Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire à soi

 | 
Alban Bensa
, 
Daniel Fabre

III. De l’histoire au patrimoine

Comment rendre Charles Maurras provençalement correct ?

Jean-Louis Fabiani

Pour Élie F.

Texte intégral

Le héros absent

  • 1 L’enquête qui sert de support à ce compte rendu a été menée entre janvier 1997 et juillet 1998. Ell (...)

1Dans le Guide bleu Provence-Alpes-Côte d’Azur (édition 1991), Charles Maurras ne figure pas à l’index des noms1. La liste semble pourtant exhaustive : à la différence d’Alphonse Daudet, de Frédéric Mistral, de Vincent Scotto, de Marcel Pagnol mais aussi de Reda Caire et de Jenny Helia, artistes de music-hall, têtes d’affiche de l’Alcazar entre les deux guerres, cités dans un ensemble de plus de mille cinq cents noms qui rassemble toutes les espèces de provençalité identifiées, Maurras n’a rien d’une figure acceptable. Il apparaît uniquement à travers une citation, d’ailleurs largement fautive, à la page 619 du Guide, consacrée à l’étang de Berre, et qui en ouvre la description :

La première beauté de Martigues, c’est l’étang de Berre, qui le matin blanchit et le soir bleuit... L’étang qui de ses langues vertes amoureusement lèche le sable des calanques et ronge les rochers où l’on pêche le rouget.

2C’est qu’en ce composé d’itinéraires de plaisance, de préceptes voués à l’art de vivre et de panthéon culturel que constitue le guide touristique, l’auteur des Trente beautés de Martigues ne se visite pas : bien qu’il ait maintes fois chanté les louanges du pays natal, il n’a pas accédé au statut de célébrant pour cette « terre de lumière et de festivals », qui associe noms propres, hauts lieux et arrêts dégustation sur des routes culturelles puissamment balisées. Il faut consulter d’autres types d’index pour trouver le nom de l’écrivain : Maurras reste aujourd’hui l’auteur politique le plus fréquemment cité dans les discours de l’extrême droite, et en particulier dans ceux de son chef charismatique, Jean-Marie Le Pen. On sait aussi que l’étang de Berre concentre un grand nombre d’électeurs d’extrême droite, et que deux municipalités riveraines ont été conquises en 1995 par des élus du Front national : Marignane et Vitrolles. Martigues est, de longue date, une terre communiste : elle reste, à l’échelon national, une des places fortes du Parti, même si le vote Front national est élevé (autour de 20 % des suffrages exprimés à l’occasion des élections récentes).

3Rien n’indique vraiment la présence de Maurras à Martigues. Nul fléchage, nulle cérémonie ne vient rappeler à l’habitant ou au visiteur que la ville a vu naître une célébrité nationale. Après la Deuxième Guerre mondiale, Charles Maurras n’aura pourtant cessé d’organiser, en détail, sa propre visite : la bastide qu’il possédait chemin de Paradis à Martigues devait être le foyer d’une réinscription posthume dans l’espace local (en l’affaire, un espace national métonymique, comme on pourra le voir). C’est du moins ce que prescrivaient les dispositions de son testament. La chose n’est pas encore advenue, mais elle pourrait advenir, sous certaines conditions et au prix de quelques recompositions. C’est de cette indétermination, de ce suspens, que le compte rendu d’enquête qui suit est l’objet. L’héritage immobilier de Maurras constitue une espèce paradoxale de patrimoine, patrimoine inclassable si l’on peut dire, monument classant ceux qui s’en préoccupent, édifice appartenant simultanément à plusieurs classes d’objets : à la fois local et national, bastide à génoise de tuiles rondes et forteresse idéologique, jardin provençal et Action française.

4Martigues est simultanément la place forte industrielle de la région dans un contexte de désindustrialisation progressive et le symbole d’une sociabilité sans apprêt, voire d’une sorte de rudesse des manières, par opposition à d’autres villes à l’urbanité indiscutée : la présence ouvrière et immigrée a ici prolongé ou réactivé des stéréotypes anciens. La célébration par la municipalité de l’histoire ouvrière et républicaine de la ville n’a pas effacé d’autres images : celle du village de pêcheurs ou celle d’un haut lieu, aujourd’hui déclassé, de la provençalité picturale. Le Miroir-aux-Oiseaux, au cœur de l’île, elle-même cœur historique de la ville, n’est-il pas un des items à peindre par excellence, comme en témoigne, en toute saison, la présence constante de nombreux peintres amateurs sur les berges du canal ? Louis Hugues, ami d’enfance de Maurras, avait évoqué ces peintres dans la première lettre qu’il avait adressée au Martégal monté à Paris :

N’en parlarem de nostre Martégué. Lou faren counèisse, lou faren eima. Tu émé ta plumo tant caudo, pourras descriéure aqueli cantun tant béu que les pintre an mes sus seis telo : Brescoun, lou Trou dou Mât, lou pont de Ferriero, lous cours de Jounquièro emé sa proumenado... (Nous en parlerons de notre Martigues. Nous le ferons aimer. Toi avec ta plume si chaleureuse, tu pourras décrire ce canton si beau que les peintres ont mis sur leurs toiles : Brescon, le Trou du Mât, le pont de Ferrières, le cours de Jonquières avec sa promenade) (Giocanti 1995 : 25-26).

5Comme on le sait, Martigues n’a pas seulement été la ville de Ziem, mais elle a aussi attiré au tournant du xxe siècle les peintres les plus innovateurs, et a été un des objets privilégiés du mouvement fauviste.

Culture communale, culture commune ?

  • 2 Notamment à travers le soutien apporté par l’Office municipal des sports et de la culture (omsc).

6Le contexte culturel de l’enquête doit être précisé. La municipalité communiste a encouragé, depuis les années 1970, les initiatives culturelles2, permettant ainsi le développement de véritables institutions appuyées sur une politique de création ou de rénovation de lieux devenus un pôle d’attraction dont l’influence s’exerce au-delà de la microrégion. Il est clair, comme l’ont montré les travaux de Pierre Vergès et de ses collègues, que la politique locale du parti aux affaires à Martigues a été caractérisée par une stratégie d’alliance avec les couches moyennes, laquelle supposait à la fois une forme de retrait idéologique et une ouverture culturelle marquée par la multiplication d’équipements de haut niveau (Vergès 1982). C’est ainsi que la ville est dotée d’équipements qu’on trouve dans des villes plus importantes : on pense en particulier au théâtre des Salins, qui a reçu du ministère de la Culture le label de scène nationale. Mais le musée Ziem et le cinéma de recherche Jean Renoir ont aussi une dimension qui excède la scène locale, comme en témoigne par exemple l’attention de la presse nationale à l’occasion de manifestations importantes. Tout indique cependant que la fréquentation de ces établissements obéit aux mêmes déterminations sociales qu’en d’autres territoires. Les classes populaires sont minoritaires au sein de l’audience, qui compte une majorité de professions dites aujourd’hui intellectuelles.

7C’est à d’autres équipements, en particulier le stade Francis-Turcan (l’équipe de football de Martigues, très fortement soutenue financièrement par la municipalité, a joué deux saisons en première division, avant de plonger dans les profondeurs du national) et surtout la Grande Halle, espace polyvalent qui reçoit des spectacles de variétés, qu’il revient d’accueillir le grand public populaire. Un élu de la ville a d’ailleurs dit un jour au responsable d’un des principaux équipements culturels de la ville : « Le théâtre, c’est pour vous qu’on l’a fait, la Grande Halle, c’est pour nous. » A ces lieux de rencontre pour le grand public, il faut ajouter le Festival de folklore mondial qui se tient chaque été à Martigues et qui attire plusieurs milliers de spectateurs sur le canal Saint-Sébastien, au cœur de la ville. Ce festival constitue en quelque sorte le prolongement d’une association provençaliste, La Capouliero, qui a un recrutement assez large mais qui est plutôt une association de loisirs qu’une association « idéologique ».

8Derrière la distinction que l’élu fait entre le « vous » et le « nous », on peut sans doute retrouver la ligne de partage entre deux populations martégales, qu’on serait conduit à différencier en fonction de leurs modes de récréation. On voit peu d’élus au théâtre, et guère plus au musée ou au cinéma de recherche. On en voit plus au stade ou à la Grande Halle, et pas seulement pour des raisons de protocole. Il faut noter que le cinéma Jean Renoir, géré par une association paramunicipale, a été implanté dans un quartier plutôt populaire, Paradis-Saint-Roch, mais que le type de programmation qu’il privilégie rend la fréquentation de voisinage minoritaire, sauf dans des circonstances exceptionnelles (ce fut le cas pour les projections du film Marius et Jeannette).

9De la même façon, l’Association des amis du musée Ziem compte une majorité de membres appartenant à la fonction publique (et singulièrement au personnel municipal). Les publics des trois principales institutions culturelles de la ville sont d’ailleurs partiellement sécants. S’il ne faut pas exagérer l’homogénéité de ces publics, il convient pourtant de remarquer qu’une sorte de destin commun réunit ces institutions, autour d’une politique municipale certes, mais peut-être plus encore en raison d’une histoire similaire des responsables de ces structures et des spectateurs du premier cercle, histoire qui se construit autour d’un engagement militant originel dans le domaine de la culture (celle-ci étant conçue à l’origine comme un vecteur de transformation du monde), mais qui passe par un processus de professionnalisation ayant pour effet de mettre progressivement à distance une lecture directement politique des objets culturels, au profit d’une orientation qu’on pourrait plutôt appeler autoréférentielle.

10En un quart de siècle, professionnels de la politique et professionnels de la culture à Martigues ont vécu conjointement une sorte de désenchantement à l’égard du monde politique : les premiers au profit de la généralisation d’une logique gestionnaire, les seconds au profit d’une autonomisation des objets culturels. Ce double désenchantement, bien qu’il soit à peu près synchrone, n’a pas les mêmes effets sur les deux populations et donne lieu plutôt à l’émergence de nouvelles zones de conflictualité. En effet, l’association – propre à la France – entre l’idéologie communiste et une forme d’allégeance à la légitimité culturelle, caractéristique importante des politiques municipales depuis l’après-guerre, a été progressivement mise en question à mesure que les élus locaux de Martigues se ralliaient à une idéologie du développement économique local dirigé, dont la floraison des sociétés d’économie mixte est la meilleure illustration. Dès le début des années 1990, l’affaiblissement des justifications idéologiques était patent dans la vie locale : faucilles et marteaux ont été remplacés par les logos standardisés des collectivités publiques contemporaines, dans une signalétique qui est censée figurer le dynamisme et la performance. Si l’on ajoute à ce fait que les grandes manifestations de protestation se concentrent aujourd’hui à Marseille, pour des raisons de médiatisation, on constate que tous les emblèmes et les cérémonies caractéristiques de l’imagerie d’une ville ouvrière ont disparu. Simultanément, les responsables des structures culturelles se sont autonomisés. Souvent, cette autonomisation s’exprime par le fait de quitter le parti communiste, ou par l’abandon de la lecture de L’Humanité pour celle de Libération ou encore par l’intégration progressive dans des réseaux professionnels non locaux que la politique culturelle de l’État a particulièrement favorisée depuis 1981. Les limites très étroites des politiques de démocratisation de l’accès aux biens de culture, documentées par les enquêtes concernant les pratiques culturelles des Français, ont contribué à accroître le scepticisme des acteurs de la culture à l’égard de l’efficacité des dispositifs d’élargissement des publics. C’est au nom d’autres exigences, fondées sur des normativités professionnelles, que l’exercice du métier est justifié : c’est même dans le « socio-culturel », qui désigne l’action culturelle dans les quartiers au nom de logiques d’insertion ou de pacification, que les responsables des institutions culturelles de la ville voient une perversion de la définition même de leur projet. Ce n’est pas qu’ils soient hostiles par principe aux actions de développement culturel – ils mènent une recherche active de publics nouveaux et s’associent volontiers à des opérations pilotes dans ce domaine –, mais ils ne subordonnent plus la définition de leur action à des considérations extraculturelles. L’autonomisation de l’univers culturel et la généralisation de la référence à des normes non locales, aussi bien en matière de savoir-faire et de techniques professionnelles qu’en matière de répertoire, conduisent inévitablement à une redéfinition des lieux culturels : ceux-ci sont moins désormais les fleurons d’un patrimoine local ou les repères familiers de l’espace urbain et le lieu de sociabilités spécifiques que les avant-postes d’une définition de la culture qui, tant dans ses programmes qu’en ses plaisirs, ne doit plus grand-chose à des thèmes ou à des traditions locaux.

Un auteur provençal ?

11Maurras, on l’a dit, est encore officiellement quasi absent dans sa ville natale. Le lien entre l’auteur et la Provence est pourtant largement évoqué par les spécialistes de son œuvre. Parmi d’autres exemples, on citera la notice qu’Alain-Gérard Slama a consacrée à l’auteur du Chemin de Paradis dans le Dictionnaire des intellectuels :

L’œuvre de Maurras ne se sépare pas de la ville provençale de Martigues où celui-ci naquit, le 20 avril 1868. Entre ses premiers engagements littéraires en faveur du Félibrige de Frédéric Mistral, puis de l’école « romane » néoclassique de Jean Moréas, et les choix politiques anti-individualistes et décentralisateurs qui le conduisirent au monarchisme, le lien est patent (Slama 1996 : 772).

12La relation entre le développement d’une doctrine politique et l’engagement dans le Félibrige constituent un thème dominant des biographies de Maurras.

13La publication récente de l’ouvrage de Stéphane Giocanti, Charles Maurras félibre, dans la collection des Amis de la Langue d’Oc (Giocanti 1995), constitue un bon indicateur du travail de réinscription de l’œuvre de Maurras dans le contexte provençal, comme en témoigne la présentation du livre par Jean Fourié, majoral du Félibrige :

Trop longtemps, le Martégal a été cantonné dans le rôle de penseur politique, de théoricien social et de pamphlétaire, défendant et véhiculant des valeurs que les circonstances de l’Histoire ont placées sous les feux d’une actualité parfois dramatique et que nous n’avons pas à considérer ici. Il était temps de prendre quelque hauteur et d’élargir le périmètre des investigations.

14Si le mouvement du Félibrige a longtemps tenu en réserve le Maurras provençal, en raison de sa teneur idéologique, avant de le retrouver pleinement, l’occitanisme militant apparu dans les années 1960 (principalement à Montpellier et à Toulouse), réancrant à gauche la revendication régionaliste, s’y est explicitement opposé : les auteurs de l’Histoire d’Occitanie (Armengaud 1979) n’évoquent-ils pas l’auteur des Trente beautés de Martigues comme « l’un des penseurs occitans les plus parisiens » ?

15Charles Maurras s’est installé avec sa mère, veuve depuis douze ans, et son frère à Paris, en décembre 1885, à l’âge de dix-sept ans et demi. Ce séjour avait été longuement préparé : le déracinement qu’il impliquait, avec ses coûts matériels et psychiques, fut très rapidement surmonté par Maurras, qui sut tirer un profit instantané des ressources culturelles de la capitale. Les talents exceptionnels qu’il avait manifestés lors de son adolescence martégale et aixoise avaient conduit son entourage à lui suggérer de monter à Paris. C’est ce que rappelle Victor Nguyen dans la très remarquable biographie intellectuelle qu’il a consacrée à Maurras :

Le séjour n’avait-il pas été conseillé, recommandé, préparé par ces prêtres d’Aix-en-Provence, éducateurs des enfants à l’école libre du Sacré-Cœur et amis de la famille ? Charles possédait trop de camarades en Provence, il risquait d’y gaspiller ses dons, d’y perdre son temps en discussions interminables, courses dans la campagne, baignades et parties de barque qui l’enchantaient, de s’y enliser finalement dans la morne vie aixoise, à moins qu’il ne fût allé s’encanailler dans l’emporium marseillais tout proche (Nguyen 1991 : 111).

16Le passage à un autre univers (celui du journalisme et des lettres, et bientôt celui de la politique) va de pair avec la constitution de la Provence comme réserve symbolique et de Martigues comme point focal d’un « paradis perdu », expression parfaite d’une latinité mythique aussi bien que du bonheur de vivre. Il faut donc voir là tout autre chose qu’une nostalgie régionaliste : Maurras n’exprime jamais l’intention de se réinstaller à Martigues. Il est par ailleurs très indulgent à l’égard des transformations industrielles qui affectent sa région natale : il semble n’éprouver aucun goût pour le passéisme ou la conservation à l’identique des paysages. La Provence est d’abord une idée, qui ne s’incarne que malaisément dans une temporalité ou une histoire. « Pour exprimer son amour de la Provence, il fallait la nommer dans sa partie la plus haute et impérissable. Il fallait inventer un langage de beauté qui la retînt des eaux du temps. Ce platonicien pensait en effet que le fait de nommer une chose, c’était s’accorder à son essence » (Giocanti 1995 : 299). Les séjours de Maurras dans sa bastide furent à la fois brefs et irréguliers. Le chantre de la décentralisation reste lui-même très fortement attaché à la centralité littéraire et politique de la France. Comme le remarque Stéphane Giocanti, Maurras a presque toujours évoqué son pays d’origine en ayant recours à la « prose du souvenir » (ibid. : 295). La terre natale est à la fois une remémoration et un concept, comme en atteste le traitement « atticiste » du paysage provençal qui l’inscrit dans une filiation avec une Grèce purement théorique.

17Cette approche théorique de la bastide, on la retrouve dans le traitement tout à fait caractéristique que Maurras applique à son jardin : c’était celui d’une maison provençale classique. Il y fit planter des essences représentatives du jardin méditerranéen en général, avec une référence particulière à la Grèce. De la même façon, la constitution du mur des héros, ou la transformation programmée de la bastide en maison d’écrivain, avec l’implantation de la bibliothèque qu’il avait réunie à Paris, témoignent de la démarche de construction qui a constitué la bastide du chemin de Paradis en maison de Charles Maurras. On est ici, semble-t-il, très loin de la provençalité, mais dans un espace de la fiction théorique qu’il faut rattacher aux principes esthétiques que Charles Maurras défend et qui doivent être associés à une définition de la fonction sociale de l’écrivain. Dans un ouvrage récent, Gisèle Sapiro fait justement remarquer qu’ » en annonçant, dans la dernière décennie du xixe siècle, au moment même où le classicisme recevait ses lettres de noblesse universitaires, les prémices d’un renouveau classique, l’école romane, qui regroupait autour de Jean Moréas des dissidents du symbolisme, et dont Charles Maurras fut le théoricien, opérait une révolution symbolique au sein du champ littéraire » (Sapiro 1999 : 120). La critique du romantisme (qualifié à la fois d’individualiste, de sentimental, et de non latin) au nom du classicisme et de l’idéal grec de beauté est commune à tout un groupe d’écrivains et elle aura des échos puissants dans la génération littéraire des années 1920. L’engagement littéraire de Maurras auprès de l’école romane lui permet de construire les fondements de sa théorie générale de la culture et de la politique. Le romantisme associe à la fois la tyrannie du sentiment, l’exaltation et le dérèglement du moi et le messianisme révolutionnaire. Ce mouvement n’est donc pas seulement une calamité esthétique, il est aussi une menace politique. En s’appuyant sur les positions de l’école romane (dont l’importance dans l’histoire de la littérature est à l’évidence limitée), Maurras met à profit le combat esthétique pour développer un arsenal politique. Selon lui, transgresser les règles du classicisme équivaut à un acte de barbarie. Comme le montre à juste titre Gisèle Sapiro, la critique du romantisme littéraire est le moyen, au prix d’une recomposition mythique de la géopolitique et des migrations internationales des mouvements d’idées, de construire une théorie nouvelle du nationalisme.

Le redécoupage maurrassien opposait un Occident régi par le principe « masculin » de l’ordre et de la maîtrise de soi, qui a désormais son centre dans le Midi provençal, héritier de la tradition helléno-latine, et un Orient régi par le principe « féminin » dont le romantisme est l’expression. Cette vision du monde est au fondement du nouveau nationalisme qui émerge à la fin du xixe siècle, et dont Maurras se fera bientôt l’un des chefs de file, avec la doctrine du nationalisme intégral (ibid. : 122).

18Cela suffit à expliquer que la séparation radicale entre un Maurras écrivain, théoricien de la littérature et ami de la Provence, et un Maurras défenseur du nationalisme intégral (comme justification de la théorie monarchiste) et pourfendeur de la démocratie est impossible à pratiquer, tant le travail théorique, la composition littéraire et l’orientation idéologique sont indissolublement liés dans le projet même de l’écrivain. Les apparences peuvent conduire à la distinction entre deux types de prose maurrassienne, la première étant fondée sur un équilibre néo-classiciste et sur l’harmonie entre l’individuel et le collectif, la seconde manifestant le goût pour l’invective et la violence verbale, dans le style franchement disharmonique des publicistes de l’époque : mais la notion de « virilité » est présente à la fois à travers la définition du classicisme et dans la posture de combat caractéristique de la littérature conservatrice de l’époque. De fait, l’unité domine dans le projet maurrassien : il n’y a pas de solution de continuité entre littérature et politique. Chacune s’exprime à travers l’autre.

19De cette construction théorique à base fictionnelle qui associe la virilité, le classicisme et le Midi provençal, la bastide du chemin de Paradis constitue la principale réserve symbolique. Victor Nguyen y voit « l’axe même de sa vie affective, là où tout se rapporte, tôt ou tard, le môle où s’accroche sa rêverie, le lieu où rôdent ses souvenirs » (Nguyen 1991 : 116). Les nombreuses pages destinées à célébrer sa maison attestent la signification profonde de ce point d’ancrage qui vaut pour l’ensemble de l’œuvre littéraire, théorique et politique de Maurras. Telle qu’elle se présente, la bastide ne possède pas de caractère véritablement exceptionnel : elle témoigne, parmi une foule d’autres exemples en Provence, du goût pour les résidences champêtres au xviiie siècle. Charles Maurras n’y passa pas sa petite enfance, puisque la propriété de la demeure ne revint à sa mère qu’en 1881. La véritable maison d’enfance se trouvait dans le quartier de l’Île voisin : ce fait ajoute encore au caractère d’abstraction théorique de la bastide, et montre à quel point l’ancrage de l’ensemble de l’œuvre autour de celle-ci a fait l’objet de la part de Maurras d’un véritable processus de construction, de réordonnancement, où les éléments les plus affectifs de la vie trouvent leur justification dans une argumentation rationnelle. Au risque de choquer les fidèles qui insistent avant tout sur la provençalité de Maurras, on ne peut que constater la dimension de recomposition a posteriori que revêtent les références multiples au chemin de Paradis. La mythologie personnelle est indissociable d’une théorie sociale et politique que la maison illustre parfaitement. A cela s’ajoute le fait que l’enfance de Maurras correspond au moment du plus fort déclin de la ville : Martigues comptait environ 13 000 habitants à la fin du xviie siècle. Il n’en restait que 6 098 en 1881 et 5 722 en 1906. A l’inverse du développement marseillais au xixe siècle, la petite ville connaît un déclin continu. Les environs sont également endormis, comme en témoigne la description qu’Ardouin-Dumazet en donne au tournant du xxe siècle : « Pourtant désert est ce vaste bassin dont la superficie atteint vingt mille hectares. A peine, de temps à autre, une voile de pêche. Dans les anses si bien abritées de Saint-Chamas et de Berre, pas un mât de goélette, pas une cheminée de steamer : c’est la solitude absolue » (Ardouin-Dumazet 1898). Cet assoupissement contraste fortement avec le développement industriel qu’ont connu les rives de l’étang de Berre depuis la fin des années 1920. Mais l’atonie martégale a rendu peut-être plus facile la reconstruction « théorique » dont a été l’objet après coup le pays natal de la part de son illustre fils. L’espace social et urbain en devenait d’autant plus malléable et reconstructible à volonté. La bastide provençale s’est ainsi trouvée classicisée : on a déjà évoqué l’atticisation du jardin. Il existe une autre dimension de l’après-coup : celle qui voit les fonctions de la maison redéfinies pour un usage post mortem dans l’ensemble des dispositions testamentaires.

20Il est clair que la redécouverte de la dimension locale de l’œuvre de Maurras s’intègre dans un mouvement plus vaste de réhabilitation et de réévaluation, comme en témoignent les colloques organisés à Aix-en-Provence entre 1968 et 1985, dont les actes ont paru régulièrement dans la revue des Études maurassiennes, rencontres au cours desquelles interviennent plusieurs universitaires. Un autre élément important est constitué par la publication posthume de l’ouvrage de Victor Nguyen (Nguyen 1991), contribution à l’histoire intellectuelle qui a toutes les caractéristiques d’une production savante en dépit de son inachèvement, et qui tranche sur la littérature de piété à laquelle a été longtemps confiné le savoir maurrassien. Il faut ajouter enfin la mise en évidence de la position éminente que Maurras a occupée dans le champ littéraire, à travers l’édition de lettres qui lui ont été adressées par de très nombreux écrivains (Deschodt 1995). Le travail récent de Gisèle Sapiro permet de réévaluer l’importance de Maurras dans l’espace des querelles littéraires, et partant dans celui des attitudes politiques dont la sociologue montre qu’il est inséparable. Gisèle Sapiro fait dans ce travail un usage fécond de la notion de « champ » développée par Pierre Bourdieu : il est vrai que la conjoncture littéraire et politique de la Troisième République est particulièrement propice à des analyses en termes d’espace positionnel, tant la définition sociale de l’écrivain inclut la question de sa responsabilité politique. Le champ littéraire français de la première moitié du xxe siècle est aussi un champ politique. On avait tendance à oublier, en ne considérant que la vie tourmentée de l’Action française, le caractère central de Maurras dans la vie littéraire de l’entre-deux-guerres.

21Considérons maintenant les opérations de réhabilitation qui concernent la figure du mentor de l’Action française. Il existe deux lignes argumentatives : la première porte sur la réévaluation des positions politiques de Maurras. Il s’agit de montrer que Maurras n’a rien à voir avec l’extrême droite collaborationniste. C’est la position qu’illustre avec le plus de clarté Pierre-Jean Deschodt dans sa préface à l’édition de la correspondance des écrivains avec Maurras :

Quels aspects de Charles Maurras retiennent aujourd’hui les historiens ? Ils se plaisent à le considérer comme un représentant éminent de l’ultra-droite qui a sévi dans le cadre des « heures les plus sombres de notre histoire ». Derrière ce schéma réductionniste et dogmatique, on ressent, toutefois, un certain malaise. Maurras n’a-t-il pas été en relation et même le maître de certains collaborateurs ? L’examen des faits témoigne que cette imputation se fonde sur un paradoxe. Les reproches fréquents que l’on entend ici ou là ne résistent pas à la simple lecture des écrits de Charles Maurras. Des collaborateurs avérés, tels Dominique Sordet, critique de théâtre, Georges Claude, physicien et grand spécialiste de la recherche de nouvelles énergies, Lucien Rebatet et Robert Brasillach, viennent bien des milieux de l’Action française, mais lorsqu’ils ont embrassé, en adhérant à la collaboration, le destin de l’Allemagne, Maurras s’est immédiatement séparé d’eux ; dès lors, à ses yeux, ils n’existaient plus (Deschodt 1995 : 17).

22La réhabilitation politique de Maurras passe aussi par la critique des conditions de son procès à la Libération. Pierre-Jean Deschodt fait ainsi remarquer que les esprits n’étaient pas dans un état de sérénité suffisant pour prononcer un jugement équitable :

Au lendemain de la libération de la France, l’atmosphère ambiante était délétère. Au moment du procès Maurras, la pression populaire nourrie par le parti « des 75 000 fusillés » avait envahi le prétoire. Elle exigeait une épuration sans aucune indulgence : « Tous nos malheurs passés sont venus de notre refus de juguler la trahison... Ne pas punir les crimes d’hier, c’est encourager les crimes de demain. Saint-Just avait raison de proclamer que ce n’est pas avec l’indulgence qu’on fonde la république, mais avec la rigueur implacable envers tous ceux qui ont trahi. » Il fallait accuser, accuser ; trouver des coupables, faire des coupables afin de convaincre l’opinion publique que celui-ci était un « monstre », celui-là un « philoboche ». L’heure n’était plus au discernement mais à la passion (ibid. : 31-32).

23Quant au soutien apporté au régime de Vichy, il est incontestable ; on plaide alors « l’incohérence politique » de Maurras : les violentes diatribes contre la Résistance, qu’elle soit gaulliste ou communiste, sont mises sur le compte d’une forme de grand écart entre le patriotisme et le souci d’éviter une guerre civile entre les Français. Pétain et l’État français constituent dans la conjoncture l’incarnation du principe unitaire : le soutien au Maréchal permet d’éviter la dissolution de la France. On peut trouver une illustration de cette schizophrénie à travers l’anecdote que rapporte François Huguenin dans un livre récent : Maurras pouvait simultanément appeler avec la plus extrême des violences à la prise d’otages résistants en représailles et appeler les Français « à s’unir et à se liguer dans la “haine du désordre” et pour son “châtiment” » et aller s’incliner devant les dépouilles de cinq otages fusillés par les Allemands place Bellecour à Lyon (Huguenin 1998 : 492).

24La deuxième ligne argumentative porte sur la qualité propre de l’écrivain Charles Maurras et sur la nécessité qui se fait jour, en dehors de toute préoccupation idéologique, de préserver les conditions d’accès à une œuvre majeure. On convoque volontiers à ce propos le fait que l’antisémitisme violent de Voltaire ne l’ait pas disqualifié pour figurer dans le panthéon littéraire. On s’appuie surtout sur le fait que Céline, vrai collaborateur et antisémite actif, est aujourd’hui considéré, presque unanimement, comme un des grands innovateurs littéraires du xxe siècle. Loin d’être pensées comme indissociables, les préoccupations littéraires et l’engagement politique de Maurras se trouvent, au plus loin de la vérité historique, séparées par un coup de force. Les entreprises de réhabilitation du personnage ont régulièrement recours à ce type de violence historique : elles ont pour conséquence de minorer les éléments liés à l’activisme politique de Maurras au profit de la dimension théorique de son œuvre, de sa valeur littéraire et de l’attachement constant qu’il a manifesté à sa terre natale. L’élément félibréen présent chez Maurras est ici de première importance dans la mesure où il permet de réorganiser l’ensemble de l’œuvre en fonction d’un itinéraire cohérent (« à l’aide du Maurras provençal, on aborde en fait la totalité d’une des plus grandes figures du xxe siècle », écrit ainsi Stéphane Giocanti). Dans les réévaluations récentes, l’inscription locale de l’œuvre apparaît à la fois comme point de départ (le retour sur l’expérience primitive du monde social constituant la première impulsion pour le développement de la pensée philosophique et politique de l’auteur) et comme condition d’accès pour le lecteur : c’est l’entrée félibréenne qui permet de saisir l’œuvre dans toutes ses dimensions, au-delà de l’interprétation qu’ont imposée les circonstances de l’histoire politique.

25On voit parfaitement que les enjeux de cette référence à un enracinement local n’ont rien de local. Maurras n’a jamais fait l’objet d’une revendication from below. Il convient aussi de dire que la mémoire officielle, telle que l’a constituée le parti communiste au pouvoir, n’a pas laissé de place au champion des Trente beautés de Martigues. Plutôt que la réprobation politique (bien qu’une partie des militants politiques et associatifs fasse exception à la règle), c’est la méconnaissance de l’écrivain qui domine localement. Il faut dire que le territoire urbain n’offre aucune prise au travail de mémoire : le changement de statut de la ville, qui a connu en un siècle la transition de la bourgade endormie vers la cité ouvrière à la périphérie de laquelle s’est constitué le premier pôle pétrochimique européen, a puissamment contribué à brouiller les lignages et à effacer les traditions (et la possibilité de les réinventer). Maurras ne saurait être considéré dans sa ville natale, Martigues, comme un héros local. Il y a plus : le patrimoine maurrassien présente tous les caractères d’un héritage encombrant dans une ville encore massivement ouvrière et à direction municipale communiste. La structure urbaine de Martigues échappe comme à plaisir à tous les clichés provençalistes (Fabiani 1994). La ville esquive la monumentalité, aussi bien qu’elle remet en question les stéréotypes de l’urbanité méridionale (Courtot et al. 1988). Martigues est véritablement au ras de l’eau (il y a même dans l’île des débordements en temps de pluie qui rappellent l’aqua alta vénitienne) quand le stéréotype privilégie le site perché. Alexandre Dumas, dans ses Impressions de voyage, disait de Martigues qu’elle n’était pas bâtie au bord de la mer, mais dans la mer. « C’est un vaste bateau où tout le monde pêche », ajoutait-il (Dumas 1841 : 190). Aujourd’hui, le déclin de la pêche et le développement de la pétrochimie ont profondément modifié la relation à l’eau, même si l’omniprésence des canaux et des ponts continue à déterminer les scansions de la vie quotidienne. De toute manière, Martigues continue d’échapper à la définition convenue du bourg provençal : l’industrie lourde domine là où l’on attendrait un paysage jardiné. La ville ne possède pas d’édifice ostentatoire, et l’on n’y repère aisément aucune pratique de distinction. L’étonnante sobriété de l’hôtel Colla de Pradines (après avoir été le siège de la mairie, il abrite aujourd’hui le tribunal d’instance), seul exemple de construction sur le modèle aixois, en est le meilleur exemple. Le récent hôtel de ville, qui illustre le projet politique et urbain de la municipalité, est tout en décrochements et dépourvu de frontalité, au moins du côté de la terre : tout se passe comme s’il tentait d’échapper à l’officialité de sa fonction. La ville, en dépit de l’habitat collectif qui a connu un grand développement au cours des années 1960, reste majoritairement horizontale et dépourvue de balises puissantes.

26C’est sur d’autres registres qu’est construite l’image contemporaine de la ville (principalement à travers la référence à la culture ouvrière, telle qu’elle s’exprime notamment dans le Toni de Jean Renoir, tourné en partie à Martigues, et à la résistance locale à l’occupant dont les martyrs donnent à la ville un bon nombre de ses noms de rues, et secondairement par rapport à la communauté des pêcheurs). Les élus ont joué à fond la référence au « parti des fusillés ». On rapporte même qu’un candidat à une élection locale s’était prévalu du titre inattendu de « gendre de fusillé ». A la différence de bien des municipalités communistes (y compris voisines, comme Port-de-Bouc), la ville de Martigues n’a pas honoré les dirigeants du Parti, pas plus que les héros de l’Union soviétique, en baptisant les rues ou les places de la ville. Les noms attribués à celles-ci associent la tradition républicaine (cours du Quatre-Septembre à Jonquières, rue de la République dans l’île, place Jean-Jaurès dans le quartier de Ferrières), la Résistance, des figures du travail ouvrier (par exemple, l’avenue José-Nobre porte le nom d’un ouvrier mort dans un accident du travail lors de la construction du viaduc autoroutier qui surplombe Martigues). Des établissements d’enseignement ou des lieux culturels portent le nom de personnalités culturelles et scientifiques ordinairement associées au parti communiste (Jean Lurçat, Paul Langevin, Pablo Picasso, Louis Aragon) : mais on ne trouvera ni Youri Gagarine, ni Lénine, ni Georges Gosnat en flânant dans Martigues. Il y a incontestablement moins de références à la culture dite provençale que dans les autres villes de la région (à l’exception de Marcel Pagnol, qui donne son nom à un collège). Il faut noter l’importance donnée à la culture, mais celle-ci ne privilégie pas les félibres et valorise plutôt la production reconnue internationalement (Georges Braque et de très nombreux peintres) ou la création contemporaine (il existe ainsi une allée Jean-Barraqué).

27Revenons à la maison de l’écrivain. C’est Maurras lui-même qui a soigneusement programmé la réinscription de la bastide dans l’espace local. Il a insisté sur sa dimension patrimoniale dans de nombreux textes, particulièrement Sans la muraille des cyprès, publié à Arles en 1941. Le jardin a été dessiné et planté selon les directives de Maurras lui-même, comme en attestent le devis d’exécution daté de 1943 et le texte intitulé Le pain et le vin (1944). Le jardin constitue une composition intégrale : c’est Maurras lui-même qui en a dessiné le mobilier, et qui a choisi les essences, censées représenter une idée de la flore méditerranéenne, en référence à la Grèce principalement : il s’agit d’un jardin symbolique. Maurras a fait également édifier l’allée des Philosophes et le mur des Fastes à la gloire des hommes célèbres de la Provence et il a fait édifier un monument en mémoire de Gérard Tenque, fondateur de l’ordre des Templiers et natif de Martigues. Une marche permettant l’accès au mur des Fastes contient le cœur de Maurras.

28C’est également Maurras qui a eu la volonté de rapatrier la bibliothèque de son appartement parisien pour en faire, avec son bureau, le cœur d’une maison de grand écrivain. Enfin, Maurras a fait intégrer dans le jardin un élément architectural du xvie siècle (un mascaron de fontaine) provenant du site voisin de Saint-Blaise. Comme on le voit, il s’agit ici d’une création plutôt que d’une conservation. On est en face du processus de création d’une sorte de lieu saint : les maurrassiens appelaient d’ailleurs Martigues la ville sainte. A partir de la lecture d’un ensemble de lettres à Jacqueline Gibert qui constitue le dispositif testamentaire de Maurras, on perçoit deux types d’intention. La première, qui est au centre des premiers courriers et qui s’estompe au cours du temps, est sans ambiguïté. Il s’agit de faire de la bastide un sanctuaire de l’Action française. Ainsi dans une lettre datée du 15 juin 1950 : « Mon testament prend des dispositions pour que soit maintenue ma maison vivante, avec ses livres et ses souvenirs d’Action française. » Maurras éclaire son propos initial dans un courrier du 30 avril 1951 : « Vous n’ignorez pas mon intention de faire de ma maison... une espèce de musée de l’Action française. » Au cours du temps, le projet de donation à la ville de Martigues est assorti de considérations plus sociales et plus consensuelles dans la France de l’immédiat après-guerre. Ainsi le 24 janvier 1952, il écrivait à sa correspondante : « J’ai le dessein d’aménager, après moi, dans ma vieille propriété, un centre de libres études littéraires et historiques (un peu musée, un peu et surtout bibliothèque) pour les jeunes gens doués qui auraient des dispositions au travail personnel... La jeunesse de Martigues, ou du moins son élite, pourrait venir travailler dans mon ancien logis pendant que les enfants en bas âge joueraient dans le jardin. »

29Pour asseoir sa donation dans le contexte politique des années 1950, Maurras a suggéré d’instituer un comité de gestion de la bastide qui serait composé du maire (président d’honneur), du premier adjoint, de trois conseillers municipaux représentant trois couleurs politiques (pcf, sfio, rpf), d’un représentant du musée, et de trois amis personnels (Rolland, Maurel, Berlot). Le projet n’a pas abouti à cette époque. La mairie a refusé le legs, l’estimant dépourvu de validité. Il était effectivement très difficilement pensable qu’une collectivité publique, quelle que soit sa couleur politique, pût accepter ce type de don en 1954. A ce moment, le journal communiste La Marseillaise exprimait en ces termes le refus municipal : « La validité du testament est contestable, étant précisé qu’il émane d’un condamné à la réclusion perpétuelle qui ne pouvait, à cette époque, disposer librement de ses biens. » Malgré le dispositif consensuel que Maurras avait habilement imaginé, la constitution d’une mémoire officielle maurrassienne à Martigues se révélait impossible.

30Il convient de noter que le statut urbain de la bastide a fortement changé depuis les années 1950. Celle-ci avait été bâtie à la périphérie de la ville et avait le caractère d’une résidence champêtre. Elle offrait une vue panoramique qui permettait d’embrasser les trois quartiers de Martigues, les salins et le canal principal. Aujourd’hui elle est strictement enchâssée dans le tissu urbain. Les salins ont été asséchés et ils abritent aujourd’hui plusieurs grands édifices publics. La colline du Moulin de France, dont les ruines étaient une source de méditation pour l’écrivain, a été intensément lotie de logements sociaux. La ville est devenue une ville moyenne (la quatrième du département) avec un taux d’immigration très important. La population a pratiquement quadruplé depuis 1950 (date à laquelle la population revenait enfin au niveau qu’elle avait en 1790). Les pêcheurs, agriculteurs, commerçants et artisans, qui constituaient la grande majorité de la population traditionnelle de la ville, ont été remplacés par les ouvriers, les employés et les agents du secteur public. Au cœur d’une cité où les arrivés récents prédominent désormais (aux Arméniens, Grecs, Italiens et Espagnols récemment établis, s’ajoutent les Portugais, les Maghrébins, mais aussi les Lorrains venus s’implanter lors du développement de la sidérurgie à Fos), quel peut-être le sens d’une référence à la provençalité ou au Félibrige ?

31La réponse n’est pas simple : l’observation d’une activité traditionnelle comme les Joutes martégales, qui ont lieu à la belle saison sur les canaux de la ville, montre que les pratiquants sont en majorité des fils d’immigrés. Ils mettent en œuvre une activité provençale, que les locaux établis depuis de longues générations ont délaissée au profit de sports moins natifs mais socialement plus gratifiants (planche à voile, dont Martigues est un des hauts lieux français, etc.). Les joutes supposent que l’on soit précipité plusieurs fois dans la journée dans les eaux du canal, déclarées impropres à la baignade depuis une vingtaine d’années. Il n’est pas étonnant qu’elles soient délaissées par les plus nantis et qu’elles offrent une porte d’entrée accessible à très faible coût aux arrivés récents. On pourrait multiplier les remarques analogues à propos de la pratique du cabanon, de la pêche ou de l’entretien de pointus ou de barquettes (petites embarcations de pêche transformées en support de loisirs). Les associations folkloriques peuvent également être largement réinvesties par les nouveaux arrivants qui y voient un lieu d’intégration privilégié.

La bastide en réserve de la vie locale

32Il s’agit de la seule bastide sur le territoire de la ville : cette maison du xviie siècle est inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques pour la façade et la toiture. La maison de Maurras est donc un des bâtiments civils les plus anciens dans une commune à la monumentalité modeste. Le jardin est en attente de classement. Indépendamment de la personnalité de Maurras, cet ensemble est de nature à intéresser des élus locaux dans un contexte de valorisation de tous les éléments du patrimoine. Bien qu’étant une ville industrielle et fortement polluée, Martigues entend développer une politique de tourisme qu’autorisent les vastes plages sur la façade maritime de la commune et le pittoresque des canaux : un projet d’exploitation du patrimoine est donc à l’œuvre. Dans le contexte régional, où les villes voisines disposent souvent d’ensemble patrimoniaux de première grandeur (Arles ou Aix par exemple), accroître la visibilité de ses monuments historiques est un impératif.

33Après le refus de la ville en 1954, la bastide a été entrouverte à la visite, la gestion étant assurée par une société civile constituée par les héritiers de Maurras (et par la suite, avec l’aide de la Société des amis de Charles Maurras). Du fait de l’absence de publicité et de signalétique, la demeure a fait l’objet pour l’essentiel de visites « pieuses » d’admirateurs politiques et de consommateurs de patrimoine très avertis, alors même que la population martégale ignorait dans sa très grande majorité l’existence de ce monument historique (à titre d’exemple : les guides de l’office de tourisme n’ont jamais pénétré dans l’enceinte de la propriété, sise à trois cents mètres du syndicat d’initiative). La maison de Maurras fait pourtant l’objet d’une notice dans le Guide des maisons d’hommes célèbres :

Né aux Martigues (il fut déclaré à l’état civil sous le nom de Photius) d’un père romantique et libéral et d’une mère dévote et royaliste, Maurras, en dehors de sa carrière politique, resta toute sa vie attaché à son terroir provençal natal, qui a nourri une grande partie de son œuvre littéraire. Sa maison est une bastide provençale typique du xvie siècle (sic), comportant une génoise à plusieurs rangs, contournée en arrondi dans les angles, un cordon de vétage à denticules et une porte en pierre surmontée d’un « chapeau de gendarme ». On visite le bureau de Maurras, sa bibliothèque (sept mille volumes) un petit musée et le jardin aménagé suivant les plans de l’écrivain et de l’architecte Henri Mazet : fontaine aux mascarons, chapiteau bucrâne, mur des Fastes de Martigues, oratoire de Gérard Tenque, etc. (p. 178 du guide).

34La maison de Maurras existe donc comme lieu patrimonial : elle fait l’objet de visites, elle est dans les guides. Mais elle n’est pas encore véritablement présente dans l’espace local, bien qu’elle en constitue potentiellement un élément majeur, comme en témoigne son statut de monument historique.

Une croisade familiale

35Ce patrimoine « inapproprié » dans les deux sens du terme vient de changer de statut, et c’est ce processus que nous avons analysé. Au début de l’enquête, la municipalité de Martigues avait exprimé l’intention d’accéder à la demande du fils adoptif de Charles Maurras, Jacques, fils de son frère, c’est-à-dire de reconnaître la donation de l’écrivain. Faire accepter à la municipalité cet héritage idéologiquement inintégrable a priori a été le grand souci de Jacques Maurras, et de sa femme Nicole, très active dans cette longue quête. Nicole Maurras ne parle-t-elle pas de Charles Maurras comme de « son beau-père » ? La piété active de ce couple a donné lieu à un très lent travail de mise en relation entre divers interlocuteurs (les responsables du musée de Martigues, les élus et les personnalités locales et surtout les nombreux héritiers littéraires et idéologiques de Maurras qu’ils ont su mobiliser, en soutenant sans relâche les travaux d’érudition sur le grand homme de la famille). Ce travail patient et obstiné est d’autant plus impressionnant qu’il s’est majoritairement déroulé dans des conditions d’adversité et qu’il supposait d’arracher l’écrivain au petit cercle de ses admirateurs invétérés.

36Comme on le sait mieux désormais, Maurras a été l’un des grands points de référence de la littérature française d’avant-guerre (la lecture des dédicaces dans sa bibliothèque montre à l’envi le rôle magnétique de Maurras). Après la guerre, beaucoup d’écrivains et d’hommes politiques ont tenu à dénier ou à occulter une filiation qui semblait compromettante (le meilleur exemple est André Malraux, mais Charles de Gaulle lui-même avait dédicacé à son maître d’alors Le Fil de l’épée). Ceux qui assumaient courageusement l’héritage avaient toutes les chances d’être très minoritaires après la guerre. Il convenait surtout de faire silence et de donner du temps au temps. Le travail de réparation entrepris par les époux Maurras s’est donc installé dans la durée : il a pris la forme de la réinscription de Maurras dans le paysage des études savantes et de la disponibilité à l’égard des chercheurs les moins susceptibles d’être favorables à la mémoire de leur parent.

37Si les héritiers poursuivent effectivement une entreprise de réhabilitation (dont la mise en patrimoine constitue l’instrument principal), ils doivent aussi composer avec la réalité, qui prend la forme d’une ville ouvrière et d’une municipalité communiste. Les entretiens permettent de mettre au jour l’important travail d’euphémisation et de dépolitisation qui conditionne l’acceptabilité de la démarche. Le Maurras « politique » est déclassé au profit :

  1. de l’homme et de ses qualités (les héritiers insistent sur les aspects « bon vivant » de Maurras, sa simplicité non dénuée de générosité avec les pêcheurs, son empressement auprès des jolies femmes). Ce registre est davantage celui de la normalité (Charles était un homme comme les autres) que celui de l’héroïsation ;

  2. du grand écrivain. L’opération est rendue difficile du fait du « classicisme » revendiqué de la prose maurrassienne – qui l’oppose à des formes ultérieures de populisme littéraire droitier (voir Céline) aujourd’hui littérairement valorisées. La mobilisation des ressources qu’offre la droite de l’Académie française est ici une nécessité : elle se heurte au caractère apparemment désuet de l’œuvre littéraire de l’auteur des Trente beautés de Martigues ;

  3. les héritiers insistent sur l’enracinement du Martégal. C’est le Provençal qui fait l’objet de la valorisation, sa manière d’être d’ici tout en étant loin. Les Maurras ont d’ailleurs fait construire une demeure en Provence, mais pas à Martigues, qui ne correspond pas selon eux à la définition canonique de la provençalité (trop d’industries, pas assez d’arbres, disent-ils).

38Les propos des Maurras peuvent faire l’objet d’une analyse en termes de « travail idéologique » selon l’expression de Bennett Berger (Berger 1981 ; Fabiani 1984) : il s’agit de produire des assertions qui prennent en compte l’écart structurel entre des conceptions du monde et les conditions locales de l’action. Le travail de l’acceptabilité, qui suppose des compromis et des réajustements, est au cœur de l’interprétation des observations ethnographiques. Il ne s’agit en aucun cas d’entrer dans une logique de dévoilement ou de démystification pour rendre compte de l’action des héritiers Maurras : on prend au contraire parfaitement au sérieux les justifications qui sont données de l’entreprise et des efforts qu’elle coûte. Celle-ci s’inscrit dans un ensemble plus vaste d’opérations qui ont visé à insérer l’héritage dans le patrimoine public (versement de documents aux Archives nationales après que celles-ci eurent manifesté leur intérêt pour l’écrivain lors de ventes publiques, achat d’archives privées en vue de leur donation à l’État). La réinscription locale de l’œuvre de Maurras est une condition de sa reconnaissance nationale (et non plus simplement de sa célébration par un groupe idéologique aux contours exigus) : c’est par Martigues que Maurras peut réinvestir l’histoire légitime. On mesure ici l’importance que revêt l’inscription de Maurras dans l’espace public à travers la signalisation de parcours urbains qui peuvent conduire jusqu’à sa bastide.

La réception locale de l’offre

39Depuis que les époux Maurras tentent d’obtenir ce qu’ils considèrent comme une forme de reconnaissance posthume pour le grand homme, leur interlocuteur, le maire de Martigues, n’a pas changé : il s’agit toujours de Paul Lombard, communiste orthodoxe, né en 1927 et maire depuis 1969. C’est donc un changement de point de vue des élus locaux sur la question qui a permis d’amorcer la patrimonialisation locale de cet édifice. Lorsque le projet de recherche a été soumis à la mission du Patrimoine ethnologique, l’issue de la requête des Maurras était encore incertaine : des tensions s’étaient fait jour au sein du conseil municipal concernant l’opportunité de ce legs idéologiquement encombrant. L’enquête a donc porté sur un processus d’acceptation et sur les coûts symboliques qu’il entraîne pour l’ensemble des parties. La donation a été acceptée en conseil municipal le 25 avril 1997, et une cérémonie de remise des clés a eu lieu en septembre 1997 à la maison Maurras, en présence du maire, des héritiers et de Michel Déon, représentant l’Académie française. La principale logique à l’œuvre dans les argumentaires des élus communistes est celle de la relocalisation de Maurras : elle est associée à la reconnaissance obligée de la valeur patrimoniale de l’œuvre et de la maison.

40Deux exemples. D’abord, peu après la cérémonie de la remise des clés, Le Monde relate ainsi la donation :

Martigues vient d’accepter le legs de la bastide de Charles Maurras, excommunié, condamné à la réclusion en 1945, qu’elle avait refusé à la mort de l’écrivain, en 1952. La Venise provençale préfère aujourd’hui se souvenir de l’enfant du pays, de l’amateur de bouillabaisse, du « félibre » dont le cœur repose dans la roseraie du chemin de Paradis. « D’ailleurs, toutes ses maudites idées, c’est à Paris que Maurras les a développées », dit, avec l’accent, Paul Lombard, le maire communiste de la ville (7 octobre 1997, p. 34).

41Le maire met en œuvre, sous une forme proche de la galéjade provençale, la coupure entre le Provençal et le théoricien monarchiste, supprimant d’une pirouette la fonction symbolique de la bastide dans le dispositif de célébration maurrassien. Ensuite, l’adjoint à la culture, Florian Salazar-Martin, interpellé par l’opposition municipale le 25 avril 1997, justifie sa position en ces termes :

Une ville doit assumer son passé. Maurras ne fut pas seulement un homme politique, mais aussi un écrivain reconnu. En outre le fonds de sa bibliothèque est très riche, le jardin magnifique, et sa maison est l’une des plus belles demeures de Martigues. C’est donc sans complexe que j’approuve cet « héritage », en l’occurrence une cession pour le franc symbolique.

42Le maire de Martigues aime à rapporter l’anecdote (entendue plusieurs fois par l’enquêteur au cours de cérémonies publiques) selon laquelle les numéros successifs de L’Action française envoyés par Maurras à la prud’homie de pêche étaient entassés sans être ouverts. « Degun le legge » (personne ne le lit) aurait dit pour se justifier le concierge de la prud’homie. La répétition de cette « bonne histoire » dit ici l’immunisation de la ville par rapport à l’idéologie maurrassienne. Le don que fait Maurras (et dans lequel on peut voir comme une préfiguration du legs de la bastide) n’est pas susceptible de contaminer la population locale. Il faut noter qu’en dépit du caractère plutôt orthodoxe de la municipalité, la vie politique locale a été caractérisée au cours des dernières années par une sorte de « désidéologisation » et de relocalisation. Les élus s’affirment plus comme Martégaux que comme communistes (le sigle et quelquefois le terme ayant disparu des affiches et des manifestes) : à la « désidéologisation » de Maurras correspond donc celle de la municipalité. Cette remarque doit être prise dans certaines limites : elle ne permet pas de rendre compte des luttes internes au parti communiste (toujours difficiles à expliciter), et elle ne préjuge en rien de possibles réinvestissements idéologiques ou populistes. Derrière la langue de bois usuelle du parti communiste, sont dissimulées de profondes divergences. Plusieurs élus expriment en privé de sérieuses réserves sur ce qu’ils considèrent comme une dérive personnelle du maire, un « caprice de vieillard » ou une marque d’autocratie. La rencontre de la mairie et des héritiers Maurras se fait sous le signe d’une double convergence : désidéologisation et reprovençalisation.

43La donation a été acceptée par un vote unanime du conseil municipal, en dépit de quelques réticences exprimées par la droite républicaine. Le vote n’a pas fait l’objet de véritables contestations publiques. La mairie a développé une action de communication qui prolonge la thématique de la réinscription provençale du legs, comme en témoigne une double page du bulletin municipal, Reflets, dans sa livraison de novembre 1997, sous le titre : « Un jardin en héritage ». Martine Carnaroli justifie ainsi la décision municipale :

L’idéologue que fut Maurras, par la nature de son engagement politique, fut hautement condamnable. Et il fut condamné. Reste la culture, le talent d’écriture et d’inspiration du poète qui sont, en revanche, indiscutables. Comme l’est l’attachement personnel de l’homme à sa patrie d’origine qu’était Martigues. Il naquit en 1868 dans le quartier de l’Île, tout au bord du canal, dans une maison au bout du quai Poterne. L’attachement était sincère : à sa mort, selon ses vœux, on ensevelit son cœur dans ce jardin qui nous fait signe aujourd’hui seulement.

44Il faut signaler que les héritiers Maurras ont réagi aux termes de la journaliste : ils n’ont pas toléré le « hautement condamnable », qui était pourtant conforme à tout ce que les progressistes (et a fortiori le parti communiste) pensent ordinairement de la position de Maurras pendant la guerre. Les héritiers ont obtenu réparation dans le numéro suivant du bulletin municipal. Les seules manifestations d’opposition attestées émanent de l’association anti-fasciste Ensemble citoyens, qui, dans son bulletin de liaison, épingle la décision du conseil municipal en mars 1998 sous le titre : « Maison de Maurras : un héritage encombrant » et souhaite en faire « un lieu de vigilance contre les intolérances ».

45Quant aux professionnels du patrimoine (conservateur des archives, conservateur du musée Ziem, documentaliste chargé de la maison Maurras, principalement) qui ont eu à traiter partiellement du dossier, et notamment des négociations entre les héritiers, la municipalité et l’État, ils ont développé des argumentaires complexes pour rendre compte de la nécessité d’accepter la donation au nom d’impératifs patrimoniaux. On a pu ainsi saisir les modes de constitution des justifications d’un patrimoine local dont le caractère idéologique inacceptable est reconnu au point de départ mais dont la qualité et la rareté constituent un argumentaire puissant pour justifier de l’intérêt qu’on y porte. Dans un contexte politique particulièrement pesant dans la région du fait de l’importance du vote en faveur du Front national, l’analyse des formes par lesquelles une valeur est reconnue à un patrimoine revêt une signification particulière. Les qualités proprement littéraires de l’œuvre de Maurras étant fort disputées (à la différence de ce qui se passe à propos d’autres auteurs ayant eu des attitudes politiques condamnables pendant l’Occupation), c’est autour d’autres éléments que se nouent les argumentaires : valeur architecturale, paysagère ou bibliologique dans un contexte de rareté des ressources locales.

46L’intérêt pour la bastide doit être ressaisi à partir des préoccupations professionnelles des médiateurs du patrimoine : l’accroissement du cercle patrimonial augmente par définition la surface sociale des médiateurs culturels en même temps qu’il délocalise les objets qu’il (re) qualifie. Pour les professionnels du patrimoine, il existe toujours une menace locale, venant des acteurs du terrain, qui prend les traits de l’amateurisme, de l’incompétence ou du détournement de fonction. L’émergence d’une filière culturelle territoriale a eu pour effet de constituer tendanciellement des monopoles de compétence sur des questions qui étaient autrefois l’objet d’investissements purement locaux. L’intérêt propre de la bastide est constitué par le fait que son inscription patrimoniale ne va pas de soi et qu’elle contraint de développer des stratégies argumentatives inédites.

47Le silence politique relatif sur le legs Maurras contraste avec les polémiques suscitées par le refus du maire de préserver un pont métallique très représentatif de l’archéologie industrielle du xixe siècle, et à ce titre peu susceptible de réinterprétations provençalistes, bien qu’il ait, au tournant du siècle, été chanté par les félibres. Ce contraste à propos de deux formes de patrimoine de Martigues est intéressant : la bastide de Maurras aussi bien que le pont métallique de Ferrières ont l’un et l’autre une incontestable valeur patrimoniale. La première a été acceptée au nom de sa qualité architecturale ; le second a été subrepticement détruit alors que les professionnels locaux du patrimoine (et par ailleurs employés municipaux) s’étaient mobilisés pour faire valoir des arguments techniques à l’appui de mobilisations associatives. C’est que ce pont gênait le développement d’une politique urbaine qui a constamment privilégié l’usage de l’automobile, rendu difficile par la multiplicité des canaux ainsi que par la densité et la très petite échelle du tissu ancien urbain. C’est ainsi qu’on peut voir de très grands parcs à voitures sur les anciennes plages de l’étang de Berre, et que la ville célèbre plutôt la contemporanéité à travers ses choix architecturaux et urbanistiques. La volonté d’effacer une bonne partie des traces de l’ancien Martigues est patente : en témoigne la destruction récente de l’ancienne école maternelle de l’Île, dernier reste d’une époque où tous les enfants étaient scolarisés dans l’île, alors cœur de la ville, mais aussi la disparition du Tignadou, petit atelier de réparation navale situé à son extrémité. L’île, espace partiellement piétonnier de fait, est devenue le principal quartier de restaurants de la ville (on en compte plus d’une vingtaine). Bien qu’il présente un caractère patrimonial certain (le Miroir aux Oiseaux, la maison dite au chapeau de gendarme, l’hôtel Colla de Pradines et le marché constituent des points d’attraction importants), le quartier de l’Île est l’objet d’une modernisation intense. L’assainissement de l’île est d’ailleurs un grand sujet de fierté pour le maire : longtemps le cœur, insalubre, de la ville a fait figure de repoussoir. Derrière cette volonté d’aménagement, on peut également discerner la volonté municipale de disqualifier la mémoire de la pêche à Martigues. Le maire n’a jamais fait mystère du peu de sympathie qu’il éprouvait pour cette corporation, en déclin selon lui. La municipalité n’a pas donné suite à un projet de musée de la pêche en dépit d’un fonds local important et original. Les relations avec la prud’homie de pêche sont notoirement mauvaises. Il y a là un rapport très étrange avec une partie du patrimoine local, qui est sans doute lié au fait que la majorité des pêcheurs ne vote pas à gauche, mais qui traduit aussi partiellement une volonté d’aménagement urbain « moderne » dans lequel la pêche n’a pas de place. C’est dans ce contexte que se situe l’acceptation du legs Maurras. L’impératif de modernisation, qui peut choquer les amateurs du patrimoine, répond en fait à une exigence très fortement ressentie par les élus locaux. L’industrialisation massive a été le moyen de sortir de la stigmatisation qui affectait Martigues depuis son déclin (c’est-à-dire le début du xviiie siècle) et qui voyait dans le pêcheur ou le matelot martégal le parangon du benêt mal dégrossi. La dimension de réappropriation que revêt le développement de Martigues permet de comprendre l’optimisme urbanistique qui caractérise les élus locaux : la ville est malléable et son dessein urbanistique doit exprimer cette dignité reconquise. Il est très probable que l’acceptation du legs Maurras exprime l’optimisme social lié à cette dignité retrouvée : les composants idéologiques de la donation sont inoffensifs dans la mesure où la bastide est désormais incluse dans une ville dont la municipalité, par le jeu des sociétés d’économie mixte (la ville détient le record national de ces structures paramunicipales), contrôle étroitement l’ensemble du territoire local.

La cérémonie

48Parmi les divers épisodes de la constitution par la ville de la bastide en patrimoine local il y eut un moment fort : la cérémonie de la remise des clés. La publicité donnée à cette transmission indique bien que le maire s’est senti suffisamment en confiance pour donner un caractère particulièrement solennel à son acquiescement. Les invitations avaient été largement diffusées (environ cent cinquante personnes étaient présentes lors de la cérémonie) : l’assistance était majoritairement composée d’invités personnels de Jacques Maurras et de membres de la municipalité, ainsi que des membres du Félibrige accompagnés de tambourinaires. Le protocole de la cérémonie permettait à chacun de rester sur ses positions tout en évitant d’évoquer le passé politique du défunt propriétaire de la bastide, et particulièrement son virulent anticommunisme. En prenant la parole, Jacques Maurras a rappelé sa satisfaction de voir un ancien projet aboutir et il a réaffirmé que la bastide fonctionnerait « dans l’esprit voulu par Charles Maurras ». Le maire a néanmoins accepté les clauses de la donation : la restauration de l’édifice et du jardin est le préalable à la large ouverture au public de l’ensemble. La restauration sera conforme à la lettre du projet de Maurras. Paul Lombard, maire de Martigues, a tenu à signaler que Jacques Maurras avait été prisonnier des Allemands et s’est félicité des excellentes relations qu’il avait nouées avec les époux Maurras. L’intervention conclusive de Michel Déon, académicien et secrétaire particulier de Maurras sous l’Occupation, était centrée sur la grandeur de l’œuvre philosophique et poétique du donateur. Il faisait remarquer qu’en outre, pour Maurras, c’est à Martigues que s’arrêtaient les querelles des hommes. La cérémonie a été conclue par un morceau de musique provençale et par l’audition d’un poème enregistré par Pierre Fresnay.

49Si les Maurras ont adapté les propositions du grand homme en vue de les rendre compatibles avec les nécessités patrimoniales de notre temps, et s’ils ont accepté de restreindre le large accès que prévoyait leur illustre parent, ils sont restés fidèles à l’esprit originel de la donation : on peut dire qu’ils n’ont pas transigé au cours de la négociation. La cérémonie, à laquelle les partenaires ont donné une solennité particulière dans une ville qui ne pratique guère l’ostentation ni les grands cérémonials, a donné lieu à un vibrant éloge de Maurras dans un bastion communiste. L’hommage brillant de Michel Déon avait toutes les caractéristiques d’une réhabilitation, bien qu’elle fît largement l’impasse sur la dimension politique du héros. En revanche, la déclaration du maire apparaît comme un compromis, qui le contraint de prendre sans le dire quelque distance avec l’idéologie communiste. En effet, ses arguments sont de trois ordres :

  • l’importance patrimoniale de la donation surpasse les obstacles idéologiques (et l’acceptation doit se faire au nom des générations futures, qui ont droit à ce morceau de patrimoine) ;

  • Jacques Maurras a été prisonnier des Allemands (conséquence : nous partageons quelque chose avec lui) ;

  • Jacques et Nicole Maurras sont courtois et sympathiques.

50Le premier argument est opportuniste, le troisième est protocolaire. Le plus intéressant est sans doute, dans le contexte local, le deuxième. Le maire de Martigues est lui-même un fils de fusillé, et le fait que Jacques Maurras ait souffert des Allemands est un point essentiel sur lequel l’élu peut légitimer le travail de justification de la donation. Maurras lui-même s’opposait aux Allemands (au moins dans le discours) et cela suffit à le distinguer des individus plus compromis dans l’allégeance à Vichy.

51Enfin, le grand schème opératoire de la conversion du maire communiste à l’inscription de la bastide dans le patrimoine local est l’affirmation de la martégalité du maître de l’Action française, qui permet de tracer une ligne de démarcation magique entre le bon Provençal et le mauvais Maurras, né dans l’air corrompu de Paris. Il faut dire que Paul Lombard a développé ces dernières années un discours extrêmement localiste, qui est en outre détaché de considérations idéologiques, et qui privilégie les « vrais Martégaux » au détriment des populations récemment implantées. C’est dans ce contexte très particulier qu’il faut penser la cérémonie de remise des clés. Elle ne peut se comprendre si l’on ne prend pas en considération le déclin électoral du pcf, à laquelle le maire échappe grâce à sa forte implantation locale et à la loyauté des électeurs. Ce déclin électoral est lié à une forme de désarroi idéologique, qui peut voir coexister des pratiques de commandement héritées de la période stalinienne avec une adhésion sans réserve au marché. L’acceptation de la donation qui ulcère de nombreux communistes est en partie l’expression de ce désarroi : le retour au local qui la sous-tend exprime la désidéologisation évoquée plus haut. Elle est aussi l’indice d’une recomposition de la catégorie du local dans l’espace politique.

52La bastide du chemin de Paradis pose la question des processus de patrimonialisation locale, qui implique des allers et retours entre des normes extra-locales (qualité de l’architecture, possibilité d’accueil touristique, etc.) et des valeurs locales (investissements individuels ou collectifs, mobilisations symboliques). L’aspect enfoui de l’œuvre et de la maison de Maurras au niveau local et l’existence d’une forte opposition idéologique au principe même de l’inscription locale de ce type de patrimoine ont rendu l’histoire particulièrement complexe. Mais, parallèlement, ce n’est pas à une pièce de patrimoine ordinaire qu’on a affaire. Loin d’être une maison d’écrivain encore chaude des souvenirs du maître et de ses petites habitudes domestiques propres à séduire les visiteurs, la bastide et le jardin sont de pures constructions théoriques destinées à figurer les principes du classicisme et les conceptions politiques de Maurras. Comment guider les visiteurs dans un espace où l’interprétation a été extrêmement contrainte par le donateur ? Comment expliciter en termes simples qu’il s’agit en quelque sorte d’une fiction théorique ? Le risque que la patrimonialisation de cette bastide serve à quelque chose comme une révision de l’histoire de Vichy n’est pas négligeable. Enfin, une question plane sur cette enquête : cette donation est-elle une affaire purement locale que les idiosyncrasies d’un élu âgé et indépendant contribuent à expliquer, ou s’agit-il des prémices d’une recomposition idéologique à venir autour de l’idée de nation ? Toutes ces questions doivent être le moteur du travail à venir.

Bibliographie

Bibliographie

Agulhon, M. 1996. « Les Chambrées en Basse-Provence. Histoire et ethnologie » et « La statuomanie et l’histoire », L’Histoire vagabonde, t. I, Paris, Gallimard, p. 17-56 et p. 137-185.

Ardouin-Dumazet. 1898. Voyage en France. La Provence maritime, Paris, Berger-Levrault.

Armengaud, A. & R. Lafont (dir.). 1979. Histoire d’Occitanie, Paris, Hachette.

Berger, B. 1981. The Survival of a Counterculture, Berkeley, University of California Press.

Certeau, M. (de). 1974. « L’opération historique », in Faire de l’histoire, t. I, Paris, Gallimard, 1974, p. 19-68.

Chamboredon, J.-C. 1988. « Carte, désignations territoriales, sens commun géographique : les noms de pays selon Lucien Gallois, Études rurales, n° 105, p. 5-54.

Chamboredon, J.-C., J.-Ph. Mathy, A. Méjean & F. Weber. 1985. « L’appartenance territoriale comme principe de classement et d’identification », Sociologie du Sud-Est, n° 41-44, p. 61-85.

Courtot, R., N. Girard & G. Monnier. 1988. Le guide de Martigues et de l’étang de Berre, Lyon, Ma Manufacture.

Deschodt, P.-J. (dir.). 1995. Cher Maître. Lettres à Charles Maurras, Paris, Christian de Bartillat.

Dumas, A. 1841. Nouvelles impressions de voyage, t. II, Paris.

Enquête. 1996. n° 2 : « Les usages de la tradition ».

Fabiani, J.-L. 1984. « La survie du sociologue », Critique, n° 445-446, p. 449-459.

– 1994. « Paradoxe sur le bâtiment », Du théâtre, numéro hors série 1, Arles, Actes Sud, p. 4-19.

– 1996. « Haut lieu ou non-lieu », in La petite mer, Paris, Conservatoire du Littoral.

Giocanti, S. 1995. Charles Maurras félibre, Paris, Collection des Amis de la langue d’Oc.

Hobsbawm, E. & T. Ranger, 1983. The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press.

Huguenin, F. 1998. A l’école de l’Action française : un siècle de vie intellectuelle, Paris, Lattès.

Lepetit, B. 1995. « Le présent de l’histoire », in Les formes de l’expérience, Paris, Albin Michel.

Nguyen, V. 1991. Aux origines de l’Action française. Intelligence et politique à l’aube du xxe siècle, Paris, Fayard.

Noiriel, G. 1986. « Le pont et la porte : les enjeux de la mémoire collective », Traverses, n° 36, p. 98-109.

Sapiro, G. 1999. La guerre des écrivains. 1940-1953, Paris, Fayard.

Slama, A.-G. 1996. « Charles Maurras », in J. Julliard & M. Winock, Dictionnaire des intellectuels, Paris, Le Seuil, p. 772-774.

Verdès-Leroux, J. 1996. Refus et violences. Politique et littérature à l’extrême droite des années trente aux retombées de la Libération, Paris, Gallimard.

Vergès, P. 1982. « Martigues. A la recherche du local. Processus de changement et recompositions locales », L’Observation du changement social, Paris, Éd. du cnrs.

Notes

1 L’enquête qui sert de support à ce compte rendu a été menée entre janvier 1997 et juillet 1998. Elle s’est appuyée sur des recherches bibliographiques, sur un certain nombre d’observations directes menées au cours de visites, de cérémonies (vernissages d’exposition, soirées au théâtre, commémorations d’armistices et célébrations diverses, mais aussi déjeuners avec des élus et des acteurs culturels dans des circonstances officielles et privées) et d’entretiens avec divers acteurs de l’affaire. Je remercie Stéphane Baciocchi, Sophie Biass, Jacques Caroux et Gérard Fabre pour leurs conseils. Je suis reconnaissant à l’égard des élus et des fonctionnaires de la ville de Martigues. Enfin, je tiens à exprimer ma gratitude à l’égard de Nicole et Jacques Maurras, qui m’ont reçu à plusieurs reprises avec une grande générosité.

2 Notamment à travers le soutien apporté par l’Office municipal des sports et de la culture (omsc).

Auteur

Jean-Louis Fabiani, École des hautes études en sciences sociales, Shadyc, Marseille

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540