Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies choisies ?

 | 
Noël Barbe
, 
Serge Latouche

Avant-propos

Noël Barbe

Texte intégral

1Illégal, non déclaré, clandestin, non officiel, non comptabilisé, non marchand, hors marché, invisible, occulte, souterrain, sous-marin, caché, non structuré, parallèle, second, bariolé, coloré, toléré, double, immergé, autonome, convivial, colonisé, fantôme, vernaculaire, troisième, quatrième, alternatif, dual, social... tels sont les termes - sans prétention aucune d’exhaustivité – qui servent à qualifier les activités regroupées et désignées habituellement sous l’expression « économie informelle ».

  • 1 Sur la naissance de ce terme, ses définitions et sa diffusion, voir Laulier 1994, chap. 1.

2Cette multiplicité des expressions employées en France renvoie à différentes façons de considérer et de saisir ces activités : administrative et légale, théorique, politique, en référence à d’autres pays (Gaudin & Schiray 1982). La notion même d’économie informelle naît sous le signe d’un double point de vue. Keith Hart l’emploie en 1971 pour désigner des revenus de complément nécessaires dans un contexte économique marqué par la stagnation des salaires et l’inflation ainsi que par les limites de la solidarité familiale et du crédit. En 1972, le Bureau international du travail l’applique à un « secteur », c’est-à-dire un ensemble d’unités de production qui, outre le faible niveau de réglementation, est défini alors par sept caractéristiques : facilité d’accès à l’activité, utilisation de ressources locales, marchés concurrentiels et sans réglementation, qualifications acquises hors du système officiel de formation, techniques qui mobilisent de la main-d’œuvre, échelle d’activité réduite, propriété familiale de l’entreprise1 . On a pu en tout cas agréger sous le vocable d’« économie informelle » le travail domestique, le travail au noir, le bénévolat, les échanges de services ou encore les activités criminelles... D’ailleurs « pour certains spécialistes, c’est un secteur trop disparate, trop hétérogène, pour que la notion soit utile » (Carr & Chen 2002 : 4).

3Sans s’attarder sur les problèmes méthodologiques posés, toujours est-il qu’en 1998 « les statistiques officielles indiquaient que plus de 55 % de la main-d’œuvre non agricole était occupée dans l’économie informelle en Amérique latine, la proportion se situant entre 45 et 85 % dans les diverses parties de l’Asie et près de 80 % en Afrique » (ibid. : 1). On estime la même année que les activités rémunérées légales, mais non déclarées aux pouvoirs publics, représentent de 7 à 16 % du PIB de l’Union européenne (Conférence internationale du travail 2002 : 26). En 2002, la Conférence internationale du travail constate que, contrairement aux prévisions, « l’économie informelle s’est développée rapidement dans presque toutes les régions du monde, y compris dans les pays industrialisés : elle ne peut plus être considérée comme un phénomène temporaire ou résiduel » (ibid. : 1).

4Signe de précarité, palliatif du secteur formel durant les crises de l’emploi, bulles d’expérimentation de nouvelles relations sociales..., les sens et les rôles donnés à ces formes économiques ont varié.

5En 1998, sur l’initiative de conseillers pour l’ethnologie travaillant dans les directions régionales des Affaires culturelles, la mission à l’Ethnologie lançait un appel d’offres de recherche sur les « Formes contemporaines de l’économie informelle ». Le texte de cet appel d’offres, diffusé au sein de la communauté des ethnologues et, plus largement, des chercheurs en sciences sociales, soulignait d’emblée le caractère « immergé » de l’économie informelle. Cette immersion « dans la vie sociale » en faisait tout à la fois un terrain de prédilection pour les ethnologues et de déshérence pour les économistes.

6Soulignant simultanément son caractère périphérique par rapport au contrôle de l’État, ses relations avec l’« économie officielle » et le fait qu’elle échappe aux normes légales, un niveau d’approche - le microsocial et les réseaux personnels de relations - est suggéré dans ce texte. Trois points de vue selon lesquels appréhender l’économie informelle y sont proposés : la production des choses ainsi que leur circulation et la forme des échanges, la signification de ces activités pour les acteurs, les relations entre l’économique et le social.

7Y a-t-il appropriation de territoires ou de réseaux ? Quels sont les modèles culturels qui sous-tendent les différents secteurs de l’économie informelle ? Existe-t-il une volonté de créer des espaces auto-organisés et de se maintenir à distance de la logique du capital afin de développer une économie qui s’enracine dans du social (ceci n’excluant ni stratégies, ni ambitions ou calculs) ? Quels types de liens et de cohésion sociale engendre cette économie ? Comment un système de normes communes, qui permet d’échanger, se met-il en pratique ? Décrire et analyser les processus économiques mis en œuvre par les acteurs pour produire une valeur. Telles étaient quelques-unes des injonctions données et des questions posées aux chercheurs.

  • 2 Il faut y ajouter le texte d’Orsetta Becchelloni, résultat d’une recherche soutenue par la mission (...)

8Système d’échanges locaux, réseaux d’échanges réciproques de savoirs, brocantes, communautés Emmaüs, migrants, marchés internationaux, pêcheurs à pied ou artistes sont autant de sujets empiriques de recherche proposés par les équipes et retenus par le conseil du Patrimoine ethnologique. Économies choisies ? rassemble les résultats de la plupart des recherches issues de cet appel d’offres2. Ce volume est ordonné autour de trois parties. La première privilégie l’examen des relations entre l’économique et le social, tant dans le cadre d’une économie volontaire ou d’une politique de développement local que du point de vue des ressources sociales nécessaires pour faire fonctionner un espace marchand. La deuxième porte sur différents destins économiques et personnels – celui de commerçants, de domestiques philippines ou de jeunes migrants turcs - liés aux nouvelles façons de migrer, aux manières de commercer ou de se construire. Enfin, la troisième partie, où sont analysées différentes situations de « débrouille » ou de « bricolage », s’intéresse à la circulation des objets et des hommes, à leurs relations ainsi qu’à la définition sociale des acteurs et de leurs activités.

Bibliographie

Références bibliographiques

Carr, M. & M.A. Chen. 2002. Mondialisation et économie informelle : l’impact de la mondialisation des échanges et des investissements sur les travailleurs pauvres, Genève, Bureau international du travail.

Conférence internationale du travail. 2002. Travail décent et économie informelle, Genève, Bureau international du travail.

Gaudin, J. & M. Schiray. 1982. L’économie cachée. Taxinomie : lecture française des usages des mots et des notions, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Lautier, Bruno. 1994. L’économie informelle dans le tiers-monde, Paris, La Découverte.

Notes

1 Sur la naissance de ce terme, ses définitions et sa diffusion, voir Laulier 1994, chap. 1.

2 Il faut y ajouter le texte d’Orsetta Becchelloni, résultat d’une recherche soutenue par la mission à l’Ethnologie dans le cadre de ses allocations de formation et de recherche.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540