Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Limites floues, frontières vives

 | 
Christian Bromberger
, 
Alain Morel

IV. De près et de loin : frontières illusoires

La frontière comme outil

Une exploration de l’organisation domestique sur les deux versants des Alpes occidentales

Dionigi Albera

Texte intégral

1L’histoire de la famille a connu une expansion considérable au cours des dernières décennies. De très nombreux travaux, émanant de diverses disciplines, ont traité de la vie domestique dans l’histoire européenne. Les monographies locales ont été intégrées dans de vastes synthèses. Plusieurs auteurs ont ainsi dessiné les aires de répartition des « systèmes familiaux » européens. Les variations repérées ont été interprétées comme le résultat de l’influence d’un nombre restreint d’éléments fondamentaux qui opèrent comme des principes d’organisation de la parenté (Lamaison 1987 ; Barthélémy 1988 ; Segalen 1992).

Frontières culturelles et territorialisation des structures familiales

2On constate, en somme, une forte tendance à proposer des explications par le simple et par les causes simples. Des hypothèses d’unification ambitieuses ont été avancées avec l’assurance d’un savoir qui s’affirme immédiatement général. Pour Bernard Derouet (1989 ; 1993) les pratiques successorales paysannes ne sont que le produit d’un certain rapport à la terre déterminé par le contexte économique, écologique et technique. Dans le vaste travail comparatif de Georges Augustins (1989), l’hypothèse de base est, au contraire, que la transmission des biens est régie par un système de pensée dérivant de la combinaison de règles concernant la succession et l’héritage. Deux principes antagonistes s’opposent, en déterminant plusieurs situations d’équilibre : le principe de résidence, visant à l’individualisation du groupe domestique, et celui de parenté, visant à son absorption dans un ensemble de parenté plus vaste. Par le biais de cette typologie, l’auteur dessine une géographie des formes de reproduction concernant l’ensemble des paysanneries européennes.

Une géographie des formes familiales

3Les synthèses sur l'histoire de la famille se sont transformées surtout en une géographie des formes familiales ; elles distribuent dans l’espace des modèles qui auraient occupé les mêmes régions pendant plusieurs siècles, voire des millénaires. Selon André Burguière, par exemple, les principes de l’organisation familiale ou de la transmission des biens relèvent de catégories mentales qui « appartiennent à l’équipement culturel qu’une population transporte avec elle dans ses migrations et dont elle ne se sépare pas avant d’avoir été complètement submergée par une culture plus agressive. Ces principes constituent sur le plan culturel – comme la formule sanguine sur le plan génétique – des marqueurs ethniques à partir desquels on peut reconstituer l’histoire d’une population » (1993 : 32). Laslett, pour sa part, propose une version encore plus radicale de l’histoire immobile des phénomènes familiaux, en plaçant l’organisation familiale à l’intérieur de ce qu’il appelle « the social structural time ». Dans ce domaine, le tempo du changement serait le plus lent, par rapport aux transformations politiques, économiques, démographiques, idéologiques, religieuses. Il arrive à émettre des hypothèses qu’on pourrait inscrire dans une sorte de « préhistoire immobile » de la famille :

We are all aware that some norms, and among them familial norms, can stay virtually the same in their content over many centuries, and we can imagine them persisting from far back into prehistory. Moreover the familial normative structure is container-like, since one of its purposes is to outlast demographic emergencies and vicissitudes, economics ups and downs, ideological turnabouts and religious transformations (1987 : 273-274).

4Il s’agit là de positions extrêmes. Cependant, à l’examen de la vaste littérature sur ces sujets, on s’aperçoit que la géographie de la famille est inscrite dans la longue durée. Dans nombre de travaux circule une sorte de sens commun savant qui distribue dans l’espace européen quelques types de familles issus, de manière plus ou moins directe, de ceux qu’a établis Le Play : famille instable, famille patriarcale et famille-souche. Des portraits de l’Europe « à trois visages » ont été esquissés d’innombrables fois dans les dernières décennies. Condensé de la situation européenne, l’Hexagone semble réunir les trois archétypes de l’organisation domestique : la famille nucléaire est répandue dans l’Ouest et dans le Bassin parisien, associée à un égalitarisme strict ; la famille communautaire prédomine dans le Centre ; le Midi est le royaume de la famille-souche, c’est-à-dire d’un système inégalitaire qui vise, à travers le privilège accordé à l’un des enfants, à garder l’intégrité du patrimoine et la continuité de la lignée.

5Les savoirs sur l’objet famille semblent s’organiser naturellement dans la logique totalisante de la représentation géographique. Ils sont rassemblés sur des cartes qui sont censées donner une image directe du réel, comme l’exposition d’un savoir constitué, qui ne porte aucune trace des opérations ayant permis d’atteindre le résultat final. Les unités géographiques sont des régions, des aires culturelles, des lieux à l’intérieur desquels se répand une sorte de substance culturelle homogène et immobile, identifiée à un type familial. La juxtaposition des lieux est conçue à partir d’une vision substantialiste qui postule dans la longue durée historique l’isomorphisme entre la culture et son implantation géographique. La « mise en terre » des types familiaux se fonde sur des raisonnements qui accordent une grande importance à l’environnement physique pour expliquer la présence d’une organisation domestique particulière. Du lieu on passe au milieu, avec des formes de déterminisme plus ou moins ouvertes.

6Quel a été le rôle de la notion de frontière culturelle dans une démarche qui inscrit dans l’espace les comportements domestiques et les conçoit comme des formes culturelles ? Ce rôle a été moindre que ce qu’on aurait pu attendre. Bien que l’accent ait été mis sur les discontinuités des formes familiales, le tracé des limites entre les différentes aires est resté presque toujours assez vague. Même l’analyse des sites frontière a été peu pratiquée, si l’on excepte quelques explorations isolées (Cole & Wolf 1974 ; Berkner 1976).

7Dans les pages qui suivent j’utiliserai la notion de frontière pour esquisser quelques réflexions sur la dimension spatiale de l’histoire de la famille que l’on trouve aussi bien dans les travaux monographiques que dans les études comparatives. Il me semble que le questionnement sur la notion de frontière peut être une posture stratégique qui permet d’échapper à l’impasse d’un discours scientifique procédant souvent à une territorialisation hâtive des faits culturels. En outre, il peut être un outil pour ne pas se borner, par réaction à l’esprit de géométrie des travaux de synthèse, à une sorte d’hypertrophie de la complexité monographique.

Vers une dissolution des typologies géographiques ?

8Le paysage épistémologique actuel semble contrasté. Les grandes théories visant à établir une géographie des formes familiales européennes occupent le devant de la scène. Elles dominent le champ interdisciplinaire de l’histoire de la famille du haut de leurs architectures formalisées. Le doute, cependant, a commencé à s’installer dans les synthèses comparatives. Gérard Bouchard (1993), par exemple, a constitué un dossier faisant état de discordances par rapport à la représentation habituelle de la géographie familiale de l’espace français, et critiquant le fait que les recherches menées dans les dernières décennies manquaient d’homogénéité et de systématicité. Plus généralement, la conjoncture actuelle n’étant plus très favorable, dans les sciences sociales, à la quête de structures et de règles, la critique des ambitieuses constructions théoriques n’en a eu que plus de poids. Plusieurs auteurs, se rattachant à différentes disciplines et tendances, ont manifesté leur scepticisme face à la tentative de quadrillage de l’espace européen avec un nombre restreint de systèmes familiaux. Certes, les prises de position sont différentes, mais il est néanmoins possible de repérer quelques traits communs dans des travaux comme ceux de Lenclud (1979, 1988) ; Levi (1989) ; Siddle (1986a, 1986b) ; Fontaine (1990, 1991, 1994), pour se limiter à quelques exemples. La complexité d’un terrain concret – qu’il soit situé en Corse, dans le Piémont ou dans les Alpes françaises – conduit à mettre en doute la pertinence des typologies concernant les modes d’héritage et les structures familiales. La vie de la famille et ses pratiques successorales sont désormais inscrites dans le contexte plus large de la parenté, ce qui entraîne une relativisation des taxinomies usuelles. Une attention plus grande est donnée aussi bien aux individus qu’au poids des conjonctures démographiques, économiques et politiques qui peuvent interférer avec les dynamiques individuelles et familiales.

9Ces contributions ont un effet tonique dans un panorama intellectuel où les concepts risquent de se scléroser et où les simplifications servent de passe-partout théoriques. Dans quelques cas, cependant, elles s’exposent au danger de se réduire au champ de la singularité monographique. Dans d’autres cas elles se focalisent exclusivement sur les stratégies des acteurs, ce qui peut à la limite conduire à effacer toute distinction géographique et culturelle. Par exemple, dans les travaux importants qu’elle a consacrés aux vallées alpines de l’Oisans aux xviie et xviiie siècles, Laurence Fontaine trouve à l’échelle micro-locale tous les types de dévolution mis en évidence par la géographie des coutumes successorales en France. La typologie géographique se voit ainsi transformée en « un enchaînement de séquences ». Dans cette perspective le choix des différents arrangements successoraux ne dépend que des stratégies de reproduction adoptées par les chefs de famille et des aléas biologiques et économiques. L’auteur peut donc se demander « si le cas alpin est généralisable et si partout les règles de dévolution des biens peuvent être – malgré leurs apparentes contradictions – les phases successives d’un même processus et non des catégories autonomes » (Fontaine 1994 : 30).

10Mais il me semble que si on suit cette piste on risque de transformer la complexité qui caractérise tout système pratique en un catalogue de possibilités abstraites, sans plus tenir compte de la spécificité des lieux. On passe ainsi, dans l’exemple qu’on vient de citer, de quelques monographies familiales concernant l’Oisans à l’ensemble du Haut-Dauphiné, puis au « cas alpin », pour aboutir à des espaces infinis (« partout »). La démarche que je suivrai pour analyser la situation alpine est fondée sur une territorialisation plus prudente.

L’histoire de la famille face à la montagne

Lieu et milieu

11Durant les dernières décennies, l’histoire de la famille a accordé une importance centrale aux régions de montagne. A l’intérieur du portrait à trois visages qui a marqué l’horizon théorique des études sur l’organisation domestique en France, les régions de montagne sont devenues une sorte d’épicentre de la famille-souche du Midi. La représentation d’une montagne marquée par la présence de la famille-souche n’est pas, par ailleurs, confinée à la France. Pour André Burguière (1986 : 644) « la famille-souche est la forme d’organisation familiale préférée de toute une partie de l’Europe montagneuse ou herbagère, là aussi où l’habitat est le plus souvent dispersé. On la rencontre du nord du Portugal aux pays baltes en passant par la France méridionale et la zone alpine ». La prépondérance de la famille-souche et de la « maison » est fréquemment expliquée par les caractéristiques du milieu. L’un des objectifs les plus importants pour les paysanneries des régions montagneuses d’Europe aurait été, semble-t-il, d’éviter le partage du patrimoine : la terre était trop rare pour qu’on puisse songer à la diviser (Burns 1963 ; Lamaison 1979 : 722 ; Fine-Souriac 1977 : 482) ; ou encore l’agriculture de montagne se fonderait sur un équilibre délicat entre différents types de sols, un équilibre qu’il fallait conserver de génération en génération (Wolf 1966 : 3) ; ou bien, la dévolution inégalitaire répondait au souci d’empêcher l’augmentation du nombre des familles ayant droit aux ressources collectives (Augustins 1989). En tout cas, l’accent est mis sur l’adaptation au milieu de ce type de transmission. C’est donc dans l’espace montagnard que le modèle associant étroitement la famille paysanne au territoire dans lequel elle est enracinée semble trouver son application la plus cohérente, la plus « naturelle ».

12La même vision d’un espace montagnard fermé, voué à une économie agricole autarcique, caractérise le modèle « matérialiste » proposé par Bernard Derouet (1989 ; 1993). Ce dernier, il est vrai, s’est opposé à la vision dominante qui réduit les comportements familiaux à des principes culturels presque immobiles, en suggérant que l’organisation domestique a été l’objet de transformations historiques qui ont été souvent négligées. Cependant, en ce qui concerne les régions de montagne, il souligne que le passage à l’unicité successorale n’est que le résultat des contraintes du milieu, qui opposent rapidement des limites aux possibilités d’expansion agricole.

13De plus, la montagne est généralement vue comme un pôle arriéré, où la société et l’économie sont restées longtemps repliées sur elles-mêmes. On ne s’étonnera donc pas si les vieilles coutumes familiales semblent y avoir mieux résisté. La présence exclusive de la famille-souche serait ainsi due (aussi) à la marginalité de la région, à son isolement archaïque ; la fidélité à la famille-souche résumerait et symboliserait l’altérité de la société montagnarde.

14Dans l’ensemble, ces représentations font de la montagne une province séparée par une frontière écologique, que dessinent les possibilités d’expansion humaine et agricole. Une frontière qui est aussi une frontière culturelle.

15On retrouve, dans maints travaux récents consacrés à l’organisation domestique dans l’espace montagnard, des raisonnements qui empruntent le sillon que Le Play a tracé avec sa monographie célèbre sur les Mélouga. N’est-il pas suspect de constater que les axes des raisonnements qui sont reproduits depuis environ cent cinquante ans dans les théories concernant l’organisation domestique s’enracinent dans des représentations stéréotypées de la montagne largement diffuses dans le sens commun européen ? La connaissance ordinaire peut-elle vraiment servir de caution à des généralisations souvent fondées sur une poignée de case studies ?

Vers un horizon possibiliste : le cas des Alpes

16II existe une abondante littérature sur les Alpes qui a été souvent négligée dans les synthèses comparatives. L’affirmation de la prédominance de la famille-souche dans les régions de montagne aurait pu être nuancée par la consultation des travaux menés au xixe siècle. La représentation dominante de l’organisation domestique montagnarde a été aussi mise en question par plusieurs enquêtes récentes d’historiens et d’ethnologues, issus de différentes traditions nationales et disciplinaires, qui ont abordé le thème de la transmission du patrimoine.

17Plusieurs travaux ethnographiques concernant le Valais ont ainsi mis au jour la pratique généralisée du partage des propriétés (Berthoud 1967 ; Friedl 1974 ; Weinberg 1975) et ont montré que la transmission égalitaire des patrimoines a été un élément stable pendant plusieurs siècles, sans pourtant perturber le fonctionnement de l’écosystème, dont l’équilibre dépendait plutôt de l’action régulatrice des institutions locales et des mécanismes homéostatiques de type démographique (Wiegandt 1977 ; Netting 1981 ; McGuire et Netting 1982). A l’intérieur des Alpes suisses la division des propriétés ne se limitait pas au seul Valais. Elle était par exemple courante dans les cantons des Grisons et du Tessin (Mathieu 1980). Cependant, la transmission inégalitaire était diffuse dans d’autres régions alpines helvétiques (Head-Konig 1992).

18Dans les Alpes autrichiennes, le patrimoine familial était généralement transmis à un seul héritier, sauf dans le Voralberg, le Tyrol occidental et au moins dans quelques parties du Tyrol oriental, où le partage prédominait (Wolf 1970 ; Schmidtbauer 1983 ; Mitterauer 1992). Si les travaux sur la Slovénie montrent une transmission qui privilégiait un seul garçon (Erlich 1966), dans l’ensemble des Alpes italiennes la division était au contraire habituelle (Viazzo 1989 ; Viazzo & Albera 1990 ; Albera 1995).

19Ce rapide tour d’horizon autorise déjà une première conclusion : dans l’ensemble il n’y avait pas une organisation familiale typique des Alpes. Il n’existe pas une famille alpine, qui s’opposerait, par exemple, à une famille méditerranéenne, comme quelques auteurs (Burns 1963 ; Saunders 1979) l’ont suggéré. On a affaire à une multiplicité de situations, à une véritable mosaïque de pratiques. Nombre de recherches montrent en outre que cette diversité ne résulte pas de transformations récentes, mais existe depuis plusieurs siècles. Le milieu montagnard, apparemment si contraignant, admet donc une pluralité de solutions. Nous sommes conduit, encore une fois, à pointer les limites des simplifications déterministes, à reconnaître, dans le sillon de Vidal de La Blache et de Lucien Febvre, les vertus d’une approche « possibiliste ».

20Quels sont les facteurs qui pourraient rendre compte d’une telle diversité ? En intensifiant l’analyse, en réduisant le champ de recherche, ne serait-il pas possible d’arriver à des constats plus fins et nuancés, qui mettraient en évidence une variété de pratiques et de solutions à l’intérieur même de chaque région ? Jusqu’à quel point est-il possible d’aller dans le découpage du territoire ? Comment territorialiser les connaissances ? Comment tracer des frontières ?

21La mosaïque qui ressort de ces recherches monographiques n’est-elle pas le reflet de clivages « ethniques » et culturels ? La montagne pourrait alors être perçue comme un ensemble de lieux (aires, régions, etc.), séparés par une série de frontières culturelles. L’aire alpine ne serait plus alors un lieu frontière, mais un ensemble de lieux entrecoupés par des frontières. L’attention se portera, dans les pages qui suivent, sur une de ces frontières.

Une frontière dans les Alpes occidentales ?

22Si l’on se propose de comparer les pratiques domestiques sur les deux versants des Alpes occidentales, on est confronté à une opposition remarquable dans les discours savants concernant ce sujet. Côté français domine une représentation cartographique qui a déjà plus d’un siècle, et qui associe de façon systématique les Alpes françaises à la famille-souche du Midi. Sur le versant opposé, pas de cartes, point de travaux de synthèse anciens. Ici, comme dans d’autres régions italiennes, le savoir est plus disséminé. Qu’en est-il en fait des coutumes successorales ? A la différence de ce que révèlent les formes de transmission dans les Alpes suisses et autrichiennes, le secteur italien de la chaîne laisse entrevoir une uniformité considérable. Le partage y est courant, avec une orientation agnatique qui amène dans la plupart des cas à privilégier le côté masculin. Cette orientation se traduit par la fréquence de la cohabitation des frères mariés. Cependant il n’y a pas toujours corésidence à strictement parler ; la solidarité agnatique se manifeste alors de manière moins nette par l’habitation contiguë ou par la gestion commune du patrimoine familial. Plus généralement, ces traits manifestent une convergence substantielle des pratiques répandues parmi plusieurs catégories paysannes (métayers, fermiers, petits propriétaires) dans l’ensemble de l’Italie du Nord (Barbagli 1984 ; Viazzo & Albera 1990).

23A l’opposition entre le Nord et le Sud, qui a si fortement marqué la perception de l’espace français et la géographie des formes familiales, faut-il maintenant ajouter une limite Est-Ouest qui passe quelque part dans les Alpes franco-italiennes ? Plusieurs facteurs favoriseraient l’oubli de cette frontière culturelle : une méconnaissance réciproque des références bibliographiquess des deux côtés, la superposition de cette frontière avec la frontière politique, le fait aussi qu’en Italie les efforts pour établir une géographie des formes de famille sont assez récents, et qu’ils n’ont pas abouti, comme en France, à une cartographie explicite.

24L’examen d’une série d’enquêtes menées au xixe siècle sur les deux versants permettra de mettre à l’épreuve l’hypothèse de l’existence d’une frontière relative aux pratiques domestiques entre les deux versants des Alpes occidentales.

Trois enquêtes en miroir

La Société d’économie sociale et les familles alpines

25A partir des années 1860, plusieurs disciples de Le Play effectuent des recherches dans les Alpes, en se référant à la typologie tripartite que ce dernier vient d’élaborer. Les résultats de ces enquêtes sont présentés à la Société d’économie sociale, fondée par Le Play en 1856, et font l’objet d’amples discussions en 1867 et 1868. L’un de ces premiers travaux, consacré au département de la Drôme, est signé par Eugène Helme, juge suppléant au tribunal de Valence. « D’après mes observations personnelles et les renseignements les plus dignes de foi, observe-t-il, j’estime que le département de la Drôme doit être compris en entier dans la région des familles souches. » L’opinion du juge correspond à celle des autres notables qu’il a interrogés : « Magistrats et avocats, notaires, curés, pasteurs, tout le monde est d’accord. Chez nous, l’immense majorité des familles se perpétue dans la même habitation, où l’un des enfants se marie et continue la profession, l’exploitation ou l’industrie du père, tandis que les autres vont, avec une dot, chercher fortune au dehors » (Helme 1892 : 263). La famille patriarcale est au contraire absente (ibid. : 268). Quant aux familles instables, elles « sont peu nombreuses ; disséminées çà et là, il n’est pas possible d’en faire mention sur la carte projetée. Néanmoins, je dois le dire, quelque regret que j’en éprouve, leur petite minorité s’accroît tous les jours, surtout dans les villes [...] » (ibid. : 265). Le commentaire de ces transformations fait référence à une série de thèmes typiques des horizons leplaysiens. Le Code civil et la jurisprudence des tribunaux favorisent le partage égalitaire contre la famille-souche. A cela s’ajoute un désir « immodéré » de bien-être, le relâchement de l’autorité paternelle et la diminution de l’harmonie sociale au sein de chaque classe (ibid. : 267).

26Dans les œuvres que Charles de Ribbe, avocat à Aix-en-Provence et l’un des disciples les plus proches de Le Play, a consacrées à l’organisation de la famille en Provence, la montagne figure comme le conservatoire des anciennes vertus de la famille-souche, vertus qui s’inscrivent dans l’horizon idéologique de la droite. La vallée de Sault ou les Hautes-Alpes sont considérées comme des endroits où la « corruption » ne s’est pas insinuée : « Là sont les familles les plus morales et les plus nombreuses de la région du Sud-Est. » Mais le bonheur ne règne pas partout en montagne. De Ribbe oppose à la situation des Hautes-Alpes celle des Alpes-Maritimes, dont il prend comme exemple le canton de Saint-Auban. Le morcellement des terrains est ici « arrivé aux limites extrêmes », et le régime de la famille-souche « disparaît devant l’envahissement du partage égal ». De même, si dans les Hautes-Alpes l’instruction primaire est très développée, au point qu’il « n’est presque pas d’enfant qui ne sache lire, écrire et compter », dans le canton de Saint-Auban « la grande difficulté est de trouver un paysan sachant écrire plus ou moins lisiblement sa signature, pour remplir très sommairement les fonctions de maire » (de Ribbe 1892 : 315-319).

27L’auteur qui contribue de la manière la plus nette à dessiner la géographie familiale des Alpes françaises est Claudio Jannet, avocat à Aix-en-Provence, qui de septembre 1867 à février 1868 effectua une enquête sur les coutumes successorales en Dauphiné et en Provence. Un questionnaire avait été adressé à environ cent cinquante notables de ces régions. Selon Jannet aucune famille patriarcale « n’existe en Provence, et ne paraît même y avoir jamais existé » (Jannet 1892 : 328). Il affirme que la famille patriarcale n’est apparue en France que dans des populations d’origine celtique et germanique. Le fond de la population provençale est par contre gallo-romain, et les institutions romaines, affirme-t-il d’une manière péremptoire, « se rapportaient exclusivement au régime de la famille souche ». Donc, avant la Révolution, la région entière, « depuis les Alpes jusqu’au Rhône, et à la mer, suivait le régime de la famille souche » (ibid. : 328). La carte des coutumes successorales en Provence pendant l’Ancien Régime avait une teinte uniforme. C’est le Code Napoléon qui a eu pour effet « de créer en Provence plusieurs régions distinctes, suivant la résistance plus ou moins grande des traditions locales et des intérêts économiques » (ibid. : 329).

28Dans son esquisse d’une géographie familiale de la Provence et d’une partie du Dauphiné, Jannet distingue trois régions. La première comprend tout le département des Hautes-Alpes, la partie supérieure du département des Basses-Alpes, les arrondissements de Puget-Théniers et de Nice dans le département des Alpes-Maritimes (« ces derniers arrondissements ayant eu jusqu’en 1861 le bénéfice du Code sarde »), la partie montagneuse des départements de l’Isère et de la Drôme. Cette région « présente, autant qu’il est possible sous l’empire du Code Napoléon, les mœurs de la famille souche » (ibid. : 329-330).

29La deuxième région comprend la partie inférieure du département des Basses-Alpes, l’arrondissement de Grasse dans les Alpes-Maritimes, la majeure partie du département du Vaucluse, quelques cantons du département des Bouches-du-Rhône. Ici « le vieux fond de mœurs et de vertu provençale » conserve encore « les bonnes traditions ». Cependant la transmission intégrale y a désormais disparu et les chefs de famille se bornent « à attribuer un préciput à l’enfant qui s’établit dans la maison paternelle » (ibid. : 330).

30La troisième région comprend tout le département du Var, la majeure partie des Bouches-du-Rhône et le reste du Vaucluse. Dans cette région, à partir des grandes villes s’est propagé en milieu rural le partage forcé. C’est donc la famille instable qui domine, avec son cortège de « goûts ruineux », « plaisirs immoraux », « corruption » et « stérilité systématique » (ibid. : 331).

31La géographie familiale dessinée par Jannet reproduit en somme les étapes de la diffusion du partage forcé. Quelles sont les causes de la résistance opiniâtre de la montagne ? La population montagnarde est en lutte avec « la stérilité du sol et la rigueur du climat », ce qui, dans le cadre du déterminisme spiritualiste de cet auteur, semble engendrer la conservation des vertus domestiques, des traditions religieuses et des habitudes d’économie. A la préservation des anciennes mœurs contribuent aussi le défaut de voies de communication et le repli de la région sur elle-même. Les conditions du milieu interviennent en outre de manière plus directe, étant donné que dans les montagnes pastorales « les conditions de l’agriculture se refusent à une trop grande division du sol » (ibid. : 330).

Vers la formalisation cartographique

32La propension à dresser une carte des formes de transmission de la propriété, qui est déjà évidente dans les travaux que les disciples directs de Le Play ont consacrés à la Provence et au Dauphiné, ne fléchit pas. Durant les décennies suivantes, des ouvrages plus généraux ont abondamment utilisé les leplaysiens, Helme, de Ribbe et surtout Jannet, comme des sources, en se limitant à les copier ou à les paraphraser, parfois sans même les citer. Ainsi, dans Les populations agricoles de la France, Henri Baudrillart, pour tracer une esquisse des mœurs et coutumes domestiques des populations rurales, se sert comme guide de Charles de Ribbe (Baudrillart 1893 : 43-49). Quand il porte son attention sur les Basses-Alpes c’est à Jannet qu’il emprunte ses matériaux...

33Les efforts visant à dresser une cartographie des formes de succession culminent dans le travail de Brandt (1901). Élève de Meitzen, Alexandre de Brandt consacre une étude à la transmission de la propriété d’une génération à l’autre dans les populations rurales françaises. Il rédige son livre pendant un séjour qu’il fait en France en 1897-1898. Il s’appuie sur des observations personnelles « faites au cours d’un voyage en province », sur un questionnaire « envoyé à un grand nombre de personnes », sur les enquêtes agricoles de 1866, 1882 et 1892, et sur les travaux des leplaysiens (Brandt 1901 : 2) qui se taillent la part du lion dans ses sources. L’auteur le plus utilisé est Claudio Jannet.

34Brandt reproduit encore une fois l’opposition entre le haut et le bas. Les Alpes, comme les Pyrénées et le Massif central, constituent « une citadelle pour les anciennes coutumes héréditaires », un bastion de la famille-souche. La carte de Brandt sera maintes fois réutilisée durant ces dernières années. Brandt a élargi l’horizon à la Savoie, que Jannet n’avait pas prise en considération, et introduit une distinction entre la Savoie et la Haute-Savoie :

En Savoie, comme le fait remarquer le rapport du commissaire général à l’enquête agricole de 1866. on a vu d’un mauvais œil l’introduction du droit français, le père ayant, d’après le Code civil sarde, la libre disposition de la moitié de ses biens. Dans le département de la Savoie, d’après l’enquête de 1866. le fils aîné reçoit la quotité disponible, mais la propriété ne reste indivise que dans les familles aisées. Dans la Haute-Savoie, elle ne se partage qu’entre les fils, les filles sont indemnisées pour leur part (ibid. : 286-287).

35L’image de la montagne dans l’ensemble de ces travaux est uniforme. Les Alpes sont un pôle naturel, innocent, pur, où jaillissent les bonnes mœurs et les vertus domestiques. C’est la pauvreté du milieu, et le repli sur soi, qui préservent la montagne, et surtout la haute montagne, de la corruption. Il s’agit de thèmes qui, à l’époque, étaient déjà assez éculés. Le type pittoresque du montagnard avait été dessiné plusieurs fois dans les récits de voyage des débuts du xixe siècle, qui présentaient les Alpes comme une sorte d’Arcadie (Martel 1987). Dans ces pages l’influence de Rousseau se mêlait à celle de Montesquieu. La rudesse du milieu et du climat semblait produire un type humain rude lui aussi, mais sérieux, industrieux, ayant le goût de la liberté. L’image des Alpes françaises était ainsi structurée autour d’une série d’oppositions :

Montagne/plaine, froid/chaud, air des cimes/air vicié du bas-pays. Et ces oppositions, toutes physiques entre un haut et un bas, en induisent normalement d’autres, d’ordre plus moral, au nom de l’influence du milieu sur le tempérament. S’opposent ainsi la nature alpine et la civilisation de la plaine, la persistance du primitif et le progrès de la modernité, le tout impliquant une opposition morale : vertus patriarcales de l’homme de la montagne/vices des villes du bas-pays (Martel 1987 : 179).

36Les mêmes oppositions caractérisent, par ailleurs, le regard sur la montagne que l’on retrouve dans les enquêtes italiennes effectuées à la même époque. Cependant, l’image de l’organisation domestique n’est pas la même.

L’Inchiesta Jacini

37La monumentale Inchiesta Jacini, publiée dans les années 1880, constitue une source d’informations importante sur les paysanneries italiennes. Les responsables des enquêtes menées dans les différentes régions de l’Italie ont recours à un questionnaire transmis aux juges de chaque circonscription, dans le but de déterminer « les conditions morales » de la population rurale. On y trouve des questions relatives aux différents délits, à la pratique de la mendicité, au nombre de naissances illégitimes, à l’importance de la prostitution. On demande aussi des informations sur la persistance des superstitions, sur les dettes et sur les déplacements. Si les coutumes concernant la succession sont négligées, l’intérêt pour la solidité des liens familiaux représente en revanche une constante. A la première place figurent, en effet, les questions : « Les liens familiaux sont-ils solides ? Ou bien les relations entre parents sont-elles peu chaleureuses ? » Les réponses au questionnaire montrent clairement ce que l’on entend par « liens solides » et « relations chaleureuses ». On attribue une valeur positive à la corésidence de plusieurs couples pendant la plus longue période possible et à la subordination de chacun à l’autorité du chef de famille (Manoukian 1988 : 5). Le schéma mental qui transparaît est fondé sur l’adhésion au modèle de la famille « patriarcale », menacée par l’effritement des liens familiaux que produisent les récentes transformations, par l’influence des idées « modernes » et par la croissance de l’individualisme.

38Dans le Piémont, la solidité des liens familiaux semble prévaloir. Lorsqu’ils abordent la composition de la famille et la qualité des relations domestiques, les responsables de l’enquête font souvent référence aux différentes catégories qui composent la population agricole piémontaise : petits propriétaires, métayers, fermiers, « boari », ouvriers agricoles. La petite propriété survit en marge du processus de pénétration capitaliste, qui atteint son maximum dans la basse plaine. Tout autre est la situation des montagnes : la petite propriété y domine comme par le passé et elle peut s’appuyer sur de vastes ressources communes (bois et pâturages) qui ont progressivement entièrement disparu de la plaine.

39Les catégories les plus éloignées du modèle idéal célébré par les rédacteurs de l’enquête sont celles des ouvriers agricoles (Inchiesta 1883 : 659). Situés au plus bas échelon de la hiérarchie rurale, caractérisés par une mobilité suspecte et souvent accusés de vols champêtres, ils semblent catalyser les préoccupations des classes dirigeantes envers un monde paysan pauvre, inquiet et désormais enclin à des choix migratoires qui peuvent faire craindre une hémorragie de main-d’œuvre. Le mythe d’un passé patriarcal, immobile et uniforme, constitue l’une des clés de lecture d’un monde paysan en effervescence, appauvri et quelquefois menaçant. Les catégories qui, selon les rédacteurs de l’enquête, restent proches du modèle patriarcal, sont les métayers, les petits fermiers, et surtout les petits propriétaires (ibid. : 791, 859). La montagne, région où domine encore la petite propriété, devient ainsi le conservatoire du passé patriarcal. C’est là que, selon les rédacteurs de l’enquête, persistent encore les grandes associations familiales (ibid. : 635). Mais les modalités de transmission des biens et de la résidence ne sont pas véritablement analysées et mises en relation comme elles le sont dans le cas des enquêtes françaises.

Frontières dans les Hautes-Alpes

Uniformité et diversité

40La comparaison des regards portés dans la deuxième moitié du xixe siècle sur les pratiques domestiques de chaque côté des Alpes occidentales semble confirmer l’existence d’une frontière linéaire : une frontière qui partage les Alpes françaises et italiennes. Cette frontière concerne aussi bien le contenu que la forme de la description. En France on réalisa des cartes, en Italie le discours reste plus flou. La transmission des patrimoines et les formes de l’organisation domestique représentent le pivot central et explicite de l’intérêt porté en France à la vie des paysans ; en Italie l’intérêt pour les pratiques successorales demeure très limité, et même l’attention prêtée aux liens familiaux ne conduit pas à constituer la famille en objet central de l’attention des observateurs.

41L’Inchiesta Jacini n’a pas été suivie par un travail de formalisation cartographique des types de transmission. Néanmoins, des recherches récentes (Viazzo 1989 ; Albera 1994a, 1995 ; Ramella 1977, 1984 ; Dossetti 1994 ; Ravis-Giordani 1994 ; Destro 1984 ; Audenino 1990, 1994 ; Corti 1990 ; Ginatempo 1994 ; Stefanoni 1994 ; Sibilla 1980, 1985 ; Viti 1994), tout en suggérant l’existence de situations plus complexes que la seule « famille patriarcale », n’infirment pas certains traits des descriptions du xixe siècle : partage égalitaire, cohabitation fréquente de plusieurs couples, orientation lignagère.

  • 1 Pour une analyse de ces travaux voir Albera 1994a et 1995.

42Un travail de terrain que j’ai mené pendant les années 1980 dans plusieurs secteurs des Alpes piémontaises (dans la région de Biella, en Val Varaita, Valle Stura et Valle Gesso) a complété cette exploration bibliographique. Les nombreux entretiens que j’ai réalisés n’ont pas mis en lumière de contrastes significatifs touchant le domaine domestique (Albera 1995). Une série de recherches historiques n’ont pas non plus mis en évidence de solution de continuité. Elles montrent que l’orientation lignagère caractérisait la dévolution des propriétés et l’organisation domestique durant l’époque moderne1. Ni le mode de transmission des biens ni le mode de résidence ne peuvent être ramenés aux principes de la famille-souche. Pas de lignées implantées : la vie de ces communautés alpines est au contraire marquée par la mobilité et l’ouverture. Le marché de la terre est très actif et les patrimoines sont perpétuellement assemblés et désassemblés. L’accès aux propriétés collectives et les différentes formes de mobilité contribuent à composer un cadre social et économique qui, à travers la circulation du numéraire et les réseaux de crédit, rend le partage des propriétés beaucoup moins irrationnel que ce que les modèles interprétatifs tendent souvent à suggérer.

43Sur le versant français, la formalisation cartographique est bien établie depuis environ un siècle et, comme pour le reste de l’espace français, les synthèses récentes ne font que reproduire les contours de la géographie esquissée par Brandt (Todd 1985 ; Augustins 1989 ; Mendras 1997). Cependant, si l’on examine les choses de plus près, on s’aperçoit que cet ordre est loin d’être homogène. J’ai essayé ailleurs de montrer comment le portrait-robot de l’organisation domestique savoyarde, dressé par Brandt et reproduit maintes fois jusqu’à nos jours, est démenti par une grande quantité de données disséminées dans des travaux monographiques qui n’ont pas retenu l’attention des ouvrages de synthèse (Albera 1994a ; 1996). Ici, je me concentrerai sur les discordances repérables dans les Hautes-Alpes.

L’Enquête agricole de 1866

44L’adhésion unanime des Hautes-Alpes à la famille-souche, exaltée durant la seconde moitié du xixe siècle par les auteurs leplaysiens, est mise en doute par l’Enquête agricole des années 1860, c’est-à-dire par l’une des sources sur lesquelles Brandt, selon ses affirmations, aurait dû s’appuyer. Ce texte souligne en effet une opposition à l’intérieur du département : « Dans l’arrondissement de Briançon, les domaines sont habituellement divisés entre les héritiers ; mais dans ceux de Gap et d’Embrun, ils sont réservés au fils aîné de la famille, qui est donataire par préciput... » (p. 90). De plus, tout comme dans VInchiesta Jacini, les réponses au questionnaire ne semblent pas impliquer une vision négative de la fragmentation de la propriété. Au contraire, on observe que « le morcellement progressif de la propriété a amené un accroissement de production qui peut être évalué à un cinquième » (p. 97).

45Encore une fois, au fur et à mesure qu’on se rapproche du terrain empirique, en changeant l’échelle d’observation, on voit se dissoudre la monotonie du ralliement de la région alpine au modèle de la famille-souche, proclamé par la tradition leplaysienne orthodoxe et repris et exalté par la nouvelle histoire de la famille. Faut-il admettre que le possibilisme alpin s’applique aussi à une région qui a longtemps été considérée comme une oasis de la famille-souche ? Certes, on pourrait mettre encore une fois en action le vieux schéma diachronique utilisé à l’excès depuis Le Play : l’attaque contre le régime de la famille-souche, conduite au xixe siècle par les transformations législatives, économiques et sociales, aurait favorisé dans une partie du département la famille instable. Ce raisonnement est très répandu dans les études consacrées à l’histoire de la famille. Cependant ce deus ex machina argumentatif, enraciné dans les débats politiques du xixe siècle, ne convainc pas. Les enquêtes que j’ai effectuées dans les Hautes-Alpes confirment, à distance de plus d’un siècle, la persistance de la discontinuité révélée par l’Enquête agricole.

Le Champsaur

46Dans les entretiens que j’ai réalisés en 1993 dans plusieurs villages du Champsaur, j’ai entendu un discours très différent de celui qui était tenu dans les Alpes italiennes. « On favorisait l’aîné, on faisait le quart, me disait P. G., une femme d’Orcières née en 1918, l’aîné en général restait à la maison. Les autres cherchaient un petit emploi. Pour ceux qui étaient partis il n’y avait pas grand-chose. » Les raisons d’une telle pratique résidaient dans les contraintes économiques et écologiques : « Pour ne pas partager les terres, qui étaient très morcelées. Les domaines étaient très petits. »

47Ces remarques ont été confirmées dans l’ensemble du Champsaur. Plusieurs personnes que j’ai interrogées à ce propos ont attesté l’habitude d’attribuer le quart préciputaire à un seul garçon, généralement l’aîné. Pour corroborer l’existence de ce droit d’aînesse, on m’a cité plusieurs fois la tradition de la transmission du prénom du père au fils aîné. On m’a même parlé de véritables lignées, dans lesquelles un certain prénom se transmet d’aîné en aîné, depuis cinq ou six générations.

48Il ne s’agit pas, d’autre part, de simples souvenirs du passé. Ce discours soutient une pratique encore vivante. Je me rappelle une conversation avec un agriculteur de Saint-Bonnet, qui avait bénéficié en son temps du quart préciputaire. Il avait l’intention de faire la même chose avec ses enfants. En ayant un garçon et deux filles, il avait déjà décidé d’avantager le garçon. Il s’attendait en outre à ce que les filles renoncent à leur part. C’était, à son avis une pratique parfaitement normale : le seul moyen pour conserver l’unité et la viabilité du patrimoine foncier.

49Un entretien avec un notaire de la même localité a confirmé que cette pratique était répandue. Son expérience professionnelle lui permet d’attester l’habitude de confier l’exploitation à l’un des enfants, tandis que les autres reçoivent une compensation en numéraire. De plus, les soultes fixées dans les actes écrits dépassent souvent la valeur effective des sommes versées.

Le Briançonnais

50Les enquêtes que j’ai réalisées dans le Briançonnais durant l’été 1994 m’ont permis de dégager une attitude bien différente, qui semble apparentée à celle dominant dans les Alpes italiennes. C’est en effet le partage qui prévaut. « Autant d’enfants, autant de parts », m’a-t-on répété maintes fois. Dans le discours local le patrimoine familial se présente comme un ensemble unitaire qu’il faut cependant partager, comme on partage un « gâteau », quitte à rééquilibrer les parts par le biais d’achats, ventes, locations. Le modèle implicite ici est celui d’un individualisme compétitif (chacun défend son intérêt, et veut la plus belle part du gâteau).

51E. G., issu d’une famille de notables de Briançon, souligne que dans les milieux bourgeois de la petite ville aucun enfant n’était désavantagé. Cela s’appliquait aux garçons comme aux filles, sauf quand le testateur voulait punir quelqu’un qui n’avait pas respecté sa volonté. Les maisons étaient ainsi partagées en plusieurs parties. Mais souvent l’égalité des droits sur le patrimoine familial entraînait de longues périodes d’indivision. E. G. me cite le cas d’une maison proche de la sienne, qui appartient maintenant à une trentaine de copropriétaires. Lui-même est encore en indivision avec ses cousins.

52Cette forme de transmission de la propriété n’est pas propre aux milieux bourgeois de Briançon. Les entretiens que j’ai réalisés dans des milieux paysans n’ont pas démenti cette orientation vers le partage. A Cervières, Mme E V.-D., née en 1914, n’a aucune hésitation quand je lui pose des questions sur la transmission de la propriété. On partageait tout, me dit-elle, et tous y avaient droit. Elle exclut d’une manière ferme l’existence, dans le passé et aujourd’hui, de quelque forme de privilège accordé à un seul des enfants. L’égalité des droits sur la propriété pouvait aboutir à des périodes d’indivision, et même à la création d’unités plus vastes où le patrimoine était géré en commun. Son père et son oncle paternel, par exemple, ont cohabité longtemps après leur mariage. « Même maintenant il y a plusieurs maisons qui sont restées en indivision », ajoute-t-elle. De tels exemples abondent.

Une multiplication des frontières

53On a donc constaté dans les Hautes-Alpes une série de discordances par rapport à la carte de Brandt. L’enquête agricole des années 1860 montrait le tableau inédit d’un département coupé en deux en ce qui concerne la dévolution des patrimoines. Les éléments que j’ai recueillis durant mon enquête suggèrent la perpétuation, à plus d’un siècle de distance, de ce clivage. Les réponses de la Commission départementale des Hautes-Alpes semblent donc une base assez fiable pour établir une géographie des pratiques dévolutives. Cela dit, il ne faut pas dissimuler les limites de cette source. Les répartitions établies par l’Enquête agricole suivent, on l’a vu, les limites administratives entre arrondissements. Ne s’agit-il pas là d’une simplification ? Cette logique administrative était certes justifiée dans un contexte où on ne visait pas à approfondir ces thèmes, mais elle semble un peu suspecte lorsqu’on se propose une étude plus pointue. Une simple exploration bibliographique encourage, de plus, à être prudent. Plusieurs indices, en effet, ne confirment pas l’adhésion globale de l’arrondissement de Briançon au partage des propriétés. Si les travaux de Laurence Fontaine ont dévoilé des pratiques assez égalitaires dans l’Oisans des xviie et xviiie siècles, d’autres indices suggèrent au contraire la présence dans une partie de l’arrondissement, et précisément dans le Queyras, de comportements qui se rattachent au pôle préciputaire.

54On voit donc se profiler une autre frontière, qui ne respecte pas les limites administratives. Cela nous incite à poursuivre notre exploration en changeant l’échelle d’observation. Le Queyras représente une zone stratégique pour entamer une géographie des pratiques domestiques dans cette région. Elle est à la lisière avec le Haut-Varaita, où domine une orientation lignagère, et avec la partie méridionale des Hautes-Alpes où, d’après l’Enquête de 1866, semblent prévaloir des tendances à la transmission intégrale. L’attention se portera donc désormais sur cette aire, pour laquelle il existe une littérature très abondante : le Queyras constitue sans doute l’une des régions alpines qui a suscité le plus de travaux ethnographiques. J’essaierai de résumer les principaux traits qu’on peut tirer des nombreux travaux qui le concernent, pour passer ensuite à la présentation des résultats de ma propre enquête de terrain.

Dissonances queyrassines

Regards proches, regards éloignés

55Une source importante pour l’ethnographie du Queyras est un mémoire rédigé en 1860. L’abbé Gondret y expose une vision différente de celle qu’on trouve dans les réponses que donneront, durant la même décennie, les commissaires de l’Enquête agricole :

L’égalité des successions et le morcellement des terres qui en est la suite sont une nouvelle cause d’émigration. [...] Morceler, dans notre vallée, c’est anéantir la famille. A la rigueur, un père de famille vivant de pain noir, de soupe, de légumes, de laitage, se privant de viande et de vin, peut arriver à se nourrir, se vêtir, payer l’impôt, les prestations et le reste ; élever enfin ses enfants jusqu’à ce qu’ils se suffisent. Son domaine soigné avec intelligence vaudra et rapportera davantage. Mais que prévoit-il ? Qu’à sa mort son héritage sera vendu, car partagé par portions égales son domaine ne suffira pas à chacun de ses enfants. Il perd l’estime du travail des champs. Mieux vaut émigrer vers les villes, demander au commerce, au travail industriel, un capital qui permette à l’un de ses enfants de garder les immeubles et d’indemniser ses frères, s’ils consentent à cet arrangement. La loi d’égalité dans les successions chasse donc le chef de famille. [...] C’est ainsi que disparaissent successivement les hommes valides de la même maison, tandis que si d’avance le chef de famille était sûr de pouvoir donner son domaine à un seul de ses fils, il choisirait pour lui succéder le plus habile agriculteur et consacrerait l’autre à l’industrie. Au moment de la mort du père tous deux auraient une position, l’un par ses économies, l’autre par le produit du patrimoine. Le bon sens pratique fait comprendre cette leçon de l’expérience et dans des communes entières comme dans celle d’Arvieux, les cadets se résignent sans peine à ne recevoir de l’héritier du patrimoine qu’une faible légitime convenue de gré à gré. Ils feront plus, ils ne regretteront pas de travailler dans la maison et ailleurs pour soutenir la maison paternelle. Un tel modèle de fraternité mérite bien d’être cité (Gondret 1974 : 57).

56Le curé filtre le monde qu’il observe à travers les cadres d’une culture cléricale misonéiste, dans laquelle une conception autoritaire de la société s’alimente à la nostalgie de l’Ancien Régime. Il n’est donc pas surprenant de voir l’abbé se lancer, tête baissée, dans l’attaque de la loi sur les successions, l’un des sujets polémiques les plus communs de la droite française. Les remarques de l’abbé Gondret ressemblent beaucoup à celles de Jannet et de Ribbe.

57Un certain nombre de travaux portant sur le Queyras semblent pourtant donner raison à l’abbé. Dans un livre qui représente une référence classique pour l’historiographie du Queyras, Jean Tivollier et Pierre Isnel observent :

Les droits d’aînesse et de masculinité ont été pratiqués, même après que la Constituante les eut abolis par les lois des 15-28 mars 1790 et 8-16 avril 1791. On évitait les divisions des propriétés, et on assurait la continuité du patrimoine des ancêtres, autant qu’il était possible, dans son intégrité. Malgré les lois, il n’a pas été rare de voir continuer l’application de la tradition ancestrale et, il faut ajouter, avec le consentement tacite de tous les ayants droit... (Tivollier & Isnel 1938 I : 253).

58Nous trouvons les mêmes observations dans un livre plus récent sur le Queyras, où l’auteur, originaire de cette région, dresse le tableau classique de la famille-souche :

Les cadets de chaque famille n’héritaient pas s’il y avait un fils aîné, à moins que celui-ci ne soit installé en ville et ait renoncé de ce fait à ses droits. C’était alors le garçon suivant qui prenait la succession. Frères et sœurs célibataires dans la maison qui serait tôt ou tard le patrimoine de leur aîné pouvaient chercher à se caser chez un propriétaire du village en épousant son héritier, recherche plus aisée pour une fille que pour un garçon. Bien que possédant une petite part du domaine familial, celle minimum que prévoyait la loi, beaucoup de ces exclus du droit d’aînesse émigraient, devenaient citadins à temps complet avant de laisser, au cours d’arrangements ultérieurs, à la mort du père, leur portion congrue d’héritage à celui qui assurait la pérennité des biens patrimoniaux. Quelques-uns, cependant, renonçant aux difficultés de fonder un foyer, ne trouvant personne pour convenir à leur situation, effrayés à l’idée de quitter leurs montagnes, restaient célibataires à vie, assurant une main-d’œuvre gratuite au maître de maison qui les hébergeait et les nourrissait. Tantes et tontons, solitaires souvent malgré eux, parfaitement intégrés à la famille fondée par l’aîné, y finissaient leurs jours (Fournier 1992 : 151-152).

59Enfin, dans son travail sur la mémoire queyrassine des migrations, Anne-Marie Granet-Abisset en arrive à des conclusions similaires. Elle ajoute : « Par ce système inégalitaire de transmission, le Queyras s’inscrit dans le domaine occitan [et le modèle de l’ostal] correspond assez bien au modèle queyrassin » (Granet-Abisset 1994 : 77-78).

60La vie queyrassine, en outre, a été l’objet de regards plus éloignés. Plusieurs ethnologues américains y ont travaillé à partir de la fin des années 1950, et dans leurs travaux l’on trouve des notations concernant la vie domestique. A partir de son enquête de terrain, menée dans le Queyras, et surtout dans le village de Saint-Véran, Robert Burns, dans un essai pionnier, a mis en évidence les principaux traits qui feraient de la région alpine une aire culturelle en soi. L’une des dix caractéristiques est précisément la présence de la famille-souche et de la primogéniture (Burns 1963).

61Les choses seraient donc claires ; en fait elles apparaissent plus compliquées. Restons à l’intérieur de la littérature anglophone. Dans la monographie concernant une autre communauté du Queyras, Abriès, l’ethnologue Harriet G. Rosenberg critique explicitement les positions d’auteurs comme Tivollier et Burns, qu’on vient de citer. « In fact, écrit-elle, estates were constantly divided. Men and women inherited and bequeathed wealth » (Rosenberg 1988: 26).

62En outre, en analysant de plus de près les remarques de Jean Tivollier et Pierre Isnel, on note des insuffisances. En esquissant le portrait d’un régime de succession axé sur la transmission intégrale et sur le droit d’aînesse, ils ne donnent l’exemple que de trois testaments, des xviie et xviiie siècles. Or, dans le premier (1664) les héritiers sont les trois fils du testateur, bénéficiaires à parts égales. Dans le deuxième (1691), la testatrice désigne comme héritiers ses trois fils. Dans le troisième (1737), l’héritage passe à deux fils. On a l’impression que les remarques générales sur la vie familiale sont plus redevables au tableau de l’abbé Gondret qu’à un travail d’archives. Même l’ouvrage fort intéressant d’Anne-Marie Granet-Abisset semble greffer de façon un peu hâtive le portrait-robot de la « famille du Midi » sur une situation qui montre des signes de fluidité. Le modèle de « l’ostal » contraste avec la description que cet auteur fait des réseaux de solidarité familiale qui caractérisent l’émigration queyrassine.

63Les enquêtes que j’ai menées dans le Queyras ne pouvaient pas prétendre explorer un terrain vierge. Je me suis efforcé de greffer mon questionnement sur ceux qui l’avaient précédé. J’ai essayé d’affiner l’observation et l’interprétation, pour tenter de résoudre les problèmes qu’une investigation ethnographique déjà très intense semblait avoir laissés encore ouverts. Durant l’été 1994 j’ai réalisé une série d’entretiens dans la plupart des communes du Queyras : Abriès, Arvieux, Château-Queyras, Ristolas, Molines, Ceillac. Dans les pages qui suivent j’en présenterai quelques résultats.

Arvieux

64Arvieux est la localité où la transmission intégrale du patrimoine reçoit l’adhésion la plus intense dans le discours local. J’ai eu la possibilité de parler de ces thèmes avec plusieurs habitants de différents hameaux de la commune, et personne n’a évoqué un partage égal de la propriété.

65Quant à l’identité de l’héritier, j’ai recueilli plusieurs versions. Certains interlocuteurs ont affirmé que c’était l’aîné qui recevait le gros du patrimoine et continuait l’exploitation familiale. D’autres personnes, en revanche, ont affirmé que, plus récemment, les aînés émigraient, et les cadets restaient au pays. D’autres personnes encore ont enfin suggéré que la position d’héritier n’était pas liée à l’ordre de naissance. Ces discordances ne semblent pas associées à une distribution géographique des pratiques à l’intérieur de la commune. Je n’ai pu repérer aucune frontière à l’échelle microlocale : les différentes versions sont imbriquées, elles se superposent, elles cohabitent coude à coude dans des espaces très étroits.

66Pour montrer la complexité du discours je me bornerai à donner un exemple concernant un hameau où il ne reste qu’une poignée d’habitants. « Nous sommes encore trois », me disait-on, ce qui signifie trois familles. L. M., cultivateur et menuisier d’une soixantaine d’années, affirme en termes nets que dans le passé, l’aîné héritait en revanche de la plus grosse partie, tandis que les autres frères émigraient. Son voisin, J.-P. F., cultivateur et artisan lui-aussi, d’environ soixante-dix ans, exclut de manière catégorique l’existence, dans le passé, d’une quelconque forme de primogéniture et, qui plus est, il affirme que l’héritier n’était pas choisi par les parents. A son avis, l’héritage de la plus grand partie des biens fonciers était plutôt une forme de compensation qui allait à celui parmi les frères qui restait au village. Les frères installés ailleurs lui cédaient des biens-fonds qui pour eux étaient désormais presque dépourvus de valeur.

67Les divergences entre ces deux interlocuteurs, qui vivent côte à côte, et se parlent tous les jours, illustrent bien l’ambiguïté du discours local concernant la transmission du patrimoine. La contradiction entre les deux versions ne porte pas seulement sur la dévolution intégrale de la propriété, mais aussi sur le sens même de l’avantage préciputaire. Ce dernier n’est plus la cause qui poussait les cadets à émigrer, mais plutôt un simple avatar d’une émigration massive. Au fur et à mesure que je progresssais dans mon enquête à Arvieux, je me rendais compte que l’imbrication entre transmission du patrimoine et émigration était plus complexe que celle suggérée par le modèle de la famille-souche. Dans les discours locaux, sous la surface d’une vision que j’appellerai centripète, axée sur la perpétuation du domaine familial, était bien visible une vision centrifuge, où la perspective se déplaçait vers l’extérieur. Dans cette dernière perspective, l’héritier pouvait être celui qui à un certain moment renonçait à émigrer : il était celui qui revenait au village.

68Successeur sans possibilité d’une succession ultérieure, l’héritier accompagne l’agonie de l’agriculture locale en travaillant son domaine jusqu’à la retraite. Gardien de la mémoire, il veille toute l’année sur la maison familiale, qui se réanime seulement pour les jours de fête et pour les vacances. On est loin du modèle classique de la famille-souche ; ici c’est l’héritier privilégié qui demeure célibataire.

Une mosaïque de discours

69Dans les autres communes les différences de perception de la transmission du patrimoine sont encore plus prononcées. Les entretiens réalisés ont dévoilé un tableau très nuancé, une véritable mosaïque de discours, avec des oscillations, qui se situent souvent plus près du pôle de la transmission égalitaire.

70Dans plusieurs cas les remarques de mes interlocuteurs se rattachent à la vision que j’ai appelée centrifuge. Les trajectoires de vie que j’ai pu reconstruire se situent souvent à l’intérieur d’un espace fluide, dans lequel le patrimoine familial n’a qu’un rôle assez marginal. La décision de rester au pays, par ailleurs, ne se réduit pas à un simple souci de continuité du domaine familial. Même dans ce cadre existe un éventail de possibilités. On rencontre des vieux garçons et des vieilles filles célibataires, successeurs sans succession, derniers gardiens du patrimoine familial. Pour d’autres, à l’opposé, l’emploi dans l’administration a permis de retourner au village, de se marier et d’y rester avec la famille. Dans d’autres cas encore l’exercice d’une activité commerciale a été conjugué avec le fait de s’installer au pays.

Frontières subjectives

71Dans les pages qui précèdent j’ai essayé de montrer la complexité et l’ambiguïté des discours concernant la transmission du patrimoine dans le Queyras. Discours savants, qui ont souvent eu tendance à superposer le modèle de la famille-souche à une situation plus complexe, dont ils font état en même temps. Discours populaires, surtout, que je me suis efforcé de suivre dans leurs détours biographiques, et qui ne sont pas concordants. Dans l’espace de quelques kilomètres, on va de l’affirmation de l’existence du droit d’aînesse à celle d’une parfaite égalité entre les frères. J’ai entendu des versions hétéroclites à l’intérieur d’un même hameau, ou même d’une seule famille. Dans quelle mesure ces oppositions sont-elles présentes dans la conscience des habitants ?

72J’ai pu constater que dans la plupart des cas les comportements liés à la transmission du patrimoine et à l’organisation domestique ne semblent pas fonctionner comme marqueurs d’identité. Ils n’indiquaient ni l’appartenance ni l’exclusion. Malgré les différences objectives que j’ai remarquées entre les deux versants des Alpes occidentales, et aussi à l’intérieur des Hautes-Alpes, la tendance est plutôt à considérer son propre modèle comme général. Je n’ai repéré aucune conscience des différences ni entre les versants français et italien, ni entre le Champsaur, le Briançonnais et le Queyras. Il n’est donc pas surprenant que l’extraordinaire polychromie des discours queyrassins ne soit pas perçue par les intéressés. La seule frontière explicite que j’ai pu constater concerne la commune d’Arvieux. Elle ne semble pas être perçue là où elle est plus forte, c’est-à-dire avec Cervières, la commune limitrophe du Briançonnais. Les personnes de cette commune m’ont dit qu’elles pensaient qu’à Arvieux prédominait le même modèle de transmission égalitaire que chez eux. C’est au contraire à Abriès et à Château-Queyras que j’ai discerné une conscience, chez quelques personnes, des dissemblances par rapport à Arvieux.

73Cependant, la frontière concernant le droit d’aînesse à Arvieux doit être resituée dans le contexte de l’image de cette commune dans le Queyras. Le fait de mettre l’accent, plus que ne le font les habitants d’Arvieux eux-mêmes, sur l’application du droit d’aînesse dans cette commune reflète bien la saveur archaïque et un peu bizarre attribuée aux coutumes des habitants d’Arvieux. Ce droit d’aînesse est un marqueur plutôt accessoire, qui ne sert qu’à renforcer un stéréotype local. Pour se référer à l’identité des gens d’Arvieux, en effet, certains traits liés à des comportements quotidiens semblent des marqueurs plus récurrents et efficaces.

Déconstruction et reconstruction

Du lieu à l’espace

74Dans les pages qui précèdent la notion de frontière a servi d’outil pour critiquer une conception de la territorialisation des formes familiales inspirée par le déterminisme du milieu ou par la juxtaposition de lieux. Instrument de déconstruction, la notion de frontière peut aussi être utile à une reconstruction. Il convient, tout d’abord, de préciser l’horizon théorique dans lequel je me situe.

75L’analyse que j’ai développée contient déjà quelques éléments de reconstruction. Le regard comparatif porté sur la chaîne alpine a d’abord montré l’existence de pratiques successorales distinctes. Ensuite, l’approche ethnographique a dévoilé l’existence de différentes conceptions de la transmission des patrimoines à l’intérieur des Alpes françaises et italiennes. En somme, l’évanouissement des différences culturelles locales devant le deus ex machina de la stratégie semble prématuré et l’élaboration de typologies géographiques n’est pas encore condamnée à la désuétude. Cependant, cette élaboration requiert des procédures alternatives de la « mise en terre » des modèles. Dans cette perspective il me semble important de décliner la notion de « frontière » dans le cadre d’une approche qui s’ouvre à la dimension de l’espace. La formation du champ de recherche de l’histoire de la famille a été dominée par la logique du lieu. Les lieux se présentent comme configurations de positions stables, chacune située dans un endroit « propre ». Chaque élément a sa place, sans possibilité d’imbrication. L’attention se porte sur un objet qui occupe un lieu fermé (maison, domaine). La juxtaposition de ces éléments dessine des régions, des aires culturelles, qui sont, elles aussi, des lieux où se répand une substance homogène, caractérisée pas l’adhésion à un type de famille. Au contraire, « il y a espace dès qu’on prend en considération des vecteurs de direction, des quantités de vitesse et la variable du temps. L’espace est un croisement de mobiles. Il est en quelque sorte animé par l’ensemble de mouvements qui s’y déploient » (Certeau 1980 : 173). Mettre en œuvre la notion d’espace signifie que l’objet est situé dans un espace relationnel complexe, en rupture avec la vision substantialiste du monde social. Comme l’a souligné Bourdieu, « la notion d’espace enferme, par soi, le principe d’une appréhension relationnelle du monde social » (1994 : 53), une appréhension qui se concentre sur les positions relatives que les éléments occupent dans un espace de relations.

Micro-frontières et macro-frontière

76Pour utiliser la notion de frontière en relation avec celle d’espace on peut la concevoir comme une construction idéaltypique. La frontière objective, inférée à partir des données, a aussi une valeur heuristique en vue d’une simplification théorique contrôlée. Les frontières empiriques n’opposent pas différentes substances ethniques ou culturelles entre elles, ou différentes réalités géographiques bien caractérisées. Elles représentent plutôt la réfraction spatiale de processus historiques de construction et de modification d’espaces relationnels, dans lesquels se déploie un croisement complexe de mobiles.

77Par exemple la frontière entre les Alpes piémontaises et françaises, et le fourmillement de micro-frontières sur ce dernier versant, permettent d’esquisser une hypothèse interprétative générale sur l’évolution des pratiques domestiques dans les Alpes françaises. Retournons donc à la comparaison entre les deux versants des Alpes occidentales. Du côté italien le tableau qui se dégage est celui d’une certaine unanimité et d’une continuité dans le temps. Bien différente est la situation sur le versant français. Les observations que j’ai effectuées ont souvent conduit à contredire celles des auteurs du xixe siècle. En outre un grand nombre d’indices anciens et récents montre l’existence d’une situation très composite, traversée par de multiples clivages à plusieurs échelles.

78Ce constat peut servir de point de départ pour une analyse ultérieure. Le contraste avec le versant italien peut fournir une clé d’interprétation qui permette de rendre compte du fourmillement de micro-frontières du côté français. L’hypothèse que j’ai été amené à avancer est la suivante : le mélange hétéroclite qui caractérise le versant français n’est que le résultat d’un processus global de transition, diversifié en une pluralité de trajectoires locales. L’uniformité et la continuité observées du côté piémontais suggèrent que la matrice de ces transformations peut être attribuée à une organisation domestique à orientation lignagère.

La transition du Queyras

  • 2 Entre le xive et le début du xviiie siècle, la « République » briançonnaise comptait 52 communauté (...)

79Lorsqu’on se situe dans une perspective historique plus ample, l’imbrication entre la trame des frontières culturelles et le quadrillage des frontières politiques ouvre des pistes de recherche. Il ne faut pas oublier que dans les Alpes occidentales le tracé des limites étatiques a changé au cours des siècles. Les explorations historiques menées dans les Alpes italiennes sur des vallées qui jusqu’au début du xviiie siècle ont appartenu à la France font apparaître que celles-ci (le Haut-Varaita, la vallée de Cesana) ont partagé avec les territoires français limitrophes la longue expérience d’autonomie administrative des Escartons briançonnais2. Il ne semble pas qu’elles aient modifié leurs pratiques de dévolution de la propriété lorsqu’elles sont passées sous le contrôle de l’État piémontais en 1713 (Albera, Dossetti & Ottonelli 1988 ; Albera 1995 ; Dossetti 1992, 1994 ; Ottonelli 1992a, 1992b, 1993). n’est-il pas opportun d’utiliser le modèle qui se dégage pour ces vallées périphériques afin d’effectuer une lecture de la situation globale des Escartons briançonnais à la fin du xviie siècle ? Voilà la recherche que j’ai entamée. Dans les pages qui suivent je donnerai un aperçu provisoire des premiers résultats.

80Le modèle extrait des recherches concernant le Haut-Varaita et la vallée de Cesana révèle une imbrication entre l’orientation lignagère de la dévolution de la propriété et un cadre social et économique marqué par la fluidité et l’ouverture. Nous ne sommes pas en présence de domaines ancestraux, composés de biens fonciers transmis dans l’immobilité d’une génération à l’autre. Souvent le patrimoine ne se limite pas à sa composante immobilière et ne constitue pas une donnée fixe. Les terres et les maisons changent souvent de propriétaires : elles sont vendues, échangées, hypothéquées. Ce caractère dynamique du marché local semble découler de la combinaison d’une généralisation de la possession de biens-fonds, qui constitue une garantie pour le crédit, et d’une série d’activités (émigration, élevage) qui favorisent l’acquisition de ressources monétaires et en dépendent en même temps. Les plus chanceux achètent les terres de ceux qui ont eu un destin plus malheureux ou bien prêtent de l’argent à ceux qui désirent se lancer dans une activité commerciale ailleurs. L’ouverture du système, l’imbrication avec d’autres espaces, la mobilité des acteurs qui circulent entre ces espaces sont des éléments structuraux.

  • 3 Arch. nat., KK 1200, cité par Vivier 1992 : 60.

81Les conditions économiques et sociales qui prévalent dans les autres parties des Escartons briançonnais sont tout à fait compatibles avec ce modèle. De plus, il y a des indices qui attestent de la diffusion du partage des propriétés dans l’ensemble de la région. La Révision des feux du Dauphiné de 1698 constate par exemple le morcellement foncier dans les Escartons briançonnais, et les commissaires chargés de la Révision rattachent cette situation à l’habitude de partager les propriétés3.

82Ces indices sont corroborés par les sources notariales, qui nous donnent des indications plus riches. Les testaments montrent une orientation lignagère tout à fait similaire à celle du Haut-Varaita et de la vallée de Cesana. Si le testateur a plusieurs fils, ces derniers sont toujours nommés héritiers à parts égales, tandis que les filles sont dotées. Cependant, on rencontre aussi, surtout au cours du xviiie siècle, et en particulier à Arvieux et à Château-Queyras, un certain nombre de cas dans lesquels se manifeste une volonté explicite de favoriser un seul fils.

Quelques explorations plus au sud

  • 4 Arch. dép. des Hautes-Alpes, E 667-E 676.

83On peut constater une transition similaire dans le Haut-Embrunais. J’ai pris en considération les minutes notariales de Guillestre pour la période 1545-15654, en isolant un échantillon de quatre-vingt-trois testaments. On note une forte tendance à une répartition équitable de la propriété, avec une orientation agnatique. Cependant on a l’impression que cette orientation agnatique affleure sur un arrière-fond plus indifférencié qui parfois conditionne (encore ?) les choix des testateurs. Dans plus d’un cas, en effet, on voit un père ne pas faire de différences entre garçons et filles.

84Les actes de vente et les échanges sont nombreux dans cette vallée. Ils nous montrent un marché foncier très actif, dans lequel les terres et les maisons passent souvent d’une main à l’autre. La foule de minutes notariales engendrée par cette situation fort dynamique, où la physionomie de la propriété est sans cesse renouvelée, atteste la fréquence de la gestion indivise de la propriété, surtout par des alignements agnatiques. D’autre part un certain nombre de partages (il y en a six dans la période prise en considération) révèle aussi la fission de ces unités.

85Dans l’ensemble, les sources notariales de Guillestre ne montrent, au xvie siècle, aucune trace d’unicité successorale. Au contraire, se dessine une forte extension horizontale, imbriquée dans des formes de propriété et de gestion communes qui intéressent surtout des fronts lignagers. Mais l’extension horizontale, qui a recours quelquefois à des contrats écrits, arrive à être plus plastique, tout en dépassant le strict cadre agnatique.

  • 5 Ces documents ont été publiés par Manteyer 1946.

86Les indications qui dérivent des minutes notariales du Haut-Embrunais trouvent des correspondances dans d’autres sources portant sur la même période. Ainsi, une série de terriers de la seconde moitié du xvie siècle et du début du xviie siècle concernant la communauté de Jarjayes, dans la région de Gap, dévoilent une situation foncière complexe5. La lecture de ces sources révèle que la majorité des déclarants détient au moins quelques propriétés en « indivis avec ses pariers ». Ces associations concernent souvent des ensembles agnatiques, mais elles s’ouvrent aussi aux cognats, alliés et voisins.

87Les exemples considérés concordent : dans ces vallées des Alpes du Sud, à la fin du xvie siècle, l’orientation lignagère domine largement. Elle s’inscrit sur un arrière-fond dans lequel des relations d’adhésion se développent sur un axe horizontal, arrivant à englober les cognats, les alliés et parfois des personnes au-delà du cercle de la parenté. Le marché foncier est très actif, et on est bien loin de la fixité d’un « système à maison ». La propriété est fluide, et on a l’impression que les droits d’appropriation se superposent de manière complexe.

  • 6 A.D.H.-A., E 704-E 706.
  • 7 Id., E 766-E 773.

88Si tel est le point de départ, quelle sera l’évolution successive ? Pour essayer d’esquisser une réponse à cette question j’ai poursuivi la recherche sur les minutes notariales de Guillestre par le biais de l’analyse de deux échantillons. J’ai pris en considération la période 1640-16606, pour laquelle il existe quarante-six testaments. Ceux-ci attestent d’une nette prédominance agnatique. La deuxième période examinée va de 1736 à 1750. Elle comprend cinquante-trois testaments.7 Ces sources révèlent une situation plus incertaine, avec la coexistence d’actes marqués par une orientation lignagère et d’autres où c’est par contre l’unicité successorale qui s’affirme. En somme, on a l’impression d’être en présence d’une conjoncture qui ressemble beaucoup à celle qu’on a remarquée à Arvieux à la même époque. Ainsi, par exemple, le 3 octobre 1744 Pierre-Antoine Arnoux, maréchal-ferrant de Guillestre, n’attribue que des legs à ses fils Louis et Joseph, tandis que l’héritier universel est Jean-Baptiste, son fils aîné. Le testament dicté le 20 novembre de la même année par Jacques Bertrand, lui aussi de Guillestre, se situe au contraire dans un esprit lignager : le testateur fait ses deux fils héritiers universels.

89Une évolution similaire semble s’être dessinée en Haute-Provence. Le tableau dressé par Paul Canestrier pour le xvie siècle à Sauze, dans la haute vallée du Var, fait apparaître des pratiques d’inspiration lignagère. En revanche, l’étude d’Alain Collomp sur Saint-André aux xviie et xviiie siècles met en évidence la tendance à favoriser l’un des garçons, choisi comme successeur et héritier principal ; mais elle révèle aussi une situation plus nuancée. Il y a, en effet, aussi des hameaux patronymiques, ce qui semble sous-entendre des processus lignagers. Les testaments des pères de famille encore jeunes faisaient souvent les garçons héritiers universels à parts égales. Même les chefs de famille âgés manifestaient un souci d’égalité à l’égard de leurs fils cadets sortis de la maison paternelle, en ajoutant encore quelques biens à la donation ancienne qu’ils avaient déjà faite au moment de leur installation ailleurs (Collomp 1983 ; 1994) En examinant ce travail, Georges Augustins (1989 : 202) a vu dans les compensations attribuées aux non-successeurs la preuve de la permanence d’un antagonisme latent entre un principe de parenté d’inspiration lignagère et un principe résidentiel visant à la perpétuation d’une maison. De manière similaire, Bernard Derouet (1993 : 468-469) y a lu une coexistence entre un système à successeur unique et des tendances lignagères. De plus, il a proposé une interprétation historique d’une telle superposition, qui ne serait qu’un exemple du passage à l’unicité successorale, « une des mutations les plus importantes de système familial dans l’histoire de la France et même de l’Europe », une mutation « aussi considérable qu’est importante la méconnaissance dans laquelle elle subsiste » (ibid. : 466).

90Ma recherche donne de nouveaux arguments à cette interprétation. Tout suggère que même la Haute-Provence a expérimenté une transition vers l’unicité successorale entre les xviie et xviiie siècles. D’autre part, si Derouet souligne justement que de nombreux systèmes à successeur unique sont en effet moins anciens qu’on ne l’estime souvent, il propose cependant une interprétation de la transition vers cette configuration qui est strictement liée à son modèle matérialiste. A son avis elle découle de la volonté de sauvegarder l’équilibre entre population et ressources, dans le cadre d’économies montagnardes fermées et statiques. J’espère avoir suffisamment montré, dans ce travail, que les choses sont bien plus complexes.

Bilan

91Dans les pages qui précèdent, l’interrogation sur la notion de frontière a guidé une exploration de l’organisation domestique alpine et des théories qui en rendent compte. La notion de frontière a été un outil pour déconstruire une orientation dominante dans le champ de l’histoire de la famille, consistant à localiser des formes familiales sur la base des contraintes du milieu, ou simplement à faire apparaître une juxtaposition de lieux. En interrogeant cette territorialisation par le biais de la notion de frontière on a assisté à une multiplication de cas par rapport auxquels la frontière finit par se dissoudre. Comme un solvant, le concret monographique désagrège une vision de la culture familiale axée sur des lieux fermés. Le lecteur aura perçu le recours à la même procédure à des échelles différentes : la chaîne alpine, les Alpes occidentales, les Hautes-Alpes, le Queyras, les communes, les hameaux.

  • 8 Ce dernier cas a une ressemblance avec la transformation des pratiques successorales décrite pour (...)

92Les éléments accumulés le long du parcours déposent par ailleurs contre la négation des différences culturelles envisagée par certains travaux se réclamant d’une approche stratégique. La démarche ethnographique a montré l’existence et la persistance de clivages, dans la manière de concevoir les dynamiques de la transmission, entre le Piémont, le Briançonnais, le Champsaur, le Queyras. Le fourmillement de micro-frontières sur le versant français semble être le résultat d’une ramification de transformations historiques : vers l’unicité successorale dans le Queyras et dans les vallées plus au sud, vers une transmission bilatérale égalitaire dans le Briançonnais8. Certes, ce travail est encore incomplet. Les données demeurent fragmentaires et il reste à comprendre pourquoi et comment ces transitions ont eu lieu. Il y a cependant déjà quelques acquis, dont je voudrais donner, pour conclure, un bref aperçu.

93La variété des formes de transmission de biens à l’intérieur de la chaîne alpine et l’évolution des pratiques successorales dont on a pu ébaucher le profil général pour les Alpes du Sud offrent des arguments pour échapper à ce circolus vitiosus très diffus, qui inscrit la famille-souche et ses bases patrimoniales immuables dans les prémisses du raisonnement concernant l’organisation domestique des paysans de montagne. Le résultat logique de cette erreur ne peut qu’aboutir à la nécessité de l’existence d’une telle forme familiale. L’évolution vers l’unicité successorale dans les Alpes du Sud montre au contraire qu’un « système à maison » peut résulter d’un ensemble de processus historiques assez récents. Le passage à l’indivision n’est pas, comme le voudrait un vieux raisonnement circulaire qui se reproduit de Demolins (1898) à Derouet (1993), le résultat de la force d’inertie d’un système fermé, qui, coupé du monde extérieur, utilise ses réserves d’énergie internes : si on pratique le partage des propriétés, et si la population augmente (ce qui est souvent supposé d’une façon implicite), à un certain moment la solution consiste à passer à l’indivision, ce qui régule définitivement le système local. Dans le cas des Alpes françaises, le point de départ est bien différent : j’ai souligné la grande variété des composantes des systèmes locaux ainsi que leur ouverture sur le monde extérieur, avec lequel ils ont entretenu un échange continuel. La complexité du système indique qu’une interprétation de ses transformations ne peut pas être réduite à quelques éléments simples.

94La transition qu’on a dégagée dans quelques secteurs des Alpes françaises jette une lumière nouvelle sur le portrait-robot de la famille-souche du Midi. Elle montre la nécessité de sortir des vieux schèmes leplaysiens et des modèles « culturels » de longue durée. Le tableau dressé par Brandt se révèle, dans ce contexte géographique, comme un palimpseste où s’accumulent surtout des observations hâtives et des opinions idéologiques. Est-il absurde de soupçonner les mêmes abus quand on a affaire à d’autres régions françaises ? La question n’appartient pas seulement à l’histoire des idées, vu la quantité d’auteurs (de Lamaison à Augustins et Todd) qui ont récemment puisé dans cette « source » l’eau empirique nécessaire à la construction de théories aussi ambitieuses que, probablement, fragiles.

Bibliographie

Références bibliographiques

Albera, D. 1994a. « Familles. Destins. Destinations. Entre portrait-robot et mosaïque », Le Monde alpin et rhodanien, 3, p. 7-26.

– 1994b. « La maison des frères », in M. Segalen & G. Ravis-Giordani (dir.), Les cadets, Paris, Éd. du CNRS, p. 169-180.

– 1995. « L’organisation domestique dans l’espace alpin : équilibres écologiques, effet de frontière, transformations historiques », thèse d’ethnologie, université de Provence.

– 1996. « Frontières culturelles et histoire de la famille. Une exploration alpine », rapport à la mission du Patrimoine ethnologique du ministère de la Culture.

Albera, D. & Ch. Cusin. 1994. « Les Italiens d’Aiguilles en Queyras », Le Monde alpin et rhodanien, 3, p. 89-110.

Albera, D., M. Dossetti & S. Ottonelli. 1988. « Società ed emigrazioni nell’alta Valle Varaita in età moderna », Bollettino Storico-Bibliografico Subalpino, Turin, 86, p. 117-169.

Audenino, P. 1990. Un mestiere per partire. Tradizione migratoria, lavoro e comunità in una vallata alpina, Milan, Franco Angeli.

– 1994. « Séparations et solidarités dans une communauté d’émigrants saisonniers de la région de Bielle », Le Monde alpin et rhodanien, 1er et 2e trimestres, p. 69-87.

Augustins, G. 1989. Comment se perpétuer ? Devenir des lignées et destins des patrimoines dans les paysanneries européennes, Nanterre, Société d’ethnologie.

Barbagli, M. 1984. Sotto lo stesso tetto, Bologne, Il Mulino.

Barthélémy, T. 1988. « Les modes de transmission du patrimoine. Synthèse des travaux effectués depuis quinze ans par les ethnologues de la France », Études rurales, 110-111-112, p. 195-212.

Baudrillard H. 1893. Les populations agricoles de la France, 3e série : les populations du Midi. Passé et présent, Paris, Librairie Guillaumin.

Berge, P. 1928. Monographie de Saint-Véran, Gap, Louis Jean.

Berkner, L.K. 1976. « Inheritance, Land Tenure and Peasant Family Structure : a German Regional Comparison », in Goody, Thirsk & Thompson 1976, p. 71-95.

Berthoud, G. 1967. Changements économiques et sociaux de la montagne. Vernamiège en Valais, Berne, Francke.

Bouchard, G. 1993. « La reproduction familiale en terroirs neufs. Comparaison sur des données québécoises et françaises », Annales ESC, 2, p. 421-451.

Bourdieu, P. 1994. Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Le Seuil.

Brandt, A. (de). 1901. Droit et coutumes des populations rurales de la France, Paris, Larose.

Burguière, A. 1986. « Pour une typologie des formes d’organisation domestique de l’Europe moderne (xvie-xixe siècle) », Annales ESC, 41, p. 639-655.

— 1993. « Les fondements d’une culture familiale », in A. Burguière & J. Revel (dir.), Histoire de la France, vol. IV : Les formes de la culture, Paris, Le Seuil, p. 25-118.

Burns, R.K. 1963. « The Circum-Alpine Area : a Preliminary View », Anthropological Quarterly, 36, p. 130-155.

Canestrier, P. 1952. « L’économie d’un village alpin au xvie siècle », Annales, p. 439-452.

Certeau, M. (de). 1980. L’invention du quotidien, vol. I : Arts de faire, Paris, Gallimard.

Chiva, I. 1992. « A propos des communautés rurales. L’ethnologie et les autres sciences de la société », in G. Althabe, D. Fabre & G. Lenclud (dir.), Vers une ethnologie du présent, Paris, ministère de la Culture/Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 155-173.

Cole, J.W. & E.R. Wolf. 1974. The Hidden Frontier. Ecology and Ethnicity in an Alpine Valley, New York, Academic Press.

Collomp, A. 1983. La maison du père. Famille et village en Haute-Provence aux xviie et xviiie siècles, Paris, Presses universitaires de France.

— 1994. « Le statut des cadets en Haute-Provence avant et après le Code civil », in M. Segalen & G. Ravis-Giordani (dir.), Les cadets, Paris, Éd. du CNRS, p. 157-167.

Corti, P. 1990. Paesi d’emigranti Mestieri, itinerari, identità collettive, Milan, Angeli.

Davis, C.R. 1984. « The Myth of Autochtony : Ecology, Ethnohistory and Symbols of Ethnicity in a French Alpine Community », Ph. D. Thesis, University of Pittsburg.

Demolins, E. 1898. Les Français d’aujourd’hui. Les types sociaux du Midi et du Centre, Paris, Firmin-Didot.

Derouet, B. 1989. « Pratiques successorales et rapport à la terre : les sociétés paysannes d’Ancien Régime », Annales ESC, 44, p. 173-206.

– 1993. « Le partage des frères. Héritage masculin et reproduction sociale en Franche-Comté aux xviiie et xixe siècles », Annales ESC, 2, p. 453-474.

Destro, A. 1984. L’ultima generazione. Confini materiali e simbolici di una comunità delle Alpi Marittime, Milan, Franco Angeli.

Dossetti, M. 1992. « Fronti parentali in una comunità alpina nel Settecento », Bollettino storico-bibliografico subalpino, Turin, 2e semestre, p. 545-579.

– 1994. « Usages successoraux et gestion des patrimoines familiaux. Le cas du village de Pontechianale entre 1713 et 1850 », Le Monde alpin et rhodanien, 3, p. 47-68.

Erlich, V. 1966. Family in Transition. A Study of 300 Yugoslav Villages, Princeton, Princeton University.

Fauché-Prunelle, A.A. 1856-57. Essai sur les anciennes institutions autonomes ou populaires des Alpes Cottiennes-Briançonnaises, Grenoble, C. Vellot, 2 vols.

Fine-Souriac, A. 1977. « La famille-souche pyrénéenne au xixe siècle : quelques réflexions de méthode », Annales ESC, 3, p. 478-487.

Fontaine, L. 1990. « Solidarités familiales et logiques migratoires en pays de montagne à l’époque moderne », Annales ESC, 6, p. 1433-1450.

– 1991. « Family Cycles, Peddling and Society in upper Alpine Valleys in the Eighteenth Century », in S.j. Woolf (ed.), Domestic Strategies : Work and Family in France and Italy (1600-1800), Cambridge, Cambridge University Press, p. 43-68.

– 1994. « Ceux qui partent et ceux qui restent. Les pratiques successorales dans l’Oisans », Actes de la recherche en sciences sociales, 105, p. 29-36.

Fournier, C. 1992. Queyras d’hier et d’aujourd’hui, Voreppe, Esperlette.

Friedl, J. 1974. Kippel. A Changing Village in the Alps, New York, Holt, Rinehart & Winston.

Ginatempo, M. 1994. « Espace matrimonial et aires de socialité à Prali et Massello », in Gens du Val Germanasca. Contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise, Documents d’ethnologie régionale, vol. 13, Grenoble, care, p. 133-154.

Gondret, J. 1974. « Mœurs et coutumes des habitants du Queyras au xixe siècle », manuscrit inédit publié et commenté par Roger Devos, Le Monde alpin et rhodanien, 3, 4.

Goody, j., j. Thirsk, j. & E.P. Thompson (éds). 1976. Family and Inheritance. Rural Society in Western Europe 1200-1800, Cambridge, Cambridge University Press.

Granet-Abisset, A.-M. 1994. La route réinventée. Les migrations des Queyrassins aux xixe et xxe siècles, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Guillemin, P. 1880. Les coutumes d’Arvieux, Lyon, Imprimerie générale du Rhône.

Head-Konig, A.L. 1992. « La reproduction familiale et rurale dans les campagnes helvétiques, xviiie-xixe siècles : systèmes extrêmes et modalités d’ajustement », in R. Bonnain, G. Bouchard & J. Goy (dir.), Transmettre, hériter, succéder. La reproduction familiale en milieu rural, France-Québec (xviiie-xxe siècle), Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 387-399.

Helme, E. 1892. « L’organisation de la famille dans le département de la Drôme », in Enquête sur l’état des familles et l’application des lois de succession, première série : 1867-1868, Paris, Société d’économie sociale, p. 263-268.

Inchiesta Jacini. 1883. Atti della Giunta per l’Inchiesta agraria e sulle sondizioni delle classi agricole, Rome, Forzani, vol. VIII.

Jacini, S. 1856. La proprietà fondiaria e le popolazioni agricole della Lombardia, Milan (réédition partielle in M. Guidetti & P.H. Stahl (éds), 1976, Un’Italia sconosciuta. Communità di villaggio e communità familiari nell’Italia dell’800, Milan, Jaca Book, p. 65-74.

Jannet, C. 1892. « L’organisation de la famille dans l’arrondissement de La Tour-du-Pin (Isère) », in Enquête sur l’état des familles et l’application des lois de succession, première série : 1867-1868, Paris, Société d’économie sociale, p. 247-262.

Lamaison, P. 1979. « Les stratégies matrimoniales dans un système complexe de parenté : Ribennes en Gévaudan (1650-1830) », Annales ESC, 4, p. 721-741.

– 1987. « La parenté 2 : filiation et alliance », in I. Chiva & U. Jeggle (dir.), Ethnologie en miroir. La France et les pays de langue allemande, Paris, ministère de la Culture/Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 109-121.

Laslett, P. 1983. « Family and Household as Work Group and Kin Group : Areas of Traditional Europe Compared », in R. Wall, J. Robin & P. Laslett (eds), Family Forms in Historic Europe, Cambridge, Cambridge University Press, p. 513-563.

– 1987. « The Character of Familial History, its Limitations and the Conditions for its Proper Pursuit », Journal of Family History, 12, 1-2, p. 263-284.

Lenclud, G. 1979. « Des feux introuvables. L’organisation familiale dans un village de la Corse traditionnelle », Études rurales, 76, p. 7-50.

– 1988. « Transmission successorale et organisation de la propriété. Quelques réflexions à partir de l’exemple corse », Études rurales, 110-111-112, p. 177-193.

Levi, G. 1989. Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, Gallimard.

Manoukian, A. 1988. « La famiglia dei contadini », in P. Melograni (éd.), La famiglia italiana dall’Ottocento a oggi, Bari, Laterza, p. 3-60.

Manteyer, P. 1946. « La terre de Jarjayes : documents (933-1588) », Bulletin de la Société d’études historiques, scientifiques et littéraires des Hautes-Alpes, 65e année, n° 17-18-19-20, p. 1-819.

Martel, P. 1987. « Les Alpes du Sud : une Arcadie ? », Amiras/Repères, 15-16, Aix-en-Provence, Édisud, p. 171.

Mathieu, J. 1980. « Haushalt, Verwandte und Nachbarn im alten Unterengadin (1650-1800) », Ethnologica Helvetica, 4, p. 167-221.

McGuire, R. & R.M. Netting. 1982. « Leveling Peasants? The Maintenance of Equality in a Swiss Alpine Community », American Ethnologist, 9, p. 269-290.

Mendras, H. 1997. L’Europe des Européens. Sociologie de l’Europe occidentale, Paris, Gallimard.

Mitterauer, M. 1992. « Peasant and Non-Peasant Family Forms in Relation to the Physical Environment and Local Economy », Journal of Family History, 17, 2, p. 139-159.

Netting, R.M. 1981. Balancing on an Alp. Ecological Change and Continuity in a Swiss Mountain Community, Cambridge, Cambridge University Press.

Ottonelli, S. 1992a. « La valle di Cesana nelle carte notarili del ‘600 (1). » Valados Usitanos, 41, p. 19-37.

– 1992b. « La valle di Cesana nelle carte notarili del’600 : agricoltura e allevamento (2) », Valados Usitanos, 42, p. 33-48.

– 1993. « La valle di Cesana nelle carte notarili del’600 (3) », Valados Usitanos, 44, p. 44-70.

Ramella, F. 1977. « Famiglia, terra e salario in una comunità tessile dell’800 », Movimento Operaio e Socialista, 23, p. 7-44.

– 1984. Terra e telai Sistemi di parentela e manifattura nel Biellese dell’Ottocento, Turin, Einaudi.

Ravis-Giordani, G. 1994. « Normes et pratiques : divorce ou décalage ? », in Gens du Val Germanasca. Contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise, Documents d’ethnologie régionale, vol. 13, Grenoble, CARE, p. 121-132.

Ribbe, Ch. de. 1867-1868. Enquête sur l’état des familles et l’application des lois de succession. Première série, séance du 12 janvier 1868, Société d’économie sociale, p. 313-320.

Rosenberg, H.G. 1988. A Negotiated World. Three Centuries of Change in a French Alpine Community, University of Toronto Press.

Saunders, GR. 1979. « Social Change and Psychocultural Continuity in Alpine Italian Family Life », Ethos. Journal of the Society for Psychological Anthropology, 7, p. 206-231.

Schmidtbauer, P. 1983. « The Changing Household : Austrian Household Structure from the Seventeenth to the Early Twentieth Century », in R. Wall, J. Robin & P. Laslett (éds), Family Forms in historic Europe, Cambridge, Cambridge University Press, p. 347-378.

Segalen, M. 1992. « La parenté : des sociétés "exotiques" aux sociétés modernes », in G. Althabe, D. Fabre & G. Lenclud (dir.), Vers une ethnologie du présent, Paris, ministère de la Culture/Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 175-193.

Sibilla, P. 1980. Una comunità Walser delle Alpi. Strutture tradizionali e processi culturali, Florence, Olschki.

– 1985. I luoghi della memoria. Cultura e vita quotidiana nella testimonianza del contadino valsesiano G.B. Filippa (1778-1838), Anzola d’Ossola, Fondazione Arch. Enrico Monti.

Siddle, D.J. 1986a. « Articulating the Grid of Inheritance : the Accumulation and Transmission of Wealth in Peasant Savoy 1561-1792 », in M. Matmüller (éd.), Wirtschaft und Gesellschaft in Berggebieten, Bâle, Schwabe, p. 123-181.

– 1986b. « Inheritance Strategies and Lineage Development in Peasant Society », Continuity and Change, 1 (3), p. 333-361.

Stefanoni, S. 1994. « Structure familiale, cycle domestique et système d’héritage à Prali et Massello », in Gens du Val Germanasca. Contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise. Documents d’ethnologie régionale, vol. 13, Grenoble, care, p. 155-180.

Tivollier, J. & P. Isnel. 1938. Le Queyras, Gap, Louis Jean, 2 vols.

Todd, E. 1985. L’invention de l’Europe, Paris, Le Seuil.

Viazzo, P.P. 1989. Upland communities : Environment, Population and Social Structure in the Alps since the Sixteenth Century, Cambridge, Cambridge University Press (trad. it. 1990, Comunità Alpine. Ambiente, popolazione, struttura sociale nella Alpi dal XVI secolo ad oggi, Bologne, Il Mulino).

Viazzo, P.P. & D. Albera. 1990. « The Peasant Family in Northern Italy, 1750-1930: a Reassessment », Journal of Family History, 4, p. 461-482.

Viti, F. 1994. « Pour une typologie des formes matrimoniales. Politique de la parenté à Prali et Massello », in Gens du Val Germanasca. Contibution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise, Documents d’ethnologie régionale, vol. 13, Grenoble, care, p. 181-204.

Vivier, N. 1992. Le Briançonnais rural aux xviiie et xixe siècles, Paris, L’Harmattan.

Weinberg, D. 1975. Peasant Wisdom. Cultural Adaptation in a Swiss Village, Berkeley/Los Angeles, University of California Press.

Wiegandt, E. 1977. « Inheritance and Demography in the Swiss Alps », Ethnohistory, 24, p. 133-148.

Wolf, E.R. 1966. Peasants, Englewood Cliffs (N.J.), Prentice Hall.

– 1970. « The Inheritance of Land among Bavarian and Tyrolese Peasants », Anthropologica, 12, p. 99-114.

Notes

1 Pour une analyse de ces travaux voir Albera 1994a et 1995.

2 Entre le xive et le début du xviiie siècle, la « République » briançonnaise comptait 52 communautés groupées en cinq Escartons (terme issu du vieux français « escart » qui signifie « répartition »). En 1713, le Briançonnais avait déjà perdu les trois Escartons situés sur le versant piémontais (Fauché-Prunelle 1856-1957).

3 Arch. nat., KK 1200, cité par Vivier 1992 : 60.

4 Arch. dép. des Hautes-Alpes, E 667-E 676.

5 Ces documents ont été publiés par Manteyer 1946.

6 A.D.H.-A., E 704-E 706.

7 Id., E 766-E 773.

8 Ce dernier cas a une ressemblance avec la transformation des pratiques successorales décrite pour la Franche-Comté (Derouet 1993).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540