Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Limites floues, frontières vives

 | 
Christian Bromberger
, 
Alain Morel

V. Frontières vives d’aujourd’hui

Fragments et strates

Décryptage de la géographie sectaire de Belfast

Neil Jarman

Texte intégral

1Traduit de l'anglais par Philippe Erikson

2La violence qui domine la vie politique d’Irlande du Nord depuis la fin des années 1960 s’enracine dans la relation entre lieux et identités. La communauté protestante/unioniste se veut britannique et considère que les six comtés de l’Ulster constituent une partie essentielle du Royaume-Uni. La communauté catholique/nationaliste se veut irlandaise et considère que l’île d’Irlande constitue une entité politique à part entière. Chacun de ces deux groupes ethniques majoritaires estime avoir des droits inaliénables sur le territoire où il habite et, à l’instar de tout autre groupe ethnique, son sentiment d’appartenance à un lieu donné joue un rôle fondamental dans sa mythologie et s’immisce dans chacune de ses pratiques culturelles. Il est cependant impossible de concilier ces conceptions territoriales antagonistes et il est difficile de trouver la moindre velléité de rapprochement et de compréhension réciproque. Ce conflit est un jeu à somme nulle, sur le mode de l’exclusive plutôt que de la conciliation.

3Le conflit entre les deux communautés a contribué à renforcer des divisions qui lui préexistaient. En conséquence, la ségrégation entre chacune d’entre elles s’est renforcée dans la vie quotidienne, en particulier dans la classe ouvrière. Protestants et catholiques vivent dans des zones distinctes, fréquentent des écoles différentes, suivent chacun leur culte, ne pratiquent pas les mêmes sports et ne se socialisent pas dans les mêmes lieux. Il existe peu d’espaces neutres, hormis les zones commerciales des villes principales. Les différences s’expriment également à travers le nom propre, l’adresse, l’école, voire les couleurs des vêtements. Chacune des deux communautés commémore des événements historiques différents, a sa propre mémoire historique et se refuse à partager le moindre symbole avec l’autre. Même les centres d’intérêt communs sont prétextes à la divergence. Le football, par exemple, est un sport largement suivi par les uns comme par les autres, mais tandis que les protestants supportent les équipes d’Irlande du Nord et les Glasgow Rangers, les catholiques supportent la République et le Celtic de Glasgow. En outre, porter le maillot de l’équipe qu’il ne faut pas, là où il ne le faut pas, peut mettre votre intégrité physique en péril. De tels antagonismes ne sont certes pas l’apanage de l’Irlande du Nord et sans doute n’existe-t-il aucune société dépourvue de ségrégation sociale ; mais ce qui frappe ici, c’est l’intensité de l’altérité.

4Pour les étrangers, la ségrégation transparaît avant tout dans l’environnement physique et les contrastes architecturaux. Dans une certaine mesure, c’est l’intégralité de l’espace social qui est fragmentée, divisée en fonction des activités et des revenus : entre les zones de travail et les zones résidentielles, entre les quartiers des classes moyennes et ceux des classes populaires. Nombreux sont ceux qui estiment que cette division fondée sur des zones définies par l’ethnie ou la race n’est pas sans évoquer la discrimination raciale caractéristique des États du Sud de l’Amérique profonde, voire l’apartheid d’Afrique du Sud. Toutefois, dans les endroits où les divisions ethniques tendent de plus en plus à dégénérer en conflits, la ségrégation peut apparaître comme une mesure positive, capable de prévenir les explosions de violence. Peut-être la spécificité de l’Irlande du Nord vient-elle de ce que les deux communautés semblent vivre dans la ségrégation de leur plein gré.

5Bien que l’État britannique ait largement tenu compte des problèmes de sécurité dans la définition de sa politique d’urbanisme, les divisions n’ont pas été simplement imposées aux communautés. Elles ont souvent été accueillies avec enthousiasme. La plupart des gens diraient sans doute que, idéalement, ils préféreraient vivre dans une société mélangée, mais que, étant donné les circonstances actuelles, davantage d’intégration ne serait guère possible et qu’on se sent par conséquent plus en sécurité en gardant l’autre à bonne distance. La ségrégation physique rassure face au risque de violence aveugle et aléatoire qui a dominé ces dernières années et crée des espaces dans lesquels les communautés peuvent redéfinir leur propre identité.

6Ce texte se propose d’examiner certains aspects des processus de division communautaire et de ségrégation qui se sont produits depuis quelques années en Irlande du Nord. On étudiera l’implication de divers groupes d’intérêt : les autorités civiles et militaires ; les groupes paramilitaires loyalistes et républicains ; les ordres protestants loyalistes et les groupes de quartier nationalistes. On s’intéressera à la manière dont chacun a activement pris part à la restructuration du paysage de Belfast. Il s’agira de démontrer que la construction du paysage social est un processus complexe. La ville est un entrelacs de centres d’intérêt, qui tranchent dans le vif des relations sociales. Aucun secteur, aucune classe ou communauté ne peut dominer à lui seul. Chacun a le pouvoir d’imposer son identité sur telle ou telle sphère ou zone, mais la totalité se ramène à un amalgame d’intérêts antagonistes. Selon la perspective adoptée, la ville revêt des apparences totalement dissemblables. On peut la voir comme un cauchemar de caméras, de barrières et de patrouilles militaires. Ou encore, comme un archipel de sanctuaires et/ou de citadelles assiégées. On peut la voir comme une jungle symbolique où seuls quelques rares initiés peuvent se retrouver. On peut enfin l’envisager comme un réseau de parcours de défilés censés commémorer les victoires et les défaites révolues. En réalité, la ville est tout cela à la fois, et bien d’autres choses encore. Les pages qui suivent se proposent d’explorer certaines de ces manières d’envisager la ville. Mais il serait évidemment impossible de rendre ici totalement compte de l’extraordinaire complexité du Belfast contemporain.

Une ville divisée

7Belfast est une ville fragmentée et divisée, une mosaïque complexe de communautés distinctes et franchement différenciées. Les zones résidentielles sont divisées en fonction de critères sociaux et religieux, l’espace étant fractionné de surcroît par des obstacles géographiques et des infrastructures industrielles. Au sud de Belfast Lough, dans la vallée du Lagan, chacun des quatre quartiers qui entourent le centre commerçant dispose de caractéristiques propres. A l’est de la rivière, la ville est très majoritairement protestante, à l’exception d’une petite enclave catholique, et cette zone offre à la vue un paysage dominé par le jaune vif des grues des chantiers navals Harland & Wolff, qui surplombent les rangées de maisons mitoyennes. Au sud du noyau commercial et administratif, se trouvent l’université et les quartiers plus opulents de Malone et Stranmillis, occupés par des classes moyennes, bien que les enclaves protestantes de Sandy Row et Donegall Pass restent fidèles au poste, ultime survivance de l’habitat ouvrier qui entourait jadis le centre-ville. Falls Road est l’axe principal de l’ouest de la ville, traversé de nombreuses rues dont les façades s’alignent jusqu’au pied des collines de Divis et de Black Mountain. L’ouest de Belfast évoque presque automatiquement le mouvement républicain, et c’est effectivement là que Sinn Fein a sa base politique. Toutefois cette circonscription comprend aussi la très farouchement loyaliste Shankill Road. Les communautés de Falls et Shankill ont longtemps vécu en se tournant le dos, avant même qu’elles ne soient physiquement séparées par une barrière de briques et d’acier, qu’on appelle localement une « ligne de paix ». Le nord de la ville est un patchwork de lotissements ouvriers avec quelques enclaves résiduelles de la classe moyenne, dont la fragmentation n’a fait qu’augmenter, ces dernières décennies. Les sites portuaires et industriels occupent l’espace gagné sur les berges du Lough, bien que les communautés qu’elles employaient autrefois aient été largement éparpillées. Les lotissements loyalistes s’accrochent aux terres plus basses le long de Shore Road, tandis qu’Antrim Road est l’épine dorsale des lotissements nationalistes. C’est dans cette partie de la ville que le fossé du sectarisme présente le plus de sinuosités, et là que la violence s’est bien souvent manifestée, et continue de le faire.

8La ségrégation ethnique ou religieuse faisait déjà partie de la vie à Belfast dès la première expansion de la ville, à la fin du xviiie siècle (Goldring 1991). Les catholiques, qui migraient massivement des zones rurales vers la ville alors en pleine expansion, étaient largement confinés dans la région des Falls, qui se trouvait alors hors de la ville proprement dite. La récurrence de périodes de violence religieuse à partir du milieu du xixe siècle figea ce schéma de développement urbain. Déjà en 1911, 41 % des catholiques et 62 % des protestants vivaient dans des rues dont plus de 90 % des habitants pratiquaient la même religion. La violence caractéristique des troubles ne fit que renforcer cette tendance à la fragmentation, d’autant que les émeutes, les menaces et la destruction se déroulaient largement dans les secteurs occupés par les classes populaires. On estime qu’entre 1969 et 1972 pratiquement 15 000 familles, soit environ 12 % de la population de Belfast, durent déménager en raison de la violence (Boal 1982). Ce mouvement fut particulièrement marqué dans les zones de résidence mixtes ainsi que dans les interfaces entre secteurs catholiques et protestants. La tendance à la ségrégation résidentielle s’en trouva encore renforcée au fur et à mesure que les gens cherchaient à se mettre à l’abri auprès de leurs coreligionnaires. On estime qu’en 1977 plus de 89 % des logements du secteur public étaient déjà ségrégés, et cette tendance n’a fait que s’accentuer depuis (Boal 1995). La violence politique demeure un facteur essentiel incitant à plus encore de ségrégation résidentielle. Néanmoins, les pouvoirs locaux et gouvernementaux ont également mis à profit les nécessités de redéveloppement et les programmes d’amélioration des routes pour encourager des relocalisations de communautés plus radicales encore, remodelant par là même l’agencément géographique de la ville. Des lotissements périphériques furent construits pour remplacer bon nombre de zones résidentielles du centre-ville et, bien qu’il y eût quelques tentatives pour créer de nouvelles communautés intégrées, la poursuite de la violence entraîna plutôt un renforcement de la ségrégation résidentielle. En règle générale, les communautés protestantes ont été relocalisées à la périphérie tandis que le centre-ville devenait majoritairement catholique (ibid.). Cependant, en raison du très fort attachement à leur territoire que manifestent de nombreuses communautés ouvrières, de tels remaniements ont plutôt alimenté le sentiment d’insécurité et intensifié les tensions, maintenant ainsi la spirale de la violence.

Planification défensive

9Pendant les années 1970 et 1980, les problèmes de sécurité sont devenus de plus en plus importants dans le programme de redéveloppement et en particulier des efforts ont été faits pour éloigner le centre commerçant des quartiers à problèmes. Les secteurs situés à l’ouest et au nord étaient reliés entre eux et au centre de la ville par un important réseau de rues résidentielles. Dans le passé, ces zones tampons entre les deux communautés furent le terrain d’un grand nombre des émeutes qui ont marqué ces cent cinquante dernières années, et ces affrontements sectaires pouvaient s’étendre jusqu’au noyau commercial (Boyd 1987). Quand la violence augmenta au début des années 1970, l’IRA resurgit et commença à piéger les voitures, visant surtout l’infrastructure commerciale de Belfast. La réponse initiale a été d’établir une « ceinture d’acier » autour du centre de la ville et d’en restreindre l’accès en installant des barrières de sécurité et des postes de contrôle sur toutes les routes menant au centre de la zone commerciale. Belfast ressemblait alors à une citadelle assiégée : les soldats inspectaient les véhicules, tous les piétons étaient fouillés et des caméras de surveillance furent introduites afin de protéger les biens et de renforcer la sécurité. Cependant, vers le milieu des années 1970, le gouvernement britannique commença à réviser sa stratégie ; on essaya de minimiser l’envergure de la guerre au Nord tout en donnant l’impression d’accepter ce qu’un ministre du gouvernement décrivit alors comme « un taux de violence acceptable ». Le conflit fut considéré comme un problème judiciaire et policier à échelle locale, et non plus comme un conflit politique. En conséquence, la police prit le pas sur l’armée et les paramilitaires emprisonnés perdirent leur statut politique. En même temps, on s’efforça de relancer l’économie et de donner l’apparence que la vie quotidienne se déroulait normalement malgré les attentats de l’ira (Cebulla & Smith 1995).

10Un des éléments clefs de cette stratégie de « planification défensive » consistait à réduire les mesures de sécurité dans le centre en confinant la violence et la visibilité des forces de sécurité dans les quartiers d’habitation. Cette stratégie se révéla partiellement efficace mais elle entraîna aussi un redéploiement urbanistique. L’aspect le plus remarquable de ce plan était la construction d’une grande route reliant les autoroutes au nord et au sud de la ville. Le projet initial de construire une route surélevée fut finalement abandonné en raison de la forte opposition de la population locale (Wiener 1980). « Westlink » finit par être creusé sous terre sur la majeure partie de son tracé et le fossé qui en résulta établit une barrière entre le centre de la ville et les quartiers nord et ouest. Cela ne fit que renforcer le morcellement qui régnait, créant une importante barrière physique entre de nombreuses zones loyalistes et nationalistes avoisinantes. Au lieu d’être reliés par un réseau de routes, les quartiers populaires du nord et de l’ouest se trouvaient ainsi isolés du centre de la ville, de sorte qu’on ne pouvait plus y accéder que par quelques artères principales surveillées par des véhicules de la police ou de l’armée placés de manière stratégique. Le centre de la ville se trouvait ainsi relativement isolé des quartiers les plus pauvres et les plus instables. La démilitarisation du cœur de la ville contribua également à renforcer l’idée que les activités commerciales et administratives étaient neutres et impartiales. On se mit à considérer le centre-ville comme un espace détaché et éloigné du conflit sectaire, idée renforcée par l’absence de toute manifestation extérieure sous forme d’affichage ou de slogan politique ou religieux. La vie économique put ainsi suivre son cours normal, les affaires commencèrent à prospérer sans qu’on se soucie outre mesure des quelques rares délinquants.

11A mesure que le centre-ville allait vers sa renaissance et sa normalisation, les quartiers ouvriers étaient de plus en plus affectés par des problèmes de sécurité, de plus en plus contrôlés et divisés par des obstacles physiques, des « zones » et des « lignes de paix » officielles. On réglementa l’accès des véhicules d’un quartier à un autre. De telles mesures impliquaient parfois la présence de véritables grilles en métal pour barrer les rues. A d’autres endroits, il y avait des barrières basses pouvant être fermées si jamais la situation générale se détériorait. Les allées et venues entre les différents quartiers populaires étaient facilitées par le plan des rues datant de l’ère victorienne. Dans les années 1970, de nombreux attentats aveugles et meurtriers furent commis par des paramilitaires qui tiraient au hasard dans les quartiers voisins d’un véhicule en marche. Les barrières limitèrent le nombre de trajets possibles d’un quartier à l’autre et obligèrent les gens à circuler sur les grands axes, plus facilement contrôlés par la police. En détruisant ces réseaux et en créant des itinéraires de contournement ainsi que des voies sans issue, on voulait réduire ce genre de fusillades mais aussi faciliter le travail des forces de l’ordre : d’une part poursuivre les terroristes et, d’autre part, fermer les quartiers afin de procéder à des fouilles systématiques.

12Au début des troubles, la mise à feu des habitations et l’installation de barricades renforcèrent le clivage entre les deux religions et confirma l’opposition qui existait entre deux identités ethniques ancrées dans des quartiers voisins. Désolation et destruction devinrent la norme dans ces zones frontières comme elles l’avaient été dans le centre-ville. Mais, afin de parer à cette progression de la violence, on érigea des « lignes de paix » permanentes et plus élaborées, divisant rues et quartiers. Ce sont les autorités civiles et militaires qui sont à l’origine de cette action, cherchant ainsi à réduire le nombre d’attaques de part et d’autre des zones « frontières ». Mais il est clair que de telles actions ont eu le soutien des habitants de ces quartiers, qui voyaient dans ces obstacles physiques le garant d’un certain sentiment de sécurité. La première ligne de sécurité fut créée entre le quartier catholique Clonard de Lower Falls et les quartiers protestants Shankill en 1969 (Conroy 1988). Depuis cette époque, le nombre de ces « lignes de paix » n’a cessé d’augmenter et à l’heure actuelle il en existe dix-sept, reconnues par les autorités. Le jour même où l’ira proclama son cessez-le-feu en 1994, on commença la construction d’un des murs les plus longs et les plus élaborés dans le quartier Upper Falls situé à West Belfast, et on a continué à construire de nouveaux obstacles pendant tout le processus de paix. Le plus curieux d’entre eux est peut-être le grillage qui sépare l’un des parcs de North Belfast en deux moitiés : le côté catholique et le côté protestant. Les premières barrières étaient faites de barbelés et de tôle ondulée, mais au cours des années, leur apparence a évolué tandis que des éléments esthétiques ont été intégrés dans leur architecture. Les constructions récentes sont aujourd’hui de vrais murs de briques, avec des dessins abstraits de plusieurs couleurs. On trouve aussi souvent des grillages peints et ornementés. De nombreux murs sont dissimulés derrière des arbres, des arbustes ou des plantes. La verdure permet d’adoucir l’aspect brutal de ces obstacles physiques et de dissimuler la permanence de ces séparations dans le paysage. Dans certains secteurs de la ville, là où les rues étaient bordées de maisons, on les dissimule maintenant derrière des murailles de briques, et les constructions récentes ne sont visibles qu’au-delà des rangées additionnelles de grillages et d’arbres. Ces changements dans la physionomie de la ville proviennent de ce que les deux communautés se tournent de plus en plus le dos, chacun ne traitant qu’avec ses coreligionnaires.

13Alors que de telles mesures visent à contrôler et contenir la violence, ces structures permanentes ont contribué à institutionnaliser davantage la séparation des deux communautés. De telles actions procurent certes un sentiment de sécurité et rassurent la population locale, mais elles renforcent également cette mentalité « d’état de siège » qui domine la conscience des habitants d’Ulster depuis la colonisation et les guerres de Guillaume d’Orange au xviie siècle. Ces barrières s’imposent à la vue et concrétisent une distanciation qui autrement se limiterait à des événements circonscrits et à des pratiques moins tangibles. Elles rendent également manifeste la réalité de la différence sectaire, que d’aucuns seraient tentés de nier. Il y a certes bien longtemps qu’on a recours à la ségrégation en réponse à la violence sectaire. Autrefois, cependant, il existait une certaine oscillation entre les périodes difficiles au cours desquelles les différences étaient exacerbées, et celles, plus calmes, qui voyaient revenir un certain degré de réintégration. Aujourd’hui, le caractère permanent des lignes de paix et la facilité avec laquelle la planification défensive a été acceptée dans le cadre du redéveloppement urbain en disent long sur le pessimisme du regard qui est désormais porté sur l’épineux problème des divisions intercommunautaires.

