Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire à soi

 | 
Alban Bensa
, 
Daniel Fabre

Fièvres d’histoire dans la France contemporaine

Alban Bensa

Texte intégral

1On le sait, une sorte de fièvre d’histoire s’est emparée de la France depuis plusieurs décennies. D’un bout à l’autre du pays, on ne cesse de se donner toujours plus de passé, de se doter de traditions séculaires, d’ancêtres, de racines qui inscrivent régions, villes ou villages dans une continuité valorisante avec des temps lointains et glorieux. Ce travail de mise en histoire des lieux et des gens est certes pris en charge par les institutions (État, conseils régionaux, municipalités) mais aussi – et c’est là le propos de ce livre – directement mis en œuvre par les populations concernées. Ainsi celles-ci, chacune à sa manière, s’emploient-elles, là où elles résident, à « faire de l’histoire » et ce, le plus souvent, sans souci de scientificité ou d’académisme. Les recherches rassemblées dans ce volume rendent compte de quelques-uns de ces élans collectifs vers un passé spatialement bien circonscrit.

  • 1 L’essor parallèle du tourisme est à cet égard ambigu, puisqu’il promeut la différence régionale no (...)

2Sans pour autant que « les grands » récits nationaux disparaissent, désormais une grande part des représentations populaires de l’histoire se donne à voir non plus à l’échelle d’un Hexagone dominé par sa capitale, ni à celle du monde pris tout entier dans « la Grande Transformation » mais au cœur même d’entités infra-nationales. Si migrations rurales et développement corollaire des grandes villes, concentrations industrielles et politiques antirégionalistes ont en Europe, aux xixe et xxe siècles, à la fois excentré et dévalorisé le local1, la situation des « périphéries » connaît aujourd’hui un spectaculaire renversement. La logique croissante de décentralisation a, tout au long des années 1990, favorisé un redéploiement des populations et renforcé la multiplication des narrations locales. Par elles s’imposent, en relation de miroir avec des lieux spécifiques pensés comme potentiellement autonomes, ces particularismes de l’entre-soi où chaque collectivité se contemple et s’affirme. Dans ce mouvement de rupture avec la capitale et ses entours, grande réserve dit-on de non-lieux vides de sens, les anciens « trous perdus » se posent en entités remplies de significations rayonnantes. Ces espaces et leurs héros autrefois secondaires ne sont plus « de province » mais « en région » et fiers de l’être, et les banlieues sont l’objet de réhabilitations architecturales et sociales. Une telle requalification des territoires de la nation résulte du transfert de pouvoirs, de compétences et de moyens dont profitent les localités depuis vingt ans mais trouve son expression culturelle dans une dynamique qui partout fait du recours à l’histoire son étendard privilégié.

3Comme si l’essentiel ne pouvait se dire sans un détour par le passé, dans le bassin de Saint-Étienne, sur les bords de l’étang de Berre, en Creuse, en région parisienne, dans le Languedoc-Roussillon, à Montpellier, sur le plateau du Larzac ou en Lorraine, toute ethnographie des rapports des riverains à leur pays fait le constat de cette frénésie d’histoire. Un attachement immodéré envers le passé s’impose aux résidents de tous les coins de France avec la force de la plus absolue des nécessités. Ainsi, pour transformer des lieux, jusque là oubliés ou profondément enfouis dans la banalité des activités quotidiennes, en points d’ancrage du discours de la collectivité sur elle même, leur histoire est-elle montrée, narrée, jouée, au besoin inventée. La redéfinition et revalorisation des espaces, leur mise en « sites remarquables », visités et vénérés exigent ce voyage dans le temps. Pas d’exaltation des lieux sans qu’y soient fixées des références historiques. La sacralisation de l’espace est ici indissociable d’une temporalité reconstituée, vécue comme quête et rencontre des origines. Les espaces sont ainsi à la fois réappropriés par le travail qui construit et entretient leur « authenticité » et mis à distance sur le socle où l’on veut, avec un grand souci de communication, les donner à voir et à admirer. Dans ce geste qui élève le site et en fait un « haut lieu », c’est un nouveau lien au territoire de la commune, du hameau, de la région qui s’affirme. Lorsque sites, parcours, vestiges d’autrefois sont retrouvés, décapés, remis à neuf sous prétexte d’être rétablis dans leur gloire d’antan, une autre histoire commence, celle qu’on va fabriquer au terme d’un vaste travail de restauration qui fait le plus souvent feu de tout bois. Dans un joyeux désordre qui ne hiérarchise guère les sources et les arguments, souvenirs collectifs et sélectifs ajustés aux circonstances, vieilleries retrouvées dans les greniers, écrits de seconde main recopiés et fondus dans un texte unique et conventionnel, ou même simulacres d’objets-témoins, sont convoqués pour asseoir l’histoire locale et lui donner toute son efficacité. Quant aux mises en rite, elles achèvent de conférer au récit son vernis d’authenticité immémoriale. Il faut en effet tracer des continuités pour combler la distance creusée entre perte et retrouvaille. Dans l’écart entre la force de l’oubli et la volonté de se souvenir s’engouffre la passion d’histoire qui partout pousse à l’inauguration de maisons d’écrivains, à l’organisation de fêtes médiévales ou autres, à la floraison de musées en tout genre, etc.

