, la situation des Philippines à Paris ne peut, à l’évidence, être analysée de manière uniforme. Ensuite, nous ne méconnaissons pas le poids de l’exil qui se traduit par l’isolement affectif, la déchirure de la séparation. Nous ne voudrions pas non plus taire les incidences sur les enfants et les familles restées dans l’archipel (que d’autres auteurs ont étudiées, voir Battistella & Conaco 1998 ; Pingol 2001). Cette face sombre, nous l’avons délibérément écartée pour mettre l’accent sur ce qui, en dépit de ces souffrances - dont toutes nous ont fait part - et des risques encourus du fait de l’irrégularité de leur présence, les motivait et les faisait rester en France. Comme nous le voyons à présent clairement, les mondes informels, ni choisis, ni appréciés18 leur permettent néanmoins de mener à bien ce qui ressemble de fait à un projet de vie. Toutes celles qui sont actuellement en situation régulière l’évoquent en ces termes. A l’instar des migrants interviewés par Smaïn Laacher à Sangatte (2002) ou des femmes camerounaises étudiées par Sophie Bouly de Lesdain (bien que dans des conditions tout autres), les domestiques philippines à Paris semblent bien constituer une figure emblématique de nouvelles manières de migrer dans un monde globalisé, monde que ces migrantes veulent maîtriser pour agir sur leur vie.

Bibliographie

Références bibliographiques

Battistella, G. & M.G. Conaco. 1998. « The Impact of Labor Migration on the Children Left Behind: A Study of Elementary School Children in the Philippines », Sojourn, vol. 13, n° 2, Manille.

Becker, H.S. 1985. Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Bouly de Lesdains, S. 1999. Femmes camerounaises en région parisienne : trajectoires migratoires et réseaux d’approvisionnement, Paris, L’Harmattan.

Eviota, E.U. 1992. The Political Economy of Gender. Women and the Sexual Division of Labor in the Philippines, ZED Books Ltd.

Fassin D., A. Morice & C. Quiminal. 1997. Les lois de l’inhospitalité. Les politiques de l’immigration à l’épreuve des « sans-papiers », Paris, La Découverte.

Fassin, D. & A. Morice. 2001. « Les épreuves de l’irrégularité : les sans-papiers, entre déni d’existence et reconquête d’un statut », in D. Schnapper (dir.), Exclusions au cœur de la cité, Paris, Anthropos.

Feliciano, M.S. 1994. « Law, Gender, and the Family in the Philippines », Law and Society Review, vol. 28, n° 3, p. 547-560.

Goffman, E. 1956. « The Nature of Deference and Demeanor », American Anthropologist, 58, p. 473-502.

– 1973. Les rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit.

– 1974. La présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit.

Granovetter, M. 2000 [1985]. Le marché autrement, Paris, Desclée de Brouwer.

Groot (de), R. & E. Ouellet. 2001. Plus que parfaites. Des aides familiales à Montréal. 1850-2000, Montréal, Éditions du Remue-Ménage.

Jackson T.R., S. Huang & B. Yeoh. 1999. « Les migrations internationales des domestiques philippines », Revue européenne des migrations internationales, coord. Michelle Guillon et Daniel Noin, vol. 15, n° 2, p. 37-68.

Laacher, S. 2002. Après Sangatte, Paris, La Dispute.

Lacar, L.Q. & C.S. Lacar. 1989. « Marano Muslim Migration and Migration and its Impact on Migrant Children », Philippines Studies, 39.

Lacar, L.Q. 1995. « Familism Among Muslims and Christians in the Philippines », Philippines Studies, 43, p. 42-65.

Lan, P.C. 2004 (à paraître). « Doing Gender », Gender Studies.

Lautier, B. 1994. L’économie informelle dans les pays du tiers-monde, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Lazzarato, M., Y. Moulier-Boutang, T. Negri & G. Santelli. 1993. Des entreprises pas comme les autres : Benetton en Italie, le Sentier à Paris, Paris, Publisud.