Peindre la résistance

14Aussi bien le redéveloppement urbain que les mesures de sécurité ont transformé la ville de manière spectaculaire. Toutefois, les modifications apportées à l’environnement physique ne l’ont pas été uniquement par la main de l’État. Les divisions sectaires et la violence politique ont aussi généré bon nombre de réponses populaires dont l’impact sur le tissu urbain a été tout aussi radical. Tandis que l’État cherchait à imprimer sa marque sur les secteurs populaires afin de contrôler la violence politique, les populations locales, de leur côté, exprimaient leur propre vision du conflit au moyen de productions graphiques qui offraient une perspective alternative sur la nature des troubles. Selon James Scott (1990), les individus et les communautés trouvent toujours le moyen de défier et même de contrer les mesures prises par la société. Parfois, cela se fait dans la discrétion et la subtilité, mais parfois, les stratégies déployées sont plus ostensibles, alimentées qu’elles sont par un sentiment de puissance et de confiance gagnées au fur et à mesure que se prolonge le combat. Les communautés encloses et ségrégées de Belfast peuvent être perçues comme le produit d’une stratégie de l’État qui espérait contenir et contrôler ses adversaires, mais les barrières peuvent aussi servir à protéger par le biais de l’exclusion. Beaucoup des communautés ont été obligées de se replier sur elles-mêmes et si d’un certain point de vue on peut les voir comme des enclaves assiégées, une autre perspective permet de les envisager comme autant de sanctuaires (Feldman 1991). Ces zones sanctuaires peuvent être définies comme des espaces relativement sûrs au sein desquels la communauté peut se redéfinir et se renouveler en paix et plus ou moins librement, continuant ainsi à développer et étendre ses stratégies de lutte et de résistance. Les dispositifs sécuritaires comprennent des barrières, des enclos, des postes de police fortifiés, des caméras et des dispositifs d’écoute. Parallèlement à cela, la population des quartiers apporte sa propre réponse architecturale à la violence : elle utilise les murs et les immeubles pour afficher ses propres convictions politiques et idéologiques.

15Les zones d’interface entre les différentes micro-communautés imposent en effet un véritable choc chromatique à qui s’en approche ou les traverse. D’un bout à l’autre de la ville, l’identité ethnique s’affiche par l’étalage symbolique des couleurs nationales : les bords des trottoirs, les lampadaires et autres éléments de voirie sont recouverts de peinture soit rouge, blanche et bleue, soit verte, blanche et orange. Outre ces codes chromatiques simples, se trouvent aussi des représentations plus complètes de drapeaux, ainsi que des graffiti fort peu avenants pour la plupart. Cependant, les manifestations graphiques les plus élaborées et les messages politiques les plus explicites se trouvent dans les peintures murales qui ornent de nombreuses maisons. Un visiteur occasionnel ou quelqu’un situé dans une zone neutre n’aura guère l’occasion de les apercevoir : la plupart ne sont accessibles qu’à ceux qui s’aventurent au cœur même des quartiers. Cela s’explique en partie par le risque évident qu’on encourt à afficher des slogans politiques dans des sites exposés : un jeune homme a récemment été tué alors qu’il peignait des graffiti. Il est toutefois probable que le facteur déterminant de l’emplacement des peintures murales se trouve plutôt dans le fait qu’il s’agit d’objets servant à confirmer, consolider et exprimer des idées déjà partagées plutôt qu’à défier celles qui ont cours dans l’autre communauté. Les fresques sont devenues l’indice visuel le plus représentatif des troubles, et l’icone par excellence du Belfast contemporain, aussi bien pour les journalistes que pour les reporters de télévision, les réalisateurs de films, voire, depuis peu, pour les touristes (Jarman 1996, 1998). Cela étant, elles faisaient déjà partie de la vie de Belfast au tout début du xxe siècle. Ce genre de peintures se mit d’abord à apparaître dans les secteurs protestants de la ville, peu avant la Première Guerre mondiale, avec l’apogée de la crise du Home Rule. La coutume connut un certain déclin au cours des années 1960 et 1970, mais revint en force après les grèves de la faim des républicains de 1981. L’apparition d’un corpus de fresques républicaines agit comme un catalyseur sur les peintres loyalistes, qui se mirent à produire de nouvelles œuvres puisant leur inspiration dans des sujets plus contemporains. L’intensité fébrile des années 1980 ne s’est pas maintenue, mais la qualité des œuvres s’est améliorée, et la variété des styles et des sujets continue de s’étendre. De nouvelles fresques murales viennent, chaque année, alimenter le stock de Belfast, qui dépasse déjà les cent cinquante (Jarman 1997 ; Rolston 1991).

16Les fresques des républicains et des loyalistes dépeignent des idéaux politiques très différents mais les thèmes et même les images présentent parfois des ressemblances frappantes. Les fresques loyalistes se répartissent en deux grands groupes ; le premier inclut les thèmes hérités de la tradition d’Orange, le second, les représentations de groupes paramilitaires actuels. Les partisans de la tradition d’Orange représentent volontiers le roi Guillaume III, qui mena les troupes protestantes à la bataille de Boyne en 1690, ainsi que les thèmes de la Couronne et de la Bible, qui symbolisent la loyauté des protestants envers la monarchie britannique. Ce genre d’images occupait le devant de la scène jusqu’aux années 1980, mais depuis lors les fresques loyalistes se sont mises à puiser majoritairement leur inspiration dans l’imagerie symbolique des groupes paramilitaires : l’Ulster Defence Association et son bras armé, les Ulster Freedom Fighters, l’Ulster Volunteer Force et les Red Hand Commando. Les images historiques reflètent la continuité avec les intérêts et les héros traditionnels de l’Union, tandis que les groupes paramilitaires et leurs fresques dérivent en ligne directe des troubles contemporains. Néanmoins, les paramilitaires utilisent également leurs fresques pour tisser un lien avec les unionistes d’antan et leurs traditions de résistance armée contre le Home Rule. L’uvf prétend découler de l’organisation éponyme fondée en 1912 et se veut fidèle à la 36e division d’Ulster qui participa à la bataille de la Somme en 1916. L’uda, en l’absence de filiation légitime, s’est approprié le symbole de la main rouge d’Ulster qu’elle reproduit sur toutes sortes de drapeaux et d’emblèmes héraldiques afin de s’inscrire dans une tradition d’autodéfense populaire et communautaire. Bien que la légitimation historique soit une des préoccupations clefs de ces fresques, celles-ci affichent aussi de manière tout ce qu’il y a de plus directe le potentiel militaire des organisations en question. Des hommes encagoulés et armés demeurent une thématique prépondérante des fresques, comme pour mieux rappeler que même après trois années de cessez-le-feu, les organisations paramilitaires rôdent toujours dans l’ombre, prêtes à intervenir si la moindre menace venait à peser sur leur communauté locale ou sur le statut constitutionnel de l’Ulster (Jarman 1997).

17Ces représentations paramilitaires comportent rarement des messages politiques ou idéologiques explicites, exception faite de la menace de représailles violentes adressée aux adversaires de la cause. Certains des emplacements où on les trouve semblent cependant avoir été choisis afin de mieux souligner le lien avec les icones traditionnels de l’orangisme. La longue série de fresques qui orne le bas de Shankill Road en est un des exemples les plus flagrants. Sept grandes peintures représentent les thèmes orangistes traditionnels tels que le roi Guillaume, la Couronne et la Bible et divers drapeaux d’Ulster, entre autres symboles, mais à côté ont été rajoutées quatre fresques paramilitaires, de taille plus réduite, où des combattants masqués affirment : « Nous n’accepterons jamais une Irlande unifiée – L’Ulster continue de dire “Non”. » Chacune de ces onze peintures constitue une entité propre, mais lorsqu’on les voit toutes ensemble, force est de reconnaître qu’elles sont fortement interconnectées. Dans de telles séquences, les symboles traditionnels de l’ordre d’Orange, qui incarne la stabilité institutionnelle et religieuse, se voient annexées par les groupes paramilitaires. L’orangisme a toujours manifesté une certaine ambivalence dans ses relations avec l’Etat britannique, sinon avec la Couronne, mais s’est toujours opposé à l’usage de la violence, du moins publiquement. Cependant, les auteurs des fresques ont opéré un véritable détournement thématique, occultant ce qui apparaît lors des défilés orangistes (la glorification des libertés civiles et religieuses, la célébration des victoires historiques) au profit de l’affirmation de la légitimité de l’action armée et du pouvoir militaire. Il ne s’agit pas, en l’occurrence, d’une imagerie contemporaine venant se substituer à une autre plus ancienne, mais plutôt, de par leur conjonction sur un même mur, d’une extension remarquable de leur signification.

18Les fresques républicaines puisent leur inspiration dans la résistance du Sinn Féin et de l’ira contre la présence britannique en Irlande. Si elles diffèrent des œuvres loyalistes en ce qu’elles reflètent plus volontiers des thèmes politiques contemporains, elles présentent cependant de nombreux points communs avec elles. Beaucoup d’entre elles cherchent simplement à légitimer la lutte armée en présentant les membres de l’ira comme les héritiers de l’effort militaire qui aboutit à libérer partiellement l’Irlande de la domination coloniale britannique en 1921. Les meneurs du Soulèvement de Pâques constituent des sujets favoris dans les zones nationalistes, au même titre que le roi Guillaume dans les zones loyalistes. Mais les volontaires contemporains de l’ira ont également pris place à côté des héros républicains sur les murs de Belfast, comme pour mieux illustrer la continuité de leurs luttes. Bobby Sands et les autres victimes des fameuses grèves de la faim constituent des exemples parfaits : ils incarnent la figure emblématique du guerrier héroïque sacrifiant son existence pour l’Irlande. Lors des grèves de la faim, de nombreuses fresques nationalistes puisaient dans l’iconographie du catholicisme romain, utilisant l’apparence misérable des grévistes usés par des années de prison pour établir une analogie visuelle avec Jésus-Christ. Alors même que l’Église tentait de mettre un terme à la grève, les fresques s’efforçaient d’amalgamer le support populaire envers les grévistes avec des sentiments religieux plus généraux, faisant ainsi coïncider les deux piliers idéologiques de la Croix et du fusil de manière tout à fait similaire à celle adoptée par les paramilitaires loyalistes. Ainsi, bien que leurs revendications politiques se situent aux antipodes les unes des autres, les deux communautés se rejoignent du moins par la similitude de leur rhétorique paramilitaire.

19Le cessez-le-feu d’août 1994 n’a pas entraîné le déclin des peintures murales à Belfast. Tandis que les peintres loyalistes se contentaient d’insister sur le fait que les forces paramilitaires étaient toujours là, les fresques républicaines se sont mises à ratisser un peu plus large en matière d’expression de l’identité culturelle et politique. Au cours des trois années qui ont suivi le cessez-le-feu, les thèmes traditionnels des fresques républicaines ne se sont guère fait voir, il n’y eut pour ainsi dire aucune allusion graphique à l’ira, ni aucune référence au Soulèvement de Pâques. Au lieu de cela, on insista sur la communauté culturelle nationaliste, une attention particulière étant accordée au rôle joué par les femmes lors des mouvements de résistance aux injustices de l’ordre colonial. Cela ressort de façon particulièrement claire d’une série de quinze fresques qui furent peintes à travers la ville à l’occasion de la célébration du cent cinquantième anniversaire de la famine en Irlande. La majorité de ces images mettait l’accent sur la contribution essentielle de la figure de la mère à la survie de la famille, et par extension, de la culture irlandaise en général. On voit également des peintures mettant l’accent sur le rôle des femmes dans le contexte plus global des luttes politiques lors de la période des troubles (Aretxaga 1997). La thématique s’est également élargie pour inclure la dimension culturelle du nationalisme irlandais, et en particulier ceux de ses aspects qui permettent de la différencier de la culture britannique. Des motifs liés à la langue irlandaise ou au style celtique ont souvent figuré en conjonction avec des références au mouvement républicain, mais depuis 1994, on les trouve de plus en plus souvent en complément d’images héroïques de guerriers celtes, de scènes de la mythologie celtique ou de la célébration d’événements musicaux ou sportifs proprement irlandais. Tandis que le Sinn Féin cherchait à se reconvertir en parti politique officiel, les peintres muraux républicains se délestaient de même de la rhétorique du fusil, insistant plutôt sur la spécificité des racines culturelles de leur communauté. Tout se passe comme s’ils avaient, à dessein, voulu plaquer leur histoire sur les contours physiques de la ville.