4L’étude des créations narratives et rituelles à visée historique locale incite, on le voit, à aborder l’histoire non pas en tant que discipline savante mais comme pratique sociale et culturelle. L’ethnographie de cette histoire-là part de l’évidence que toute société, situation ou individu sécrète des rapports au passé. Toujours et partout, une mémoire de ce qui fut habite ce qui advient. Chacun, Papou, Creusois ou Languedocien, prétend au moins à sa propre histoire, c’est-à-dire à un discours temporalisé sur sa vie et sur le passé de son groupe, de son terroir, de sa région. L’histoire soutient le lien social comme l’air est nécessaire à la respiration. S’il est ainsi utopique de chercher encore à distinguer entre sociétés avec ou sans histoire, l’historicité structurelle du fait social n’est peut-être jamais aussi visible que lorsque la collectivité met elle-même en scène ses rapports à l’histoire. Par une sorte de dédoublement, ses relations génériques au temps s’extériorisent. La théâtralisation du passé donne alors à voir l’historicité de toute situation sociale. Ce mouvement d’externalisation de la temporalité se réalise toujours de façon singulière. Chaque histoire locale, en effet, se distingue des autres par l’héritage matériel et mémoriel qu’elle manipule. Mais toutes empruntent les mêmes voies argumentaires pour parvenir à leurs fins. L’ethnologie des pratiques de l’histoire met au jour une rhétorique narrative et rituelle dont les figures sont données à voir et à penser par chacune des études de terrain ici rassemblées.

La fabrique du lieu

5Avant le commencement il n’y avait encore rien qui puisse être dit, montré ni même vu. L’espace n’était qu’une étendue non orientée, une masse sans fin et sans origine. Sortir de cette indifférenciation suppose qu’on érige à la surface de la terre des « lieux », portes ouvertes sur d’autres mondes, d’autres temps. Le lieu s’empare d’une portion d’espace, la délimite et la nomme de telle sorte qu’ensuite la puissance évocatrice de l’endroit puisse être racontée. Ainsi tous les lieux sont-ils des « lieux-dits », des sites auxquels on s’adresse et qui en retour sont dotés de parole. Tels qu’ils furent créés, dit-on, tels sont-ils aujourd’hui. Présents au passé et au présent, ils doivent apparaître comme les véritables témoins de cette singularité de l’histoire, décidément toujours « locale », par laquelle l’espace est marqué, tatoué, « taboué ». Mais ils ne peuvent se dresser ainsi qu’en vertu d’un montage compliqué dont les enquêtes qui composent ce livre nous donnent les règles.

Matières, traces, preuves

  • 2 Sylvie Sagnes analyse ce rituel dans une autre partie de sa recherche, encore inédite, mais qui fu (...)