Marie, C.-V. 1997. « A quoi sert l’emploi des étrangers ? », in D. Fassin, A. Morice, C. Quiminal, Les lois de Vinhospitalité. Les politiques de l’immigration à l’épreuve des sans-papiers, Paris, La Découverte, p. 145-176.

Morice, A. 1995. « Travail illégal et séjour indésirable : du modèle brésilien aux dérives françaises », Hommes et migrations, 1187.

Morokvasic, M. 1984. « Birds of Passage are also Women », International Migration Review, vol. 18, n° 68, hiver, p. 886-907.

Mozère, L. 1999. Travail au noir et informalité. Liberté ou sujétion ?, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales ».

– 2001. « La Philippine ou la "Mercedes Benz" des domestiques », Sextant, 15-16, p. 297-317.

– 2002. « Des domestiques philippines à Paris : un marché mondial de la domesticité ? », Tiers-Monde, 170, avril-juin, p. 373-396.

Mozère, L. & H. Maury. 1999. Petits métiers urbains au féminin. Le cas des assistantes maternelles et des nourrices, rapport cnaf, fas, Plan urbain.

Oso Casas, L. 2002. Domestiques, concierges et prostituées : migration et mobilité sociale des femmes immigrées espagnoles à Paris, colombiennes et équatoriennes à Madrid, Thèse, université de Paris I.

Pal, A.P. & L.Q. Arquiza. 1957. « Deviations and Advances to Philippine Familialism », Silliman Journal, 4, Manille.

Parrenas, R. 2001. Servants of Globalization. Women, Migration and Domestic Work, Stanford University Press.

Peraldi, M. 1998. « Portraits d’entrepreneurs », in Collectif, Ces quartiers dont on parle, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 253-265.

– 2002. Cabas et containers, Paris, Maisonneuve et Larose.

– 2003. La fin des norias, Paris, Maisonneuve et Larose.

Pertierra, R. 2001. « Multiple Identities, Overseas Labor and a Diasporal Consciousness in a Local Community », contribution à la 2e Conference of the South European Network of Asian Studies, Marseille, 14-16 octobre.

– 1992. Remittances and Returnees, Quezon City, New Day Publishers. Pingol, A. 2001. Remaking Masculinities, Dilliman Q.C, U.P.-UCWS.

– 2003. « The Emerging Sexual Subject », texte ronéoté.

Quiminal, C. 1997. « Familles immigrées entre deux espaces », in D. Fassin, A. Morice & C. Quiminal (dir.), Les lois de l’inhospitalité. Les politiques de l’immigration à l’épreuve des sans-papiers, Paris, La Découverte, p. 67-82.

Rath, J. 2000. « A Game of Ethnic Musical Chairs? Immigrant Business and Niches in the Amsterdam Economy », in S. Body-Gendrot & M. Matiniello (dir.), Minorities in European Cities, Basingstoke, Macmillan, p. 226-254.

Rollins, J. 1985. Between Women: Domestics and their Employers, Philadelphie, Temple University Press.

– 1990. « Entre femmes. Les domestiques et leurs patronnes », Actes de la recherche en sciences sociales, 84, p. 69-77.

Sassen, S. 1989. La ville globale, Paris, Descartes et Cie.

Schiller, N.G., L. Basch & C.S. Blanc. 1995. « From Immigrant to Transmigrant: Theorizing Transnational Migration », Anthropological Quarterly, vol. 68, n° 1, p. 48-63. Tacoli, C. 1999. « International Migration and the Restructuring of Gender Asymmetries: Continuity and Change Among Philippino Labor Migrants in Rome », International Migration Review, vol. 33, n° 3, p. 658-682.

Tarrius, A. 2003. La mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Paris, Balland.

Tria Kerkvliet, B.J. 1990. Everyday Politics in the Philippines, Los Angeles, University of California Press.

Notes

1 C’est l’une des raisons pour lesquelles, nous avons choisi de nous attacher à étudier le cas des Philippines à Paris bien que nous ayons rencontré un certain nombre de Philippins. Cette recherche a été conduite sous forme d’observations participantes et d’entretiens non directifs - au nombre de vingt-sept - dans trois réseaux distincts de personnes philippines à Paris : église américaine du quai d’Orsay, association Babaylan. réseau informel autour de Suzie, une immigrante très charismatique adhérente de la CFDT depuis peu. Les entretiens ont été conduits en anglais.

2 Ainsi Yolanda, Luizia et Bella ont-elles d’abord migré sous contrat respectivement vers le Liban, l’Arabie Saoudite et Singapour avant de se rendre en France, avec des visas ; les deux dernières, ayant fait faux bond à leur employeur, n’auront plus de papiers.

3 D’abord colonisées par les Espagnols au xvie siècle, les Philippines sont conquises par les États-Unis à la tin du xixe siècle. L’archipel subit aujourd’hui encore ces influences : les Philippines sont chrétien(ne)s à plus de 90 %, l’anglais est une langue véhiculaire dans la population éduquée. La mainmise américaine a provoqué une dualisation de l’économie qui a contribué à accroître les inégalités sociales et économiques et à fragiliser en particulier les membres de la classe moyenne.

4 Cette donnée est confirmée par tou(te)s les chercheur(euse)s étudiant la migration philippine féminine (Tacoli 1999 ; Jackson & Yeoh, Huang 1999 ; Parrenas 2001 ; Lan, à paraître, 2004). Dans notre propre échantillon 70 % des femmes étaient au moins titulaires d’un baccalauréat.

5 Même si, à l’évidence, une telle migration est risquée, nous le verrons plus loin, et qu’elle comporte une part importante de situations imprévisibles.

6 Saskia Sassen traite dans ses analyses de trois métropoles qu’elle considère comme des « villes globales » : New York, Londres et Tokyo (1996). On peut cependant considérer que des villes autres, comme Paris, manifestent de semblables processus de « globalisation ». C’est l’hypothèse que nous adoptons ici.

7 Ces qualités « maternelles » sont également mobilisées en permanence par les Philippines, non sans ambiguïté : Melanie dira qu’en s’occupant de façon maternelle du bébé dont elle avait la charge, elle avait l’impression de « transmettre de la tendresse à sa petite fille, oui de la cajoler à distance ».

8 Ce qui en fait également un élément de distinction pour leurs employeurs.

9 C’est le cas pour trois des femmes que nous avons interviewées, qui sont arrivées avant 1980.

10 Cet auteur montre que ces relations sont indispensables dans cette société pour avoir accès à tout un ensemble de services et de biens hors de portée du commun des mortels.

11 A chaque étape les intermédiaires touchent leur écot, ce qui rend toute émigration extrêmement coûteuse.

12 Plusieurs femmes ont été escroquées par des intermédiaires.

13 Si elle retourne dans l’archipel et qu’elle acquiert un nouveau visa de trois mois ou si un employeur accepte de lui faire parvenir un certificat d’hébergement.

14 Par « carrière », Howard Becker entend « un modèle qui prenne en compte le fait que les modes de comportement ne se développent pas selon une séquence ordonnée... Il faut considérer une succession de phases, de changements du comportement et des perspectives de l’individu. Chaque phase requiert une explication et une cause agissant pendant l’une des phases de la séquence peut avoir une importance négligeable pendant une autre phase ». Renvoyant à une analyse où sont pris en compte les passages à une autre, l’analyse en termes de carrière s’attache aux « événements et aux circonstances affectant la carrière » (1985 : 46-47).

15 Où leur sacrifice est gratifiant.

16 Elles ne cessent d’aller et venir (voyages, coups de téléphone, e-mails), de traverser des frontières (géographiques, sociales) qui leur permettent de maintenir sans cesse les liens avec l’archipel.

17 La question pourrait se poser pour celles qui ont des enfants en France, mais qui énoncent cependant des projets transnationaux.

18 Toutes cherchaient à obtenir des papiers en règle et nous ont souvent sollicitée pour les accompagner afin d’accomplir diverses démarches administratives.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540