Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Limites floues, frontières vives

 | 
Christian Bromberger
, 
Alain Morel

V. Frontières vives d’aujourd’hui

La frontière au XXe siècle

Joël Kotek

Texte intégral

  • 1 Voir l’excellent dossier de Jean-Pierre Renard et Patrick Picouet (1993).

1Si l’air du temps est au « sans frontière », jamais les frontières n’ont été aussi nombreuses et leur jeu aussi complexe : on cherche ici à bâtir des ensembles économiques et politiques transnationaux qui les effacent ; là, par l’effet d’une nouvelle donne mondiale, elles surgissent ou se renforcent1.

  • 2 Ce sont des quartiers anciens dégradés, limitrophes du centre-ville, comme on en trouve dans toute (...)

2Limite du territoire d’un État et de sa compétence territoriale, la frontière est par extension la limite séparant deux zones, deux régions, ou même deux entités plus ou moins abstraites. Dans un État comme la Belgique, de nombreuses frontières divisent l’espace national. Culturelles, administratives, linguistiques, sociales ou encore ethniques, ces frontières s’affirment aujourd’hui si puissantes qu’elles peuvent conduire à des crises graves, de l’expulsion des francophones de l’université catholique de Louvain aux « émeutes » du Bas-Forest. Cette commune, à l’instar de Molenbeek ou de Saint-Josse, témoigne de l’existence d’une frontière intérieure qui découpe l’espace urbain bruxellois et sépare ses habitants2. Ainsi, le terme de frontière peut évoquer non seulement des espaces physiques mais aussi des secteurs marginalisés de la société qu’il s’agit d’intégrer : c’est dans cette acception que John F. Kennedy parlait dans les années 1960 de « nouvelles frontières » à propos des Noirs et de la pauvreté.

3On le voit, le vocable « frontière » a de nombreuses acceptions. Pour notre part, nous nous intéresserons dans cet article à la problématique des frontières physiques, à travers l’exemple des villes dites frontières.

Le retour de la question territoriale

  • 3 En Occident, la revendication régionaliste rejoint le vaste mouvement de repli identitaire et de r (...)

4Le contrôle de l’espace reste bel et bien l’un des enjeux majeurs de cette fin de siècle. Manifestement, la terre n’a rien perdu de sa magie et ce, malgré l’intensification des flux migratoires, la généralisation de l’information, le développement de nouveaux types de solidarité, fussent-ils supranationaux. Pour le cas de l’Europe, le paradoxe n’est qu’apparent si l’on songe que l’effondrement du dernier empire multinational s’est traduit à l’Est comme à l’Ouest3 par un retour à la nation et à l’Histoire, ou plutôt aux histoires nationales forcément parcellaires et mythiques. C’est bien la mémoire nationale, avec son lot de victoires et de défaites, de périodes de grandeur et d’humiliation, qui occupe le plus souvent le devant de l’histoire. De la célébration de l’histoire nationale à celle de la géographie nationale, il n’y a qu’un pas ; d’où précisément ce retour à la question territoriale. Ici et là, le devenir de certaines nations paraît lié aux lieux de mémoire considérés comme vitaux ; des nations menacent de déclencher la guerre pour entrer en possession de tel ou tel arpent de terre, jugé indispensable à sa survie. De la Transylvanie au Cachemire, du Brabant à la Cisjordanie, la terre est aujourd’hui l’objet de passions d’autant plus dangereuses qu’elles apparaissent existentielles.

  • 4 L’histoire de l’Europe centrale et des Balkans est caractérisée par un rapport particulier aux fro (...)

5Bien au-delà de la chute du communisme, c’est naturellement dans l’idée de l’État-nation que se trouve l’explication première des tensions territoriales actuelles. Comme le remarque le géographe Gilles Sautter, « les frontières renvoient à l’État... à la notion même de cet État moderne qui a besoin de frontières linéaires pour exister » (Girardet 1996 : 4). Il va sans dire qu’en ce qui concerne l’Etat moderne, l’importance accordée au territoire sera d’autant plus vive dans le cas des ethnonations. Or, comment ne pas constater que l’État-nation ethnique est précisément l’objectif, avoué ou non, de la plupart des nouvelles élites, qu’elles soient déjà nationales (croates, slovaques, lituaniennes) ou encore régionales (corses, basques, flamandes). L’État-nation qu’ils appellent tous de leurs vœux est tout sauf classique, puisqu’il renvoie au modèle français pour ce qui concerne la seule organisation de l’État (centralisé et doté de frontières dites naturelles) et germanique pour ce qui concerne l’idée nationale (homogène ethniquement), d’où les récentes tensions, souvent fatales. En Europe centrale, deux cas peuvent à cet égard être considérés comme classiques : celui de l’ex-Yougoslavie et celui de la Tchécoslovaquie4. En ce qui concerne l’Europe occidentale, le processus de dissociation qui a cours actuellement en Belgique relève fondamentalement des mêmes causes : volonté des élites flamandes de faire coïncider le principe de l’unité ethnique avec la définition juridique et politique de l’État-nation, bref, la spécificité culturelle avec l’espace politique (Girardet 1996 : 4).

6Dans le cas des ethnonations, le problème fondamental réside dans le simple fait que du rêve (homogénéité ethnique) à la réalité (pluriethnicité de fait), la distance est grande, d’où précisément les tensions créées autour des zones mixtes, tantôt villes, tantôt régions que nous qualifions de frontières. C’est que ces villes (Belfast, Hébron, Bruxelles, Tirgu Mures) ou régions-frontières (Crimée, Ulster, Transylvanie), constituent autant de casse-tête aux régions et/ou nations candidates à l’État-nation, classique ou germanique.

Le casse-tête des villes-frontières

7Ce n’est pas par hasard que nous utilisons le concept de ville-frontière en lieu et place d’autres termes tels que ville polarisée, ville multiculturelle ou encore multiethnique. A nos yeux, en effet, ce terme est le plus adéquat pour des villes comme Bruxelles, Cluj, Jérusalem, Srinagar, etc.

8Il faut appeler ville-frontière (ou région-frontière) toute ville (ou région) non seulement polarisée sur une base ethnique ou idéologique, mais surtout disputée parce qu’elle est située à la charnière d’ensembles ethniques ou idéologiques. Trois éléments semblent caractériser une zone frontière : conflit, bipolarité et territoire. Avant toute autre chose, une zone frontière est un territoire disputé par au moins deux collectivités. Le terme frontière n’a pas été choisi au hasard : comme le souligne Michel Foucher, ce mot contient, en français comme en anglais, l’idée de front, donc de confrontation, sinon d’affrontement. Les villes-frontières sont avant tout des espaces disputés parce que sujets à revendications croisées et inconciliables. Les avatars de l’histoire n’ont pas manqué de créer des zones mixtes à souveraineté forcément contestée.

  • 5 La Flandre a réussi à faire de Bruxelles sa capitale en usant d’un subterfuge. Si, d’un côté, Brux (...)

9Le cas le plus commun est celui des villes à caractère clairement bicommunautaire. Carrefour des trois principales religions monothéistes, Jérusalem est avant tout frontière car deux nations opposées la convoitent. Située à la fracture des mondes latin et germanique, Bruxelles oppose aussi, certes de manière plus pacifique, deux communautés linguistiques. A qui appartient la Région bruxelloise ? A sa population, francophone à 91 % (en tenant compte logiquement de sa population immigrée), ou bien à la Région flamande qui, suite à un coup de force institutionnel, en a fait sa capitale de facto5 ? Pour les élites flamandes, cette question ne souffre aucune ambiguïté, compte tenu du passé flamand de Bruxelles. Pour reprendre l’expression de Jacques Rupnik, une ville-frontière est avant tout « un territoire pour deux rêves ».

10Posant avant tout la question de la souveraineté, le concept de ville-frontière ne se confond pas avec les notions de ville frontalière, multiculturelle, pluriethnique ou encore multiethnique.

11Une ville frontalière n’est pas toujours frontière, au sens d’espace polarisé et contesté. Songeons au cas de Strasbourg et, mieux encore, à Lille, Douai, Orchies, trois villes situées à la frontière belge, et flamandes jusqu’au xviie siècle. Ici et là, les attributs frontière de ces villes ont été comme gommés, absorbés par la formidable « chaudière » française.

  • 6 Pour caricaturer, soulignons que la situation de la minorité arabe de Jérusalem ne peut être compa (...)

12Force est de constater que toutes les villes modernes – de Paris à Londres, en passant par New York – sont multiculturales en ce sens qu’elles regroupent toutes des diasporas et des populations d’origine immigrée. Lieux de brassage et d’échanges culturels, toutes les villes modernes mettent en contact des populations dites de souche et des populations d’origine étrangère, toujours reconnues comme telles, mais destinées à l’intégration citoyenne. Les villes-frontières, quant à elles, organisent plutôt un face-à-face entre deux groupes également légitimes et/ou légitimés dans la revendication des droits spécifiques sur la ville et ce, indépendamment du contexte démographique. Ici transparaît l’idée de double légitimité. Dans une ville dite frontière, la minorité ne l’est pas par essence, mais par contingences tantôt historiques, tantôt démographiques. C’est le traité de Trianon qui a transformé les Hongrois majoritaires de Bratislava et Cluj en minorité magyare. Il ne s’agit pas, à travers cette notion de double légitimité, de nier l’existence d’une majorité, mais de souligner en quoi celle-ci, d’une part, ajoute à la complexité et appelle, d’autre part, nécessairement à des solutions de compromis. Le nœud du problème des villes-frontières n’est ni culturel, ni linguistique ou religieux : il est politique. Ici, la minorité n’est pas condamnée à se fondre6. Elle ne le désire d’ailleurs nullement.

  • 7 Voir le brillant article de Jean-Charles Szurek (1990).

13Si les concepts de ville-frontière et de ville multiculturelle ne se recoupent pas, il est évident qu’une ville peut être à la fois l’une et l’autre, comme c’est le cas aujourd’hui de Bruxelles. Le cas de Czernowitz, formidable foyer culturel du monde juif d’avant la Shoah, est intéressant dans la mesure où les Juifs y constituaient la majorité absolue. Ce furent pourtant les prétentions territoriales autrichiennes, roumaines, puis soviétiques qui firent de cette ville, aujourd’hui ukrainienne et tristement homogène, une ville-frontière. S’agissant d’une question de souveraineté et d’appartenance, on pourrait légitimement se demander si le site d’Auschwitz ne constitue pas, lui, la seule zone frontière impliquant la judaïcité européenne. Contrairement aux cas de Wilné ou Czernowitz, c’est bien le territoire (symbolique) du centre d’extermination que disputent, non sans raison, les Juifs aux milieux nationalistes et catholiques polonais7. N’oublions pas que plus de 90 % des victimes d’Auschwitz sont d’origine juive. Ce qui apparaît aujourd’hui comme le plus important cimetière juif de la planète ne serait-il un cas extrême de ville-frontière ?

  • 8 Située aux confins du Québec et de l’Ontario, Ottawa la bilingue n’est l’objet d’aucune dispute.

14Le concept de ville-frontière ne recoupe pas totalement celui de ville multiethnique (et/ou cités-carrefours) ou encore de ville polarisée. Une ville multiethnique n’est pas forcément disputée. Il suffit de songer aux dizaines de cités-carrefours de la Méditerranée d’avant-guerre qui, de Tanger à Constantinople, d’Alexandrie à Beyrouth, regroupaient toutes des diasporas juive, grecque, italienne, etc. Là bas, à Alexandrie comme à Pinsk, forte de 75 % de Juifs, les diasporas (je ne parle pas des grandes puissances) ne visaient qu’à leur pérennité. Les conflits interethniques, souvent violents, qui pouvaient s’y dérouler, ne portaient pas sur la question de la souveraineté. On pourrait encore songer à Montréal, ville ethniquement polarisée s’il en est. Le réveil québécois, ajouté à un contexte géographique défavorable (Montréal est enclavée dans un Québec fortement homogène), interdit désormais à la population anglophone de la disputer aux francophones8. Il en est de même de Miami et ce, en dépit d’un phénomène d’hispanisation ininterrompu. La population d’origine cubaine, qui a arraché en 1992 le bilinguisme dans le district de Miami, ne tient (encore) nullement à l’en détacher des États-Unis.

Conclusion : du meilleur et surtout du pire

15A nos yeux, le concept de ville-frontière s’inscrit bien dans la notion de frontière, développée au siècle dernier par l’Américain Frederick Jackson Turner dans son ouvrage The Significance of the Frontier in American History. Des États-Unis aux empires russe et allemand, c’est bien par le mouvement que se caractérise avant tout la frontière. L’histoire de l’Europe est jalonnée de mouvements expansionnistes, de conquêtes religieuses et militaires. Tous ces événements ont provoqué des mouvements de personnes et de cultures. Les forces de l’Empire ottoman ont atteint les murs de Vienne en 1529, puis à nouveau en 1683 ; la Lituanie était le plus grand État au xive siècle. Il est dès lors naturel de retrouver dans l’espace les mouvements d’expansion des uns (turcs, italiens, français) comme des autres (russes, allemands, etc.). Les villes-frontières constituent ainsi autant de marqueurs d’expansion ou de recul des grandes structures géopolitiques. Danzig, Posen, Breslau témoignent de la période d’expansion germanique en Pologne et Gdansk, Poznan, Wroclaw de son irrémédiable recul. Pour le cas de la Belgique, l’exemple de Louvain/Leuven est tout aussi éclairant. Il n’est donc pas étonnant que les terres frontières nourrissent le plus souvent rêves, mystiques du souvenir, voire velléités de reconquête. La perte d’une ville pourra être vécue de manière d’autant plus traumatique qu’elle incarne une part du rêve national ou religieux. Il en est ainsi de Hébron, tombeau des patriarches, de Cluj-Napoca, la Kolozsvar hongroise, patrie de Mathias Corvin, l’unique souverain de souche magyare ; du Kosovo, le berceau du peuple serbe.

16Ces exemples permettent de prendre en compte les dérives auxquelles sont amenées certaines nations pour conserver ou revendiquer des territoires considérés comme vitaux à la survie nationale.

17Assurément, la stabilité du monde se jouera dans une très large mesure dans ces zones dites pourries de notre planète et ce d’autant plus si l’on songe à la toute récente thèse développée par Samuel Huntington, pour qui « dans le monde nouveau, les conflits n’auront pas essentiellement pour origine l’idéologie ou l’économie » mais seront culturels. A le suivre, « dans les années qui viennent, les conflits locaux les plus susceptibles de dégénérer seront ceux qui, comme en Bosnie et au Caucase, se situent sur les lignes de fracture entre civilisations ». Si cette thèse paraît excessive en bien des aspects, elle a le mérite, comme le dit Pierre Hassner, de souligner « l’importance croissante de la dimension mythique et de l’aspiration traditionaliste et communautaire ». C’est dans la notion de double responsabilité que réside le seul espoir de solution. Dans ces villes envahies par la mémoire et comme possédées par le passé, habitées par le déferlement des symboles et la mobilisation de l’imaginaire collectif, le moindre acte susceptible de remettre en cause le fragile statu quo peut provoquer l’étincelle du feu. Ici, cela consiste dans le percement d’un tunnel archéologique dans la vieille ville de Jérusalem ; là, à Belfast, en l’organisation d’une marche « historico-folklorique ». L’avenir dépendra beaucoup de la capacité des pouvoirs publics concernés à penser ces ensembles mixtes en termes tantôt de citoyenneté (Montréal), tantôt de droits collectifs (Bruxelles), sinon de partage, voire carrément d’abandon (Hébron).

18Apparemment, l’histoire ne prête guère à l’optimisme si l’on songe aux conflits liés aux villes-frontières : 1914, assassinat de l’archiduc François-Ferdinand dans la ville-frontière de Sarajevo ; 1920, destruction par les Italiens de l’imposant centre culturel Slovène de Trieste (Trst) ; 1920 toujours, prise de Wilno par l’armée polonaise ; 1923, capture de la ville libre de Klaipeda (Memel) par des volontaires lituaniens ; 1924, marche italienne sur Fiume (Rijeka) ; 1939, ultimatum et cession à la Pologne de la ville tchèque de Tesin (Teschen/Cieszyn) ; 1939, crise de Danzig ; 1940, cession de Memel aux Allemands, etc. C’est la même logique purificatrice qui présida en 1945-1946 à l’expulsion des Allemands des Sudètes, mettant fin à sept cents ans d’une coexistence largement pacifique, comme à l’expulsion, négociée il est vrai, des francophones de l’université catholique de Louvain.

19Il ne s’agit pas de dramatiser pour autant la situation. Alors que rien ne semble devoir résister à la logique réductrice de l’État-nation homogène – les zones-frontières classiques sont pratiquement réduites à l’échelle de quelques villes symboles – le pire n’est peut-être pas à craindre. La Tchécoslovaquie s’est scindée sans la moindre violence. La Hongrie a choisi depuis sa renaissance de se concentrer sur l’Europe, plutôt que sur la Transylvanie. De même, la guerre de Crimée n’a pas (encore) eu lieu et ce, en dépit du délabrement économique de la Russie. Israël a manifestement pu renoncer au mont Sinaï. Les nœuds que constituent toujours Belfast, Jérusalem, Nicosie ne doivent pas faire oublier qu’aucun Allemand ne songerait plus à mourir pour l’Alsace-Lorraine, que les Flamands ont renoncé à Lille, Douai ou Orchies, que Czernowitz, Fiume, Salonique, Pozsony, Constantinople ne suscitent plus les passions d’antan.

20Fondamentalement, les frontières sont porteuses du meilleur comme du pire. D’un côté, comment oublier que l’ancêtre du parti nazi naquit non pas en Allemagne mais dans la région-frontière de Bohême-Moravie ? De l’autre, comment oublier le cas de Bruxelles (ville-frontière s’il en est, ville charnière entre les mondes latin et germanique) qui, forte d’un système institutionnel des plus complexes, a su préserver jusqu’ici la Belgique de la division ethnique ? La capitale apparaît désormais comme le dernier obstacle au séparatisme flamand. Comment oublier, enfin, que ce furent des hommes des frontières – de Schuman à Adenauer en passant par De Gasperi – qui portèrent la construction européenne, qui reste à ce jour, malgré les vicissitudes, la dernière frontière utopique du xxe siècle ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Badie, B. 1995. La fin des territoires. Essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du respect, Paris, Fayard.

Foucher, M. 1986. L’invention des frontières, Paris, FEDN.

– 1989. Fronts et frontières, un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard.

Girardet, R. 1996. Nationalisme et nations, Bruxelles, Complexe.

Kotek, J. (dir.). 1996. L’Europe et ses villes-frontières, Bruxelles, Complexe.

Renard, J.-R & P. Picouet. 1993. « Frontières et territoires », Documentation photographique, 7016.

Szurek, J.-Ch. 1990. « Pologne, le camp-musée d’Auschwitz », in A. Brossat, S. Combe, J.-Y. Potel & J.-Ch. Szurek (dir.), A l’Est la mémoire retrouvée, Paris, La Découverte.

Notes

1 Voir l’excellent dossier de Jean-Pierre Renard et Patrick Picouet (1993).

2 Ce sont des quartiers anciens dégradés, limitrophes du centre-ville, comme on en trouve dans toutes les métropoles des États-Unis. Ces quartiers ont été abandonnés par les classes aisées au profit de banlieues plus agréables (Rhode-Saint-Genèse, Waterloo, etc.).

3 En Occident, la revendication régionaliste rejoint le vaste mouvement de repli identitaire et de resserrement de l’espace social.

4 L’histoire de l’Europe centrale et des Balkans est caractérisée par un rapport particulier aux frontières. Ce rapport complexe découle des souverainetés que les premiers royaumes de la région, aux relations souvent antagonistes, ont successivement exercées sur les mêmes territoires, de l’intégration de ces derniers dans des empires multinationaux et de leur constitution tardive en États-nations, aux limites contestées puis bouleversées par des guerres. La spécificité de cette histoire politique, source d’un décalage entre de lointaines frontières historiques devenues mythiques et les frontières actuelles, est la base de nombre des tensions actuelles.

5 La Flandre a réussi à faire de Bruxelles sa capitale en usant d’un subterfuge. Si, d’un côté, Bruxelles ne peut être la capitale de la Région flamande (Bruxelles est elle-même une région à part entière depuis 1989), de l’autre, elle est bien celle de la Communauté flamande. Dans la mesure où les autorités fédérées flamandes ont fondu la Région dans la Communauté, Bruxelles est devenue de facto la capitale de la Flandre.

6 Pour caricaturer, soulignons que la situation de la minorité arabe de Jérusalem ne peut être comparée à celle de la minorité arabe de Bruxelles.

7 Voir le brillant article de Jean-Charles Szurek (1990).

8 Située aux confins du Québec et de l’Ontario, Ottawa la bilingue n’est l’objet d’aucune dispute.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540