6Pour que le lieu garde vraiment trace du passé, il doit faire la liaison entre une matière immémoriale et la localité singulière à laquelle il est identifié. Ainsi, comme le montrent de façon convergente plusieurs contributions à ce volume, la nature est-elle historisée, et même aujourd’hui « écologisée ». Par exemple, quand la région creusoise est pensée dans ses rapports à la pierre, en deçà et au-delà de l’histoire de ses maçons qui construisirent Paris. L’authenticité du passé est aussi cautionnée matériellement et physiquement quand les visiteurs du bassin stéphanois sont invités par un ancien mineur, rescapé d’un coup de grisou, à coiffer le casque et à descendre, par un faux ascenseur, dans une fausse galerie dont les murs suintent artificiellement. Un même mouvement naturalise le site et le temporalise, l’unit à l’ère carbonifère et le pose en mémoire récente d’un métier disparu. L’inscription dans un temps géologique ou écologique et la mise en avant d’un particularisme sont tout aussi prégnants quand le Larzac retrouve dans ses vieux murs les traces des Templiers, quand une coopérative de l’Hérault renoue avec son paysage ancien pour se transformer en « cave » où l’on conserve non plus de la piquette mais un bon vin de pays, ou encore quand Le Bousquan, un village du Languedoc, expose un instant ses vieux parchemins pour attester sa filiation avec le Moyen Âge des comtes de Foix2. Partout le « corps » du lieu doit administrer la preuve de son âme. Tel un reliquaire, l’espace sacralisé par l’histoire locale donne non seulement à voir mais aussi à éprouver les vestiges du passé. L’expérience sensible du lieu passe par la mise en avant d’une matière. En la touchant, on touche le passé, on en a la preuve. Encore faut-il qu’elle soit administrée.

7Pour l’histoire locale, le travail d’authentification ne saurait livrer à l’état natif la matérialité du site ou du document qui s’y rapporte. Les archives du village manquent d’être jetées à la rivière ou sont abandonnées à la manie de quelque érudit non autorisé, tandis que l’on s’emploie à écrire l’histoire locale en recopiant ou en fondant en un seul texte des écrits publiés, déjà très sédimentés mais traités comme des sources anonymes. Le jour de la fête médiévale, les murs du Bousquan sont recouverts de papier crépon tandis que ses monuments font l’objet de maquettes en boîtes à œufs peintes, comme s’il fallait souligner que l’accès au vrai passe par le travail d’illusionniste de la communauté sur elle-même. La procédure par laquelle les lieux deviennent des vestiges et des preuves du passé authentifie autant les matériaux constitutifs du site que les personnes qui s’y consacrent.

Médiateurs et médiations

8L’identification aux sites et à leur histoire réinventée ne se joue pas dans un face à face immédiat avec les choses de la tribu. Il faut que celles-ci soient perçues, identifiées, exposées par des personnages qui travaillent à cette promotion. Rien ne serait ici possible sans des médiateurs qui s’interposent pour pointer les qualités labellisables des lieux.

9Dans de nombreuses situations, ces experts viennent d’ailleurs. La prophétie patrimoniale (« Tel est le génie de ce lieu ») est lancée par un étranger au terroir qui jette sur son pays d’adoption un autre regard. Les chercheurs venus de la capitale (historiens, sociologues, ethnologues) ont, par exemple, l’art de tailler des habits neufs aux villages, régions ou villes où ils séjournent, le temps d’une thèse ou d’un programme d’études. Que serait la problématique mémorielle de la Lorraine sans d’abord l’arrivée en Lorraine sidérurgique, en 1958, du sociologue Serge Bonnet puis celle, à la fin des années 1980, de l’historien Gérard Noiriel ? Si L’homme du fer de Serge Bonnet, dont la première édition remonte à 1975, insiste sur le prolétariat local, le livre de Gérard Noiriel, Longwy, immigrés et prolétaires, 1880-1980, publié en 1984, développe une thématique moins centrée sur la spécificité du travail et de son organisation que sur l’immigration étrangère dans la région. Noiriel a proposé un maillage conceptuel du bassin lorrain forgé à l’aune d’une réflexion plus large sur l’histoire nationale (voir Noiriel 1988). Le thème de l’immigré est ici venu redoubler celui de l’étranger utilisé localement comme médiateur, le passage par l’altérité jetant les bases d’une nouvelle sorte d’autochtonie. Sous l’influence de ces interventions savantes venues d’ailleurs et traitées sur place comme des sources parmi d’autres de l’histoire locale, la Lorraine intellectuelle et militante d’aujourd’hui s’appréhende elle-même avec d’autres yeux et retravaille son passé dans d’autres directions.

10Il en est de même dans l’Hérault où la coopérative charge un sociologue colombien de dessiner le patron du costume historique qui lui conviendra le mieux. Le village demande à l’expert étranger de rédiger une histoire de la coopérative qui s’accommode de l’esprit d’initiative individuelle cher à l’entreprise capitaliste moderne, tout en vantant l’esprit coopératif d’autrefois. Afin de produire un récit vraiment local, le travail ne se fonde pas sur les recherches antérieures menées par des historiens patentés – connaisseurs des archives qui là encore ne seront pas consultées – mais fait appel à des textes (brochures, livres, discours) rédigés à différentes époques par des notables. Le sociologue devra en faire une synthèse de vingt-cinq pages, longuement négociée avec ses commanditaires avant d’être publiée, au grand dam des spécialistes.

11Pour redorer le blason de la cité des Francs-Moisins à Saint-Denis, les pouvoirs publics ont également fait appel à des créateurs étrangers au quartier ou au pays (un cinéaste, un écrivain, un artiste mexicain). Ils ont aussi cru bien faire en rattachant le lycée de la cité, baptisé « Suger », à la basilique de Saint-Denis. Mais, dans cette tentative de création quasi ex nihilo d’une histoire locale qui puisse être entendue par les commanditaires et dans le même temps pensée comme une sorte de médication possible à administrer aux banlieues, ni les écrivains en résidence, ni les plasticiens, ni les metteurs en scène et les réalisateurs – et encore moins l’abbé Suger – ne sont, semble-t-il, parvenus à donner aux lieux ce lustre identitaire que chaque endroit se doit aujourd’hui d’exhiber. Parce que, sans doute, les riverains ont pu se demander de quoi cette histoire imposée pouvait- elle bien être l’histoire... Ainsi, à propos du nom attribué au nouveau lycée, une habitante du quartier s’exclame :

On aime moins bien, nous, l’abbé Suger... On n’aurait pas voulu qu’il s’appelle comme ça... Un curé qui vient dans nos quartiers... C’est un manque de concertation avec les jeunes. C’est un abbé, je suis désolée, je supporte pas quand il y a des écoles laïques qui prennent le nom de religieux.

12Fort heureusement, la pâte n’a pas toujours besoin pour prendre d’un levain reçu entièrement de l’extérieur. La localité, tout aussi fréquemment, peut trouver en son sein les médiateurs culturels dont elle a besoin. A Martigues, le médiateur est médiatique : il suffira de refaire d’un Charles Maurras, dont la renommée nationale sent le soufre, un enfant du pays pour que la ville, à partir de la maison natale de l’écrivain, tente d’effacer le passé industriel de l’étang de Berre. En Île-de-France, dans le cas étudié, l’historien local découvre de nouveaux lieux à promouvoir parce qu’il sait jouer le jeu des services culturels de la ville, passer du savant au non-savant où l’image prime sur le fait et où la brosse à reluire est préférée à la critique des sources. Bien mal en prend en effet à celui ou celle qui s’attache à la lettre des archives, entrant ainsi en contradiction avec les fonctions sociales, politiques et affectives de l’histoire locale.

13Le médiateur culturel, qu’il s’agisse d’un « accouru » ou de quelqu’un du cru, se doit de jongler avec les références du pays pour les faire scintiller au profit des spectacles historiques organisés par le village, la ville ou le quartier. Le schéma se complique quand on constate que notre époque pousse à la floraison de ces personnages-clés en démultipliant les centres de décision et de pouvoir, quitte à les mettre en concurrence. Tel maire historien, comme à Montpellier, encourage tout un quartier à se doter d’un passé unificateur, ou bien on voit, dans la région parisienne, le comité d’une des fêtes de la ville demander à un apprenti ethnologue d’en retrouver et d’en valoriser les « traditions », sans parler des très nombreux demi-érudits qui trouvent leur voie dans la promotion de l’« identité régionale » à travers diverses activités éditoriales et pédagogiques.

  • 3 Selon Jean-Louis Fabiani, 3 juin 1999, colloque de Toulouse « La production de l’histoire locale »

14Ces sortes de « virtuoses3 » de l’invention culturelle adaptée aux contextes tirent leur succès de leur capacité à se tenir à l’intersection des différentes séquences historiques dont ils dessinent les contours. L’intellectuel étranger à la zone introduit une question nationale au cœur de la localité qui l’accueille et parfois l’appelle. Les producteurs de thèmes historiques connectent le quartier au centre-ville, le musée aux nouveaux découpages politiques et culturels en cours de formation (l’Europe des régions, les nouveaux « pays », les parcs naturels, les terroirs labellisés par des produits typiques, etc.). La combinaison des ingrédients de la localité s’accompagne ainsi, sous la houlette de ses gardiens et actualisateurs du passé, d’une constante redéfinition et variation des limites spatiales et temporelles. La médiation culturelle procède à de constants rééchelonnements géographiques et historiques.

Travailler l’histoire locale

Échelles

15Quand un lieu est choisi pour porter l’histoire de la localité, le temps et l’espace se recentrent sur lui. A partir de la coopérative, du quartier, de l’ancienne maison d’un écrivain ou du puits de mine érigés en nœuds de mémoire, l’espace et le temps sont redélimités. Par le musée, la commune et l’intercommunalité s’effacent derrière le « bassin » houiller dont il témoigne, lequel s’inscrit dans une mémoire des « gueules noires » nous renvoyant à l’épopée des Charbonnages de France. Quand une « cave » du Languedoc réécrit son histoire pour renouer avec un passé, voire un paysage, viticole valorisant, la nouvelle généalogie dont elle se dote l’insère dans un pôle méditerranéen qui prend sens à l’échelle européenne.

16L’histoire locale pose sur le lieu un regard qui le spécifie et, en retour, l’institue comme une nouvelle borne. Temps et espace se voient redéfinis par ce geste qui transforme le grand rien plat et muet du monde en un univers balisé par des sites dressés et bavards qui deviennent les jalons d’une chronologie taillée sur mesure. S’esquisse ainsi une autre géographie : de la même façon que les repérages archéologiques par photographies aériennes font réapparaître les limites de très anciennes constructions, l’histoire locale ressuscite des lieux oubliés. De surcroît, elle en fait, diraient les gens du Perche, des « maîtresses-places » (Bensa 1978), des endroits transformés en sources de puissance où riverains et touristes, comme les pèlerins d’autrefois, viennent chercher, sinon guérison, du moins, ce qui n’est pas très différent, émotion et réconfort. S’attachent aux lieux, ainsi relancés sur le marché de la consommation mémorielle, de nouveaux récits. Des pans de passé, inattendus ou improbables, éclairent les mines, les blocs erratiques, les anciens parapets ou les rues autrefois sans âme d’un jour sans précédent et relient par là ces endroits, élevés au rang de pôles de mémoire, à d’autres sites qui, au même moment, connaissent eux aussi une renaissance. Immanquablement, la singularisation du lieu l’insère dans un vaste réseau d’entités de même type. La clôture sur la spécificité est ainsi un gage d’ouverture à l’ensemble des lieux singuliers que recensent cartes, pancartes et guides d’un bout à l’autre d’une France fragmentée et festive.

  • 4 Du grec « nombril » ; dans l’Antiquité, « espèce de cône de pierre, entouré de bandelettes et dévo (...)

17Le passé politique national de Charles Maurras est si présent qu’on le repousse au profit d’une origine provençale survalorisée pour servir les intérêts actuels de la municipalité de Martigues. La nouvelle coopérative intercommunale de l’Hérault, non seulement jette aux orties ses vieux habits dépréciés, mais s’inscrit dans un périmètre beaucoup plus large par le biais d’une relecture de l’espace écologique régional : comme le montre Richard Lauraire, les viticulteurs s’engagent en effet dans de « nouvelles pratiques d’aménagement de l’espace » (protection des friches, des talus, des pies-grièches, etc.). Le plateau du Larzac, pour sa part, est dissocié de son passé antimilitariste, très circonscrit dans le temps et dans l’espace, pour renouer, espèrent ses nouveaux promoteurs, avec la notoriété médiévale des Templiers qui concerne toute la Méditerranée. Le local ne peut développer son narcissisme, son histoire en boucle, que dans le regard d’une altérité qui se tient au-delà de lui-même. Ceux qui l’instituent en omphalos4, brisant ainsi l’indifférenciation de l’étendue non spécifiée, se réfèrent, qu’ils le veuillent ou non, à d’autres lieux également investis de puissance et placés sous l’emprise d’autres pouvoirs. Les sources de la production du local ne sont pas entièrement locales.

18La construction du caractère remarquable de la localité fait grand le petit, petit le grand, au prix d’une transgression des limites préalables. Miniaturisations, agrandissements, métonymies, métaphores, le travail par lequel un simple endroit acquiert le prestige d’un « lieu » joue de toutes ces figures rhétoriques pour conférer à la localité son rayonnement. L’idée, toute bureaucratique, d’un emboîtement parfait des unités territoriales, de la plus modeste à la plus grande, ne résiste pas à ces coups de boutoir de la localité. Portés, selon l’expression de Michel Peroni, au rang de « marqueurs temporels du territoire », les lieux, par la force qu’on leur donne, déplacent les frontières et les étalonnages habituels. L’englobé devient englobant, le dernier premier, le périphérique central. Non seulement « les objets de l’histoire locale comme ceux de l’histoire nationale sont hybrides, à la fois nationaux et locaux » (Jean-Marc Leveratto), mais à partir d’eux se réorganisent de nouvelles configurations territoriales. Les initiatives patrimoniales transforment des lieux que l’administration ou l’économie situaient au sein de leurs espaces fonctionnels en pôles autour desquels se réorganise la centralité.

19Le remodelage spatial s’appuie sur l’élaboration de séquences historiques qui légitiment le tracé de limites et de parcours nouveaux. L’élargissement du passé de la localité vient ainsi concurrencer la toute-puissance supposée de l’histoire nationale. Aux « lieux de mémoire » d’une France homogène que chantent les textes suscités par Pierre Nora, s’opposent désormais quantité d’espaces de commémoration régionaux, emblèmes de « petites patries » (Nora 1984-1993). Sur leurs tréteaux de bois frais peuvent être rejoués des actes de l’histoire nationale, mais désormais s’y affirment de plus en plus des créations purement locales. Les lieux tirent leur singularité de l’histoire qu’on y construit. La « spécification de l’échelle pertinente » (Michel Peroni) est à ce prix. Elle instaure entre les collectivités, leur territoire et leur passé un pacte patrimonial.

Temporalité et communauté

20Si l’émotion suscitée par la visite n’est elle-même qu’abréaction, redécouverte de soi à travers l’ancienneté matérialisée du lieu, c’est qu’elle atteste aussi l’existence de toute une communauté. Il s’agit donc, au fond, moins d’histoire que de société, moins de mémoire que d’actualité. D’ailleurs quand l’histoire professionnelle met en doute la validité de l’histoire locale, la collectivité concernée justifie la vérité de la coutume par une tautologie. « Tout peut se discuter, et on en discute sans arrêt à la compagnie. Tout peut changer, mais il y a une chose qui ne changera jamais, c’est qu’à Rieux, nous avons un roi. Le fait que nous ayons un roi, ça ne changera jamais, c’est le cœur de la vraie tradition. Et la tradition c’est le plus important pour nous », expliquent les gens de Rieux quand on leur rappelle qu’au xvie siècle on élisait dans leur ville non pas un seul roi de l’arc mais aussi un roi de l’arbalète. Dès lors, soulignent les chercheurs, « le souci de l’histoire s’accompagne toujours d’une dénégation de l’histoire ». Car le passé incarné par le lieu et par ses reliques fait avant tout le lien entre les membres de la communauté. Ces gens se fédèrent autour des objets qui les posent en tant que groupe.

21Pour cette logique sociale de la mémoire, les séquences temporelles que l’histoire soucieuse d’objectivité attache aux lieux n’ont guère d’importance. Les chronologies retenues par celles et ceux qui entendent faire revivre le passé des endroits qui leur sont chers restent approximatives et schématiques. Quelques époques stéréotypées, sans datations précises, sont privilégiées, principalement le xixe siècle, celui des grands-parents, des greniers, qui portent mémoire d’un monde rural préindustriel, mais aussi, plus lointain, un Moyen Âge d’opérette où seigneurs et paysans s’entendent à merveille. Pas plus l’association des Barons de Caravètes à Montpellier que les fêtes des Maures et des Chrétiens en Espagne ou dans le Sud-Ouest français n’ont le souci d’une historicité indépendante de leurs intérêts collectifs. L’histoire fêtée célèbre plus le groupe dans ses activités présentes que le passé qui lui sert de référence. La collectivité, ici et maintenant, étant posée comme première, tout se déroule comme si le passé devait se plier aux exigences du présent. Il est simplement l’habit dont on revêt le lieu pour se reconnaître en lui. Ce geste reste toujours plus important que ce qu’il vient magnifier. Ici, la vérité sociologique prime la vérité historique.

