Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies choisies ?

 | 
Noël Barbe
, 
Serge Latouche

I. Échanges

Logiques d’échange et formes de sociabilité. Les réseaux d’échanges réciproques de savoirs

Nathalie Joly et Jean-Pierre Sylvestre

Texte intégral

  • 1 Institutrice entre 1964 et 1975 auprès d’élèves en difficulté dans la banlieue parisienne, celle-ci (...)
  • 2 Le principe des échanges dans les rers repose sur la réciprocité ouverte qui conduit ses membres à (...)

1Prendre comme « monnaie d’échanges » les savoirs et s’enrichir en offrant autant qu’en recevant sont les soubassements d’une économie informelle que les Réseaux d’Échanges Réciproques de Savoirs (rers dans la suite du texte) entendent développer depuis une vingtaine d’années. Ces collectifs cherchent ainsi à concrétiser une utopie éducative et sociale, celle « d’apprendre de tous par tous », et à expérimenter de nouvelles formes de prise en charge des changements sociaux. A partir de l’expérience de Claire Héber-Suffrin1dans une classe d’école primaire au début des années 1970, les rers ont essaimé en France – ils touchent près de cent mille personnes aujourd’hui – et sur divers continents. Le succès de ces réseaux, situés aux frontières du travail social, de l’action caritative et de l’univers de la formation, s’explique sans doute par la force de l’engagement militant de leurs membres fondateurs et par la communication qu’ils ont su réaliser autour de leurs convictions et de leurs expériences (Héber-Suffrin 1993 et 1998). Il nous semble également lié au fait que les principes des rers sont en résonance avec deux préoccupations sociétales montantes : celle de la désaffiliation et celle de l’individualisme. En se chargeant de mettre en relation « offreurs » et « demandeurs » de savoirs2, les rers revendiquent en effet la formation de nouveaux liens sociaux et, en prônant la réciprocité dans les échanges, ils entendent substituer aux « comportements égoïstes » des pratiques de don/contre-don.

  • 3 Nous avons enquêté dans trois rers choisis pour la diversité de leur implantation géographique (zon (...)

2Notre recherche sur les rers3montre comment la finalité solidariste et égalitariste affichée par le mouvement se combine aussi avec une finalité plus « utilitariste » dans laquelle est mise en avant la valeur d’usage des savoirs échangés. Elle analyse, à partir d’une enquête ethnographique, les logiques de participation au rers où se combinent différents types de valeurs et d’intérêts. Elle met également en évidence les formes d’évolution de la sociabilité des participants aux réseaux.

3Dans une première partie, en nous appuyant sur une modélisation des pratiques d’échange, nous interprétons les fonctions remplies par le contrat passé entre « offreurs » et « demandeurs » dans les rers. Dans une deuxième partie, nous proposons une typologie des formes de participation dans les réseaux. Dans une troisième partie enfin, nous caractérisons les modes de sociabilité qui s’y rencontrent.

Les échanges réciproques de savoirs ne sont pas des dons/contre-dons

4Les échanges de savoirs s’inscrivent dans le cycle du « donner-recevoir-rendre » qui semble les rapprocher du modèle du don. Si l’on se réfère aux recherches anthropologiques sur le don, on perçoit cependant d’emblée quelques différences entre les mécanismes régissant les échanges identifiés dans les travaux inauguraux de Mauss sur le « potlatch » (1983), ou d’autres plus récents comme ceux de Gotbout (1992), et les analyses que l’on peut faire des principes de fonctionnement des rers. Nous avons choisi de confronter les formes de l’échange pratiqué dans ceux-ci aux trois modèles essentiels de la relation sociale que sont le don/contre-don, l’échange non marchand et l’échange marchand.

5En suivant les propositions d’Alain Testart (1997 et 2001), il importe d’abord d’opposer le don à l’échange marchand et non marchand, en vertu du fait que tout échange est explicitement réglementé. Testart (2001) le rappelle : « Ce qui sépare échange et don, c’est toujours une question de droit. » Ainsi, toutes les fois qu’il existe un droit à exiger une contrepartie, nous sommes dans le registre de l’échange, et toutes les fois que ce droit n’existe pas, nous sommes dans celui du don.

