Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire à soi

 | 
Alban Bensa
, 
Daniel Fabre

II. Le pouvoir historien

Barons de Caravètes et pouvoir municipal. Un échange d’influences pour habiter le présent de Montpellier

Anna Zisman

Texte intégral

1A Montpellier, le bruit des chantiers qui se succèdent ne cesse jamais. A chaque instant, un projet urbanistique suscite l’arrivée des bulldozers, l’installation des grues et le détournement des voies de circulation. Montpellier est une ville en projet. On y attend perpétuellement quelque chose. Son présent se joue dans cette mise en scène d’un futur que l’on donne à voir à l’avance. Rien n’existe vraiment, tant tout ce qui est à venir occupe l’espace urbain. Il y a le spectacle des travaux, savamment organisé, il y a aussi la politique de communication de la Ville, qui, à travers documents et discours prophétiques, précède et accompagne la création des nouveaux espaces. Il y aura en effet toujours autre chose après la réalisation matérielle des projets en cours. Et c’est vers cela que la contemporanéité de Montpellier tend jour après jour, année après année, mandat municipal après mandat municipal. La ville au futur parvient, par cet investissement symbolique du territoire, à phagocyter la réalité de son existence propre. Ce qui est achevé n’habite pas l’actualité, immédiatement supplanté par ce qui viendra après.

  • 1 Il n’est jamais fait mention du « tramway », mais de la « première ligne de tramway ». On pense ai (...)

2En cette fin des années 1990, les deux projets phares de la ville sont l’installation de la première ligne de tramway1 et, surtout, la mise en œuvre de l’opération urbanistique Port-Marianne. Depuis plus de dix ans, Port-Marianne se conjugue au futur. Dans les plaquettes d’information éditées par la municipalité, dans les discours du maire Georges Frêche, dans les articles de presse locale et spécialisée, les zac, les zones d’activité, le parc, la faculté de droit, la nouvelle gare tgv et le port de plaisance occupent le devant de la scène montpelliéraine. L’équipe municipale annonce que les travaux s’échelonneront jusqu’en 2015. Le présent du chantier bénéficie ainsi encore de quinze ans de sursis, porté par l’immensité du projet qui le sous-tend.

  • 2 Jacques Cœur, « le premier qui, au xve siècle, développa les activités commerciales autour du port (...)

3Mais c’est aussi l’histoire de la ville qui s’installe ici, à la fois dans les premières réalisations de Port-Marianne et dans la symbolique du projet. Bien avant que les bulldozers n’aient commencé d’officier sur le terrain, le discours municipal avait en effet chargé le lieu de divers attributs empruntés au passé local. Port-Marianne allait occuper l’espace qui avait permis, au Moyen Âge, la prospérité de Montpellier. Il y avait là, bâti sur les berges du petit fleuve Lez, un port que les marchands de la ville avaient développé par la pratique du commerce maritime vers la Méditerranée. Les terrains vierges du futur Port-Marianne entraînent ainsi les Montpelliérains à se tourner vers des horizons conquis, puis oubliés, qui seraient aujourd’hui réinvestis grâce au dynamisme impulsé par la politique de l’actuelle municipalité. C’est aussi à la redécouverte du doux parfum des promenades en barque que les habitants sont invités. On a reconstruit une guinguette sur le lieu même de celle qui, au début du xxe siècle, enchantait les dimanches des couples qui se laissaient glisser au fil de l’eau. Port-Marianne navigue entre passé et futur, inscrivant la virtualité actuelle du projet – le port Jacques-Cœur2 n’existe aujourd’hui encore que par la présence d’un jet d’eau entouré de palmiers – à la fois dans les cadres d’une histoire locale rassurante et les présages d’un avenir prometteur.

4La municipalité bénéficie d’alliés sûrs dans son entreprise d’historicisation du lieu Port-Marianne. Les passionnés d’histoire locale contribuent à alimenter de leurs écrits les documents d’information. Témoignages et recherches sur le passé montpelliérain sont en effet toujours à l’honneur dans les publications de la Ville. Les rapports entretenus entre la mairie et l’association des Barons de Caravètes, ardents défenseurs d’une identité montpelliéraine dont ils s’instituent les garants, illustrent bien cette relation d’interdépendance entre producteurs et utilisateurs de l’histoire montpelliéraine. L’instrumentalisation du passé de la ville laisse volontairement floues et perméables les frontières entre histoire, mémoire, souvenirs, pour mieux voyager dans une temporalité à modeler selon ses aspirations. Il s’agit en effet toujours d’instituer les bases d’un présent qu’il faut élaborer à la mesure des besoins politiques et sociaux de ceux qui s’appliquent à exhumer et entretenir le goût d’un autrefois local. Pour exister dans ce présent qui fuit vers un avenir à maîtriser, on s’enracine dans le passé historique de la ville. On veut s’y retrouver, on veut pouvoir lire une continuité chronologique dans l’évolution du lieu en mutation, on veut laisser sa trace parmi celles que l’on a découvertes, on veut être dans l’histoire, on veut faire l’histoire.

5C’est pour intervenir au cœur de ce conflit des temporalités que Georges Frêche a choisi de donner à l’un des ponts qui traverse le Lez à Port-Marianne le nom de passerelle des Barons-de-Caravètes. Le passé et le futur cohabitent à Port-Marianne ; l’immatériel et le matériel aussi. Les premiers immeubles sont debout, la passerelle est empruntée par les étudiants de la nouvelle faculté de droit ; et la tradition faite mémoire flotte au-dessus de ce lieu qui s’échappe vers la Méditerranée retrouvée. Port-Marianne est ainsi promu l’héritier de l’histoire montpelliéraine. Le projet urbanistique s’inscrit en effet dans la lignée établie par les Barons de Caravètes, Montpelliérains qui ne peuvent porter ce nom sans avoir d’ancêtres eux-mêmes montpelliérains. La municipalité invente des lieux qui incarneraient l’histoire de la ville ; Georges Frêche influerait sur le cours de l’histoire montpelliéraine au point d’en décider la suite. Il raconte l’histoire dont il est le héros.

6Un héros célébré par les Barons de Caravètes, à qui il permet d’exister par l’intermédiaire d’un passé qu’ils s’approprient – juste le temps de le léguer en retour à la municipalité, qui se charge ainsi d’offrir à la ville un passé et un futur recomposés autour d’un présent fondateur.

Une association historique

  • 3 Paul Couder, 1994, La Baronnie de Caravètes, n° 5 des Cahiers de l’Entente bibliophile de Montpell (...)

7Le 30 septembre 1272, le baron Bernard de Caravètes vendait son château aux consuls de Montpellier. S’il n’a rien été écrit de précis sur les raisons de cette acquisition par la Ville, le nom de l’ancien baron reste, aujourd’hui encore, l’un des plus cités par les Montpelliérains – dès qu’il s’agit d’évoquer une certaine tradition que seuls les « vrais Montpelliérains » seraient en mesure d’honorer. Au xiiie siècle en effet, la baronnie étant devenue communale, tous les habitants de la ville ont pu s’arroger le titre de baron. Et depuis lors, de génération en génération, « l’expression “barons de Caravètes” court dans la mémoire collective, rappelant une noblesse plus ou moins mythique, plus ou moins fantaisiste à laquelle [les Montpelliérains] pourraient peut-être prétendre3 ». Mais c’est surtout au début du xxe siècle que cette tradition s’institutionnalise. Deux folkloristes montpelliérains décident de poser les statuts de « l’Amicale des enfants de Montpellier » en 1929. Tombée dans l’oubli dans les années 1940 mais jamais dissoute, l’association ressuscite en 1985 – à l’occasion du millénaire de la ville, largement médiatisé par la politique de communication municipale – sous le nom des « Barons de Caravètes ».

  • 4 Paul Couder, op. cit.

Vain titre sûrement mais aussi manière plaisante de se distinguer parmi les nouveaux habitants de Montpellier que les vicissitudes de l’histoire ont sans cesse amenés dans notre ville. Beaucoup de Montpelliérains y tiennent et d’autant plus qu’ils se sentent submergés, parfois même ignorés ou écartés par l’afflux massif de populations nouvelles qui investissent la ville. Même si elle est de fantaisie, la Baronnie a des siècles d’existence, elle est enracinée dans la mémoire collective, ce qui lui confère une noblesse de cœur infiniment respectable ; elle ne poursuit qu’un seul but : permettre à des Montpelliérains de vivre ensemble Montpellier, ses traditions, ses coutumes, sa langue et son histoire, et de les faire connaître autour d’eux pour que la ville ne devienne pas une métropole anonyme ayant perdu son âme, noyée dans le béton et la circulation automobile4.

8Tandis que le titre était autrefois réservé aux hommes descendant de trois générations montpelliéraines, les nouveaux statuts de l’association autorisent toute personne née à Montpellier – homme ou femme, car, comme l’explique Paul Couder, « le monde a changé » – issue d’un père ou d’une mère eux-mêmes Montpelliérains à se joindre aux quelque cent membres que comptent aujourd’hui les Barons de Caravètes.

  • 5 « Lors des cérémonies, les Consuls (soit les membres du conseil d’administration élus chaque 25 ma (...)
  • 6 « Sois fier de tes aïeux, fils de la terre d’Oc
    Sur le chemin tracé par un destin heureux,
    Héritier (...)

9Il y a, toujours mêlés, dans l’ouvrage de Paul Couder comme dans tous les documents émanant de l’association, une vérité historique – appuyée sur la précision des dates ou des détails relatifs aux couleurs des costumes à revêtir à l’occasion de l’intronisation de nouveaux barons5 – et un engouement tantôt naïf tantôt partisan, qui, derrière une bonhomie et une certaine grandiloquence méridionale affichée6, laisse poindre un désir de repli vers des valeurs dont le flou n’en est que plus fédérateur et rassurant. Ne serait-ce que l’occitan, finalement très peu pratiqué aujourd’hui à Montpellier, que la plupart des membres de l’association ne comprennent pas, et qui pourtant est célébré comme l’un des éléments distinctifs des barons. Les héritiers du baron de Caravètes se réfugient dans le giron d’une tradition dont le seul nom suffirait à évoquer douceur et grandeur, convivialité et générosité, se préservant ainsi des agressions du quotidien, coupable d’abandonner Montpellier à une masse incontrôlée de populations. Et pour cela, tous les épisodes de l’histoire locale sont mis à contribution, sans distinction chronologique ou thématique ; le souvenir de Bernard de Caravètes disparaît sous des détails historicoadministratifs qui n’ont de sens ici que si on les considère comme des pièces prélevées dans un passé investi pour asseoir un présent dont les règles semblent plus obscures que celles établies dans les archives de la ville :

  • 7 Paul Couder, op. cit.

Dans son souci de renforcer l’aspect traditionnel, [l’]assemblée a décidé d’attribuer aux membres du comité directeur des titres ayant existé dans l’histoire de Montpellier. C’est ainsi que le comité directeur lui-même porte le nom de consulat et que le président reçoit le titre de Premier consul de la Baronnie ; ses deux vice-présidents sont d’une part le prévôt, référence au chanoine prévôt qui du xie au xvie siècle avait en charge l’administration matérielle de la cathédrale de Maguelone, et, d’autre part le viguier qui, au Moyen Âge, était à Montpellier le représentant du seigneur7.

10Histoire estampillée par quelques repères puisés dans un passé survolé, folklore, tradition, bonne humeur, tous ces attributs qui ont pour mission de donner un sens à l’activité de l’association des Barons de Caravètes sont mis en scène lors des cérémonies de remise de titre aux nouveaux membres. Avec, toujours très présent, ce désir de ne retenir que les « élus » du « vrai » Montpellier. M. Igouninc, Premier consul, les fait chacun intervenir dans la description qu’il me livre d’une intronisation typique :

Le consulat se réunit [15 membres]. Si la personne nous a été proposée par un de nos amis, ça pose pas de problème. Si ce n’est pas le cas, normalement, on fait, non pas une enquête, mais on demande à un des consuls de prendre contact avec cette personne pour savoir un peu de son passé, où elle a été à l’école, que faisaient ses parents, qu’est-ce qu’elle a fait, et cetera, pour connaître un peu, savoir à qui nous avons affaire. Arrive le jour de l’intronisation. Alors on déguise – je ne devrais pas dire on déguise – on habille l’impétrant avec le manteau et le béret. Ensuite, nous demandons au Consul majeur d’aller chercher avec la musique les candidats qui s’alignent auprès de l’estrade. Nous faisons en principe une intronisation quand nous en avons au moins quatre ou cinq. Ensuite, le consul parrain présente cette personne à l’assemblée. Il fait un petit truc, le plus vivant possible. Alors après, le Premier consul tient en gros le langage suivant : « Baron ou Baronne de Caravètes, est-ce que vous vous engagez à faire reconnaître et aimer votre ville, à faire reconnaître et aimer la Baronnie ? – Oui, je le promets. – Je vous déclare Baron de Caravètes, je vous remets le parchemin et la médaille de la Baronnie. » Là, petit coup de musique, puis au suivant. Souvent, à la fin, quelqu’un lit le parchemin [le poème cité note 6], mais il lit surtout la traduction en français, parce qu’on pratique de moins en moins la langue d’oc. Et à ce moment-là, tout le monde est bien content. « Et nous vous invitons à l’apéritif de l’amitié », et voilà.

11Comme chaque mardi après-midi, la permanence de l’association des Barons de Caravètes est ouverte. Il est quinze heures. Roger Bec, vice-président, vient d’ouvrir la porte du local. Il la laisse grande ouverte ; c’est une habitude ici. Le repaire des Barons occupe le rez-de-chaussée d’un hôtel particulier du centre historique de Montpellier. Le bâtiment, qui jouxte l’ancienne demeure de Jacques Cœur, appartient à la municipalité.

  • 8 Montpellier notre ville, n° 206, mai 1997.

12Deux mannequins costumés sourient aux passants depuis la vitrine de l’association. L’homme est Baron et la femme revêt l’habit des Grisettes, « qui était porté jadis par les Montpelliéraines8 ». Les tissus sont ternis par le soleil et la poussière encombre les plis. Le regard des deux personnages est un peu voilé par un dépôt incrusté au coin des yeux. Un article de Midi Libre est accroché sur le fond de la vitrine : « Voici les nouveaux Barons de Caravètes ! » Ils sont une dizaine sur la photographie en couleur, un peu crispés mais amusés, un peu âgés mais bien droits. Il y a aussi, accrochées sur le fond de la vitrine, des assiettes aux motifs répétitifs : des jeunes femmes à coiffe et jupe brodées. Un tambour est posé dans le coin, ses deux baguettes croisées sur le dessus. Et, appuyé contre l’instrument, un carton explique :

Vous êtes né d’un parent montpelliérain ? Alors vous êtes Baron de Caravètes ! L’activité de la Baronnie est constituée de la présence aux invitations à manifestations locales, régionales, conférences, réceptions, sorties éducatives, etc. Permanence tous les mardis de 15 à 18 heures.

13On entre dans le local après avoir pénétré dans la cour de l’hôtel particulier. La salle est voûtée et un peu sombre. Sur un buffet en sapin, une pile de livres intitulés Le parler occitan est en vente, à côté du fascicule de Paul Couder sur la Baronnie. Des assiettes semblables à celles exposées dans la vitrine sont disposées au-dessus du meuble, en arrondi sur le mur. L’une d’elles arbore la figure du pape Jean-Paul II. Deux autres armoires, en chêne verni celles-ci, renferment les médailles destinées aux futurs Barons et les documents administratifs de l’association. Elles sont fermées à clé. Et puis, au centre de la pièce, une longue table attend les habitués du mardi après-midi. Aujourd’hui ils sont quatre. Une dame se plaint de douleurs articulaires. Les autres l’écoutent et bientôt, ils parleront tous des travaux qu’a entrepris l’un d’eux pour rénover une maison de village familiale. Un homme à la cordialité exubérante vient distribuer quelques poignées de main et claques dans le dos à la petite assemblée et repart. Deux jeunes filles entrent timidement dans la pièce, avant de comprendre qu’elles se sont trompées d’endroit : le musée du Vieux Montpellier, c’est au premier étage.

14« Mais c’est que, comme la porte était ouverte... » On y est habitué ici, à ce genre d’erreur. Ceux qui viennent délibérément sont plus rares. Deux autres personnes passent s’enquérir des dernières dispositions à prendre pour participer au pique-nique organisé le mois prochain. On espère bien qu’il y aura au moins cinquante participants. Il est déjà presque six heures, et Roger Bec ferme la porte du local.

15M. Igouninc, volubile et affable retraité des PTT, explique ainsi les raisons de son adhésion à l’association :

  • 9 Quartier populaire de Montpellier.

Vous avez des retraités qui font des tas de trucs, nous, nous sommes un certain nombre qui avons de fortes attaches avec Montpellier et qui nous sommes tournés vers la Baronnie parce que c’était un moyen comme un autre de retrouver une partie de notre jeunesse en renouant des liens avec des tas de personnes qu’on redécouvre avec plaisir. On se retrouve à une période de la vie où en effet, c’est vrai que, moi quand j’étais jeune à Figuerolles9, les charrettes elles passaient, c’était pas des voitures par exemple. On retrouve un certain nombre d’aspects de la vie et on s’y raccroche. Parce qu’il n’y a pas d’avenir politique là-dedans, pas d’avenir financier, pas de grosses réjouissances, on essaie d’en faire quelques-unes, mais enfin c’est pas le principal de nos soucis.
La pratique des coutumes de Montpellier a été oubliée pendant un certain nombre d’années. Sauf quelques érudits, quelques acharnés bien entendu. Mais enfin une grosse masse de gens ont laissé tomber ça. On se retrouve dans le fait que nos coutumes de Montpellier ne s’imposent plus parce qu’elles ne correspondent plus à l’époque où nous sommes. L’époque des veillées, des sorties en famille, des visites à la famille le dimanche, c’est complètement aboli tout ça. Actuellement, c’est la télévision, le sport, la voiture, tout un tas de choses, mais aller chez la tata le dimanche avec les chaussettes blanches pour lui dire bonjour, ça se fait plus ! Ce que nous retrouvons, nous, dans la Baronnie, enfin moi j’y retrouve une espèce d’ambiance, où les relations d’abord étaient très courtoises. Voilà, les Barons de Caravètes, c’est un endroit où j’efface un peu la bagarre extérieure dans le monde, et on se retrouve là. Et puis on se bagarre entre nous, le sang coule pas, c’est le vin blanc plutôt qui coule !

16M. Bec, retraité des hôpitaux, où il était infirmier :

Je suis Montpelliérain avant d’être Français. C’est tout, ça va pas plus loin que ça. Voilà ce que j’éprouve quand je pense au folklore. Le folklore, c’est une grande famille, c’est des gens de tradition, c’est des gens de coutume. Comment on vivait à l’époque dans les quartiers ? Il y avait tout un quartier qui était une communauté. Les gens se rendaient service mutuellement, les portes n’étaient jamais fermées, d’ailleurs nous on ne la ferme jamais. Alors ce qu’on a recherché à travers la Baronnie, c’est retrouver tout ça. Et puis il faut marquer son identité quand même. Les étrangers, ils viennent, ils créent des associations, les Enfants du Nord, les Lorrains, les Alsaciens, les Lozériens. Alors pourquoi nous, les Montpelliérains, on créerait pas notre association de Montpelliérains ? Nous, en supplément de ces gens-là, nous, on a les pierres qui nous parlent. A l’heure actuelle, sur 250 000 habitants qu’il y a à Montpellier, des Montpelliérains de souche, il n’en reste même pas 50 000. Je parle de souche. Nous arrivons à une période de sangs croisés et dans cinquante années d’ici, on va avoir des Barons de Caravètes basanés peut-être. Alors il va se créer une friction, ça c’est sûr. On peut pas prétendre qu’ils sont montpelliérains. Ils le sont par leur naissance, mais ils le sont pas par leur sang.
M. Igouninc – Ça, il faudra en parler un jour.
M. Bec – Oui, on sera obligés d’y venir. Pas dans l’immédiat. Dans quelques années, on sera bien obligés, si on veut sauver notre identité, de reculer cette génération à trois ou quatre générations. Pour faire un tri sélectif.

17MM. Igouninc et Bec sont de ceux qui s’assoient tous les mardis après-midi autour de la table du local, derrière les deux fidèles mannequins. Ils sont rares à manifester une telle assiduité. Eux font partie des dirigeants de l’association. Les Barons de Caravètes sont les héritiers de l’histoire montpelliéraine ; et la Baronnie est leur enfant. Ils sont ainsi à la fois fils d’une longue lignée de Barons et pères protecteurs d’une tradition qu’ils tentent de restaurer. Ils sont des passeurs de mémoire, des rassembleurs d’histoires et de vies. Mais c’est en fait avec leur propre passé qu’ils dialoguent le plus volontiers. C’est eux-mêmes qu’ils cherchent à travers le clinquant de la mise en scène des cérémonies d’intronisation, une jeunesse perdue et ravivée par une coutume qu’ils ont voulue régénératrice. Ils défendent une tradition qu’ils ont inventée à la mesure de leurs souvenirs. En fait, plus que de l’histoire, c’est du passé qu’ils produisent – leur propre passé. L’activité de ceux qui se réclament de la lignée du baron de Caravètes se résume finalement à évoquer le bon vieux temps. Ils parlent d’une tradition qu’ils imaginent séculaire, mais qui ne reflète que des habitudes qu’ils ont connues enfants, et qu’ils voient déjà disparaître. Les Barons d’aujourd’hui ne produisent pas un discours historique, tout au plus quelques petits exposés thématiques lors des intronisations. Certains d’entre eux sont plus actifs, certes : ils écrivent des articles dans la revue Mémoire d’Oc, publiée par l’Université du tiers temps. M. Saurel, adjoint au maire chargé des archives et le plus jeune des Barons, est là pour établir le lien, ténu, entre histoire et souvenirs. Mais la vocation première de l’association, soutenue par la municipalité, est bien d’entretenir une relation privilégiée, à la fois intime et théâtralisée, avec un passé, personnel ou, au contraire, presque légendaire, auquel on tente d’assigner des valeurs fondatrices.

18Ils agissent en fait en maîtres absolus d’une tradition factice qu’ils ont rendue assez malléable pour correspondre à leurs besoins : elle est tantôt une redéfinition fantasmée de leur propre passé, tantôt un repaire d’initiés privilégiés, et toujours un poste de repli retranché derrière une forteresse d’a priori – dont le racisme constitue l’un des plus solides remparts. Ils suggèrent une possible restriction des conditions d’admission à la Baronnie, qu’ils ont pourtant eux-mêmes récemment contribué à élargir afin d’augmenter le nombre des membres de l’association. Ils s’enferment dans le paradoxe de leur rapport au temps. Tandis qu’ils chantent les valeurs d’un passé qu’ils voudraient voir colorer leur quotidien, ils craignent déjà un futur qui viendra effacer ce présent en sursis. Ils sont fragilisés par la conscience qu’ils ont de n’appartenir ni à l’un, ni à l’autre. Mais ils se sont bâti un pouvoir : en produisant le passé de Montpellier comme une entité qui leur appartiendrait à eux seuls, ils parviennent à justifier la nature même de leur présent. Fondateurs et responsables de l’association, ils définissent, au gré des circonstances, la nature de l’histoire que les Barons de Caravètes doivent incarner et honorer de leur noble filiation. Ils sont, par là même, la mémoire de Montpellier.

Une mémoire entre petit peuple et barons

M. Igouninc – On n’est pas comme les autres, on est de Montpellier !
A. Z. – Et à quel niveau vous n’êtes pas comme les autres ? Vous arriveriez à le définir ?
M. Igouninc – C’est notre sang d’appartenir à une lignée montpelliéraine qui descend depuis des siècles, même si physiquement ça n’est peut-être pas vrai. Être certain d’appartenir à quelque chose plutôt que, c’est pas physique si vous voulez. On n’est pas comme les Guilhems.
A. Z. – C’est quoi ?
M. Igouninc – C’est un genre de petit Lion’s Club qui se fait plaisir chaque année, qui met la cravate, qui se sont anoblis un peu, à défaut d’être Barons de Caravètes.
M. Bec – Ils ont voulu jouer avec l’identité locale, parce que Guilhem c’est le nom des fondateurs de Montpellier, c’est la dynastie montpelliéraine. C’est tout ce que c’est.
A. Z. – L’association est apparue après vous ?
M. Bec – Oui. J’ai l’impression que c’est un clan qui ne pouvait pas se confronter à nous autres. Parce que nous autres nous sommes le peuple et eux ce sont...
M. Igouninc – On est tous populos nous ! On est des prolos !
M. Bec – C’est un milieu ouvrier. Ce qui n’empêche pas de prendre d’autres personnes, mais ils ne se sentiront pas à l’aise, ce n’est pas le même milieu, ce n’est pas le même genre de conversations, ce n’est pas le même vocabulaire.
A. Z. – Si on n’a pas une origine un peu populaire, finalement, on ne sait pas garder les traditions.
M. Igouninc – Mais c’est ça ! Quand on est d’un certain milieu, on se coupe du tout venant.
M. Bec – Si vous regardez l’histoire, à travers le temps tous les bourgeois ont toujours eu besoin du peuple. Vous aviez, ici, la dynastie des Guilhems ; eh bien lorsqu’ils recevaient des personnalités, ils faisaient appel au petit peuple pour aller les recevoir à l’entrée de la ville. Des joueurs de hautbois. C’était un instrument national. On a un titre de noblesse, mais populaire, et non pas bourgeois.

19Si c’est son propre passé que l’on tente de retrouver en devenant membre de la Baronnie de Caravètes, sa propre histoire ré-explorée à travers l’histoire locale – autant refuge à souvenirs que protection contre tout ce qui ne rentre pas dans le moule des traditions exhumées et célébrées par les Barons –, c’est aussi une manière d’affirmer ses origines sociales. Les Barons se revendiquent comme étant les uniques détenteurs d’une mémoire qu’ils sont les seuls à être en mesure de transmettre. Parce que la véritable histoire doit être une histoire vraie. C’est d’une histoire vécue, d’une histoire charnelle qu’ils se sentent les héritiers. Les Guilhems de Montpellier sont des imposteurs qui ne méritent que le fier mépris de ceux qui se savent traversés par les racines de la ville. L’âme de Montpellier passe par la succession des générations, des vies laborieuses de ses habitants. C’est leur histoire qui fait celle de la ville. Eux et leurs prédécesseurs, toute cette vaste classe populaire dont ils se sentent les fils méritants, ont constitué le terreau de ce qu’ils considèrent aujourd’hui comme l’identité montpelliéraine. Les Barons de Caravètes font ainsi se jouer l’histoire dans les deux sens : la leur pour nourrir la ville contemporaine de tout ce qu’ils estiment lui être nécessaire ; celle de Montpellier pour les garder vivants, dans l’atemporalité d’une tradition qui ignore l’emprise de la rationalité chronologique.

20Et ces « prolos », ces « populos », comme se plaît à les qualifier M. Igouninc, revêtent les habits des anciens administrateurs de la ville lors de chaque cérémonie organisée par la Baronnie. Ils sont aussi des barons, après tout. Mais des barons assujettis au souvenir des dirigeants montpelliérains, dont ils rejouent l’histoire et le pouvoir en portant leurs insignes. Ils rendent ainsi dépendante la mémoire du petit peuple, qu’ils affirment pourtant porter en eux, de la représentativité de ceux dont l’Histoire a retenu les noms. Cependant, l’équilibre entre les détenteurs de la tradition et les puissants s’établit aujourd’hui dans la subtile combinaison des aspirations qui les lient au sein de la politique municipale. C’est en effet dans une tenue empruntée à celle des dirigeants d’autrefois que les Barons de Caravètes officient aux côtés de l’équipe municipale qui les convie à chaque inauguration ou manifestation de la ville. Le maire n’a qu’à bien se tenir.

La mémoire au service de la municipalité

  • 10 Lors des inaugurations organisées par la municipalité, il est souvent demandé aux Barons de se joi (...)

A. Z. – Quelles relations vous avez avec la municipalité ?
M. Igouninc – La Baronnie est aidée raisonnablement par la Ville.
A. Z. – Vous pensez qu’on vous réserve une place un peu privilégiée par rapport à d’autres associations ?
M. Igouninc – Je ne sais pas s’il faut le dire ! Si on raconte qu’on est privilégié... Bon, un très bon accueil. On est des amants de cœur si vous voulez, auprès de la Ville.
A. Z. – A quoi cela est-il dû ?
M. Igouninc – Lorsque nous apparaissons, nous, aux côtés de la municipalité pour une opération sur Montpellier, en somme, nous apportons une caution d’ancienneté de la ville auprès de la municipalité. Le lien qui est fait entre l’histoire de la ville jusqu’à actuellement se traduit en partie par l’apparition des Barons de Caravètes en costumes10. Nous avons dit à la municipalité que nous étions à leur disposition lorsqu’il leur paraîtrait intéressant d’avoir la présence des Barons.
A. Z. – Comment ressentez-vous le goût du maire pour l’histoire, l’histoire locale en particulier ?
M. Igouninc – Il a deux trucs. D’abord c’est le premier magistrat de la ville, donc il s’intéresse à la ville, et en plus il est professeur de droit romain, les vieilles choses, ça le connaît un peu. Et il aime bien faire étalage de sa science, enfin je le connais bien, donc si vous voulez, prendre par l’épaule un Baron de Caravètes, et dire « mes amis de Caravètes et cetera », ça lui fait pas du mal !
A. Z. – Et est-ce que vous pensez que c’est important de donner une place un peu privilégiée à tout ce qui est histoire locale ?
M. Igouninc – Je pense que oui. Parce que, qu’on le veuille ou pas, même les nouveaux habitants de la ville accordent une certaine noblesse à un truc qui existe depuis pas mal de temps. Quand vous dites aux docteurs de Montpellier, à la faculté, « la plus vieille faculté en exercice depuis tatatata, cocorico ! » Bien sûr. Ça il le joue bien, ça bien sûr. Et il a pas tort d’ailleurs, c’est son métier.
A. Z. – C’est amusant parce que vous qui êtes donc plongés dans tout ce qui est tradition et histoire, ça vous fait un peu rigoler quand c’en sont d’autres qui « utilisent » le passé.
M. Igouninc – Non, ça nous fait pas rigoler, je vais vous expliquer pourquoi : parce qu’on est heureux que quelqu’un comme Frêche, qui n’est pas issu de Montpellier, prenne à sa charge un peu l’histoire de Montpellier. Il nous valorise. Moi, quand je vais à l’extérieur, les gens ils me disent : « Oh putain, t’as un maire à Montpellier, il est bon, hein ! » Je préfère ça que « Frêche, il vaut pas un clou ! » Que je vote ou non pour lui, j’ai le sentiment d’une reconnaissance de la ville grâce à lui qui a une relation avec l’histoire. Mais on est en train de tourner au truc à Frêche, on est en train de sortir des Barons de Caravètes.

21Mais comment ne pas « tourner au truc à Frêche », si l’on parle des Barons de Caravètes, eux qui sont toujours derrière lui lors des inaugurations des nouveaux morceaux de la ville dessinée par la municipalité ? Ils étaient même là le soir du Téléthon 2000, retransmis depuis la célèbre place de la Comédie à Montpellier ; le maire parlait de génétique, d’espoir de la médecine, et ils étaient alignés dans le fond de l’écran, dans leurs habits rouge et noir. Ils avaient été conviés pour entourer Georges Frêche tandis qu’il prononcerait son discours. Et ils sont venus. A la fin des deux minutes qu’on lui avait octroyées, le maire rendit hommage à l’association, de manière totalement incongrue. Ça n’était pas une digression, c’était autre chose, comme une obligation incontournable. Les Barons et le maire sont apparus irrémédiablement liés, dépendants.

22Mais c’est bien dans le déroulement de l’opération Port-Marianne que cette relation transparaît le mieux. Portée par ce projet urbanistique, Montpellier est en marche vers son futur. La passerelle des Barons-de-Caravètes continue cependant d’assurer la liaison de la nouvelle ville avec ses supposées racines. Et les membres de l’association s’appuient sur cet édifice pour exister.

23Port-Marianne agit en effet comme un catalyseur du besoin d’intervention des Barons de Caravètes dans le présent de Montpellier. Ils se rangent aux côtés de Georges Frêche pour donner au projet urbanistique une signification historique à rapprocher de tout le passé constitutif de la ville. Ils sont très sensibles à tous les efforts que le maire déploie pour intégrer Port-Marianne à l’histoire de Montpellier. Ils observent ce phénomène comme un cas d’école exposant la manière dont l’histoire locale peut être mise en œuvre pour influer sur l’actualité. Le discours du maire agit sur eux comme la preuve de l’efficacité de l’outil « histoire locale » pour interférer sur le cours de la vie publique et politique actuelle. En fait, la destinée de Port-Marianne leur importe peu (« On fera la promotion de Port-Marianne comme on fait la promotion de Montpellier. Exactement la même chose. »). Ce qui compte, c’est de savoir que Georges Frêche continue d’avoir recours au passé montpelliérain pour promouvoir le nouvel urbanisme de la ville. Les Barons de Caravètes sont un des maillons essentiels de la politique municipale, ils le savent et en sont fiers. Ils savent aussi qu’eux-mêmes dépendent de ce besoin d’histoire pour demeurer dans le présent de Montpellier. Sans lui, plus d’existence, plus de voix dans l’actualité, plus de poids sur les jours qui défilent. Les aspirations rétrogrades de l’association traditionaliste et les ambitions futuristes de la municipalité sont liées dans un même désir de s’affirmer au cœur d’un lieu à la temporalité fluctuante. Pour s’intégrer dans la chronologie montpelliéraine – et donc dans le passé et le devenir de la ville –, les uns et les autres marchent main dans la main dans la volonté de voir s’inscrire leurs actions dans le déroulement de l’histoire du lieu. Ils font se mélanger hier et demain pour installer, aujourd’hui, les uns leur pouvoir, les autres leur fantasme moral.

Notes

1 Il n’est jamais fait mention du « tramway », mais de la « première ligne de tramway ». On pense ainsi déjà à la deuxième, dont on ne connaît pas encore le tracé, mais dotée d’une imposante virtualité qui plane au-dessus de l’actuel chantier.

2 Jacques Cœur, « le premier qui, au xve siècle, développa les activités commerciales autour du port de Montpellier, contribuant ainsi à la gloire et à la richesse de [la] ville », extrait de Montpellier notre ville (journal d’information municipale), juillet-août 1991, n° 144.

3 Paul Couder, 1994, La Baronnie de Caravètes, n° 5 des Cahiers de l’Entente bibliophile de Montpellier.

4 Paul Couder, op. cit.

5 « Lors des cérémonies, les Consuls (soit les membres du conseil d’administration élus chaque 25 mars – date anniversaire de l’élection des consuls de la commune de Montpellier à cette époque) portent la robe noire bordée de rouge reproduisant la robe des consuls de Montpellier. Leur coiffure rouge rappelle un chaperon du Moyen Âge. Les barons portent la robe bleue bordée de rouge et leur coiffure est en forme de faluche bleue à liseré rouge. La médaille de la Baronnie, transposition du sceau du consulat, en étain saturé en relief, est portée en sautoir à chaque cérémonie ou réception. » Ce texte est extrait du prospectus d’information diffusé par l’association.

6 « Sois fier de tes aïeux, fils de la terre d’Oc
Sur le chemin tracé par un destin heureux,
Héritier de vertus solides comme un roc,
Gai savoir et bonté et sagesse agissante.
De notre beau pays chante la renaissance ;
Élève sa beauté, son renom, sa grandeur ;
Fais sonner son parler, lumière de ta vie,
Car ton sang Occitan vaut toutes les noblesses
Un parchemin fameux tel qu’en voyant son sceau le roi vous dira “Vous” ! »
Texte, traduit de l’occitan, de l’acte conférant la qualité de Baron de Caravètes.
L’auteur du poème est l’une des premières femmes arrivées dans l’association.

7 Paul Couder, op. cit.

8 Montpellier notre ville, n° 206, mai 1997.

9 Quartier populaire de Montpellier.

10 Lors des inaugurations organisées par la municipalité, il est souvent demandé aux Barons de se joindre aux festivités.

Auteur

Anna Zisman, ethnologue, GTMS

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable