Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire à soi

 | 
Alban Bensa
, 
Daniel Fabre

Préface

Wanda Diebolt

Texte intégral

1En proposant, comme thème d’appel d’offres, « Les producteurs de l’histoire locale », le Conseil du patrimoine ethnologique s’est inscrit dans une conjoncture que le Bicentenaire de la Révolution française venait, quelques années auparavant, de mettre en pleine lumière. Le récit national de l’histoire, loin d’unifier les manières de commémorer, était devenu l’arrière-scène de récits particuliers qui, quasiment tous, soulignaient la diversité des façons de vivre l’Histoire. Les chercheurs, nombreux à scruter l’événement, ont donc vécu en direct un réveil assez inattendu du récit local. Il surgissait dans sa fraîcheur, débarrassé de toute forme scolaire préconçue, attaché à lire dans les échos fragmentaires et biaisés de la grande Révolution parisienne la révélation d’une singulière communauté de destin. Ce qui, en 1989, a fait l’événement est sans doute ce mouvement d’incarnation des idéaux universels des Droits de l’homme, non dans un discours d’État mais dans des cérémonies locales où l’histoire semble renouer avec la continuité souterraine et la chaleur d’une mémoire.

2Ce livre, qui est issu des recherches que l’appel d’offres a suscitées et coordonnées, démontre que ce qui avait intrigué les observateurs relevait d’un mouvement général : en France, le goût et la place centrale de l’histoire comme récit du passé sont en train de s’émanciper des formes antérieures pour se lier de façon créative aux territoires de la France d’aujourd’hui. Les départements qui se renforcent, les régions qui s’affirment, les communautés de communes, les villes nouvelles, les parcs naturels et les « pays »... constituent un maillage de l’espace qui ne peut se contenter de la fondation et de la pratique administratives. Or, la façon la plus efficace de justifier une existence est de « mettre en intrigue » son passé. A l’ombre de l’histoire, le côté tâtonnant et arbitraire des actes régaliens s’efface pour laisser place au sentiment d’une nécessité quasi naturelle. Un espace est domestiqué – devient littéralement un lieu habitable – dès lors qu’il tient son passé, racontable et représentable.

3Mais les travaux des ethnologues que l’on va lire me semblent aller bien plus loin. D’abord l’incitation des pouvoirs locaux ne suffit pas à déclencher la fièvre d’histoire. Celle-ci prend son essor à condition que des groupes particuliers cherchent eux aussi à affirmer leur réalité et, plus souvent encore, à la construire en maîtrisant le récit du temps. Les mineurs et les sidérurgistes que la mutation économique a laissés sur le bord de la route, les vignerons coopérateurs honteux de l’image de leur vin, les originaires d’une cité ancienne bouleversée par une expansion soudaine ou encore les acteurs locaux de la politique de la ville dans des « quartiers difficiles » ont spontanément recours à l’histoire pour rétablir la continuité du tissu social en forgeant une sorte de légende indentitaire. Ensuite, comment ne pas être frappé par le fait que l’histoire, dans tous les cas qui nous sont présentés ici, tend à échapper à la lettre et au texte pour se manifester dans des édifices, des objets, des images, des expositions et des fêtes ? L’actuelle soif d’histoire se double, en effet, d’une sorte de transmutation alchimique du discours historien. On donne la première place à ce qui, auparavant, n’était qu’un matériau secondaire de l’histoire (les vestiges matériels) ou son expression publique la moins valorisée (les mises en scène). Partout s’impose l’impératif d’une mise en présence sensible avec le passé, c’est-à-dire avec les œuvres du patrimoine ; mise en présence qui, elle-même, finit par créer des habitudes sociales qui viennent, à leur tour, prendre place dans le patrimoine rituel des collectivités naissantes ou recomposées. Toutes ces foisonnantes présentations de l’histoire sont donc des événements majeurs de notre présent, elles constituent sans aucun doute une part de l’énigme, toujours à déchiffrer, de notre modernité. En cela, les travaux qui suivent constituent l’ouverture d’un ensemble de recherches sur nos manières collectives d’être affectés par le passé au point d’en faire un moteur de la création imaginaire et de l’invention institutionnelle.

4Les recherches ethnologiques, parce qu’elles captent ce qui pouvait sembler une écume de notre époque et parce qu’elles en découvrent les plus profondes raisons, invitent finalement à ne plus opposer de manière trop simple le discours des racines – amoureux des plongées archéologiques, des inventaires patrimoniaux et des écosystèmes immobiles – et la recherche contradictoire des plus inquiétantes vérités de notre histoire. L’un et l’autre forment les deux faces de notre rapport au passé, en eux se lisent les mêmes inquiétudes quant au déchiffrement du présent et le même souci de refonder des sujets collectifs qui puissent exister et se penser dans le temps.

Auteur

Wanda Diebolt, directeur de l’Architecture et du Patrimoine, Paris

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable