Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sang et la chair

 | 
Noélie Vialles

Chapitre 5. Hommes et bêtes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’outil hiérarchisant

Vide, au repos, un hall d’abattage ressemble à n’importe quelle autre usine ou atelier. Les égoutiers ont entassé dans des containers les déchets solides. L’eau a chassé toute trace et purifié l’air. Les carreaux de céramique à mi-hauteur des murs et le sol de ciment luisent du dernier rinçage. Les machines et accessoires divers témoignent mal du travail maintenant terminé, si l’on ne sait pas déjà quel il était. Il faudra nommer tous ces objets pour troubler le calme.

C’est que l’outil le plus immédiatement signifiant est rangé après le travail. Le premier geste des hommes en quittant le hall est en effet pour déboucler la ceinture qui porte la coutelière (« boutique », ou « gaine ») et le fusil à aiguiser, véritables insignes du métier, nettoyés et serrés dans les vestiaires dès le travail fini. L’outil caractéristique, constamment employé, toujours à portée de main, disparaît donc en même temps que les hommes. Disparaissent également tous les outils à main, te...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540