Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire à soi

 | 
Alban Bensa
, 
Daniel Fabre

III. De l’histoire au patrimoine

La honte, la coopérative viticole languedocienne et les patrimoines locaux

Richard Lauraire

Texte intégral

  • 1 A l’exception des plus anciens bien sûr.
  • 2 Il est même probable que les jugements autorisés contemporains qui organisent ces classements « es (...)

1Dans la plus grande partie de ses villages, le Languedoc se caractérise aujourd’hui encore par la présence d’un type de bâti que les responsables régionaux des services culturels de l’Inventaire qualifient souvent comme étant « sans caractère1 » : les coopérative viticoles. Si leur architecture tranche avec les établissements identiques que l’on trouve en Provence ou en Alsace, leurs partis pris esthétiques ne sont pas sans rapport avec les représentations collectives qui ont marqué leurs époques2 de construction.

La part honteuse des communautés viticoles : la coopérative

2En effet, si avant et après la Première Guerre mondiale, les images collectives opposent les coopératives viticoles aux édifices cultuels, qui partagent avec celles-ci un caractère monumental, dans une sorte d’affrontement emblématique enthousiaste, dans les années 1930 à 1950, le succès productiviste et industriel de la coopérative se retourne en quelque sorte contre elle.

3L’arrivée d’une seconde génération de coopératives, conformes aux dispositions proposées par Édouard Barthes pour réguler progressivement les marchés, consacre la transformation définitive de ces institutions ; ainsi, nombre de viticulteurs, qui jusqu’alors avaient observé sans y prendre part ces regroupements souvent guidés par une idéologie, commencent alors à adhérer aux projets coopératifs de telle manière que les non-adhérents deviennent progressivement minoritaires dans les villages languedociens.

4Les coopérateurs font dès lors construire des équipements adaptés à leurs nouveaux besoins. Ces innovations consacrent bien sûr leur réussite dans l’adoption des méthodes industrielles, mais elles ont aussi une contrepartie symbolique qui va émerger graduellement.

  • 3 Voir les analyses rétrospectives de la datar (Gizard 1995).

5Désormais vouées à une production quantitative qui les condamne à devenir ce que les économistes3 vont appeler ultérieurement des « usines à vin », les coopératives commencent à être associées à une image honteuse. Pendant longtemps, on qualifiera de « vin ordinaire » ce vin de consommation courante, destiné jusqu’aux années 1960 à la population ouvrière ou militaire. Dans cette évolution des représentations, il ne fait aucun doute qu’a joué le principe des « apports partiels » de vendanges à la cave commune, propre à une grande part des coopératives languedociennes.

6En effet, quelquefois pendant plusieurs dizaines d’années et jusqu’au milieu des années 1970, ce règlement, en opposition avec les conceptions collectivistes de la coopérative viticole d’apport total (que l’on trouve en Alsace par exemple), a souvent incité les viticulteurs à apporter à la coopérative la plus mauvaise part de leur vendange.

7Cette pratique, continuellement dénoncée mais prolongée par une sorte d’accord tacite entre viticulteurs, n’a pas été sans rapprocher la cave coopérative de l’image d’un lieu où l’on apporte ses restes : assimilation facile que le terme funéraire de « caveau » appelle presque spontanément. Curieusement, au milieu des années 1970, le fossoyeur de la commune de Broussan est connu comme l’un des plus familiers de cette pratique, allant jusqu’à en abuser, comme le signale un responsable de la coopérative de cette époque. Si la pratique des apports partiels par les adhérents de Broussan s’éteint progressivement avec la diminution du nombre de coopérateurs qui disposaient de ce droit, quelques coopératives voisines la maintiennent encore quelque temps.

8Il faut aussi souligner la fragilité de ce vin, sa difficile conservation. A la différence des « vins de garde », c’est un vin que l’on ne pouvait faire vieillir, sans mémoire donc, et susceptible d’être détérioré par le transport. Si la production viticole de ce « gros rouge » tant dénoncée est sans aucun doute issue de l’espace local languedocien, quelle identité celui-ci a-t-il réellement pu revendiquer à travers elle ? Comment les producteurs ont-ils pu penser leur identité collective dans le rapport à cet encombrant « marqueur culturel » ? On comprend rétrospectivement que le statut de coopérative, trop lié à l’idée de production quantitative et de qualité anonyme, ait pu être vécu honteusement.

9Rémy Pech (Sagnes, Pech & Pech 1997) cite les tentatives audoises et héraultaises destinées à effacer ce terme du fronton des bâtiments en s’en tenant au seul terme de caveau ou de cave, de même que la disparition soudaine du mot sur les étiquettes des bouteilles, au profit d’initiales plus discrètes : scp (traduire : société coopérative de production). Dans l’Hérault, la nouvelle coopérative intercommunale qui installe son siège à Broussan, restructurant le groupement de producteurs, prolonge cette ellipse et choisit elle-même de se baptiser « Les Vignerons du pays broussanais ».

10Ce volontarisme dans la réduction du stigmate dénote la force avec laquelle cette identité a pu être refoulée. D’autres indices singuliers mais forts vont dans le sens de la dévalorisation du statut de l’ancienne coopérative : en particulier le fait que, ces dernières années, les fils des anciens administrateurs de coopératives ont très souvent, au moment de reprendre l’exploitation, tourné le dos à la forme coopérative, lui préférant le statut de « cave particulière » et condamnant par là même le choix de la génération de leurs pères.

11Du reste, il est devenu assez banal de constater qu’au sein des conseils d’administration « il y a eu un trou dans la succession des générations d’administrateurs qui date des années 1960-1970, les vieux administrateurs ont donc continué à diriger ».

La quête identitaire

12Il est certain que les viticulteurs d’aujourd’hui connaissent très mal les racines historiques de la coopération, les circonstances morales et idéologiques de sa fondation. De même, les collections patrimoniales liées à la culture viticole sont très rares – à l’exception de celles qui sont propres à quelques caves particulières privées ou à des collectionneurs extérieurs au milieu coopératif – et l’on peut se demander si les difficultés soulevées par leur constitution, dans le Biterrois en particulier, n’ont pas partie liée avec ce phénomène.

13Dans l’Hérault, à Broussan par exemple, on peut déchiffrer le symptôme de victimisation dans l’empressement d’une association locale et de quelques élus locaux à voir la belle façade de la coopérative inscrite à l’inventaire des Monuments historiques. Cette protection tellement souhaitée n’est pas à interpréter seulement comme une simple attention esthétique à un bâtiment de caractère, mais comme la quête de reconnaissance du rôle historique de la profession. L’un des responsables techniques de la cave envisagera même de « la faire repeindre, pour la rendre plus propre », afin d’accueillir les congressistes de la coopération viticole venus tout près tenir leur réunion annuelle. Le « ravalement de façade » relève davantage d’un projet de réhabilitation goffmanienne du métier local que d’une retouche matérielle !

  • 4 Dans un programme qui prévoit alors la réduction par trois du nombre de coopératives agricoles jus (...)

14Dans le même sens, la régularité des mouvement sociaux qui ont longtemps agité la population viticole du Languedoc peut être analysée – au-delà des arguments recevables qui insistent sur le rôle pas toujours très cohérent d’un État régulateur de marchés (pac) ou sur une situation primitive de « lutte de classes » (Lem 1991) – comme la quête d’une identité collective que l’on ne pouvait alors, faute de mieux, conquérir que dans l’affrontement. Loin de tourner la page avec le passé, les plans d’arrachage que coordonnait depuis quelques années l’Onivins, en application des directives européennes4, n’ont pas été sans prolonger, chez certains, cette affliction collective, dans un effet de « déjà-vu » favorable à l’éclosion d’un processus de victimisation.

  • 5 Le chercheur américain identifie l’origine de ce comportement dans la culture scolaire et la récep (...)

15Cette hypothèse n’est pas contradictoire avec les interprétations de Jesse R. Pitts (1981), sur « la communauté délinquante » française. Elle y ajoute une singularité locale. On se souvient en effet que ce chercheur américain concluait ses travaux en notant l’ambivalence de notre culture qui favoriserait les valeurs d’attachement à la règle en même temps que le goût de la rébellion contre ceux qui exercent l’autorité : oscillation entre la passion de l’État et la passion contre le gouvernement5. Cette interprétation en terme de délinquance, loin d’être une qualification « pénale », pose le problème de l’existence de formes de communications entre acteurs locaux et nationaux qui passent par des modalités culturelles assez complexes, de nature stratégique, mais aussi fondées sur des injonctions paradoxales : comment traiter avec un pouvoir (de régulation) qui ne réagit qu’à sa contestation  ? Charles Tilly (1986) lui-même a tendance à considérer que le système français est plus enclin que d’autres démocraties à des manifestations collectives débouchant souvent sur une violence qui reste contenue et qui ne remet pas en danger les cadres symboliques et administratifs de la société.

  • 6 Ainsi, au dernier congrès d’Agde, une motion de la coopération demandait qu’il y ait, dans la réfo (...)

16On retrouve précisément cette position contradictoire au sein du mouvement viticole languedocien : des attentes forte vis-à-vis de l’État providence (qui ont récemment nourri le refus électoral du traité de Maastricht par le Sud viticole), reprises à chaque congrès annuel de la Confédération nationale des coopérateurs viticoles6, en même temps que la contestation continue de la puissance publique et la critique permanente au sujet de ses capacités régulatrices des marchés ; à quoi il faut ajouter, pour les viticulteurs méridionaux, une touche très méditerranéenne de dérision et de moquerie qui a emprunté quelquefois aux figures carnavalesques, comme dans les manifestations biterroises des années 1958 et 1959.

  • 7 Il faut noter que la culture viticole n’est pas, pour les forces de l’ordre, une réalité totalemen (...)

17Il faut donc peut-être d’abord considérer la coopérative des années 1950 et 1960 comme un appareil revendicatif, organisé en réseau, disposant ainsi d’une grande facilité de mobilisation collective régionale. Les Languedociens ont toujours fait preuve, vis-à-vis des atteintes à l’ordre public7, d’une indulgence qui ne s’explique que par la seule conscience de la situation étrange des coopératives : organisées en réseau très dense, elles finissent par impliquer, d’une manière ou d’une autre, la plupart des familles locales. De la même manière, dans le dispositif de défense de la viticulture languedocienne, les notables locaux – traditionnellement socialistes et ruraux – ont largement repris à leur compte ces comportements collectifs. Jouant sur le registre de la victimisation, rappelant le sacrifice historique des régions du Midi de la part du pouvoir central, ils font ainsi écho à un passé de résistance lointain : celui de la période cathare, constitutif du modèle protestataire de l’homme d’Oc (voir Marti 1975).

18L’affrontement violent de Montredon, entre les viticulteurs du Languedoc et les Compagnies républicaines de sécurité, en 1976, qui se traduira par la mort d’un commandant de compagnie et d’un viticulteur, marque une rupture. Même si l’image reste audacieuse, il s’est peut-être réalisé alors, dans ce double événement sacrificiel de « l’opération Bacchus », que la 26e Compagnie républicaine de sécurité de Toulouse considère comme l’un des moments forts de son histoire locale, une forme de « régénération symbolique » (Bloch 1993) de la société viticole ; et une manière pour cette dernière d’en finir avec le passé !

19Ce n’est pas un hasard si aujourd’hui, au sein du mouvement coopératif viticole du Midi, on voit affleurer progressivement la question de l’histoire locale. Ces organisations professionnelles tentent de devenir de véritables entreprises qui rationalisent leur fonctionnement, améliorent la qualité de leurs produits et assurent la communication/promotion de leurs activités. Les travaux de recherche les plus récents (en particulier Motais 1996) montrent du reste que les caves les plus dynamiques, ouvertes à l’innovation, ont tendance à dissuader leurs adhérents d’arracher, comme pour préserver l’identité vigneronne et la prolonger dans le renouveau agricole. On peut interpréter en ces termes le projet de mise en valeur de l’histoire locale qui émerge à Broussan et qui est le plus consistant du secteur agricole languedocien.

20Mais comment traiter de son histoire professionnelle quand celle-ci se trouve encombrée par une période honteuse, ou du moins passée sous silence, comme un temps sans qualité, dont le contraste se trouve encore conforté par les réussites œnologiques obtenues aujourd’hui avec les vins de terroir du Languedoc ? Cette simultanéité d’une honte collective qui devient aujourd’hui pensable, dicible, et d’une restructuration des identités locales liées à la viticulture à travers leurs patrimoines n’est pas si paradoxale ; car c’est bien la conscience retrouvée de l’identité qui permet d’aborder ce sentiment de honte, d’en parler et de le dépasser (Tisseron 1998).

La production républicaine du patrimoine local : les « vignerons libres » de Broussan

  • 8 Voir l’article de Élie Cathala dans la revue Le Mouvement socialiste (Cathala 1904), ou Michel Aug (...)

21Le traitement de l’historiographie à Broussan, village où naît, au début du xxe siècle, le système coopératif viticole français – décrit alors de diverses manières par les fondateurs8 ou les intellectuels de l’époque qui contribuent à objectiver le modèle « socialiste » de Broussan –, s’offre rétrospectivement comme le produit des usages de l’histoire, par des acteurs locaux ou nationaux. On peut même mettre en perspective ces initiatives et les conjonctures qui donnent un sens à leur émergence.

  • 9 Ces encouragements de l’État, vis-à-vis du corps enseignant, ne sont alors pas toujours nécessaire (...)

22Et d’abord du côté de l’Éducation nationale. L’inspection d’académie de l’Hérault, par une instruction du 30 septembre 1920, relative au plan d’études des écoles normales, a engagé9 les jeunes professeurs à rechercher « les documents d’histoire locale ou régionale qui, mieux que les ouvrages généraux, feront comprendre aux élèves les caractères de certaines périodes ». Cette mission est assumée par un ouvrage, L’Hérault géographique et historique, publié en 1928, composé d’un choix de « lectures » effectué par un instituteur de Servian et un professeur de lycée de Montpellier. Faute de textes proprement littéraires, ce document, qui s’offre comme un modèle de pédagogie à l’usage des instituteurs, présente un article journalistique intitulé : « Au pays des coopératives de vinification ».

  • 10 Voir L’Hérault géographique et historique 1926 : 71.

23Son auteur, Alban Husson de La Dépêche du Midi, y définit les coopératives par l’utilisation de procédés de vinification qui les rangent, du coup, dans le monde industriel. Cette littérature régionale témoigne entre deux guerres de l’image glorieuse de ces édifices que l’on compare alors, emportés dans l’évocation du productivisme agricole, à des « dreagnought aux armures d’acier10 ».

  • 11 Broussan, créé six ans plus tôt et qui dispose alors d’une faible capacité de vinification, n’est (...)

24Le texte ne fait d’ailleurs que mentionner les capacités d’accueil de ces organisations nouvelles, qui sont ainsi hiérarchisées : Marsillargues se distingue comme la plus volumineuse, et Siran11 la plus ancienne. La forme coopérative apparaît en conclusion comme le moyen, pour des individus qui n’auraient jamais pu y arriver seuls, d’accéder à la propriété individuelle et à un statut social de quelque importance ! On voit bien le caractère résolument réaliste de ce document qui ne se livre plus – comme une littérature languedocienne pastorale légèrement plus ancienne – à l’évocation poétique d’un paysan vigneron en harmonie avec la nature environnante, mais souligne, sur un ton franchement républicain, les capacités d’ascension sociale permises par la nouvelle organisation. Bien sûr, le texte s’intègre dans une succession d’extraits qui illustrent aussi d’autres perspectives, vidaliennes en particulier, puisqu’il s’agit ici de retrouver l’histoire de la « petite patrie », et de l’aimer pour mieux servir la grande (Thiesse 1996 : 7).

25L’expérience coopérative de la commune de Broussan sera abordée pour elle-même dans un ouvrage publié en 1931 : Lectures régionales du Languedoc-Roussillon. Cette anthologie de textes littéraires est là encore composée par deux hommes de l’enseignement : un inspecteur d’enseignement primaire, Émile Joucla, qui a déjà travaillé à la publication d’un ouvrage semblable sur l’Auvergne, et un directeur d’école, François Baqué, manifestement originaire du Languedoc. Ici le manuel opte pour un classement chronologique (mois par mois) et thématique de textes ; l’un d’eux, intitulé « Les vignerons libres », est signé par Albert Thomas qui connaîtra une destinée remarquable au Bureau international du travail (voir Schaper 1960).

26On y retrace le moment fondateur de l’association et du projet coopératif, mais présenté cette fois non plus sous le signe du socialisme collectiviste – comme dans les textes du militant local Élie Cathala par exemple –, mais comme le modèle d’un comportement entrepreneurial qui utilise ses propres réseaux de connaissances pour organiser un projet collectif.

27Il y est donc question d’une rationalité et d’une aventure où le sujet confirme sa confiance en lui-même et en ses capacités à agir sur l’histoire en conciliant les intérêts collectifs et privés. Dans le projet coopératif qui s’identifie « aux temps nouveaux de la République », la construction de la cave restaure pour le coup un deuxième temps fondateur qui se donne à lire comme l’aboutissement du pouvoir d’association promu par la Nation et dont témoigne, pour Albert Thomas, l’enseigne inscrite au fronton de la coopérative : « Travail ! Solidarité ! Cave coopérative ! Tous pour chacun ! chacun pour tous ! »

28Ce type de récit est écrit avant l’émergence des dispositions d’Édouard Barthes qui favorisent la régulation du marché viticole et encouragent la généralisation du système coopératif et sa large productivité viticole. Il est donc marqué par le caractère exceptionnel de l’expérience conduite à Broussan et n’a pas encore à rendre compte de la représentation du vin sans qualité du Languedoc, vin qui de son côté subit progressivement un effet de déclassement dans la taxinomie des goûts collectifs.

La littérature grise de l’historiographie

29Il faudra attendre les années 1950 pour que plusieurs textes historiographiques commencent à être écrits par des érudits locaux. Leur succession dans le temps finit par produire une sédimentation qui révèle des emprunts respectifs – du reste systématiquement passés sous silence – soit entre érudits eux-mêmes, soit vis-à-vis d’historiens savants. Ces érudits locaux tirent en effet de leur autochtonie la certitude de leur légitimité à faire l’historiographie de leur commune, ignorant au besoin les historiens savants, ou empruntant sans le signaler une part de leurs travaux ; ils appartiennent donc, en quelque sorte, davantage à un lieu qu’à une discipline ! Il faut ainsi probablement combattre le « bourdieusisme » spontané qui, à cet égard, « aligne » les érudits locaux sur les historiens savants dans la volonté de maîtrise du champ social de la science historique (Gierl 1998).

30Cette production issue d’érudits appartenant au corps enseignant, quand ce n’est pas au groupe des viticulteurs eux-mêmes, consacrera un genre historiographique, largement nourri par les textes anciens d’Augé-Laribé, qui fait la part belle, sans toutefois s’y réduire, à la fondation du mouvement social local. Ces cahiers manuscrits ne seront cependant pas publiés et, à une exception près – remarquable du reste –, garderont le statut de littérature grise. Cette discrétion générale ne peut être réduite à de seules explications psychologiques. Le refus opposé par ses collègues à Jean, qui en 1960 propose au conseil d’administration de sa cave la publication d’un texte sur l’histoire de la coopérative, n’est jamais que le refus d’une profession qui ne trouve littéralement pas grand-chose d’estimable dans son histoire et au-delà, dans la représentation qu’elle a d’elle-même.

Oublier la coopérative ?

31La seule monographie (Varaldi-Balaman 1981) publiée le sera à compte d’auteur. Elle concerne finalement peu la coopération viticole et participe plutôt d’une véritable « stratégie d’enracinement » (Bensa 1992) de son auteur, un propriétaire viticole de retour au pays après avoir longtemps pratiqué l’absentéisme agricole et dont les ancêtres n’étaient pas précisément favorables à la philosophie du système coopératif. Cet homme décide alors de participer au pouvoir local, et devient conseiller municipal. On n’est pas si éloigné du cas que signale Alban Bensa (1992 : 127-128) en montrant comment les « chefs » kanaks du centre de la Grande Terre diffusent une interprétation de l’histoire locale qui « relativise leur qualité d’immigré » au profit d’une version où ils apparaissent comme des horticulteurs, dont l’enracinement devient moins contestable face aux « maîtres de la terre », autorité concurrente menaçant de contester leur légitimité.

32La singularité de cette historiographie réside dans la place que l’auteur attribue à une période de cent cinquante ans qui, dès 1626, a vu naître et fonctionner la « république broussanaise » contre le seigneur local. Et l’on constate au fil des pages que l’ancêtre Balamand, consul de cette nouvelle république, a eu une descendance qui s’est illustrée dans la gestion locale : si le texte fait allusion, en trois pages au dernier chapitre, à la naissance de la coopérative, il se présente d’abord comme une hagiographie du xviie et du xviiie siècle, époque triomphante de la république des consuls et d’une bourgeoisie locale émergente ayant goûté au pouvoir local. Ce livre apparaît donc comme le prolongement d’une étude généalogique que l’auteur a réalisée sur sa propre famille et qui accompagne un processus de notabilisation.

La coopérative, le commerce et l’historiographie

33Ce n’est pas un hasard si la première manifestation d’un intérêt patrimonial ne se produit chez les coopérateurs qu’en 1995, date à laquelle des objets et des photos anciennes de la cave historique sont dérobés ; reconnaissance issue d’un regard étranger bien singulier – celui du voleur – qui vient conforter l’émergence interne d’une nouvelle image de la coopérative et des « vins de pays » du Languedoc. La coopérative locale et la fédération départementale organisent alors une exposition, assez modeste du reste, mais qui témoigne enfin d’une certaine reconnaissance de son histoire professionnelle.

34Réalisé par un commercial de la coopérative conseillé par un expert du patrimoine local, le projet se propose d’accroître la singularité de l’image de cette coopérative et de ses vins, pour séduire une clientèle touristique de passage. Utiliser l’histoire du métier comme moteur de développement commercial d’une entreprise n’est pas si original. Mais le paradoxe vient ici du fait que cette stratégie marketing met en valeur la naissance et l’installation d’un système coopératif qui consacrait précisément le refus idéologique du négoce et des marchés. En conséquence, l’exposition favorisera la mise en valeur de documents iconographiques anciens et minorera le fondement idéologique et politique de cette historiographie pour n’en retenir que sa réalité solidariste et ses aventures entrepreneuriales.

  • 12 Ce statut historique particulier a dû rompre avec nombre de travaux qui tentaient de mettre en évi (...)

35Comme si elle avait suscité de nouvelles attentes, cette initiative est suivie quelques mois plus tard par un projet éditorial, soutenu par la collectivité départementale, et porté non par un érudit local mais par un nouveau résident, sociologue de formation qui, à cette fin, réunit un groupe de travail. Plus que d’une tentative de recherche individuelle, il s’agit d’une forme d’intervention destinée à réunir les efforts locaux en exploitant l’écrit historiographique le plus récent, amendé des préconisations du groupe nourri par la littérature grise évoquée, et cela dans l’indifférence la plus grande aux travaux des historiens savants. La commune constitue pourtant depuis quelques années une sorte de « modèle » pour les historiens professionnels de ce genre particulier que l’on nomme l’histoire sociale ou que l’on qualifie, dans sa forme plus engagée, d’« histoire du socialisme ». Du reste nombre de travaux, ceux de Madeleine Rebérioux (1975), de Rémy Pech (1975), ou de Geneviève Gavigneau-Fontaine (1983), ont montré l’intérêt historique du champ de la coopération viticole. Mais c’est Jean Sagnes en particulier (1980) qui a donné à Broussan une reconnaissance académique et qui en a fait un « objet historique ». Tous ces travaux scientifiques ont contribué à ce que cet exemple incarne une sorte d’exception sectorielle, puisqu’il promeut au rang de mouvement social l’initiative d’une population agricole connue12 pour sa traditionnelle apathie politique et militante.

Une histoire « bonne à penser »

  • 13 Madeleine Rebérioux adressera à ces producteurs d’histoire locale un jugement qui précise l’orient (...)

36La publication qui émane du collectif broussanais, sans totalement se focaliser sur les dix premières années du xxe siècle, lui fait la plus large place. On y retrouve le contexte viticole originel du xixe siècle où régnaient en maître le muscat et quatre familles aristocratiques, la crise du phylloxéra et les nouvelles opportunités de placements qui amènent le morcellement progressif des propriétés locales. Dans ce contexte qui favorise l’émergence des petits propriétaires viticoles, le militant socialiste Élie Cathala réussit à créer le mouvement collectif viticole, déjà bien préparé par l’existence de diverses organisations populaires : syndicat révolutionnaire, Bourse du travail, groupement d’achats et caisse de crédit mutuel, qui fournissent au mouvement ses ressources idéologiques, matérielles et financières. Un même groupe d’individus fondateurs, réunis sous la direction de Maurice Blayac, va assurer la gestion de la cave coopérative pendant quarante ans. Cette coopérative, qui se limite au début à la commercialisation, a « des principes de fonctionnement socialiste »13 que l’ouvrage liste :

  • vente directe du producteur au consommateur ;
  • prix annuel fixé à l’avance et constant ;
  • refus du libéralisme économique et de la concurrence ;
  • collectivisation des bénéfices entre producteurs et consommateurs ;
  • démocratie économique : 1 homme = 1 voix ;
  • qualité du vin naturel surveillée par un conseil de surveillance.

37Le récit se poursuit par la mise en place, avec la Fédération coopérative socialiste de Paris, d’un réseau de vente important comprenant plusieurs dizaines de dépôts en France. Le milieu coopératif devient la cible « commerciale » prioritaire des « Vignerons libres » de Broussan. La venue de Jaurès en 1905 pour l’inauguration de la nouvelle cave consacre sa reconnaissance comme « modèle de solidarité ». La figure historique du grand démocrate est désormais coextensive à la grandeur de la coopérative.

38Mais les variations des cours du vin et les surproductions conjoncturelles créent des conflits que seule la solidarité des coopérateurs permet de réduire. Le succès commercial de Broussan est tel qu’il va susciter des émules, en dépit de l’indiscipline de certaines coopératives qui créent une concurrence déloyale. Ces conflits pousseront Broussan à organiser un redéploiement commercial vers la province et de nouvelles clientèles.

39Ce dynamisme commercial se prolongera après la Grande Guerre et la cave de Broussan se modernisera progressivement : installation d’une distillerie, accroissement de la capacité de stockage ; autant d’innovations qui nous conduisent, à grandes étapes, d’abord en 1993, avec la création du « groupement de producteurs » réunissant huit caves, puis en 1995, avec celle des « Vignerons du pays broussanais  » qui renforce l’intégration de ces caves et le développement de leur fonction commerciale. Cette nouvelle organisation entrepreneuriale est mise en regard du dynamisme du début du xxe siècle et présentée, en fin de texte, comme une forme d’achèvement : circularité généreuse, fréquente dans la valorisation patrimoniale, au croisement de la figure du progrès et de celle du cycle de « l’éternel retour ».

40Cette histoire est « bonne à penser », car elle met entre parenthèses la période honteuse de la viticulture coopérative languedocienne. L’historiographie broussanaise, largement focalisée sur la période primitive et vertueuse de la fondation de la cave commune, crée par là même les conditions de sa promotion comme modèle d’action contemporaine et donne l’exemple d’une « communauté scrupuleuse » (Pitts 1981 : 299, note).

La compulsion historiographique

  • 14 Voir La coopération demain... 1997.

41Cette version historiographique fut rapidement concurrencée quelques mois plus tard, à Broussan même, par de nouveaux discours qu’un colloque réunissant élus, viticulteurs, économistes et historiens donna l’occasion de faire surgir14. Si l’événement consacrait de fait Broussan comme un lieu emblématique, il offrait surtout l’occasion d’analyser la naissance de la coopération viticole et ses évolutions à la lueur d’interprétations différentes et contradictoires. Quatre figures en émergent distinctement :

  • la coopération viticole naît pour la première fois à Broussan avec un fondateur local ;
  • la coopération n’est que l’actualisation de valeurs éternelles ;
  • la coopération viticole locale prend sa source dans des initiatives historiques d’ordre politique ou pratique qui ont une dimension nationale ;
  • la coopération viticole et ouvrière n’est que la transfiguration de formes d’organisation et de compétences issues du Moyen Âge ou antérieures à la révolution industrielle.

42Ces approches sont bien sûr en adéquation avec les territoires ou les registres sur lesquels leurs producteurs s’autorisent à discourir : local pour l’édile municipal, idéologique pour l’élu cantonal, spéculatif pour les universitaires, stratégique enfin pour le responsable viticole départemental.

43La quatrième et dernière optique présente une certaine originalité. Construite sur de véritables rationalisations idéologiques, s’inscrivant dans un registre historiographique, elle vise d’abord à revenir sur l’image de la coopérative viticole héraultaise.

Au niveau historique, contrairement à ce que l’on croit, la coopération n’est pas née en 1901 à Broussan mais au xiie siècle, il y avait des gens qui étaient organisés plus ou moins en système coopératif autour des fromages de gruyère, donc c’est pas d’aujourd’hui ! C’est en 1867 qu’on a commencé à essayer de mettre en place un « statut du système coopératif » et que cela a échoué au fil des ans, pour arriver jusqu’à ce dont nous sommes encore très fortement inspirés ; c’est-à-dire à 1972, date qui a permis d’obtenir l’organigramme du système coopératif (discours du président de la Fédération départementale des coopérateurs viticoles de l’Hérault).

44Cette tentative immédiate de réinvention des origines de la coopération qui est renvoyée à une époque prérévolutionnaire se pose en réalité contre une lecture idéologique et syndicaliste du mouvement coopératif.

On a une tendance assez traditionnelle, en France et même dans l’Europe, de considérer que la coopération est issue d’une « aventure politique politicienne » qui veut régler ses comptes avec le capitalisme – un anticapitalisme primaire rouge ; on nous présente souvent avec une image tout à fait désuète (id.).

  • 15 Cette législation internationale a permis de réaménager selon les besoins les principes traditionn (...)

45La quête volontaire d’un référent communautariste avec l’exemple des « fruitières du Jura », le choix des innovations réglementaires de la Troisième République et l’accent mis sur le traité de Rome15 produisent une esquisse historiographique largement en retrait par rapport à l’histoire « sociale » de la coopération viticole.

  • 16 Opposée à tous ces registres, la Fédération régionale des « caves particulières » préfère se défin (...)

46Mais plus encore, l’interprétation de l’histoire de la coopération viticole s’ancre ici dans un rapport renouvelé au territoire et à la terre, où le coopérateur est avant tout un producteur agricole, un paysan rivé à son terroir, contre l’image du commerçant que pourrait y voir le Trésor Public ou celle du prolétaire hanté par les mouvements sociaux. Ce qui reste singulier dans cette rhétorique, c’est le soin mis à fuir les époques d’émergence des mouvements ouvriers pour retrouver, dans un au-delà de l’époque préindustrielle, des référents paysans16 renvoyant à une gestion des rapport sociaux qui présenterait la caractéristique d’être communautaire sans être sociale.

L’intercommunalité, la coopération et le patrimoine

47Si, pour des raisons économiques évidentes, le regroupement ou la fusion des caves sont à l’ordre du jour dans le département de l’Hérault, ce mouvement a été lancé sans retard par Broussan et les communes alentour qui ont fusionné leurs coopératives au sein d’un groupement de producteurs, puis d’une coopérative à sections territoriales : « Les Vignerons du pays broussanais ». Du coup, la question des stratégies de communication de la nouvelle organisation est devenue plus complexe : comment inventer de nouvelles formes de promotion de la coopérative qui ne soient pas contradictoires avec la tendance spontanée des villages à privilégier leur propre espace d’appartenance et qui favorisent au contraire une image collective supra-communale ?

  • 17 La Marseillaise du 21 septembre 1997.

48Le défi n’était pas passé inaperçu et la presse locale, jamais avare de « comparaison historique », avait déjà inscrit la création de la nouvelle organisation dans la continuité du schème bien connu du regroupement : celui du solidarisme que les premiers coopérateurs avaient inauguré en 1901, comme celui des paysans qui s’étaient groupés dès le vie siècle avant J.-C. autour de l’oppidum d’Ensérune ! Le soin pris17 à ne pas s’en tenir à un seul exemple témoignait déjà en creux de la difficulté à traiter d’un territoire aussi large sans en désavantager une partie.

49Depuis, la nouvelle coopérative intercommunale, sans renoncer à l’historiographie précédente, développe une stratégie de communication réorganisée vers le patrimoine naturel. Cette démarche se double désormais de nouvelles pratiques d’aménagement de l’espace, en particulier des friches et des talus.

Il y avait sur cette zone deux nids de pies-grièches rarissimes, on a eu des conflits avec l’association écologique Pégase qui voulait les protéger... on les a rencontrés et ils nous ont persuadés.
Désormais on travaille avec cette association avec des mesures agroenvironnementales pour maintenir le biotope. Les viticulteurs de la zone ont montré qu’ils étaient capables de travailler en bordure de leur parcelle, en plus de leur métier de base, d’y créer des prairies, car pour que les pies-grièches se développent il faut qu’il y ait une mosaïque de paysages, d’où le logo de la coopérative ; il faut qu’elles puissent chasser et se poser, qu’elles puissent repérer les proies à partir de perchoirs. Il y a un cahier des charges maintenant que les propriétaires doivent suivre avec des options différentes (entretien avec le directeur de la coopérative).

50Le souci écologique des coopérateurs du pays broussanais ne s’est pas limité à cette aire des basses plaines de l’Aude – il s’est depuis étendu vers le nord – et sa généralisation progressive au « pays » traduit la volonté des dirigeants de trouver une référence commune à l’ensemble des caves du groupe, qui identifie sa politique de communication et ses promotions publicitaires. Ce comportement est aussi présenté comme la conséquence logique d’« une lutte raisonnée  » qui a renoncé aux traitements « tout chimiques » des parcelles.

  • 18 La consultation du site Internet de la Fédération des vignerons coopérateurs, qui permet d’obtenir (...)

51Cette stratégie est donnée en modèle aux autres coopératives de l’Hérault par la fédération départementale car elle consiste non seulement en l’invention d’une appartenance, mais aussi en une attitude plus générale vis-à-vis du traitement des friches issues de l’arrachage et de la pollution symbolique que ces dernières représentent pour la profession viticole. Au fond, on trouve dans le souci paysager des coopérateurs du Pays broussanais la forme la plus achevée de négation de la déprise et le traitement manifeste de la souillure symbolique (Douglas 1971 : 24) qu’elle représente pour la profession. Il y a probablement encore, dans cette rigueur hygiéniste, la tentation d’éradiquer tout stigmate qui serait, là encore, comme la marque de la vieille honte historique. Du coup, la figure du vigneron-jardinier des coopérateurs du pays broussanais rejoint les refondations historiographiques des responsables fédéraux départementaux qui rejettent18 toutes références aux représentations prolétariennes et syndicales de la coopération viticole du département. Ces représentations ont des effets manifestes sur la communication publicitaire.

  • 19 Les deux patrimoines historiques et naturels y sont traités comme des décors et leur réunion n’a d (...)

52Désormais, deux plaquettes sont offertes à la clientèle des Vignerons du pays Broussanais. L’une, appelée « Une mosaïque de saveurs », agrège promotion de l’environnement local et communication des ancrages historiques du pays. Elle fait fortement référence aux « Vignerons libres », symbolisant la solidarité professionnelle, le souci continu d’obtenir un vin naturel et le dynamisme commercial. Ce document vise la clientèle nationale et locale de la coopérative, « les clients de passage ». L’autre, sous le titre « vingt-cinq siècles d’histoire », met l’accent sur le souci de préservation de l’environnement et des espèces avicoles rares, signale les sites historiques et naturels de la zone – l’oppidum d’Ensérune, l’étang de Montady, l’abbaye romane de Foncaude, les étangs de Vendres et de Capestang, le canal du Midi et la collégiale de Capestang. Les lieux cités témoignent d’une évidente préoccupation esthétique et renvoient à l’histoire médiévale ou naturelle19 du pays, dans une volonté explicite de ne pas mentionner les événements plus contemporains. Ce document s’adresse aux gros clients des marchés internationaux et au marché américain en particulier.

  • 20 Rapports qui du reste peuvent être intégrés dans des créations théâtrales ou faire l’objet d’un rô (...)

53Plus que la singularité de ces divers rapports à l’historiographie20 et aux patrimoines, ce qui reste énigmatique dans l’exemple de cette coopération viticole languedocienne longtemps réduite au silence, c’est leur multiplicité compulsive récente, leur insistance mouvante, contradictoire. Comme si la gestion des patrimoines n’était jamais qu’une manière de signifier les lieux, d’en épuiser toutes les formes de différenciations, au moment où la mondialisation des marchés viticoles dilue l’espace local pour n’en retenir que les pôles d’excellence proclamés, qui peuvent accéder à la division internationale des marchés. De même, on ne peut tout à fait ignorer, dans cette effervescence, l’émergence des compétences intercommunales qui suscitent à leur tour des formes particulières et supracommunales de patrimonialisation, visant la mise en place de nouvelles appartenances ; tout cela au moment où les flux touristiques eux-mêmes sont supposés ne pas se satisfaire du patrimoine exalté par les autochtones et appellent des médiateurs extérieurs ou professionnels. Les politiques ne sont bien sûr pas étrangers à ce mouvement et le renforcement de leur intérêt pour les patrimoines ruraux, organisateurs de légitimité politique territoriale, est, malgré la décentralisation et en particulier dans la viticulture, à la mesure de la conscience de l’éloignement du pouvoir de décision.

  • 21 Les négociants, rivaux séculaires de la coopération et par définition non enracinés, commencent à (...)

54Faire de l’espace avec du temps et du paysage, et cela sous divers registres opératoires, là est peut-être le seul sens de cette frénésie patrimoniale21.

Bibliographie

Bibliographie

Augé-Laribé, M. 1907. « Les coopératives paysannes et socialistes », Revue Musée social, Mémoires et documents, n° 8, p. 65.

Baron, P. 1903. Les sociétés coopératives de viticulteurs, Paris, Levé.

Bensa, A. 1992. « Terre kanak : enjeu politique d’hier et d’aujourd’hui. Esquisse d’un modèle comparatif », Études rurales, n° 127-128, p. 107-131.

Bérard, L. & Ph. Marchenay, 1995. « Lieux, temps et preuves : la construction sociale des produits de terroir », Terrain, n° 24, p. 153-164.

Berget, A. 1902. La coopération dans la viticulture européenne, Lille, Devos.

Bloch, M. 1993. « La mort et la conception de la personne », Terrain, n° 20 : « La mort », p. 18.

Boulet, D. 1972. « Les coopératives et leur environnement socio-économique : le cas des coopératives vinicoles en Languedoc », Revue des études coopératives, p. 21-39.

Castelnau, E. 1902. Des associations de vente de vin dans le Midi de la France, coopératives et trusts, Paris, Éd. Rousseau.

Cathala, É. 1904. « Un village coopératif : les Vignerons libres (Hérault) », Le Mouvement socialiste, p. 282.

Chaudron, M. 1987. « La constitution des itinéraires sociaux dans la fratrie d’origine », in M. Chauvière (dir.), Histoires de vies, histoires de familles, trajectoires sociales, Annales de Vaucresson, n° 26 -1, p. 63.

Cholvy, G. (dir.). 1991. Le Languedoc et le Roussillon. Civilisations populaires régionales, Paris, Horvath.

Curnier, J.-P. & H.-P. Jeudy. 1990. « Patrimoine et développement culturel », in H.-P. Jeudy (dir.), Patrimoines en folie, Paris, ministère de la Culture/Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

David, M. 1993. Les fondements du social, Paris, Anthropos.

Desanti, D. 1970. Les socialiste de l’utopie, Paris, Payot.

Douglas, M. 1971. De la souillure, Paris, Maspero.

Gavignaud Fontaine, G. 1983. Propriétaires viticulteurs en Roussillon, 2 t., Paris, Publications de la Sorbonne.

Gierl, M. 1998. « De la croyance religieuse à la croyance scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 123, p. 86.

Gilbert, Y. 1989. Le Languedoc et ses images : entre terroir et territoire, Paris, L’Harmattan.

Gizard, X. 1995. La Méditerranée inquiète, La Tour-d’Aigues, Éd. de l’Aube.

L’Hérault géographique et historique. 1926. Montpellier, Librairie Cavaillès et Montels.

Jamous, R. « Mensonge, violence et silence dans le monde méditerranéen », Terrain, n° 12.

La coopération demain. Dialogue entre l’histoire et le temps présent. Actes du colloque de Broussan. 1997. Conseil général de l’Aude/odac.

Lem, W. 1991. « Classe et région : identité sociale chez les petits viticulteurs de l’Hérault », Ethnologie française, vol. I, n° 1, p. 13-27.

Marti, C. 1975. L’homme d’Oc, Paris, Stock.

Martin, J.-Cl. & Ch. Suaud. 1992. « Le Puy du fou. L’interminable réinvention du paysan vendéen », Actes de la Recherche en sciences sociales, n° 93, juin, p. 21-38.

Motais, M. 1996. « La terre et le Cep : identités professionnelles et identités locales des viticulteurs de l’Hérault », rapport pour le conseil général de l’Hérault.

Pech, R. 1975. « Entreprise viticole et capitalisme en Languedoc : du phylloxéra aux crises de mévente », publication de l’université de Toulouse-le Mirail, série A, tome 27.

Pech, R. & J. Sagnes. 1998. La révolte de 1907, Aix-en-Provence, Edisud.

Pitts, J.-R. 1981. « Les Français et l’autorité : la vision d’un américain », in J.-D. Reynaud & Y. Grafmeyer (dir.), Français, qui êtes vous ?, Paris, La Documentation française, p. 285-300.

Rebérioux, M. 1975. La république radicale ? (1898-1914), Paris, Le Seuil.

– 1994. Jean Jaurès. La parole et l’acte, Paris, Découverte Gallimard.

– 1999. Le communisme, Toulouse, Milan.

Revue de l’économie méridionale, 1996. N° 176, vol. 44-4 : « La révolution tranquille de la viticulture languedocienne ».

Sagnes, J. 1980. Le mouvement ouvrier en Languedoc, Toulouse, Privat.

– 1988. Jean Jaurès et le Languedoc viticole, Montpellier, Presses du Languedoc/Maxchaleil.

Sagnes, J., M. Pech & R. Pech. 1997. 1907 en Languedoc et en Roussillon, Lunel Viel, Espace sud.

– 1993. La viticulture Française aux xixe et xxe siècles, Montpellier, Presses du Languedoc.

Schaper, B.W. 1960. Albert Thomas, trente ans de réformisme social, Paris, Presses universitaires de France.

Thiesse, A.-M. 1996. Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, ministère de la Culture/Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

Tilly, Ch. 1986. La France conteste : de 1600 à nos jours, Paris, Fayard.

Tisseron, S. 1998. Du bon usage de la honte, Paris, Ramsay.

Todorov, T. 1995. « La mémoire devant l’Histoire », Terrain, n° 25, p. 101-112.

Varaldi-Balaman, P. 1981. Un village occitan : deux mille ans d’histoire, Béziers, Presses de la S.A./Imprimerie du Sud.

Zévi, A. & J.-L. Monzon. 1995. Coopératives, marchés, principes coopératifs, Bruxelles, ciriec/De Boeck Université.

Notes

1 A l’exception des plus anciens bien sûr.

2 Il est même probable que les jugements autorisés contemporains qui organisent ces classements « esthétiques » sont loin d’être étrangers à la genèse des représentations de l’activité économique proprement dite.

3 Voir les analyses rétrospectives de la datar (Gizard 1995).

4 Dans un programme qui prévoit alors la réduction par trois du nombre de coopératives agricoles jusqu’à l’an 2000, et le choix de cépages de qualité. Il a été arrêté en 1996 lorsque l’on a pris conscience que les insuffisances de la production communautaire imposaient des importations de vin d’Argentine.

5 Le chercheur américain identifie l’origine de ce comportement dans la culture scolaire et la réception de la pédagogie (le chahut) qui caractérise le lycée français des années antérieures à 1968.

6 Ainsi, au dernier congrès d’Agde, une motion de la coopération demandait qu’il y ait, dans la réforme de l’ocm viticole, « la responsabilisation des États à partir d’une référence nationale de marché liée à des débouchés solvables »...

7 Il faut noter que la culture viticole n’est pas, pour les forces de l’ordre, une réalité totalement extérieure ; les Compagnies républicaines de sécurité du ministère de l’Intérieur créées après la Deuxième Guerre mondiale sont constituées d’individus qui, dans le Midi, sont souvent eux-mêmes issus du milieu agricole, fils exclus par le système de transmission de la terre viticole et contraints de réduire la révolte de frères dont ils partagent les valeurs. Ce n’est pas un hasard si, après quelques expériences malheureuses dans le Midi, le fonctionnement des Compagnies républicaines de sécurité n’est plus régionalisé et privilégie les interventions plus lointaines.

8 Voir l’article de Élie Cathala dans la revue Le Mouvement socialiste (Cathala 1904), ou Michel Augé-Laribé dans le journal militant Pages libres en 1903, ainsi que dans le journal Action socialiste et action paysanne en 1905 et la célèbre revue Le Musée social (Augé-Laribé 1907). Ce dernier contribua à faire connaître l’expérience languedocienne aux élites nationales.

9 Ces encouragements de l’État, vis-à-vis du corps enseignant, ne sont alors pas toujours nécessaires ; il faut noter la présence active des sociétés d’enseignement populaire en particulier dans l’Hérault qui, dès la fin du xixe siècle, s’activent fortement dans le Biterrois en prodiguant conférences, lectures, visites de musées et diffusion d’ouvrages, et qui mobilisent des groupes d’enseignants très majoritairement laïques, sinon anticléricaux et républicains.

10 Voir L’Hérault géographique et historique 1926 : 71.

11 Broussan, créé six ans plus tôt et qui dispose alors d’une faible capacité de vinification, n’est donc pas cité ; il s’agit d’une coopérative de vente.

12 Ce statut historique particulier a dû rompre avec nombre de travaux qui tentaient de mettre en évidence l’individualisme paysan ou la résistance à l’innovation des milieux agricoles ; on se souvient encore des travaux sociologiques d’Alain Touraine qui ne sont pas si anciens (1959) sur « les ouvriers d’origine agricole » dans leur difficile adoption de « la conscience ouvrière ».

13 Madeleine Rebérioux adressera à ces producteurs d’histoire locale un jugement qui précise l’orientation idéologique de cette publication, en écrivant : « Bien évidemment, vos sources ne se placent pas dans une perspective socialiste. »

14 Voir La coopération demain... 1997.

15 Cette législation internationale a permis de réaménager selon les besoins les principes traditionnels de la coopération et notamment le principe « 1 homme = 1 voix » ; elle module l’exclusivisme, et revalorise les parts sociales (voir Zévi & Monzon 1995).

16 Opposée à tous ces registres, la Fédération régionale des « caves particulières » préfère se définir dans un rapport plus étroit à l’élitisme sociologique. Son président, Bertrand du Tremblay, qui préface le Guide régional des caves particulières (édité par la Région et la Fédération des caves particulières), ne répugne pas à justifier son titre évocateur : Domaines, caves et châteaux vignerons du Languedoc-Roussillon, par la remarque selon laquelle sont signalés les véritables précurseurs des vins du IIIe millénaire, renouant avec l’image que les bordeaux ont depuis longtemps acquise, associant leurs vins aux Domaines châtelains.

17 La Marseillaise du 21 septembre 1997.

18 La consultation du site Internet de la Fédération des vignerons coopérateurs, qui permet d’obtenir des informations sur diverses coopératives de l’Hérault et leurs produits, signale par une brève chronologie la spécificité de ces producteurs ; il est singulier de constater la grande place faite aux racines romanes ou prérévolutionnaires des terroirs viticoles ; Molière, le prieuré de Cassan, la vicomté d’Aumelas du xiie siècle... forment autant de choix publicitaires qui veulent associer l’espace à la durée et à des figures héroïques prérévolutionnaires ou préindustrielles.

19 Les deux patrimoines historiques et naturels y sont traités comme des décors et leur réunion n’a d’autre prétexte que de rendre possible l’éventuelle vérification des conditions de sécurité alimentaire (la « traçabilité ») jusqu’au domaine de la zone géographique de production.

20 Rapports qui du reste peuvent être intégrés dans des créations théâtrales ou faire l’objet d’un rôle particulier dans le rite de passage aménagé par la profession coopérative pour les nouvelles générations.

21 Les négociants, rivaux séculaires de la coopération et par définition non enracinés, commencent à se porter acquéreurs de domaines pour associer les produits rachetés à une référence territoriale.

Auteur

Richard Lauraire, ODAC, Montpellier.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540