6Venons-en à présent à la différence entre échange marchand et non marchand, puisque la philosophie des rers revendique sans détour le caractère non marchand des échanges qu’elle prône, et que de surcroît, elle exalte tout à la fois la générosité et l’efficacité socialisatrice de ceux-ci contre l’individualisme égoïste de l’économie de marché.

7Dans l’échange marchand, comme Karl Polanyi (1983) l’a longuement expliqué, c’est le rapport aux choses qui commande le rapport entre les hommes. Bien que des relations interpersonnelles très fortes puissent s’y nouer et se révéler utiles à la transaction, elles demeurent contingentes. Le rapport entre les individus, qui peuvent très bien ne jamais être amenés à se rencontrer et à se connaître personnellement, est dès lors susceptible de se réduire à une seule question : combien ? Bref, dans le type idéal de l’échange marchand, les échangistes n’ont nul besoin a priori d’entretenir entre eux d’autres rapports que celui, strictement économique, qu’ils établissent dans l’acte même de l’échange.

8Les échanges non marchands, souvent décrits par les anthropologues comme des « échanges cérémoniels » ou des « échanges de dons », ne se réalisent, pour leur part, que dans le cadre de relations préalables, que l’on peut qualifier de relations d’« amitié » au sens large (elles comprennent notamment les relations entre parents et affins). Contrairement aux échanges marchands qui peuvent être extrêmement brefs et ne jamais se renouveler, les échanges non marchands s’inscrivent nécessairement dans une certaine durée, et l’obligation qui les régit est toujours personnalisée.

9Dans l’échange non marchand, les rapports personnels d’« amitié » prédominent sur la relation échangiste. Les rapports entre les choses sont bien présents, mais ils ne gouvernent pas. Il apparaît également que cet échange ne suppose pas nécessairement la liberté des échangistes. Un échange obligatoire est encore un échange, mais inséré dans une relation de dépendance, c’est un échange non marchand.

10La clarification conceptuelle, certes nécessairement très schématique, du sens des types d’échanges étant effectuée, examinons à présent comment se présentent les échanges dans les rers, d’une part dans l’esprit de leurs créateurs et d’autre part dans l’esprit et les comportements de ceux qui les pratiquent effectivement au sein des réseaux que nous avons étudiés, à partir d’une observation directe ou à partir d’entretiens.

11Il est patent que nous sommes en présence d’une logique d’échange non marchand et nullement d’échange marchand, puisque tout argent et toute espèce de troc sont proscrits. Il est patent également qu’il ne s’agit pas de don et de contre-don au sens défini plus haut, puisque toute personne qui demande à bénéficier d’un savoir doit également s’engager à proposer en retour (mais pas nécessairement à brève échéance) un savoir, sachant que la ou les personnes qui profiteront de cette contrepartie ne seront pas obligatoirement celle(s) qui a (ont) initialement bénéficié de l’apport. Par ailleurs, tous les savoirs échangés, quelle que soit leur nature, étant décrétés égaux par principe, aucune hiérarchie des valeurs n’est envisageable ni acceptable entre les savoirs en circulation.

12La structure de l’échange dans les rers correspond bien à ce que nous avons appelé, en reprenant le vocabulaire des anthropologues, le « lien d’amitié ». Tout échange, même s’il s’effectue en groupe, met au centre de ses préoccupations le lien entre les personnes et non pas l’identité et la qualité des savoirs échangés. Mais s’il s’agit bien de valoriser les personnes (leur donner ou redonner confiance en soi, en leur montrant qu’elles sont à la fois capables d’apprendre des autres et d’apprendre aux autres), il faut se garder de promouvoir indirectement l’individualisme et l’égoïsme puisque ces valeurs, fléau de nos sociétés, sont stigmatisées comme cause et conséquence en même temps de l’économie de marché. L’échange dans les rers est au service de la socialisation des individus, mais d’une socialisation qui entend réhabiliter les valeurs de la solidarité communautaire au sein même des sociétés conçues et organisées selon les principes et les normes de la logique sociétaire, c’est-à-dire contractuelle. Dans des sociétés qui, comme les nôtres, privilégient les choix stratégiques et le calcul coût-avantage, inspiré du modèle économique, il est essentiel de retrouver l’importance de la générosité et du désintéressement ainsi que le plaisir de l’échange lui-même, indépendamment de l’intérêt intrinsèque des savoirs échangés.

13Mais, dira-t-on, n’est-ce pas là ce qui identifie précisément la liberté ainsi que la gratuité du don ? Il nous semble que la philosophie du rers, comme la pratique des participants (nous l’analyserons plus loin), utilise en fait plusieurs registres. En tant que « dispositifs de combat », si l’on nous permet cette expression, contre les effets négatifs de la concurrence et de la course au profit, qui génèrent la marginalisation et l’exclusion sociale des plus démunis en même temps que l’indifférence des « gagneurs » et des nantis, les rers s’inscrivent dans la mouvance idéologique et militante d’un certain « socialisme utopique », d’un « christianisme social ». Il ne s’agit pas essentiellement de pratiquer l’aide ou la charité à l’égard des faibles et des pauvres, pour accomplir un devoir minimum à l’égard de son prochain et soulager par là même sa conscience, il s’agit de dénoncer les inégalités et les injustices sociales et de proposer des solutions concrètes pour y remédier. Mais en tant que dispositifs opérationnels, soucieux d’efficacité pratique, les rers se gardent bien de rejeter les valeurs d’intéressement et l’utilitarisme stratégique. Même s’ils se proposent de « changer la vie » et de modifier les comportements sociaux, les rers relèvent d’un projet réformiste et non pas d’un projet révolutionnaire. S’il y a certainement une part d’utopisme dans leur vision du monde, celle-ci est très largement métissée avec une philosophie politique « sociale démocrate » qui ne remet nullement en cause les valeurs libérales et démocratiques au profit de toute espèce de communautarisme radical ou de collectivisme. L’éthique du partage et de la solidarité n’est jamais opposée à celle de l’autonomie des individus qui reste au contraire au cœur de la pédagogie des rers.

14Bref, l’action du rers vise l’insertion ou la réinsertion des individus et, par conséquent, elle doit aussi les aider à s’adapter aux exigences de la société dans laquelle ils vivent afin d’en tirer un meilleur parti. Autrement dit, les échanges réciproques de savoirs doivent aider les personnes à profiter des avantages matériels ou culturels de notre société, en évitant de les inciter indirectement à devenir à leur tour des profiteuses égoïstes ou sans scrupules. De là sans doute, l’accent mis dans les ouvrages de Claire Héber-Suffrin (1993 et 1998), mais aussi par les militants les plus engagés des rers, sur les valeurs républicaines et la responsabilité citoyenne.

15On peut considérer que la démarche pédagogique du rers va dès lors consister à s’efforcer de faire jouer la complémentarité, plutôt que l’opposition, entre la gratuité du don et l’intéressement de l’échange réciproque, le plaisir d’offrir ou de recevoir et le devoir de respect de l’engagement contractuel, la chaleur affective de la convivialité micro communautaire et l’apprentissage exigeant de l’autonomie, la générosité et l’affectivité de la relation interpersonnelle et le réalisme stratégique ainsi que l’impératif disciplinaire de l’aide à l’insertion. Corrélativement, il s’agit de trouver un juste équilibre dans les rers entre la propension des « militants sociaux » à privilégier l’offre (ou le don) par rapport à la demande, et la propension des « utilisateurs ordinaires », notamment les personnes les plus fragiles, à privilégier la demande, moins d’ailleurs (comme nos enquêtes l’ont mis en évidence) par opportunisme et utilitarisme que par crainte de ne rien avoir d’intéressant à offrir et, plus encore, par crainte de ne pas être capables de transmettre leurs savoirs.

Formes de participation et liens sociaux dans les RERS

16Dans le rers de Chemaudin, les liens sociaux qu’il s’agit de développer sont avant tout des liens inter-villageois. Les municipalités ont en effet soutenu la mise en place de ce réseau afin qu’il serve de tremplin à l’engagement d’une dynamique de développement local. Il était donc intéressant de chercher à comprendre comment un tel réseau parvenait à conjuguer « échanges de savoirs » et « animation rurale », à partir du projet affiché par ses promoteurs de restaurer une sociabilité locale. Il nous a semblé utile d’observer précisément dans quelle mesure et comment la réciprocité ouverte des réseaux déterminait un lien spécifique entre les personnes et quels impacts les échanges exerçaient sur la sociabilité de leurs membres, à l’intérieur comme à l’extérieur du réseau.

  • 4 Nous avons retenu une approche globale et « subjective » de ces formes de sociabilité plutôt qu’une (...)

17Dans cette perspective, le premier objectif de notre enquête était de recueillir des informations permettant de caractériser globalement les formes de sociabilité des personnes interviewées4. Le second objectif était d’apprécier le type de relations nouées par les échangistes et dans quelle mesure ceux-ci élargissaient leurs réseaux relationnels. Nous présentons très synthétiquement les caractéristiques de chaque forme de participation dégagée dans notre typologie selon les « registres de justification » identifiés dans le discours des interviewés.

« L’investissement pour soi et pour les autres » (visée à dominante altruiste)

18La tonalité du discours sur le réseau des participants de cette catégorie pourrait être résumée par la formule suivante : « Le réseau, c’est surtout utile pour les autres. » Le sentiment d’être acteur d’un projet d’utilité sociale constitue en effet une motivation importante de la participation au réseau. Il s’agit, pour ces personnes qui appartiennent socialement aux classes moyennes et supérieures, de participer à une entreprise permettant à d’autres de rompre avec l’isolement. D’après nos observations et leurs propos, on distingue trois sortes de publics pour lesquels le réseau peut représenter une aide : ce sont des personnes sans moyens de déplacement (souvent âgées), des femmes au foyer (généralement de milieux modestes) et de nouveaux résidents.

19Dans l’ensemble, les personnes concernées par cette forme de participation ont une sociabilité plutôt forte. Investies pour elles-mêmes et pour les autres dans le réseau, elles sont également impliquées dans plusieurs associations (à vocation militante ou de loisirs). On trouve là une bonne illustration du phénomène de la « multi-adhésion ». Ces personnes bénéficient au départ d’un capital relationnel caractéristique des classes moyennes et supérieures auxquelles elle appartiennent, qui les amène à « cumuler “liens forts” et “liens faibles” dans un cercle de relations qui s’étend bien au-delà des proches » (Héran 1988a).

« La motivation pour la rencontre » (visée à dominante relationnelle)

20Les personnes de cette catégorie accordent une importance prépondérante aux relations qui se forment lors des échanges, celles-ci prenant souvent le pas sur les apprentissages effectués au sein du réseau. La formule qui résumerait le mieux leur discours serait : « Le réseau, c’est bien pour sortir de chez soi et rencontrer des personnes des autres villages. » Pour autant, il ne faut pas en déduire que les savoirs ne les intéressent pas. Au contraire, la plupart d’entre elles apprécient d’offrir et/ou de recevoir. L’intérêt que ces personnes manifestent pour le rers tient à la possibilité qu’elles ont d’expérimenter à la fois un certain type de relations (se faire des connaissances appartenant à des milieux variés) et une diversité d’activités. Rares sont en effet les associations qui satisfont à cette double attente, car elles sont généralement spécialisées dans un domaine d’activités et, de plus, souvent marquées socialement. Le réseau leur permet de développer des relations qui peuvent soit rester à l’état de liens faibles, soit déboucher sur de véritables amitiés.

21Le souhait de développer des relations sociales répond, pour la moitié des personnes de cette catégorie, à une sociabilité fragilisée par différents facteurs, ceux-ci pouvant d’ailleurs être associés : premièrement, le départ à la retraite, événement qui s’accompagne généralement d’une chute plus ou moins forte des relations selon les milieux sociaux (Héran 1988b) ; deuxièmement, des changements décisifs, soit dans la vie familiale (un divorce par exemple), soit dans l’activité de la personne (chômage, mutation, maladie), soit encore dans sa localisation (déménagement récent). Enfin, certains évoquent un isolement qui serait plus lié au fait de vivre en milieu rural. On constate que les individus de condition modeste (ouvriers et employés) familiers de la pratique associative et de la prise de responsabilités se meuvent avec aisance dans le réseau (ce qui est déjà vrai, mais moins surprenant, pour les femmes de la première catégorie, vu leurs activités et leurs statuts sociaux).

« La motivation pour l’apprentissage » (visée à dominante utilitaire)

22Ce qui attire les participants au réseau de cette catégorie, c’est la possibilité qu’il leur offre d’acquérir des savoir-faire manuels, généralement plutôt tournés vers le décoratif que vers l’utilitaire proprement dit. Ils se retrouvent dans la formulation : « Le réseau, c’est bien pour apprendre à faire des tas de choses. » Si l’idée de pouvoir accéder à de multiples apprentissages les séduit, cela n’implique pas pour autant qu’ils soient très participatifs. Ainsi, la moitié d’entre eux font un usage fort modéré des échanges en raison de l’inadéquation entre les offres de savoir et leurs centres d’intérêt, ou bien de la différence d’âge qu’il y a entre eux-mêmes et le public d’habitués, ou bien encore de la faible présence masculine, ou bien enfin d’un manque de disponibilité (activité salariée ou scolaire).

23En ce qui concerne la sociabilité hors réseau, on n’observe pas de tendance dominante, mais au contraire une nette disparité selon les membres. Les personnes ayant des relations variées s’investissent aussi dans des activités sportives (vélo, piscine) et culturelles (associations de village, Université pour tous...). La sociabilité plutôt faible des échangistes de cette catégorie ne suscite apparemment pas de demande de relations que le réseau pourrait satisfaire. Lorsque ces personnes soucieuses d’apprendre ont à offrir un savoir, les comportements sont, là aussi, très variés. Les plus assidues aux échanges jouent le jeu de la réciprocité avec plus ou moins de bonne volonté. Les comportements vis-à-vis de la règle de réciprocité adoptés par les participants à faible sociabilité vont, pour leur part, d’une attitude de retrait à la critique franche.

« La participation à l’essai » (visée à dominante expérientielle)

24Participer à l’essai, c’est profiter de la souplesse de fonctionnement du réseau pour assister, de temps à autre, à un échange dont l’intitulé semble intéressant, ou bien c’est vouloir se rendre compte par soi-même de ce qui se passe dans le réseau dont on a eu connaissance par l’entourage et, ce faisant, tester son envie de participer à des échanges. Seules deux personnes enquêtées appartiennent à cette catégorie, mais on peut supposer, si l’on se réfère aux autres rers étudiés, que la forme de « participation à l’essai » est plus fréquente que ce que notre enquête reflète : l’absence d’engagement d’une part, la difficulté pour les personnes salariées d’assister aux échanges (en dehors de ceux qui sont programmés le soir ou le samedi) d’autre part, et enfin, la nouveauté de la démarche qui intrigue et, chez certains, suscite des appréhensions (le réseau manifestement fait parler de lui) sont autant de facteurs induisant ce type de comportement.

25Il est difficile de caractériser plus précisément cette catégorie mais les enquêtes menées auprès de différents rers montrent qu’il s’agit là d’une catégorie pertinente d’analyse. En effet, on peut penser que l’écart existant entre, d’une part, le nombre de personnes inscrites dans le fichier d’un réseau et, d’autre part, le nombre de personnes ayant une participation significative (au moins trois fois par an si l’on reprend le critère utilisé par les animateurs) s’explique en grande partie par ces participations à l’essai. Celles-ci augmentent artificiellement la population d’un réseau puisque, le plus souvent, il suffit d’avoir été présent à un seul échange durant l’année (voire moins si le fichier n’est pas actualisé annuellement) pour être comptabilisé comme « offreur » ou « demandeur ».

Sociabilités de réseau : l’informel pour créer du lien civil

26L’organisation temporelle des échanges et le contenu des apprentissages influent directement sur la sociabilité développée entre les participants. Dans les réseaux observés, nombre d’échanges s’installent dans le temps, l’offreur étant disposé à animer régulièrement des séances concernant la même activité, soit parce que l’offre connaît un vif succès et qu’elle est renouvelée d’un trimestre à l’autre en vue de satisfaire la demande, soit parce que le savoir proposé requiert, en raison de sa complexité, d’étaler l’apprentissage sur une période plus ou moins longue (l’apprentissage d’une langue, ou de l’informatique, peut prendre plus d’une année). Dans ce second cas, le public assistant à l’échange est fidélisé, comme s’il s’agissait d’un atelier fonctionnant dans n’importe quelle structure associative, et naturellement, des relations plus fortes se nouent entre les participants.

Au rers de la ville de M., les échanges informatiques ont débuté il y a deux ans. Josette, secrétaire de direction à la retraite, se charge d’initier un petit groupe d’assidus au maniement du traitement de texte. Comme chaque mardi, les participants allument leur poste et vaquent à leurs occupations : Marie-Claude (53 ans, secrétaire médicale) frappe des notes ; Monique (76 ans, anciennement secrétaire du garage tenu par son mari) s’entraîne à la mise en page de la lettre qu’elle a tapée lors de la séance précédente ; Jean-Pierre (67 ans, anciennement chef d’entreprise d’une agro-industrie) et Gilbert (62 ans, responsable de chantier de construction industrielle) s’entraident pour apprendre le publipostage ; Maria (46 ans, femme de ménage) saisit une recette ; Simone (65 ans, anciennement couseuse dans une industrie textile locale) prend des notes sur les consignes d’exécution que vient de lui indiquer l’animatrice. Constamment sollicitée, cette dernière montre, explique, contrôle, met en garde, conseille. Baignés dans ce bruit de fond, les habitués se concentrent néanmoins sur leur travail. Tendant l’oreille, l’un quitte son écran pour suivre les explications données à la voisine, donne son avis, explique à son tour comment faire. L’entraide apparaît fréquente. L’ambiance est à la fois studieuse et conviviale. Certains se vouvoient, d’autres se tutoient. Epiphanie oblige, on tire une galette des rois en milieu d’après-midi. Vers 17 h 30, la séance se termine mais l’apprentissage se s’arrête pas là. Josette donne aux plus motivés des « devoirs » à la maison, tous étant désormais équipés.

27Dans les échanges de type « atelier » auxquels nous avons participé, le public était exclusivement composé de femmes. Cet « entre-soi » féminin apparaît comme « un espace protégé qui prédispose à une “resubjectivation structurante” » (Roulleau-Berger 1997) et qui ouvre des possibilités d’affirmer ou de se redéfinir une identité de « femme ». Il s’agit là d’un espace inédit de paroles au sens où « la sociabilité externe introduit une certaine distance (voire une émancipation) par rapport aux normes ou valeurs de la sociabilité interne (celle des activités et des relations au foyer) » (Forsé 1999). Sortir du foyer pour assister à des échanges sous forme d’ateliers prend donc une signification symbolique.

28Au fil du temps, des amitiés se nouent. Des conseils sont apportés par les personnes les plus expérimentées (le « conseil des sages » pour reprendre la formule d’une participante) ou foncièrement altruistes (les « secouristes » selon notre interprétation) à l’attention des échangistes plus jeunes, ou encore, de personnes en difficulté dans leur vie quotidienne. Chaque participante peut, si elle le désire, ouvrir son « petit monde » fait de ses propres connaissances, expériences, idées et fréquentations (Bidart 1999) et confronter ses manières de penser et de se comporter. L’objectif d’apprentissage masque une visée socialisante qui amène certaines échangistes, par empathie et par savoir-faire, à jouer un rôle de « tiers socialisant » (Darty & Ménard 1997) : les expériences que ces tiers relatent permettent à ceux ou à celles qui le désirent d’élargir leurs références, d’apercevoir d’autres normes de comportements que celles en vigueur dans leur milieu, les expériences personnelles des uns prenant valeur d’expérience sociale pour les autres.

29Dans les échanges ponctuels, une sociabilité courtoise est de mise. Pour peu que les réalisations prévues soit très techniques, les discussions apparaissent limitées et l’attention se concentre sur les explications de l’offreur, le bavardage étant malvenu. La probabilité de revoir certains des membres avec lesquels on a passé un bon moment est finalement faible si l’on est un utilisateur modéré du réseau, à moins de choisir un certain type d’échanges.

30Il ne faut certainement pas sous-estimer l’importance de ces relations superficielles. La majorité des participants des rers semble en effet attachée à ce type de liens tissés lors des échanges de savoirs, parfois presque involontairement. Ainsi, les réseaux produisent des lieux de « sociabilité ordinaire » où les aspirations des participants sont énoncées, entendues, traduites en actes et, de surplus, en savoirs. Le plaisir éprouvé d’être ensemble et de « redécouvrir l’autre », au sein d’une collectivité bienveillante, nous amène à penser que les réseaux permettent la recréation d’une « civilité », au sens où ils proposent d’expérimenter les « propriétés paisibles du lien social » et de « concourir à l’intelligence mutuelle entre les êtres humains » (Pharo 1985).

Laurence, 21 ans, prépare un ВЕР de coiffeuse et loge au foyer des jeunes travailleurs depuis deux ans. Investie dans le rers voilà un an, elle a participé comme demandeuse à des ateliers d’écriture, à une visite-promenade de Besançon et à l’apprentissage du jeu de tarot. Elle va également être épaulée en mathématiques, son point faible pour passer le ВЕР, par Ludivine, 20 ans, une résidente du foyer, étudiante en deuxième année de chimie, qui vient de rejoindre le réseau. En retour, elle propose d’« offrir » une soirée sur la vie des forains.
Il est vingt heures et nous sommes seize, réunis dans une salle du foyer pour écouter Laurence. Il y a là huit échangistes du foyer (le noyau dur) : Jessica (29 ans, CES), Sandrine (27 ans, CES), Monique (31 ans, qui prépare un diplôme d’éducatrice), Ludivine (20 ans, étudiante en chimie), Frédérique (20 ans, étudiante en allemand), Marion (19 ans, qui prépare un ВЕР de secrétariat), Jérôme (23 ans, mécanicien diéséliste) et David (20 ans, qui prépare un bac pro) ; deux anciens de Palente : Pierre (41 ans, éducateur) et Octave (39 ans, enseignant) ; quatre résidentes du foyer, non échangistes ; Fabienne, l’animatrice du rers, et nous-même. Laurence a programmé un exposé d’une trentaine de minutes, suivi d’une discussion. Après dix minutes d’exposé, à peine, elle est pressée de questions auxquelles elle préfère répondre immédiatement. Moins didactique que prévu, la présentation de la vie des forains se poursuit cependant, dans une atmosphère d’écoute et d’intérêt soutenus. Douze personnes, sur les seize présentes, interrogent Laurence à propos des différents thèmes abordés : travail des forains, vie familiale, éducation et scolarité des enfants, problème des déplacements, solidarité communautaire, parenté entre la vie des forains et celle des gitans. Le plaisir et la fierté qu’éprouve Laurence à parler des forains sont évidents. L’échange se termine à vingt et une heures trente après que Laurence a dit à l’assistance que son rêve était d’ouvrir un salon de coiffure itinérant, ce qui lui permettrait de suivre les forains, car elle veut à nouveau partager leur existence après sa formation.

Conclusion : vers de nouvelles formes d’appartenance ?

31La sociabilité expérimentée dans le rers de Chemaudin montre des relations sociales variées, flexibles et plus librement choisies que les relations d’interconnaissance villageoise ou les relations de parentèle. Pour un certain nombre de participants, les échanges de savoirs s’accompagnent d’échanges d’expérience dans l’espace protégé d’un « entre-soi » féminin qui invite à confronter des manières de penser et de se comporter. Pour d’autres membres, l’essentiel est de maintenir ou de développer une sociabilité à « liens faibles ».

32Plus globalement, si des individus aux motivations et aux caractéristiques sociales très diverses parviennent à se rencontrer et à s’apprécier au sein des rers, c’est moins parce qu’ils adhèrent aux principes militants du mouvement (que nombre d’entre eux méconnaissent) qu’en raison de leur envie de partager quelque chose au sein d’un collectif (des savoirs mais aussi des idées, des préoccupations, etc.) dans une convivialité bienveillante et sans contraintes. Ainsi, en deçà du registre des savoirs que les réseaux visent explicitement, on peut penser que cet univers relationnel recrée, sur un mode implicite, une sorte de « civilité ordinaire ». Lorsqu’ils prennent place en dehors de l’espace villageois, les échanges permettent de sortir d’un mode de sociabilité traditionnel pour expérimenter « un mode de sociabilité néo-convivial », c’est-à-dire des relations construites sur la base d’une « interconnaissance lâche, d’une inter-reconnaissance plutôt » (Degenne 1987) qui concernent l’échelle intercommunale, voire cantonale. Ainsi s’élabore un sentiment d’appartenance à une communauté élargie, ébauche peut-être de nouvelles identités territoriales. Dans les espaces urbains et péri-urbains, où sont majoritairement implantés les rers, il semble par contre que les démarches visant à développer les relations inter-quartiers rencontrent des difficultés importantes, l’émergence de « nouvelles appartenances » se heurtant sans doute à la résistance des repères identitaires existants.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bidart, С. 1999. « Se lier et s’orienter », Agora Débats Jeunesses, 17, p. 7-17.

Darty, F. & F. Ménard. 1997. « Socialisation des jeunes issus de l’immigration : les transmetteurs de savoir », Recherche sociale, 141, p. 5-47.

Degenne, A. 1987. « Un langage pour l’étude des réseaux sociaux », in L’esprit des lieux, Programme observation du changement social, Paris, Éditions du CNRS.

Forsé, M. 1999. « Ages et sociabilité », Agora Débats Jeunesses, 17, p. 19-27.

Godbout, J.-T. 1992. L’esprit du don, Paris, La Découverte. Héber-Suffrin, C. 1998. Les savoirs, la réciprocité et le citoyen, Paris, Desclée de Brouwer.

Héber-Suffrin, C. & M. 1993. Le cercle des savoirs reconnus, Paris, Desclée de Brouwer.

Héran, F. 1988a. « Au cœur du réseau associatif : les multi-adhérents », Économie et statistique, 208, p. 33-44.

– 1988b. « La sociabilité, une pratique culturelle », Économie et statistique, 216, p. 3-22.

Lavenu, D. 1999. « Formes de la sociabilité », Agora Débats Jeunesses, 17, p. 29-45.

Mauss, M. 1983 [1950]. « Essai sur le don », Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France.

Pharo, P. 1985. Le civisme ordinaire, Paris, Librairie des Méridiens.

Polanyi, K. 1983. La grande transformation, Paris, Gallimard.

Roulleau-Berger, L. 1997. « La production des compétences adaptatives dans les espaces intermédiaires », Recherche sociale, 142, p. 66-77.

Testart, A. 1997. « Les trois modes de transfert », Gradhiva, 21, p. 39-58.

– 2001. « Échange marchand, échange non marchand », Revue française de sociologie, vol. 42, n° 4, p. 719-748.

Notes

1 Institutrice entre 1964 et 1975 auprès d’élèves en difficulté dans la banlieue parisienne, celle-ci, avec son mari avocat et l’aide de quelques acteurs locaux, met en œuvre une « pédagogie de la réussite » fondée sur le postulat que tous les enfants sont porteurs de savoirs non reconnus par l’école et qu’il convient de les valoriser.

2 Le principe des échanges dans les rers repose sur la réciprocité ouverte qui conduit ses membres à occuper tour à tour la position d’» offreurs » et de « demandeurs ». Par exemple : Josette « donne » le dessin à Laure et Philippe et « reçoit » les pâtisseries orientales de Farida. Cette dernière reçoit pour sa part du français avec Marie qui, elle, demande la pose d’étagères à Maurice et ainsi de suite. Dans le réseau, tous les savoirs sont égaux et il n’y a pas de rapports d’argent entre participants. Le rôle de l’animateur du rers est d’aider à l’élaboration des demandes et des offres de savoir, de les mettre en relation et de s’assurer que les objectifs assignés à l’échange ont été atteints.

3 Nous avons enquêté dans trois rers choisis pour la diversité de leur implantation géographique (zone urbaine, péri-urbaine, rurale), institutionnelle (centres sociaux, autres) et leur ancienneté. Le travail de terrain a croisé l’observation directe d’échanges (ou la participation ponctuelle à des regroupements inter-réseaux) avec la conduite d’entretiens auprès des différents acteurs : participants, animateurs, responsables locaux et fondateurs nationaux. Les matériaux empiriques utilisés dans cet article concernent le rers de Chemaudin dans le Doubs que nous avons étudié de façon plus approfondie, du fait de son implantation rurale. Deux doctorants en ethnologie, Laurent Amiotte-Suchet et Pierre Floux, ainsi qu’une assistante sociale, Edith Rémiot, ont été associés à cette enquête. Pour plus de précision, deux encadrés décrivent, en seconde partie du texte, le déroulement d’échanges auxquels nous avons participé au cours de la recherche.

4 Nous avons retenu une approche globale et « subjective » de ces formes de sociabilité plutôt qu’une démarche plus objectivante centrée sur les liens interpersonnels tels qu’ils peuvent être identifiés par la méthode des « générateurs de liens » par exemple (Lavenu 1999). Le questionnement visait donc à recueillir des évaluations du type : « j’ai beaucoup d’amis », « je ne vois pas souvent ma famille ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540