20Bien que les images murales rendent patentes les différences essentielles qui opposent les deux communautés en matière de foi, de culture et de loyauté, leurs façons d’agir n’en restent pas moins similaires, en raison de l’équivalence structurelle de leur position commune en tant que communautés marginalisées de la classe ouvrière. Les fresques murales et autres décorations de rue sont des réponses critiques face à des normes et valeurs imposées de manière autoritaire. Lorsque les troubles apparurent, ce n’étaient pas les barricades mais bien les paramilitaires qui protégeaient physiquement chacun des espaces sanctuaires. Quand les autorités tentèrent de regagner le contrôle et de réintégrer les zones interdites dans l’espace étatique, les lignes de paix furent utilisées pour démarquer l’interface entre des sanctuaires opposés. Mais tout en fournissant un abri contre les excès de violence, le cœur des quartiers offrait aussi la possibilité de se rassurer quant au bien-fondé de son propre credo dans le concert des idéologies en compétition. A mesure que la présence paramilitaire se faisait moins visible, il ne restait que les briques et le mortier pour réaffirmer sa permanence et clamer bien haut soit qu’il n’y aurait « pas de reddition » (No surrender), soit que « notre jour viendra » (Tiochfaidh Ar La). Les communautés loyalistes et nationalistes ont beau affirmer leurs différences fondamentales, elles ont en commun de connaître une opposition entre classes sociales. Outre leur statut de havres de paix, les quartiers se distinguent aussi par leur éloignement des zones neutres de la ville où le commerce continue de se dérouler normalement. Ils s’insèrent dans un schéma d’urbanisme opposant des régions de front et d’arrière, associées à des pratiques d’enfermement et d’ouverture à travers lesquelles les groupes les moins puissants résistent aux idéologies orthodoxes dominantes. L’appropriation par des paramilitaires loyalistes des symboles et des icones de l’orangisme des classes moyennes revient en fait au même que l’utilisation par les républicains de l’imagerie de la crucifixion et de l’Église catholique romaine. Dans les deux cas, on reconnaît que, s’il est certes impossible de rompre totalement avec la tradition, on peut néanmoins lui imposer de nouvelles significations, afin de mieux coller aux temps qui changent. Ce qui se passe dans les quartiers se déploie donc sur deux niveaux entrecroisés, l’un structuré par l’appartenance confessionnelle, l’autre par la classe sociale. Ces parallèles structurels pourraient bien fournir un jour le lien qui permettrait de réunir enfin les communautés divisées. Actuellement, cependant, les seules passerelles en voie d’élaboration ne rapprochent que ceux des fragments qu’unit déjà une foi commune.

Réunir les fragments

21Les défilés commémoratifs qui ont lieu annuellement dans toute la province fournissent une des principales motivations pour renouveler ou étendre le déploiement graphique du nationalisme. Bien que le point culminant de la « saison des défilés » soit en juillet et août, ceux-ci commencent à Pâques au moment où le Parti républicain commémore le soulèvement de 1916, et se poursuivent jusqu’en décembre, lorsque les compagnons (apprentice boys) célèbrent le début du siège de Derry en 1688. Chaque année, trois mille défilés ont lieu en Irlande du Nord, la grande majorité organisée par l’ordre protestant d’Orange et les organisations affiliées. L’ordre d’Orange fut fondé en 1795 par des paysans et des tisserands protestants que préoccupait l’accroissement de la population catholique dans l’Armagh rural, alors au cœur du développement industriel de l’Ulster. L’ordre devint vite une alliance faisant fi des barrières sociales, qui se proposait de défendre l’Ascendance en Irlande et tout particulièrement les intérêts protestants en Ulster (Gibbon 1975). Cette alliance survit à travers l’ordre d’Orange depuis plus de deux cents ans et l’organisation compte aujourd’hui environ 45 000 membres irlandais.

22Les défilés occupaient déjà une place importante dans la vie irlandaise avant la fondation de l’ordre d’Orange. A peine créé, celui-ci s’empressa d’en organiser pour commémorer chaque année, au début de juillet, la victoire de Guillaume III à la bataille de Boyne. Cette coutume de défiler afin de célébrer les anniversaires importants s’est maintenue et même étendue au cours des deux siècles précédents, mais le 12 juillet, date anniversaire de Boyne, reste le temps fort du calendrier de l’Ordre. C’est un jour férié et des défilés sont organisés en dix-huit lieux différents à travers la province. Le plus important se déroule à Belfast, où l’on estime qu’environ quinze mille personnes y participent chaque année. Les opérations se déroulent de manière quasi militaire : il existe plus d’une centaine de loges orangistes, et chacune défile en ordre derrière ses officiers et ses porte-couleurs pourvus d’une bannière de soie arborant des peintures sophistiquées qui évoquent la foi protestante ou l’histoire de l’Ulster (Jarman 1997). Après les porte-couleurs, viennent les membres de la loge, chacun vêtu de son plus beau costume, recouvert de la traditionnelle écharpe orange, dont l’origine remonte au vêtement militaire du xviie siècle. Beaucoup d’hommes portent aussi des chapeaux melon, des gants blancs et des parapluies, suivant une coutume remontant au début du xxe siècle et destinée à marquer son allégeance envers Londres. La plupart des loges sont également précédées d’une fanfare dont les flûtes et les tambours contribuent largement à animer l’événement. Les fanfares sont indépendantes de l’Ordre, et peuvent être affiliées à l’un des groupes paramilitaires, comme l’indiquent souvent leurs propres bannières et les inscriptions qui ornent leurs tambours, ce qui offre un contraste pour le moins incongru avec les images bibliques figurant sur les bannières de l’ordre d’Orange. En plus de ceux qui défilent, les rues sont remplies de milliers de spectateurs : ceux qui sont soit trop jeunes soit trop vieux pour défiler, ainsi que les femmes qui ne peuvent être membres de l’ordre d’Orange. Le défilé commence tôt, le 12 au matin. Les hommes d’Orange se rassemblent dans leur quartiers généraux respectifs avant de défiler jusqu’au point de rassemblement principal, au nord du centre-ville. Puis ils traversent celui-ci, déposant au passage une couronne au cénotaphe. Se dirigeant vers le sud, ils sortent alors de la ville vers leur destination finale, à Edenderry, situé à environ neuf kilomètres de là. Une pause de deux heures permet de déjeuner à The Field, on rend les grâces, puis, lors d’une réunion publique, on réaffirme sa loyauté à la Couronne et sa volonté de résistance à tout changement politique. Les hommes repartent ensuite en sens inverse, en direction du centre-ville. L’alcool aidant, l’ambiance détendue et joyeuse du retour contraste avec celle, nettement plus grave, du défilé du matin. Les festivités atteignent leur summum au moment où les hommes sont accueillis par des milliers de spectateurs assemblés le long du trajet. La journée se termine par un nombre incalculable de fêtes privées, chez les particuliers ou dans les clubs de toute la ville.

23La journée du 12 juillet concerne exclusivement les loyalistes, qui mettent cette date à profit pour célébrer trois siècles de vertueuse souveraineté protestante en Irlande. Les catholiques sont, ce jour-là, exclus, non seulement des festivités mais encore de la ville même, qui est à cette occasion entièrement fermée et reste vide une fois le défilé passé. Le trajet emprunté par le défilé évite autant que possible les zones nationalistes, mais lorsqu’il s’en approche malgré tout, une forte présence militaire est assurée. La circulation est interdite, et les habitants maintenus derrière des barrières de haute sécurité. Dans les zones nationalistes, on prend des mesures moins extrêmes, mais la sécurité n’en n’est pas moins renforcée et on décourage fortement les gens de s’aventurer au-dehors. Ainsi, tandis qu’on permet à la fraction dominante de la population d’occuper le cœur de la ville, l’autre se trouve confinée à résidence par l’érection des barrières sectaires. En temps normal, le centre-ville est une zone exclusivement commerçante, dépourvue de toute propagande politique. Le 12 juillet, il se produit exactement l’inverse : tous les commerces sont fermés et l’espace public se voit envahi par des orangistes qui affichent ostensiblement leurs sentiments unionistes et loyalistes. Bien que l’Ordre se présente comme une entité avant tout religieuse ayant pour principale vocation de fédérer toutes les sectes de la communauté protestante, l’organisation est en fait depuis les origines profondément enracinée dans la vie politique irlandaise. Depuis 1920, à quelques très rares exceptions près, tout les parlementaires unionistes ont été orangistes (Farrell 1976).

24Le fait de défiler et d’occuper le centre de Belfast sert à réaffirmer la domination protestante sur cet espace ainsi que la prédominance des valeurs religieuses sur les pratiques commerciales et administratives qui y règnent normalement, et sont, pour leur part, dépourvues de toute coloration sectaire et politique. Bien que cette affirmation du contrôle territorial constitue un aspect important des défilés orangistes, tout comme pour les fresques murales, il s’agit moins ici de se confronter à l’Autre que de l’ignorer. Les défilés du 12 juillet sont égocentriques, ayant pour vocation de réaffirmer l’unité du peuple protestant. Les bannières que brandissent les orangistes refusent d’évoquer les questions politiques contemporaines ou les événements récents. Elles revendiquent plutôt des droits et, par la citation de préceptes bibliques, rappellent la nécessité d’une vigilance constante. Tout en étant par essence une affirmation de la suprématie du pouvoir protestant, le défilé est également un acte symbolique de réunification au cours duquel le visage fragmenté de Belfast est reconstitué et réunifié. L’ordre d’Orange constitue une structure tout à la fois décentralisée et hiérarchique. Les loges particulières se regroupent en districts, eux-mêmes fédérés à l’échelle du comté et ensuite au niveau national, dans la grande loge d’Orange d’Irlande. Bien qu’il soit possible, à titre individuel, d’intégrer n’importe quelle loge, celle dont on devient membre comprend généralement déjà des gens auxquels on est lié par des liens de famille, de travail ou de résidence. Lorsque les orangistes défilent, ce n’est pas en tant qu’individus, mais en tant que membres d’une loge, elle-même insérée dans une structure plus vaste. Le défilé lui-même peut être interprété comme un rassemblement symbolique des communautés protestantes morcelées de Belfast, dans lequel les composantes individuelles sont autant de synecdoques topographiques. Les espaces socialement et physiquement éclatés de la ville sont réunifiés en cette journée et c’est en tant qu’unité constituée que les orangistes réaffirment leur pouvoir sur la ville de Belfast. Un processus similaire a lieu dans tout le reste de la province, chacun des dix-huit autre défilés se voulant un acte d’unité et d’égalité qui se manifeste à travers une recolonisation de la terre d’Ulster.

25Cependant, plutôt que de souligner et de confirmer des frontières et des interfaces préexistantes, les défilés des orangistes s’évertuent à les ignorer. Ils considèrent en effet qu’à l’intérieur des frontières d’Irlande du Nord, les protestants ne sauraient être exclus d’aucun lieu. Depuis 1995, le processus de paix extrêmement fragile est mis en péril par les revendications des orangistes qui exigent le maintien de leurs trajets de défilé « traditionnels ». Ces querelles découlent dans une large mesure du fait que l’espace de Belfast, comme celui de quelques autres villes, a récemment subi une intensification de sa fragmentation sectaire. A mesure que les quartiers mixtes disparaissaient, que la ségrégation résidentielle s’accroissait, que les frontières entre les zones se renforçaient, les habitants des quartiers nationalistes affirmaient leur autorité sur leur secteurs. Dans ce contexte, ils ont tenté d’empêcher les défilés orangistes, exigeant que leurs trajets soient détournés et empruntent d’autres axes. Les orangistes considèrent que le droit de défiler sur leurs parcours traditionnels est l’expression élémentaire de leur identité culturelle ainsi qu’un droit civique fondamental. Cependant, les nationalistes voient les défilés comme autant de manifestations triomphales ne servant qu’à exacerber l’écart de pouvoir entre les deux communautés. Cela vient du fait que, alors que les loyalistes semblent libres de défiler où et quand bon leur semble, les nationalistes ont vu leurs droits à défiler sévèrement restreints ; ce n’est d’ailleurs qu’en 1993 qu’ils ont obtenu celui de défiler dans le centre de Belfast (Jarman 1993). Les deux communautés ethniques étant de plus en plus séparées et repliées sur elles-mêmes, le fossé politique qui les divise s’est accru. Il n’existe aucun symbole commun, peu d’aspirations partagées, de sympathie ou de tolérance pour l’Autre. Les défilés demeurent un moyen pour la communauté loyaliste d’exprimer son unité, mais les communautés nationalistes morcelées les utilisent également en vue de leur propre unification. Les prises de position pour ou contre le droit de défiler permettent ainsi de poursuivre la lutte durant les périodes de cessez-le-feu. Beaucoup considèrent que ces querelles autour de la question des défilés ne servent guère qu’à souligner les changements de structure qui ont récemment affecté la ville, exposant au grand jour l’intensification, depuis quelques années, de sa fragmentation.

En conclusion

26Ce texte a examiné certains des procédés mis en œuvre par les différents groupes d’intérêt pour construire et utiliser le tissu urbain. Nous nous sommes également intéressé à la manière dont des facettes diversement constituées du paysage architectural s’entrecroisent et dépendent les unes des autres. Les écrits consacrés à ces sujets, qu’ils soient théoriques ou descriptifs, ont généralement mis l’accent sur le rôle dominant du capital industriel, envisagé comme agent de la création d’un paysage, qui est nécessairement fragmenté, homogénéisé et hiérarchisé (Davis 1990 ; Harvey 1989 ; Shields 1991 ; Soja 1989). Cependant, ces processus méritent aussi d’être envisagés sous l’angle des individus et des communautés qui occupent ces espaces en les interprétant, en s’y adaptant, mais aussi en les défiant et en les redéfinissant. Dans mon étude sur les transformations survenues à Belfast, j’ai délibérément ignoré les facteurs économiques qui sous-tendent l’organisation spatiale et me suis plutôt concentré sur l’importance des pratiques politiques, symboliques et culturelles. Ce qui caractérise l’Irlande du Nord, c’est moins l’existence des pratiques de confinement et de surveillance, de résistance et de redéfinitions, que leur intensité, leur concentration et leur visibilité. Beaucoup des stratégies mises en œuvre par l’État et par les forces de sécurité en Irlande ont depuis lors été utilisées ailleurs en Grande-Bretagne, tandis que des actes de résistance comparables, depuis les barricades jusqu’à l’art mural sophistiqué, ont pareillement été utilisés en retour. Ce qui est unique en Irlande du Nord, c’est la prédominance continuelle des divisions sectaires aujourd’hui profondément enracinées dans la réalité physique. Les lignes de paix ont peut-être une utilité comme palliatifs à court terme et procurent sans doute quelque sécurité pour certains, mais elles servent surtout à renforcer les divisions.

27Bien que les deux communautés ethniques dominantes soient divisées par leurs aspirations politiques, leur réaction à la violence et au conflit a toujours été identique. Chacune a similairement remis en question et redéfini les normes de l’autorité traditionnelle des classes moyennes, telle qu’elle s’exprime à travers les partis politiques et des structures telles que l’ordre d’Orange et l’Église catholique romaine. Dans les deux communautés, les organisations – qui sont autant d’instruments servant à exprimer les nouvelles valeurs – se révèlent des acteurs essentiels dans les tentatives actuelles de trouver des solutions à long terme aux problèmes des loyautés divisées. Le facteur clef de la quête d’une solution pacifique aux troubles a été l’émergence du Sinn Féin et des partis loyalistes Progressive Unionist Party et Ulster Democratic Party, en tant que représentants politiques des organisations paramilitaires, mais aussi des habitants des communautés ouvrières fragmentées. Tout en restant divisées par leur foi et leur allégeance nationale, ces communautés sont unies, par leur classe sociale commune et par leur rapport à l’État, aux forces de sécurité et aux partis politiques officiels. Paradoxalement, s’il existe un espoir de créer des passerelles et de faire tomber des barrières plutôt que d’en construire de nouvelles, sans doute surgira-t-il de la base et du cœur éclaté des zones sanctuaires, plutôt que d’une pression imposée de l’extérieur.

Bibliographie

References bibliographiques

Aretxaga, B. 1997. Shattering Silence. Women, Nationalism, and Political Subjectivity in Northern Ireland, Princetown, Princetown University Press.

Boal, F.-W. 1982. « Segregating and Mixing, Space and Residence in Belfast », in F.-W. Boal & J.N.H. Douglas (éds), Integration and Division. Geographical Perspectives on the Northern Ireland Problem, Londres, Academic Press.

– 1995. Shaping a City. Belfast in the Late Twentieth Century, Belfast, Institute of Irish Studies.

Boyd, A. 1987. Holy War in Belfast, Belfast. Pretani Press.

Boyd, A.-D. & M. Kenney. 1995. Negotiating Identity. Rhetoric, Metaphor and Social Drama in Northern Ireland, Washington, Smithsonian Institute Press.

Cebulla, A. & J. Smith. 1995. « Industrial Collapse and Post-Fordist Overdetermination of Belfast », in P. Shirlow (éd.), Development Ireland. Contemporary Issues, Londres, Pluto Press.

Conroy, J. 1988. War as a Way of Life. A Belfast Diary, Londres. Heinemann.

Davis, M. 1990. Northern Ireland. The Orange State, Londres, Pluto Press.

Farrell, M. 1976. Northern Ireland: the Orange State, Londres, Pluto Press.

Feldman, A. 1991. Formations of Violence, The Narrative of the Body and Political Terror in Northern Ireland, Chicago, University of Chicago Press.

Gibbon, P. 1975. The Origins of Ulster Unionism, Manchester, Manchester University Press.

Goldring, M. 1991. Belfast. From Loyalty to Rebellion, Londres, Lawrence and Wishart.

Harvey, D. 1989. The Urban Experience, Oxford, Basil Blackwell.

Jarman, N. 1993. « Intersecting Belfast », in B. Bender (éd.), Landscape. Politics and Perspectives, Oxford, Berg.

– 1996. « Violent Land. Dramatizing the Troubles and the Landscape of Ulster », Journal of Material Culture, vol. I, n° 1.

– 1997. Material Conflicts. Parades and Visual Displays in Northern Ireland, Oxford, Berg.

– 1998. « Painting the Streets. The Place of Murals in the Symbolic-Construction of Urban Space », in A.-D. Buckley (éd.), Symbols in Northern Ireland, Belfast, Institute of Irish Studies.

Rolston, B. 1991. Politics and Painting. Murals and Conflict in Northern Ireland, Londres/Toronto, Associated University Presses.

Scott, J. 1990. Domination and the Arts of Resistance, New Haven, Yale University Press.

Shields, R. 1991. Places on the Margin, Londres, Routledge.

Soja, E.-W. 1989. Postmodern Geographies. The Reassertion of Space in Critical Social Theory, Londres, Verso.

Wiener, R. 1980. The Rape and Plunder of the Shandill. Community Action: the Belfast Experience, Belfast, Farset Press.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable