Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies choisies ?

 | 
Noël Barbe
, 
Serge Latouche

I. Échanges

Le lien et le gain. Le marché aux puces de Marseille : une aberration économique ?

Véronique Manry et Michel Peraldi

Texte intégral

1A la fin des années 1980, s’ouvre à Marseille une nouvelle zone commerciale qui ne ressemble à aucune autre parce qu’elle rassemble dans le même espace-temps à peu près toutes les mises en scène de l’acte commercial que nous offre le monde contemporain, de l’hypermarché à l’étal de rue, du marché à la boutique, de la grande surface au souk. Le marché aux puces, puisque tel est son nom, rassemble ce que la ville tend habituellement à séparer physiquement au nom d’une efficience fonctionnelle et à segmenter surtout, au nom d’un idéal silencieux, incorporé dans la scénographie même de l’acte marchand, de non-contamination des publics et des ordres sociaux. Pourtant les produits diffèrent peu de ceux que l’on peut trouver dans le plus banal des supermarchés, à ceci près que l’on y met plus volontiers en scène l’abondance que la rareté, le moindre prix plutôt que l’authenticité ou la qualité, l’immédiateté du contact plutôt que la rigueur du conditionnement. Comme chez Tati, on farfouille dans les piles ; chez les bouchers, la viande est exhibée, manipulée par les vendeurs et offerte généreusement au regard. Ici le client roi est celui qui touche, palpe, ausculte et finalement achète parce qu’il ne compte que sur lui-même et sa propre expérience pour se faire raison, dans une interaction directe au vendeur dont on teste, autant que celles du produit, les qualités sensibles.

2Si les produits diffèrent peu de ceux que l’on trouve en supermarché, ce qui dans l’univers mécanisé et aseptisé de la grande surface est hygiéniquement rangé sous trois couches de blisters finit ici à même le sol, en tas sur des étalages de fortune, parfois simplement empilé. Toutes les marchandises y sont étonnamment proches, accessibles à l’acheteur, ce qui a pour évidente fonction de rendre les achats sans conséquence. Rien ne sépare la passion de vendre du désir frénétique d’acheter. Au premier contact, chacun peut rapidement se convaincre qu’il est dans un espace dévolu à la passion de l’échange en sa double nature, lien et gain, un espace où règnent la parole et le toucher, le « plaisir des yeux ». Contrairement à nombre d’autres lieux commerciaux, les rapports d’échange sont ici rendus, si l’on peut dire, à leur forme élémentaire : celle d’une passion partagée (Henochsberg 2001). Une simple visite au marché aux puces permet de voir en un saisissant raccourci d’histoire compactée ce que l’acte d’échange a perdu par sa mise en forme mécanique, le prix relationnel payé par l’industrialisation, la mécanisation, la segmentation. D’où l’impression d’archaïsme, de survivance, voire de rémanence.

Un jazz commercial…

3Mais l’apparence est trompeuse. L’ethnologue qui fait l’histoire du marché constate au contraire sa singulière nouveauté. Ce marché ne surgit pas du fond des âges, cette aberration économique ne s’est pas maintenue discrètement, elle date d’une dizaine d’années. Et même si elle rassemble des types de commerce qui ont une vieille histoire pour certains, cette place marchande a en effet été inventée par deux promoteurs immobiliers qui, profitant de la liquidation d’une vaste usine, décident d’y installer des locaux commerciaux, tandis que la municipalité de l’époque y voit fort opportunément l’occasion de se débarrasser du « marché aux puces », vénérable mais encombrante institution qui aux yeux des pouvoirs publics fait tache dans le Marseille relooké aux exigences de la nouvelle économie dont ils rêvent. Ce marché est donc le résultat d’un « deal » politique entre une nouvelle équipe qui arrive au pouvoir et des aventuriers commerciaux.

4Bien sûr, il est toujours un peu arbitraire de vouloir dater un marché. Si l’espace-temps qu’il occupe peut varier, émerger ou se déplacer, les formes économiques et sociales de l’échange passent les âges. En la matière, l’histoire empile les configurations, beaucoup plus qu’elle ne les efface. Il semble donc plus exact de dire que le marché n’a pas d’âge. Il est, comme ces objets culturels qui traversent la modernité et la caractérisent, des musiques aux productions télévisuelles, le résultat d’un bricolage culturel (Appadurai 1996) sur des traditions qui n’en finissent pas de changer imperceptiblement de forme sans que le processus de leur transformation soit clairement identifiable. Le marché appartient à ces ordres minoritaires dont aucune grammaire n’est venue fixer et figer les règles, dont aucune institution ou puissance tutélaire n’est venue garantir l’immuabilité et qui préservent ainsi une liberté de variations infinies, une capacité toujours renouvelée d’adaptation jusqu’à ne plus avoir d’autre forme que ce « transformisme » permanent. Jazz commercial donc, si l’on peut tenter la métaphore. C’est cette fluidité qui donne alors l’impression que les acteurs n’improvisent aussi bien que parce qu’ils jouent ensemble depuis longtemps, comme si le marché était partie d’une société d’interconnaissance, segment d’un village identitaire aux limites certes difficiles à tracer mais néanmoins territorialisé. Et puisque la viande est halal, le couscous et les épices très présents, parce qu’on y parle l’arabe autant que le français, parce que les pâtisseries sont tunisiennes, beaucoup de vendeurs et de clients aisément repérables « au faciès » comme maghrébins, pourquoi ne pas en déduire que ce marché est un lieu transposé, enclave orientale dans la ville, pièce ou parcelle de cette ethnicité transplantée ici avec la migration ? Notons au passage que cette représentation selon laquelle une société ethniquement homogène forme de facto une société d’interconnaissance, courante aujourd’hui y compris dans les sciences sociales, est une vision très réductrice, certainement imbibée de relents coloniaux, qui attribue à l’Autre l’homogénéité projetée par le regard du dominant.

  • 1 Instauration en 1987 d'un visa pour l'entrée en France des Algériens qui jusque-là bénéficiaient d' (...)

5Nous sommes arrivés là en suivant la piste des « fourmis » de Belsunce (Peraldi, Foughali & Spinouza 1995). Belsunce est, au centre-ville de Marseille, le quartier commerçant qui a été tout au long des années 1970 à 1990 le centre névralgique du commerce algérien à destination des communautés migrantes autant que vers l’Algérie (Temime 1995 ; Tarrius 1995 ; Peraldi 2001). Ce « comptoir commercial » actif, prospère, expansif, qui vit en grande partie du tourisme algérien, connaît à partir de la fin des années 1980 une grave crise, liée d’abord à la restriction des conditions d’accès des Algériens en France1. L’instabilité et le chaos politique de l’Algérie n’arrangent pas les choses et redoublent les effets déstabilisateurs sur le commerce du malthusianisme frontalier qui a gagné l’Europe de Schengen. L’ouverture du marché aux puces correspond à cette phase de troubles et de recomposition du dispositif commercial algérien.

6Le marché aux puces récupère sans doute une partie des clientèles traditionnelles de Belsunce et une partie non négligeable des commerçants qui s’y installent ont bien commencé leur carrière au centre-ville. Mais beaucoup de choses ont changé. Les produits traditionnels, tissus, tapis, bijoux, qui ont fait la gloire de Belsunce, ont pratiquement disparu du marché aux puces, comme la plupart des produits phares destinés aux « Algériens d’Algérie », et l’on y note une présence plus nettement affirmée qu’à Belsunce des « gens des cités », des jeunes. Installé au cœur des quartiers nord, le marché aux puces apparaît au premier abord comme un marché de proximité, dominé par des consommations quotidiennes : produits alimentaires et confection. Lieu de rassemblement, de représentation et de loisirs, le marché aux puces apparaît bien comme l’un des espaces publics majeurs dévolus aux mondes populaires et aux populations migrantes des quartiers nord de Marseille.

7Nous avons d’abord et surtout cherché à décrire le fonctionnement du marché : dans des lieux auréolés d’une réputation sulfureuse comme celui-ci, cernés de rumeurs, de fausses évidences et de typifications hâtives, la description minutieuse, ethnographique, est une nécessité pour parvenir au sens. Cependant, nous n’avons pas cherché à éviter la question économique : le marché est un lieu d’argent, de marchandises, de travail. Ou plus exactement il est un lieu de passion de l’argent, d’appétits pour la marchandise et de religion du travail.

Être en affaire

8Pour les commerçants du marché aux puces, ce n’est pas tant le capital financier qui prime pour intégrer ces mondes du commerce et de l’échange, que le capital relationnel, accumulé dans le temps et le quotidien. Sur le marché, à la mosquée ou au café, par le jeu des alliances, des opportunités ou des affinités, les commerçants ne cesseront de capitaliser et d’entretenir un potentiel relationnel qu’ils pourront solliciter au profit de leur activité commerciale. L’expression « être en affaire », couramment employée par les commerçants, qualifie à la fois leur engagement et la nature des liens qu’entretiennent tous les acteurs entre eux, clients, marchands, fournisseurs et autres intermédiaires de la longue chaîne du circuit marchand. Ce lien social, mobilisé et valorisé dans les échanges, est le fondement d’un fonctionnement commercial autre qui s’organise aux marges des systèmes économiques dominants.

9Ces activités commerciales ne concernent que très rarement des produits illicites et la plupart des commerçants que nous avons rencontrés exercent en toute visibilité et ont pignon sur rue. S’ils établissent des réseaux, si un monde de commerçants se constitue autour de pratiques et de valeurs partagées, il ne s’agit ici ni d’organisation criminelle, ni de filières mafieuses. Si l’affranchissement aux normes, conventions, cadres juridiques qui règlent l’activité économique est bien la condition nécessaire et centrale autour de laquelle s’organise l’économie informelle, cette logique est à considérer dans sa positivité même : non pas comme absence de normes, de règles ou cadres éthiques et moraux, légitimes et légaux, mais comme présence et prégnance d’autres cadres normatifs « importés ». Ces cadres sont transplantés ou adaptés d’autres lieux sociaux où ils ont statut de validité et de légitimité, y compris d’autres mondes économiques que ceux où s’exerce l’activité. Autrement dit, les commerçants dont nous parlons ici n’agissent pas dans un monde sans loi ni règle sociale ou morale. Ce qui fait l’informalité de ces activités tient davantage à cette « manière autre » de faire du commerce : baser l’échange sur des jeux relationnels plutôt que sur des accords contractuels ; privilégier l’oralité et la négociation, se situer dans le présent et saisir des opportunités d’affaires, trouver les partenaires qui permettront de mener et de réussir l’échange ; se défier des distances, des frontières et des obstacles juridiques, politiques et culturels qui limitent les circulations d’hommes et de marchandises propres à l’accomplissement du commerce.

Tableau 1. Nationalités des commerçants non sédentaires (%)

Tableau 1. Nationalités des commerçants non sédentaires (%)
  • 2 Pour obtenir le droit de vendre sur le marché aux puces, comme sur les marchés municipaux, les comm (...)

Source : Extraits K-bis des commerçants non sédentaires fournis à la société gestionnaire – 20002.

Une ethnicisation de façade

10Maghrébins, Juifs séfarades, Africains, Arméniens, Français de souche comme on dit ou rapatriés d’Afrique du Nord, toutes les populations et les vagues migratoires successives à Marseille depuis plus d’un siècle se retrouvent pour commercer en toute diversité. Alors que le marché est encore souvent perçu comme « le marché des Arabes », les 75 % de commerçants de nationalité française apportent un premier démenti.

