Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sang et la chair

 | 
Noélie Vialles

Chapitre 1. Non-lieu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

De la confusion à la dissociation

Dès la première édition de son Dictionnaire de la langue française, Littré donne de l’abattoir la définition que reproduiront sans changement toutes les éditions ultérieures (de 1878 à 1961). La voici, in extenso :

Lieu destiné à l’abattage des animaux, tels que bœufs, veaux, moutons, etc. qui servent à la nourriture de l’homme. Les abattoirs sont placés hors des murs d’enceinte des villes.

L’abattoir est donc défini par une activité et une localisation. Le mot lui-même est récent : il apparaît en 1806 (Bloch et Wartburg, 1932), en même temps que la réorganisation napoléonienne, très importante, de l’abattage et de la boucherie.

Auparavant, les bouchers abattaient les animaux en pleine ville, parfois tout près de l’étal où les viandes étaient débitées. Pendant tout le Moyen-Age, et jusqu’au xviiie siècle, la Grande Boucherie de Paris prospère dans le quartier de Saint-Jacques-la-Boucherie, l’actuel quartier du Châtelet et des Halles, tout près du marché...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540