22Preuve s’il en est que le temps est aussi un effet de la pratique, l’invocation du passé du lieu a pour fonction ultime d’instituer pour tous les membres de la communauté une durée commune. On voit en effet s’édifier sur des espaces précis un imaginaire historique qui pose la collectivité comme identique à elle-même sur une période supposée fort longue. La communauté plie le temps (cet « universel englobant » selon Ricœur 1983) à sa volonté d’exister et par là fait advenir son propre temps. La temporalité ainsi alignée sur des intérêts locaux se désynchronise de la temporalité offcielle, telle qu’elle est véhiculée et entretenue par l’école et les grands médias. L’affirmation d’une histoire autoréférentielle tend à dissocier la localité du territoire national. Ce découplage ne fait que renforcer chez les riverains « en région » le sentiment d’appartenir à une entité unique. L’éclatement des temporalités en une multitude d’histoires locales témoigne d’un affaiblissement de l’idée d’une nation tirant son homogénéité de la centralité et de la puissance de sa capitale, lieu de résidence et d’exercice du pouvoir le plus fort. En retour, il est demandé aux localités dispersées dans l’Hexagone de donner à leurs habitants ce que l’État n’est plus en mesure de leur fournir, ce supplément d’âme qui régénère le sentiment identitaire, cette aura des lieux sanctifiés par l’histoire locale.

  • 5 « On donnera le nom de “sémiophores” à des objets reconnus dans une société donnée en tant que por (...)

23A l’opposé de la vision dépressive du monde qui faisait dire à Mallarmé – qui n’avait pu se supporter à Tournon (Ardèche) et demanda avec insistance sa mutation à Paris (voir Steinmetz 1998) – « Rien n’aura eu lieu que le lieu » (1914), les producteurs et les consommateurs d’histoire locale affichent une grande confiance, parfois exaltée, dans la puissance de leurs sites sémiophores5. Des dévotions qu’ils leurs adressent, en termes de cérémonies, des visites guidées, des publications et des fêtes, les riverains attendent en retour ces richesses sociales et matérielles qui vont les conforter dans leur exceptionnalité. Comme les « cargo cults » de Mélanésie, la mise en site, en rite et en légende s’efforce d’attirer sur la localité les bienfaits que trop longtemps d’autres, les puissances étrangères en Océanie, la nation et sa capitale en France, ont thésaurisés. Mais de quoi donc la dimension millénariste de l’histoire locale est-elle le signe ou la conversion ? La religion des valeurs patrimoniales régionales vient-elle s’engouffrer dans l’espace ouvert par la déchristianisation et par la décentralisation, ou bien s’agit-il, à l’inverse, du chant du cygne des particularismes locaux en butte au laminage paraît-il inexorable de la mondialisation ? Sans y répondre directement, les études rassemblées dans ce volume présentent le grand intérêt de nous introduire de façon originale et précise à ces questions cruciales de notre époque.

Bibliographie

Bibliographie

Bensa, A. 1978. Les saints guérisseurs du Perche-Gouët, Paris, Institut d’ethnologie.

Mallarmé, S. 1914. Un coup de dé jamais n’abolira le hasard, Paris, Gallimard.

Noiriel, G. 1988. Le creuset français. Histoire de l’immigration, xixe-xxe siècle, Paris, Le Seuil.

Nora, P. 1984-1993. Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard.

Pomian, K. 1999. Sur l’histoire, Paris, Gallimard/Folio.

Ricœur, P. 1983. Temps et récit, Paris, Le Seuil.

Steinmetz, J.-L. 1998. Mallarmé. L’absolu au jour le jour, Paris, Fayard.

Notes

1 L’essor parallèle du tourisme est à cet égard ambigu, puisqu’il promeut la différence régionale non pas en elle-même mais en tant qu’elle rompt avec la capitale.

2 Sylvie Sagnes analyse ce rituel dans une autre partie de sa recherche, encore inédite, mais qui fut présentée à Carcassonne (garae, séminaire de suivi d’équipe du 27 janvier 1997).

3 Selon Jean-Louis Fabiani, 3 juin 1999, colloque de Toulouse « La production de l’histoire locale ».

4 Du grec « nombril » ; dans l’Antiquité, « espèce de cône de pierre, entouré de bandelettes et dévotement arrosé d’huile, et sur lequel s’assoit la pythie qui va prophétiser » (Littré).

5 « On donnera le nom de “sémiophores” à des objets reconnus dans une société donnée en tant que porteurs de significations et partant fabriqués et exposés de manière à s’adresser au regard soit exclusivement, soit tout en gardant une fonction utilitaire » (Pomian 1999 : 167).

Auteur

Alban Bensa, École des hautes études en sciences sociales, GTMS, Paris

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540