Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire à soi

 | 
Alban Bensa
, 
Daniel Fabre

I. Quelle histoire ?

La carrière d’un historien local entre entreprise touristique, érudition et patrimoine

Stéphane Baciocchi, Gilles Laferté, Olivier Le Guillou et Jay Rowell

Texte intégral

  • 1 Cette contribution s’appuie sur les travaux effectués dans le cadre du stage de terrain du dea de (...)

1La figure de l’historien local, associée à celle de l’érudit, paraît le plus souvent figée et peu différenciée. Pour notre part, l’enquête ethnographique menée depuis plusieurs années a élargi notre champ de vision sur une production et des usages de l’histoire allant de l’érudition à l’économie du spectacle et au marketing touristique1. Ces entrées multiples sur le terrain ont permis la reconstitution de réseaux d’interconnaissance dont nous extrayons ici Gaston Bari, un des personnages rencontrés qui se trouve aujourd’hui, du fait de son activité, à l’intersection d’un nombre important de mondes sociaux souvent en conflit les uns avec les autres (tourisme, politique municipale, sociétés savantes, entrepreneurs).

2Alors que les représentations dominantes tendent à opposer l’activité économique – fonctionnant sur un mode d’intéressement – au monde de la culture – fonctionnant sur le registre de la passion, du goût et du désintéressement –, cette recherche a mis au jour l’interpénétration et le transfert de compétences et de ressources d’un monde à l’autre. Par la reconstruction de l’itinéraire d’un individu au cœur des réseaux de production et de diffusion de l’histoire locale, nous saisirons comment cette personne s’est constituée à la fois comme entrepreneur économique, entrepreneur culturel et érudit.

3Si nous réfutons toute typicité ou exemplarité du portrait d’historien local que nous allons brosser, nous entendons en revanche ancrer la trajectoire de Gaston Bari dans une génération d’historiens locaux, c’est-à-dire comprendre comment il a construit et adapté ses compétences à partir de son espace social et de la conjoncture du moment.

Entreprise familiale et production d’histoire locale

  • 2 Gaston Bari se souvient, lorsqu’il lui « a fallu travailler dans la société », avoir « pris tous l (...)

4Les parents de Gaston Bari sont enterrés en 1989 au cimetière de Trames après une cérémonie funéraire célébrée dans la cathédrale de la ville. Leur nécrologie parue dans la presse locale insiste sur l’exemplarité de Bari père (1908-1989) et de son épouse (1923-1989) en rappelant la façon dont le couple, après des débuts difficiles, avait réussi à bâtir en quelques décennies la plus grande entreprise de transport du département. Si l’accent est mis sur la ténacité, les qualités professionnelles et morales des deux disparus, rien n’est dit sur l’origine italienne du père. Installés à Trames en 1957, Bari père, d’abord ouvrier maçon, et son épouse, d’origine normande, avaient créé en 1945 une petite entreprise dans une commune proche de Trames. Ils développent leur activité et fondent une seconde société en 1961. Les trois fils (nés en 1945, 1947, 1950) et la fille cadette font leur apprentissage dans l’entreprise. Le père astreint ses enfants à passer par les diverses tâches, notamment manuelles, liées au métier de transporteur2. Quand leurs parents se retirent des affaires à la fin des années 1970, les enfants vont étendre le rayonnement de ces sociétés.

5Tout en participant aux diverses activités de l’entreprise, chacun des enfants se spécialise dans un secteur. Le cadet, porteur du prénom du père, s’occupe des cars, noyau originel de l’activité familiale. La seconde société et une agence de voyages établie dans un département voisin sont dévolues au puîné ; Gaston Bari, l’aîné, travaille quant à lui au développement des activités touristiques. La sœur, d’abord chargée de l’administration générale, gère avec l’aîné la société hôtelière créée en 1985. Dans cette configuration familiale, en s’occupant du tourisme et en recrutant des guides-accompagnateurs, Gaston Bari se positionne en innovateur : « Ce n’était pas la mode à l’époque de mettre des guides. On ne mettait pas de guides dans les cars. » Avec son siège social à Trames, ses agences de transport et de tourisme établies dans toute la région, cette société anonyme est en fait très visible, notamment par sa participation aux transports urbains et, dans tout le nord du département, aux transports scolaires et interurbains.

  • 3 Sur les divisions fines de l’espace social tramois, voir Rowell 1996 ; Baciocchi & Le Guillou 1998 (...)

6Occupé par le segment le plus innovant de l’entreprise familiale, Gaston Bari se distingue aussi par son investissement dans des activités intellectuelles qui prolongent le souvenir d’une scolarité au lycée de Trames et d’études d’histoire interrompues. Sa production de textes historiques débute ainsi en 1973 avec un article publié dans le bulletin d’une société savante locale, la Société littéraire et historique de Trames (slht) présidée par son ancien professeur du lycée. Celui-ci le parraine pour son élection au bureau de l’association, qui se présente comme « une des sociétés savantes tramoises les plus anciennes » (Mudronja 1995). Gaston Bari figure alors sur la liste des quelque deux cents membres de ce groupement qui recrute principalement dans le faubourg aisé de la vieille ville, c’est-à-dire à proximité de son domicile3.

7De 1973 au début des années 1980, Gaston Bari fait publier dans le bulletin de cette société plusieurs articles qui témoignent pour nous de son insertion dans un réseau centré sur l’érudition locale et ses objets. Ses trois premières publications (1973, 1976, 1978) peuvent être considérées comme la matrice à partir de laquelle il se construit un domaine d’études qui lui est propre. Il débute ainsi à vingt-huit ans par l’étude d’une « petite commune » dont son épouse est originaire. Le choix de cet objet répond à plusieurs lignes d’intérêt : la présence de sa belle-famille qu’il peut mobiliser comme vivier d’informateurs – notamment son beau-père, membre du conseil municipal local ; le « caractère typiquement régional » de ce village situé à proximité de la ville de Trames ; et le précédent historiographique amorcé par deux des principaux historiens locaux du xixe siècle, qui avaient consacré quelques pages à ladite commune. Dans son texte, Gaston Bari raconte qu’il se rend sur place, prend contact avec deux informateurs anonymes pour qu’ils lui fassent connaître l’histoire et les légendes du lieu. « Histoire et légendes de Montigny » situe son objet dans un ensemble de coordonnées géologiques, géographiques, chronologiques et toponymiques qui, par opérations successives, permettent de qualifier le lieu comme identique à lui-même dans le temps.

  • 4 Il existe à Trames une importante association d’archéologie locale, qui partage une partie de ses (...)
  • 5 Pierre Tablon « naquit aux confins de la province de Trames », le tonnerre d’un des canons de cet (...)

8Si la « Monographie » par laquelle Gaston Bari débute dans le monde de l’érudition ancre de manière générique son travail sur une approche localiste de la recherche, le récit de découverte archéologique qui suit met en scène son action d’homme de terrain et ouvre sur des pratiques associatives connexes à la recherche historique, pratiques partagées au sein et autour de la slht4. Son troisième article, en s’attachant à un personnage singulier, esquisse une ligne de développement différente. Si la référence localiste et celle relative aux vestiges sont toujours présentes5, prime alors une perspective de redécouverte d’une figure locale d’envergure nationale. « Noble figure du xve siècle », Pierre Tablon avait fait l’objet d’une amorce historiographique locale dans l’œuvre d’un érudit tramois du xixe siècle. Gaston Bari reprend un objet déjà constitué par l’historiographie locale et le replace dans une période consacrée de l’histoire de Trames, l’occupation de la ville par les Anglais. Pour ce faire, outre l’utilisation de matériaux de seconde main, il effectue des visites dans divers dépôts d’archives au fil des déplacements liés à son activité professionnelle. Composé de manière à mettre en scène la ville de Trames autour du récit de l’action du militaire, le portrait de Pierre Tablon que dresse Gaston Bari perpétue et précise le lien entre la ville et ce « héros » dont le nom fut donné à une place et à un pont de cette cité. La vie de Pierre Tablon est finalement jugée par l’auteur comme « un épisode glorieux de notre histoire nationale ». Un lecteur extérieur au public visé pourrait s’interroger sur l’équivoque et la connivence de ce « notre ». Par cette recherche, Gaston Bari s’ouvre un troisième pôle d’intérêt, l’étude des personnalités dans leurs dimensions emblématiques.

9Chacun de ces trois textes constitue une ligne de développement sur laquelle Gaston Bari opère ensuite des variations constitutives de la maîtrise pratique de son pré carré d’historien local. Avec ces premiers travaux qui reprennent les objets et les méthodes constitués de l’historiographie locale, l’auteur se forme aux conventions du monde de la société savante dont il est maintenant membre depuis cinq ans.

De la compétence localiste au statut d’historien

10Les publications ultérieures combinent ces objets et ces thématiques (en premier lieu le Moyen Âge, mais aussi les aspects militaires de l’histoire et les vestiges des lieux) avec une permanence de l’approche localiste. Ainsi, lorsqu’il introduit dans un style médiévisant l’un de ses articles relatifs à un vestige du centre-ville, Gaston Bari fait d’emblée référence à ses travaux antérieurs : « En cette année de grâce 1399, le mot n’est pas trop fort pour les Tramois, une occupation anglaise de notre ville pendant dix-sept ans allait se terminer sous les canonnades de Pierre Tablon. » Faute de documents susceptibles de faire directement preuve, Gaston Bari entreprend une démonstration historienne, qui illustre bien la perspective localiste à l’œuvre dans son travail. Il s’agit de rendre compte du nom d’un fragment d’une tour qui, entre autres appellations, a reçu celle de « tour du bourreau ». L’article de Gaston Bari pose la question suivante : cette tour a-t-elle été ainsi dénommée en raison de l’occupation de cette tour par un bourreau ? L’auteur recherche le nom de la famille des bourreaux de Trames et apprend qu’ils s’appelaient Hébert. Or les propriétaires de la tour en question se nommaient Bourré. Ce n’était donc pas la famille des bourreaux de Trames. Le nom des propriétaires, « qui devint Bourrel en vieux français », est selon l’auteur vraisemblablement à l’origine de celui de la tour.

11Par ses prémisses localistes fondées sur la possibilité de l’identité d’un nom et d’un lieu précis et par l’étude menée de manière exclusivement centrée sur ce lieu, ce raisonnement engage une forme de discussion ouverte entre un chercheur et son auditoire qui, on peut le supposer, s’accordent sur le type et l’intérêt de la question soulevée. L’article se conclut sur la proposition d’apposer en nom collectif une plaque au pied du vestige : « Tour du Bourreau / xve siècle / slht », afin de fixer cette dénomination retrouvée.

  • 6 C’est par commodité que nous contrastons travail personnel et travail collectif. En effet, tout au (...)

12Avec ces travaux, Gaston Bari acquiert des techniques d’enquête et d’écriture qui lui confèrent, à partir d’un répertoire personnel, un certain nombre de compétences partagées au sein de l’historiographie locale. Il peut alors s’engager dans des entreprises plus collectives6. Son souci d’en référer aux historiens locaux qui l’ont précédé est couronné par sa participation sous la direction d’un professeur agrégé d’histoire, Gérard Cale, à l’édition critique par la slht des manuscrits d’un historien de Trames du xixe siècle. Dans la présentation de l’ouvrage (1981, 1982), il est qualifié de « médiéviste » aux côtés d’un chanoine, docteur de l’Université, membre de plusieurs sociétés savantes et auteur d’une œuvre historique importante et reconnue. Gaston Bari est alors un historien tramois patenté qui a acquis la reconnaissance de ses pairs les plus titrés.

13En 1977 est élue une nouvelle équipe municipale d’Union de la gauche qui va faire du centre historique de la ville le support de son animation à visée culturelle (carnaval, spectacle historique). Par ailleurs, ce contexte local a son pendant national avec l’arrivée au ministère de la Culture de Jack Lang, qui favorise ce type d’intervention municipale, par la multiplication des contrats État-ville. A cette occasion, Gaston Bari va essayer de tirer profit de ses compétences touristiques et historiennes pour se placer au cœur de l’entreprise de requalification des lieux et des espaces en assignant de nouvelles fonctions à l’histoire locale. Cela implique la création de nouveaux publics et de nouveaux modèles narratifs.

  • 7 Plain et Bleau sont deux quartiers de grands ensembles de la périphérie de Trames stigmatisés comm (...)

Faire des articles, publier des articles, sur l’histoire même s’ils ne sont pas aussi précis que ce que pourrait faire un universitaire, c’est quand même intéressant, ça vulgarise un peu l’histoire, et ça intéresse le plus grand nombre. Parce que les travaux des universitaires, si je me réfère souvent à eux, c’est un peu difficile à ingurgiter pour quelqu’un qui est à Plain, justement, ou à Bleau7. Alors que là, on reste au niveau des gens, tout en faisant quand même un travail historique.

14Gaston Bari se positionne comme un médiateur possible entre le pôle le plus légitime du champ de production de récits historiques et un public supposé le plus démuni culturellement. Tout en affichant « quand même » son appartenance au monde restreint des initiés par sa fréquentation des travaux universitaires, il essaie de contourner le stigmate de la « vulgarisation » en évoquant la nécessaire diffusion au plus grand nombre, pour mettre l’histoire locale au service de l’intégration sociale et, à terme, de l’industrie du tourisme.

Histoire locale et consensus patrimonial

15Cette position de médiateur constitue un moment crucial de la carrière d’historien local de Gaston Bari. Il s’agit pour lui au début des années 1980 de faire coexister trois systèmes de conventions relativement différents : celui du monde de l’histoire érudite, avec ses normes d’honnêteté et de rigueur attachées à la méthode scientifique ; celui du monde du tourisme avec ses évaluations économiques liées à la fréquentation des lieux ; et celui des notables, avec ses marques d’honneur et de statut.

16En 1979, Gaston Bari prend la direction du syndicat d’initiative qu’il va professionnaliser grâce aux compétences qu’il a acquises au sein de l’entreprise familiale. Ne trouvant pas l’accueil des touristes « digne » d’une ville dotée d’un patrimoine historique qu’il considère comme important, il entreprend la transformation de cette structure restée bénévole. Avec l’appui de la nouvelle équipe municipale élue en 1977 il embauche un permanent et assure la promotion de la ville en mobilisant son savoir-faire en matière de marketing touristique :

J’ai commencé comme guide ici. J’ai accompagné des groupes dans le monde entier [...] l’élaboration des brochures, les choix des circuits, etc., entre la conception des brochures, les devis, aller voir les clients, choisir les hôtels...

  • 8 L’assemblée générale de rentrée de 1980 est décrite comme « honorée par la présence d’une délégati (...)

17Ses activités et ses relations au sein de la société savante lui permettent en outre d’enrichir la politique touristique de l’office du tourisme - syndicat d’initiative (ot-si). Il inclut en 1981 dans la première des éditions du Guide pratique et touristique de Trames des « contributions historiques » qu’il cosigne avec le président de la slht. Par ailleurs, l’ot-si et la société savante coopèrent à l’occasion de différentes manifestations publiques. Sur les listes de membres de la slht, Gaston Bari ne figure plus comme « directeur de transports » mais bien comme « président du syndicat d’initiative »8.

18Il renforce l’orientation patrimoniale de l’ot-si et de l’école de guides qui lui est associée par l’obtention en 1985 de l’un des premiers labels « Ville d’Art » décernés par la Caisse nationale des monuments et sites (cnms), label rebaptisé « Ville d’Art et d’Histoire » en 1988. Selon l’accord signé avec l’État, Trames Ville d’Art et d’Histoire (tvah) prend en charge la formation et le recrutement de guides « qualifiés » au terme d’un concours organisé par la cnms. Membre du jury, siégeant aux côtés du directeur régional du patrimoine, Gaston Bari s’impose comme l’un des spécialistes du patrimoine historique de la ville et contribue, par son savoir et son action, à redéfinir une nouvelle perception des « vestiges » du centre, les faisant exister comme point incontournable du tourisme local (Rowell 1996).

  • 9 Ils se sont par ailleurs excusés auprès de nous pour le « faible niveau » de leur prestation et on (...)

19La formation et les pratiques des guides instituent dans ce cadre une médiation érudite entre l’objet et les publics. Dans un premier temps, la politique de tvah est limitée à une offre culturelle destinée à faire découvrir le patrimoine par une visite approfondie et « sérieuse ». Cependant Trames ne s’inscrit toujours pas comme un passage obligé des circuits touristiques de la région, et tvah devient la cible d’observations municipales qui lui reprochent cette fréquentation limitée et donc sa faible « rentabilité ». tvah se tourne alors vers les publics scolaires, ce qui lui permet de diversifier son activité en termes d’animation des monuments identitaires de la vieille ville, et donc de se mettre au service des politiques « d’intégration sociale ». Ce glissement vers un autre type de public modifie le mode de transmission des savoirs acquis par les guides lors de leur formation. Lors de notre enquête, devant les groupes scolaires, les guides s’appuyaient sur des références connues des enfants (Notre-Dame de Paris et Astérix...)9. A partir d’un objectif de « visites culturelles », l’animation du patrimoine s’inscrit en outre dans un objectif pédagogique et social visant à créer une identification à la ville pour les publics des quartiers périphériques supposés déracinés (Rowell 1996). Cette idée en creux selon laquelle l’identité locale se forme par l’appropriation des monuments emblématiques de la ville et par l’ancienneté de l’implantation est largement partagée au sein de la bourgeoisie cultivée locale, elle-même divisée selon ces lignes de distinction.

20La requalification des espaces urbains anciens n’est ainsi pas exempte de concurrences à l’intérieur même du groupe de ses promoteurs, notamment du fait que ces espaces sont souvent liés à des désignations toponymiques qui renvoient à l’histoire de telle famille, de tel groupe, parfois encore présents pour « défendre » la mémoire de leurs ascendants effectifs ou symboliques. Gaston Bari écrit par exemple une biographie de Louis Palaçais, juge honoraire au tribunal de Trames, décédé en 1841. Une rue de la ville porte le nom de cet homme et, dans le cimetière communal, son tombeau fut, avec d’autres, conservé par une commission chargée de « garder quelques tombes en place, qui étaient typiques soit par la qualité de la personne qui était dessous, dans l’histoire locale, soit par l’intérêt du monument lui-même ». Aussi, lorsqu’en 1980, à l’assemblée générale de la slht, Gaston Bari rend compte de son travail, il sous-estime la portée d’un avertissement adressé en 1865 par un érudit qui a consacré une brève notice à ce personnage : « L’histoire contemporaine est difficile à écrire dans une petite ville, je ne l’écrirai point. » L’étude de Gaston Bari se focalise sur l’épisode de 1793 durant lequel Palaçais fut membre du tribunal révolutionnaire et signa plusieurs arrêtés d’exécution capitale :

Je n’ai pas dit du mal ! [...] quand j’ai fait ma conférence, après, il y a des personnes qui n’étaient pas contentes, parce que ce notable-là avait encore des descendants à Trames. [...] il y a une personne [...] qui est venue me reprocher cela. Elle m’a dit : « Mais c’est inadmissible... attaquer la mémoire de quelqu’un », [et tout cela] pour une histoire qui s’est passée sous la Révolution française !

21Cet incident témoigne du fait que la position de Gaston Bari comme historien local, président de l’ot-si et de tvah, ne jouit pas alors d’une autorité incontestée, d’autant plus qu’il s’aventure, au-delà de sa période d’étude reconnue, dans le domaine des « histoires familiales ». Parce que l’histoire locale croise souvent le terrain patrimonial des « vieilles familles », qui relève aussi d’une histoire aux dimensions privatives, elle s’écrit ou se dit au risque de conflits, voire de disqualification de l’historien « nouveau venu » (de L’Estoile 2001).

22En développant l’ot-si, en créant tvah, en liant ces structures à la slht, Gaston Bari s’est intégré non sans embûches parmi les promoteurs d’une réélaboration de la transmission de l’histoire de la ville dans laquelle, en s’appuyant sur le patrimoine local consacré à l’échelle nationale – support matériel d’un récit spécifique de l’histoire la plus ancienne –, la municipalité et des associations culturelles créent l’apparence d’un consensus en minorant les conflits historiques et sociaux de l’histoire contemporaine (quasi-impasse sur l’histoire des grands ensembles où vivent 60 % de la population). Par cet investissement dans l’animation du patrimoine, Gaston Bari devient ainsi un interlocuteur privilégié de la municipalité et de l’État pour la mise en valeur dudit patrimoine. Cette compétence patrimoniale se constitue au moment même où la municipalité de gauche ambitionne pour la ville le statut de capitale culturelle régionale. La municipalité fait alors appel à des techniques issues du marketing de la tradition et de l’économie du spectacle, dotant ainsi la ville en 1979 d’un carnaval, puis en 1982 d’un spectacle historique. Apparaît alors une demande de savoir-faire entrepreneurial pour sortir l’histoire locale du monde et du mode de production des initiés.

Savoirs et savoir-faire : la confirmation d’un entrepreneur culturel

  • 10 Extrait du courrier d’un chanoine historien consulté pour vérifier la « justesse » d’une scène. De (...)
  • 11 « Cette courte notice ne saurait se prétendre un véritable résumé de l’histoire de Trames [...] ce (...)

23Pour l’écriture du spectacle historique, l’adjoint à la culture fait appel aux érudits locaux afin de résumer pour son scénario l’histoire de la ville. Cette charge incombe à une commission pilotée par Gérard Cale, président de la slht, professeur d’histoire au lycée de Trames, qui essuie cependant diverses critiques de la communauté historienne : « Je déteste ce genre de chienlit qui n’a souvent rien à voir avec ce que fut l’événement historique10. » Sachant trop bien qu’un spectacle et ses effets de scène s’accommodent mal avec la rigueur de la méthode historienne, l’auteur signale lui-même les nécessaires arrangements et déformations historiques qu’un tel projet implique11. Deux éléments-clés sont à retenir : d’une part le tollé provoqué par la participation de cet historien de profession souligne que les conventions du monde du spectacle populaire (simplicité du récit, effets de scène, public large) et celles du monde des érudits restent antinomiques ; d’autre part, en 1980, la position d’érudit de Gaston Bari est encore fragile puisqu’il ne participe alors que marginalement à la rédaction de cette trame historique, même s’il se charge déjà de la promotion du spectacle dans les revues spécialisées et les salons du tourisme, et si les relations qu’il a nouées avec le personnel de la cnms pour tvah permettent à la ville d’obtenir une subvention pour le spectacle historique.

24En 1983, après dix ans d’ancienneté, Gaston Bari accède, en même temps qu’une nouvelle génération d’historiens locaux, à la vice-présidence de la slht. Sa participation renouvelée à l’enquête collective sur les rues de Trames (1988, 1992, 1999) lui permet de réemployer ses recherches précédentes et d’exercer pleinement sa nouvelle responsabilité. Armé de cette position renforcée au sein du monde érudit, il peut alors se présenter comme « l’un des trois ou quatre à bien connaître l’histoire sur la ville ».

  • 12 Le spectacle historique mobilise 600 figurants bénévoles, et un budget de plus de un million de fr (...)

25Lors du changement de majorité municipale en 1995 et du départ de l’adjoint à la culture, scénariste de cet important spectacle historique12, Gaston Bari en reprend l’écriture. Son travail est jugé positivement dans le monde érudit. Ce renversement des opinions sur la participation d’un pair à la rédaction du spectacle s’explique doublement. Tout d’abord la multiplication de « produits historiques » à visée de vulgarisation (tvah, spectacle historique) a permis d’institutionnaliser un nouvel espace de production de l’histoire, alliant la rigueur de l’historien au ludique. Les érudits jugent alors cette production non plus avec les seules conventions historiennes mais en intégrant les principes de validation par le nombre. Ce changement s’explique aussi par la reconnaissance du savoir historien et du savoir-faire touristique de Gaston Bari, l’un des seuls à Trames à pouvoir réconcilier des conventions pensées auparavant en opposition. Son scénario respecte alors les canons du genre en donnant des gages d’une tonalité spectaculaire, tout en en garantissant le « sérieux » par des signes ostentatoires d’une méthode historienne (notes de bas de page, référence à des archives et écrits) : « Je ne m’accorde pas d’écarts avec les sources. Avec l’histoire, oui [rires]. » Armé de l’honnêteté de l’historien, il prévient les éventuelles critiques de ses pairs et réaffirme son appartenance au monde érudit : « Moi, vis-à-vis des historiens, je fais attention quand même. »

  • 13 En 1980, la ville avait initié la procédure d’obtention de l’aoc qui, certifiant juridiquement l’a (...)

26En 1991, la municipalité crée une confrérie gastronomique autour du produit phare de la ville, le fromage de Trames13 (Ortoli 1996 ; Laferté 1997). Le personnel politique municipal, membre de la confrérie, souhaite valoriser l’image de la ville en s’appuyant sur la notoriété internationale du produit. Sont intronisés des personnalités des institutions locales ainsi que les élus des communes également dotées de confréries et des responsables de la filière agroalimentaire. Promu Grand Chancelier de la confrérie, Gaston Bari confirme son appartenance au monde réduit des personnalités de Trames incontournables dans la gestion des affaires culturelles, touristiques et économiques de la cité.

27Une confrérie gastronomique comporte un ensemble d’éléments identifiants : un costume « moyenâgeux », des « chapitres » rythmés par des intronisations où se mêlent chants, dégustations et bonne humeur, et un saint protecteur. Le savoir-faire historien de Gaston Bari est mis à profit par ses confrères qui le chargent de désigner un saint local susceptible d’être réapproprié. Gaston Bari met la main sur des archives datant de 601 et témoignant du passage de saint Prés dans la région, mais relativise lui-même cette découverte en en contestant l’authenticité. Les confrères proclament cependant saint Prés patron de la province et, lors d’une cérémonie religieuse, mobilisent l’abbé Petras qui consacre, dans son église, saint Prés patron du fromage de Trames et de la confrérie. Là encore, Gaston Bari utilise les méthodes de l’histoire pour garantir son honnêteté d’historien et réaffirmer son appartenance au monde érudit tout en contribuant à l’invention ex nihilo d’une tradition.

  • 14 Le syndicat des producteurs relocalise alors l’histoire du fromage sur la région immédiate de Tram (...)

28Pour s’assurer le monopole de l’image du fromage de Trames, la municipalité commande à Gaston Bari la rédaction d’une plaquette sur l’histoire de ce fromage (1995, plaquette qui deviendra un ouvrage en 1998). Même s’il nous déclare que « le fromage de Trames n’est pas un thème d’histoire locale », ou, dit autrement, que le fromage n’est pas pour lui un objet légitime de l’histoire locale, Gaston Bari en écrit l’histoire avec son sérieux historien. L’auteur recense les différents écrits sur le fromage de Trames en les confrontant aux sources des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale et se targue de trier entre les faits avérés, ceux dont il trouve une trace dans les archives et dont le récit constitue alors l’« Histoire », et les faits non vérifiables, qui ne peuvent prétendre qu’au statut dévalorisé de légende. Cette recherche, fondée sur la preuve écrite et la légitimité des institutions nationales, impose l’histoire de Gaston Bari face aux histoires concurrentes du fromage de Trames14.

29Inventer une tradition, produire une histoire, permet aux élus de sortir le fromage de son strict usage alimentaire pour le requalifier en objet patrimonial. Ce changement de statut est lié à une volonté de promotion touristique, la municipalité projetant de fonder une « académie des fromages ». L’objet fromage construit comme patrimoine peut alors entrer au musée et, en retour, la coupure du quotidien qu’opère le musée sur les objets devrait renforcer la patrimonialisation des fromages aoc qui y seront exposés. Pour la municipalité, le travail de Gaston Bari fonctionne comme une caution savante qui, en garantissant l’ancienneté et l’authenticité d’un objet, le rend digne de conservation.

30Ce travail de requalification des objets par le récit se prolonge par une activité de collectionneur : « Maintenant je commence à avoir quelques documents à la maison sur toute la ville, que j’ai collectés depuis trente ans. » Gaston Bari acquiert en outre dans les ventes publiques des ouvrages et des objets anciens : « Je n’avais aucune œuvre venant de ma famille sur la ville de Trames. » Sa réputation d’amateur peut alors être mise à profit, par exemple à l’occasion de l’exposition au Musée municipal consacrée aux « vues de Trames » dont il cosigne le catalogue. Organisée par le Rotary Club dont Gaston Bari est membre et fut président, cette exposition lui permet de mobiliser avec succès ses relations dans le monde des entrepreneurs pour obtenir le prêt de nombreux tableaux et gravures (Hertzog 1998).

31Les compétences acquises par Gaston Bari ont permis la construction d’institutions qui pérennisent une transmission vulgarisée des savoirs légitimes de l’histoire (tvah, spectacle historique) et qui patrimonialisent les objets supposés illégitimes de l’histoire (confrérie, académie). Gaston Bari contribue ainsi à la simplification de l’histoire complexe des monuments pour faire de ceux-ci des symboles identitaires de la ville, il favorise l’utilisation de ce patrimoine comme support d’une mise en scène théâtrale, il élève le fromage au statut d’objet culturel. Cette capacité à fixer le sens et l’usage des choses matérielles dépend pour une large part de la légitimité du locuteur, c’est-à-dire à la fois de la reconnaissance de son savoir-faire d’historien et de son réseau social qui lui permettent aujourd’hui d’incarner le passé de la ville.

  • 15 Dans un texte de fiction (1999) où il met en scène un repas d’une famille populaire italienne, Gas (...)

32Après trente ans d’activités multipliées sur différentes arènes locales, les investissements de Gaston Bari sont de plus en plus perçus sur le mode du désintéressement. Sa qualité de collectionneur, son appartenance à un club-service (Gaston 1997), sa participation au conseil d’administration d’une importante association caritative, son élection au conseil des prud’hommes et à la commission des retraits de permis de conduire témoignent de l’acquisition d’une réputation de notabilité morale. En ce sens, l’on pourrait dire que, par l’activité érudite, par un ancrage dans un réseau associatif et une participation à différentes commissions et institutions paramunicipales liées à la « culture », il est entré peu à peu dans l’intelligentsia bourgeoise de Trames, parcourant ainsi les étapes d’une seconde socialisation consacrée par sa nomination en 1996 au rang de chevalier dans l’ordre des Arts et Lettres15.

33Si le monde de l’histoire locale a été un véhicule de cette trajectoire, la carrière de Gaston Bari permet aussi de déceler les nouvelles donnes établies dans les trente dernières années entre ce monde et les sphères économiques et politiques. De ce point de vue, la centralité du complexe tourisme-patrimoine serait à interpréter en tenant compte des transformations sociales de cette ville pendant ces décennies de crises économiques.

Sources

34Entretiens avec Gaston Bari, novembre 1995, décembre 1996 et avril 1998. Archives municipales (am), Archives de la chambre de commerce, Archives de la Maison de la jeunesse et de la culture.

35Publications de Gaston Bari (1973-1999).

Travaux et mémoires issus de l’enquête collective

36Baciocchi, S., A. Hertzog, G. Laferté, O. Le Guillou, B. de L’Estoile, J. Rowell. 1999. « Usages du passé et production de l’histoire locale », documents de travail pour la journée d’études du Laboratoire de sciences sociales, janvier, ens, 204 p.

37Baciocchi, S. & O. Le Guillou. 1998. « L’espace local des sociétés savantes : pratiques historiennes et production historiographique », document de travail, Atelier « Histoires locales : usages, pratiques, territoires », Laboratoire de sciences sociales, ens, 137 p.

38Gaston, F. 1997. « Les clubs de Trames : sociabilité des notables et mise en scène du désintéressement », mémoire de dea de sciences sociales sous la dir. de B. de L’Estoile, ens-ehess, 103 p. + annexes.

39Hertzog, A. 1998. « Collections publiques, collections privées : le musée de Trames. La mise en scène de l’histoire locale et ses enjeux, une étude de cas : l’exposition “Trames et ses quartiers” (mai 1998) », mémoire de dea de sciences sociales sous la dir. de F. Weber, ens-ehess, 111 p. + annexes.

40Laferté, G. 1997. « L’invention des traditions : le Carnaval de Trames et la Confrérie des Compagnons du fromage de Trames », mémoire de dea de sciences sociales sous la dir. de F. Weber, ens-ehess, 86 p. + annexes.

41Le Guillou, O. 1991. « L’histoire locale à A*** », mémoire de dea de sciences sociales sous la dir. de A. Bensa, ens-ehess, 100 p.

42L’Estoile, B. (de). 2001. « Le goût du passé. Érudition locale et appropriation du territoire », Terrain n° 37, sept., p. 33-47.

43Mudronja, S. 1995. « La Société littéraire et historique de Trames. Une société savante dans le monde culturel de Trames », mémoire de dea de sciences sociales sous la dir. de O. Le Guillou, ens-ehess, 65p. + annexes.

44Omouri, N. 1997. « Les sociétés savantes de Trames, étude de sociabilité locale », mémoire de dea de sciences sociales sous la dir. de B. de L’Estoile, ens-ehess, 166 p. + annexes.

45Ortoli, F. 1996. « La Confrérie des Compagnons du fromage de Trames. Les enjeux de la construction d’un patrimoine local », mémoire de dea de sciences sociales sous la dir. de A. Bensa & F. Weber, ens-ehess, 64 p. + annexes.

46Rowell, J. 1996. « Structure sociale et raison spatiale des politiques culturelles municipales : l’exemple de Trames », mémoire de dea de sciences sociales sous la dir. de F. Weber, ens-ehess, 50 p. + annexes.

Notes

1 Cette contribution s’appuie sur les travaux effectués dans le cadre du stage de terrain du dea de sciences sociales (ehess-ens), stage qui s’est déroulé entre 1995 et 1998 dans une ville de 50 000 habitants de l’Île-de-France. Cette recherche collective s’est développée autour des usages du passé et de la production de l’histoire locale, dans un atelier de recherche du Laboratoire de sciences sociales (Baciocchi et al. 2000, de L’Estoile 2001). Parmi les nombreuses personnes qui ont participé à ces travaux, nous tenons à remercier tout particulièrement Anne Hertzog, Benoît de L’Étoile, Noara Omouri et Françoise Ortoli pour leur apport très précieux à ce texte. Les noms propres (lieux et personnes) du texte et de la bibliographie sont fictifs afin de préserver l’anonymat que nous avons promis.
Ce texte a été soumis en décembre 2000 à celui que nous appelons ici Gaston Bari qui, pour l’essentiel, nous a demandé de corriger nos transcriptions pour les rendre plus conformes aux normes du style écrit. Nous tenons à le remercier des entretiens qu’il a eu l’obligeance de nous accorder.

2 Gaston Bari se souvient, lorsqu’il lui « a fallu travailler dans la société », avoir « pris tous les boulots qui se trouvent dans la société, tous les travaux de cars ». Il souligne par là même que reprendre l’entreprise familiale ne fut pas un choix réel.

3 Sur les divisions fines de l’espace social tramois, voir Rowell 1996 ; Baciocchi & Le Guillou 1998. Gaston Bari réside aujourd’hui dans une maison bourgeoise dans la campagne aux abords immédiats de Trames.

4 Il existe à Trames une importante association d’archéologie locale, qui partage une partie de ses membres avec la slht. Il faudrait aussi faire place à d’autres pratiques liées à la production de l’histoire locale : la photographie, le dessin, la cartophilie, la philatélie, etc.

5 Pierre Tablon « naquit aux confins de la province de Trames », le tonnerre d’un des canons de cet artilleur est resté dans la cour du Musée municipal (Bari 1979).

6 C’est par commodité que nous contrastons travail personnel et travail collectif. En effet, tout au long des articles écrits en son nom, Gaston Bari ne cesse de remercier des collaborateurs ou, dans un langage plus ethnographique, de convoquer tout un personnel de renfort.

7 Plain et Bleau sont deux quartiers de grands ensembles de la périphérie de Trames stigmatisés comme banlieues à problèmes.

8 L’assemblée générale de rentrée de 1980 est décrite comme « honorée par la présence d’une délégation du syndicat d’initiative, conduite par M. Bari ».

9 Ils se sont par ailleurs excusés auprès de nous pour le « faible niveau » de leur prestation et ont alors refait une deuxième visite informelle en testant nos connaissances, réaffirmant ainsi leur position de médiateurs savants contraints à l’animation ludique.

10 Extrait du courrier d’un chanoine historien consulté pour vérifier la « justesse » d’une scène. De même, le maire adjoint à la culture recevra plusieurs critiques d’érudits locaux. am, série W.

11 « Cette courte notice ne saurait se prétendre un véritable résumé de l’histoire de Trames [...] cette commission a dû procéder à des choix dans la trame historique qui va de l’Antiquité à la fin du xviie siècle [...] entre l’importance [de l’histoire locale] et la nécessité évidente du caractère scénique des faits ». am, série W.

12 Le spectacle historique mobilise 600 figurants bénévoles, et un budget de plus de un million de francs, pour un public d’environ 15 000 spectateurs par an.

13 En 1980, la ville avait initié la procédure d’obtention de l’aoc qui, certifiant juridiquement l’authenticité du produit, en a engagé la patrimonialisation, la création de la confrérie n’étant qu’une étape supplémentaire de ce processus.

14 Le syndicat des producteurs relocalise alors l’histoire du fromage sur la région immédiate de Trames, alors même que la zone de production aoc couvre un territoire bien plus grand puisqu’elle inclut des fromageries situées à plus de 200 km de Trames.

15 Dans un texte de fiction (1999) où il met en scène un repas d’une famille populaire italienne, Gaston Bari relate l’échange suivant : « Dis maman, c’est quoi la mort ? – Oh là là, tu poses d’ces questions toi ! Demande à ton père, c’est un intellectuel, c’est pour ça qu’on l’a nommé secrétaire du comité d’entreprise. »

Auteurs

Stéphane Baciocchi, École normale supérieure, Département de sciences sociales, Paris

Gilles Laferté, École normale supérieure, Département de sciences sociales, Paris

Olivier Le Guillou, École normale supérieure, Département de sciences sociales, Paris

Jay Rowell, École normale supérieure, Département de sciences sociales, Paris

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540