Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies choisies ?

 | 
Noël Barbe
, 
Serge Latouche

I. Échanges

Une économie choisie. L’exemple des systèmes d’échanges locaux

Smaïn Laacher

Texte intégral

  • 1 Ce texte est la version modifiée d’une recherche intitulée Solidarités informelles effectuée avec l (...)

1Comment se construisent les formes de contraintes symboliques et matérielles attachées à quelques politiques monétaires fondamentales qui ont cours dans les systèmes d’échanges locaux (sel) ? Existe-t-il des pratiques d’informalité dans les sel et sous quelles formes se présentent-elles ? C’est à ces questions que nous tenterons de répondre en examinant des pratiques d’échanges non marchands empiriquement saisies au sein de trois sel exemplaires1 : le sel de Paris qui organise ses transactions à partir d’une monnaie locale dont la valeur était au départ alignée sur le franc, puis sur l’euro ; le sel de Caen qui utilise la monnaie-travail ; enfin, le sel de Saint- Quentin-en-Yvelines qui, lui, a choisi la monnaie fondante. Quelques précisions s’imposent sur ces deux dernières monnaies.

2Les sel qui adoptent la monnaie-travail la qualifient de « monnaie la plus juste » : une heure égale une heure, quel que soit le service effectué. C’est donc bien un mode d’organisation éthique des échanges. Ce qui est recherché, ce n’est pas le juste prix mais la symétrie des valeurs temporelles : une heure d’une vie est équivalente à toutes les autres quel que soit le statut social des personnes.

3Quant à la monnaie fondante, elle vise à accélérer les échanges en faisant un don en monnaie locale (1 000 pavés par exemple) à tout nouveau membre. L’objectif est double : d’une part, favoriser une entrée aussi rapide que possible dans le cycle des échanges, d’autre part, lutter contre la peur d’un solde négatif du compte. En contrepartie de ce don en monnaie, le solde positif des comptes de chacun est soumis à une taxe mensuelle de 3 % afin de récupérer tout ou partie de la somme distribuée. Cette récupération graduelle est appelée « cotisation solidaire ».

4Ces premières données nous mettent objectivement en présence de ce que nous appellerons une économie volontaire. Celle-ci est très codifiée : existence de règlements, d’une charte, d’une monnaie locale, d’une comptabilité, de bons d’échange, d’activités collectives, d’un usage important de l’ordinateur, etc. Mais, comme dans l’économie officielle, il y a dans les sel une gestion des relations entre l’officiel et l’officieux, le déclaré et le non déclaré, une tension permanente entre conformité et écart à la règle, une négociation de la valeur des transactions, des compétences ou des savoir-faire demandés, d’autres pas ou très peu. Par ailleurs, cette économie volontaire structure les échanges à partir d’une politique monétaire locale qui, selon les sel, autorise ou non les personnes à déterminer elles-mêmes les conditions de l’échange et la valeur des biens ou des services.

5Aussi pourrions-nous dire que l’économie des sel et l’économie de marché sont à la fois semblables et opposées. Il existe non pas une relation contradictoire de compétition ou de dénégation entre ces deux économies mais une symétrie. Selon le degré de contrainte de la politique monétaire en vigueur (« laisser faire », « don forcé » ou politique « égalitariste »), se constitueront des réseaux informels d’échanges dont la particularité fondamentale réside dans leur caractère transitif : l’organisation des échanges et leurs modes de rémunération s’appuient constamment sur une subtile composition entre ressource interne (notoriété, crédit en monnaie locale, nature de l’offre proposée, responsabilité au sein du sel, etc.) et ressource externe (disponibilité financière, sociabilité, position sociale, compétence professionnelle, possession d’un appartement assez grand pour y tenir des réunions, etc.). Il y a à la fois passage continuel entre le sel et le marché, et mobilisation systématique des avantages matériels et symboliques des deux marchés, le monétaire et le non monétaire (Barthe 1986). Ainsi, dans cette perspective, on peut envisager l’espace du sel comme un marché secondaire des compétences reposant sur des règles écrites et non écrites. On offre des compétences, on cherche des compétences, on teste des compétences. Ces trois cas de figure peuvent se retrouver indépendamment les uns des autres comme ils peuvent être constitutifs d’une stratégie cohérente en matière d’insertion socioprofessionnelle.

6Mais le volume et la qualité des échanges, ainsi que leur circulation entre les divers marchés, sont en grande partie déterminés par le degré de formalisation scripturale et comptable de chaque sel. Cette formalisation, qui se veut transparente et démocratique, produit sur la structure des échanges des effets pratiques obligeant à transgresser les règles officielles. Cette transgression ne vise pas à porter atteinte à « l’esprit » du sel mais recherche la maximisation des échanges. Une des manières, officieuse, d’accélérer la circulation des biens et des services c’est de contourner, de redéfinir ou d’assouplir les règles officielles. Par exemple, en utilisant de l’argent et de la monnaie locale au sein du sel pour certaines transactions ; en recourant au troc ; en ne comptabilisant plus les échanges ; en échangeant de la monnaie locale contre de l’argent ; ou en augmentant fictivement et d’un commun accord le temps passé au travail dans les sel dont la règle est la monnaie-travail.

7Examinons plus précisément les controverses souvent passionnées qui ont pour objet les conditions nécessaires pour réaliser des échanges structurellement dégagés de tout esprit d’exploitation.

