Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire à soi

 | 
Alban Bensa
, 
Daniel Fabre

I. Quelle histoire ?

Faire l’histoire des hommes du fer

Jean-Marc Leveratto et Fabrice Montebello

Texte intégral

1L’apparente homogénéité de la Lorraine masque sa diversité. Que l’on considère les caractéristiques physiques de la région ou même ses activités humaines, c’est la variété qui l’emporte et qui vient brouiller l’image forte d’une Lorraine souvent réduite, dans l’imaginaire national, à ses fonctions militaire et industrielle. Même dans les années 1950, au plus fort de l’industrialisation française et à un moment où l’image de « Texas lorrain » surévalue l’activité sidérurgique, l’effectif ouvrier dans les mines de fer, la sidérurgie, le charbon et le textile ne représente pourtant que 34,6 % du total des ouvriers lorrains des deux sexes et seulement 17,8 % de la population active lorraine (Bonnet 1972 : 330). On pourrait en dire autant des habitants qui peuplent la région et dont l’histoire, le style de vie, le langage et les accents varient d’un point à l’autre du territoire considéré.

2L’absence d’homogénéité caractérise une région « unifiée » tardivement (du fait du différend franco-allemand) et marquée à la fois par les vicissitudes de l’histoire et sa situation géographique particulière. Espace de transition entre l’Europe du Nord et celle du Sud – pour le meilleur (« carrefour d’échanges ») et pour le pire (zone d’affrontements sanglants, de la guerre de Trente Ans aux deux guerres mondiales) –, la Lorraine demeure également une terre de prédilection pour les symboles de l’histoire nationale et leurs investissements locaux (de Jeanne d’Arc à Robert Schuman en passant par Maurice Barrès, de l’annexion allemande de 1870 aux « batailles de l’acier » en passant par Verdun).

3On comprend dans ces conditions pourquoi la production d’histoire locale touche à des enjeux particuliers en Lorraine. Dernière venue dans le domaine de la littérature historique régionale, l’histoire de la Lorraine industrielle n’échappe pas à ces enjeux. Préoccupation récente, liée à la crise de la sidérurgie, l’histoire de la Lorraine industrielle a permis également la rencontre entre des « chercheurs » de statuts extrêmement différents (historiens professionnels et amateurs, érudits, militants syndicalistes, artistes, ouvriers, ingénieurs, femmes au foyer, étudiants, responsables associatifs et culturels...). L’analyse de cette histoire « nouvelle » (que nous effectuerons à partir de l’étude de l’aressli, Association de recherche et d’études en sciences sociales sur la Lorraine industrielle) est ainsi l’occasion de s’interroger sur le « métier d’historien » dont le renouvellement et le développement ont été profondément stimulés par la décentralisation et la démocratisation culturelle. La production de ce nouveau type d’historiens a permis la diffusion, régionale et nationale, d’une autre image de la Lorraine : celle d’une « terre de brassage » enrichie par les différentes vagues migratoires contemporaines.

Les sociétés d’histoire locales en Lorraine et la naissance de l’ARESSLI

  • 1 Il s’agit du « Bulletin de liaison et d’information des services d’archives implantés en Lorraine  (...)

4Le recensement des associations d’histoire locale en Lorraine demeure un bon indice d’évaluation des pratiques historiennes dilettantes et de la spécificité de celles qui sont liées à l’histoire industrielle de la région. Le dénombrement des « associations lorraines à visées historiques », effectué par la revue Archives lorraines1 au début des années 1990, fait état de 98 sociétés locales réparties comme suit : 43 dans le département de Moselle, 30 dans celui des Vosges, 15 en Meurthe-et-Moselle, 5 dans la Meuse et 5 dont l’action embrasse l’ensemble de la Lorraine. Cette division géographique illustre le fonctionnement et les objectifs de la plupart de ces associations qui « se constituent le plus souvent autour d’un espace restreint – petit pays, village, monument –, d’un personnage célèbre, d’une activité menacée » (Archives lorraines 1990 : 39). Si certaines d’entre elles sont très anciennes (et parfois antérieures à la Révolution française), la majorité de ces sociétés d’histoire locale sont le produit d’une période et d’une préoccupation récentes : les années 1970-1980 et la « sauvegarde du patrimoine ». Des 98 associations recensées, aucune ne s’intéresse à l’histoire industrielle de la région. Seule l’association des Amis d’Adrien Printz, créée en décembre 1987 pour « maintenir et sauvegarder l’œuvre d’Adrien Printz » (un érudit local qui a consacré l’essentiel de ses écrits à l’histoire des communes sidérurgiques de la vallée de la Fentsch), peut être rattachée indirectement à cette volonté, à la fois originale et neuve, de privilégier, dans l’étude « dilettante » du passé lorrain, celui de l’industrie. Même si l’on devait ajouter à ce bilan sommaire les associations ou « ateliers » de sauvegarde de la « mémoire ouvrière » (une mémoire considérée à son tour comme un « patrimoine ») qui fleurissent sur les sites frappés par la désindustrialisation – mais ne durent souvent que le temps d’une mobilisation ouvrière, ce qui explique leur absence dans le recensement des Archives lorraines –, force est de constater la quasi-inexistence, ou en tout cas la faible visibilité, de la Lorraine industrielle dans les préoccupations des historiens locaux.

5Ce simple constat suffit à rappeler la spécificité de l’aressli. L’Association de recherche et d’études en sciences sociales sur la Lorraine industrielle se distingue des autres « associations lorraines à visées historiques », à la fois par son objet d’étude, son fonctionnement et son ambition. Loin de s’inscrire dans la « simple » perspective d’une préservation de la mémoire d’un lieu (industriel ou non), l’aressli se veut un moyen de valorisation scientifique de l’histoire industrielle de la Lorraine tout entière.

  • 2 Yves Le Moigne, aressli, dépliant de présentation (une page recto-verso en trois volets), 1991, ar (...)
  • 3 Père Serge Bonnet, lettre du 5 janvier 1986, archives : Fabrice Montebello.

6Si l’on en croit un petit dépliant de présentation diffusé au début des années 1990, l’aressli a été créée en 1987 et son origine remonte à l’année précédente, lorsque Serge Bonnet, père dominicain, sociologue au cnrs et historien local, réunit le 8 février 1986 « au musée de l’Histoire du fer de Jarville, la diaspora des chercheurs franco-lorrains (sociologues, historiens, économistes, syndicalistes) soucieux d’approfondir et de promouvoir la connaissance de la Lorraine industrielle2 ». Mais si l’on se réfère au courrier, daté du 5 janvier 1986, adressé par Serge Bonnet aux soixante-douze participants escomptés, cette réunion du 8 février 1986 avait été précédée de deux autres rencontres (« en 1979 et en 1982 ») regroupant « un certain nombre de personnes qui s’intéressaient à l’histoire sociale lorraine (mines de fer, sidérurgie, charbon, textile...)3 ».

  • 4 Ce slogan de l’époque, d’origine communiste, insistait sur la destruction programmée de « l’outil (...)
  • 5 Les ccsti ou Centres de culture scientifique, technique et industrielle ont été créés en Lorraine (...)
  • 6 Yves Le Moigne, aressli, dépliant de présentation. C’est la double vocation d’association de « rec (...)

7La date originelle de « pré-fondation » de l’aressli, 1979, se confond donc avec les grandes mobilisations ouvrières de la sidérurgie lorraine en réaction à « la casse des usines4 ». L’association prend en compte la multiplication des initiatives de sauvegarde de la mémoire ouvrière, mentionnées ci-dessus, et s’inscrit d’une certaine manière dans leur héritage, en tentant toutefois de les fédérer. Mieux même, l’aressli cherche à promouvoir ces travaux locaux et à leur attribuer une autre dimension en favorisant leur contact avec des associations d’histoire plus traditionnelles, les universités de la région et leurs centres de recherches. Son ambition réside essentiellement dans le rassemblement, à l’échelle de la région, de toutes les compétences investies dans l’écriture de l’histoire industrielle, qu’il s’agisse d’un savoir-faire d’historien universitaire ou d’une compétence d’historien « du dimanche ». L’aspect « hétéroclite » de l’association n’est pas considéré comme un handicap mais comme « un projet mobilisateur » qui « regroupe indistinctement des universitaires et des chercheurs aux profils complémentaires, des responsables associatifs et culturels, des membres de divers réseaux : celui des vénérables sociétés savantes à vocation généraliste mais toujours en quête de renouvellement et ceux, tout récents et plus spécifiques, des ccsti5 ou des “ateliers de mémoire ouvrière”, nés sur les sites qu’a frappés la désindustrialisation6 ».

  • 7 aressli, Feuille d’informations, n° 1, 1993.
  • 8 Si l’on considère le nombre de « membres actifs » (à jour de leur cotisation), l’aressli comptait (...)
  • 9 Yves Le Moigne, aressli, dépliant de présentation.
  • 10 On citera parmi les plus significatifs le travail bibliographique du groupe immigration (Mission « (...)

8Pour l’aressli, la promotion de la connaissance de la Lorraine passe par trois axes : le développement de recherches (publications), d’échanges (informations et communications) et de rencontres (journées d’études, séminaires, colloques). Ces trois axes permettent de comprendre l’organisation de l’association en « séances ouvertes » d’une part et en groupes de travail d’autre part (le groupe immigration, le groupe formations techniques et scientifiques, le groupe d’anciens mineurs et le groupe sidérurgie). Mais le mot le plus juste, pour caractériser le fonctionnement et l’activité de l’aressli, est assurément celui de réseaux. Qu’elle gère ou organise en partenariat des journées d’études, qu’elle participe à des colloques, qu’elle anime « plusieurs groupes de travail » ou qu’elle réactive le fonctionnement d’associations qui se sont constituées autour d’un événement précis (comme par exemple « le réseau des formateurs et informateurs qui ont réalisé le document et l’exposition sur la formation dans les mines de fer »), l’aressli met en contact, sur la base d’un programme minimun (l’intérêt pour la Lorraine industrielle), des personnes aux horizons professionnels, sociaux, politiques et syndicaux extrêmement différents. Ce peu d’exigence explique la souplesse de l’association. On peut ainsi participer à un groupe de travail de l’aressli sans être un adhérent direct de l’association, mais on compte aussi un nombre considérable d’individus qui sont passés par l’aressli en se contentant d’assister à une réunion de l’association ou de l’un de ses groupes. En même temps, les comptes rendus systématiques des travaux et des manifestations de toutes les associations locales, des institutions, des groupes informels (projet éducatif, exposition scolaire, fêtes commémoratives ponctuelles, publications à compte d’auteur...) – rappelés de manière quasi militante par l’association dans ses réunions ou dans sa Feuille d’informations (avec un slogan adapté à l’organisation des chercheurs en réseau : « informez pour être informés ») – contribuent à fonder la légitimité de l’aressli auprès des chercheurs professionnels ou amateurs7. Le faible nombre de ses adhérents directs8 ne doit pas masquer l’extension du réseau directement organisé ou soutenu par l’aressli. D’autant que l’association bénéficie de la reconnaissance de nombreuses autorités qui se traduit par des aides en provenance des collectivités territoriales (conseils régional et général), de l’État (direction régionale des Affaires culturelles) et, ponctuellement, des structures partenaires ou des établissements privés9. Depuis sa création en 1987, l’aressli a certes produit directement très peu de travaux10, mais il n’existe pas une seule initiative concernant l’histoire industrielle de la région qui ne porte sa marque ou qui ne témoigne de son influence directe.

9Si le rappel des objectifs et du fonctionnement de l’aressli permet de saisir sa nouveauté et son originalité dans l’espace des producteurs d’histoire locale en Lorraine, il demeure insuffisant pour comprendre la manière dont les individus qui participent ou ont participé, de près ou de loin, au projet « mobilisateur » de l’aressli, se rapprochent, malgré leurs « différences », et contribuent à faire exister la légitimité de l’association et de son projet en utilisant des objets de médiations qui leur permettent de tenir ensemble. L’identification de ces lieux communs, c’est-à-dire littéralement, de ces « endroits » où des personnes provenant d’horizons différents peuvent se retrouver (et donc partager des idées, échanger des expériences, se comprendre, se rencontrer, s’apprécier...) est indispensable à la compréhension du renouvellement des pratiques d’histoire locale en Lorraine et des effets que ces dernières produisent sur l’imaginaire régional. Mais l’analyse des objets de médiation utilisés ou construits est indissociable de celle qui consiste à relever les tensions que ces volontés de rapprochement font immanquablement surgir.

L’histoire de la Lorraine industrielle au sein de l’ARESSLI : un lieu de rapprochements et de tensions

  • 11 Pour une description plus précise et systématique des personnes engagées dans le projet de l’aress (...)

10Puisqu’il n’est pas possible dans le cadre de ce texte de restituer l’ensemble des opérations de rapprochement qui ont présidé à la création de l’aressli et qui résultent de son fonctionnement, ni même d’identifier l’ensemble des personnes qui participent à ces opérations, nous nous bornerons à mentionner les principaux lieux communs identifiés et analysés dans le cadre de notre enquête, ainsi que la manière dont ces derniers sont instrumentalisés par les individus pour nouer des alliances ou bien les dénoncer11.

Le prestige du nom

  • 12 Comme expression de cette reconnaissance, voir notamment Noiriel 1987 et Verret 1987.

11A l’origine de l’aressli, nous trouvons une personne qui fait l’unanimité en Lorraine du fait de son prestige intellectuel : Serge Bonnet. Ce sociologue, directeur de recherche au cnrs, qui se qualifie volontiers d’« historien régional », est à la fois l’auteur de travaux scientifiques reconnus (Bonnet et al. 1962, Bonnet 1965, 1972)12 et d’ouvrages régionaux appréciés localement (Bonnet & Humbert 1981). Son livre consacré à la vie quotidienne des mineurs et des sidérurgistes lorrains depuis la fin du xixe siècle, L’homme du fer, d’abord publié à compte d’auteur, a remporté un grand succès dans les milieux dont il restitue l’histoire (Bonnet 1975-1985). Bon nombre de familles ouvrières, qui peuvent y retrouver des témoignages sur la vie de leurs aïeuls ou des souvenirs d’une histoire récente dont les acteurs et le théâtre commencent à disparaître, possèdent un des tomes de cet ouvrage dans leur bibliothèque, ou l’ont offert en cadeau à ceux de leurs enfants qui sont attachés à leur origine ouvrière. Réédité par les Éditions Serpenoise, une maison d’édition dépendant du Républicain lorrain, le grand quotidien régional de la Lorraine de l’Est, ce livre a bénéficié incontestablement de l’émotion suscitée dans l’opinion publique régionale par la fermeture, à partir de 1978, de la plupart des usines sidérurgiques lorraines. Cette situation lui a permis de toucher une population bien plus large que les cercles d’érudits locaux, en même temps qu’elle encourageait son auteur à mener à bien son projet. Les quatre tomes prévus, et qui ont finalement été réalisés, couvrent la totalité de l’histoire de la sidérurgie lorraine au xxe siècle, et constituent aujourd’hui une somme indispensable à quiconque s’intéresse à l’histoire du présent de cette région. Le double statut de Serge Bonnet (scientifique de renom et érudit local) et des livres qu’il publie (ouvrages universitaires et chroniques locales) lui permet de servir d’instrument d’accord entre chercheurs professionnels et amateurs d’histoire locale et d’obtenir le consensus autour d’un programme d’action innovant en matière d’organisation de la recherche historique.

  • 13 L’apep ou Association pour la préservation et l’étude du patrimoine du bassin de Longwy-Villerupt (...)
  • 14 Après son départ de la région, les qualités personnelles de Gérard Noiriel au service du collectif (...)
  • 15 Il faudrait également parler, à propos de Longwy, immigrés et prolétaires, 1880-1980, de l’attrait (...)

12Invité à la première réunion de fondation de l’aressli, Gérard Noiriel possède une double compétence équivalente à celle de Serge Bonnet mais limitée à la région de Longwy. Il est surtout connu pour l’audience scientifique nationale qu’a rencontrée son livre Longwy, immigrés et prolétaires, 1880-1980 (Noiriel 1984b) et pour son investissement local auprès des sidérurgistes. Au moment des événements de 1979, ce professeur d’histoire, militant communiste, décide de mettre ses compétences scientifiques au service de la « préservation » de la « mémoire ouvrière » dans le bassin de Longwy et participe à l’animation de l’apep13, véritable préfiguration locale de l’aressli. C’est dans le cadre de cette association qu’il rédige un rapport pour la mission du Patrimoine ethnologique, « Recherches sur la “culture ouvrière” dans le bassin de Longwy » (Noiriel 1983). Auparavant, il a écrit en collaboration avec Benaceur Azzaoui (« ouvrier spécialisé en 3 × 8 à Usinor-Longwy [...] immigré marocain. Militant cgt [...] membre du pcf ») Vivre et lutter à Longwy (Noiriel 1980), un livre militant paradoxalement remarqué pour sa rigueur scientifique. Malgré ses partis pris idéologiques, Gérard Noiriel fait l’unanimité à Longwy sur la qualité de son travail et rencontre l’adhésion aussi bien d’enseignants, d’étudiants fils d’ouvriers, de militants et de syndicalistes que de certains notables amateurs d’histoire locale (on pense à l’association traditionnelle Les Amis du Pays-Haut)14. Pour les étudiants en histoire originaires de Longwy, fils d’ouvriers ou engagés plutôt à gauche, Gérard Noiriel demeure une référence absolue, un modèle plus excitant que le père Bonnet dont l’appartenance religieuse et l’ancrage régional sont jugés suspects d’un point de vue politique et épistémologique. Loin d’invalider la démarche scientifique de l’historien, l’orientation marxiste attribuée à Noiriel la renforce et fait de Longwy un objet d’étude qui est intéressant d’un point de vue non seulement local, mais également national. Avec Longwy, immigrés et prolétaires, 1880-1980, l’histoire locale se rattache à la prestigieuse histoire sociale de la classe ouvrière et fait de l’immigration le point de départ d’une réflexion forte sur les oublis de l’historiographie française (Noiriel 1984b et 1988)15. Quant aux militants ouvriers, ils voient dans les travaux de Gérard Noiriel à la fois des arguments historiques au service de leur lutte présente et le prolongement théorique d’une fierté collective vécue en actes qui apparaît comme la justification de leur expérience passée, de la justesse et de la réussite de leur entreprise militante.

  • 16 L’argument revient comme un leitmotiv au sein des réunions du groupe immigration de l’aressli et c (...)

13Néanmoins, du prestige considérable de Serge Bonnet et de Gérard Noiriel aux yeux des autres membres de l’aressli découle un inconvénient souvent dénoncé par ces derniers : le déséquilibre observé dans les études sur la Lorraine industrielle qui tendraient à privilégier la sidérurgie au détriment d’autres secteurs professionnels de la région et l’immigration italienne aux dépens d’autres courants migratoires (notamment l’immigration polonaise et maghrébine)16.

L’amour des ouvriers

14Qu’il se manifeste par le respect, la fascination ou l’effusion des sentiments, l’amour des ouvriers est assurément la disposition la mieux partagée au sein de l’association. Il permet de rapprocher le féru d’histoire locale – plutôt conservateur mais qui entend sauvegarder la mémoire des oubliés ; les historiens marxisants – marqués par le rappel important du rôle des masses dans l’histoire ; ceux, plus traditionnels, qui voient dans l’ouvrier lorrain l’exemplarité morale d’un homme du terroir ; mais aussi le militant communiste, le fils d’ouvrier devenu étudiant, les enfants d’immigrés, autant de personnes attachées au rappel affectif de leurs origines.

15Et c’est ainsi, par exemple, qu’au centre de la démarche, du métier d’historien et de la carrière de chercheur de Gérard Noiriel on trouve un événement : la crise de la sidérurgie lorraine à la fin des années 1970. Il le rappelle lui-même :

Le moment clé s’est situé pour moi à la fin des années 1970 quand j’ai été nommé enseignant à Longwy. C’est la période où se développait la crise de la sidérurgie dans cette région qui fabriquait le tiers de l’acier français en 1930. Il y avait en 1977 environ 15 000 ouvriers sidérurgistes et deux à trois fois plus avec les emplois induits. Aujourd’hui, il n’y a plus rien ; toutes les usines ont été fermées. J’ai été directement confronté à cette crise, mais aussi à la lutte violente qu’elle a provoquée et au désarroi qui a touché tous les syndicats et le pcf alors hégémonique dans la région. Le désir de comprendre en profondeur cette mutation sociale m’a amené à réorienter mes travaux d’historien (au départ centrés sur le Moyen Âge) parce qu’il me semblait qu’en l’occurrence, c’était la chose la plus utile que pouvait faire un intellectuel pour aider les ouvriers (Noiriel & Salais 1990 : 47-48, souligné par nous).

16De la même manière, Serge Bonnet confesse que « depuis 1958, date de mon arrivée en Lorraine, je n’ai pas cessé d’être fasciné par les hommes du fer » (Bonnet 1975 : 9) et rappelle plus tard sa « volonté de faire mieux connaître l’intelligence, le courage et la peine d’hommes proches de nous et cependant trop souvent ignorés ou mésestimés » (Bonnet 1977 : 10).

  • 17 Récompensé par le prix Erckmann-Chatrian (un prix prestigieux de littérature régionale), Marie Rom (...)

17Animatrice du groupe immigration de l’aressli, Anne-Marie Blanc avait dédicacé son premier roman, Marie Romaine, paru en 1978 et consacré au parcours de sa propre famille immigrée et ouvrière : « A mon père, aux pionniers de la Grande Plaine, mon peuple. A ma mère, aux enfants qui sont venus, à tous ceux qui viendront, afin qu’ils sachent » (Blanc 197817).

  • 18 David Charasse collaborera au travail de recherche de Gérard Noiriel pour la mission du Patrimoine (...)
  • 19 Le « narodnikisme » de David Charasse est comparable également à celui qui animait une autre grand (...)

18Il faudrait également citer le cas de ces chercheurs extérieurs à la région et à la condition ouvrière, dont le rapport affectif à la classe ouvrière locale transforme le travail scientifique en véritable opération de dévouement, voire de sacrifice intellectuel, qui n’est pas sans rappeler les actions d’établissement en usine des étudiants maoïstes d’origine bourgeoise à la fin des années 1960 en France. Le parcours de David Charasse, brillant étudiant de sociologie de l’université de Nancy II, animateur de l’apep18 et chercheur ponctuellement rémunéré par l’aressli pour des travaux de recherche ciblés, est particulièrement représentatif de cette forme extrême d’amour et de fascination pour les humbles et le monde ouvrier. Ce n’est pas un hasard si, quelques années plus tard, à la suite d’épreuves de rupture affective et de renoncement intellectuel, David Charasse retourne à Longwy, pour se consacrer, dans le cadre d’un travail dirigé par Gérard Noiriel et financé par la mire (Noiriel 1992), à l’étude du mouvement des prêtres-ouvriers de Longwy, dont l’engagement politique reposait sur les mêmes présupposés affectifs que ceux qui avaient justifié pour lui, quelques années auparavant, l’étude scientifique du monde ouvrier (Benoit et al. 1994)19.

  • 20 Encore cité dans Longwy, immigrés et prolétaires (Noiriel 1984b) (livre tiré d’une thèse d’histoir (...)

19Le contrepoint évident de l’amour des ouvriers (régulièrement dénoncé au sein de l’association, y compris par ceux qui l’affirment ou le pratiquent) demeure le risque de valorisation inconsciente et de promotion populiste qu’il induit. Rappel obsédant que Fabrice Montebello s’acharne à s’appliquer à lui-même (Montebello 1997), mise en garde régulière au nom des rigueurs de la science au sein des réunions de l’aressli ou de celles qui ont présidé à sa fondation, remarques acerbes du maître (Serge Bonnet) contre « l’image messianique » de l’homme du fer qui a peu à voir, selon lui, avec son image juste et son amour vrai (Bonnet 1977 : 386-388). De la même manière, la disparition progressive du livre militant de Gérard Noiriel dans la bibliographie scientifique de l’auteur doit s’entendre comme le double refus de la proximité affective et de l’engagement politique, jugés incompatibles avec la posture scientifique20.

La rigueur scientifique

20En effet, la rigueur scientifique est le fondement même de l’aressli. Sans elle, une meilleure connaissance de la Lorraine industrielle, et, du coup, l’entreprise de réhabilitation morale du monde ouvrier, serait injustifiable.

  • 21 Élève, dans les deux sens du terme, de Serge Bonnet, ce militant syndicaliste, responsable cftc et (...)
  • 22 Indice de cette démocratisation, la parution en 1978, dans la collection « Les encyclopédies du sa (...)

21Mais il faudrait se garder de voir dans les universitaires membres de l’aressli de simples redresseurs de torts. Ils représentent, notamment pour les personnes extérieures au monde de l’université, des modèles d’appropriation du savoir légitime et la possibilité de valoriser par l’univers prestigieux de la science des expériences personnelles et locales. Les méthodes d’investigation de ces scientifiques sont soigneusement mises en œuvre par des ouvriers autodidactes déjà sensibilisés à la culture savante grâce aux aspects les plus lettrés de leurs activités syndicales (voir le cas exemplaire de Jean-Marie Conraud21), et plus généralement par des personnes qui, sans être universitaires, se sont approprié les règles méthodologiques du métier d’historien dans le cadre de la diffusion, sans précédent auprès du grand public, des thèmes et des pratiques de l’histoire, en France, dans les années 1970-198022.

22Inversement, les militants syndicalistes, les femmes au foyer, les étudiants issus du milieu ouvrier représentent pour les universitaires et les chercheurs confirmés des détenteurs d’informations précieuses et considérables. Ils jouent le rôle d’informateurs équivalents à ceux que les ethnologues utilisent, dans le cadre de leur discipline, pour construire la légitimité scientifique de leurs travaux. C’est ainsi qu’une tradition familiale et domestique peut passer des cuisines ouvrières aux laboratoires scientifiques et le livre Mine de recettes et fumets du Pays-Haut, d’Anne-Marie Osiecki-Taiclet (« née dans le Piennois, d’un père polonais et d’une mère italienne »), recueil de recettes de cuisine des grand-mères immigrées en Lorraine, faire l’objet d’une préface de Claude Thouvenot (directeur, à Nancy, d’un laboratoire de recherche du cnrs consacré aux habitudes alimentaires européennes) qui rappelle que « les recettes [...] héritées des mères et des grand-mères, transmises de bouche à oreille, de main à main, fruit de la mémoire des vieux » demeurent les « seules archives des pauvres gens » (Osiecki-Taiclet 1991 : 9).

23Une tradition domestique peut même faire l’objet d’une théorisation rétrospective par le même individu. Il suffit pour cela de transformer une expérience purement personnelle en procédure scientifique en arguant de la proximité de l’observateur avec les acteurs. « Observation participante », « socio-analyse », « recherche-action », les disciplines universitaires sont pleines de ces objets de pureté scientifique que l’on peut utiliser pour saisir les objets impurs du monde profane. Sans parler des précédents sanctionnés par la tradition scientifique, des Hobos de Nels Anderson (1993) à La culture du pauvre de Richard Hoggart (1970). C’est sur ce type de littérature par exemple que Fabrice Montebello s’appuie pour justifier l’entrée de l’univers cinématographique de son père ouvrier dans le monde de l’université et celui de la recherche (Montebello 1997).

24Ainsi, et à condition qu’elle ne fasse pas l’objet d’une généralisation hâtive, sans aucun fondement objectif, l’expérience personnelle des militants, des étudiants fils d’ouvriers, des femmes au foyer, des responsables d’association, des retraités d’usine, etc., est donc considérée comme une ressource scientifique par les universitaires et les chercheurs professionnels qui sont doublement étrangers (par leur statut social et leurs origines géographiques) aux lieux et aux personnes étudiées. D’où l’appel de Luc Delmas, professeur agrégé d’histoire et animateur du groupe immigration de l’aressli, aux jeunes chercheurs originaires de la région : « Qui mieux que les étudiants lorrains, dont beaucoup sont issus de ce terreau, pourraient s’emparer de ce champ à prospecter (l’immigration en Lorraine) ? Familiers des lieux, côtoyant souvent les acteurs/sujets de la recherche, ils peuvent répondre à ce besoin de mémoire qui est aussi un puissant facteur de motivation pour la recherche » (Mission « Histoire industrielle » et bibliothèque des Archives 1995 : 5).

  • 23 Parmi les procédures de valorisation nationale du local utilisées par les personnes observées, cel (...)
  • 24 L’extension des réseaux du local au national permet la rencontre de personnes très éloignées socia (...)

25Mais, parallèlement à ce lien postulé entre enracinement local et compétence scientifique, le chercheur étranger semble, paradoxalement, investi d’un statut d’expert du local. Devenu spécialiste d’un monde qu’il ne connaissait pas mais qu’il s’est approprié par amour du lieu et des personnes, le chercheur étranger est celui qui ouvre les yeux de l’autochtone sur les richesses insoupçonnées du lieu et la qualité des personnes qui y vivent. L’étranger est également ce médiateur qui, par son double statut d’étranger et de chercheur, fait passer certains objets et certaines personnes du local au national. En facilitant l’entrée de l’autochtone sur la scène de l’Histoire (simplement en le constituant comme objet d’étude, au centre d’une production savante), l’étranger le fait entrer, lui, avec ses représentants et ses porte-parole, dans l’espace très concret de l’aressli, et dans celui plus abstrait de la recherche23. Les trajectoires individuelles de certains membres de l’association et la poursuite de leurs travaux en dehors de la région (à la faveur d’une promotion professionnelle, d’une inscription en thèse à Paris ou à l’étranger, du suivi régulier de séminaires, etc.) permettent également à l’aressli d’étendre son réseau, d’accroître sa visibilité et d’accélérer les allers et retours entre le local et le national24.

L’emprise du local

  • 25 En 1920, l’opposition des sociologues aux historiens et géographes (défenseurs de la « monographie (...)
  • 26 Ces deux exemples de justifications scientifiques (c’est-à-dire nationales) du local sont avancés (...)
  • 27 Dans les universités françaises, les cours d’historiographie dispensés aux étudiants de première a (...)

26Mais le local est aussi ce qui caractérise le particulier et les solidarités sociales des notables conservateurs. Il freine ainsi les prétentions universalistes de la science et entrave les représentations démocratiques du citoyen. Dans l’histoire républicaine française, les tensions entre le local et le national sont fréquentes et recoupent souvent des enjeux scientifiques, politiques et sociaux25. Pour le chercheur qui s’inscrit dans l’espace national (c’est-à-dire républicain) – et l’on peut très bien s’inscrire dans un espace national en choisissant un objet d’étude très localisé, comme le montrent la démographie historique ou la pratique, toutes disciplines confondues, de la monographie26 – l’histoire locale relève, a priori, de la compilation de faits anecdotiques qui correspondent à la vision conservatrice de ces auteurs, et caractérise une pratique d’amateurs. L’histoire locale est donc « non scientifique », « non démocratique » et « non professionnelle »27. Nous n’avons ainsi aucun mal à imaginer les sources de tensions considérables que « l’emprise du local » peut susciter à l’intérieur d’un espace aussi composite que l’aressli. D’une certaine manière, la dénonciation, au nom de la science, de l’amour des ouvriers ou, inversement, la dénonciation de l’ethnocentrisme parisien au nom de la science du local (autant d’exemples rappelés précédemment) relèvent de ce type d’implications, et montrent d’emblée la difficulté qu’il y a à saisir des logiques d’argumentations qui sont d’autant plus ambivalentes, composites et contradictoires qu’elles servent parfois à une même personne pour justifier deux attitudes différentes. Le rejet du local, par exemple, dépend moins du statut de la personne observée (chercheur professionnel confirmé et reconnu, vivant et travaillant à Paris) que de la situation qu’elle occupe et de la nature des objets qu’elle manipule, dans l’espace des relations tel qu’il est constitué au moment de la querelle.

  • 28 Gérard Noiriel écrit notamment dans son rapport pour la mission du Patrimoine ethnologique, p. 45  (...)
  • 29 Serge Bonnet écrit ironiquement dans les dernières pages du dernier tome de L’homme du fer : « Il (...)

27C’est ainsi que la dénonciation régulière dans les écrits de Gérard Noiriel de la confiscation par les élites locales (qu’elles soient de droite ou de gauche) de la « mémoire ouvrière » (dénonciation qui s’inscrit aussi bien dans la tradition marxiste – critique de la domination idéologique petite-bourgeoise – que dans la tradition bourdieusienne – dénonciation des profits symboliques liés aux « usages du peuple »)28 se retrouve dans les études de Serge Bonnet29, malgré les affirmations respectives de ces deux chercheurs sur l’importance de l’ancrage local (voir plus haut). Mieux même, cette question du choix entre le local et le national (impossible à trancher dans la pratique comme nous avons pu nous en rendre compte car les objets de l’histoire locale, comme ceux de l’histoire nationale, sont hybrides, à la fois « nationaux » et « locaux ») a été l’enjeu d’un différend entre les deux scientifiques, malgré leur respect et leur amitié mutuels. Gérard Noiriel reprochait ainsi à la démarche de Serge Bonnet, dans ses quatre tomes de L’homme du fer (entreprise à laquelle Gérard Noiriel a lui-même collaboré), « un côté démobilisateur » qu’il liait à « la vanité de l’effort d’explication scientifique » (Noiriel 1987 : 193). Il répondait ainsi à un Serge Bonnet qui dénonçait de son côté les « historiens- militants » et les « clercs de l’illusion » parmi lesquels il rangeait les « chercheurs et enseignants démangés par la tentation de réformer une région ou une corporation » (Bonnet 1985 : 542).

28Comme on peut le voir, les arguments que ces chercheurs utilisent pour le national (et le scientifique) contre le local (et le particulier), ou pour le local (et le scientifique) mais contre le national (et l’ethnocentrisme) sont parfaitement interchangeables.

29Il est certain que les querelles et les tensions entre les membres d’un même collectif permettent des regroupements de personnes à l’intérieur de ce collectif qui utilisent les arguments de la querelle à des fins de nouvelle alliance. C’est ainsi que la dénonciation du local a pu trouver des alliés chez certains étudiants membres de l’aressli qui voyaient dans la revendication (« nationale ») de la pureté scientifique de l’histoire sociale une arme de guerre contre le département d’histoire de l’université de Nancy II, considéré comme « conservateur » car il polarisait l’attention des chercheurs sur des objets « locaux » traditionnels (de Jeanne d’Arc à Verdun en passant par la guerre franco-allemande de 1870), ou bien privilégiait la préparation aux concours de l’Éducation nationale (c’est-à-dire la méritocratie républicaine génératrice de différenciations sociales et de reniements) au détriment d’une recherche innovante et utile socialement (surtout si elle est conçue au service du peuple et de la réparation des injustices).

Nancy-Metz

30Le choix de l’histoire sociale contre l’histoire « traditionnelle » des professeurs de l’université de Nancy II est aussi ce qui permet de comprendre que ces étudiants membres de l’aressli opèrent un rapprochement (« théorique » et « pratique ») vers la sociologie, vers une discipline et un département plus adaptés à leurs convictions politiques et où les rapports avec les enseignants sont exempts, selon eux, de l’aristocratisme et du mépris hautain qui caractérisent parfois les historiens. C’est d’ailleurs le département de sociologie de Nancy II qui, dès le début de l’aventure, fait exister administrativement l’aressli et lui permet de s’inscrire dans la durée en fournissant à des chercheurs comme Françoise Birck (historienne) et David Charasse (sociologue) des travaux de recherche rémunérés dans le cadre des premiers appels d’offres liés aux politiques de reconversion des sites industriels frappés par la crise.

31L’indifférence des historiens de Nancy à l’égard de l’histoire de la Lorraine industrielle et le tarissement des ressources liées aux politiques de reconversion expliquent le glissement progressif de l’aressli de Nancy vers Metz, de la ville du musée du Fer vers la capitale administrative régionale, du département de Meurthe-et-Moselle (surinvesti industriellement et administrativement par la France républicaine après 1870) vers celui de la Moselle (annexé deux fois par l’Allemagne, de 1870 à 1918 et de 1940 à 1944). L’accueil administratif et financier de l’aressli au sein des Archives départementales de Moselle à Metz, avec le soutien et la reconnaissance de la drac, va favoriser le rapprochement de l’aressli avec les historiens de l’université de Metz et les associations d’histoire locale mosellanes. Ce rapprochement prendra une forme concrète avec la nomination à la tête de l’aressli d’Yves Le Moigne, alors président de la shal (Société d’histoire et d’archéologie de la Lorraine), la grande société traditionnelle d’histoire locale créée au xixe siècle et dont la structure décentralisée en réseaux et correspondants locaux irriguant toute la Moselle influencera en partie la structure et le fonctionnement de l’aressli.

32Loin de produire de nouvelles tensions entre Nancy et Metz, entre la sociologie et l’histoire, entre l’histoire scientifique et la chronique locale, entre l’historien professionnel et l’amateur, ce déplacement géographique de l’aressli accroîtra sa visibilité à l’échelle régionale et favorisera la diffusion de ses thèmes de prédilection. L’attention de plus en plus soutenue accordée à la question de l’immigration à l’intérieur même du thème principal de la Lorraine industrielle permettra de résoudre toutes les tensions en suscitant le plus large des accords.

De l’histoire sociale de la Lorraine industrielle à l’histoire culturelle de la Lorraine : du prolétaire à l’immigré

33De la même façon que la figure de l’Homme du fer avait permis à Serge Bonnet de penser une unité du travail métallurgique – malgré l’hétérogénéité d’un territoire industriel morcelé par la frontière franco-allemande de 1870, la diversité des sites, l’opposition mines de fer - usines sidérurgiques, l’éclatement d’une population locale traversée de courants migratoires différents – et de poser ainsi les fondations d’une future histoire de la Lorraine industrielle, la figure et le thème de l’immigré, valorisés et développés par l’aressli, permettront d’englober toute la Lorraine industrielle (y compris celle du charbon et du textile), d’unifier culturellement la région (en neutralisant notamment la différence souvent objectivée par la population locale d’une « Lorraine allemande »), de relier les compétences personnelles des familles ouvrières, des amateurs d’histoire locale, des militants, des responsables d’associations, à l’intérêt scientifique des chercheurs et à celui, politique, des décideurs. Car c’est le thème de la richesse de l’apport immigré qui se trouve inscrit en perspective dans le subtil déplacement de l’histoire sociale de la Lorraine industrielle vers son histoire culturelle et qui accompagne les confrontations et les rapprochements des différents chercheurs (amateurs ou non) au sein de l’aressli.

  • 30 Selon Jean-Marie Moine, universitaire, fils de sidérurgiste et auteur d’une thèse d’histoire socia (...)
  • 31 Le glissement thématique s’accompagne d’un glissement géographique rééquilibrant Metz par rapport (...)

34On peut voir, par exemple, un effet de ce déplacement dans l’évolution des sujets de mémoires de maîtrise des étudiants de la région, de la fin des années 1960 au début des années 1990. Dans les années 1970, et sur les conseils de Serge Bonnet30, les étudiants polarisent leur attention sur le mouvement ouvrier local, le syndicalisme, les grèves, les partis de gauche, le personnel des usines (Magrinelli 1974 ; Perderzoli 1974 ; Renson-Le-Bris 1974 ; Vilain 1970 ; Viriet 1972). A la fin des années 1980 et sous l’influence indirecte de Gérard Noiriel, les apprentis historiens sortent des « usines » et du « travail » pour se concentrer sur des questions qui relèvent du style de vie des ouvriers, de leur culture, de leurs représentations, des dispositions éthiques et esthétiques qui orientent leur action (Antenucci 1988 ; Montebello 1989 ; Galloro 1991 ; Basse 1992)31. Le titre même de l’ouvrage fondateur de Gérard Noiriel (1984b), Longwy, immigrés et prolétaires, 1880-1980, symbolise ce passage de l’histoire sociale à l’histoire culturelle. L’ordre de priorité des mots n’est pas anodin, qui invite le chercheur à passer des prolétaires (figure réifiée de la rhétorique marxiste ou du discours scientifique) aux immigrés (point de départ d’une réflexion qui insiste sur la qualité des personnes).

  • 32 Rappelant le succès éditorial du livre de l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie (Montaillou, village (...)
  • 33 Le succès public extraordinaire du festival a permis la production d’un film documentaire consacré (...)
  • 34 Plus exactement, Serge Bonnet et ses collaborateurs ont mis en valeur le lien entre l’accroissemen (...)
  • 35 C’est cette « qualité italienne » qui permet de comprendre la polarisation de certains chercheurs (...)
  • 36 On trouvera une configuration équivalente dans la région de Thionville avec les animateurs de la r (...)

35On comprend dès lors comment, dans le contexte d’une démocratisation culturelle, qui voit par exemple le succès auprès du grand public des thèmes et des connaissances de la « nouvelle histoire » (Le Goff et al. 1978) et qui brouille un peu plus les frontières entre historiens savants et historiens amateurs32, les recherches scientifiques peuvent être utilisées par les individus ordinaires et justifier leur action. La réussite du Festival du film italien de Villerupt (une commune sidérurgique située à quelques kilomètres de Longwy) demeure à ce jour l’exemple parfait d’une appropriation des travaux d’histoire locale à des fins d’action culturelle. Dans un premier temps, l’événement est créé à partir de la mobilisation de compétences personnelles (les origines ouvrières et italiennes des animateurs du festival). Le succès du festival auprès du public transforme progressivement sa nature. On passe ainsi d’une animation sociale et politique (la mjc d’une mairie communiste, la valorisation de la figure de l’ouvrier immigré italien, les mobilisations syndicales dans la sidérurgie) à une animation culturelle (la valorisation du cinéma et plus généralement de la culture italienne). Cette dernière contribue à la fois à la professionnalisation du festival, et à la diffusion auprès de l’ensemble de la population régionale d’un imaginaire italien valorisé qui rejaillit sur les personnes qui s’en réclament33. On ne saurait comprendre entièrement cette réussite si l’on ne voyait pas comment le lien postulé entre l’origine italienne et le militantisme communiste local, que Serge Bonnet fait apparaître au début des années 1960 et que Gérard Noiriel et ses collaborateurs étudiants amplifient quinze ans plus tard, sort de la « communauté scientifique » pour être utilisé par les principaux intéressés comme la marque objective d’une spécificité locale34. Ce lien entre immigration italienne et militantisme communiste est construit par les acteurs dans le sens d’une caractéristique positive (« la qualité italienne35 »), qui fait du communisme des ouvriers d’origine italienne de Longwy-Villerupt un communisme atypique et sympathique parce que plus italien que communiste (et donc moins « stalinien »), et de l’action sociale d’une mairie communiste une action originale et conviviale parce que moins sociale qu’italienne (et donc plus culturelle)36.

  • 37 Imprimé une première fois à compte d’auteur et tiré à plus de 1 000 exemplaires, le livre sera trè (...)

36Plus généralement, la profusion des produits culturels présents sur le marché régional, voire national, qui mettent en scène sous des formes diverses (romans, essais, pièces de théâtre, études universitaires, albums de photos, films, cassettes vidéo, revues, exposition, autobiographies de sidérurgistes, souvenirs de militants, livres de recettes de cuisine, émissions de télévision, etc.) la Lorraine industrielle, en insistant notamment sur la générosité et le désintéressement de ses ouvriers immigrés, est en partie le résultat de la mise en relation, à l’intérieur de ces réseaux de producteurs et de production d’histoire locale, de personnes et d’objets en provenance d’horizons extrêmement différents. Les exemples en sont nombreux. L’auteur de romans policiers Didier Daeninckx choisit Longrupt (une contraction de Longwy-Villerupt) pour parler de la Lorraine ouvrière et de ces immigrés italiens avec nostalgie (Daeninckx 2001). Jean-Luc Perioli, fils de mineur, fait de son mémoire de sociologie de l’université de Strasbourg un best-seller du livre ouvrier dans sa commune de Hayange (Perioli 1989)37. Marcel Donati, ouvrier sidérurgiste de Réhon (dans la banlieue de Longwy), publie ses souvenirs auprès d’une maison d’édition nationale (Payot). Ce dernier était passé progressivement des magnétophones des historiens locaux de la « mémoire ouvrière » à ceux des chercheurs de la revue Travail (Donati 1984) et du Mouvement social (Donati 1988). La visibilité « scientifique » d’un « témoin » de la classe ouvrière favorisera progressivement l’émergence « culturelle » d’un « personnage » que l’on admire. D’où l’intérêt porté à Marcel Donati par France Culture, par Michel Polac (« Droit de réponse »), Jean-Marie Cavada (« La marche du siècle ») et par le réalisateur Jean-Pierre Thorn qui l’invitera à jouer le rôle d’un ouvrier « stalinien » dans son film de fiction Je t’ai dans la peau (1990).

37L’originalité de l’aressli ne se réduit donc pas à la mise en relation qu’elle a permis d’établir, au niveau régional, entre historiens du dimanche et historiens savants, ni au soutien qu’elle apporte au développement d’une histoire industrielle de la Lorraine. Elle participe aujourd’hui, en effet, à la promotion d’une histoire de l’immigration industrielle en Lorraine, et par là même à l’objectivation scientifique d’un imaginaire culturel de la région (la richesse d’une Lorraine « multiculturelle »), qui intéresse à la fois le regard local et le regard national portés sur cette région.

Épilogue : de Longwy à Longwy

38Vingt ans après les manifestations ouvrières de Longwy qui avaient vu la création de l’apep et les premières réunions à l’origine de la fondation de l’aressli, c’est à Longwy que les professeurs d’histoire de l’université de Nancy II (les plus réticents, à l’origine, au « projet mobilisateur » de l’aressli) proposent, en collaboration avec certains chercheurs de cette association et avec le soutien financier du conseil régional de Lorraine, de fêter l’entrée de la région dans le troisième millénaire, en organisant un colloque scientifique international sur le thème : « Lorraine terre de brassage ». Cette évolution, qui traduit parfaitement la naissance et la diffusion, au côté de la Lorraine militaire et industrielle, d’une autre image de la région (une « terre de brassage » enrichie par l’apport immigré) n’aurait pu se concevoir sans le rapprochement d’objets et de personnes à l’intérieur des réseaux de l’aressli. En reprenant une formule ironique de Bruno Latour, on pourrait dire que, pour passer de la chronique ouvrière locale à la science internationale, il suffisait de « payer le prix des branchements » (Latour 1991 : 159).

Bibliographie

Bibliographie

Anderson, N. 1993. Le hobo, sociologie du sans abri, Paris, Nathan, (1re éd. Chicago, 1923).

Antenucci, M.-L. 1988. « L’immigration et la criminalité dans la presse régionale 1919-1940 », mémoire de maîtrise d’histoire, université de Metz.

Archives Lorraines. 1990, n° 2.

Archives Lorraines. 1992, n° 4.

Basse, P. 1992. « L’italianité du parti communiste dans le bassin sidérurgique de Longwy : de la reconstruction du pays à celle du parti, essai d’histoire orale », mémoire de maîtrise d’histoire, université de Nancy II.

Benoit, G., R. Choné, J.-Cl. Delbreil, M. Manciaux, J.-L. Mangeart & J.-M. Villaume. 1994. Le ciel était rouge, Metz, Éd. Serpenoise.

Blanc, A.-M. 1978. Marie Romaine, Metz, Éd. Serpenoise.

Bonnet, S. 1965. « Les ouvriers migrants quotidiens des usines sidérurgiques de l’agglomération de Longwy (1962-1963) », thèse de 3e cycle de sociologie, 2 vol., université de Paris V.

Bonnet, S. 1972. Sociologie politique et religieuse de la Lorraine, Paris, Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques, n° 181.

– (en coll. avec E. Kagan et M. Maigret). 1975-1985. L’homme du fer, t. I (1975) : 1889-1930, t. II (1977) : 1930-1959, t. III (1984) : 1960-1973, t. IV (1985) : 1974-1985, Nancy-Metz, Presses Universitaires de Nancy / Éd. Serpenoise.

– 1986. Automne, hiver de l’homme de fer, Nancy-Metz, Presses universitaires de Nancy / Éd. Serpenoise.

Bonnet, S., Ch. Santini & H. Barthélemy. 1962. « Appartenance politique et attitude religieuse dans l’émigration italienne en Lorraine sidérurgique », Archives de sociologie des religions, n° 13, p. 47-71.

Bonnet, S. & R. Humbert. 1981. La Ligne rouge des hauts fourneaux, Paris- Metz, Denoël / Éd. Serpenoise.

Bourdieu, P. (dir). 1993. La misère du monde, Paris, Le Seuil.

Chartier, R. 1980. « Science sociale et découpage régional. Note sur deux débats (1820-1920) », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 35.

Charasse, D. (en coll. avec R. Di Sabatino et D. Pierron, préface de G. Noiriel). 1981. Lorraine cœur d’acier, écoutez-vous !, Paris, Petite Collection Maspero.

Conraud, J.-M. 1988. Militants au travail, cftc et cfdt dans le mouvement lorrain, 1890-1965, Nancy-Metz, Presses universitaires de Nancy / Éd. Serpenoise.

– 1995. Plaidoyer pour les archives syndicales, Saint-Julien-les-Metz, Archives départementales de la Moselle / Conseil général.

Daeninckx, D. 2001 [1986]. Play Back, Paris, Gallimard.

Donati, M. 1984. « Interview », Travail, n° 4, cité par Noiriel 1984b, p. 362.

– 1988. « Interview », Le Mouvement social, n° 144, p. 37-49.

– 1994. Cœur d’acier, souvenirs d’un sidérurgiste de Lorraine, Paris, Payot.

Ferry, V. 1991. L’immigration dans le Pays-Haut à partir de l’industrialisation, mémoire de DEA d’histoire, université de Metz.

Freyssenet, M. & C. Omnes. 1982. La crise de la sidérurgie française, Paris, Hatier.

Galloro, P. 1991. L’immigration italienne en Moselle de 1918 à 1940, mémoire de maîtrise d’histoire, université de Metz.

Grelon, A. & Fr. Birck. 1998. Des ingénieurs pour la Lorraine, xixe-xxe siècle, Metz, Éd. Serpenoise.

Hoggart, R. 1970. La culture du pauvre, Paris, Éd. de Minuit (1re éd. Londres, 1956).

Latour, Br. 1991. Nous n’avons jamais été modernes, essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

Le Goff, J., R. Chartier & J. Revel. 1978. La nouvelle histoire, Paris, Retz.

Le Roy Ladurie, E. 1975. Montaillou, village occitan, de 1294 à 1324, Paris, Gallimard.

Leveratto, J.-M. 1999. « Peuples de l’usine et théâtre de l’histoire », rapport pour la mission du Patrimoine ethnologique, Metz, université de Metz.

Magrinelli, J.-C. 1974. « Le Front populaire dans la vallée de l’Orne : Auboué Jœuf Homécourt... 1929-1939 », mémoire de maîtrise d’histoire, université de Nancy II.

Mission « Histoire industrielle » et bibliothèque des Archives. 1995. Guide bibliographique de l’histoire de l’immigration en Lorraine, xixe et xxe siècle, Metz, Archives départementales de la Moselle.

Moine, J.-M. 1989. Les barons du fer, les maîtres de forges en Lorraine, Nancy-Metz, Presses universitaires de Nancy / Éd. Serpenoise.

– 1997. René Boudot : le feu sacré, un ouvrier chrétien du Pays-Haut, 1907-1990, Metz, Éd. Serpenoise.

Montebello, F. 1989. « Le cinéma à Longwy (1948-1953), essai de sociologie de l’œil populaire », mémoire de maîtrise d’histoire, université de Nancy II.

– 1997. « Spectacle cinématographique et classe ouvrière, Longwy 1944- 1960 », thèse de doctorat d’histoire, université Lyon II. Noiriel, G. 1982. « Les ouvriers sidérurgistes et les mineurs de fer dans le bassin de Longwy (1919-1939) », thèse de 3e cycle, université de Paris VIII.

– 1983. « Recherches sur la “culture ouvrière” dans le bassin de Longwy », rapport pour la mission du Patrimoine ethnologique (ministère de la Culture).

– 1984a. « L’histoire de l’immigration en France : note sur un enjeu ». Actes de la recherche en sciences sociales, n° 54, p. 72-76.

– 1984b. Longwy, immigrés et prolétaires, 1880-1980, Paris, Presses universitaires de France.

– 1986a. « Le pont et la porte, les enjeux de la mémoire collective », Traverses, n° 36, p. 98-109.

– 1986b. Les ouvriers dans la société française, xixe-xxe siècle, Paris, Points-Seuil.

– 1987. « Serge Bonnet, L’homme du fer », Communisme, n° 15/16, p. 189-193.

– 1988. Le creuset français, Paris, Le Seuil.

– 1992. « Un siècle d’intégration des immigrés dans le Pays-Haut lorrain », Paris, mission interministérielle Recherche Expérimentation (mire).

Noiriel, G. & B. Azzaoui. 1980. Vivre et lutter à Longwy, Paris, Maspero.

Noiriel, G. & R. Salais. 1990. « Approche des questions du travail et interdisciplinarité », Sociétés contemporaines, n° 1, p. 47-69.

Osiecki-Taiclet, A.-M. 1991. Mine de recettes et fumets du Pays-Haut, Metz, Éd. Serpenoise.

Perderzoli, C. 1974. « Le parti communiste en Meurthe-et-Moselle de 1920 à 1932 », mémoire de maîtrise d’histoire, université de Nancy II.

Perioli, J.-L. 1989. Le mineur de fer au quotidien : mines d’Hayange, Knutange, Imprimerie Klein.

Renson-Le-Bris, M. 1974. « Le syndicalisme ouvrier en Meurthe-et-Moselle, 1937-1939 : de la pause à la guerre », mémoire de maîtrise d’histoire, université de Nancy II.

Reynaud, J.-D. & A. Touraine. 1955. Les attitudes des ouvriers de l’industrie sidérurgique à l’égard des changements techniques, Paris, Institut des sciences sociales du travail / université de Paris I.

Salque, J., J. Maccarini, P. Maillet & B. Reiss. 1982. L’anniversaire de Thomas, Villerupt, ville du fer, 1880-1939, Villerupt, Studio 16.

Tornatore, J.-L. 1995. « La politique en faveur du patrimoine industriel en Lorraine : bilan et perspectives », Metz, Direction régionale des Affaires culturelles de Lorraine.

Verret, M. 1987. « Sur “L’Homme du fer” de Serge Bonnet », Le Mouvement social, n° 138, p. 5-20.

Vilain, M. 1970. « Les grèves de 1936 en Meurthe-et-Moselle », mémoire de maîtrise d’histoire, université de Nancy II.

Viriet, M. 1972. « Le syndicalisme ouvrier en Meurthe-et-Moselle (1902 à 1908) : du réformisme à l’anarcho-syndicalisme », mémoire de maîtrise d’histoire, université de Nancy II.

Notes

1 Il s’agit du « Bulletin de liaison et d’information des services d’archives implantés en Lorraine ».

2 Yves Le Moigne, aressli, dépliant de présentation (une page recto-verso en trois volets), 1991, archives : Fabrice Montebello.

3 Père Serge Bonnet, lettre du 5 janvier 1986, archives : Fabrice Montebello.

4 Ce slogan de l’époque, d’origine communiste, insistait sur la destruction programmée de « l’outil de travail ». Annoncé en décembre 1978, le plan de restructuration de la sidérurgie française prévoit une réduction drastique des effectifs(21 750 suppressions d’emplois en 18 mois avec licenciements), notamment dans la région Nord et en Lorraine. Il vise plus particulièrement les sites de Denain (Nord) et de Longwy, dans le nord du département de Meurthe-et-Moselle. L’annonce du plan ouvre une période de mobilisations ouvrières considérables (grèves, manifestations imposantes, à la fois locales, régionales et nationales, affrontements violents avec les forces de l’ordre, opérations « coup de poing »...) qui recueillent un mouvement de sympathie nationale, voir Freyssenet & Omnes 1982 : 71.

5 Les ccsti ou Centres de culture scientifique, technique et industrielle ont été créés en Lorraine au début des années 1980 sur l’initiative du ministère de la Recherche et de la Technologie et dans le contexte de la crise de la sidérurgie. A ces ccsti, est venue s’ajouter la création « d’une dizaine de musées à vocation thématique et patrimoniale, essaimant le territoire régional, labellisés “ccsti”, agréés par la Région et bénéficiant du soutien du ministère de la Culture ». Ces musées « couvrent les principales industries régionales, que ce soient les industries anciennes comme la verrerie, la cristallerie, la lutherie ou bien les grandes industries des xixe et xxe siècles, mines, sidérurgie, textile » (souligné dans le texte) (Tornatore 1995 : 1).

6 Yves Le Moigne, aressli, dépliant de présentation. C’est la double vocation d’association de « recherche » (et donc non « dilettante ») en « sciences sociales » (et donc non « historique ») qui peut expliquer le fait que l’aressli n’a pas été retenue dans le recensement, précédemment cité, de la revue Archives lorraines.

7 aressli, Feuille d’informations, n° 1, 1993.

8 Si l’on considère le nombre de « membres actifs » (à jour de leur cotisation), l’aressli comptait 22 membres en 1991, 30 en 1992, 28 en 1993, 38 en 1994. In aressli, Rapport d’activités, Assemblée générale du 28 janvier 1995.

9 Yves Le Moigne, aressli, dépliant de présentation.

10 On citera parmi les plus significatifs le travail bibliographique du groupe immigration (Mission « Histoire Industrielle » et bibliothèque des Archives 1995) et l’ouvrage consacré à l’histoire des ingénieurs en Lorraine (Grelon & Birck 1998).

11 Pour une description plus précise et systématique des personnes engagées dans le projet de l’aressli, voir Leveratto 1999.

12 Comme expression de cette reconnaissance, voir notamment Noiriel 1987 et Verret 1987.

13 L’apep ou Association pour la préservation et l’étude du patrimoine du bassin de Longwy-Villerupt est alors présidée par un enseignant de Villerupt, Jean Salque, dont l’ouvrage, L’anniversaire de Thomas (Salque et al. 1982), consacré à l’histoire de l’immigration et de la classe ouvrière locale, et écrit en collaboration avec J. Maccarini, P. Maillet, et B. Reiss, sera directement à l’origine du film documentaire homonyme réalisé par les jeunes animateurs du Festival du film italien de Villerupt (voir plus loin).

14 Après son départ de la région, les qualités personnelles de Gérard Noiriel au service du collectif seront transformées par certains en confiscation à des fins personnelles du travail du groupe. Un lieu commun de l’argumentation que l’on retrouvera au sein de l’aressli.

15 Il faudrait également parler, à propos de Longwy, immigrés et prolétaires, 1880-1980, de l’attrait purement affectif et symbolique du livre dans sa matérialité même et notamment de la couverture où des lettres rouges sur fond noir annoncent la couleur du programme et invitent d’emblée le lecteur à partager cent ans de condition et de révolte ouvrières. Pour qui est passé de l’adolescence à l’âge adulte, à Longwy, entre 1979 et 1984, au milieu des cortèges de manifestations imposantes, d’opérations « coup de poing » et de grèves ouvrières, d’affrontements violents avec les forces de l’ordre qui ont entraîné des répercussions sans précédent au niveau national, le livre de Gérard Noiriel, sorti quelques mois après le deuxième plan acier et les nouvelles vagues de protestations qui l’accueillaient, possédait une charge affective considérable et permettait de relier une expérience personnelle et locale à la grande geste universelle et collective du prolétariat.

16 L’argument revient comme un leitmotiv au sein des réunions du groupe immigration de l’aressli et ce d’autant plus souvent qu’il permet de justifier l’existence du groupe en question. Mais concrètement, ce sont toujours les immigrés italiens qui continuent à être l’objet d’un travail soutenu.

17 Récompensé par le prix Erckmann-Chatrian (un prix prestigieux de littérature régionale), Marie Romaine a connu un succès considérable auprès du public lorrain. Depuis 1978, le livre est régulièrement réédité.

18 David Charasse collaborera au travail de recherche de Gérard Noiriel pour la mission du Patrimoine ethnologique (Noiriel 1983) au même tire que Rodolphe Di Sabatino, étudiant en sociologie et fils de militants communistes d’origine italienne. Leur mémoire de maîtrise de sociologie consacré à la radio pirate du syndicat cgt créée au moment des luttes ouvrières de 1979, Radio Lorraine Cœur d’Acier, fera l’objet d’une publication (Charasse 1981).

19 Le « narodnikisme » de David Charasse est comparable également à celui qui animait une autre grande figure locale du militantisme chrétien, René Boudot, fondateur de la joc (Jeunesse ouvrière chrétienne) du bassin de Longwy dans les années 1930, grand ami de Serge Bonnet et des prêtres-ouvriers de la région (Moine 1997 : 66-68).

20 Encore cité dans Longwy, immigrés et prolétaires (Noiriel 1984b) (livre tiré d’une thèse d’histoire (Noiriel 1982) qualifiée par un des membres du jury (le professeur Yves Lequin) d’« althussérienne »), le livre militant de Gérard Noiriel (Noiriel 1980) « disparaît » définitivement de sa biographie scientifique à partir de l’ouvrage Les ouvriers dans la société française xixe-xxe siècle (Noiriel 1986).

21 Élève, dans les deux sens du terme, de Serge Bonnet, ce militant syndicaliste, responsable cftc et cfdt de la région a ainsi transformé une compétence syndicale en compétence scientifique de spécialiste de l’archive syndicale. Cette nouvelle compétence a donné lieu à la rédaction d’un petit ouvrage proposant une démarche concrète pour le recueil, le classement et l’exploitation des archives syndicales (Conraud 1995).

22 Indice de cette démocratisation, la parution en 1978, dans la collection « Les encyclopédies du savoir moderne », d’un dictionnaire, « grand public », de la nouvelle histoire (Le Goff et al. 1978).

23 Parmi les procédures de valorisation nationale du local utilisées par les personnes observées, celle qui consiste à rappeler l’importance du lieu d’observation en citant des travaux de recherche prestigieux déjà effectués est la plus fréquente (et par exemple l’importance « scientifique » de Longwy a pu être validée par les citations des travaux d’Alain Touraine (Reynaud & Touraine 1955) et de Pierre Bourdieu (1993)).

24 L’extension des réseaux du local au national permet la rencontre de personnes très éloignées socialement, comme par exemple celle des ouvriers de Longwy et des artistes ou intellectuels parisiens. Voir plus loin le cas exemplaire de Marcel Donati.

25 En 1920, l’opposition des sociologues aux historiens et géographes (défenseurs de la « monographie régionale ») est surdéterminée par les débats des années 1820-1840 où la « statistique sociale » remet en cause les régions et les espaces « naturels » chers au xviiie siècle (Chartier 1980).

26 Ces deux exemples de justifications scientifiques (c’est-à-dire nationales) du local sont avancés par Luc Delmas (Mission « Histoire industrielle » et bibliothèque des Archives 1995 : 3) et Gérard Noiriel (1984 : 18).

27 Dans les universités françaises, les cours d’historiographie dispensés aux étudiants de première année d’histoire sont friands de ce type d’opposition qui a l’avantage de l’efficacité pédagogique mais qui finit par produire des lieux communs de la recherche, justement utilisés par des individus qui sont encore parfaitement dépourvus de « culture de chercheur ».

28 Gérard Noiriel écrit notamment dans son rapport pour la mission du Patrimoine ethnologique, p. 45 : « En un mot, la “mémoire” est une affaire qui marche ! [...] Il ne me semble guère contestable que les manifestations culturelles de ce type sont en fait l’occasion d’une répétition rituelle de l’autocélébration des notabilités locales. Tout le monde ne peut pas passer à “Apostrophes” », et encore plus loin, p. 47 : « Comme on s’en doute, cette “mémoire” exhibée quotidiennement n’a que peu de rapports avec la vérité historique. » Avant de conclure, p. 143 : « Plus généralement, et nous l’avons vu en examinant le rôle de la presse locale ou des expositions municipales, ceux qui ont intérêt à fabriquer de la “mémoire ouvrière” pour asseoir leur domination ou imposer leur légitimité, sont déjà au travail. Gageons qu’ils ont encore de beaux jours devant eux » (Noiriel 1983). Voir également Noiriel 1986a.

29 Serge Bonnet écrit ironiquement dans les dernières pages du dernier tome de L’homme du fer : « Il y aura heureusement, à Joeuf, un érudit local (en mauvais termes avec ses émules de Moyeuvre et d’Hayange) qui consacrera sa vie à démêler la part d’histoire, de légende et de merveilleux économico-social dans l’histoire de Joeuf. Ses publications, à compte d’auteur, lui vaudront une consolation posthume. Sur sa tombe, le chef du bureau de la “mémoire ouvrière”, venu d’un ministère de Bruxelles, déposera la médaille du Mérite socio-culturel européen. Après la cérémonie au cimetière, en se rendant à la mairie, le chef de bureau saura flatter la fierté locale en envisageant de classer Fritz parmi les monuments historiques, au titre des luttes sociales de 1984 » (Bonnet 1985 : 548).

30 Selon Jean-Marie Moine, universitaire, fils de sidérurgiste et auteur d’une thèse d’histoire sociale consacrée aux maîtres de forges (Moine 1989), ainsi que d’une biographie d’un militant chrétien de Longwy, René Boudot, réputé pour son dévouement et son travail inlassable de rassembleur d’archives ouvrières (Moine 1997), « les professeurs de l’université (de Nancy II) avaient pris l’habitude d’aiguiller leurs étudiants vers le meilleur connaisseur de la sociologie politique lorraine, le dominicain Serge Bonnet, chercheur au cnrs », Le Républicain lorrain, dimanche 10 janvier 1999.

31 Le glissement thématique s’accompagne d’un glissement géographique rééquilibrant Metz par rapport à Nancy. Notons également la forte présence des patronymes italiens qui trahit la polarisation continue sur l’immigration italienne.

32 Rappelant le succès éditorial du livre de l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie (Montaillou, village occitan, de 1294 à 1324, 1975) (130 000 exemplaires vendus en deux ans), le journal Le Monde du jeudi 18 mars 1993 écrit : « Grâce à l’art du récit et aux vertus d’un style simple et attrayant, Le Roy Ladurie et, avec lui, une pléiade de savants-écrivains font la démonstration que l’histoire des hommes ordinaires est aussi passionnante que celle des rois [...] La médiatisation de notre société a ouvert à la “nouvelle histoire” un retentissement public quantitativement inédit qui en a modifié l’impact qualitatif. La frontière entre histoire savante et histoire “mondaine”, jusqu’alors solidement établie, a volé en éclats. »

33 Le succès public extraordinaire du festival a permis la production d’un film documentaire consacré à la mémoire ouvrière de la cité (L’anniversaire de Thomas) dont certaines scènes sont directement inspirées de la lecture des ouvrages de Serge Bonnet, notamment de L’homme du fer (Bonnet 1975) et de La ligne rouge des hauts fourneaux (Bonnet & Humbert 1981).

34 Plus exactement, Serge Bonnet et ses collaborateurs ont mis en valeur le lien entre l’accroissement de la proportion de Français d’origine italienne sur les listes électorales et la progression du pcf aux élections à partir de la fin des années 1940. Cette correspondance obéit cependant à des « règles » complexes : elle est évidente là où l’immigration italienne est ancienne (début du siècle), originaire plutôt du nord ou du centre de l’Italie, et de forte concentration. C’est le cas en partie pour la région qui nous intéresse (le bassin de Longwy-Villerupt). L’identification entre vote communiste et immigration italienne est maximale au sein de ces petites communes de Meurthe-et-Moselle qui correspondent à des unités de travail plus réduites (mines de fer occupant une centaine d’ouvriers), où les logiques de l’adhésion communiste reposent sur la reconstitution des règles de sociabilités propres aux réseaux d’immigrés en provenance souvent des mêmes villages italiens (Bonnet et al. 1962).

35 C’est cette « qualité italienne » qui permet de comprendre la polarisation de certains chercheurs de l’aressli sur l’immigration italienne, au détriment des autres vagues migratoires connues dans la région.

36 On trouvera une configuration équivalente dans la région de Thionville avec les animateurs de la revue Passerelles (une revue scientifique et littéraire « d’études interculturelles »), pour la plupart anciens travailleurs sociaux reconvertis dans l’animation culturelle. Le passage d’une action politique et sociale (le mouvement Convergences 84) à l’organisation de manifestations culturelles (expositions sur l’immigration portugaise et maghrébine, salon du livre et concerts de musique ouverts notamment sur les cultures d’origine des populations immigrées, travail de réflexions et d’investigation sur le « métissage culturel ») a été rendu possible par la promotion et la redécouverte du francique mosellan (dialecte germanique autrefois parlé par les parents d’une partie des animateurs) ; une opération transformée pour le coup en objet de médiation entre tous les Français « étrangers de l’intérieur » (qu’ils soient fils d’immigrés italiens, maghrébins, espagnols, etc. ou descendants de cette population thionvilloise de culture et de langue germanique méprisée par le centralisme jacobin). Par ailleurs, Passerelles a consacré plusieurs numéros à la question de la « culture ouvrière » et du « travail industriel en Lorraine », où l’on retrouve les noms de David Charasse, Marcel Donati (Donati 1994) ou encore du photographe Thierry Speth, collaborateur de Serge Bonnet (Bonnet 1986).

37 Imprimé une première fois à compte d’auteur et tiré à plus de 1 000 exemplaires, le livre sera très vite épuisé et justifiera une deuxième édition, prise en charge cette fois par les Éditions Serpenoise, en 1995, et diffusée sur l’ensemble de la région. Dans la préface du livre, l’auteur justifiait la publication de son mémoire de maîtrise par la demande insistante de ses interlocuteurs ouvriers.

Auteurs

Jean-Marc Leveratto, université de Metz, Erase, Metz

Fabrice Montebello, université de Metz, Erase, Metz

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540