11Certes, parmi ceux-là, un certain nombre est d’origine maghrébine, mais nous sommes ici en présence d’une population de fils d’immigrés, ou de personnes qui ne sont pas venues en France pour occuper les emplois salariés traditionnels de l’immigration, et qui ont déjà un autre rapport à l’altérité et à la mobilité. Ce lien au territoire qui se modifie est particulièrement sensible pour les commerçants. Le passeport français représente un sésame pour se déplacer à la recherche de marchandises toujours moins chères. Leur attachement pragmatique à la possession d’un passeport plutôt qu’aux attributs symboliques de la nationalité traduit l’inscription de leurs activités et des réseaux sociaux et commerciaux dans un espace qui n’est plus un couloir entre nord et sud de la Méditerranée, entre pays d’immigration et pays d’émigration, mais un territoire autrement plus vaste. Le dispositif commercial a dû, pour se perpétuer, intégrer de nouveaux acteurs, Marocains, Africains, jeunes issus de l’immigration qui ne participaient pas jusqu’alors au commerce, et trouver de nouveaux débouchés vers des clientèles locales. Même si l’ambiance du marché rappelle le souk oriental ou le bazar et si certains produits sont destinés à des clientèles ciblées, l’offre ne s’adresse pas à des clientèles captives et ne répond que partiellement à une demande de consommation communautaire, en témoigne aussi la fréquentation plus qu’anecdotique d’autres clientèles : étudiants, jeunes couples des classes moyennes, amateurs de brocante...

12Même si l’on se réfère à des désignations ethniques, qui sont à la fois celles par lesquelles les commerçants s’auto et s’entre-désignent et celles que les acteurs sociaux et politiques leur assignent, le « marché des Arabes » ne traduit pas une réalité sociale.

13Ce qui ressort pourtant est le caractère méditerranéen fortement marqué et la coprésence dans cet espace marchand de groupes historiquement investis dans le commerce transméditerranéen avec les plus récents groupes migrants. Aux diasporas juives ou arméniennes, inscrites dans une longue tradition d’intermédiaires et d’agents essentiels des échanges économiques se sont articulés les migrants maghrébins, les familles foraines gitanes, les réseaux mourides du colportage international (Bava 2001), les rapatriés d’Afrique du Nord et tout récemment les Chinois.

Tableau 2. Origine par désignation « ethnique » des commerçants non sédentaires (%)

Tableau 2. Origine par désignation « ethnique » des commerçants non sédentaires (%)

(croisements nationalité/lieu de naissance/nom de famille)
Source : Extraits K-bis des commerçants non sédentaires fournis à la société gestionnaire – 2000.

14L’éthique que nous avons tenté de saisir doit certainement être entendue dans cette aire méditerranéenne des appartenances. Il ne faudrait pas néanmoins verser dans une explication culturaliste en reconstituant une Méditerranée mythique. Certes, ces pratiques marchandes relèvent de codes de valeurs partagés par les acteurs, mais des valeurs sans cesse retravaillées, adaptées, négociées, dans un monde économique en totale mutation, caractérisé par une intensification des mobilités et la multiplication des échanges.

Une économie du « coup »

15La spécificité des activités commerciales du marché repose sur la capacité des commerçants à faire circuler et à remettre dans le circuit marchand des produits qui auraient terminé leur cycle dans le système commercial classique. En concurrence directe avec les géants de la distribution qui tiennent les marchés par leur puissance financière, les commerçants doivent établir des modes directs d’approvisionnement, éliminer les intermédiaires, traiter avec les fabricants et les grossistes sur les lieux de production, récupérer les stocks d’invendus. Ces modes d’approvisionnement révèlent la complexité de filières marchandes interstitielles, ainsi que la mobilité extrême et la vivacité de réaction de ces commerçants. Ils sont sans cesse à l’affût d’occasions, de la bonne affaire, n’hésitant pas à faire 2 000 km sur le simple appel d’un fournisseur pour être sûr d’être le premier à rafler un lot, arpentant les salles de ventes aux enchères, scrutant les pages des petites annonces...

16Pour répondre à la demande d’une clientèle avide de consommation mais à faibles revenus, les commerçants doivent réduire leurs marges bénéficiaires et travailler sur des volumes considérables de marchandises. L’approvisionnement s’effectue en partie auprès de grossistes locaux, juifs séfarades ou chinois, mais le plus souvent, les commerçants se fournissent directement auprès de grossistes importateurs ou de fabricants sur les lieux mêmes de la production. La chaussure et la maroquinerie viennent d’Italie, ainsi que le linge de maison, la vaisselle, les articles de bazar ou le prêt-à-porter. Naples surtout mais aussi Milan ou Turin sont les principales villes d’approvisionnement. Les produits cosmétiques viennent de Barcelone, les couvertures et la maroquinerie de la province de Valence ; les fours à pain et la vaisselle arrivent d’Istanbul ; les tapis de Belgique...

17Le périple des chaussures italiennes vendues par Kader, considéré comme le « Roi de la chaussure » sur le marché aux puces, est un parfait exemple de l’échelle transnationale des approvisionnements. Kader propose un large choix de chaussures de qualité de facture italienne, parfois griffées de marques réputées. Il se fournit auprès de plusieurs grossistes dans la région de Naples, spécialisés dans les marchandises retournées par les distributeurs. Les grandes chaînes de distribution et les marques européennes ou américaines font fabriquer leurs modèles dans les usines italiennes qui les expédient ensuite aux centrales d’achat, lesquelles, à leur tour, les répartissent dans les boutiques. Tous les articles qui présentent un défaut d’aspect, dont l’emballage est endommagé ou qui après la saison et les soldes restent invendus, sont retournés auprès des fabricants et reviennent donc en Italie. Sur place, les fabricants revendent ces stocks à des grossistes spécialisés dans ce type de marchandise, qui revendent à leur tour à des détaillants comme Kader. Tout au long de son parcours, la marchandise perd de sa valeur initiale, et c’est ainsi que l’on retrouve à 15 euros sur le marché des chaussures vendues en boutiques autour de 80 euros.

18Malgré les contraintes juridiques de la « forteresse Europe », les commerçants se déplacent très régulièrement et parcourent des dizaines de milliers de kilomètres. A chaque transaction, tout est à recommencer, les fournisseurs sont multiples, les produits souvent différents, les conditions de l’échange sans cesse à renégocier. La pratique de l’achat par lots est la plus fréquente mais aussi la plus risquée. Les commerçants achètent par lots pour avoir la marchandise au moindre coût. Mais une telle pratique suppose que le commerçant accepte de prendre la totalité de la marchandise sans pouvoir choisir exactement ce dont il a besoin, ni même parfois voir ce qu’il achète. Les prix des lots sont fixés en fonction du volume acheté, au poids ou à la pièce : « C’est comme le poker, tu mises, mais si tu n’as pas la bonne main tant pis pour toi. Ce n’est pas la faute de celui qui a distribué, c’est comme ça, à chaque fois, tu risques gros ! Quand tu joues aux cartes, tu tires une carte et tu ne sais pas ce que tu vas avoir. Eh bien là, c’est pareil : tu ne sais pas ce que tu achètes », nous dit un jeune vendeur de lingerie.

19Chaque commerçant accomplit ainsi, dans toute négociation, sur chaque affaire, une performance tant économique que relationnelle : être le premier à décrocher une affaire, rassembler un capital en quelques heures, faire céder un fournisseur sur un rabais, passer la frontière sans contrôle, avoir la meilleure place sur le marché, convaincre le client d’acheter. Pourtant la plupart de ces « mercenaires » du commerce perdent aussi vite le bénéfice empoché qu’ils l’ont gagné. L’argent est investi dans une nouvelle affaire, sur un autre coup, ou « flambé » dans des dépenses ostentatoires. Ils s’attachent au temps présent et élaborent rarement des stratégies d’expansion sur le long terme. D’autres, plus rares mais plus prudents, achètent un commerce ou une résidence, pensent aux études des enfants, s’inscrivant ainsi dans des logiques d’ascension sociale vers les classes moyennes. Mais finalement, on observe peu de constructions d’entreprises sur le mode capitaliste contrôlant la chaîne de production et de distribution. Ces commerçants restent des marchands. Leurs savoir-faire portent sur leur capacité à acheter et vendre, faire passer. Ils sont condamnés à toujours renouveler leurs performances, rechercher le « coup » pour se maintenir dans les circuits commerciaux.

20L’entrée dans la carrière commerciale est affaire d’occasions, de rencontres, de goût. Elle peut être aussi jeu, défi, logique de promotion ou de reclassement social. En tous les cas, par l’investissement qu’elle demande et la part de risque acceptée, l’activité commerciale est « le vecteur d’une débanalisation de la vie quotidienne » (Wacquant 1995), elle procure à ces « aventuriers » autant de sensations, de plaisir, de sentiment d’appartenance que de profit pécuniaire. Les valeurs de la réussite individuelle et du dépassement de soi mises en avant donnent également les moyens d’accéder à un univers et un statut qui « arrachent aux déterminations communes ». Le succès et les performances commerciales permettent de franchir les barrières sociales parce qu’ils s’appuient sur des valeurs unanimement reconnues dans une société qui prétend reposer sur la réussite par le mérite.

Des carrières commerciales

21Il n’y a donc pas d’idéal-type de carrière ou de trajectoire. On peut arriver au marché aux puces en ayant commencé par être simple client ou gravir tous les échelons et les statuts commerciaux, du « débarras de caves » à la boutique ; ou encore être grossiste et prendre place sur le marché pour élargir ses possibilités de vente. Jeune des quartiers nord qui refuse le chômage ou la précarité, clandestin qui cherche fortune, ouvrier retraité qui complète une maigre pension, cadre algérien qui ne peut faire valoir ses diplômes antérieurs ou commerçant ayant déjà tenté d’autres expériences, nouveaux arrivants ou autochtones, tous participent du marché, prétendent à se faire une place et sortir d’une condition assignée.

22Itinéraire exemplaire, celui de Rabah, âgé d’une quarantaine d’années. Il est originaire du Kef, dans le nord de la Tunisie, où son père était épicier. Rabah est arrivé à Marseille à la fin des années 1970 pour terminer ses études de gestion. Il travaille ensuite pour un cabinet d’expert-comptable mais réalise vite qu’il ne pourra pas progresser et se mettre à son compte : « J’avais envie de réussir... J’avais des amis qui faisaient l’export de voitures vers l’Algérie. Ça marchait bien, ils se faisaient 10 000 à 15 000 francs par voiture ! Moi, au début, je leur donnais un coup de main, comme ça. » Rabah quitte son emploi, s’associe d’abord à un ami pour se consacrer au commerce de voitures, puis se met à son compte. A la fin des années 1980, le commerce de voitures devient plus difficile et moins rentable : les visas se raréfient et l’Algérie instaure une nouvelle réglementation limitant l’entrée des voitures d’occasion. « Alors, j’ai commencé à faire autre chose. J’ai essayé les marchés, je me suis mis à vendre du bazar, des articles de Paris et un peu de chaussures... J’avais des copains qui faisaient ça et ils m’ont donné un coup de main pour commencer. Et après, je suis passé aux chaussures et à la confection, ça gagnait mieux. » En complément, il achète un fonds de commerce et se spécialise dans la vente en gros de linge de maison, tapis, chaussures et vêtements en cuir. Aujourd’hui, il se concentre sur son activité de grossiste, a acheté un second magasin et ne continue le détail qu’au marché aux puces. « Moi, je préfère faire le gros, c’est plus rentable, j’ai des clients à Marseille, à Nîmes, Montpellier... Même si c’est dur maintenant. Mais le marché aux puces, c’est pas pareil, il faut y être. C’est le seul endroit où on se fait vraiment de l’argent, on fait un bon chiffre en une seule matinée ! »

23Kader possède une longue expérience du commerce, qui remonte à son enfance dans la casbah d’Alger où il est né. Âgé d’une trentaine d’années, Kader est issu d’une modeste famille kabyle. Enfant, il accompagne son père vendeur ambulant de fruits et légumes.

J’ai eu l’idée de vendre les sacs en plastique pour les fruits et légumes. A l’époque, j’avais sept ou huit ans, il y avait peu de sacs plastique, mon père donnait les produits enveloppés dans du journal, alors moi, je récupérais les sacs où je pouvais et je les vendais aux clients de mon père. Et puis après, j’ai vendu des fruits secs, encore à côté de l’étalage de mon père. Ensuite, plus grand, je suis allé vendre sur le port, des fruits secs, comme ça, dans une cagette, et des cigarettes aussi. Après, j’ai commencé à partir, à aller loin. J’allais à Oujda au Maroc, à la frontière, je rapportais des jeans, des blousons en cuir. C’est avec mon frère que j’ai commencé. On les revendait à Alger, à des commerçants, et puis on a commencé à avoir des commandes. Après, je suis allé à Naples, avec mon frère aussi au début et puis tout seul. Et puis, j’ai appris à connaître les produits et j’ai trouvé des grossistes.

  • 3 « Trabendistes » (ou commerçants à la valise) désigne les personnes qui font entrer de la marchandi (...)

24Kader fait les navettes entre l’Italie et l’Algérie pendant quatre ans. En 1987, il décide de venir s’installer à Marseille. Dans le milieu des « trabendistes3 », Marseille représente le pays de cocagne pour le commerce transfrontalier. Lassé des voyages et d’une activité précaire, Kader souhaite s’établir comme commerçant mais estime que c’est impossible en Algérie : « Tout est bouclé... On ne peut pas se mettre à son compte, si on connaît personne ! La corruption et tout ça, c’est pas possible pour des gens comme moi ! » Il conserve ses filières d’approvisionnement en Italie. Kader attache une grande importance à la relation qu’il a construite avec ses fournisseurs, à l’expérience et à la connaissance du métier.

Il faut faire ce que l’on sait faire. Moi, je m’y connais en chaussures, je peux dire où elles ont été fabriquées, comment, quelle sorte de cuir a été utilisé. Et les clients le savent, ils me font confiance et ils reviennent. Je ne vends pas de chaussures « Made in Taiwan » [...]. Les grossistes, il faut les connaître, toujours les surveiller, surveiller ce qu’ils te vendent et ne pas hésiter à leur rapporter la mauvaise marchandise. Moi, ils peuvent me faire confiance parce qu’ils me connaissent depuis longtemps, je suis droit. Pour connaître les fournisseurs, il faut prendre du temps, il n’y a que comme ça !

25Aujourd’hui, Kader cherche à acheter un commerce dans le centre-ville. En attendant, il continue de vendre sur les marchés ainsi qu’aux « trabendistes » qui achètent à Marseille pour l’Algérie. Son frère commerce toujours entre Alger, Marseille et Naples, et Kader est resté très lié avec le milieu « trabendo ». Ses anciens compagnons de voyages sont devenus ses fidèles clients, ainsi que de nombreux marins de la compagnie maritime algérienne qui profitent des escales pour acheter des marchandises qu’ils revendront ensuite en Algérie. L’entrepôt de Kader est devenu un lieu de passage, de rendez-vous où l’on vient boire le thé, échanger des nouvelles et discuter ou entreposer de la marchandise en attendant le bateau du retour. Et alors que les flux de « trabendistes » se tarissent sur Marseille, attirés par des places marchandes plus accessibles et moins chères, Kader est devenu un des grossistes attitrés des forains de la région.

Lien social et relations de face à face

26Du vendeur à la sauvette au gros commerçant notable, le marché aux puces décline une gamme de statuts, de formes et de stratégies marchandes complémentaires. Cette juxtaposition d’initiatives commerciales diversifiées fait du marché un espace de rencontres, d’échanges et de civilités nouées autour du commerce. La pacification du marché n’exclut cependant ni les jeux de pouvoir, ni les hiérarchies, mais elle est la condition indispensable aux arrangements et aux négociations propres à ce type d’économie. Sans nier le caractère individualiste et fortement concurrentiel des pratiques et des stratégies commerciales où chacun travaille à sa propre réussite, ces formes économiques ne peuvent se développer ni se perpétuer sans une cohésion sociale qui permet l’entente et le bon déroulement des échanges marchands. La compétence relationnelle s’exerce à tous les niveaux de l’activité commerciale. Elle permet des mobilisations financières tout autant que le recrutement de main-d’œuvre, l’échange d’informations, la participation à des associations ou à des logistiques de transport, elle facilite des démarches.

27Les commerçants sont engagés dans des carrières, forment des projets de réussites individuelles, mais les relations sociales, les coopérations, les accords sont indispensables pour se maintenir dans le dispositif commercial. Pourtant, ce lien social, ce potentiel relationnel capitalisé n’enferme pas les commerçants dans un groupe social déterminé et n’a pas le caractère coercitif que l’on a bien voulu voir dans les organisations réticulaires. Les réseaux sociaux engagés dans les activités commerciales sont des relations sociales du quotidien, qui font réseau dans la mesure où ils forment un champ des possibles, d’opportunités de rencontres, de partage et de collaboration. La multiplication des interconnaissances, des relations dans des milieux diversifiés ouvre au contraire des possibilités au-delà des groupes d’appartenance identitaire. Le marché fait réseau, « être en affaire » lie les acteurs du dispositif marchand, tout autant que les réseaux préexistants reposant sur des appartenances communautaires. Ce lien, qui repose sur des relations d’affaires, d’échanges et fédère des individus aux origines ou logiques différentes, ne crée pas de dépendance forte. Le contrôle et la pression sociale se dissolvent dans un univers fluide, perméable aux changements. Ainsi, les acteurs du commerce ne sont pas captifs, ils n’ont de comptes à rendre à personne tant que leurs activités ne mettent pas en danger l’organisation et le consensus moral sur lequel repose le dispositif marchand.

28Si l’on constate dans ces formes commerciales une surreprésentation des populations migrantes, l’explication n’est peut-être pas à chercher dans des déterminismes culturels ou des stratégies communautaires. Selon Granovetter,

l’action économique est « encastrée » au sein des réseaux de relations personnelles qui placent les individus en contact les uns avec les autres. Les choix d’un individu sont relatifs aux choix et aux comportements des autres individus, de même qu’aux liens personnels prévalant dans les réseaux, ces derniers étant définis comme un ensemble régulier de contacts ou de relations sociales entre des individus ou des groupes d’individus (Granovetter 2000).

29C’est la somme de ces liens qui permet aux commerçants d’étendre et de mobiliser leurs relations sans pour autant se trouver assujettis à des obligations, ni trop redevables de solidarités organiques. Si l’on retrouve des liens familiaux, villageois dans les réseaux, c’est simplement parce qu’ils font partie de leur potentiel relationnel, mais ils sont mobilisés au même titre que d’autres types de relations et sont davantage contraignants, donc moins propices à la réussite individuelle.

30Les réseaux relationnels ne sont pas des structures sociales établies et rigides dans lesquelles il suffirait de s’intégrer pour être dans la place et pouvoir en bénéficier. Les relations entre les commerçants, les associations, les coopérations se négocient au coup par coup. La confiance n’est pas acquise pour autant, même si les partenaires ont déjà traité ensemble : elle s’établit avec le temps, mais nécessite d’être éprouvée régulièrement, remise en cause à chaque nouvelle affaire. Le partage de valeurs morales, de pratiques commerciales et l’interdépendance des acteurs du commerce, fournisseurs, marchands et clients, fondent un monde dans lequel le lien social tient lieu de capital et de savoir-faire. C’est l’aboutissement de l’échange au profit de chacun des acteurs qui fait lien. « Être en affaire » produit du réseau et du lien social plus sûrement que de l’appartenance à une « nature » ethnique ou communautaire.

31Dans le commerce informel, la légitimité tient au crédit et à la parole donnée, à la réputation des uns et des autres, à la reconnaissance des statuts et des rôles de chacun. La relation marchande est une relation de face à face où la parole vaut contrat et pour laquelle on est jugé sur les actes : « Les flux des mots et les flux des valeurs ne sont pas deux choses mais deux aspects de la même chose » (Geertz 1983). La négociation qui s’accomplit dans le face à face ne se réduit pas à une interaction entre deux individus pour que chacun en tire un profit maximum. La compréhension de ce qui se joue durant la négociation dépasse l’acte individuel, il est nécessaire de « la replacer dans un contexte de règles, de rôles, de rapports de pouvoir (l’ordre social) qui la rend possible et lui donne son sens » (Strauss 1992). Le règlement en face à face suppose, en préambule, que les négociateurs puissent s’identifier mutuellement. En effet, en l’absence de garantie formelle (contrat écrit, affichage des prix, formes juridiques d’association, etc.), les acteurs de la transaction doivent pouvoir compter sur des modes de contrôle et de régulations sociales qui assurent la moralité de l’interlocuteur. Quand l’accord repose sur une confiance réciproque en la parole, on ne peut pas faire affaire avec un inconnu... Tout le jeu de l’interaction réside alors dans la recherche de ce qui fait lien et consiste à établir une proximité sociale, au moins ponctuelle, durant le temps de la transaction. Tout marchandage est ponctué d’échanges verbaux sur l’origine géographique, sur les amis et la famille, les associés, la profession, le lieu de résidence, etc., qui servent à établir une proximité, une base commune de discussions, et à « encastrer » la transaction dans un cadre de civilité et de cordialité.

32Chaque transaction est une mise en scène de soi et de l’autre : à une vieille femme arabe, le commerçant s’adressera en l’appelant hadja et mènera la conversation en arabe avec déférence ; avec un jeune couple d’étudiants, il adoptera un langage « branché » et les conseillera sur les derniers jeans à la mode ; avec un jeune des quartiers nord, il parlera des cités et de la cohabitation pacifique des communautés. Derrière les expressions usitées du sens commun qu’énoncent les commerçants telles que « Nous, les Arabes... », « Les Juifs sont solidaires entre eux », « Les Français ne discutent pas les prix », il ne faut rien voir d’autre que des désignations qui seront utilisées en fonction de l’interlocuteur. L’essentiel est que personne ne se retrouve en position de « perdre la face » et que le fil de la transaction soit maintenu. L’acceptation des noms, des surnoms, des caractéristiques que les autres nous attribuent est aussi un des niveaux des codes de politesse qui régulent et pacifient les échanges.

33Ces interactions, par lesquelles commerçants, fournisseurs et clients s’accordent sur un « juste prix », mettent pourtant en scène des statuts inégaux et des attentes contradictoires. Cependant, « puisque chacun des participants d’une entreprise est intéressé, pour des raisons différentes, à sauver sa propre face et celle des autres, il s’ensuit naturellement une coopération telle que tous puissent atteindre leur but commun mais diversement motivé » (Goffman 1974). Les déclinaisons identitaires laissent à penser que l’échange ne se réduit pas à une tractation financière, marchandise contre monnaie, mais qu’il y a une véritable implication personnelle. « On paye de sa personne ». comme dit un commerçant. On prend le temps de la parole parce que ces échanges oraux sont la condition essentielle, le substrat, de la négociation. Établir du lien, faire primer les concordances sur l’altérité, savoir jouer d’appartenances multiples, importance de la présentation de soi, éloquence et probité relèvent simultanément de ces compétences à faire réseau et à mener le marchandage.

34Chacun des acteurs du marché, tout au long de la filière du produit, est tour à tour vendeur et acheteur. Les rôles se renversent selon les moments et les lieux : redoutables acheteurs de jeans à deux euros sur le marché, les vieux Arabes deviennent vendeurs porte d’Aix quelques heures plus tard, bradant les mêmes jeans à aussi pauvres qu’eux ; endetté auprès de fournisseurs à Naples, un grossiste fera crédit à ses clients pour ne pas les perdre ; « fourmi » invisible dans Marseille, le trabendiste algérien établit sa notabilité et construit sa richesse à Oran... Tous les acteurs de la chaîne marchande sont unis par des liens de dépendance, de dettes, de pouvoir et de subordination. La réussite des uns conditionne la bonne marche des affaires des autres. Les relations de pouvoir et de dépendance établissent une hiérarchie sociale dans l’activité commerciale. Du vendeur à la sauvette à l’entrepreneur, de l’anonyme au médiatique, tous les commerçants ne sont pas à égalité dans les échanges et ne bénéficieront pas des mêmes avantages. Mais tous participent du dispositif. C’est justement cette complémentarité des formes et des logiques commerciales, la diversité et l’entrecroisement des réseaux, l’interdépendance des acteurs qui créent ce dispositif. La diversité des possibilités et l’étendue des réseaux permettent ainsi à tous les « postulants » de tenter leur chance, pourvu qu’ils respectent les règles régissant le marché.

Quand l’économie fait société

35On ne peut que s’interroger sur la capacité qu’a le marché, en tant que lieu social autant qu’opération économique, de remettre à plat les « ordres domestiques » des sociétés dans lesquelles il émerge : « Les échanges marchands, en étendant le réseau des personnes qu’ils mettent en relation, ôtent tout caractère de dépendance personnelle à ces relations. Les relations marchandes rompent la chaîne des liens domestiques » (Thévenot 1998). On nous objectera sans doute qu’il s’agit là d’une vision radicale du rôle du marché, plus tournée vers sa compréhension théorique que vers la phénoménologie benoîte de ces lieux anodins, presque insignifiants, qui occupent parfois les ethnologues. On aurait beau jeu de ruser habilement avec les « boîtes noires » de l’économie et le fait que le marché désigne tout à la fois un lieu tangible et la forme dominante de l’économie (Henochsberg 2001), pour nous appuyer ainsi sur l’universalité du concept et faire « monter en généralité » de pauvres choses concrètes, sinon triviales.

36Disons à notre décharge que ce marché n’est pas un lieu ordinaire. Il n’appartient pas à la catégorie des marchés locaux de proximité, les préférés des ethnologues, là où se nouent autour de l’acte marchand les cercles relationnels et les ordres hiérarchiques des sociétés locales. Il n’appartient pas davantage à la catégorie de ces lieux marchands industrialisés, où les rituels et les relations marchandes sont soumis à des routines mécanisées (Berthoud 1992 ; Peron 1993). Pour autant ce marché n’est pas l’une de ces « niches ethniques » où des origines communes et les liens de lignage dispensent de contrat, et il n’est pas davantage le « comptoir colonial » sous le régime duquel s’organise le commerce algérien en centre-ville (Tarrius 1995) puisque l’on est ici dans une enceinte privée. Ce marché présente trois caractéristiques qui le distinguent assez radicalement des autres places marchandes qu’offre la ville à l’appétit des consommateurs. D’abord c’est un lieu régi sous seing privé, bénéficiant d’une simple tolérance politique. Il a été créé ex nihilo par des promoteurs privés qui le gèrent. Telle une utopie, il conjugue donc volonté privée, népotisme et visée politique. 11 s’agissait pour les uns, ses promoteurs, de faire des affaires, et pour les autres, les politiques, de mettre de l’ordre. Ensuite, c’est une place marchande qui s’ouvre largement à l’étrangeté, sous toutes ses formes : l’étranger au sens strict, juridique du terme, puisque bon nombre des commerçants qui y exercent leur art sont effectivement de nationalité ou d’origine étrangère. Mais plus largement aussi, le marché fait une place aux « différents », renégats, marginaux, que la société repousse d’habitude aux confins improductifs et au rang de surnuméraires : chômeurs chroniques, migrants clandestins, RMistes ; et à l’« illégitime », celui à qui les règles, les normes et le droit corporatiste, l’ordre des métiers, les conventions et les attributs de rang interdisent de fait de s’adonner à des activités marchandes. Enfin, c’est un marché ouvert sur le monde. Certes, à l’heure de la mondialisation, ceci n’est plus une spécificité. Une différence notable cependant, c’est que le monde arrive ici en quelque sorte à dos d’hommes, ramené par les marchands eux-mêmes plutôt que par des flux impersonnels et mécanisés. Ce qui fait monde ici, ce sont d’abord les hommes qui vont le chercher et qui par conséquent en portent tous une trace tangible.

37Par son statut d’extraterritorialité sous protection politique aux confins de la ville, parce qu’il tolère l’étranger et le suppose même, parce qu’il assure la connexion du local au global, le captage de flux de marchandises qui tournent autour du monde, ce marché tient de Vemporion grec (Austin & Vidal-Naquet 1972), du bazar et des foires du Moyen Âge. « Le commerce du Moyen Âge s’est développé dès les origines non point sous l’influence du commerce local, mais sous celle du commerce d’exportation », écrit Pirenne (1969) et Braudel en rajoute : « Un certain épanouissement des échanges extérieurs a précédé l’unification du marché national » (Braudel 1979, vol. III). Henochsberg, dans une synthèse lumineuse qui en appelle à Smith et Polyani, enfonce le clou :

Il faut le marteler : c’est l’étranger qui dans les premiers temps « fait » le commerce. Le marchand étranger ; le marchand toujours étranger. Comme si les deux termes étaient synonymes. Il est seul, unique, et il perfore l’épaisseur protectrice et frileuse d’une société recroquevillée sur ses territoires, ses coutumes, ses croyances. Il introduit le lointain, le différent, l’exotique, le rare, qui constituent la matière première du commerce et donc du marché (Henochsberg 2001).

38Ni reproduction ni perpétuation, l’histoire nous incite à considérer la naissance d’un marché lorsqu’il prend cette forme, comme le démarrage d’un nouveau cycle économique. Le marché ici est un espace-temps où les normes, conventions et codes des sociétés locales restent à la porte, et permet ainsi que se relance le cycle interrompu de l’économie de marché.

39Reste bien sûr la question la plus épineuse, celle de l’économie politique générale dont participe cette naissance. Car de quoi s’agit-il ici sinon en apparence de l’un, sans doute le plus minuscule, des avatars de ce « capitalisme sauvage » dont on nous annonce un peu partout la renaissance ? Le marché ne serait-il pas la figure la plus anodine de ce chaos mondial dans lequel se régénèrent les formes les plus honteuses, primaires, d’exploitation et de soumission brutale des plus faibles à la logique du capital ? Une infime péripétie dans l’ordre mondial naissant, dont les bénéfices in fine nourrissent les grandes compagnies mais détruisent un peu plus la part d’humanité que tentent de préserver les sociétés locales ?

40Qui peut le nier ? Mais qu’avons-nous appris ? Rien d’autre sans doute que l’universalité des processus économiques. La faille dans le raisonnement, si satisfaisant soit-il du point de vue moral, tient au fait que l’économie apparaît une et universelle, sans inflexion, sans condition d’énonciation, pour le dire en empruntant à la linguistique. Économie globale contre sociétés locales, tel est l’axe imaginaire autour duquel un grand nombre d’entrepreneurs de morale tentent aujourd’hui de « dramatiser » le travail de codage réciproque qui anime les rapports entre économie et lien social. Tout le problème vient à notre sens de ce qu’un certain nombre de configurations, pour reprendre le terme de Norbert Elias, échappent à cette confrontation, et que l’économie, sans être nécessairement « globale », peut faire société sans qu’elle soit nécessairement « locale ».

41Il n’y a pas d’instance supérieure de régulation interne au marché, et pas davantage d’instance extérieure dont l’influence ou l’autorité viendrait tenir lieu de force ou de pression régulatrice. De sorte qu’il faut accepter ici comme indépassable le fait que l’économie crée la société, fonde le principe commun de l’être ensemble du marché. Il nous a fallu beaucoup de temps pour admettre cette idée, tant elle met à mal les cadres usuels d’intelligibilité de l’action économique. Il est en effet bien plus normal de penser que l’économie défait le lien social lorsqu’elle s’en empare, ou, selon l’idée de base de la sociologie économique, il semble plus logique de penser que le social « encastre » l’économique, dans un rapport qui est finalement de codage réciproque. Ici, aucune socialité « antérieure » à l’action économique ne peut nous aider à comprendre les cadres sociaux qui organisent le marché, sinon le marché lui-même qui est tout ce qu’on veut, sauf précisément du lien social. Il faut penser que le marché n’est pas de l’économie ou plus exactement qu’il est à sa manière une « économie politique », une instance sociale qui code, canalise, oriente l’économie et la plie au gré de lois sociales. Là encore nous allons à rebours de la représentation usuelle, y compris en science économique, qui fait du marché précisément la forme élémentaire de l’activité économique. La confusion tient sans doute en grande partie aux usages flous de la notion d’« économie de marché » qui laisserait penser que « économie » et « marché » sont des termes équivalents, que le marché est l’économie. De sorte que ces réflexions nous amènent nécessairement à repenser la nature des activités économiques qui se déroulent ici et qui trouvent une forme sociale capable de préserver, ce qui semble ailleurs impossible, l’harmonie du lien et du gain.

Bibliographie

Références bibliographiques

Appadurai, A. 1996. Modernity at Large: Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Austin M. & P. Vidal-Naquet. 1972. Économies et sociétés en Grèce ancienne, Paris, Armand Colin.

Bava, S. 2001. Routes migratoires et itinéraires religieux. Des pratiques religieuses des migrants sénégalais mourides entre Marseille et Touba, thèse pour le doctorat, Marseille, ehess.

Berthoud, A. 1992. « Marché rencontre et marché mécanique », in H. Defalvard & R. Frydman, Formes et science du marché, Paris, L’Harmattan, p. 167-186.

Braudel, F. 1979. Civilisation matérielle, économie et capitalisme, 3 vol., Paris, Armand Colin.

Geertz, C. 1983. Savoir local, savoir global, Paris, Presses universitaires de France.

Goffman, E. 1974. Les rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit.

Granovetter, M. 2000. Le marché autrement, essais de Mark Granovetter, Paris, Desclée de Brouwer.

Henochsberg, M. 2001. La place du marché, Paris, Denoël.

Peraldi, M. (dir.). 2001. Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Maisonneuve et Larose.

Peraldi, M., N. Foughali & N. Spinouza. 1995. « Le marché des pauvres, espace commercial et espace public », Revue européenne des migrations internationales, vol. 11, n° 1, p. 77-97.

Peron, R. 1993. La fin des vitrines, Paris, Éd. de l’Ecole normale supérieure de Cachan.

Pirenne, H. 1969. Histoire économique et sociale du Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France.

Strauss, A. 1992. La trame de la négociation, sociologie qualitative et interactionnisme, textes réunis et présentés par I. Baszanger, Paris, L’Harmattan.

Tarrius, A. 1995. Arabes de France dans l’économie mondiale souterraine, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Temime, E. 1995. Marseille transit : les passagers de Belsunce, Paris, Autrement.

Thévenot, L. 1998. « Le marché chez Adam Smith », Cahiers d’économie politique, 19, p. 5-17.

Wacquant, L. 1995. « Protection, discipline et honneur. Une salle de boxe dans le ghetto américain », Sociologie et sociétés, vol. 27, n° 1, p. 75-90.

Notes

1 Instauration en 1987 d'un visa pour l'entrée en France des Algériens qui jusque-là bénéficiaient d'un régime de libre circulation.

2 Pour obtenir le droit de vendre sur le marché aux puces, comme sur les marchés municipaux, les commerçants non sédentaires doivent fournir au gestionnaire un document attestant de leur inscription au registre du commerce, appelé extrait K-bis. Le K-bis mentionne l'état civil et la nationalité du commerçant, ainsi que le type d'activité et la date de création de l'entreprise. La société gestionnaire a mis à notre disposition la totalité des ces documents afin de nous permettre d'établir des statistiques sur les origines, les nationalités et les différentes activités des commerçants non sédentaires présents sur le marché aux puces.

3 « Trabendistes » (ou commerçants à la valise) désigne les personnes qui font entrer de la marchandise illégalement dans les pays du Maghreb. Dérivé de trabendo, une troncation de contrabendo (« contrebande » en espagnol).

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Nationalités des commerçants non sédentaires (%)
Légende Source : Extraits K-bis des commerçants non sédentaires fournis à la société gestionnaire – 20002.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau 2. Origine par désignation « ethnique » des commerçants non sédentaires (%)
Légende (croisements nationalité/lieu de naissance/nom de famille)Source : Extraits K-bis des commerçants non sédentaires fournis à la société gestionnaire – 2000.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3322/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540