Catégories indigènes et éthique des échanges

8On ne choisit pas toujours le sel auquel on veut adhérer. Pour des raisons de commodité géographique et de maximisation de la confiance dans les échanges, on va dans le sel le plus proche, celui de sa ville ou de son quartier. Pareillement, on ne peut redéfinir ou remettre en cause, lors de son adhésion, la validité de la monnaie, ou proposer une autre politique monétaire que celle déjà définie par le groupe. Tout comme il est impossible de déplacer le seuil de tolérance des débits et des crédits. Ce sont là autant de contraintes qui participent à l’identité de chaque sel et qui sont en général codifiées dans les textes du règlement intérieur.

9Mais ce cadre général n’interdit pas l’existence, au sein d’un même groupe, de pratiques particulières d’échanges, c’est-à-dire de procéder à des transactions et à des évaluations qui ne soient pas conformes à la règle. Un sel n’a de chance de durer que si ses adhérents échangent le plus souvent possible. Pour cela, il semble qu’il faille au moins remplir trois conditions : que les offreurs trouvent des demandeurs et réciproquement ; que les personnes aient l’occasion de se voir et de se parler le plus souvent possible en dehors des échanges singuliers ; enfin, que la valeur de l’échange ne soit pas livrée à la loi du plus fort (du fort en thème, du charmeur, du charismatique, de l’expert, etc.). Si la première condition n’est pas remplie, personne n’est lésé et l’échange au mieux tardera, au pire ne se fera jamais. La deuxième condition est plus facile à mettre en place et elle existe dans nos trois sel avec des effets reconnus comme bénéfiques : fêtes, sorties collectives, réunions inter-sel, etc. La troisième condition est indéniablement la plus problématique car elle met directement en jeu l’identité des personnes, la valeur sociale de leurs compétences, leur réputation, le sens qu’elles ont du juste et de l’injuste lors des transactions, en particulier quand il y a désaccord ou litige.

10Dans le domaine des échanges, les remarques que nous venons de faire se traduisent concrètement par des pratiques et des morales différentes. C’est à partir de ce qui est envisagé comme la meilleure politique monétaire à mettre en œuvre que se décline la vocation d’un sel, la qualité des échanges et, plus généralement, le degré de remise en cause des définitions et des classements qui ont cours dans l’économie et la société.

Sur Paris, nous avons choisi un système fonctionnant sur le gré à gré, sans imposer un tarif unique. Les sel sont autonomes, donc chacun a toute latitude pour expérimenter. A partir du moment où les choses se font de gré à gré, moi j’estime que l’on peut faire confiance aussi sur le regard posé par le groupe sur les abus possibles, par exemple on a proposé à quelqu’un de faire du ménage pour 30 piafs de l’heure, et il a accepté. Cette personne m’a fait part de sa gêne après avoir rendu service. Elle m’a dit : « C’est pas beaucoup mais moi je ne savais pas trop, j’ai l’impression de m’être fait avoir. » Je lui ai dit que, la prochaine fois, elle doit refuser (Nicole, sel de Paris).
A Caen je pratique résolument le 1 heure = 1 heure. Je ne prétends pas vouloir la dictature du seul travail manuel. On a besoin de tous les styles de compétences, et tout est respectable [...]. Mais le problème, quand on me dit qu’il faut beaucoup d’investissement pour apprendre le piano, ou toute autre matière qu’on fait payer très cher, c’est qu’une fois l’investissement amorti, c’est tout bonus pour celui qui encaisse [...]. Si je travaille dans la vigne, on n’a pas besoin de longues études c’est sûr. A cinquante ans on est cassé par le boulot et on n’est pas payé davantage pour autant. Après c’est pour se faire traiter de bouseux par ceux qui ont fait des études, et qui ne nous trouvent pas assez distingués. Forcément, après une journée à tirer les bois dans la vigne on n’a plus envie de lire Kierkegaard. Moi quand je donne une leçon de flûte à bec, ça fait 50 grains et pas un de plus, malgré tout le fric que j’y ai mis pour apprendre (Chantal, sel de Caen).

11Nicole et Chantal n’attribuent pas la même valeur au temps personnel et ne mobilisent pas les mêmes critères pour mesurer la valeur des échanges. Dans le sel de Paris les transactions sont négociées et les prix sont des prix d’estime : ils sont déterminés en fonction de la qualité de la relation qui s’est nouée avant l’échange ou qui se construit pendant celui-ci.

Plein de choses entrent en jeu quand la personne te téléphone à propos de ton offre : la voix, le ton aimable ou pas aimable, si elle est agressive ou pas, etc. [...]. Quand je rencontre pour la première fois la personne pour faire l’échange, si c’est chez moi, je mets à l’aise, j’offre un pot ; je privilégie la relation. Quand je vais chez un autre adhérent, s’il passe tout de suite à la négociation, c’est mal parti ; parce que pour moi, ça c’est des relations commerciales.

12Le gré à gré met en avant, comme justification pratique, l’inégalité objective des compétences et le droit de chacun de disposer à sa guise de sa monnaie locale. Ce qui fait dire à un responsable du sel de Paris, dans sa critique radicale de la monnaie-travail : « Une heure égale une heure c’est une contrainte ; avec ce système on ne reconnaît pas les compétences des gens. Du même coup on se prive de gens compétents. Il faut supprimer les contraintes : le sel est relativement libéral. L’expérience d’une heure égale une heure on l’a faite en Ariège, ça n’a pas marché. Il faut avoir une vision pragmatique : on ne peut pas établir le même régime pour tout le monde car les gens ne restent pas. »

13Cette vision des échanges est aussi une critique explicitement dirigée contre la monnaie fondante.

On ne peut à la fois accepter la monnaie fondante et mettre de l’argent de côté pour acheter quelque chose de cher. Il faut économiser pour avoir des choses qui valent cher. C’est un cercle vicieux. Chaque fois qu’on mettra de côté, on vous le prendra. Il faudra faire des économies encore plus longtemps pour acheter quelque chose et nous retombons dans le système financier, dans une pénalisation qui est le propre du système capitaliste [...] Les gens qui ont beaucoup de piafs, c’est pour les dépenser. S’ils veulent acheter quelque chose de cher et qu’ils ont des scrupules ou des craintes d’avoir un découvert de moins 3 000 piafs parce qu’ils ne veulent pas être dans le collimateur des responsables de l’association, et oui il y a aussi notre éducation qui fait qu’on n’aime pas être en dette (Rose, sel de Paris).

14Cette critique est partagée par les partisans de la monnaie-travail mais à un niveau moins économique et plus politique.

Moi je suis contre la monnaie fondante. Cela ressemble à un impôt et en même temps il y a des arguments de l’ordre de la carotte. Si on ne fait rien on perd des grains, donc il faut faire quelque chose, échanger coûte que coûte. Payer cette taxe sur les soldes créditeurs me hérisse car c’est payer un impôt. C’est pousser les gens à une activité par des moyens qui sont ceux des banquiers (Alain, sel de Caen).

15Mais attardons-nous sur ce qui est très certainement au cœur de la problématique des échanges dans l’ensemble des sel : l’usage et la définition de ce qu’est une compétence.

16La notion de compétence est inséparable de la notion de responsabilité. Ces deux notions ne sont sans cesse examinées que dans le domaine des services. Et c’est parce que tous les services ne sont pas de même importance symbolique et n’ont pas les mêmes conséquences sociales en cas de problèmes (erreur technique, travail inachevé ou mal fait, etc.), que variera la valeur des compétences et l’importance morale de la responsabilité (Lae 1989). Faire du ménage et faire de l’électricité ou de la médecine douce n’engagent pas les offreurs et les demandeurs de la même manière. Ce qui sépare, en terme de valeur, une activité de ménage (de 40 à 100 piafs de l’heure) d’une activité de plomberie (de 100 à 400 piafs) c’est le degré de technicité et de complexité du savoir et le temps accumulé pour acquérir ce savoir.

On prétend que je suis le meilleur plombier, qu’il faut attendre trois mois parce que je suis très demandé. Quand on me dit : « J’ai un chauffe-eau qui ne marche plus », moi je leur réponds : prenez un contrat d’entretien, il y a des gens qui sont payés pour ça. Il faut un outillage spécialisé qui est donné par leur fabricant. Alors on me dit : « Eh bien viens simplement me souder un bout de tuyau pour déplacer mon chauffe-eau de cuisine. » Je réponds toujours non car, d’abord, on ne soude pas, on brase et ensuite il faut une brasure agréée par le service du gaz. Et s’il y a un accident, je suis responsable. Parce qu’on demandera : qui a fait cette soudure ? Avec quelle compétence et avec quelle garantie ? Je suis bricoleur. Je ne touche pas au gaz ! Par contre, je fais tout ce qui est eau. Mais là aussi, lorsqu’il faut faire des percements de plafond pour arriver dans l’étage en dessous pour faire des écoulements de salle de bains, je ne le fais pas. Je dis à la personne de le faire faire par un plombier professionnel avec garantie (Simon, sel de Paris).

17Cette représentation de ce qu’est une compétence pratique sans garantie se définit avant tout par un critère négatif : la compétence est d’abord un savoir sur son incompétence. Est compétent celui qui sait ce qu’il faut faire et ne pas faire ; celui qui sait où se situe son « niveau d’incompétence », comme dirait Simon. Ne pas avoir conscience de ses limites techniques, c’est courir à l’accident. Mais comment reconnaître le vrai bricoleur du faux bricoleur ? Il y a des personnes, comme Simon à « qui on la fait pas », qui possèdent une sorte de science du bricolage et des bricoleurs. De là vient en partie la réputation de Simon. Il a l’œil expert et se fait à l’occasion volontiers pédagogue, en particulier pour les « naïfs » et les « faibles » : « Comment faire avec celui qui n’a pas de références et qui veut faire de la plomberie ou de l’électricité ? Moi je fais venir le bonhomme et je regarderais dans sa caisse à outils si ses outils sont bons. S’ils sont dégueulasses et s’ils n’ont jamais été nettoyés, c’est que ce n’est pas un bon ouvrier. »

18Aux autres, ceux dépourvus de compétence pour juger du sérieux du bricoleur, il reste un critère : la réputation. Les « gens fiables » existent et sont très demandés. Ce qui fait dire à une adhérente : « Il ne faut pas trop que ça se sache parce que si tout le monde demande à la même personne, moi je devrai attendre parfois plusieurs mois. » La circulation de la réputation est aisée. Tout d’abord, parce que les groupes sont relativement restreints ; tout se dit et se sait très vite. Ensuite, ceux qui échangent régulièrement sont une minorité (environ un tiers) et se regroupent par affinité. Enfin, parce que les plus sollicités (donc les plus sérieux, les plus compétents, etc.) sont intronisés comme juge en réputation. A tel point qu’il a été proposé à Simon de créer un pôle bricolage et d’en prendre la responsabilité : « On m’a dit : toi qui travailles bien, tu nous diras qui travaille bien. » S’il a refusé ce rôle, il reste néanmoins toujours disponible pour donner son point de vue sur la compétence des bricoleurs.

19A ces différences de compétences et de réputation s’ajoutent d’autres critères comme celui de la noblesse de la tâche à accomplir : plus le savoir est complexe, plus les différences, en matière de prix et de rapport de force en matière de négociation, se creusent avec le savoir non complexe.

Un boulot qui nécessite d’avoir fait des études, ce n’est pas du tout la même chose qu’un boulot que tu apprends en une matinée. Les responsabilités ne sont pas du tout les mêmes et les conséquences aussi en cas de problèmes. Un ménage mal fait, cela n’est pas grave à côté d’une plomberie mal faite, d’une installation électrique mal réalisée, d’un soin naturel dangereux pour la santé, etc. C’est ce qui justifie à mes yeux que l’on ne puisse pas appliquer l’idée d’1 heure = 1 heure pour tous les services. Entre des activités de ménage ou de repassage ça peut être admissible, mais pas entre des cours d’informatique et du baby-sitting. Et, de mon point de vue, ce n’est pas là que les sel sont innovateurs et mêmes révolutionnaires. L’égalitarisme, c’est vieux comme le monde. En revanche, le fait de créer des comptabilités transparentes et que personne ne puisse spéculer sur le piaf, ça c’est révolutionnaire (Alain, sel de Paris).

20C’est très précisément pour ne pas entériner l’inégalité des compétences que le sel de Caen suggère une « égalité universelle des services ». Le temps (Gorz 1997) devient alors le mode dominant de régulation et de valeur des échanges. La volonté affichée est de s’écarter le plus possible des règles et des représentations qui fixent et légitiment les inégalités sociales et statutaires qui ont cours « dans la vraie vie ». La hiérarchie des différents savoirs et savoir-faire est redéfinie : pas de tâche valorisante ou dévalorisante parce qu’il ne doit pas y avoir de tâche valorisée ou dévalorisée. Dans cette perspective, ce qui est apprécié lors des échanges, ce n’est pas le service en tant que prestation de service mais l’égalité de la valeur des heures de travail. Par ailleurs, la notion de responsabilité est en quelque sorte partagée dans la mesure où les services échangés se font dans le cadre du sel, disqualifiant ainsi (en théorie) les impératifs du marché : pas de procès au cas où ce qui était demandé n’est pas exactement conforme ou n’a pas été réalisé dans les délais prévus. Une exigence apparaît avec la logique de la monnaie-travail qui n’existe qu’au coup par coup avec le gré à gré : la solidarité des compétences. « Si je n’arrive pas à faire fonctionner un ordinateur eh bien quelqu’un de plus compétent pourra intervenir et me montrer comment faire ce que je n’ai pas su faire. Ça peut s’appliquer à toutes les activités. Mais je ne veux pas devenir le fournisseur d’un client qui serait en droit d’exiger quoi que ce soit, ni reproduire dans un sel une hiérarchie des services sur la base des catégories socioprofessionnelles du marché » (Paul, sel de Saint-Quentin-en- Yvelines).

21Mais ce souci de plus grande équité n’est pas applicable à tous les échanges. La monnaie-travail peut être utilisée pour les services, mais devient inopérante lorsqu’il s’agit de l’échange de produits marchands (une voiture, un ordinateur, des produits alimentaires, etc.). Comment, en effet, convertir, sans calcul complexe et sans négociation interminable, un kilo de pommes de terre en heures de travail si l’on doit prendre en compte que certains producteurs de pommes de terre ont des tracteurs, d’autres plutôt de la main-d’œuvre ; que les uns ont hérité de tous les biens (terre, machine, animaux...), et que d’autres ont démarré avec rien, etc. ? Cette difficulté à convertir des produits en heures d’activité est contournée en laissant toute liberté aux adhérents de définir eux-mêmes et entre eux la valeur des biens échangés. Il est intéressant de noter que beaucoup d’adhérents font la différence entre un produit et une marchandise. C’est à propos de la marchandise que la référence à l’euro est quasi automatique. Acheter puis revendre au sein du sel en faisant une plus-value, même en piafs, peut être interprété comme un acte économique visant à faire un profit et constitue par là même une véritable hérésie. Acheter est un acte consumériste et marchand. En revanche, un bien ou un produit (confiture, plats, vêtements, etc.), est en quelque sorte la continuation du producteur, une dimension de son identité sociale : il a été confectionné pour être échangé soit contre un autre produit soit contre des piafs, des grains de sel ou des pavés. La relation est directe entre le producteur et le consommateur et le contrôle sur toute la production est rétabli. Ainsi, ce sont les intermédiaires qui sont supprimés et donc l’impossibilité de réaliser des profits.

Liens, échanges et « richesses »

22Le lien que tissent et revendiquent dans leur grande majorité les adhérents des sel étudiés n’a pas pour vertu ni pour objet de lier les personnes entre elles, en vue de les engager publiquement dans une action politique sur le monde, puisque les sel laissent en suspens la question de la transformation des rapports sociaux. La question centrale et pratique est plutôt celle des relations entre le lien et l’échange (Godelier 1996) : l’échange peut-il se faire sans que subsiste une dette ? Est-il nécessaire de maintenir la dette pour que le lien ne se rompe pas ? Qu’est-ce qui est mesurable dans l’échange ? Qu’est-ce qui fait la parité dans l’échange ?

23Pour certains adhérents, ceux qui sont les plus impliqués dans le fonctionnement de leur sel, il importe de faire la différence entre les comptes (ou la comptabilité) et les échanges ; de ne pas confondre le « but » (l’échange) et l’« outil qui le gère » (la comptabilité). Le lien est le plus souvent créé au moment de l’échange et c’est ce dernier qui importe car il aura rempli sa fonction pleine et entière quand il aura transformé le « lien monétaire » en des « liens libres » (Orléan 1992) : rejoindre et quitter quand on le veut le cycle des échanges. Comme le dit un adhérent :

Si le lien est libre, la dette est libre et n’est plus vécue comme une dette telle qu’on la connaît dans l’économie marchande. C’est le but même du sel de libérer l’adhérent du fait d’être redevable à une personne, que chacun soit libre dans son implication dans le réseau d’échanges. Ce qui reste dû, c’est une implication dans le réseau et au lieu d’être vécue comme une dette, elle est vécue comme une possibilité d’échanges futurs.

24En allant encore plus loin, on peut décider après les premiers échanges de ne plus compter, de ne plus s’inquiéter de la gestion collective de la dette, mais plutôt de veiller à la qualité de l’échange lui-même.

Il y a quelqu’un dans le sel avec qui je fais des échanges qui m’a dit : « Mais c’est dingue, on ne peut plus se rendre service gratuitement. » C’est quand tu connais bien les gens que tu ne fais plus de bons. Sinon, t’as vraiment l’impression que tu fais tout payer. La personne avec qui j’échange beaucoup aujourd’hui et moi, on ne fait plus de bons. Donc, ce n’est plus des échanges mais c’est devenu des relations amicales (Liane, sel de Paris).

25C’est bien dans la confection des liens et leur transformation qualitative, hors comptabilité, que se situe ce qu’un grand nombre d’adhérents nomment la « richesse ». Celle-ci dépend du nombre d’échanges et de leur qualité sociale et affective et non plus tant de la valeur des objets et des services. Plus il y a d’échanges, plus le tissu relationnel des personnes s’accroît et plus l’investissement dans le groupe s’étoffe. Un sel a épuisé sa nécessité sociale ou sa justification dès que les échanges se raréfient. Mais si le cas de Liane offre une limite intéressante au « tout comptable » il semble plus encore condenser toute la complexité des liens unissant ceux qui échangent : ceux-ci se constituent dans et par la communauté des adhérents mais sont sans cesse sur le point d’être privatisés, c’est-à-dire basculés dans la sphère privée, faisant ainsi de ces échanges de simples échanges privés. C’est exactement ce processus qui a cours lorsque Liane décrit l’abandon de l’échange en piafs pour lui substituer une relation sans calcul, celle des relations amicales, se délestant ainsi de la figure du tiers garant, le groupe abstrait que symbolise l’unité de compte locale, en même temps témoin invisible et preuve matérielle de l’échange. Si les procédures et les dispositifs qui autorisent et réglementent les échanges (catalogue, règlement intérieur, adhésion, respect de la charte, unité de compte, comptabilité centralisée, etc.) sont une production collective, les échanges, quant à eux, ne sont que des actes engageant uniquement ceux qui se rendent service.

26D’ailleurs, comme pour mieux signifier la nature domestique de ces opérations et du territoire dans lequel elles se déroulent, la majorité des échanges s’effectue au domicile de l’un des adhérents. Ainsi, il n ’y a pas discontinuité entre sphère privée et sphère publique, mais continuum entre ces deux espaces. Ce sont des espaces publics au sens où toutes les activités liées à l’organisation des échanges et aux codifications des rapports entre les personnes ne dérogent en rien ni à l’ordre social public ni à l’ordre économique public. En un mot, les sel sont soumis aux règles générales. Ce sont aussi des espaces privés dans la mesure où les transactions sont de la responsabilité de chacun et où les services et produits échangés relèvent, pour l’essentiel, de l’économie domestique (alimentation, peinture, électricité, etc.) et du bien-être psychologique et culturel des personnes (massage, cours de langue, informatique, etc.).

27Mais s’il est vrai que des adhérents choisissent délibérément de ne plus notifier, pour eux et pour la comptabilité, la nature et la valeur de leur transaction, il est de plus en plus fréquent que des échanges s’opèrent au sein du sel « moitié euros moitié monnaie locale ». Cet aspect est important car il traduit l’existence, de plus en plus officielle, d’une sorte de cohabitation tolérée, au sein d’un même système, entre plusieurs manières de mesurer la valeur de ce qui est échangé. C’est insensiblement que s’est effectué ce glissement. L’attitude plutôt puriste des premières années a laissé place à un réalisme économique souvent légitimé par le fait que les échanges sont du ressort des personnes qui en assument totalement la responsabilité. Toutefois cette explication par la responsabilité et la liberté de chacun de contracter comme il l’entend avec l’autre n’est certainement pas la raison première de l’introduction de l’argent dans les sel. Il nous semble que d’autres facteurs, plus objectifs, ont rendu possible cette configuration et, partant, cette plus grande permissivité à l’égard des règles écrites et non écrites : ce sont les sel les plus socialement hétérogènes et ayant un nombre relativement important d’adhérents (plus d’une centaine) qui sont les plus enclins à laisser faire. Il y a deux moments qui sont les plus propices au calcul capitaliste dans le sel : lorsqu’il s’agit d’évaluer les coûts périphériques du service à rendre et lors de la prise en compte de critères constitutifs d’une « condition d’existence ».

28Le premier moment, le moins contestable, à tout le moins reconnu comme légitime par l’ensemble des adhérents, consiste à exclure les coûts matériels de réalisation du service. Par exemple, demander des piafs pour le repassage en tant que tel, mais faire payer en euros l’électricité parce que le repassage est effectué chez soi ; être rémunéré en grain de sel pour un déménagement mais demander des euros pour l’essence, etc. Dans ce cadre, ce n’est pas le service qui est rémunéré pour partie en euros, mais l’ensemble des matériaux qui rend techniquement possible le service à effectuer. Ceux qui pratiquent le gré à gré tout comme les partisans de la monnaie-travail ne contestent nullement cette procédure d’évaluation.

  • 1 Les entretiens ont été réalisés avant le passage à l'euro (NdE).

Moi je n’hésite pas à dire à des gens : « Te culpabilise pas à demander de l’argent si ça t’a occasionné des frais. » J’insiste même parfois lourdement en leur disant : « T’es sûr que ça ne t’a rien coûté ? Ton essence, tu l’as payée en francs1, t’as fait quand même le voyage spécialement pour moi ». Pour moi, quand il y a de la matière première ou des dépenses premières, je donne de l’argent si la personne l’accepte. Je sais que ça se fait beaucoup (Josette, sel de Paris).

29La prise en compte de critères sociaux pour décider de la part respective de l’argent et de la monnaie locale lors du paiement du service est beaucoup plus problématique. Plusieurs variantes existent. L’une consiste à demander, lors d’une transaction, de l’argent ou à en proposer et justifier cela par le fait que « certains sont plus dans le besoin que d’autres ». Ici, la seule obligation morale est de ne pas déroger à « l’esprit du sel », c’est-à-dire de préserver l’entraide volontaire.

Moi je ne propose ou n’accepte de l’argent qu’avec des personnes qui ont des difficultés financières. Avec des grains de sel tu ne peux pas payer ton loyer. Mais je fais attention de ne pas confondre les francs et les grains de sel ; quand je peux aider en francs je le fais toujours pour aider ceux qui en ont besoin. D’ailleurs, tu peux le voir dans leurs demandes : souvent c’est de la bouffe ou des choses très utiles comme des fringues ou des meubles. Au départ, je trouvais ça insupportable de mélanger les deux monnaies, aujourd’hui je suis moins stricte (Aline, sel de Caen).

30L’autre variante consiste soit à faire du troc (Mendras & Forsé 1982), soit, dans le cas de personnes « non solvables » (celles qui ont des comptes débiteurs à moins 2 000 ou 3 000 piafs), à demander à celles-ci de différer l’échange en attendant qu’elles trouvent des piafs. Cécile, selon les cas, n’exclut pas ces deux procédures :

Il y a des gens qui de temps en temps m’appelaient en me disant : « J’ai plus de piafs. Je suis à moins 2 000, je culpabilise vachement. Est-ce que je peux te donner des francs ? » Je leur disais « non ça va pas la tête ? » Alors j’essayais de trouver un moyen de les aider en piafs. De faire de l’échange dans l’esprit du sel. Par exemple, de faire du troc. Ou de les mettre en relation avec d’autres pour qu’il fasse des piafs. Plus rare est le rachat de monnaie locale en argent. Il n’y a pas longtemps, je me suis surprise à conseiller à quelqu’un d’appeler une fille qui était prête à racheter des piafs en francs. Elle a trouvé une personne qui avait fait beaucoup d’échanges et donc ramassé plein de piafs et comme cette personne partait au Canada, elle a revendu ses piafs en argent.

31Ce qui rend possible cette procédure de change tient dans le fait qu’un débit dans le sel est vécu comme un débit bancaire : être débiteur, dans les deux cas, c’est avoir le sentiment d’être en faute, d’avoir accédé à des objets ou à des services sans en posséder les ressources financières. Il ne suffit pas que le groupe mette à la disposition de ses adhérents une monnaie locale pour rendre possible les échanges. Il faut que chacun puisse trouver chez l’autre des indicateurs d’honnêteté et d’intentions authentiques. Deux mécanismes contribuent à cette possibilité. Le premier est bien évidemment le face à face. Prendre connaissance des offres et des demandes, puis téléphoner, se rencontrer, exposer de vive voix, négocier de gré à gré, payer comptant ou faire crédit sans honte ni gêne et se revoir pour d’autres échanges, sont autant d’actes par lesquels sont recherchées et construites des preuves de l’intégrité d’autrui. Le face à face est ici un espace dans lequel se vérifie l’expression des intentions et du sentiment. Il est d’ailleurs fortement conseillé, avant de répondre à une annonce, de ne pas envoyer tout de suite la contrepartie recherchée, de privilégier l’échange le plus proche ou dans la même région afin de se rencontrer. Le second mécanisme est la possibilité d’accéder au compte de chacun (crédit et débit). La réputation ou le crédit (au sens de confiance, Simmel 1987) des personnes est, en grande partie, fondée sur l’état de leur compte, c’est-à-dire sur leur capacité à opérer des transactions dont le volume n’indique ni une tendance à la thésaurisation sans limites, ni un enfermement dans le débit chronique. L’installation dans l’un ou l’autre état financier signifierait dans le premier cas une reproduction des privilèges liés à l’argent ; dans le deuxième cas une dépendance pouvant être interprétée comme une instrumentalisation du système d’échange « pour faire de l’argent » ou accéder à des biens et à des services « à l’œil ».

Les écarts à la règle

32Sans aucun doute, la conduite la plus condamnable, aux yeux de la majorité des adhérents des trois sel, reste celle qui consiste à exiger une fois les travaux presque terminés (en plomberie, mécanique, etc.), et sans l’avoir initialement proposé lors de la négociation, d’être payé en partie (ou entièrement) en euros. Il est vrai que ce type de situation reste relativement rare et fait en général l’objet de mesures radicales : le « coupable » verra la confiance du groupe à son égard fondre comme neige au soleil et se retrouvera avec des offres et des demandes jamais satisfaites. Le bouche à oreille est ici d’une très grande efficacité : dans les réunions, les soirées conviviales, etc., il n’est question que de ceux qui échangent ou non (ou peu), du volume et de la qualité des échanges, autant dire, pour ce dernier aspect, des échanges qui se déroulent bien et de ceux qui ont été effectués avec des « gens à embrouilles ».

  • 2 L’existence d’un nombre non négligeable de personnes au chômage ou au rmi au sein des sel explique (...)

33Si le « dérapage » ne porte pas atteinte à la cohésion du groupe mais est perçu seulement comme un défaut d’entente qui peut trouver son issue dans le dialogue ou la cessation de l’échange, il en va différemment de la transgression. Celle-ci réside dans le fait d’utiliser le catalogue des ressources où sont mentionnés les noms, adresses et téléphones de tous les adhérents pour démarcher et se constituer une clientèle. L’opération consiste à faire des mailings à tous les adhérents pour signaler ses offres et ses activités au sein du sel et en dehors de celui-ci. A titre d’indication, pour le sel de Paris entre le 1e r février 1998 et le 1e r mars 1999, les rubriques « Travaux administratifs-éducation » et « Hygiène corporelle et mentale » (massage, diététique, ésotérisme, etc.) constituent à elles seules un peu plus de la moitié des échanges (933). Dans l’une et l’autre de ces deux rubriques, les services échangés nécessitent à la fois une forte accumulation antérieure de capital scolaire, en tout cas un réel intérêt pour la culture cultivée (livres spirituels, cours de piano, rédaction de CV, informatique, cours de langue, etc.) et la maîtrise technique d’une culture psychologique2(numérologie, yoga, massage ésotérique, etc.), tout entière organisée et dominée par un souci du relationnel comme une fin en soi et comme source de nouvelles sociabilités. Cette pratique est surtout vraie pour le sel de Paris qui, rappelons-le, compte 400 personnes. Nous sommes, dans ce cas précis, devant une posture et une opération typiquement commerciale. C’est essentiellement le fait de gens très actifs (responsables de « pôles », organisateurs de BLE [bourses locales d’échange], etc.) et le plus souvent ayant des comptes créditeurs importants (de 4 000 à 6 000 piafs), signe objectif qu’ils sont souvent demandés. Ces mêmes personnes sont, en dehors du sel, le plus souvent insérées dans des réseaux militants (écologistes, militants bio, etc.,) ou « spiritualistes » (médecine douce, massage ésotérique, développement personnel, etc.).

34A y regarder de plus près, on s’aperçoit, avec l’introduction de l’argent dans les transactions et l’utilisation du groupe à des fins explicitement marchandes, que nous sommes en présence d’un usage stratégique informel du collectif sel. Pour un grand nombre d’adhérents, en particulier pour les échangistes les plus actifs, le sel est reconstruit comme un espace transitif : le dehors et le dedans ne sont plus des lieux séparés, « non contaminés », ayant chacun leur « loi » et leur « esprit », ils sont des mondes semblables et opposés.

35Il y a des avantages et des profits matériels et symboliques à opérer des passerelles entre eux.

Je propose des préparations d’élixirs floraux qui traitent non pas des problèmes physiques mais des problèmes émotionnels. Chaque plante, chaque élixir, correspond à un comportement mental et quand on est triste, quand on a peur, on prend tel ou tel élixir. Il y en a trente-huit, je crois. Beaucoup dans les sel savent ce que c’est ; le problème est qu’ils n’ont pas tous les élixirs, moi je propose de faire les préparations. Certains me demandent de faire la préparation et c’est eux-mêmes qui me disent ce qu’ils veulent comme plantes. Je fais la préparation et j’ai de la personne à se déterminer [...]. Peut être que j’en ferai un second métier ; c’est certainement ce que je ferai par la suite. Ce sont des professions reconnues, le problème, c’est qu’il faut se déclarer. On perd des sous avant d’en gagner. Je fais ça comme ça, c’est une bonne façon de pratiquer, de ne pas perdre la main (Brigitte, sel de Paris).

36Le sel, dans ce contexte, est un véritable espace pour « tester ses capacités » selon la formule d’un adhérent. Mais il existe d’autres figures intermédiaires, représentées par tous ceux qui vont chercher dans le sel l’expérience et la confiance qu’ils n’ont pas ou qu’ils ne pensent pas suffisantes pour se présenter dans les meilleures conditions sur le marché du travail. C’est Karène qui. « après avoir fait beaucoup de coiffure dans le sel », peut repartir « confiante » rechercher du travail après une année de chômage ; c’est Gustave qui veut, après des études universitaires en droit, se perfectionner en anglais et en informatique « pour avoir encore plus d’expérience » ; c’est Richard qui veut « s’initier dans le domaine des ordinateurs et de l’internet pour en faire plus tard son métier ».

37Le plus souvent les personnes qui s’emploient à un détournement stratégique du sel sont des salariés dotés de compétences professionnelles reconnues dont l’ambition est de passer du salariat à l’activité libérale. C’est bien évidemment le cas de Brigitte avec ses élixirs floraux ; mais aussi de tous ceux, principalement des artistes, artisans d’art ou « guérisseurs de l’âme et du corps », qui testent sans risques et sans coût financier leurs capacités techniques et le degré d’utilité sociale des activités proposées, qui apprennent à évaluer leurs compétences et qui s’attachent patiemment à se constituer une clientèle au sein du sel qu’ils feront « payer » quasi systématiquement à la fois en monnaie locale et en euros. Ils sont par ailleurs les plus enclins à l’enregistrement systématique des transactions, « à tout facturer » mais en veillant à ne pas disjoindre les rapports affectifs des rapports marchands. Bref, ils sont probablement les plus habiles gestionnaires de la tension entre rapports domestiques et rapports marchands. Pour eux, l’échange se fonde sur les affinités électives et ne peut se dérouler « sans affect ».

38Ce n’est donc pas un hasard si c’est parmi ces personnes, plutôt d’obédience new age et spécialistes du « relationnel », que se recrutent les inconditionnels du gré à gré, de la négociation et du marchandage. Très souvent eux-mêmes ont fait des stages payants (massage, médecine douce, etc.) qu’ils souhaitent rentabiliser d’abord dans le sel puis plus tard en activité libérale.

J’ai connu quelqu’un dans le sel qui avait les mêmes préoccupations que moi : massage, spiritualité, etc. Notre complicité nous a donné envie de faire quelque chose ensemble : ça fait trois ans que nous donnons des cours de massage. Et petit à petit, on a eu envie de faire ça à l’extérieur du sel. Et depuis peu, toutes les deux, nous proposons des cours théoriques et des massages à quatre mains à des gens extérieurs au sel. Et ça c’est assez génial parce que c’est très différent [...]. Moi je me suis construite et j’ai pris confiance en moi grâce au sel. C’est pour moi un véritable laboratoire d’expérimentation qui donne la possibilité de me tester et qui m’a donné une confiance que je n’avais pas auparavant. Et maintenant, on se dit : « Est-ce qu’on va monter une association ou une petite société ? Qu’est-ce qu’on fait pour structurer nos activités en dehors du sel ? » De toute façon, je sais que ça se fera, c’est une question de temps et d’ambition (Charlotte, sel de Paris).

39Sans aucun doute, les sel que nous avons étudiés sont, pour beaucoup, à la fois des dispositifs d’accès à des savoirs et des savoir-faire à un moindre coût et des tremplins, pour les personnes les plus dotées en ressources relationnelles, vers des univers sociaux et professionnels aussi éloignés que possible du salariat.

Bibliographie

Références bibliographiques

Barthe, M.A. 1986. « Chômage, travail au noir et entraide familiale », Consommation, 3, credoc.

Godelier, M. 1996. L’énigme du don, Paris, Fayard.

Gorz, A. 1997. Misères du présent. Richesse du possible, Paris, Galilée.

Laacher, S. 2003. Les sel. Une utopie anticapitaliste en pratique, Paris, La Dispute.

Lae, J.-F. 1989. Travailler au noir, Paris, Métailié.

Miendras, H. & M. Forsé. 1982. « Vers un renouveau du troc et de l’économie domestique ? », Observations et diagnostics économiques, 2, p. 113-126.

Orléan, A. 1992. « La monnaie comme lien social », Genèses, 8, p. 86-107.

Simmel, G. 1987. Philosophie de l’argent, Paris, Presses universitaires de France.

Notes

1 Ce texte est la version modifiée d’une recherche intitulée Solidarités informelles effectuée avec la collaboration de Francis Bloch-Malikow pour la mission à l’Ethnologie du ministère de la Culture et de la Communication, direction de l’Architecture et du Patrimoine, janvier 2001.

2 L’existence d’un nombre non négligeable de personnes au chômage ou au rmi au sein des sel explique l’importance d’une demande « d’écoute et de parole »

Notes de fin

1 Les entretiens ont été réalisés avant le passage à l'euro (NdE).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540