Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire à soi

 | 
Alban Bensa
, 
Daniel Fabre

III. De l’histoire au patrimoine

Ce qui reste de la mine dans la région stéphanoise. La mine faite objet, la mine faite sujet*

Michel Peroni

Texte intégral

  • * Si ce texte, comme l’on dit, n’engage que son auteur, celui-ci est pour sa part redevable aux memb (...)
  • 1 A l’instar de la personne, le lieu accepte deux régimes d’identification : soit un régime d’équiva (...)
  • 2 Sur la distinction entre « entité relative » et « entité absolue », ainsi que sur la notion d’« ab (...)

1Qu’est-ce donc que la « localité » ? C’est bien sûr la qualité de ce qui est local ; mais c’est aussi, par substantialisation, le lieu lui-même. Aussi « localiser » consiste-t-il à donner le nom d’un lieu ; son nom propre1. En faisant de « localité », si ce n’est un terme absolu, détaché de la moindre relation (que ce soit à un certain « global  », ou à telle qualité dont ce serait un mode de manifestation), du moins un « absolu dérelativisé », le langage exprime et entretient l’idée d’une substantialité attachée au lieu2 ; celle-là même qu’opère à son tour la notion d’« histoire locale ». Dans cette notion en effet, si le caractère « local » constitue la modalité permettant d’isoler un domaine distinct dans l’ensemble des pratiques historiennes, il n’en réfère pas moins, pour cela même, à un « local » entendu comme réalité déjà constituée. Soit telle localité : en voici l’histoire ! « Histoire locale » : ce peut être au contraire l’énoncé d’une question sous-jacente, que la catégorie donne pour résolue, dont elle passe pour être la résolution même, dans ce couplage par où le « local » devient simplement une modalité de l’« histoire », et qui vient interposer une nouvelle entité. Cette question, sous-jacente au lieu précis de son occultation, c’est celle de l’articulation entre historicité et localité, celle de leur codétermination réciproque. C’est cette question que l’on tentera d’appréhender ici, à partir de trois lignes directrices. La première : se détourner, sur le plan empirique, des pratiques sociales et des mondes sociaux indexés à la catégorie d’« histoire locale » et privilégier donc, plutôt que l’écriture de l’histoire pratiquée en cercle restreint, l’exposition publique des objets dits « patrimoniaux ». La deuxième : saisir, en sociologue, cette question comme une question pratique et considérer donc la codétermination réciproque de l’historicité et de la localité comme ce qu’accomplit pratiquement toute activité située dite de « patrimonialisation ». La troisième : prendre un terrain caractérisé par la mise en vis-à-vis pratique de spécifications différenciées de la localité. Ce sont ces lignes directrices qui nous ont conduit à interroger les restes de l’activité minière dans la région stéphanoise, eu égard à cette double caractéristique qui est la leur : être en contact avec ce qui est sous-jacent et être objet d’histoire. Nous attendons en somme que l’analyse des pratiques par lesquelles est mis en forme un rapport historicisé à ces restes nous permette d’« approfondir » la question de la substantialité du lieu.

  • 3 Au sens de spécification d’une période. « Période » peut s’entendre en un sens historique mais aus (...)

2Il y a maintenant vingt-cinq ans – une génération –, les Charbonnages de France annoncent publiquement, avec la fermeture du dernier puits encore en activité, la fin de l’exploitation du bassin houiller de la Loire. « C’est la fin d’une époque », a-t-on pu dire, sans savoir encore que c’était aussi le début d’une autre – celle de l’exploitation culturelle d’un passé minier à transformer en histoire commune ; sans remarquer non plus que le charbon, alors même qu’il était encore extrait, était déjà lui-même le reste d’une tout autre époque, précisément dite carbonifère3. C’est aux conditions, aux modalités, proprement locales, de cette réactivation de la mine – comme ce qui a eu lieu ici, comme histoire d’avant – mais aussi de la prise en compte de cette permanence du charbon – comme ce qui est le lieu ici, comme avant l’histoire – qu’est consacré ce texte.

Le temps des restes

3A travers cette rupture historique, c’est en effet la « mêmeté » du lieu qui apparaît : hier (longtemps) avec, désormais (pour longtemps et peut-être à jamais) sans la mine. C’est ici, où il n’y a dorénavant plus de puits en marche, plus de mineurs au travail, qu’autrefois il y avait la mine. Bien sûr, et même si, à la différence d’autres régions simplement minières, la mine a de tout temps dû se faire ici une place dans un ensemble complexe qui conjuguait d’autres réalités industrielles et urbaines, l’exploitation du charbon n’en a pas moins peu à peu façonné, structuré, configuré, un territoire qui lui subsiste, y compris dans le morcellement de ses actuels usages : espaces encore désaffectés, zones entières reconverties (en zones industrielles, en golf...), périmètres non constructibles... Mais n’est-ce pas bien plus profondément son substrat minéral qui assure la permanence du lieu ?

4La fermeture des puits : une parenthèse qui se referme comme elle avait été ouverte ; qui clôt cette séquence historique rendue précisément possible par la présence considérable du charbon. La fermeture des puits ne renvoie pas seulement à la fin d’une période historique du territoire (celle durant laquelle il a été un bassin minier), elle pointe cette identité géologique du lieu, où, « à l’échelle des temps géologiques », du charbon s’est fabriqué dans les cuvettes hercyniennes devenues, des millions d’années plus tard, les filons de l’exploitation minière. Le soubassement houiller représente cet autre, immémorial, du territoire de surface ; il est le socle sur lequel s’est développée l’activité humaine, celle qui donne une histoire au lieu, qui le fait entrer dans l’histoire, dans le temps historique. En fermant la mine et en abandonnant désormais le fond au seul travail des forces physiques et chimiques, la décision des Houillères renoue avec la temporalité a-historique, pour ainsi dire « naturelle », du lieu : être une terre charbonnière. Le lieu minier fait signe, dès lors qu’il devient une matière à histoire, vers cet autre invisible, le fond ; vers cette présence du charbon qui marque le lieu d’une identité non historique et qui tout à la fois est la condition de l’histoire, comme avènement situé.

  • 4 Cette combinatoire de l’histoire et du naturel ancrée dans le local en tant qu’il est minier trouv (...)

5Le charbon : sous-jacent avant que ne débute l’histoire de la mine, sous-jacent après qu’elle a pris fin. Car, comme chacun le sait, du charbon, il en reste au fond ; il en reste, à jamais. Ce charbon qui est un reste de l’histoire de l’exploitation est désormais soustrait à l’historicité. Le charbon qui subsiste ne renvoie pas seulement au temps historique de son exploitation, mais aussi au temps préhistorique de sa formation ; il est alors à la charnière entre patrimoine historique (son exploitation révolue) et naturel (sa présence permanente). L’identité houillère du lieu n’est pas supprimée par les plaques de béton qui sont posées sur les ouvertures des puits, par l’écroulement volontaire des galeries pour les rendre inaccessibles. Au contraire, avec le scellement des puits, c’est cette identité géologique du territoire qui est scellée par les Houillères, mise sous scellés, devenue intouchable. Voici à jamais scellée l’identité géologique d’un lieu : la région stéphanoise et son stéphanien4. Simplement, cette identité substantielle est là comme en réserve. Devenue par elle-même proprement insignifiante, la présence sous-jacente d’un charbon inaccessible est comme en attente de quelque réactivation par de nouveaux usages sociaux. S’il est vrai que le patrimoine est un défi au temps et que la mise hors du temps est son absolu, le substrat minier demeuré en réserve est la réalisation aporétique de cet absolu : il n’établit la permanence du lieu, gagée en nature, que dès l’instant où il est soustrait à l’activité des hommes, à leur commerce, à leurs échanges et devient matière insignifiante.

6C’est à d’autres restes que l’on s’intéresse ici, ceux qui sont en surface et qui sont pris encore dans l’activité des hommes ; à savoir ce qu’il reste du régime de visibilité publique de l’activité minière. Restes littéraux, restes anéantis ou métamorphosés par la conversion de l’emprise matérielle de la mine sur le territoire, œuvre des Houillères mêmes, des « collectivités locales », voire de propriétaires privés. Fermer un bassin, en effet, ce n’est pas seulement arrêter les puits et les reboucher, mettre à la retraite les mineurs, juguler les conflits de résistance à la fermeture ; il s’agit aussi de faire quelque chose de ce qui désormais constitue les restes de l’exploitation de la mine. En étant désarrimé de la logique de l’exploitation, qui lui donnait justification et raison d’être, tout ce que la mine avait fait des lieux qu’elle avait investis peut désormais disparaître, le territoire fini étant affecté à d’autres usages ; ou encore rester en déshérence... à moins d’être promu au rang de trace, de vestige, de butte témoin d’un passé qui devient histoire.

7Dans le laps de temps qui nous sépare de l’exploitation et pendant lequel le territoire a été réinvesti, et déjà du temps même de l’exploitation, les énergies se sont redéployées. A l’annonce de la fermeture, en effet, l’activité minière n’était plus qu’un résidu, déjà un vestige ; et depuis lors, les plans de reconversion ont encore systématisé ce qui était là spontanément accompli. Ces restes, inscrits à même le territoire, sont bien sûr relatifs à la plus ou moins grande densité de la présence minière passée ; mais c’est aussi à l’échelonnement dans le temps de la fermeture des puits que tient aujourd’hui la différenciation de l’espace quant aux restes qu’il abrite, l’hétérogénéité entre les localités : restes épars et recouverts dans la vallée du Gier, où c’est dès la fin du xixe siècle que ferment les puits ; restes omniprésents et incontournables à La Ricamarie, site du dernier puits en activité du bassin, le puits Pigeot ; restes circonscrits en un complexe monumental à Saint-Étienne même : le puits Couriot, soit deux gigantesques terrils colonisés par la forêt, ajoutés aux sept collines de la ville, avec à leur pied des bâtiments d’exploitation et un chevalement métallique caractéristique.

8Eu égard aux qualités du site – centralité, monumentalité –, et avant même la fermeture définitive de l’exploitation dans le bassin, les ingénieurs responsables des Houillères décident de faire du siège du puits Couriot le lieu d’un musée de la Mine :

  • 5 M. Meyer, dernier ingénieur responsable du puits Couriot, aujourd’hui membre éminent de l’associat (...)

Le personnel des Houillères de la Loire a souhaité laisser à Saint-Étienne un musée important capable de témoigner de la puissance et de la tradition minière... Le musée de la mine est né des réflexions au milieu des années 1970, du temps où on exploitait encore Pigeot... La fermeture de Couriot date du 5 avril 1973, arrêt de l’exploitation5...

9On ne saurait mieux manifester l’absence de solution de continuité entre exploitation économique et culturelle. Du reste, ce sont les mêmes ingénieurs qui avaient procédé à la fermeture des puits, qui sont à l’initiative de l’ouverture du musée de la Mine à la fin des années 1980 ; et la toute première muséographie qu’ils avaient imaginée était dans la continuité même du site en activité. Les visiteurs étaient en effet censés devenir « mineurs » le temps de la visite, en faisant l’expérience de la descente dans une galerie creusée dans du vrai charbon. Les machines étaient en état de marche, on pouvait les voir fonctionner. Le visiteur mettait ses pas dans ceux du mineur, parcourant un site conservé en l’état : continuité du lieu et conversion des usages ; déni d’une représentation, sans doute encore impossible, en cette période de « deuil ».

  • 6 Tel qu’il voit le jour, le musée ne correspond que de très loin au projet qui prévoyait en particu (...)
  • 7 C’est en effet chose faite, dans le cadre du musée d’Art et d’Industrie de la ville, depuis les an (...)

10Événement considérable que cette (ré)ouverture du puits Couriot, comme affirmation de la présence de la mine ; qui appelle cependant deux précisions. En premier lieu, l’événement est à la mesure des atermoiements qui en ont longtemps différé la réalisation, le projet formé par la municipalité d’union de la gauche avec à sa tête un maire communiste, ancien mineur lui-même, ayant longtemps été bloqué par la nouvelle équipe de centre droit. Et si le musée a bien été finalement créé, c’est dans une conception qui en fait une solution à cette double contrainte : célébrer la mine, ce qui est au principe même du projet ; ne pas stigmatiser la ville en associant son image à une activité du passé, ce qui est la priorité de la nouvelle équipe6. En second lieu, l’événement ne correspond pas à l’entrée de la mine au musée7 mais bien plutôt à une entrée du musée à la mine, à une muséification du site même. Si cela ne constitue pas le moindre des paradoxes qu’un « musée de site » parfaitement déterritorialisé, il ne fait pas de doute que le déni de localité a précisément pu être la condition même de sa réalisation.

  • 8 Cet absolu du pouvoir dont Louis Marin (1981) a précisément détaillé les ressorts historiographiqu (...)

11Ainsi, si c’est bien cette option du partage de l’expérience, conforme aux nouvelles techniques muséographiques de plongée dans un bain sensoriel, qui est retenue, parce que empreinte de véracité, l’authenticité du site se résout-elle en une absolue facticité de l’expérience de la descente : il n’y a plus de câble pour actionner les énormes roues, raison d’être du chevalement ; c’est un ascenseur tout neuf qui est logé dans la cage ouverte sur la paroi par où les mineurs dévalaient près de mille mètres ; à quelques mètres seulement sous le sol, c’est une galerie creusée pour l’occasion, bétonnée et noircie, que parcourt le visiteur dûment casqué ! L’espace artéfactuel de la visite correspond à l’espace abstrait de la représentation, celui de l’histoire des techniques. Cette galerie n’est de nulle part puisqu’elle est un voyage dans le temps : d’abord la « galerie de mine » en son état le plus récent ; ensuite, celle des années 1950 ; celle, enfin, du xixe siècle. Pas d’autre histoire à raconter ici que celle, impersonnelle et a-locale, des techniques ; véritable opérateur d’universalisation de la mine. Ainsi délocalisé et rapporté à la seule histoire générale des techniques, le musée stéphanois se veut de rang européen et c’est bien de prendre place dans les circuits du tourisme industriel européen qu’il s’agit. S’il est vrai que l’histoire est le domaine de ce qui a eu lieu et qu’elle a pour absolu le non lieu de l’avoir lieu8, alors la muséification de la mine à Couriot est la réalisation aporétique de cet absolu : elle n’historicise la mine qu’en la délocalisant. D’un absolu (l’intangible substrat minier)... l’autre (le musée de la mine délocalisée) !

  • 9 La question de l’échelle de la localité est d’autant plus ouverte que l’histoire de l’exploitation (...)

12Dans sa présence paradoxale même, avec toute la force de ce double déni, d’historicité et de localité, Couriot met à l’ordre du jour la question des modalités selon lesquelles la mine peut ou doit être présente-représentée ; il constitue en quelque sorte un bain de lumière dans lequel des réalisations éparses, jusqu’alors confidentielles, peuvent accéder à une plus grande visibilité ; il provoque les acteurs individuels ou collectifs responsables d’autres restes de la mine et ne se reconnaissant pas dans la perspective ingénieuriale de l’histoire des techniques minières. C’est dans ce contexte que nous avons engagé notre opération de recherche et c’est bien par la grâce de ce nouveau régime de visibilité qu’ont pu nous apparaître comme tels certains vis-à-vis de Couriot dont nous pouvions avoir déjà, au demeurant, une connaissance factuelle. Sous cet éclairage, et quels qu’ils aient été par ailleurs, ils avaient en commun d’être « locaux », de se rapporter à une certaine localité, chacun à la sienne. Comment, sur un territoire continu, d’une localité à l’autre, pouvaient coexister des dispositifs aussi différents que le grand musée et « ces autres » et, ainsi que nous allons le vérifier, que « ces autres » entre eux ? « Ces autres », disons-nous sans les spécifier a priori, puisque aussi bien la différence en question n’est pas seulement relative au type de restes de la mine exhibés là (s’agit-il de traces inscrites à même le territoire ou d’objets pouvant être déplacés ?), mais concerne précisément la forme prise par leur exposition publique : quel rapport entre telle forme spécifique et telle localité singulière ? Est-ce chaque fois le même ordre de localité9 ? La question, devenue familière à la suite des travaux de la micro-histoire, est celle des échelles de la localité ; c’est cependant sous un jour nouveau qu’elle est cette fois formulée.

L’échelonnement de la localité

  • 10 Nous prolongeons ici une remarque d’Alban Bensa, qui écrit en note, à propos de Christian Bromberg (...)

13Appelant de ses vœux une « anthropologie critique » qui aurait retenu la leçon de la micro-histoire, Alban Bensa (1996) place la question des variations d’échelle sur le terrain méthodologique : « En bonne méthode, recommande-t-il, l’analyse devrait pouvoir régler sa focale aux dimensions pertinentes de l’objet et repérer les articulations qui les relient. » Un des présupposés à cet usage (savant, « méthodologique  ») du jeu d’échelle est bien l’existence préalable d’un « jeu » (comme on parle d’un jeu de clés), c’est-à-dire d’un répertoire de circonscriptions-gigognes10. Or, c’est cette question de la spécification de l’échelle pertinente (qui peut tout aussi bien être ad hoc et ne pas coller au découpage administratif) qui constitue, pour ce qui nous concerne, notre objet d’investigation même, en tant qu’elle apparaît être une question pratique ; et ce, tout particulièrement dans le cas de l’activité minière qui a multiplié les échelles de référence (bassin, compagnie, puits...) qui se sont de surcroît différemment emboîtées et superposées au cours du temps. Il s’agit en d’autres termes de considérer la localité en tant qu’elle relève d’une spécification praxéologique ; de montrer que la prise en compte des restes de l’activité minière et la mise en histoire qui leur est attachée est immanquablement activité de localisation et d’échelonnement. Voyons comment les contours de chacune des localités que les restes de la mine concourent aujourd’hui à spécifier tiennent précisément aux modes de présence ou de représentation de ces restes.

La Ricamarie, commune minière par excellence

14Ici, la mine et la commune font corps. C’est ainsi depuis l’origine même de cette jeune commune, créée en 1843 à partir du découpage des concessions minières. C’est encore le cas aujourd’hui où les restes de l’exploitation minière constituent un pan entier de la ville, toute sa partie ouest. A proprement parler, les restes ne sont pas des restes, mais des signes vivants d’une réalité minière toujours là ; comme si la mine s’était seulement absentée, comme si le temps était en suspens, démesurément étiré. Dominant la ville, le puits des Combes est en effet toujours debout, mis sous scellés, en attente ; en attente aussi est la vaste surface arasée qui fut remblayée à partir des restes foudroyés du puits Pigeot ; au terril Saint-Pierre, en revanche, immense butte constituée par les crasses tirées jadis du puits Pigeot, l’activité n’a pas cessé, drainant la même noria de camions-bennes que jadis la mine, puisque aussi bien ce sont ici les restes encore fumants de l’exploitation minière qui sont à leur tour exploités, à ciel ouvert, comme gisement de matériau de terrassement, par une société de travaux publics ; quant aux nombreuses cités minières, elles sont toujours habitées.

  • 11 Pour autant que la temporisation, la mise en attente, puisse relever d’une politique.
  • 12 A telle enseigne qu’un poème de Louis Aragon (1948) est intitulé : « Chanson pour La Ricamarie ». (...)
  • 13 D’après Cherrier 1993a.
  • 14 « Le bruit de la fusillade est entendu dans la France entière » (Cherrier 1993: 45).

15Voici donc un territoire urbain où sont exposés à ciel ouvert les signes-stigmates de la présence passée (du passé présent) de la mine, soit de sa propre histoire immédiate. Plus encore (au sens de l’intensification que provoque le passage du passif à l’actif11) : voici une commune qui a inscrit, à même son territoire, l’histoire dont elle procède et qui est celle du combat des mineurs. En effet, aux nombreuses survivances de l’absente, s’ajoutent deux œuvres commémoratives, deux monuments, qui, eu égard à leur situation respective (l’un à l’entrée même de cette zone hors du temps ; l’autre, sur la place de la mairie), font voir en retour ces survivances, dont on a dit qu’elles n’étaient pas discrètes mais bien contiguës, et qui composent un paysage homogène, comme un objet de mémoire. Relatifs tous deux au combat des mineurs d’ici, ces deux monuments célèbrent en outre chacun la rencontre entre l’histoire de La Ricamarie et la grande histoire12. Par leur existence même, ils attestent que l’identification métonymique de La Ricamarie à la mine a bien eu lieu dans l’histoire et qu’elle y a été réitérée. C’est d’abord la statue en pied de Michel Rondet, précurseur du syndicalisme minier, enfant du pays et figure d’ampleur nationale ; statue dont l’historique constitue d’ailleurs un chapitre incontournable de l’histoire locale : commandée en 1909 par la fédération cgt du sous-sol, payée par une souscription auprès de tous les mineurs, inaugurée en 1913 sans les honneurs officiels puisqu’elle avait d’abord été refusée par la mairie, et installée enfin sur la place de la mairie seulement dans les années 193013... C’est ensuite une statue monumentale à la mémoire des victimes de la fusillade de la « tranchée du Brûlé » (1869), qui mit un terme à une longue grève menée par Michel Rondet (toujours lui !), qui connut un retentissement considérable14 et dont Zola se serait inspiré pour Germinal ; statue installée à l’heure de la fermeture des puits, alors que le lavoir d’origine, contre lequel était auparavant posée une stèle, avait été démoli pour faire place à une zone industrielle.

16La Ricamarie, c’est la mine et plus précisément, le combat des mineurs tel qu’emblématisé par Michel Rondet. Cette identité métonymique, dont les célébrations sont autant de riches heures de l’histoire de la commune, se confirme aujourd’hui dans l’écriture même de l’histoire : c’est le même homme, membre de l’Institut d’histoire sociale minière – lequel institut organise précisément à La Ricamarie son colloque national sur les cent ans du syndicalisme minier –, qui est auteur d’une biographie de Michel Rondet, aux normes de l’historiographie universitaire (il s’agit au demeurant de la publication d’une thèse) et d’une monographie sur La Ricamarie, commanditée par la municipalité communiste.

17Michel Rondet ! C’est aussi le nom officiel d’un tout petit « musée » ; le seul musée de la commune, que son instigateur, l’ancien maire communiste, appelle plus volontiers le « machin ». Créé par réaction au musée Couriot, celui des Houillères et des ingénieurs, ce « musée »-ci n’en est précisément pas un : il n’est pas ouvert au public, il est géré par la section cgt Mineurs qui occupe un local voisin, les objets n’y sont pas exposés mais plutôt mis à l’abri (telle la plaque commémorative qui avait été apposée au lavoir maintenant démoli, soit une relique, une matière commémorative). En effet, explique l’ancien maire : « Quand on dit “musée”, on dit c’est la fin » ; or, ils sont encore bel et bien là, ceux qui furent les derniers mineurs du bassin.

18C’est que le couplage fort entre la commune et la mine relève aussi de la place singulière de la localité dans le processus historique de fermeture du bassin minier régional. Si, à La Ricamarie, le territoire est une archive vivante de la mine, c’est aussi parce que c’est là que la mine a été exploitée en dernier et qu’ont eu lieu les dernières luttes pour « garder la mine ». La Ricamarie, déjà martyr de la mine en activité, est devenue le symbole d’une résistance à la fermeture des mines dans tout le bassin stéphanois. Ces luttes contre la fin de la mine faisaient écho à celles des mineurs dans l’histoire (pour le droit de s’associer, pour la sécurité, contre la guerre), perpétuant le fil identitaire du lieu comme haut lieu. Tandis que, en implantant à La Ricamarie le plus grand puits du bassin, le plus moderne aussi et celui qui deviendrait le dernier puits en activité (le fameux puits Pigeot, déjà mentionné) ; en réservant ainsi par avance à La Ricamarie le titre de dernière commune minière du bassin, c’est comme si les Houillères elles-mêmes avaient à leur tour reconnu et scellé pour la postérité l’attachement tout particulier de cette cité à la mine.

Firminy et la vallée du Gier : quelles reliques pour quel reliquaire ?

19Contrairement à La Ricamarie, où ce qui accède au statut de reste minier c’est le site dans son ensemble (un pan entier de la ville), dans les deux sites de Firminy et de la vallée du Gier, et pour des raisons différentes, les restes témoins de l’histoire minière sont des objets épars, « abstraits » du territoire actuel. De fait, ils se prêtent, en tant que tels, à des opérations de représentation de l’histoire locale, sous forme d’expositions publiques ou de visites sur site. Les objets sont ici détourés, comme étrangers à leur environnement ; ils sont des signes discrets, visibles, attestant d’une histoire locale collective dont la continuité ne se voit pas ou plus. C’est le propre des initiatives patrimoniales examinées que de rehausser le sens propre et exemplaire de ces traces collectives, de les constituer en tant que telles, de les inventorier et de les réinscrire culturellement dans l’historicité du territoire concerné : ici une ville et ses « environs », là une vallée, un « pays ».

20A Firminy, petite ville située au débouché de la vieille vallée industrielle de l’Ondaine, l’histoire est comme concentrée en un seul lieu : le « château des Bruneaux » ; sans doute la construction la plus ancienne de la ville, et véritable relique. Le lieu a été transformé en espace d’exposition d’objets patrimoniaux, autant dire en reliquaire, par la Société d’histoire de Firminy et de ses environs, qui s’y est en outre installée à demeure alors qu’elle avait précisément été constituée pour en assurer la sauvegarde, en 1967, associant ainsi d’emblée patrimoine et histoire. Cette bâtisse du xviiie siècle, alors à l’état d’abandon, était en effet promise à la démolition par le projet d’extension du tout nouveau quartier périphérique « Firminy vert », cher à M. Claudius Petit, maire de la ville et ministre du Logement. A travers ce nouveau quartier, conçu par Le Corbusier et devant accueillir plusieurs de ses œuvres, il s’agissait de faire de Firminy une ville résolument tournée vers l’avenir. C’est ainsi, dans le cadre d’une confrontation entre modernisme et tradition, que le château a pu devenir un symbole, valant métonymiquement pour tout objet patrimonial. Symbole, il l’est devenu par réaction à cet autre symbole qu’avait d’emblée été l’unité d’habitation Le Corbusier ; l’un et l’autre se faisant face, qui plus est, sur le terrain. C’est dans ce cadre que peut être scellée une alliance entre la Société d’histoire, dont le président ne dissimule pourtant pas ses sympathies royalistes, et le candidat communiste qui, victorieux, signe avec elle un bail emphytéotique de trente ans, à charge pour l’association de restaurer et d’animer les lieux, les murs restant propriété de la mairie. C’est ainsi que, en 1972, la Société s’installe dans un château vide qui, de relique, est progressivement transformé en reliquaire, à mesure qu’en sont restaurées les pièces et que celles-ci sont affectées à des reconstitutions permanentes d’ateliers d’artisans locaux désormais disparus.

21A l’image du bulletin de la société d’histoire, dont les numéros sont préparés par tel ou tel adhérent de l’association en fonction de la thématique spécifique abordée, les salles du château accueillent des expositions montées à partir de thèmes portés par des membres de la société en utilisant les ressources de l’environnement local ; le principe suffisant étant de pouvoir attester un lien, fût-il allégorique, entre ce qui est montré dans l’exposition et « Firminy et ses environs  ». C’est ainsi qu’un fournil du début du xxe siècle est reconstitué dans une des salles ; non que la boulangerie eût été de quelque manière caractéristique de Firminy, mais parce que c’est une minoterie (dont les restes sont encore visibles sur le territoire d’une commune voisine) qui fut l’une des toutes premières usines construites dans la vallée de l’Ondaine, par une famille d’ingénieurs anglais, les Jackson, pionniers de la révolution industrielle dans la région. C’est ainsi également qu’une partie du grenier est transformée en « espace jouet » en référence à la présence dans les environs de deux établissements fabriquant des poupées. Si l’on remarque néanmoins que les poupées exposées appartiennent à la collection personnelle du président de l’association, on fait apparaître l’ambiguïté entre biens communs et biens propres, entre inclination personnelle et attachement collectif. Comment ne pas voir alors, dans la réhabilitation même du château par ce royaliste convaincu, une « restauration » ? A quel âge d’or historique correspondent en effet ces reconstitutions en mosaïque, mais convergentes, qui ont pour théâtre un château hors la ville et dans lequel seule fait défaut cette industrie métallurgique qui a précisément fait la ville et façonné ses environs depuis cent cinquante ans ; dans lequel, plus exactement, c’est une activité proto-industrielle, à l’origine de la métallurgie, qui en tient lieu : un ancien atelier de cloutier, typique des quelque deux cents artisans cloutiers présents à Firminy au xixe siècle ?

  • 15 La fendue était une technique locale d’accès, rendue possible dans la région compte tenu du peu de (...)

22Ce n’est qu’en 1982 que la mine intègre le dispositif, avec une galerie souterraine creusée à même le sol, à laquelle on accède par une fendue15. Cela fut rendu possible par la présence de mineurs retraités qui ont retrouvé à cette occasion les gestes de leur métier, et par la bienveillance d’un ingénieur des Houillères, grâce auquel nombre d’objets « authentiques », véritables reliques, ont pu être ramenés dans cette galerie. Comme cette cage d’ascenseur, autrement plus authentique que celle du puits Couriot puisqu’elle provient d’un puits des environs, où tant de vrais mineurs sont entrés pour descendre au fond, et où le visiteur peut entrer à son tour... mais qui est en revanche parfaitement immobile puisque, ici, il n’y a pas de puits ! Sans doute Firminy ne fut-elle jamais une ville minière – même si nombre de mineurs des puits des environs y habitaient, et si des galeries parcouraient son sous-sol –, du moins est-ce une réalité historique du bassin, antérieure ici encore à l’âge industriel, qui est bel et bien représentée là : avant même que ne soient foncés les puits, alors que l’accès au filon se faisait par fendues, ce sont les propriétaires des châteaux qui possédaient aussi les mines.

23Notons enfin que la « mine témoin » prend place dans une collection d’activités qui ont en commun d’être aussi peu industrielles que peu nettement ancrées à la localité. De ce point de vue, la Société d’histoire produit une forme stylisée de l’histoire locale (déjà incarnée par « le Château ») ; une histoire locale sans localité autre que celle qui s’étend aux « environs », par où la ville de Firminy se confère une centralité.

  • 16 Centre d’études et de recherche pour la revalorisation du patrimoine industriel.

24Reliant par le nord-est Saint-Étienne à la vallée du Rhône, la vallée du Gier abrite un chapelet de petites villes, dont Saint-Chamond et Rive-de-Gier sont les plus importantes. L’écriture de l’histoire et l’exposition du patrimoine, confondues dans la même société à Firminy, sont ici le fait de deux associations distinctes, établies chacune dans l’une de ces deux villes, mais dont les aires d’activité se recouvrent. Il s’agit de l’arrh (Association ripagérienne de recherches historiques) qui voit le jour en 1993 à Rive-de-Gier ; tandis qu’à Saint-Chamond, où existait déjà une association des Amis du vieux Saint-Chamond, mais non intéressée par la période industrielle, est implanté le cerrpi16-Pays du Gier, créé dès 1988. Or, bien que chaque association soit attachée à une commune distincte, leur activité relève d’une division du travail dont le principe réside dans cette formule rapportée par le président de l’arrh à l’issue d’une réunion de concertation entre les deux associations : « Le cerrpi c’est le terrain, l’arrh c’est les bulletins. » Qu’est-ce à dire ? Que l’activité de l’arrh est celle d’une société d’histoire locale classique, même si elle se caractérise par sa focalisation sur l’histoire industrielle, ce qui lui vaut d’entretenir en particulier des liens étroits avec le centre Pierre-Léon de l’université Lyon II ; tandis que l’activité du cerrpi, est d’un tout autre ordre. C’est précisément cette dernière qui nous intéresse plus particulièrement, dans la mesure où le cerrpi-Pays du Gier a été un véritable précurseur en Rhône-Alpes en matière de patrimoine industriel, reconnu comme tel par la drac, qui lui confie dès 1992 la réalisation d’un inventaire du patrimoine industriel de la vallée.

25Dans une vallée où l’exploitation intensive du minerai avait été la plus précoce du bassin mais où elle a en revanche pris fin dès 1912, le tissu industriel ayant depuis longtemps déjà recouvert l’infrastructure liée à l’exploitation minière, il ne reste de la mine que des vestiges épars, clairsemés dans la vallée, enfouis sous les herbes. Tandis qu’à Firminy, c’est l’espace qui fait défaut, pour relier des objets-restes rassemblés dans un cadre hors-sol qui leur confère une temporalité commune (le temps d’avant l’industrie), ici, c’est in situ que les « restes » sont découverts comme tels, inventoriés et sauvegardés en qualité de vestiges archéologiques. C’est l’espace d’inscription qui les relie les uns aux autres et qui fait le lien aussi avec d’autres restes participant de temporalités différentes ; il constitue l’ensemble en collection ; il leur donne collectivement leur valeur, les constituant en système de marqueurs temporels du territoire.

26Sans doute les rares vestiges de l’activité minière bénéficient-ils d’une valeur d’ancienneté toute particulière, sanctionnée du reste par l’inscription de certains d’entre eux à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques : le pont de bois du milieu du xixe siècle qui permettait d’acheminer le charbon des pentes de la vallée où il était extrait jusqu’à la voie ferrée ; le chevalement en bois du puits de Combelibert, datant de 1855, « unique témoin de toutes les constructions très répandues dans le bassin stéphanois au milieu du xixe siècle » (plaquette cerrpi), et plus ancien chevalement de ce type sur le territoire national. Cependant, les quelques vestiges miniers exhumés n’ont pas de valeur par eux-mêmes mais parce qu’ils contribuent à composer une série qui contient tout aussi bien les vestiges d’une activité industrielle également précoce, et qui permet de reconnaître une grandeur historique à la vallée du Gier, en tant que « première vallée industrielle et minière ». Car c’est bien la vallée en tant que telle, c’est-à-dire comme liaison naturelle, qui est dotée d’une valeur historique, ainsi que le montre au demeurant l’intérêt porté par l’arrh à l’histoire des infrastructures de transport : le canal de Grand-Croix à Givors sur le Rhône qui permettait dès 1780 d’écouler la production de charbon, la voie de chemin de fer Saint-Étienne-Lyon inaugurée dès 1830, soit l’une des toutes premières mises en circulation en France, et même l’aqueduc romain qui acheminait, sur 80 kilomètres, l’eau du Gier jusqu’à Lugdunum.

27S’il n’y a pas de musée dans la vallée du Gier, c’est que celle-ci devient, en tant que telle, reliquaire, tandis qu’elle est aussi le corps disparu que recomposent les restes épars comme autant de reliques. D’où l’idée qu’il faille préserver in situ l’objet témoin, le conserver dans ses attaches territoriales : à la manière d’une butte témoin, il fait affleurer les temporalités qui ont modelé la vallée qui, d’un site à l’autre, peut être parcourue dans son étendue tout autant que dans son histoire. De fait, le cerrpi a mis en place, pour ainsi dire, des circuits de visite de l’histoire de la vallée, balisés sur le terrain par des panneaux d’interprétation installés près de chacun des vestiges.

28Cette émergence de la vallée comme échelle de référence sur le plan patrimonial est contemporaine des efforts engagés, sur le plan politique, pour donner corps à l’entité « Pays du Gier », avec en particulier la création d’une conférence éponyme. Plus encore, c’est précisément sur le terrain de l’activité de patrimonialisation (comme mise à disposition d’un patrimoine commun, gagé sur une histoire partagée) que ce nouveau cadre d’action est d’ores et déjà opératoire. Il convient en effet de mentionner à ce propos que la création du cerrpi-Pays du Gier, à l’initiative d’élus, constitue la première occurrence de la nouvelle catégorie territoriale : « S’intéressant à une entité géographique réelle, le cerrpi a souhaité fonctionner à l’échelle du Pays du Gier, adoptant une structure supra-communale où chaque collectivité est représentée par un délégué » (texte de présentation du cerrpi). « Pays du Gier » : voilà une catégorie identitaire littéralement construite par l’activité patrimoniale, en ceci qu’elle en exhibe la réalité « historique » avant qu’elle ne soit réalisée au niveau politique.

Petit musée et grand musée : totaliser la mine localisée

29A la différence des échelonnements précédents où il s’agit de donner consistance à une localité digne de ce nom par attestation de son historicité et où la mine est une simple composante, voici deux cas, par ailleurs sans commune mesure l’un avec l’autre, dans lesquels c’est à la mine même, voire au charbon, que tient la détermination du plan de localité qui convient. Peut-être n’y a-t-il à voir là que tautologie, puisqu’il s’agit dans un cas comme dans l’autre de l’œuvre de musées « de la mine », donc d’instances ayant précisément vocation à voir le monde sous une seule description ; mais n’avons-nous pas déjà souligné combien un musée de la mine pouvait s’abstraire de toute localisation ! Tandis qu’à Firminy comme dans la vallée du Gier il s’agit de collecter tout ce qui fait la localité, mine comprise, il s’agit davantage ici de totaliser la mine en tant qu’elle a partie liée avec la localité, que ce soit comme phénomène local ou, de manière plus substantielle, comme esprit du lieu ; la mine, en d’autres termes, en tant qu’elle s’est faite localement mais aussi en tant qu’elle a fait la localité. La mine, alors, ne concourt pas seulement à attester l’existence d’une localité, elle est bien davantage ce qui la spécifie comme telle.

30Le premier musée dont il s’agit est un tout petit musée et qui pourtant porte trois noms distincts ! C’est d’abord le « musée de Villars  », au sens où cette commune de la périphérie nord-est de Saint-Étienne ne possède pas d’autre musée ; au sens également où le musée est, depuis 1985, abrité dans des locaux municipaux. De plus, il constitue – pour partie – le prolongement patrimonial de recherches historiographiques engagées au sein d’une société d’histoire locale, les Amis du vieux Villars, dont le fondateur du musée fut longtemps la cheville ouvrière. Cet ancrage dans l’histoire locale est manifeste dans le musée lui-même, dont l’une des quatre salles est consacrée à l’histoire de Villars avec, en particulier, un panneau présentant la grande famille du cru, les Mathevon de Curnieu : trait d’union entre l’histoire locale et la grande histoire, comme en témoigne ce maréchal d’Empire mort en héros pendant la campagne de Russie, dont la dépouille fut conservée dans la chapelle du comte Tolstoï, lequel fit enfin rapatrier le cœur du héros, qui devait longtemps reposer en l’église de Villars avant d’y être dérobé.

  • 17 Comme la France, dans les termes où l’analyse Thierry Gasnier (1997), ne se tient que de se réalis (...)

31C’est aussi le « musée de la Mine » (« de Villars », faut-il bien sûr ajouter pour le distinguer de celui, voisin, de Saint-Étienne), puisque aussi bien, à part la salle déjà évoquée, tout ici se rapporte à la mine. Certes, nombreux y sont les documents sur la mine concernant ici encore Villars, mais ils sont mêlés à d’autres qui se rapportent tout aussi bien aux divers sites miniers du bassin, voire à de plus lointains à travers le monde. En ce sens, la mine dont il est question n’est pas circonscrite à une localité. Ce n’est pas tant la mine dans le monde mais bien plutôt le monde de la mine qui est abrité ici et qui s’y déploie tout entier : les puits du bassin et d’ailleurs, les mineurs de fond, les outils, les femmes et les chevaux, les grands militants, les grèves mais aussi les grands ingénieurs, les grandes catastrophes, les vieilles chansons et Zola, le chemin de fer (dont la première voie française fut tracée par un ingénieur des Mines, pour acheminer le charbon des puits stéphanois au fleuve Loire... en passant par Villars), les sabots (que portaient les mineurs)... Pour autant, ce monde de la mine n’est précisément pas délocalisé : sur le panneau consacré aux grandes catastrophes minières, figure aussi la catastrophe de la Chana, à Villars, qui fit huit victimes en 1942. Voilà pourquoi le « musée de Villars » et le « musée de la Mine » ne font qu’un : c’est que partout où elle existe, ici comme ailleurs, la mine n’existe comme réalité qu’incarnée localement17. Expression remarquable de cet accomplissement nécessairement localisé-localisant : quelque part dans le musée on trouve la reproduction d’une vieille carte postale représentant un puits du bassin stéphanois, avec en légende la strophe d’une chanson en langue gagat ; ailleurs, une semblable carte, mais d’un puits du Nord et avec la langue ch’timi. Ça n’est pas pareil, mais c’est tout comme. Ce musée n’est pas celui d’une localité, il est celui de toutes les localités indissociablement attachées à la mine ; Villars est de celles-là et, par métonymie, il devient le lieu de tous les lieux. C’est parce qu’il est « de la mine » et que la mine est forcément de quelque part, et que par la mine ce quelque part est constitué en localité digne de ce nom, que le musée est aussi « de Villars ». C’est la mine qui, dans le cadre du musée, est l’opérateur d’historicisation de la localité ; c’est dans la mesure où l’histoire de Villars est marquée par l’histoire de la mine que cette localité-ci peut valoir comme telle. Elle ne saurait être d’ailleurs plus marquée : les premiers exploitants du charbon n’étaient autres que les seigneurs du lieu, et l’une des premières archives mentionnant le nom de Villars est un acte par où le seigneur de Villars autorise les contractants à exploiter une « perrière » (carrière de charbon) située sur ses terres !

  • 18 « La plus vieille famille du bassin de la Loire », aux dires de Jean-Marie Somet !
  • 19 Dans les galeries de la région, très grisouteuses, les « pénitents » (dit la légende ?) faisaient (...)

32Enfin, comme cela est écrit sur la plaque qui orne la façade de cette ancienne écurie des Houillères rétrocédée à la mairie, ce musée est aussi et surtout, le « musée Jean-Marie-Somet » ; un nom propre qui donne la mesure de la singularité du musée, lequel est par là reconnu, comme tel, en qualité d’œuvre. Jean-Marie Somet est en effet le nom du fondateur du musée ; de celui qui, en outre, en est encore à ce jour, en dépit de son grand âge, le « conservateur » ; lui qui articule dans sa personne l’universel de « la mine » et le particulier de « Villars », lui qui constitue proprement une personne-monde, une incarnation de la mine. Jean-Marie Somet, c’est le descendant d’une très ancienne famille de Villars qui serait aussi une famille de mineurs depuis le xvie siècle18, riche de ces personnages qui ont fait la légende de la mine : tel ce grand-père « pénitent19 », tel cet oncle et parrain sauveteur héroïque d’une dizaine de mineurs lors d’une catastrophe et qui inspira une chanson dont on peut lire le texte au musée. Jean-Marie Somet, c’est quelqu’un qui a pu descendre dans la plupart des puits du bassin et y travailler au contact aussi bien des mineurs de fond que des ingénieurs, en sa qualité de technicien ayant eu à installer au fond les différents systèmes mécanisés d’extraction. Jean-Marie Somet, c’est un rescapé de la catastrophe de la Chana, qui l’a laissé presque sourd et boiteux. C’est le premier à avoir entrepris, dès la fin des années 1950, au moment de sa retraite, une activité méthodique de recherches tant sur l’histoire de la mine que sur l’histoire locale et de conservation d’objets de la mine de toute sorte. Jean-Marie Somet, c’est aussi la multitude de tous ceux, mineurs, ingénieurs, chercheurs, connus par fréquentation ou par échange épistolaire, qui lui ont légué ou laissé en dépôt les objets et documents qu’il se fait un devoir d’exposer en mentionnant à chaque fois le nom qui leur est attaché : tel le buste de l’ingénieur Couriot, donné par sa propre fille... Jean-Marie Somet, « c’est une mine ! »

  • 20 Dans le cadre d’une restructuration des musées de la ville (les trois musées issus du démantèlemen (...)

33Le second musée pour lequel la mine constitue l’opérateur d’une localisation totalisante nous est déjà connu, mais tout autrement : il s’agit du grand musée de la mine de Saint-Étienne, le musée Couriot. En effet, pendant la durée de notre recherche, qui fut engagée, rappelons-le, à la lumière du déni de localité opéré par ce tout nouveau musée, celui-ci a fait l’objet d’une reprise en main par la Ville de Saint-Étienne20 qui s’est matérialisée par une exposition à bien des égards programmatique, intitulée « Bassin houiller de la Loire. Penser un territoire » et accompagnée d’un remarquable catalogue. Dans son avant-propos, cosigné par le conservateur des musées de la ville et par le responsable local des Houillères de Bassin Centre et Midi, la réorientation qu’entend marquer cette exposition est on ne peut plus clairement affichée :

Nous souhaitons qu’elle fasse revivre un passé encore récent, nous remette en mémoire le travail qui a façonné nos paysages, le milieu où nous vivons. Cette présentation annonce aussi en filigrane, sans bien sûr les développer, des expositions à venir qui devraient témoigner que la Mine et son histoire ne se réduisent pas, ici, dans notre histoire que ce musée a vocation de retracer, à l’extraction du charbon et à l’évolutionnisme technique.

34Le « nous » omniprésent désigne bien désormais une instance locale, partageant avec le lecteur du catalogue et le visiteur de l’exposition le même « milieu », la même « histoire » ; mais quelle est donc l’échelle de cette localité qui « nous » constitue ? La ville, bien sûr, serait-on tenté de dire, eu égard au caractère municipal nouvellement renforcé du musée et ainsi que cela est du reste indiqué dans l’avant-propos :

A l’entrée ouest de la ville, à l’une de ses portes, Couriot rappelle l’histoire de la cité, s’impose comme un monument symbolique de son histoire, l’un des éléments forts qui dessinent l’image de la ville.

35Il n’en est pas moins vrai que le « territoire » du « nous » ne saurait être aussi confiné, à l’heure où se mettent en place, sous l’égide du nouveau maire de Saint-Étienne, les premiers éléments d’intercommunalité, à l’échelle de l’agglomération. Dans quelle mesure alors le « bassin houiller de la Loire », qui semble pourtant désigner une réalité du passé, peut-il être ce territoire ?

36Les premières images du montage audiovisuel qui est au centre de l’exposition présentent des « restes » de la mine, prélevés à même le sol, comme autant de signes mystérieux d’une bataille incompréhensible qui a marqué ici le territoire et les gens. La mise en scène est épique, qui accentue la dramatisation de l’histoire racontée : ces signes imposants sont muets, il y a urgence à les comprendre, sous peine d’en perdre le sens ou l’origine (« comme les statues de l’île de Pâques ! »). Le montage s’auto-institue (et avec lui, le musée nouvelle manière) en réponse, soit en énonciation d’une histoire locale : celle qui a conduit à ces énigmes qu’on voit aujourd’hui sur le terrain.

37L’histoire qui est exposée, c’est celle du territoire ; une histoire qui se sera constituée du seul fait de la présence du charbon. Voici des images d’une campagne sans qualités, une campagne comme tant d’autres, anonyme : ici il aurait pu ne pas y avoir d’histoire. C’est au contraire la présence du charbon qui est responsable de l’entrée du territoire dans l’Histoire, via les ingénieurs royaux et l’intérêt supérieur du royaume (le bassin comme ressource stratégique). C’est le charbon qui « explique » la transformation du local, qui oriente son destin de bassin industriel et urbain. A la manière d’une épopée, l’histoire charbonnière ordonne l’histoire locale ; jusque dans cette fin de la mine, qui inaugure l’impératif de l’écriture de l’histoire (« Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens », citation de Léopold Sédar Senghor).

38Car voici le fin mot : le bassin ne vaut pas comme réalité géologique ou encore historique mais comme le lieu présent d’une question commune, celle de ce qui reste de la mine. C’est ce que montre exemplairement le catalogue :

Nous pressentons bien que les couches de charbon, le sol, la géologie sont responsables de ce qui s’est fait ici, c’est-à-dire des paysages, des villes, des voies de circulation, des itinéraires... Mais les descriptions de ce bassin houiller changent, se superposent mal, dès lors que c’est l’historien, l’ingénieur, le géographe, le mineur, le géologue, le sociologue qui le décrivent et en établissent la cartographie. Mais c’est cette diversité qui, en fait, structure le bassin houiller, avec ses confluences de vision, mais peut-être et surtout, leurs contradictions et leurs divergences, que l’exposition restitue. Et ce, de manière exemplaire.

39C’est donc comme matière à penser que subsiste la mine ; comme objet d’un faire commun exhibé, qui porte sur les limites d’un espace configuré performativement, dans le même temps, par ceux que rassemble cette même entreprise. En ce sens, on peut véritablement parler ici d’un « bassin de conversion », non pour désigner l’espace empirique où ont cours des pratiques de conversion économiques, mais cette catégorie de pensée et ce cadre d’action qui permettent de convertir le pâtir en agir, le passé en avenir. « Bassin » : c’est la catégorie de pensée commune à tous les experts qui sont rassemblés dans le catalogue. C’est le cadre d’action qui rassemble sur le terrain tous ceux qui déclinent localement ce qui se révèle être une patrimonialité commune ; ainsi, avant même l’avant-propos, retrouve-t-on, à la rubrique « Remerciements », tous ces acteurs que nous avons déjà rencontrés dans leurs localités respectives : « M. Claude Cherrier » ; « Association ripagérienne de recherches historiques, Rive-de-Gier » ; « cerrpi-Pays du Gier » ; « Société d’histoire de Firminy, Château des Bruneaux » ; « musée de la Mine-Jean-Marie-Somet, Villars » ; « musée Michel-Rondet, La Ricamarie ».

Régimes de patrimonialité

40Si la prise en compte des restes est indissociablement une activité d’échelonnement de la localité, l’attention portée aux modalités de cette localisation, entendue comme résolution pratique de la question ontologique de la localité, fait apparaître l’existence de différents régimes de patrimonialité. Nous désignons par là des modes de résolution pratique de la question ontogénétique de ce sur quoi se fonde et s’entretient dans le temps l’identité d’une entité empiriquement située dans l’espace ; à savoir les modes d’articulation entre historicité et localité. De la confrontation de nos terrains se dégagent trois plans de différenciation par lesquels la spécification patrimoniale de la localité devient aussi spécification locale de la patrimonialité.

  • 21 Sans doute l’ancien maire communiste, créateur du musée Michel-Rondet, n’était-il pas ancien mineu (...)
  • 22 Au moment où nous écrivons, voient le jour les premières marques d’une patrimonialisation, œuvre p (...)
  • 23 Nous préférons l’opposition domestique/public à l’opposition habituelle privé/public, dans la mesu (...)

41Le premier plan de différenciation est temporel, pour autant que la patrimonialisation est bien à son tour un phénomène historique, qu’on pourrait dire de détachement progressif de l’histoire ; il est relatif à la « carrière » des objets patrimoniaux, dont on peut grossièrement indiquer les étapes à partir de nos terrains. Ainsi, La Ricamarie, où la mine est encore si présente et les anciens mineurs encore si nombreux, constitue-t-elle une sorte de degré zéro de la patrimonialisation : l’identité est telle, entre la mine, le pouvoir municipal21 et la population de la commune, que les restes n’ont pas à être reconnus comme patrimoine ; ils sont d’emblée et naturellement la propriété collective des mineurs22. A Firminy comme dans la vallée du Gier, il s’agit de constituer un patrimoine ex nihilo, en rassemblant les objets patrimoniaux dans un château vide, en les exhumant d’une vallée. Enfin, dans les deux derniers cas, la patrimonialisation a cours en un tout autre état ; elle consiste en effet dans la transmission d’une œuvre patrimoniale déjà constituée, dans le passage du témoin et le dessaisissement de ses premiers artisans-dépositaires. Tel qu’il se présente aujourd’hui tant au musée Couriot qu’à Villars, ce moment est celui d’une double transformation, soit le passage des restes mis en valeur, de l’état de biens collectifs (propriété d’un collectif) à celui de biens communs (inappropriables) ; et le passage corrélatif d’une conservation à caractère domestique à une conservation devenue chose publique23.

42La transmission est effective au musée Couriot, qui cesse d’être l’affaire des ingénieurs et même des Houillères, pour devenir celle des Stéphanois, au moment même où ceux-ci deviennent visiteurs d’un patrimoine qu’ils peuvent découvrir comme étant désormais le leur. C’est en effet l’exposition « Bassin houiller de la Loire » qui, tout à la fois, accomplit le passage du témoin, célèbre ce patrimoine comme un événement, et le met en scène en tant que tel, en particulier dans cet avant-propos, dont la cosignature prend ici tout son sens :

La confrontation des connaissances et des compétences mises en œuvre dans cette exposition ne renvoie-t-elle pas à l’exemple éclairant des Charbonnages, dans leur capacité de formation, et la capacité des hommes à la recevoir ? A ce même titre, l’esprit de solidarité déployé par les mineurs au quotidien et dans les luttes sociales apparaît bien comme un patrimoine à revendiquer parce qu’il est opératoire pour nos projets d’avenir. Solidarité, opiniâtreté, travail d’équipe, formation, convivialité aussi, voici une grande part du portrait des mineurs. Organisation, étude, prospective, goût de l’innovation, voici d’autres traits qui ont été cultivés par la mine et que nous ne devons pas laisser dépérir, que nous devons nous réapproprier de façon active pour notre territoire et notre patrimoine.

  • 24 Le musée actuel est d’ailleurs le lointain prolongement de ce Comité du souvenir créé en 1958 par (...)
  • 25 Le moindre objet exposé est ainsi accompagné d’un cartel autographe, toujours marqué du sceau biog (...)
  • 26 Quant aux innombrables contenus d’archive figurant dans les cartels, ils sont le plus souvent indi (...)

43La transmission reste au contraire en souffrance au musée de Villars, alors même qu’elle oriente pourtant l’œuvre tout entière que constitue le Musée. Jean-Marie Somet est un survivant, a-t-on dit ; survivant d’une ancienne catastrophe mais aussi survivant des survivants de cette catastrophe24 et dépositaire d’une connaissance encyclopédique sur ce que fut la mine ici, combinant les souvenirs d’une vie et près de quarante années de recherche. Qu’est-ce alors que ce musée, œuvre d’une personne seule, déjà ancienne et de plus en plus isolée, par la disparition des autres et par sa propre surdité, sinon un dispositif de transmission par où la mémoire de Jean-Marie Somet est transformée en matière publique25 ? Dispositif pathétique, convient-il d’ajouter, car que transmettre ? A la différence du château des Bruneaux, où à chaque espace de visite est décerné un label de qualité (la « mine témoin », l’« espace jouet ») aussi bien que de la vallée du Gier, où la valeur patrimoniale des objets exhumés est reconnue par la drac, ici les objets exposés n’ont d’autre valeur que leur attachement à la personne de Somet26. Si c’est comme matière à penser commune que la mine a pu être transmise au musée Couriot, c’est seulement comme œuvre de transmission singulière d’une personne que pourrait être réinvesti de patrimonialité ce qui, au demeurant, a d’ores et déjà pour nom « musée Jean-Marie-Somet ».

  • 27 Combien de mineurs ne sont-ils pas incorporés à cette terre ? « Songe au puits Jabin où sont morts (...)

44Le deuxième axe de différenciation concerne la qualité de ce qui reste et correspond à la distinction objet/sujet, ou plutôt objectivation/subjectivation. Comme l’indique avec force l’expression « objet patrimonial  », le travail social de patrimonialisation ne consiste pas simplement à spécifier quels sont les objets qui ont valeur de patrimoine, mais bien à accuser la qualité d’objet de ce qui est patrimonialisé, en particulier par cette mise à distance que permet la mise en exposition, c’est-à-dire à objectiver ce qui « nous » constitue en partie. Il en est ainsi à Firminy et dans la vallée du Gier, où le public est appelé, ici à visiter une collection, là à parcourir une distribution. Cette fois encore, il en va autrement dans l’un et l’autre musée de la mine, que caractérise au contraire l’accent mis sur la rupture du rapport sujet-objet constitutif de la représentation, et qui apparaissent de ce point de vue comme deux dispositifs de subjectivation, au sens de production d’une subjectivité publique et d’instanciation d’un nouveau sujet précisément constitué par la prise qu’il a sur ce qui le constitue. En fait de représentation, c’est de métamorphose d’une substance locale qu’il s’agit ; car, dans un cas comme dans l’autre, il est remarquable que cette subjectivation soit attachée à la minéralité du terrain (il faudrait dire : du terreau). Au musée Jean-Marie-Somet, par-delà les objets exposés, c’est la personne du survivant qui constitue le véritable reste, qui totalise en elle bien d’autres personnes et, plus encore, tout un monde disparu. Et, si le musée n’est autre que l’objectivation de ce reste, c’est pour que chaque visiteur puisse à son tour l’incorporer. Ce faisant, par l’intermédiaire du corps de Jean-Marie Somet, trait d’union vivant avec les grands anciens, c’est la « race » des mineurs, qui a fait souche ici27 comme sur les autres terres minières de par le monde, qui se poursuit, entendue là comme « famille considérée dans la suite des générations et la continuité de ses caractères » (Le Robert). Au musée Couriot, avec la reconnaissance conjointe que « le charbon est responsable de ce qui s’est fait ici » et que « nous devons nous réapproprier de façon active [l’ensemble des traits de caractère] qui ont été cultivés par la mine », est on ne peut plus clairement énoncée cette subjectivation à laquelle il en est appelé. Deux acceptions de l’historicité se recouvrent alors : celle d’une ouverture à l’histoire procédant de l’identité géologique du lieu ; celle d’une capacité d’action sur ce qui « nous » constitue. En ce sens le sujet instancié par la réappropriation patrimoniale n’est autre qu’un sujet politique, et le « bassin » est bien, davantage qu’une métaphore, l’analogon de l’intercommunalité.

  • 28 Nous retrouvons in fine, au titre de son opérativité propre et en tant qu’elle entre dans une cert (...)
  • 29 « Fois » vient du latin vicis, « place occupée par quelqu’un », « succession », à l’ablatif vice « (...)
  • 30 On le sait, Jean Monnet fut initiateur et président de la Communauté européenne du charbon et de l (...)

45Le troisième axe de différenciation est relatif aux modes de naturalisation qui s’avèrent être corrélatifs à la spécification d’une localité ; selon que la localité s’objective dans la naturalité du territoire physique ou selon qu’elle procède de la subjectivation d’une substance locale. Nous insisterons davantage cette fois sur le premier cas qui correspond très généralement à l’effet que produit l’« histoire locale » entendue comme histoire d’une localité déjà formée, qui est donc d’avant l’histoire, qui la dépasse (méta-historique), ou qui la traverse (trans-historique) : l’annulation du temps dans l’espace28. Le récit-type que produit en effet l’histoire locale prend son origine dans ce qui n’est autre que l’entrée du lieu dans l’histoire, soit sa première mention inscrite, et consiste dans la mise en série des occurrences de son inscription, dont chacune le confirme en sa qualité de lieu (d’avènement continu). Le temps historique est ici celui de l’« autrefois  », au sens étymologique du terme29 ; celui de ce qui a eu lieu ici d’autres fois, de ce qu’il y a eu en lieu et place de ce qu’il y a. Le lieu est alors constitué comme une surface d’inscription de la succession des fois (à partir de la toute première), comme une archive ; tandis que, pratiquement, ce sont à l’inverse les archives qui tiennent lieu d’espace (au point que la première fois se rapporte souvent à la première inscription archivistique). De ce point de vue, l’« histoire locale » correspond à un inventaire ordonné de tout ce qui s’est empilé au même lieu, à un feuilleté de configurations territoriales ; elle fait en cela de la localité un espace dont on peut exhaustivement superposer les configurations signifiantes successives, tandis que le territoire concret, le terrain, prend valeur de palimpseste. Par-delà les restes, il faut aussi compter dans le lieu la présence immatérielle de l’absent : « Ici il y avait », « ici, il y a eu ». Parce qu’il n’est pas d’œuvre d’histoire locale qui ne se convertisse en pratique de l’espace, ne se prolonge dans un guide de promenade, ne vienne documenter l’exploration du lieu, révélant la dimension et la valeur vestigale de ce qui reste, localisant ce qui n’est plus, la recherche historiographique est le plus souvent attachée à l’entreprise patrimoniale, qu’elle la précède (comme dans la carrière de Jean-Marie Somet), qu’elle soit confondue avec elle (au musée des Bruneaux) ou que toutes deux collaborent (l’arrh et le cerrpi dans la vallée du Gier). Autant l’« histoire locale », en ce qu’elle objective la localité dans la naturalité du lieu, ramène à l’espace concret, autant certains dispositifs de subjectivation de la localité peuvent en détourner. Ainsi, l’interlocalité présente au musée de Villars, mais tributaire de la personne de Jean-Marie Somet, s’accomplit-elle bien plus radicalement dans le Réseau européen des universités en pays de tradition minière, initiative portée à l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne, la bien nommée30, par le vice-président chargé des relations internationales, lui-même fils de mineur.

Bibliographie

Bibliographie

Bensa, A. 1996. « De la micro-histoire vers une anthropologie critique », in J. Revel (dir.), Jeux d’échelles, Paris, Gallimard.

Bromberger, Chr. 1987. « Du grand au petit. Variations des échelles et des objets d’analyse dans l’histoire récente de l’ethnologie de la France », in I. Chiva & U. Jeggle (dir.), Ethnologies en miroir. La France et les pays de langue allemande, Paris, ministère de la Culture/Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

Cherrier, C. 1993a. La Ricamarie. Une ville, des hommes, Éd. Ville de La Ricamarie.

– 1993b. Michel Rondet. Biographie, Saint-Étienne, Actes graphiques.

Callet, A. 1888. La légende des gagats. Essai sur les origines de la ville de Saint-Étienne en Forez, Saint-Étienne, Les Éditions du Bastion.

Descombes, V. 1996. Les institutions du sens, Paris, Éd. de Minuit.

Gasnier, T. 1997. « Le local. Une et divisible », in P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. III : La nation, vol. 2, Paris, Gallimard/Quarto, p. 463-525.

Marin, L. 1981. Le portrait du roi, Paris, Éd. de Minuit.

Notes

1 A l’instar de la personne, le lieu accepte deux régimes d’identification : soit un régime d’équivalence qui est celui de la description définie (par exemple : « une petite ville minière de la région stéphanoise »), soit le régime de singularité qui est celui du nom propre (par ex. : « La Ricamarie »).

2 Sur la distinction entre « entité relative » et « entité absolue », ainsi que sur la notion d’« absolu dérelativisé », voir Descombes 1996.

3 Au sens de spécification d’une période. « Période » peut s’entendre en un sens historique mais aussi géologique. La « période carbonifère » est l’exemple topique fourni par le Robert.

4 Cette combinatoire de l’histoire et du naturel ancrée dans le local en tant qu’il est minier trouve son expression emblématique quand, à la fin du xixe siècle, le « stéphanien » devient un étage de référence de la science géologique pour caractériser les faisceaux de couches de charbon entre Rive-de-Gier et Saint-Étienne : association, sans autre équivalent dans la nomenclature, d’un phénomène historique (une ville) et d’une époque géologique ! Cette « minéralisation » de la localité opérée, sur le plan scientifique (par des ingénieurs précisément issus de l’École des mines de Saint-Étienne) rejoint celle qui est alors à l’œuvre dans la culture populaire, comme en témoigne La légende des gagats. Essai sur les origines de la ville de Saint-Étienne-en-Forez, ouvrage de l’historien local Auguste Callet, publié en 1888. On y apprend en effet que le mot « gagat », désignation populaire du Stéphanois, dérive du radical gag dont on retrouverait la trace dans nombre de pays houillers.

5 M. Meyer, dernier ingénieur responsable du puits Couriot, aujourd’hui membre éminent de l’association des Amis du musée, qui rassemble des ingénieurs et qui a pour siège une salle située à même le site de Couriot. Dans la première phase du musée, l’association collabore étroitement avec le muséographe du site, lui-même historien des techniques.

6 Tel qu’il voit le jour, le musée ne correspond que de très loin au projet qui prévoyait en particulier d’associer, sur le même site de Couriot, un musée de la Mine et un musée d’Art moderne (manière de ne pas rompre avec cette liaison qu’avait jusqu’alors célébrée le musée de la ville, en sa qualité de « musée d’Art et d’Industrie ») ; tandis que ce dernier (qui a conservé l’habillage noir qui devait l’intégrer au site minier !) a été créé prioritairement et sur un site propre.

7 C’est en effet chose faite, dans le cadre du musée d’Art et d’Industrie de la ville, depuis les années 1920 ; conformément à ce processus général indiqué par Thierry Gasnier (1997) pour qui le musée est le « révélateur parfait de la mémoire locale », en ce qu’on peut y découvrir le poids croissant des critères locaux dans la constitution des patrimoines.

8 Cet absolu du pouvoir dont Louis Marin (1981) a précisément détaillé les ressorts historiographiques.

9 La question de l’échelle de la localité est d’autant plus ouverte que l’histoire de l’exploitation dans le territoire minier est celle de la succession et parfois du téléscopage des échelles d’exploitation : le puits, la commune, la vallée, le bassin et jusqu’aux Houillères de Centre-Midi, instance à l’origine du musée de la Mine.

10 Nous prolongeons ici une remarque d’Alban Bensa, qui écrit en note, à propos de Christian Bromberger (1987) : « Il est sans doute significatif que l’un des textes les plus éclairants consacrés aux usages de la notion d’échelle en anthropologie traite des travaux d’ethnologie de la France, comme si l’anthropologie était rendue plus sensible à cette question essentielle de méthode et de théorie quand ses terrains (commune, région, etc.) ont déjà été balisés et abordés par l’histoire.  » Nous mettons pour notre part l’accent sur le fait même de disposer d’un jeu d’échelles a priori, lui-même objet historique, empreint d’historicité ; soit précisément ce qui figure dans la parenthèse de la note citée.

11 Pour autant que la temporisation, la mise en attente, puisse relever d’une politique.

12 A telle enseigne qu’un poème de Louis Aragon (1948) est intitulé : « Chanson pour La Ricamarie ». En voici un quatrain :
Ce matin vous avez repris
Un puits, ô mineurs de la Loire,
Ce soir l’ombre sera moins noire
Pour ceux de La Ricamarie.

13 D’après Cherrier 1993a.

14 « Le bruit de la fusillade est entendu dans la France entière » (Cherrier 1993: 45).

15 La fendue était une technique locale d’accès, rendue possible dans la région compte tenu du peu de profondeur de certaines couches, voire de leur affleurement ; c’est-à-dire un plan incliné s’enfonçant dans le sol jusqu’à rejoindre le filon ou la galerie.

16 Centre d’études et de recherche pour la revalorisation du patrimoine industriel.

17 Comme la France, dans les termes où l’analyse Thierry Gasnier (1997), ne se tient que de se réaliser dans ses innombrables localités.

18 « La plus vieille famille du bassin de la Loire », aux dires de Jean-Marie Somet !

19 Dans les galeries de la région, très grisouteuses, les « pénitents » (dit la légende ?) faisaient fonction d’allumeurs de grisou ; leur nom leur vient de ce que, le gaz occupant la partie haute des galeries, ils devaient se tenir à genoux pour trouver le salut.

20 Dans le cadre d’une restructuration des musées de la ville (les trois musées issus du démantèlement du musée d’Art et d’Industrie originaire : musée d’Art contemporain, musée de la Mine, musée d’Industrie) les plaçant sous la tutelle d’un seul et même conservateur ; mettant fin à l’autonomie d’abord concédée au musée de la Mine et se soldant par le départ de son premier « conservateur ».

21 Sans doute l’ancien maire communiste, créateur du musée Michel-Rondet, n’était-il pas ancien mineur lui-même (mais ancien métallurgiste)... du moins l’était-il devenu par alliance !

22 Au moment où nous écrivons, voient le jour les premières marques d’une patrimonialisation, œuvre précisément de la municipalité de droite victorieuse aux élections de 1995 ; soit une toile imprimée de 12 m × 6 m, installée en novembre 1999 sur le pignon aveugle d’une maison à l’entrée de la ville. Ce patchwork d’images de la mine, intitulé « La Ricamarie », constitue en outre le motif de la carte de vœux adressée par l’équipe municipale pour l’année 2000, avec ces mots attribués à l’architecte-plasticien auteur de l’œuvre : « ... Seul le regard a changé. Après toutes ces années, les femmes et les hommes retrouvés sur ces clichés ont gardé dans leurs yeux la soif de temps meilleurs à venir. Aujourd’hui, notre soif est la même. Seul notre regard peut changer. »

23 Nous préférons l’opposition domestique/public à l’opposition habituelle privé/public, dans la mesure où il s’agit bien de distinguer deux modalités d’ouverture au public. Que ce soit en effet le musée Michel-Rondet qui est une annexe du local des mineurs cgt de La Ricamarie, le musée Couriot qui était une extension de l’Amicale des ingénieurs, le château des Bruneaux qui renoue avec les formes normales du patrimoine aristocratique, le musée de Villars dont les réserves sont entreposées au domicile de Jean-Marie Somet : voilà autant de réalisations où l’ouverture (pour ainsi dire, de « sa maison ») au public est comme affaire d’hospitalité, où le patrimoine est, sinon la propriété, du moins l’œuvre d’un hôte individuel ou collectif. C’est en cela qu’il faut un dessaisissement, pour que ledit « patrimoine » soit bien également celui du visiteur.

24 Le musée actuel est d’ailleurs le lointain prolongement de ce Comité du souvenir créé en 1958 par les rescapés et les familles des victimes de la catastrophe de la Chana, alors que l’arrivée en mairie d’un élu étranger au monde de la mine faisait craindre que la commune ne cesse d’honorer ses morts. C’est dans ce cadre que Jean-Marie Somet a entrepris ses premières recherches. Aujourd’hui, il reste fidèle à la promesse qui avait été faite que le dernier survivant continuerait d’entretenir le souvenir par le dépôt d’une gerbe à chaque date anniversaire. Mais c’est bien davantage le musée lui-même, « sanctuaire du mineur » comme il y est écrit, et où sont rassemblés par documents interposés tant d’anciens mineurs connus de Jean-Marie Somet et aujourd’hui disparus, qui est voué au culte des morts.

25 Le moindre objet exposé est ainsi accompagné d’un cartel autographe, toujours marqué du sceau biographique, où sont consignés en vrac les souvenirs, évocations, considérations... activés par le document. En sorte que le musée totalise et confond un monde de la mine aujourd’hui disparu et la mémoire d’un homme en passe de disparaître à son tour.

26 Quant aux innombrables contenus d’archive figurant dans les cartels, ils sont le plus souvent indiscernables et amalgamés aux souvenirs.

27 Combien de mineurs ne sont-ils pas incorporés à cette terre ? « Songe au puits Jabin où sont morts nos amis... », dit la chanson.

28 Nous retrouvons in fine, au titre de son opérativité propre et en tant qu’elle entre dans une certaine mesure dans la composition d’un régime de patrimonialité, cette « histoire locale » dont nous nous étions détournés, en tant que forme réductrice d’articulation entre historicité et localité.

29 « Fois » vient du latin vicis, « place occupée par quelqu’un », « succession », à l’ablatif vice « à la place de » (Dictionnaire étymologique Robert).

30 On le sait, Jean Monnet fut initiateur et président de la Communauté européenne du charbon et de l’acier.

Notes de fin

* Si ce texte, comme l’on dit, n’engage que son auteur, celui-ci est pour sa part redevable aux membres de l’équipe qui ont participé à la recherche « Historicité, localité et pratiques de patrimonialisation dans le bassin minier de la Loire » ; soit Loïc Étiembre, André Micoud, André Peyrache et Jacques Roux. En particulier, la responsabilité de cette recherche ayant été partagée avec J. Roux, ce texte, qui en est une sorte de synthèse, doit beaucoup à nos échanges.

Auteur

Michel Peroni, université de Lyon II et Cresal, Saint-Étienne

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540