Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Limites floues, frontières vives

 | 
Christian Bromberger
, 
Alain Morel

V. Frontières vives d’aujourd’hui

« Avant, on était tous simplement des Istriens »

L’émergence de nouveaux repères identitaires dans un village frontalier de Slovénie

Borut Brumen

Texte intégral

1Traduit de l'anglais par Philippe Erikson

  • 1 Cet article résulte d’un travail de terrain réalisé dans le cadre d’un projet collectif du ministè (...)
  • 2 Sur la (mé-)compréhension anthropologique des conflits yougoslaves, voir Muršic 1994.
  • 3 Les représentations collectives et les stéréotypes relatifs à l’Europe qui avaient cours en Slovén (...)

2Dans le village istrien de Sv. Peter1, la nouvelle frontière nationale qui sépare désormais la Slovénie de la Croatie a rompu de nombreux liens interculturels, brisant des liens de parenté et d’amitié, ainsi que des relations économiques qui cimentaient auparavant l’environnement social des habitants des villages frontaliers. On peut faire remonter le processus de transformation au mois de juin 1991, époque où la Slovénie a déclaré son indépendance et a connu dix jours de guerre avec l’armée yougoslave2 suivis de plusieurs mois d’attente avant que la communauté internationale ne la reconnaisse3 comme État indépendant. En vertu de l’accord de paix de Brioni (juillet 1991), à l’époque du traité, les (nouvelles) frontières de la Croatie coïncidaient avec les anciennes limites des ex-républiques de Yougoslavie. La Slovénie et la Croatie ont ainsi acquis une nouvelle frontière internationale, dont certaines portions font toujours l’objet de négociations bilatérales entre les deux pays, en particulier pour ce qui concerne les limites maritimes et continentales en Istrie.

3Du jour au lendemain, les gens qui vivaient de part et d’autre de cette frontière se sont retrouvés dans deux pays distincts, et confrontés aux problèmes entraînés par une guerre, un processus de transition et la constitution de nouveaux États. La coexistence antérieure s’est soudain révélée impossible en raison d’un nouvel obstacle matériel : la frontière nationale. Toutefois, tous ces changements et les problèmes afférents se sont trouvés occultés par les considérations d’ordre politique relatives à la controverse frontalière. Une fois de plus, les difficultés quotidiennes des habitants de ces zones se sont plus ou moins « dissipées » (Driessen 1992) en raison de l’acceptation par la majorité de la population des nouvelles limites frontalières.

4Les frontières nationales et les processus socioculturels qui s’y déroulent commencent à peine à susciter l’intérêt de la communauté anthropologique, bien qu’on soit aujourd’hui conscient que « les frontières sont des zones de largeurs différentes, à l’intérieur desquelles les gens entretiennent les uns avec les autres des relations d’un type particulier, indépendamment de la ligne de démarcation » (Donnan & Wilson 1994 : 8). Lorsque j’ai commencé mon travail de terrain à Sv. Peter, je n’ai moi-même guère prêté d’attention à cette question. Cependant, à peine arrivé, j’ai vite pris conscience de la signification, du rôle et des conséquences de la nouvelle frontière internationale pour la vie quotidienne du village. Une des conséquences les plus évidentes de la division de l’espace et des personnes était l’émergence rapide d’une opposition entre « nous » et « les étrangers », autrement dit une modification des processus identitaires et des conceptions relatives à l’espace et au temps qui y sont associées.

5Au cours de ce siècle, l’Istrie a connu d’innombrables changements et des fluctuations identitaires liées, entre autres, à la pluralité des frontières étatiques. Ce vécu frontalier, allié à des considérations économiques et à des développements politiques, constitue une des raisons principales pour lesquelles à Sv. Peter (ainsi, vraisemblablement, que dans la majeure partie de l’Istrie slovène), c’est en termes ethniques qu’a été définie la différence entre « nous » et « eux ». Lethnicité – au sens d’appartenir à un groupe ethnique donné – joue un rôle déterminant dans le sentiment identitaire de tout individu. Dans certaines circonstances, l’ethnicité peut relever d’une stratégie fluctuant au gré des circonstances historiques (MacClancy 1993 : 85) et probablement aussi des conditions environnementales. L’identité – indispensable aux humains en tant qu’êtres sociaux – n’est pas uniquement une certaine relation ou un certain état, mais un concept dans lequel se fondent les significations suivantes : l’appartenance, l’auto-information, l’auto-évaluation/attribution de prestige (Elwert 1996 : 110-111).

L’identité sociale découle de la manière dont chacun perçoit qui il est et qui sont les autres, et réciproquement, de la manière dont les autres perçoivent qui ils sont et qui sont les autres (nous inclus) (Jenkins 1996 : 5).

6Voilà pourquoi toute réflexion sur l’identité dépend du contexte social et politique lié à un moment et à un lieu donnés, ainsi que des catégories utilisées pour créer la différence entre « nous » et « eux ». Je vais présenter un tel contexte, celui de Sv. Peter, où l’identité en tant que forme d’auto-identification éminemment fluctuante a été définie, selon les circonstances, en fonction de divers attributs culturels. Je pose comme hypothèse de travail qu’en raison de l’existence d’une nouvelle frontière étatique ou, pour le dire autrement, d’un espace politiquement recréé, les habitants de Sv. Peter ont redéfini leur identité en l’adaptant à leurs nouvelles conditions d’existence quotidiennes, en se pliant aux modifications récentes.

Localisation de l’Istrie et de Sv. Peter

7L’Istrie est la plus grande des péninsules de l’Adriatique nord. En raison de sa position stratégique, elle a constitué dès l’Antiquité une zone importante tant du point de vue administratif que commercial. A ce titre, elle a connu des siècles durant une instabilité politique chronique, changeant sans cesse de dirigeants. Entre le xiiie et le xviie siècle, la population a été décimée par les guerres, pour ne rien dire des épidémies de peste et de malaria. L’Istrie a été une zone de colonisation perpétuelle sous la férule d’administrateurs vénitiens, Slaves du Sud, Morlachs, Roumains, Chypriotes, Lombards, Frioulais, Vénitiens, Français, Allemands et même Espagnols, Hollandais et Nord-Africains (Darovec 1993). En dépit de toutes ces colonisations, on peut estimer que pour l’essentiel, les cloisonnements ethniques étaient d’ores et déjà établis au plus tard au xvie siècle. En gros, on peut opposer la partie côtière, romanisée, à l’intérieur, habité par des populations d’origine slave (Bertosa 1986).

8Immédiatement après la Seconde Guerre mondiale, la région a été partagée par « la ligne de Morgan », qui divisait l’Istrie en une zone A, gouvernée par les Alliés, et une zone B, sous la juridiction de l’armée yougoslave. En 1947, l’accord de Paris préconisait la formation d’un Territoire libre de Trieste (TLT), qui ne vit jamais réellement le jour. En 1954, le mémorandum de Londres répartit le territoire entre la Yougoslavie (à qui l’on donna la zone B) et l’Italie (qui prit la zone A) (Marin 1992). Du temps de la Yougoslavie socialiste, la frontière entre la Slovénie et la Croatie dans le nord-ouest de l’Istrie était marquée par le fleuve Dragonja, mais elle ne jouait guère qu’un rôle d’ordre administratif. Avec l’indépendance de la Slovénie et l’éclatement de la Yougoslavie en 1991, l’Istrie a de nouveau été divisée par une frontière – internationale cette fois – qui sépare à présent la Slovénie de la Croatie.

1. Frontières de l’Istrie au cours du xxe siècle (d’après Jeri 1979 : 931)

9Lors du recensement de 1991, le village de Sv. Peter comptait 306 habitants, parmi lesquels 85 % se déclaraient Slovènes, 2,6 % italiens, 1,3 % croates, et 0,9 % d’autres nationalités. Une personne s’est déclaré(e) yougoslave ; 10 personnes (soit 3,2 %) se sont définies en fonction de critères régionaux, et 6,2 % n’ont pas tranché. 132 hommes et 45 femmes se sont déclaré une activité (à quoi il faut ajouter la présence massive des femmes dans le secteur informel). L’agriculture (production intensive de légumes, vignoble, oliviers) constituait une importante source de revenus d’appoint pour les salariés. Sv. Peter est un village essentiellement catholique. L’église de la paroisse se trouve dans le village voisin de Krkavce, mais il existe une église succursale dans le village lui-même. Il y a aussi une salle communale – siège du conseil local et de la société culturo-artistique kud Sloga –, ainsi qu’une coopérative et un bistrot.

Similarités et différences identitaires des Supetrci

  • 4 Le parler local est un dialecte istrien du slovène avec une syntaxe spécifique, une accentuation p (...)

10Les habitants de Sv. Peter s’appellent les Supetrci. La plupart de mes informateurs m’ont dit qu’ils étaient Supetrci parce qu’ils parlaient un dialecte local. Les frontières culturelles et symboliques de la communauté de Sv. Peter sont déterminées par ce parler dialectal, qui constitue un élément essentiel de l’identité collective des villageois4. Étant donné que l’aire recouverte par ce parler local se réfère uniquement au village de Sv. Peter et à ses hameaux (et par extension au village de Dragonja), l’espace de vie et de travail traditionnel de Sv. Peter était et reste divisé en fonction de toponymes dialectaux. Au cours de la socialisation, en particulier pour les enfants des villageois, et partiellement pour les immigrés, ces toponymes contribuent à socialiser les frontières de l’espace Supetrci. Ainsi, loin d’être un vague lieu jouxtant la maison, le hameau ou le village, l’espace de la communauté locale auquel les membres s’identifient en tant que Supetrci se trouve bel et bien défini et circonscrit. Les locaux assimilent tous ceux qui viennent de l’extérieur à des étrangers et les appellent foresti (de l’italien forestieri, étrangers).

11Les origines et les circonstances sont déterminantes pour savoir qui sera appelé forest. Il existe deux catégories d’étrangers à Sv. Peter.

  1. Au sein de la communauté villageoise et lorsque personne de « l’extérieur » n’est présent, sont amalgamés sous la désignation de foresti les hommes et les femmes qui se sont marié(e) s à des autochtones, les gens des villages voisins qui vivent à Sv. Peter ou y font commerce, ainsi que les connaissances et les hôtes de passage des villes côtières5. Les villageois font une distinction entre ceux qui se sont mariés dans le village et ceux qui s’y sont établis en y achetant ou en y faisant construire une maison. On attache la plus haute importance à la manière dont les membres de l’une ou l’autre catégorie se présentent dans le village, ainsi qu’au fait de savoir quand, comment et avec qui ils parlent, puisque, pour reprendre les termes d’un informateur, « lorsqu’on s’installe, tout le monde vous scrute et observe votre comportement ». On s’attend à ce qu’un(e) forest respecte le krjanca6, code moral non écrit, variable selon les sexes, que chacun se doit de suivre. La communauté va observer attentivement son comportement et la moindre incartade sera stigmatisée sous forme de commérages.
  2. La seconde catégorie de foresti est constituée par les étrangers qui viennent au village de manière officielle, pour affaires ou comme touristes. En leur présence, ceux qui étaient auparavant considérés « foresti du village » ne sont plus du tout considérés comme des étrangers, mais se voient attribuer le statut de Supetrci. La croyance générale veut que la majorité des foresti de la seconde catégorie viennent au village à titre officiel (les touristes et les amis constituent une exception) et qu’ils viennent (généralement) de la ville. Tant qu’ils ne sont pas absolument certains de savoir à qui ils ont affaire, les Supetrci se montrent très prudents et cherchent tout d’abord à en apprendre le plus possible sur l’identité de l’étranger. Ils s’intéressent tout particulièrement à sa provenance, cherchant à connaître sa nationalité et à savoir s’il vient de la ville/centre ou de la campagne/périphérie. Il est important de savoir si un forest est, par exemple, slovène, italien, croate, bosniaque, ou allemand, et s’il vient de la campagne ou de la ville.
  • 7 Les villageois ont encore en mémoire l’époque du fascisme italien, où il leur était interdit de pa (...)

12A Sv. Peter, la ville est perçue comme une entité attirante mais étrangère que l’on associe volontiers à l’idée de pouvoir, d’exploitation, et à l’État. Selon l’un de mes informateurs : « L’État n’a jamais rien fait de bon pour personne. » Et il ajouta : « l’État et la citoyenneté sont des choses qui vont et qui viennent. » Voilà pourquoi l’identité nationale était « quelque chose qui n’a jamais été discuté, à la maison on n’a jamais cherché à savoir si on était italiens ou yougoslaves, en Istrie, on a toujours appartenu à ceux qui étaient au pouvoir ». La majorité des Supetrci affirment qu’en dehors de ces affiliations imposées ils se sont toujours considérés comme Slovènes. Plusieurs hommes du village m’ont dit que le concept d’identité nationale ne leur est apparu comme quelque chose de valorisant qu’après la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’ils étaient engagés dans l’armée yougoslave où les Slovènes jouissaient d’une réputation de soldats fiables et travailleurs. Toutefois, rentrés chez eux, les Supetrci se définissaient publiquement comme Istriens, c’est-à-dire en fonction de critères régionaux, en particulier en raison des expériences historiques très négatives associées à l’identification nationale7.

  • 8 Entre 1945 et 1956 l’Istrie vit émigrer plus de la moitié de sa population. Au cours de cette même (...)

13En plus du langage, l’identité collective istrienne reposait sur la similarité des conditions sociales, ainsi que parfois sur une histoire partagée, du moins entre membres des mêmes minorités ethniques. Ce point a gagné en importance après 1954, lorsque l’Istrie fut administrativement divisée entre les républiques yougoslaves de Slovénie et de Croatie. Lorsqu’ils se rendaient à Trieste où ils avaient des amis et des parents qui avaient émigré après 19458 pour des raisons politiques ou économiques, les Supetrci tenaient scrupuleusement à se proclamer istriens. La même autodénotation s’appliquait aussi dans les parties non istriennes de la Slovénie. La majorité des villageois de Sv. Peter étaient et sont bilingues, de sorte qu’ils n’avaient aucun problème de communication à Trieste. Les Triestins les distinguaient aisément de la masse stigmatisée des acheteurs slavophones qui affluaient de toutes parts de l’ex-Yougoslavie et qui, dans les années 1970, avaient fait de Trieste « le plus septentrional des bazars d’Europe », pour reprendre les termes d’un informateur.

14Ceux des villages et des hameaux voisins de la rive croate du Dragonja (Kastel, Skodelini, Mlini, Kaldanija), qui vivaient dans le même pays jusqu’en 1991, relevaient de la première catégorie de foresti. La communication interculturelle entre eux et les Supetrci reposait sur des liens économiques aussi bien que sur des liens de parenté ou d’amitié.

15La messe du dimanche à Kastel fournissait l’occasion d’échanger des informations sur le marché du travail et les récoltes. « Les Istriens avaient une terre exécrable. Ils ne savaient jamais combien ils récolteraient. Il valait mieux, pour eux, venir chez nous faire des zernada (de l’italien giornata, journée de travail) ou du métayage. Ainsi, ils étaient sûrs d’obtenir la moitié de la récolte », me dit un informateur de Sv. Peter. Compte tenu des différentes formes d’accès à la terre et aux différences environnementales, nombreux étaient ceux des villages de la paroisse de Kastel qui venaient travailler à Sv. Peter. Simultanément, les Supetrci, en particulier les femmes, se rendaient dans les villes et villages istriens du voisinage pour y acheter ou y vendre tout ce qui avait trait à l’agriculture. En raison de ces arrangements mutuellement bénéfiques, aucune rivalité ne les opposait. Il existait toutefois quelques tensions entre les Supetrci et les gens des villages voisins de la même paroisse, puisque c’était le plus souvent au sein même de la paroisse que l’on trouvait son conjoint.

  • 9 Certains ethnologues spécialistes de la Méditerranée pensent que ces deux critères sont également (...)

16Les villages de l’autre rive du Dragonja se trouvaient exclus de la zone d’alliance préférentielle des Supetrci, mais il n’était toutefois pas rare qu’on s’y marie. De plus, il m’est apparu que les villageois de Kastel demandaient souvent aux Supetrci d’être les parrains de leurs enfants. Les Supetrci rendaient régulièrement visite à leurs parents dans ces villages, à l’occasion des festivités religieuses. Lors de telles occasions, ils allaient aussi à Kastel et à Momjan où l’on organisait des bals. Jusqu’aux années 1960, ceux-ci jouaient un rôle rituel important et fournissaient aux jeunes en âge de se marier l’occasion de se rencontrer. Beaucoup de liens d’amitié, en particulier entre hommes, se nouaient en ces lieux où les inégalités sociales étaient mises entre parenthèses. Dans la plupart des cas, ces amitiés entre hommes reposaient sur un lien de parenté éloigné et des relations rituelles9.

  • 10 Martinje (La Saint-Martin) est une fête folklorique traditionnelle qui se déroule le 11 novembre, (...)

17« Tout au long de l’année, on assistait à toutes les messes et à toutes les foires importantes. Pour autant que je me souvienne, je n’ai jamais raté un Martinje10 à Momjan », me disait un informateur à propos de ces contacts, avant d’ajouter : « On s’entendait mieux avec eux qu’avec ceux des villages voisins de notre propre paroisse. On savait qu’ils étaient des Istriens croates et qu’ils étaient plus pauvres, mais on se respectait et on avait de la considération les uns pour les autres. » Lorsque je demandai si les habitants de l’autre rive de la Dragonja étaient également appelés des Istriens croates, j’obtins une réponse négative : « C’étaient des Istriens, tout comme nous. On parlait la même langue, à ceci près qu’ils utilisaient plus de mots croates et nous plus de Slovènes. Ce n’est qu’aujourd’hui qu’on les appelle Istriens croates. Avant, on était tous simplement des Istriens. » Chaque camp était certes conscient des différences linguistiques, et donc des différences ethniques, mais celles-ci ne jouaient en l’occurrence aucun rôle. Les Supetrci s’autodésignaient comme Istriens et considéraient ceux de l’autre rive du Dragonja comme Krsani, tandis que les Krsani les appelaient Šavrini (habitants de la Šavrinija).

18Les relations sociales et la communication interculturelle ont commencé à changer avec l’exode des villes côtières et plus tard avec l’industrialisation. A la fin des années 1950, bon nombre d’hommes et de femmes de Sv. Peter ont trouvé du travail à Portoroz, Izola et Koper. Par ailleurs, les premières liaisons routières avec les villes côtières apparurent. Les années 1960 et surtout 1970 ont été une période de modernisation de la campagne. Ce fut une époque de construction intensive et de modernisation de l’agriculture. Les classes supérieures de l’école primaire furent transférées au village de Secovlje et un nombre croissant de jeunes gens sont allés poursuivre leurs études dans les villes de la côte.

19Au cours des années 1950 et 1960, nombreux sont ceux, surtout parmi les gens des villages frontaliers de ce qui est aujourd’hui l’Istrie croate, qui sont partis vers les villes côtières, y ont trouvé un emploi et s’y sont installés définitivement. Pour cette raison, et aussi à cause des expropriations de gros propriétaires terriens entraînées par la réforme agraire que le gouvernement instaura après guerre, les paysans des villages croates cessèrent leurs migrations saisonnières à Sv. Peter. Cependant, les relations économiques ne furent pas totalement rompues pour autant. Elles se poursuivirent sous d’autres formes. C’est avant tout dans ces villages istriens que les Supetrci recrutaient les maçons et les manœuvres qui construisaient leurs maisons à des prix défiant toute concurrence. Ils y achetaient aussi des appareils domestiques, des engrais, et surtout de l’outillage agricole, tandis que les Istriens croates traversaient la Dragonja pour faire moudre leur grain et acheter leur vin à Sv. Peter. Les contacts économiques survécurent ainsi, mais en cessant d’être basés sur un partenariat économique direct. Jusqu’aux années 1980, beaucoup des habitants de Sv. Peter ont continué de se rendre occasionnellement à Kastel pour assister à la messe, rendre visite à des parents, ou participer aux bals et autres festivités. Mais les jeunes gens de Sv. Peter ne les accompagnaient plus. A cette époque, ces derniers se mirent à acheter leurs premières voitures. Dès qu’ils allaient quelque part, ils prenaient généralement plusieurs véhicules et restaient entre eux. Leur principale destination était les restaurants pourvus d’orchestres de la ville touristique de Portoroz, et plus tard, les discothèques de la côte. Ils ne se rendaient dans les villages de l’Istrie croate que pour y acheter des matériaux de construction, qui y étaient généralement meilleur marché ; ils y allaient pour encaisser leurs chèques (ce qui, quoique illégal, était particulièrement avantageux lorsque l’hyperinflation sévissait en Yougoslavie), et ils assistaient également aux bals organisés à l’occasion des fêtes principales. Au cours des années 1980, les relations d’amitié entre Supetrci et Istriens de l’autre rive du Dragonja se raréfièrent.

20L’année 1991 fut celle de tous les bouleversements : modification des frontières nationales et état de guerre sur le territoire yougoslave. Bien que la majorité des villageois aient été favorables à la sécession, personne n’avait réellement réfléchi aux conséquences qu’entraînerait l’instauration d’une frontière nationale. Lorsque la Slovénie obtint son indépendance, la télévision, en tant qu’instrument de propagande idéologique, se mit à scander une nouvelle codification du temps dans chacune des maisonnées villageoises. En regardant les actualités, les Supetrci étaient quotidiennement informés des atrocités d’une guerre qui se déroulait à moins de cent kilomètres de chez eux. Selon eux, tout cela résultait essentiellement de l’existence de nouvelles frontières et de problèmes ethniques non résolus. Les douanes et la police se mirent à occuper la région frontalière le long de la Dragonja. Dans le voisinage immédiat de Sv. Peter, les relations internationales entre la Slovénie et la Croatie se compliquèrent en raison d’un problème causé par trois petits hameaux situés en bordure du fleuve. Lors des négociations, chacun des deux pays s’efforça de gagner du temps, dans l’espoir d’obtenir de meilleures conditions de négociation. Ces manœuvres ne firent qu’attiser la peur et semer le doute dans l’esprit de la population locale. Voilà pourquoi le contact fut pour ainsi dire totalement rompu avec les gens du côté croate de la frontière. Hormis ceux qui possédaient des champs de l’autre côté de la Dragonja, rares sont les Supetrci qui ont eu l’occasion de traverser la frontière depuis 1991. En outre, ils ont cessé de se définir comme des Istriens.

La nouvelle identité savrinienne

21Il y a plusieurs théories qui rendent compte de l’origine des mots Šavrini (qui désigne les gens) et Šavrinija (qui désigne la terre). Certains géographes pensent que les collines de l’intérieur de l’Istrie slovène devraient s’appeler « Šavrinska brda » (les collines savriniennes). Cependant, l’auteur qui avance cette théorie semble lui-même en douter, et souligne que cette désignation de « Šavrinska brda » n’a jamais été acceptée par la population locale (Melik 1960 : 145). Czoernig, un des premiers auteurs qui aient cherché à éclaircir le panorama ethnique de la région, utilisait le terme Šavrini pour désigner les Slovènes qui vivaient entre Trieste et Savudrija (Salvore) et qu’il considérait comme relevant de la plus ancienne vague d’immigration (Czoernig 1886). Dans la description de Trieste et de ses environs que nous livre Rutar (1896 : 65) le terme Šavrini se réfère à la population de langue slovène des environs de Koper et Pomjan.

22En Istrie, on appelait Šavrinke les femmes qui jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale (voire jusqu’en 1954 pour certaines) se rendaient régulièrement de l’Istrie slovène jusqu’à l’intérieur de la péninsule pour y acheter des œufs qu’elles revendaient à Trieste. Bien qu’à l’origine ce terme n’ait désigné que les vendeuses d’œufs, il en vint bientôt à désigner l’ensemble de la population. Il faut souligner qu’anciennement, ceux-ci ne s’autodésignaient jamais de la sorte. Ce ne sont que les habitants de ce qui est maintenant la partie croate de l’Istrie qui les appelaient Šavrini. « Du jour où on a cessé de se rendre de l’autre côté, en Croatie, on est devenu les Šavrini » me dit un informateur. Depuis qu’une frontière internationale sépare les deux États, tant en Croatie que chez eux, les Supetrci se reconnaissent comme Šavrini.

  • 11 Les noms choisis par la chorale et le club de foot s’insèrent dans le cadre d’un mouvement de rena (...)

23Avant la Seconde Guerre mondiale, il y avait certes quelques femmes de Sv. Peter qui faisaient commerce d’œufs et qui se rendaient régulièrement dans les villages des environs d’Umag pour en acheter. Elles n’ont cependant jamais considéré cela comme leur activité principale (Orehovec 1998). En outre, le terme Savrinska brda est inconnu au village. Ni l’acception professionnelle ni l’acception géographique ne peuvent, par conséquent, être rattachées à Sv. Peter. Néanmoins, à partir des années 1980, on constate l’émergence d’une identité ethnique savrinienne dans toute l’Istrie Slovène, y compris Sv. Peter. A cette époque, la chorale de femmes de Sv. Peter prit le nom de Les Šavrinke et l’équipe de football du village se fit appeler les Šavrini11.

24Les gens disent que les Supetrci n’ont commencé à s’identifier eux-mêmes comme Šavrini qu’à partir de 1991. De plus, personne du village ne peut localiser précisément la zone dans laquelle les Šavrinke étaient censés vivre et vaquer à leurs occupations. Même les chercheurs de métier d’Istrie étaient confrontés à ce problème. Un géographe, qui vit à Koper et mène des recherches en Istrie et avec qui je parlais des Šavrinke, me dit un jour que quand il demandait dans un village si les Šavrinke avaient vécu là, on l’envoyait systématiquement dans le village voisin, mais qu’une fois là, en réponse à la même question, on le renvoyait au village précédent ! J’ai pareillement constaté que deux représentations contrastées des Šavrinke coexistaient à Sv. Peter. D’un côté, on les voyait comme de braves femmes qui se dévouaient pour la survie de leur famille et qui agissaient en quelque sorte comme médiatrices entre le monde rural traditionnel et les zones urbaines de la côte. Elles étaient, en somme, celles par qui le progrès arrivait au foyer. D’un autre côté, cependant, les Šavrinke faisaient également l’objet d’une certaine opprobre à Sv. Peter parce que la nature même de leur travail les tenait éloignées trop longtemps de leur maison et de leur famille, et donc du rôle de mères et d’épouses auxquelles les confinait le caractère patriarcal de la morale rurale.

25A mon avis, l’œuvre du romancier Marjan Tomšic fit beaucoup pour améliorer l’image publique des Šavrinke. Bien qu’il n’ait pas été le premier à vouloir redorer de sa plume le blason des Šavrinke (voir Rogelja & Ledinek 1996), le roman de Tomšic intitulé Les Šavrinke constitue sans conteste une étape majeure dans leur accession au rang de figure littéraire populaire (Tomšic 1986). Après la parution de l’ouvrage, Tomšic, qui est en fait un immigré de l’intérieur de la Slovénie, donna des conférences sur les Šavrinke dans la plupart des village de l’Istrie slovène. Il publia aussi les mémoires d’une marchande d’œufs (Franca 1990-1995). Ses efforts contribuèrent largement, au cours des années 1990, à l’émergence du cliché de la mère Šavrinke de Slovénie souffrant et se sacrifiant pour le bien-être de ses enfants.

26Pourvus de telles valeurs morales, les Supetrci purent s’identifier comme Šavrini et, dans la foulée, rendre compte de leur passé idéalisé. Ce qui aurait survécu de ce passé, présenté comme une tradition originelle, se ramène le plus souvent à de simples éléments folkloriques. Aujourd’hui, alors que la nouvelle frontière étatique scinde l’espace vital des Supetrci, quelques concessions ont été faites. La variante du dialecte de l’istrien parlé par les Supetrci s’appelle désormais la variante savrinienne du dialecte istrien – et s’en trouve par conséquent tout aussi slovénisé que le costume et les danses locales. Comme me le disait un informateur : « Nos vieilles chansons sont désormais savriniennes, même si dans le temps, quand je les chantais à mes enfants, je leur disais qu’elles étaient istriennes. »

  • 12 On peut interpréter de la sorte la constitution et la signification d’une tradition orale relative (...)

27En redéfinissant le passé à partir de l’expérience présente, les Supetrci ont opté pour l’identité savrinienne comme réponse aux changements récents. Ils n’ont jamais insisté sur le fait que les Istriens des environs étaient Slovènes ou croates, mais grâce à la nouvelle identité savrienne, ces derniers sont soudain devenus « les Croates » tandis que les Šavrini devenaient Slovènes. En cessant de les définir en fonction de critères ethniques au profit d’une caractérisation de type national, on a soudain transformé les voisins en « autres », en une sorte d’« étrangers ». Et les étrangers, traditionnellement, sont considérés non seulement comme « différents de nous », mais généralement aussi comme « pires que nous », pour tout dire inférieurs12.

Conclusion : le passé dans le présent

28Toutes les modifications qui ont affecté l’État, l’administration et la vie politique de ce dernier siècle ont eu une influence plus ou moins importante sur la composition nationale, démographique, culturelle, économique et sociale des villages d’Istrie ainsi que des villes côtières alentour. Il n’est donc pas étonnant que lorsque les Istriens contemporains évoquent les questions de frontière, ils parlent en fait d’eux-mêmes, de leur identité, de leur quotidien et de l’impact à la fois symbolique et physique des frontières sur le territoire multiculturel et multiethnique d’Istrie. Parler aujourd’hui des frontières en Istrie revient à parler du passé et des États d’antan, à parler de migrations, de séparations, de déceptions et de pertes de pouvoir. C’est aussi parler des relations dialectiques entre les divers groupes sociaux des deux côtés de la frontière, créant ainsi (y compris par le biais de la communication interculturelle entre individus) ce que Donnan et Wilson ont nommé la culture des frontières (Donnan & Wilson 1994 : 10).

  • 13 Il n’y a pas si longtemps, de nombreux villageois (le nombre exact m’échappe) ont demandé à bénéfi (...)

29Dans la discussion précédente, qui traitait du passé vécu par les villageois de Sv. Peter, on s’est intéressé à l’époque où les identités traditionnelles régnaient encore, où les villageois étaient encore « clairement cernés, immuables et fermement enracinés dans l’espace » (Lôfgren 1996 : 53). Au cours du xxe siècle et tout particulièrement après la Seconde Guerre mondiale, les changements économiques et politiques ont conditionné de nombreux changements socioculturels. Dans ce contexte, la nouvelle frontière étatique à Sv. Peter a en fait accéléré le processus de transformation identitaire en cours, tout en l’entraînant dans de nouvelles directions. La récente frontière entre la Slovénie et la Croatie a considérablement restreint l’espace traditionnel des Supetrci, où jusqu’au milieu du xxe siècle toute activité était fixée par le calendrier. Cette frontière a également entraîné un changement de contenu culturel. Suivant la thèse de Fabian selon laquelle « la géopolitique trouve son fondement idéologique dans la chronopolitique » (Fabian 1983 : 114), on peut donc affirmer que le temps politique sur lequel repose la reconstruction du passé Supetrci est un instrument de pouvoir et de contrôle idéologiquement construit. Cela est dû au fait que la redéfinition de leur passé s’est opérée parallèlement au processus de redéfinition de leur identité. Enfin, dans un contexte dans lequel l’identité nationale n’a jamais constitué un élément essentiel de la constitution de l’identité individuelle, l’Etat, en l’occurrence la Slovénie, ne pouvait souhaiter mieux. Pourquoi ? Parce que, en redéfinissant le passé et leur propre identité, les Supetrci ont inventé les « Autres » qui ne sont plus les Istriens mais les Croates de l’autre côté de la frontière. Ce faisant, ils furent aidés par leur expérience historique des frontières et des États et par leur mémoire sociale collective scandée par ces dichotomies qui, dans les sociétés méditerranéennes, déterminent « la confrontation et l’ambivalence entre la légalité et la légitimité » (Giordano 1992 : 417-428). A cause de l’intervention politique dans cet espace, les Supetrci ont contribué à créer une image idéalisée du passé, redéfinissant ainsi leur identité locale istrienne. Ils sont devenus des Šavrini et par conséquent des Slovènes bien que, du fait de leurs expériences historiques, ils rechignent toujours à se présenter comme tels en public13.

30Norbert Elias (1989 : 52) considère qu’il existe une « cinquième dimension de l’espace et du temps » engendrée par le fait de reconstruire culturellement le passé en le rapportant à la situation présente. La nouvelle identité locale de Šavrini et le nouvel entendement de l’espace (qui inclut aussi bien l’espace au niveau local que celui de l’État slovène) confère aux villageois un sentiment (trompeur) de sécurité sociale et de stabilité économique et politique. Or telles sont précisément les préconditions favorables à une « croyance » en l’État et en l’identité nationale qui y est associée. On peut en effet considérer, en paraphrasant l’hypothèse de Sharon MacDonald, que les critères culturels et structurels d’identification ethnique (des Supetrci) peuvent différer considérablement de ceux du groupe de référence (les Slovènes) (MacDonald 1993 : 9). Pour les villageois de Sv. Peter, l’ultime partition de l’Istrie a entraîné des changements tant structurels que qualitatifs dans les modes de communication interculturelle entre Istriens de Croatie et de Slovénie. Cela prouve, une fois de plus, que les cultures, comme l’affirme Dunja Rihtman-Auguštin (1984 : 13), ne diffèrent pas seulement « dans la manière dont les gens vivent et travaillent, mais aussi dans ce qu’ils pensent d’eux-mêmes, dans la manière dont ils se comportent, ou, en fait, dans le décalage entre leur manière de penser et leur manière d’agir ».

31Un dernier point, et non des moindres : l’exemple de Sv. Peter ne vient-il pas contredire quelques-unes des thèses les plus en vue dans l’anthropologie des nations et du nationalisme ? Sv. Peter constitue en effet la parfaite illustration d’une constitution étatique qui réalise l’exploit de produire simultanément une nouvelle identité ethnique et, pour incroyable que cela puisse paraître, une coïncidence parfaite, en Istrie slovène, entre les frontières sociales et culturelles d’une part, et politiques de l’autre.

Bibliographie

Références bibliographiques

Ballinger, P. 1996. « The Istrian Esodo. Silences and Presences in the Construction of Exodus », in R. Jambrešic Kirin & M. Povrzanovic (éds), War, Exile, Everyday Life. Cultural Perspectives, Zagreb, Institute of Ethnology and Folklore Research, p. 117-132.

Bertoša M. 1986. Mletaka Istra u 16. i 17. stoljeu I-II, Pulj, Istarska naklada.

Bourdieu, P. 1976. Entwurf einer Theorie der Praxis auf der ethnologische Grundlage der kabylischen Gesellschaft, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Bowman, Gl. 1994. « Xenophobia, Fantasy and the Nation: The Logic of Ethnic Violence in Former Yugoslavia », in V.A. Godard, J.R. Llobera & Chr. Shore (éds), The Anthropology of Europe. Identities and Boundaries in Conflict, Oxford-Providence, Berg.

Brumen, B. 1997. « "Europe is to blame for everything". Slovene stereotypes about Europe 1985-1992 », in B. Jezernik & R. Muršic (éds), Ethnological Contacts 5 & 7, Ljubljana, Znanstveni institut Filozofske fakultete, p. 136-142.

Czoernig, C. (von). 1886. Die ethnologische Verhältnisse österreichischen Küstenlandes, Trieste.

Darovec, D. 1993. « Migracije in (etnina) dihotomija mesto-pode elje v Istri do konca 18. Stoletja », in B. Baskar (éd.), Mediteran v Sloveniji. asopis za kritiko znanosti, leto XXI/158-159, Ljubljana, Študentska organizacija Univerze v Ljubljani, p. 179-193.

Donnan, H & Th. M. Wilson, 1994. « An anthropology of frontiers », in H. Donnan & Th. M. Wilson (éds), Anthropological Perspectives on Frontiers, London/New York, Univ. Press of America, p. 1-14.

Driessen, H. 1992. On the Spanish-Moroccan Frontier. A Study in Ritual, Power and Ethnicity, New York-Oxford, Berg.

Elias, N. 1989. Über die Zeit, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Elwert. G. 1996. « Boundaries, Cohesion and Switching. On We-groups in Ethnic, National and Religious Form », in B. Brumen & Zm. Šmitek (éds), mess-Mediterranean Ethnological Summer School, Ljubljana, Slovene Ethnological Society, p. 105-121.

Fabian, J. 1983. Time and the Other. How Anthropology makes its Object, New York, Columbia University Press.

Franca, M. 1990, 1992, 1995. Šavrinske zgodbe 1, 2, 3, Koper, Fontana.

Giordano, Chr. 1992. Die Betrogenen der Geschichte. Überlagerungsmentalität und Überlagerungsrationalität in mediterranen Gesellschaften, Francfort-sur-le-main/New York, Campus Verlag.

Jenkins, R. 1996. Social Identity, London-New York, Routledge.

Jeri, J. 1979. « Vprašanje zahodne meje po koncu II. svetovne vojne », in Zgodovina Slovencev, Ljubljana, Cankarjeva zalozba, p. 925-933.

Löfgren, O. 1996. « Taking the Back. On the Historical Anthropology of Identities », in D. Kalb, H. Marks & H. Tak (eds), Historical Anthropology. The Unwaged Debate, Utrecht, Focal, Tijdschrift voor antropologie, n° 26/27’, p. 53-58.

MacClancy, J. 1993. « At Play with Identity in the Basque Arena », in Sh. MacDonald (ed.), Inside European Identities, Providence-Oxford, Berg, p. 84-97.

MacDonald, Sh. 1993. « Identity Complexes in Western Europe. Social Anthropological Perspectives », in Sh. MacDonald (ed.), Inside European Identities, Providence-Oxford, Berg, p. 1-26.

Marin, L. 1992. « Upravna in teritorialna razdelitev Slovenske Istre v zadn-jih treh stoletjih », Annates 2, Koper, p. 159-174.

Melik, A. 1960. Slovensko Primorje. Opis slovenskih pokrajin 4. Ljubljana.

Muršic, R. 1994. « Proti povrsni antropologiji. Antropologi in vojskujoci se "Jugoslovani" », Casopis za kritiko znanosti, let. XXII, št. 170-171, Ljubljana, p. 111-124.

Orehovec, M. 1998. « (Informal) Women’s Work in Istria: Between Earning a Living and Consumerism », in B. Baskar & B. Brumen (eds), mess – Mediterranean Ethnological Summer School, vol. II, Ljubljana, Inštitut za multikulturne raziskave, p. 85-94.

Papataxiarchis, E. 1991. « Friends of the Heart. Male Commensal Solidarity, Gender and Kinship in Aegean Greace », in P. Loizos & E. Papataxiarchis (eds), Contested Identities: Gender and Kinship in Modern Greece, Princeton, Princeton University Press.

Pusic, V. 1995. « Uses of Nationalism and Politics of Recognition », Anthropological Journal of European Cultures, vol. IV, Francfort-sur-le-Main, p. 43-63.

Rihtman-Auguštin, D. 1984. Struktura tradicijskog miljenja, Zagreb, Školska knjiga.

Rogelja, N & Š. Ledinek. 1996. « Šavrinka, Šavrini, Šavrinija », Bulletin of the Slovene Ethnological Society, vol. 36, n° 2-3, Ljubljana, p. 40-43.

Rutar, S. 1896. Samosvoje mesto Trst in mejna grofija Koper, Ljubljana, Matica Slovenska.

Titl, J. 1965. Socialnogeografski problemi na koprskem pode ˋelju, Koper, Zalo ˋba Lipa.

Tomsic, M. 1986. Šavrinke, Ljubljana, ZP Kmeki glas.

Vale de Almeida, M. 1996. The Hegemonic Male. Masculinity in a Portugese Town, Providence, Oxford : Berghahn Books.

Notes

1 Cet article résulte d’un travail de terrain réalisé dans le cadre d’un projet collectif du ministère des Sciences et des Technologies de la république de Slovénie, mené à bien par le Centre d’études méditerranéennes de 1’ISH (Institute for Humananistic Studies, Ljubljana).

2 Sur la (mé-)compréhension anthropologique des conflits yougoslaves, voir Muršic 1994.

3 Les représentations collectives et les stéréotypes relatifs à l’Europe qui avaient cours en Slovénie ont été fondamentalement modifiés par les atermoiements qui ont précédé la reconnaissance internationale de la Slovénie (voir Brumen 1997).

4 Le parler local est un dialecte istrien du slovène avec une syntaxe spécifique, une accentuation particulièrement faible de la consonne « c » et de très nombreux emprunts à l’italien. La variante locale de ce dialecte parlée à Sv. Peter se distingue par ses nombreux termes archaïques et une intonation que l’on ne retrouve nulle part ailleurs et que les habitants sont volontiers disposés à commenter.

5 Il est intéressant de relever que leurs parents qui vivent dans les villes côtières ou à Trieste (Italie) ne sont pour leur part jamais qualifiés de foresti. C’est donc par la naissance que l’on devient Supetrc.

6 Krjanca (de l’italien creanza) : à Sv. Peter, on entend par là le comportement adéquat et les bonnes manières qui témoignent de la bonne réputation d’une personne. A l’instar de la « fama » sicilienne (Giordano 1992 : 357-358), elle est constamment mise sur la sellette par l’opinion publique. Les villageois de l’ancienne génération considèrent toujours le krjanca comme une forme de capital symbolique qui se concrétise en prestige individuel (voir Bourdieu 1976).

7 Les villageois ont encore en mémoire l’époque du fascisme italien, où il leur était interdit de parler slovène (en public), et les années qui suivirent immédiatement la Seconde Guerre mondiale, où certaines familles durent quitter Sv. Peter pour des raisons politiques (appartenance au parti fasciste du temps de Mussolini) ou en raison de leur nationalité (Italiens).

8 Entre 1945 et 1956 l’Istrie vit émigrer plus de la moitié de sa population. Au cours de cette même période, environ 20 % de la population de l’Istrie slovène émigra en Italie (Titl 1965 : 119).

9 Certains ethnologues spécialistes de la Méditerranée pensent que ces deux critères sont également déterminants dans les formes traditionnelles d’amitié virile dans les zones rurales (cf. Papataxiarchis 1991 ; Vale de Almeida 1996).

10 Martinje (La Saint-Martin) est une fête folklorique traditionnelle qui se déroule le 11 novembre, pour célébrer l’arrivée du vin nouveau.

11 Les noms choisis par la chorale et le club de foot s’insèrent dans le cadre d’un mouvement de renaissance du folklore qui fit fureur au cours des années 1980 tant en Slovénie qu’en Yougoslavie. Ce mouvement apparut dans un contexte de crise économique, d’émergence du nationalisme et de retour aux particularités locales, les gens se mettant à redéfinir leur identité et les limites attenantes (Bowman 1994 ; Pusic 1995).

12 On peut interpréter de la sorte la constitution et la signification d’une tradition orale relative aux frontières étatiques. Ainsi, cette histoire du voyageur triestin qui se rendait en Istrie croate et dont la voiture fut arrêtée par une patrouille croate. Prétextant vouloir fouiller le coffre de la voiture, les policiers y placèrent un cadavre à l’insu du chauffeur. L’histoire se poursuit, narrant les aventures de ce corps passé « en contrebande » à travers diverses frontières. De telles histoires se racontent au bistrot du village, les soi-disant témoins oculaires étant bien évidemment introuvables et les dires acceptés sans réserve. A mes yeux, de telles histoires relèvent d’une « mythologie des frontières » en ce qu’elles reposent sur une distinction entre l’ordre et le chaos.

13 Il n’y a pas si longtemps, de nombreux villageois (le nombre exact m’échappe) ont demandé à bénéficier également de la nationalité italienne. La plupart des demandes ont été refusées. Quand j’ai demandé pour quelle raison principale ils avaient postulé, un informateur m’a répondu : « Vous savez, nous les Savrini sommes Slovènes. Mais en Istrie, on ne sait jamais ce qui va se passer et on fait tout ça pour la sécurité de nos enfants. »

Table des illustrations

Légende 1. Frontières de l’Istrie au cours du xxe siècle (d’après Jeri 1979 : 931)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2936/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 221k

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable