Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le goût des belles choses

 | 
Véronique Nahoum-Grappe
, 
Odile Vincent

I. Styles de l'objet, signes du lieu

Le vin à l’épreuve de l’art

Figures d’une dualité en Corbières

Christiane Amiel

Texte intégral

1Depuis une vingtaine d’années, l’image jusqu’alors négative du Midi viticole, producteur de « gros rouge », a complètement changé. A cheval sur l’Aude et les Pyrénées-Orientales, les Corbières sont aujourd’hui un lieu d’appellations prestigieuses. Dans le même temps, la région a développé un tourisme axé sur la beauté de ses sites naturels et la richesse de son patrimoine historique. Haltes sur les Routes des abbayes ou des châteaux cathares, les caves coopératives associent dégustation des vins et découverte de la culture locale. La fidélité au passé, le respect de la tradition, les notions de terroir et d’authenticité sont depuis longtemps des valeurs de référence pour la promotion des crus. Petits pressoirs à vis, tonneaux, anciennes hottes à vendange, bouteilles et bonbonnes poussiéreuses, vieux outils et vieilles photos, les celliers viticoles ont longtemps ressemblé à de désuets musées folkloriques. Mais, aujourd’hui, de nombreuses caves – coopératives et privées – se transforment en galeries d’art en organisant, dans leurs locaux et à leur frais, des expositions de peinture. Cette juxtaposition du vin avec des œuvres, qui n’entretiennent pas nécessairement un lien direct avec la vigne et le vin, marque indubitablement un tournant et témoigne de l’émergence d’une nouvelle esthétique dans le monde de la viticulture audoise.

2Il y a là incontestablement une question de marketing et personne ne s’en cache. Pour beaucoup de vignerons, la mutation de la cave en un lieu ouvert sur différentes formes de la sensibilité esthétique s’inscrit dans une réflexion sur la nouvelle image du vin. Nous sommes à un moment de bascule où on est passé de la quantité à la qualité, du paysan viticulteur soucieux du seul rendement à l’hectare au vigneron récoltant, véritable créateur de crus personnalisés. Les prix aussi ont changé et tout le monde a conscience que l’on ne peut présenter de la même façon qu’hier des bouteilles qui se vendent maintenant jusqu’à quinze euros et plus parfois. Mais il nous semble que l’on ne saurait réduire à une seule question de marketing la mise en relation du vin et de l’art. Et même, si parfois cela peut être le cas, ne faut-il pas justement se demander pourquoi et comment, aujourd’hui, c’est à l’art que l’on en appelle pour vendre le vin ?

3Il importe de dire qu’il ne s’agit pas là d’un processus absolument consensuel et que des polémiques existent à propos de la pertinence de cette association. Car, loin d’être la mise en application d’un modèle commun et concerté, ce mouvement est le fait d’un ensemble de tentatives individuelles et variées. Chacun cherche sa propre voie, avançant par tâtonnements, à coups d’essais, de doutes, de théorisations plus ou moins élaborées qui n’hésitent pas parfois à mêler les plans de l’économique et de l’esthétique.

4Il saute d’abord aux yeux que cette diversité s’organise, schématiquement, autour de deux types d’exposition : créations d’art contemporain et œuvres figuratives des peintres locaux. Ce partage semble lié à deux types d’acteurs : les nouveaux et les anciens viticulteurs, les premiers venus d’ailleurs, et qui ont souvent été à l’origine de la revalorisation du vignoble, les seconds d’origine autochtone. Mais cette distinction sociologique ne recoupe pas forcément le partage entre les deux types d’exposition. Le tableau est plus nuancé, et se double d’une division entre caves particulières et caves coopératives : les premières jouant volontiers la carte de la nouveauté et endossant parfois le rôle de mécène, les secondes plus enclines à la simple présentation d’œuvres classiques destinées à animer l’espace des caveaux.

5L’une des tentations que l’on pourrait avoir serait de penser ce partage en termes de jugement de valeur, entre « bonnes » expositions et expositions de style amateur, ces dernières n’étant que de pâles imitations des premières. Mais, au-delà de ce clivage bien réel, l’analyse ethnologique nous en révèle un autre, bien plus significatif : sous la même apparence les expositions de peinture dans les caveaux viticoles traduisent, en fait, deux démarches différentes, deux conceptions de la relation entre vin et art. D’un côté nous avons des propositions centrales qui affirment leur analogie structurelle, de l’autre nous avons des tentatives de les marier harmonieusement. D’un côté vin et art sont mis sur le même plan, simplement réunis par un jeu d’écho qui n’affecte jamais l’intégrité et la spécificité de chacun, de l’autre on cherche à les faire se valoriser l’un l’autre comme deux objets non plus similaires mais complémentaires. D’un côté, il s’agit de définir et de promouvoir une esthétique du vin, de l’autre on se contente de mettre en place une esthétique autour du vin.

  • 1 Boisson des dieux dans l’Antiquité grecque et romaine, sang du Christ dans la communion eucharisti (...)

6Mais ces deux références, l’une s’attachant davantage à tout ce qui touche à la création et à l’art contemporain, l’autre à l’histoire et au patrimoine, ne sont pas contradictoires, même si elles s’opposent, parfois, dans des débats qui traduisent autant les goûts personnels des protagonistes que des stratégies de l’image de marque. C’est, au contraire, leur conciliation qui confère à la conversion esthétique sa diversité dynamique et son énergie passionnelle. Dans ce contexte, il va de soi que l’on ne saurait établir de frontière étanche entre les deux démarches, pas plus que l’on ne saurait instituer de typologie rigide entre les différents acteurs. Des uns aux autres, les jeux d’échange sont quasi permanents et témoignent de la diversité des façons à travers lesquelles chacun tente de définir la spécificité de son imaginaire du vin. Nous avons ici l’occasion de saisir sur le vif l’émergence d’un ensemble de concepts introduisant le vin, produit déjà chargé de très fortes valeurs, religieuses, sociales, familiales1, dans un nouveau domaine, celui de l’esthétique.

7Ce que nous nous proposons donc d’étudier, ce sont les systèmes de référence, les enjeux, symboliques et économiques, motivant les deux démarches esthétisantes qui partagent aujourd’hui les Corbières viticoles. Le rapport à l’art risque-t-il d’être « récupéré » par le marketing ou de disparaître au profit de relations économiquement plus porteuses ? Mais ne faut-il pas penser autrement la relation entre art et marketing ? N’y a-t-il pas ici, entre ces deux concepts habituellement déclinés en termes d’opposition, une conjonction nouvelle parce que centrée sur un produit élevé lui-même, depuis peu dans la région, au rang de création artistique ?

  • 2 Il ne s’agit pas, bien sûr, de rendre compte, ici, de façon exhaustive de l’ensemble des cas que n (...)

8Pour rendre compte de la part d’invention personnelle dans la pensée collective ici en action, c’est en cheminant à travers un ensemble de cas particuliers2 que l’analyse progressera, des pionniers de l’organisation d’expositions de peintures jusqu’à ses derniers adeptes, en passant par ses détracteurs.

Artiste vigneron

9Sur les panneaux qui indiquent la direction de sa propriété et sur les étiquettes de ses bouteilles, Roland D. se définit lui-même comme un artiste vigneron. L’intérieur de son caveau de dégustation est orné de ses œuvres qu’il propose à la vente à côté de ses vins. Pour lui, peindre ou faire du vin procède d’un même mouvement créatif. Installé dans les Corbières depuis une vingtaine d’années, Roland D. est un nouveau viticulteur. Ancien professeur d’arts plastiques, Roland D. a choisi librement la viticulture comme façon de vivre selon ses désirs, de découvrir, de créer : « Là j’ai pu m’exprimer. » Comme lui, beaucoup d’autres nouveaux vignerons, nous le verrons, revendiquent souvent la même chose : le travail de la vigne et du vin comme moyen d’appréhension et d’expression de la sensibilité artistique : « C’est avec ma sensibilité et ma connaissance que je crée un vin. Un autre vinificateur fera différemment parce qu’il aura une autre culture et d’autres envies. »

10L’association vin et art semble donc aller de soi, être quasi « naturelle » et ne poser aucun problème. Mais il s’agit là du point de vue, intime, abstrait et intellectualisé, du créateur. Dès que nous abordons la question de la réception par le public, le ton change, et Mme D., restée jusque-là silencieuse, prend, elle aussi, la parole : « A un moment, devant l’entrée, il avait mis Galerie d’art, et les gens n’osaient pas rentrer, parce qu’ils s’imaginaient que ça allait être quelque chose de chic. Et je suis sûre que si, demain, on enlevait artiste vigneron, on aurait plus de monde. Parce que, artiste, ça fait peur. »

11Rejetant ainsi, avant même qu’elle ne soit posée, la question du marketing, Roland D. nous explique les oppositions fondamentales qui, au niveau de la commercialisation, séparent vin et art :

Le vin c’est un produit convivial, c’est un produit de consommation. Par contre ma peinture, en général, est dérangeante. Alors c’est un peu anachronique de mettre quelque chose qui dérange sur un élément qui est destiné à réunir les gens, à être festif, convivial. Et puis, il y a des gens qui sont réfractaires à la peinture, ça leur fait peur, parce qu’ils n’ont pas cette culture. Une aquarelle, un petit paysage, ça va bien. Mais un tableau, dès que ça sort des sentiers battus, ça leur fait peur. C’est pour ça qu’on a abandonné certaines étiquettes. Les étiquettes, c’est moi qui les crée. Et sur certaines je mets des tableaux. Mais les gens qui viennent dans les Corbières veulent quelque chose qui leur rappelle les Corbières. Quand ils boivent la bouteille, il faut qu’ils voient quelque chose qui leur rappelle l’endroit où ils sont allés en vacances. Une aquarelle, un petit paysage, ça, ça va bien.

12De la même façon, la clientèle intéressée par la peinture ne le serait pas du tout par le vin, « les gens viennent pour l’un ou pour l’autre ». Et, à titre d’exemple, Roland D. nous raconte l’anecdote d’un professeur de théologie du Montana, passionné par le catharisme, qui, ayant vu, sur une bouteille, un tableau intitulé Le rêve cathare, a voulu lui en acheter les gravures : « Je les lui ai offertes, dédicacées. Il m’a dit que c’était ce qu’il avait trouvé de mieux représentant le catharisme. Je lui ai dit : “Goûtez le vin quand même.” Il ne voulait pas. J’ai insisté. Et il m’a dit : “C’est du bordeaux ?” Il s’en foutait ! » Vin et art sont, ici, intimement associés au niveau de la création et complètement dissociés au niveau de l’appréciation du public. La seule raison qui fonde leur mise en présence dans le caveau viticole est celle du statut particulier de l’artiste vigneron.

Marketing ou mécénat ? Conjonction ou disjonction ?

13Les vins de Montoulié font aujourd’hui partie des crus les plus renommés des Corbières. Charles C, qui a acheté la propriété il y a une quinzaine d’années, fait partie des quelques pionniers, étrangers à la région, qui ont complètement renouvelé la qualité et l’image des vins de la région. Sur un des prospectus du domaine, on peut lire cette profession de foi qui, d’emblée, établit une adéquation entre esthétique et vin :

  • 3 C’est nous qui soulignons les termes relevant directement de la notion d’esthétique.

Créer une des plus belles3 caves du bassin méditerranéen, où la technologie la plus performante est associée au savoir des hommes du terroir.
Créer une nouvelle bouteille issue de vieux flacons soufflés à la bouche, où l’élégance rivalise avec la puissance et l’équilibre du contenu.
Souligner un terroir en poussant ses cépages à leurs plus belles expressions.
Créer un chai ou l’harmonie des couleurs associées aux tons chauds du bois, de la pierre et de la lumière permet l’élevage de nos vins dans des conditions idéales.
Faire créer par les jeunes artistes peintres des œuvres originales où leur passion peut s’exprimer librement dans un environnement magnifique.

14C’est là une des originalités du lieu, Charles C. ne se contente pas d’exposer des peintures, il suscite leur création en invitant de jeunes artistes à venir travailler dans le domaine, « on leur fournit tout, le transport aller-retour, le gîte, le couvert, tout ce dont ils peuvent avoir besoin, peinture, pinceaux, toiles, châssis ». Chaque été, les œuvres de quatre peintres, soigneusement choisis durant l’hiver dans la pépinière internationale, sont ainsi exposées durant deux mois. A la fin de la saison, un jury désigne le gagnant du prix Montoulié :

Pour celui-ci, il y a un chèque de dix mille francs, et on fait une cuvée spéciale de six cents bouteilles numérotées de 0 à 600, avec le tableau en étiquette et la mention « cuvée spéciale ». Celles-ci, on ne les vend qu’en coffret de six, une de chaque millésime. Voilà le premier coffret : les six premiers gagnants du Prix Montoulié. Le gagnant de l’année dernière devra attendre cinq ans pour être vendu comme ça, parce que la prochaine caisse, ce sera en 2004. Puis, on fait une cuvée normale, avec simplement le tableau en contre-étiquette sur environ quarante mille bouteilles.

15Il s’agit d’un système de marketing à double visée : faire la promotion des vins et celle des artistes :

Quand on est arrivés, on s’est demandé ce qu’on pourrait faire pour faire parler de Montoulié. Comme, ma femme et moi, on aime la peinture contemporaine, on s’est dit qu’on pourrait faire quelque chose avec la peinture. Mais on ne voulait pas faire ce que fait Mouton Rothschild, acheter des tableaux à des grands noms. C’était exclu. Faire des expositions avec des peintres locaux, qui peignent comme ça, le dimanche, ça ne nous intéressait pas. Alors l’idée nous est venue d’essayer de nous appuyer sur de jeunes artistes. On aurait à y gagner l’un et l’autre puisqu’on est tous les deux des inconnus. Et puis, il y a une synergie, le vin et la peinture c’est quelque chose de proche, parce que c’est une passion.

16Faut-il parler de marketing ou de mécénat ? Les deux sont ici étroitement mêlés. Charles C. est très heureux de l’image que les expositions ont conférée au domaine, mais, à titre presque privé, pourrait-on dire. Car il a délégué à son fds la totalité de la gestion commerciale de l’entreprise, « c’est lui le patron », et reconnaît que celui-ci ne manifeste guère d’intérêt pour les expositions : « Ça coûte cher et ça ne rapporte rien. »

17Ce partage des rôles à Montoulié, le fds s’occupant exclusivement du vin et le père de la peinture, loin d’être anecdotique, nous introduit à une question essentielle, celle d’une constante disjonction, au sein même de leur association, du vin et de l’art. C’est, en effet, un phénomène véritablement rémanent, même s’il se manifeste sous des formes sensiblement différentes chez les uns et les autres. Ainsi, nous avons déjà vu que, pour Roland D., le vin et l’art, intimement liés au niveau de la création, étaient complètement séparés ensuite. A Montoulié, cette séparation se poursuit dans la division de l’espace : les salles d’exposition sont situées dans un bâtiment autonome, fermé à clef, distinct du caveau de vente, et rien, aucune affiche, aucune indication, n’incite les clients à y aller. Seuls y ont, donc, accès les gens déjà au courant, ou ceux qui, intrigués par les tableaux sur les étiquettes, posent des questions et manifestent l’envie de voir l’exposition. Dégustation et contemplation d’œuvres picturales sont deux activités strictement distinctes :

Je ne veux pas dire à tout le monde : « Allez voir l’expo. » Si ça ne les intéresse pas et qu’ils me disent « oui » pour me faire plaisir, je ne vois pas l’intérêt. De la même manière, les gens qui viennent voir l’exposition, s’ils ne veulent pas déguster, je ne fais pas de forcing, je ne les force pas à déguster.

18Au château de Foulque, le même type de partage se retrouve : le frère s’occupe de la gestion du domaine, et la sœur des expositions d’art contemporain. Aujourd’hui celles-ci se tiennent dans un lieu séparé du caveau de vente. Mais cela n’a pas toujours été le cas. L’ancien propriétaire, après y avoir, dans un premier temps, aménagé une sorte de musée fourre-tout de la vigne et du vin, y organisait, depuis quelques années, des expositions de peintres locaux très foisonnantes et désordonnées :

Quand on est arrivés, l’exposition de l’année 1997 était en place. Moi, quand j’ai vu ça, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup trop d’œuvres, et que les artistes n’étaient pas assez respectés. Il y avait une centaine de tableaux. L’année après, on a essayé de faire une exposition plus cohérente, avec moins d’artistes. Et ensuite je me suis dit que c’était encore trop lié au vin, trop lié à l’acte de vente du vin. C’est-à-dire que tout était dans le caveau de vente. Je pense qu’il ne faut pas que le vin utilise trop l’art et que l’art utilise trop le vin. Je pense qu’il faut qu’il y ait un espace un peu séparé. Donc on a mis sur pied ces deux salles d’exposition, qui sont complètement indépendantes.

19Comme à Montoulié, il s’agit de nouveaux viticulteurs, étrangers à la région, passionnés d’art. Il y a là un autre fait rémanent : les gens qui, depuis quelques années, achètent des domaines en Corbières sont, pour beaucoup, des amateurs d’art issus de milieux non viticoles. En s’établissant dans une région réputée pour la beauté de ses paysages et symbole d’une nature préservée, en choisissant de cultiver la vigne et de faire du vin, ils entendent réaliser un véritable projet de vie fondé sur des notions d’esthétique et d’art de vivre. La relation vin et art apparaît, donc, comme un préalable inscrit au cœur même de la dynamique de l’entreprise. Et c’est tout naturellement que ces nouveaux vignerons jouent de leur association. Mais celle-ci est, quand même, toujours perçue comme une opération délicate et difficile à mettre en œuvre. Ainsi au château de Foulque :

On a essayé d’y réfléchir. Parce que les gens disent « c’est une action marketing ». Je ne crois pas que ça se détermine comme ça. Parce que l’action marketing, c’est une publicité qui interfère directement sur la vente d’un produit. Donc ça n’est pas du tout ça. Maintenant, que, à terme, ça contribue à améliorer l’image du château viticole, tant mieux. Parce que si on est dans la qualité, on peut être dans la qualité pour plein de choses. Mais c’est vrai que si on met des artistes dans le lieu de vente, je trouve que tout le monde se sert de tout le monde. Et que la position n’est plus très claire.

20Entre marketing et mécénat, les nouveaux vignerons cherchent leur voie. Parce qu’il appartient, lui-même, à la sphère de l’esthétique, le vin peut, pourvu que l’on prenne garde à ne pas « tout mélanger », être associé à des œuvres picturales. Pour être positive, cette association doit ménager un libre espace à chacun, les exposer chacun à leur place, à côté et non en même temps. La disjonction est nécessaire pour que la conjonction soit réussie.

Des exemples de rencontres exceptionnelles

21Comment comprendre ce double mouvement d’association et de dissociation ? Il semble, en fait, qu’il repose sur la fragilité de la reconnaissance du vin en tant qu’objet d’art. Tout au long de nos enquêtes, nous avons vu, peu à peu, se mettre en place un riche discours développant longuement les similitudes du vin et de l’art : doutes et aléas liés aux processus d’élaboration, appel aux sens qu’éveillent la contemplation et la dégustation de l’œuvre, force intrinsèque de celle-ci qui, toujours, à un moment, semble échapper à son créateur pour jaillir dans sa toute-puissance. Mais, en même temps, tout le monde insiste, en contrepoint, comme pour se démarquer de ce qui pourrait apparaître comme un snobisme d’intellectuel, sur les qualités simplement charnelles du vin. Pour autant, ce double statut du vin, création artistique / produit de consommation, n’enlève rien à son caractère artistique :

Moi, je ne renie pas les origines du vin. On peut très bien faire des grands trucs, et avoir un petit vin de tous les jours qui soit très agréable. Et dans une expo, il y a cet aspect convivial, on boit un pot. Justement, ce que je reproche à certains lieux d’art, c’est d’être trop froids, guindés. Les vrais peintres, ils rigolent la plupart du temps, ils picolent...

22Il semble que les hésitations à le mêler de trop près aux objets classiques de la création esthétique viennent, plutôt, du contexte ordinaire de sa vente et de sa promotion. En les exposant ensemble, on risque, autant que d’élever le vin, de rabaisser la peinture. Plus que la nature même du vin, ce serait donc le poids de l’habitude qui empêcherait, aujourd’hui, sa mise en relation totale avec des œuvres d’art.

23Transcendant ces craintes, certaines démarches, pionnières parmi les pionnières, osent mettre en scène la totale connivence du vin et de l’art. Mais nous allons voir que, pour le moment, il s’agit, le plus souvent, d’objets ou de moments rares. A Montoulié, Charles C. sépare, dans l’espace, le vin et la peinture. Mais, lorsqu’il met des tableaux sur ses étiquettes, il les unit, au contraire, très étroitement puisque la peinture se conjugue au vin pour donner naissance à une seule œuvre. Les bouteilles de la cuvée spéciale du Prix Montoulié sont, en effet, des créations uniques destinées à entrer dans le marché de l’art :

Ce sont des bouteilles numérotées. Dans chaque caisse elles sont toutes numérotées du même numéro, ça a plus de valeur que des numéros différents. Et, sur la caisse et sur le carton d’emballage, est également marqué le numéro, pour que les gens les gardent. Parce que l’objectif, c’est d’en faire des objets de collection. A la limite on peut le boire, parce que ce qu’il y a dedans c’est bien, mais c’est dommage, une fois qu’elle est bue, la bouteille perd sa valeur. Aujourd’hui je n’ai qu’une caisse, on a attendu six ans pour faire une belle caisse. Mais on va continuer. Moi, j’ai pris vingt-cinq caisses pour mes enfants et mes petits-enfants. Comme ça ils auront chacun leur caisse. Le dernier, il a huit mois. Si on continue, quand il aura vingt ans, il aura une belle collection de bouteilles. Si un de mes peintres sort du lot un beau jour et devient une notoriété, ce sera bien... Aujourd’hui c’est vrai, ce sont des inconnus. Mais des inconnus, dont on parle, la preuve, on en parle avec vous, donc on en parle...

  • 4 Outre le placement d’investisseur, tel qu’il se pratique souvent autour des plus vieux crus des gr (...)

24Tableau et vin, réunis par l’étiquette, sont ici indissociables. C’est leur alliance qui fait la valeur, symbolique et marchande, de l’objet4. Mais, seule, leur rareté, en en faisant des œuvres à tirage limité, autorise la réussite de cette association.

25Pareillement, en temps ordinaire, visite du caveau et de l’exposition sont deux activités distinctes. Mais il est des moments où vin et art se retrouvent étroitement mêlés et où le public peut se promener, verre à la main, au milieu des toiles. Ce sont les jours de vernissage qui sont aussi les jours où sont décernés les prix. Charles C. a, en effet, introduit le parrainage par un artiste connu qui accepte d’exposer à côté des jeunes lauréats. Ainsi le samedi 9 septembre 2000 avait lieu le vernissage de l’exposition Ladislav Kijno en présence de celui-ci et des quatre peintres qui participaient au concours. Le public appartenait à la gentry locale et au monde artistique. Les meilleurs vins du domaine étaient servis généreusement, accompagnés d’une abondance de toasts aux saveurs raffinées. Tout le monde s’émerveillait de participer à un instant rare, réservé à une élite de connaisseurs, où contemplation et dégustation se confondaient et se répondaient dans un enchantement des sens abolissant les habituelles frontières entre plaisirs intellectuel et charnel.

26Janine et Jacques ont acheté le domaine de Gazel, en 1994. Eux aussi sont des amateurs d’art :

Comme on vient de Paris, on avait beaucoup l’occasion d’aller dans des expos, et quand on a décidé de refaire notre vie professionnelle, qu’on a acheté un domaine viticole, on a trouvé que c’était normal d’amener autre chose que du vin. Un domaine viticole, ça draine des gens, des idées. Donc, on est arrivés en septembre et en mai, il y avait déjà une exposition.

27Pour Janine et son mari, l’art fait partie de la vie quotidienne, et c’est tout naturellement qu’ils ont pensé à accrocher des tableaux dans leur cave, sans réfléchir particulièrement à l’idée d’une relation entre vin et art. Aujourd’hui, face au discours ambiant qui parle de marketing, ils sont amenés à préciser leur position, en se défendant de toute visée commerciale :

Il ne faut pas tout mélanger. Moi, j’ai suffisamment de gens qui viennent acheter du vin. C’est plutôt vivre l’art au quotidien. Parce que chez moi, c’est pareil, il y a plein de peintures partout. Parce que ça me plaît. Dans le jardin il y a des sculptures qui m’appartiennent, que je montre parce que je trouve que c’est beau. Et puis, on a la démarche d’acheter au moins une œuvre par an. C’est un état d’esprit. Si on a choisi des artistes pour venir exposer chez nous, c’est qu’on est très intéressés par ce qu’ils font, et donc on est capables aussi de faire la démarche d’acheter. Parce que l’art, il faut que ça bouge.

28Dans le même mouvement, ils ont restauré les bâtiments abandonnés, créé un jardin d’agrément et l’ont empli de statues, ils ont réhabilité le paysage alentour en remettant en état un ancien chemin, en réintroduisant des plantes tombées dans l’oubli, et, bien sûr, ils ont transformé la production et la commercialisation du vin :

Quand on a acheté le domaine, il ne produisait que du vin en vrac, qui partait dans des camions-citernes. Ici, il n’y avait rien, et donc personne ne venait jamais. Maintenant, la nuit, le jardin reste allumé. Les gens disent qu’on est fous, mais c’est pour montrer qu’on y habite, que c’est un lieu vivant.

29Lorsqu’on regarde la maison restaurée, avec son crépi vieilli, sa treille, son jardin ensauvagé, l’on croit voir une bâtiment traditionnel qui aurait traversé, intact, les siècles. Or ils ont percé de nouvelles ouvertures, remanié la façade, planté la treille, créé le jardin, réinventé donc, la beauté idéale du domaine. « Quand on habite un lieu aussi beau, on ne peut pas faire autre chose que du bon vin », rapporte Janine, reprenant les dires d’une cliente. L’articulation entre vin, art et vie quotidienne est ici totale, et le moment de la conversion esthétique peut se lire comme le résultat d’un triple passage qui a affecté en même temps la vie des deux nouveaux propriétaires, celle du domaine et la qualité du vin.

30Ici, les tableaux sont suspendus dans l’espace même de la cave qui sert de cellier de vente. Et c’est la beauté de cet espace qui, d’emblée, a séduit Henri H., peintre breton en vacances dans la région. De cet espace et de cette cave et non pas de n’importe quelle autre cave. Pour lui, la nécessité d’exposer là s’est imposée avec la force de la fatalité, parce que, dit-il, il a senti qu’il y avait une véritable rencontre entre sa peinture et le lieu :

J’essaye toujours, même si commercialement ce n’est pas toujours le mieux, d’exposer dans des lieux où je sens que mon travail se plaît, des lieux où je me sens bien, et où il y a une communication avec les gens de ces lieux. J’ai découvert Gazel il y a trois ou quatre ans, tout à fait par hasard. On a visité le caveau et j’ai vu qu’ils faisaient des expositions. Dès cet instant je me suis dit : « Je veux absolument exposer chez eux. » [...] Une chose qui me fait plaisir dans les commentaires des visiteurs, c’est quand ils disent qu’on a l’impression que les toiles ont été faites pour être là. C’est vraiment cette idée de rencontre avec un lieu.

31Comme Janine et Jacques, Henri H. n’avait jamais songé aux relations du vin et de l’art. Depuis qu’il a vu Gazel, il a élaboré une série de réflexions, venant justifier les raisons de son coup de foudre (sic) et lui donner un fondement idéologique :

Il faut du temps pour faire un vin, il faut du temps pour faire une toile. On ne peut pas faire vieillir un vin en six mois, on ne peut pas faire en une heure une toile qui doit se mûrir plusieurs mois ou plusieurs années. Ce n’est pas possible. Il y a en commun cette relation au temps, cette incertitude du temps, cette idée que l’on ne peut pas faire les choses si ce n’est pas le moment de les faire. Si on veut faire un vin sucré, et si cette année le vin n’est pas sucré, eh bien, on ne pourra pas. Et si un jour je veux peindre, et si c’est un jour sans peinture, je ne saurai pas de quel côté tenir un pinceau. Voyez, cette espèce d’attente, de mise à disposition devant les éléments, devant les choses. Je crois qu’on est là un peu en osmose.

32Nous reconnaissons là une des facettes d’un discours commun sur les similitudes de la création vinicole et artistique que Henri H. développe encore, « il y a aussi une rencontre sur l’esthétique, le désir de faire quelque chose qui corresponde à une esthétique, à une recherche de goût ». Mais, au-delà de cette théorisation, il nous raconte plus concrètement les raisons intimes et profondes de l’homologie entre sa peinture et le vin de Gazel. D’abord la rencontre avec le pays :

Moi, je me retrouve, en tant que personne et en tant que peintre, dans les paysages des Corbières, je me retrouve partout. Ce pays est terriblement minéral. C’est un pays de conflit, c’est un pays de tensions, un pays qui peut vous donner l’impression d’être absolument séduisant, et puis qui, deux heures après, vous angoisse complètement. Quand je me promène dans la nature, ici, j’ai l’impression d’être dans mes toiles.

33Puis la rencontre avec le vin de Janine et Jacques qui est lui-même métonymique des Corbières :

Leur vin, il est aussi teinté que ces paysages, il est aussi parfumé. Je sais que la première fois que j’ai bu ce qu’ils appellent « le petit vin rouge », c’était à un restaurant, on venait d’arriver, on avait une journée de voiture dans la tête. Et alors, on boit ça, on avait l’impression de boire la garrigue !

34Puis, encore, une autre rencontre, qui ressemble au hasard objectif :

Il y a aussi une chose qui m’a attiré là. C’est l’environnement, c’est les terres rouges. J’avais fait une exposition il y a quelques années à Rennes, où il y avait une série de toiles sur la mort et l’enterrement de ma mère. Et cette série de toiles s’appelle La terre est rouge. Alors...

35Pour le peintre, l’adéquation entre son œuvre et le vin de Gazel est totale, et du coup, aucun questionnement sur la légitimité de faire voisiner vente du vin et art ne vient interférer. Même les problèmes techniques d’éclairage et de mise en valeur des toiles sont secondaires. Ce qui compte c’est que la peinture est vraiment en symbiose avec l’univers du vin et compose avec lui une sorte d’œuvre unique :

Elle est en dialogue. Et c’est cette notion de dialogue, d’échange qui me plaît. Il s’est trouvé par hasard qu’il y avait six fûts entassés les uns sur les autres, et il y a six toiles au-dessus. C’est un hasard, oui mais c’est ça qu’il faut attraper. Il ne faut pas effacer les fûts. Quelquefois j’ai vu d’autres expositions où les gens mettaient leurs travaux devant les fûts. Eh bien non. il ne faut pas les effacer les fûts. Ou, d’autres fois, on sent qu’il y a un lieu exprès, qui est propre, nickel, qui est bien arrangé, et on met la peinture dedans. Pourquoi pas ? Mais, pour moi, c’est coupé de la vie. Alors que là, au contraire, c’est dans la vie. Janine m’a dit : « Mais ça ne vous gêne pas les numéros qu’il y a sur les murs ? – Non, ça ne me gêne pas. » Ils sont là. Ils vont être coupés en deux, on va les voir, ne pas les voir, c’est comme ça. Il n’y a pas à déguiser le lieu. Moi, dans ma peinture je ne déguise pas, je donne les choses brutes comme elles sont. Je ne cherche pas à les atténuer ou à les arranger de telle manière qu’elles fassent plaisir au regard des gens. Je les fais telles qu’elles sortent. Ça plaît, ça ne plaît pas, tant pis. Voilà, c’est pour ça que moi, je suis vraiment très content d’exposer là.

Une question d’image

36Fer de lance de l’économie viticole languedocienne dans la première moitié du xxe siècle, la cave coopérative occupe, aujourd’hui encore, dans les Corbières, une place importante. Longtemps productrices de vins courants vendus en vrac à des négociants, les caves coopératives se sont, elles aussi, reconverties dans la qualité. Mais, autant il est facile, à propos des caves particulières, d’établir une relation entre le vin, le vigneron qui le fabrique et l’image qu’il entend en donner, autant cela apparaît beaucoup plus complexe dès qu’il s’agit des caves coopératives. Qui est-ce, ici, qui fait le vin ? Les viticulteurs qui cultivent la vigne mais ne participent pas toujours à la vinification ? L’équipe administrative et technique ? Et, symboliquement, à qui appartient-il ? Et que se passe-t-il lorsqu’une cave coopérative organise une exposition de peinture ?

37Le cas de la cave coopérative de Castel Rouge est un cas très particulier, mais tout à fait exemplaire des tensions qui accompagnent le double mouvement de conversion esthétique du vin. Castel Rouge est la seule coopérative de la région produisant des vins qui rivalisent avec les plus prestigieux crus des châteaux privés. Ce succès est dû à deux hommes, André B., directeur de la cave et œnologue passionné, et Simon M., viticulteur coopérateur et président non moins passionné.

38Habitant le village depuis plus de vingt ans, mais issu d’une grande famille paysanne du Lauragais céréalier, ce dernier est, dans le milieu des viticulteurs coopérateurs, une sorte d’étranger de l’intérieur. D’abord par ses origines géographiques – le peu de distance suffit ici à l’affaire -, ensuite par son origine sociale qui s’accompagne de goûts, de références culturelles et de comportements différents. Il n’a, par exemple, aucune affinité avec le monde de la chasse, et occupe une part de ses loisirs à peindre, tentant inlassablement de capter les lumières particulières et changeantes des ciels des Corbières. Pour lui, la similitude de démarche entre le travail de la vigne et le travail artistique ne fait aucun doute :

On prend une souche qui est morte, l’hiver. Il n’y a rien. On taille, et deux mois après, on commence à voir. Si c’est bien taillé, on va avoir des alignements, de beaux bouquets. Si c’est mal taillé, on va avoir des trucs partout. C’est pareil, ce sont deux actes très concrets. Une souche, on la taille selon sa sensibilité. Il y en a qui aiment tailler court, d’autres long, il y en a qui s’en foutent... [...] Moi, quand je vois le land art, mais moi, je fais du land art. Je fais les alignements de vigne, des courbes de niveau, je mets la vigne qui est verte, le piquet qui est marron, les petits bambous. [...] Soulages, quand il fait ses tableaux tout noirs, avec des raies, c’est des champs, des labours, des luzernes. Il est du Tarn, c’est sûr qu’il a vu les labours. Mais moi, je fais de l’éphémère. Parce que quand je fais un labour, je me dis « Buren n’a rien inventé », parce que j’ai une raie blanche et une raie noire. Et je regarde mon œuvre et je me dis : « Elle n’est que pour moi. » C’est pour ça que je peins les ciels, parce que les ciels... Il y a deux soirs c’était extraordinaire ! Je me crois dans un tableau de Turner.

39Ne croyons pas que Simon M. soit un doux rêveur ou un illuminé, il a bien, comme le veut son métier de paysan, les pieds sur terre. La réussite de sa politique, tant dans la mise en place de sévères et contraignants critères en ce qui concerne les façons culturales, que dans la recherche de nouveaux débouchés, le prouve largement. Et les adhérents de la coopérative l’ont bien compris. L’hectolitre de vin leur est, ici, payé très au-dessus de ce qu’il l’est dans les coopératives avoisinantes. Ils font donc, en gros, confiance à leur président.

40Sous son impulsion, la coopérative s’est lancée depuis une quinzaine d’années, en parallèle d’une production de crus très haut de gamme, dans une série d’activités novatrices en matière de communication. Chaque été, des expositions de peinture donnent lieu à la sortie de petites cuvées spéciales dont les étiquettes reproduisent un tableau. Dans ce domaine, Simon M. agit plutôt seul. Soutenu par le directeur et en parfait accord avec lui, il a pendant longtemps fait un peu ce qu’il voulait. Mais, en 1999, après de longues années d’indifférence, les viticulteurs, certainement sensibilisés par la généralisation du phénomène, ont voulu organiser l’exposition, en se fiant, pour le choix des artistes, à leurs propres goûts et critères. Pour Simon M., 1999 a été une année noire :

Ils m’ont imposé l’exposition ! Les viticulteurs. Qui, au départ, ne venaient jamais, me reprochaient que ça coûtait cher... Et puis, ça a mûri, et maintenant, il y a plein de gens du village qui veulent exposer. Alors j’ai été obligé de le faire. Mais j’ai passé une journée affreuse. D’ailleurs j’ai délisté tout le monde, tous mes copains. « Ah non ! j’ai dit, je ne leur montre pas ça. » Et cette année, j’ai dit « on arrête ». Parce que ce n’est plus des expos de qualité, c’est n’importe quoi. Et ça, je vais le faire comprendre. Il y a le côté peintre vigneron, sympa d’accord, mais ça ne suffit pas.

41Cet incident pose le problème de la relation des viticulteurs à un vin dont ils ne font que fournir, et encore en se référant aux instructions qu’on leur donne, la matière première. Les viticulteurs de Castel Rouge ne sont pas des vignerons, et les vins produits par la coopérative ne doivent rien à leur propre vision. Héritiers de l’ancienne culture viticole, le vin s’inscrit, pour eux, dans un système de valeurs essentiellement lié aux représentations traditionnelles du terroir. Lorsque Simon M. installe une exposition dans le caveau de vente, il le fait en accord avec l’idée que lui-même a du vin. Et l’on comprend que les viticulteurs ne s’intéressent guère à ces expositions qui, comme le nouveau vin, ne renvoient pas à leur propre culture. Dans l’ensemble, les viticulteurs sont restés, en matière d’art plastique, assez classiques, plus attirés et convaincus par la peinture réaliste que par les recherches de l’art moderne ou contemporain. En matière de vin, ils sont souvent aussi très traditionnels. Un bon vin est un vin que l’on boit avec plaisir, sans chercher à disséquer et à nommer ses arômes, et les subtilités du vin de Castel Rouge échappent à bon nombre d’entre eux.

42Ici, donc, tout se passe comme si les viticulteurs avaient été dépossédés de leur propre esthétique du vin. Mais il est important de remarquer que les choses ne sont pas figées et nettement séparées en deux blocs. Beaucoup de viticulteurs, encouragés et intrigués par le succès de la cave, semblent intéressés à en comprendre les raisons. De l’autre côté, ni Simon M. que nous avons déjà entendu vanter les qualités conviviales et le charme des « petits vins de tous les jours », ni André B. ne sont des inconditionnels de l’image un peu guindée et mondaine des grands vins. Œnologue talentueux, reconnu dans les plus prestigieux des guides des vins, André B. tient, cependant, à se démarquer du vocabulaire sophistiqué qui y règne. Jouant les naïfs, il commente ainsi un commentaire sur un de ses vins : « “Belle vibrance des arômes de petits fruits noirs.” Une vibrance des arômes, je ne sais pas si vous savez ce que c’est, la vibrance des arômes. »

  • 5 Il s’agit là, en effet, d’un motif récurrent dans toutes nos enquêtes. La référence à Bordeaux com (...)

43Au-delà du clivage entre nouvelle et ancienne image du vin, ce qui paraît le plus significatif, à Castel Rouge comme ailleurs, c’est que les gens soient toujours à la recherche d’un équilibre entre deux pôles opposés : d’un côté une référence obligée, à la fois révérencieuse et critique, à Bordeaux5, de l’autre une référence aux valeurs du terroir, moins comme symbole de la tradition que comme porteur d’avenir et seul garant, face notamment à la mode des vins de cépages, d’une authenticité retrouvée.

44Viticulteur et président d’une cave coopérative, Simon M. est, culturellement, plus proche des propriétaires de domaines, tels Montoulié ou Gazel, que des viticulteurs ou des autres présidents. L’ambiguïté de cette position rejaillit sur les activités de communication de la cave. Le dernier projet est, de ce point de vue, remarquable puisqu’il comporte deux volets, complémentaires certes mais très différents. Le premier, centré sur les notions de terroir et d’authenticité, prévoit de réaliser des cuvées personnalisées portant le nom de chaque viticulteur, et d’impliquer ceux-ci dans la commercialisation, en les chargeant d’expliquer aux visiteurs la spécificité de leur vin, mais, aussi, de raconter la vie au village. Le deuxième concerne l’extension de la cave et, pour imaginer un bâtiment « digne du troisième millénaire », Simon M. a fait appel à deux architectes réputés, largement ouverts aux audaces de l’architecture contemporaine.

Art et artisanat

45Sur un des prospectus de la cave de Castel Rouge, les vignerons sont présentés comme des « orfèvres du vin ». Qu’est-ce qu’un orfèvre ? Un artiste ou un artisan ? Les deux à la fois ? Nous avons jusqu’à présent longuement évoqué les similitudes entre création vinicole et création artistique. 11 est temps, maintenant de voir qu’il ne s’agit pas là d’une idée unanimement partagée.

46William et Alice, d’origine écossaise, ont une maison dans les Corbières depuis 1968. Jusqu’en 1987, ils y viennent chaque année, pour les vacances. Lui est anthropologue, elle peintre, et ils partagent leur temps entre l’Ecosse, l’Inde et les Corbières. En 1987, il abandonne l’anthropologie, et elle la peinture pour s’installer définitivement comme artisans vignerons : « On est artisans vignerons. On insiste là-dessus. On n’est pas viticulteurs. On fait tout, de A à Z, du raisin jusqu’à la mise en bouteille. Même l’étiquette, c’est Alice qui fait les étiquettes. Tout est “maison”. »

47Les premiers temps de leur installation, ils organisent régulièrement, dans leur cave, des expositions de peinture, « on a pas mal d’amis dans la région, souvent des gens de l’extérieur, et chaque été, on faisait une exposition, avec les peintures de chacun ». Mais, assez vite, ils vont abandonner cette démarche qui ne les satisfait pas, et, comme entre-temps, Alice s’est mise à la poterie, ils vont simplement exposer sa production. Aujourd’hui, William est très critique par rapport à la mode des expositions dans les caveaux. D’abord parce que, souvent, le manque de professionnalisme nuit à la mise en valeur des tableaux : « Pour exposer des peintures, il faut être sérieux quand même. Il y a des spécialistes pour ça, des galeries. L’éclairage, ce n’est pas un truc qu’on peut faire n’importe comment. »

48Ensuite, lorsqu’on lui parle d’une possible relation entre le vin et l’art, il manifeste une indignation outrée. Pour lui le vin est une production artisanale, scientifique, qui n’a rien à voir avec la création artistique. Ce refus véhément s’appuie sur les mêmes arguments utilisés, par d’autres, pour dire la similitude des créations artistique et vinicole : la soumission au temps et à la nature, le caractère sauvage des Corbières :

Je ne crée pas. Je travaille avec la nature. Et le climat, et le temps, et les terres qui sont plantées, des fois, depuis cent ans. Je n’y peux rien. Ça existe. Des fois, il faut que je lutte contre ! Mais ce n’est pas un petit maniement des éléments comme sur un tableau. Et puis ce qui me gêne, c’est ce tourisme un peu facile. Moi, ce que j’aimerais c’est que les touristes sachent comment c’est, et que ce n’est pas toujours beau. Les vendanges, des fois, le seau pèse une vingtaine de kilos parce qu’il y a trop de boue ! Et aussi, c’est un pays sauvage, les Corbières, c’est très sauvage ! Et pour faire du vin ici, il faut aimer la solitude, il faut aimer être dehors. Et des fois on en a marre. Mais on aime aussi. Mais ce n’est pas une création mystérieuse.

49L’association avec l’artisanat, ici la poterie, lui paraît plus appropriée, d’autant que, dans leur cas, il s’agit de quelque chose de « naturel » :

Nous, on n’a pas réfléchi, on n’a rien choisi. Elle, elle fait des poteries, et ensemble on fait du vin. Il n’y a pas de problème. C’est nous. Et c’est de l’artisanat. Moi, je crois qu’un caveau de vin c’est un caveau de vin. Alors, ici, on trouve quelques pots, des carafes à vin, des gobelets. Mais, des fois, vous rentrez dans un caveau : « Mais qu’est-ce que c’est ? C’est une galerie d’art ? » Nous, on gagne notre vie en tant que vignerons, et ici c’est une cave.

50Nouveaux vignerons, étrangers, intellectuels, amateurs d’art, on se serait attendu à voir William et Alice organiser des expositions de peinture. Et, effectivement, ils l’ont fait un temps, puis ont abandonné, pour des raisons essentiellement techniques, semble-t-il. Comment comprendre alors ce discours idéologique – le seul que nous ayons jamais entendu au cours de l’enquête – dénigrant toute relation entre vin et art ? Il semble qu’il y ait, là, un faisceau de raisons périphériques, parmi lesquelles le choix, affirmé et revendiqué, de se consacrer, après un parcours intellectuel et artistique, à une activité artisanale, et, surtout, le désir se démarquer de pratiques de marketing devenues quasi communes : « C’est un truc pour vendre le vin, ça. Je suppose, au point de vue du tourisme que c’est bien d’avoir une idée très mystérieuse de la vigne, du vin, de la vie du vigneron. Mais, moi, je ne suis pas trop pour ça. »

L’art sous toutes ses formes

51Marginale au premier abord, la position de William est intéressante parce qu’elle rejoint, nous allons le voir, un mouvement plus général. Même si elle n’est pas toujours directement controversée, la théorie d’une similitude structurelle entre vin et art est, dans les faits, souvent battue en brèche. Seul un petit nombre y adhère vraiment. La majorité, elle, se contente le plus souvent d’utiliser l’art comme un moyen, parmi d’autres, de mettre le vin en valeur, de décorer et d’animer le lieu de vente. Les expositions de peinture ont pris la place occupée, auparavant, par les collections de vieux outils. Et aujourd’hui, il semble qu’elles soient en passe d’être remplacées par de nouvelles activités :

Les expositions de peinture, au bout d’un moment ce n’est pas tellement original, ça ne draine plus tellement de monde, ça se fait un peu partout. Alors ce qu’on a commencé à faire, en 98, c’est une soirée lecture, avec une troupe de théâtre qui a lu des textes sur le vin. On ne va pas arrêter les expositions, mais on va en faire moins. Et ce qu’on aimerait faire, c’est aller plutôt dans le sens de manifestations vivantes, comme des lectures, du théâtre, de la musique.

52Joël N. est un jeune régisseur installé depuis quelques années au château de la Serre où il organise régulièrement des expositions. Mais, avant son arrivée, dès 1988, le domaine s’était déjà lancé, sous l’impulsion de l’ancien régisseur, personnage attachant et leader bien connu des luttes viticoles, dans ce genre d’animation : « La Serre a été un des premiers caveaux de dégustation de la région, et donc, il voulait entretenir cet accueil à la propriété et il a eu l’idée de monter une salle d’exposition pour des photographes, des peintres, des dessinateurs, des sculpteurs, des mosaïstes. »

53Au château de la Serre, aujourd’hui comme hier, le vin est un produit à deux dimensions, à penser, à la fois, en terme d’esthétique et de convivialité. Joël N. insiste là-dessus :

Ce n’est pas parce qu’on cherche à faire un très grand vin, qu’il faut s’enfermer dans quelque chose à la bordelaise, très froid, très luxueux, où ce qui est rare est très cher. On ne vous en donne pas beaucoup parce que c’est très cher. Il faut arrêter ce snobisme du vin comme le snobisme dans l’art où il faut jouer les connaisseurs. Comme il faut absolument, quand vous goûtez un vin, faire semblant de savoir. Alors que le vin, après tout, on aime ou on n’aime pas. Et surtout c’est des moments partagés. Et c’est ça qui peut sauver le vin. Vous ne pouvez pas donner envie aux jeunes de boire du vin si vous leur donnez l’image du buveur de vin pédant. Le vin fait partie de notre culture, de notre histoire, et c’est ce côté convivial qui le fera vivre longtemps.

54Joël N. est, lui-même, amateur de peinture, et regrette de ne pas pouvoir s’occuper mieux des expositions, faute de temps. S’il se lance aujourd’hui dans d’autres activités, c’est parce qu’il les trouve à la fois plus légères à organiser et plus directement conviviales. Mais, pour lui, l’art reste un élément privilégié de la relation au vin. Et le tournant pris en 1998 avec la soirée lecture marque simplement un agrandissement du champ.

55A Roquemaure la pluralité des animations est aussi remarquable, et ce d’autant plus que ce domaine a, dans la région, valeur d’emblème. Dans les années 1970, la propriété est à l’abandon, les bâtiments tombent en ruine et les vignes végètent. Son rachat par le comité d’entreprise d’une grande banque et sa remise en état, sous la conduite de Luc S., vont marquer le renouveau de la viticulture locale. Luc S. est, en effet, aujourd’hui reconnu comme un précurseur. A une époque où l’on privilégiait le rendement à l’hectare, lui se lance dans la plantation des terres les plus pauvres, « les gens disaient qu’il était fou parce qu’il plantait dans la garrigue, sur les cailloux ». Dans un temps où de plus en plus de viticulteurs abandonnaient la terre, il va servir d’exemple en démontrant qu’une politique de qualité peut inverser le cours des choses.

56Mais ce n’est pas là le seul pari réussi, car le domaine de Roquemaure est un C.A.T. sur lequel travaillent soixante handicapés :

Ici les handicapés plantent, récoltent, commercialisent et accueillent le public. C’est ce que nous appelons le travail global. On part du principe que, pour le travailleur handicapé comme pour une personne ordinaire, la réalisation de soi ne passe pas par un travail parcellaire et répétitif mais par une activité qui lui permet de se sentir partie prenante de l’entreprise.

57C’est aussi un restaurant gastronomique réputé, et la base administrative de la course Paris-Dakar qui, chaque année, démarre du château. C’est dire que le lieu est loin d’être banal, et que son projet correspond autant à une aventure économique qu’idéologique et esthétique. Il y a aussi des expositions de peinture, des concerts. « A Roquemaure, les parfums, les couleurs et les sons se répondent », telle est la devise baudelairienne inscrite sur les cartons de vernissage et d’invitation aux concerts. « Pour faire un grand vin il faut l’associer à une légende », disait Luc S. au début de l’entreprise. Aujourd’hui, ce sont surtout le Paris-Dakar et des randonnées en 4x4 à travers les Corbières sauvages qui tiennent lieu de légende. Sortant du strict domaine de l’art, le vin s’ouvre, ici, à toutes formes d’art de vivre, éthique de l’entreprise, cuisine raffinée, aventure sportive, beauté des paysages.

58Nous sommes encore dans le domaine de l’esthétique, mais quelque chose a changé. Il ne s’agit plus de dire que création vinicole et création artistique sont structurellement similaires, mais, tout simplement, d’appeler l’art – quel qu’il soit – à la rescousse du vin. Il s’agit, comme nous l’annoncions en introduction, de promouvoir, non plus une esthétique du vin mais une esthétique autour du vin.

L’art à la rescousse du vin

59Le château de Boutenac, ou Maison des vignerons des Corbières, n’est pas, à proprement parler, un château viticole puisque, siège du syndicat de l’A.O.C. Corbières, on n’y produit pas de vin. C’est, en revanche, un authentique château du xie siècle. Au niveau symbolique, c’est un lieu hybride, point de rencontre sémantique où, sous le vocable de château, se mêlent deux fictions esthétiques, celle d’une exploitation agricole et celle d’un monument historique. Le château de Boutenac est censé incarner la nouvelle image du vin et en être la vitrine emblématique, sorte de site virtuel placé sous le signe d’une esthétique ostentatoire. Belle grille de fer forgé à l’entrée, antiques bâtiments de pierre soigneusement restaurés, parc paysager, tout renvoie aux valeurs attachées aujourd’hui à la description des vins de qualité : authenticité, noblesse, tradition. La référence à Bordeaux plane ici, comme une ombre, mais comme une ombre seulement, dans la tentation de la restauration architecturale très académique, mais contrebalancée par des agencements plus fantaisistes, telle une immense table de pierre dressée dans le parc. Alors que l’on songe en la voyant à la célébration de quelque antique rite druidique ou religieux, l’on apprend que c’est une création récente, « juste comme ça, pour faire joli quand les gens se baladent ». Ce partage entre deux styles est explicitement énoncé dans la double appellation du lieu : Château de Boutenac et Maison des vignerons des Corbières. D’un côté, le terme château évoque l’idée de site prestigieux du passé, le monde des grands personnages de l’histoire, de l’autre, le mot maison suggère l’intimité de la vie quotidienne et la convivialité des vignerons d’aujourd’hui.

60L’idée des expositions de peinture est venue par hasard : « Au départ, c’est un peintre qui nous a demandé si on pouvait lui prêter une salle pour l’apéritif de son vernissage. » Écoutons Émilie, la responsable du caveau de vente :

On fait exposer les peintres gratuitement parce que c’est un service qu’ils nous rendent, ça nous fait venir du monde, ça permet d’avoir un cadre sympathique. J’essaie d’avoir des sujets différents et aussi des styles, des aquarelles, des peintures à l’huile. Par exemple, j’ai deux ou trois peintres qui font beaucoup de vues d’étangs, de Bages et de Gruissan, alors j’en prends un au mois d’avril et l’autre en septembre. Et entre-temps, je change du tout au tout.

61Les vins présentés au château de Boutenac sont le nec plus ultra de l’appellation Corbières. Chaque année, de novembre à juin, un jury se réunit tous les vendredis matin, pour déguster l’ensemble des vins du terroir afin de déterminer s’ils méritent ou nom la mention A.O.C. Et, à l’intérieur de l’appellation, un concours annuel récompense les meilleurs par l’octroi d’un C d’or. Seuls ces derniers sont vendus et présentés physiquement dans le caveau de vente.

62On pourrait croire que le château de Boutenac ressemble à Montoulié, au château de Foulque, à Gazel, à la cave de Castel Rouge puisqu’on y trouve des expositions de peinture et des vins de grande qualité. Mais il s’agit là d’une rencontre ponctuelle et anecdotique. Car, ici, la réflexion porte sur tout autre chose que les rapports du vin et de la création artistique. C’est maintenant Céline, chargée de communication, qui nous explique la stratégie du syndicat de l’A.O.C. Corbières :

On veut communiquer sur les vins, certes, mais on voudrait surtout faire comprendre aux gens que « Corbières » ce ne sont pas seulement des grands vins, mais aussi un concept. Un concept avec des hommes, des terroirs et des vins. Donc, il y a trois pôles, si l’on peut dire, dans cette communication.

63Depuis trois ans, cette communication s’appuie sur un outil original, émanation directe du syndicat : l’Association du tourisme vigneron en Corbières-Méditerranée. En février 2002 l’association comptait trois cents adhérents, des vignerons, des restaurateurs, des hôteliers, divers producteurs ou artisans, des communes et des collectivités locales, des gestionnaires de sites. Elle publie chaque année une brochure Voyages en Corbières, le guide du tourisme de terroir en Méditerranée. L’originalité de la démarche tient à ce que les topiques de la valorisation touristique sont, ici, pris en charge par des vignerons qui font passer la promotion du vin à travers celle de la région. La beauté des paysages, les traces, romaines, médiévales, cathares, qui parsèment le territoire, l’authenticité d’un monde rural ancien, la richesse des coutumes et des traditions populaires, la chaleur de l’accueil, invitent à la découverte d’une civilisation et au partage d’un art de vivre :

Pour vous faire apprécier ces moments rares que suscite la découverte de terroirs exceptionnels, quels meilleurs guides pouvions-nous choisir que les vignerons ? Sur les traces de ces amoureux des Corbières, vous vous lancerez dans des voyages mythiques, entre épopée cathare et vent du large, montagnes et garrigues, pour le plaisir des yeux et de votre palais ; goûtez avec eux l’âme des paysages, de l’histoire. Bref, goûtez à l’art de vivre méditerranéen (éditorial 2002).

  • 6 Max Savy est né en 1918, il vit et travaille à Lanet, dans les Hautes Corbières, depuis longtemps. (...)

64Dans ce contexte la peinture s’inscrit comme un instrument, parmi d’autres, de la mise en valeur du vin. C’est autour de ce principe que s’articulent de nombreuses expositions, décorations ou animations de caveaux, faisant appel, tantôt conjointement, tantôt successivement, à divers sujets. A Villerieu, le directeur de la cave coopérative, après avoir fait, durant trois ans, des expositions de peinture, envisage plutôt de continuer avec des expositions de photographies se rapportant à l’univers local de la vigne et du vin. La cave coopérative de Fontsec s’est lancée, depuis plusieurs années déjà, dans l’organisation de petites randonnées pédestres autour du village se terminant par une séance de dégustation. Ses responsables ont été tentés par des expositions de peinture, mais aujourd’hui cela leur semble trop galvaudé, « ou alors il faudrait faire, par exemple, une rétrospective Savy6, par exemple, avec des tableaux sur les Corbières ». A Saint-Régis un vigneron conduit les visiteurs de sa cave à la découverte des orchidées :

C’est un fou d’orchidées sauvages, il en connaît plusieurs gisements dans la garrigue, alors il parle aux gens des orchidées, il leur montre des diapos. 11 leur propose même de les emmener. Et dans le caveau, en plus, il a tout aménagé pour retracer l’histoire locale et la vie du village, à travers la chasse, la viticulture, des trucs comme ça. Il n’est pas très grand son caveau, mais la visite, avec lui, ça peut durer des heures.

65A Villegarric, Lucile et Jean exploitent depuis 1972 une propriété d’origine familiale. En 1989 ils entreprennent une totale reconversion et passent à la mise en bouteilles et à la vente directe au domaine. Ils aménagent, en même temps, dans leur maison un gîte et deux chambres d’hôtes. Très vite, la cave devient un lieu d’exposition, d’abord d’une collection personnelle trouvée dans les vignes :

Petit, je suis né sur des tessons d’amphores et de tuiles romaines. Alors j’ai ramassé comme ça beaucoup de fossiles, de silex, que je gardais précieusement dans des boîtes. Et, quand j’ai décidé de faire la vente directe, je me suis dit : « Il faut montrer aux gens la richesse du patrimoine. » Donc ça a commencé avec ça, et après, pourquoi pas de la gravure, de la sculpture, de la peinture ? C’est un cheminement tout à fait normal.

66Depuis 1996 la cave s’est en effet ouverte aux expositions d’art et les deux types d’objets cohabitent dans un intense foisonnement, auquel s’ajoutent encore des médailles agricoles soigneusement enfermées sous vitrine, une grande table où sont présentées diverses conserves, foie gras, confits, pâtés, olives, des eaux-de-vie, des carafes anciennes... A l’été 2000, trois artistes exposaient, un photographe, un peintre et un sculpteur. L’ambiance dominante était celle d’un intense fouillis donnant à voir toute la richesse patrimoniale du terroir : beauté des paysages peints ou photographiés par des artistes du cru, longue durée de l’occupation humaine sur le site, productions locales, diplômes certifiant la qualité des vins.

67A propos de la place de la peinture dans cette esthétique autour du vin, nous voudrions risquer une hypothèse. Un ultime exemple va nous en donner l’occasion. A Cantignères, la cave coopérative s’est dotée depuis quelques années, sous l’impulsion d’une association regroupant « des femmes de vignerons », d’un nouveau cellier de vente. Dès son ouverture des expositions de peinture y furent organisées :

On a eu envie de faire ces expositions, parce qu’il faut vous dire qu’il y avait beaucoup d’artistes installés à Cantignères. Il y en a encore. Il y a beaucoup de Hollandais, de Danois. Donc ça a été un petit peu les demandeurs. Ils avaient besoin d’une salle. Alors ça s’est fait comme ça, naturellement, mais pas par goût personnel, ni des unes ni des autres. Aucune de nous n’avait de goût particulier pour ça. Nous, on est des viticultrices. Et à la limite, moi je suis en train de me dire que, peut-être, je vais arrêter de recevoir des peintres, parce que ça devient un peu difficile. Et on fera d’autres expositions. On a eu fait des expositions de cartes postales anciennes. Le thème n’est pas toujours les artistes.

  • 7 Depuis quelques années c’est le village de pécheurs de Bages, au bord de l’étang, qui est devenu l (...)

68Ne faut-il pas se demander pourquoi et comment, aujourd’hui, c’est à l’art que l’on en appelle pour vendre le vin ? questionnions-nous en introduction. Ne serait-ce pas, tout simplement, parce que, en Corbières, les artistes font partie du terroir ? Depuis les années 1950, en effet, le littoral et l’arrière-pays ont été investis par une population de peintres séduits par la lumière, la sauvagerie et la variété des paysages de ce pays de pierres et de sable, de vent et de soleil, de garrigue et de mer, de vignes rabougries et de maquis impénétrables, de criques et d’étangs. Quelques-uns, comme Max Savy, ont atteint une renommée internationale, d’autres nationale, d’autres locale, d’autre point, mais là n’est pas l’important. Les Corbières sont une terre privilégiée des peintres7, la peinture a acquis, ici, valeur de tradition et est un élément incontournable de la découverte du terroir.

69Deux mouvements, distincts, mais convergents conduisent donc aujourd’hui, en Corbières, les rencontres du vin et de l’art. Le premier est essentiellement dû à des nouveaux vignerons, amateurs d’art autant que de vin, le second correspond à une politique de promotion des vins. L’on peut dire que tous deux se fondent sur une esthétique du terroir, mais que seul le premier reconnaît de véritables qualités esthétiques au vin. La différence des pratiques s’organise autour de la notion ambiguë de terroir, concept renvoyant, tantôt, à un terroir viticole au sens strict, tantôt, à celui plus large de petite région au sens culturel. Et, de l’un à l’autre, chacun, ici, peut jouer à construire, à sa façon, sa propre esthétique du vin.

Bibliographie

Références bibliographiques

Albert, J.-P. 1989. « La nouvelle culture du vin », Terrain, 13, p. 117-124.

Amiel, Ch. 1985. Les fruits de la vigne, représentations de l’environnement naturel en Languedoc, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

– 1989. « Traverses d’un pèlerinage. Les jeunes, le vin et les morts », Terrain, 13, p. 15-28.

Nahoum-Grappe, V. 1989. « Boire un coup... », Terrain, 13, p. 72-80.

– 1991. La culture de l’ivresse. Essai de phénoménologie historique, Paris, Quai Voltaire.

Notes

1 Boisson des dieux dans l’Antiquité grecque et romaine, sang du Christ dans la communion eucharistique, liqueur enivrante, instrument de toutes les médiations, le vin est depuis toujours perçu comme une matière noble, différente des produits ordinaires de l’agriculture. On trouvera dans le numéro 13 de Terrain, « Boire », quelques exemples de ses usages sociaux (Albert 1989 : 117-124 ; Amiel 1989 : 15-28 ; Nahoum-Grappe 1989 : 72-80). Sur la spécificité des façons de concevoir la plante et l’espace vigne, Amiel 1985. A propos de l’ivresse, Nahoum-Grappe 1991.

2 Il ne s’agit pas, bien sûr, de rendre compte, ici, de façon exhaustive de l’ensemble des cas que nous avons rencontrés et étudiés au cours de nos enquêtes. Pour des raisons évidentes, de place mais aussi de clarté de l’analyse, nous avons choisi de nous en tenir à ceux qui nous ont paru à la fois les plus exemplaires et les plus aptes à illustrer la variété des figures.

3 C’est nous qui soulignons les termes relevant directement de la notion d’esthétique.

4 Outre le placement d’investisseur, tel qu’il se pratique souvent autour des plus vieux crus des grands vignobles, ces bouteilles, qu’il convient de garder intactes, évoquent une ancienne coutume, celle des vins soigneusement réservés à la naissance des enfants pour les accompagner tout au long de leur vie cérémonielle. Les bouteilles numérotées du Château Gazel conjoignent donc un ensemble de pratiques relevant de domaine aussi différents que ceux du marketing, du mécénat, de la collection d’objets, du marché de l’art, de la symbolique traditionnelle et populaire du vin.

5 Il s’agit là, en effet, d’un motif récurrent dans toutes nos enquêtes. La référence à Bordeaux comme exemple à dépasser est constante et s’organise essentiellement autour de trois points : les nouveaux viticulteurs reconnaissent souvent qu’ils sont venus dans les Corbières parce que les prix des propriétés étaient beaucoup plus abordables qu’à Bordeaux, ils critiquent le côté froid, luxueux et snob du monde vinicole bordelais, ils insistent sur le fait qu’à Bordeaux, la qualité optimale ayant été atteinte, il n’y a plus rien à inventer, alors qu’en Corbières tout est encore à créer.

6 Max Savy est né en 1918, il vit et travaille à Lanet, dans les Hautes Corbières, depuis longtemps. Il expose régulièrement en France, en Belgique, en Suisse, aux États-Unis...

7 Depuis quelques années c’est le village de pécheurs de Bages, au bord de l’étang, qui est devenu le lieu « officiel » des peintres. Créée en 1991. à l’initiative d’un groupe d’artistes, une galerie. L’étangd’art, installée dans une ancienne cave à vin, propose toute l’année, des expositions de peintures et de sculptures, cependant que le village lui-même est devenu le lieu d’habitation et de travail de très nombreux peintres qui exposent dans leurs propres ateliers. La transformation d’un ancien chai viticole en lieu d’exposition d’art contemporain se retrouve également en d’autres endroits, notamment au Hameau du Lac, près de Sigean, où, sous une apparence délibérément minimaliste, la restauration s’est attachée à restituer l’ampleur et les proportions de l’architecture intérieure sans gommer la fonctionnalité première du bâtiment. Certains de ses équipements ont été ainsi maintenus et valorisés en tant que nouveaux éléments esthétiques aptes à servir d’écrin aux œuvres d’art.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable