Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Limites floues, frontières vives

 | 
Christian Bromberger
, 
Alain Morel

IV. De près et de loin : frontières illusoires

Ethnos et nature

Frontières à la carte en milieu méditerranéen*

Sergio Dalla Bernardina

Texte intégral

  • * Cet article développe une problématique déjà partiellement abordée, dans une perspective différent (...)

Lorsqu’on circule clans les rues de Païenne, il y a des gens qui nous affirment reconnaître, parmi les passants, les représentants de toutes les races ayant abordé la Sicile. Laissons-les à leur amusement.
Eugène Pittard 1953.

  • 1 La Ligue lombarde, aussi bien que la Lega Veneta ou piémontaise, est en train de nouer des liens d (...)

1« J’ai pris un haricot Borlotto, la viande des pauvres, et je l’ai mis dans la carte géographique : il s’arrêtait à l’Emilie-Romagne. » Le protagoniste de cette expérience, Erminio Boso, est un leader de la Ligue lombarde. Son parti politique, à forte connotation régionaliste, revendique l’indépendance de la Padanie, une entité socioculturelle quelque peu fabuleuse, dont on ne sait pas grand-chose hormis le fait qu’elle correspond à la zone de diffusion du haricot en question1. L’intérêt de cette citation – à une époque où les communautés régionales se transforment parfois en peuples, en attendant de devenir des nations – est de nous rappeler les enjeux potentiels de toute recherche ethnographique concernant cette problématique : l’ethnographe repère les frontières culturelles, le politicien songe à les mettre en valeur.

2Je dois avouer que moi aussi, au début de mon enquête, j’ai opéré avec la logique de Monsieur Boso. Je disposais de trop de confirmations pour douter de l’existence d’un ensemble unitaire de traits culturels répondant à la notion de « civilisation alpine » : les récits des voyageurs du siècle passé, par exemple, qui nous parlent, presque toujours sur le même registre, du caractère montagnard ; les contributions de la littérature savante également, et notamment des « déterministes géographiques » ou, plus près de nous, des élèves de Blanchard (qui, dans leur mise en relation méthodique du relief avec la personnalité des habitants vont jusqu’à repérer des différences de tempérament entre « gens de l’ubac » et « gens de l’adret »). Cette même conviction (le profil unitaire de la civilisation alpine) apparaît, bien que de façon implicite, dans les analyses de nombreux ethnologues, peu enclins à une lecture inspirée par le déterminisme géographique, mais confrontés à l’évidence des contraintes environnementales : comment des traits géographiques si constants et prononcés auraient-ils pu ne pas laisser de traces chez les hommes qui s’y sont adaptés ? Inutile de préciser que les éléments de la culture matérielle (que l’on songe à la hotte, au traîneau, aux raquettes de neige), et les sources folkloriques (les légendes de pétrification, par exemple, la croyance dans les vertus miraculeuses du sang de chamois, le « mythe » de la chasse sauvage, la vaste cohorte des êtres fantastiques, etc.) ne faisaient que renforcer cette certitude.

3En fait, il m’aurait suffi de lire les pages que Lucien Febvre consacrait à cette question en 1922 pour saisir les limites d’un projet comme le mien donnant pour acquise, sur la base d’un environnement commun, l’existence d’une culture commune. Très subtilement, Febvre commence par évoquer l’ensemble des traits récurrents :

  • 2 On dirait que lui aussi, comme Mauss, avait lu Boas – la date d’édition de son ouvrage est d’aille (...)

Dédoublement des étages agricoles ; dédoublement correspondant de l’habitat, [...] rythme saisonnier d’une vie oscillant entre un état d’hiver et un état d’été2 [...] respect de la tradition, attachement au sol natal, limitation de l’horizon (Febvre 1922 : 235)

4et ainsi de suite. Mais, à lire sa conclusion, mes attentes « panal-pines » auraient reçu une sévère estocade.

Le vrai, c’est qu’il n’y a point une sorte d’unité de la montagne qui se retrouverait avec constance partout où se rencontrent sur le globe des reliefs montagneux. Pas plus qu’une unité de plateau – ou une unité de plaine. Simplement, de place en place, se rencontrent des possibilités analogues qui ont été exploitées de la même façon et des civilisations par suite comparables si l’on néglige leurs traits individuels et vraiment caractéristiques (ibid. : 240).

5Frontières culturelles oui, donc, mais coupant les Alpes et la plaine selon des critères indépendants des facteurs strictement orographiques. Autrement dit, puisqu’il n’y a point une sorte d’unité de la montagne, pas plus qu’une unité de plateau ou une unité de plaine, mon projet de saisir les traits structuraux permettant d’opposer « culture alpine » et « culture méditerranéenne » se révélait pour le moins aléatoire.

6Ignorant cette mise en garde, et même si j’étais conscient que sur le plan microrégional j’allais rencontrer un foisonnement de différences irréductibles au paradigme géographique, je me suis donné pour objectif de retracer la spécificité alpine telle qu’elle s’exprime dans le rapport à la nature sauvage. A l’instar de M. Boso j’ai fondé ma démarche sur un raisonnement d’ordre métonymique : les pratiques et les attitudes des Alpins vis-à-vis du milieu naturel, me suis-je dit, sont forcément coextensives de 1’« alpinité » dans son ensemble. Il suffit donc d’établir la liste de ces traits collectifs et de les pointer sur une carte géographique pour cerner la frontière culturelle. Mais la frontière avec quoi ? Avec le monde méditerranéen, bien entendu, puisque mon attention, comme celle des parlementaires de la Ligue lombarde, était rivée sur le front méridional. Il va sans dire que la notion de « monde méditerranéen » est tout aussi équivoque que celle de « monde alpin » (et d’ailleurs, c’est peut-être pour cette raison qu’il existe une revue qui s’appelle Le Monde alpin et rhodanien). Mais sur cet aspect, à l’époque, j’avais cru bon de ne pas trop m’arrêter. J’y reviendrai plus tard après avoir passé en revue les principaux indices nous permettant de dresser le portrait-robot du villageois alpin dans ses rapports à la nature sauvage.

Des sylvophobes notoires

  • 3 Gorfer 1988. L’inversion de tendance, on le sait, est directement liée à l’exode rural des dernièr (...)
  • 4 Il suffit d’une visite aux archives des tribunaux de la région alpine pour vérifier la fréquence d (...)

7Sur le plan général, si l’on s’en tient aux sources historiques, la population des Alpes apparaît comme une redoutable destructrice de surfaces boisées. Du Néolithique jusqu’à la toute récente inversion de cap, comme nous le montre, entre autres, Aldo Gorfer dans son ouvrage L’uomo e laforesta3, la forêt alpine n’a fait que se réduire au bénéfice des cultures et des installations humaines. Au xixe siècle, le déboisement chronique qui affligeait les Alpes « traditionnelles »4, inimaginable pour le touriste d’aujourd’hui, suscitait la surprise des voyageurs étrangers qui, en ont laissé des témoignages écrits. Dans son Voyage aux Alpes et en Italie publié en 1860, Albert Montrémont écrit par exemple :

Vers le Lautaret, à quelque lieues de Briançon [...], la pénurie de bois est telle, qu’en été les habitants sont obligés de faire sécher au soleil des espèces de gâteaux qu’ils forment de la bouse de vache pour servir de chauffage en hiver (Montrémond 1860 : 309).

8Plus près de nous, voici un souvenir de Jean Giono évoquant l’ambiance des villages des Basses-Alpes sillonnées par Elzéard Bouffier, « l’homme qui plantait des arbres » :

  • 5 Une comparaison, celle-ci, que Marshall Sahlins (1976) aurait du mal à avaliser.

Le car me débarqua à Vergons. En 1913, ce hameau de dix à douze maisons avait trois habitants. Ils étaient sauvages, se détestaient, vivaient de chasse au piège : à peu près dans l’état psychique et moral des hommes de la préhistoire5. Les orties dévoraient autour d’eux les maisons abandonnées (Giono 1989 : 30).

9Comme un peu partout dans la chaîne alpine, d’abord la déforestation, ensuite, sorte de plaie biblique, la désertification : une triste victoire des « gens du finage » sur les « gens du bois », pour reprendre les termes de Tina Jolas et al. (1990).

  • 6 Un bois, rappelons-le, n’est pas forcément sauvage. Bien souvent il s’agit d’une plantation (d’une (...)

10Fallait-il interpréter cette régression des surfaces boisées comme un reflet de la mentalité montagnarde ou comme une fâcheuse conséquence du progrès, indépendante de la volonté des autochtones ? Un large éventail de « preuves », venant des domaines les plus hétérogènes (du détail jusqu’aux comportements collectifs et au fait divers), laissait entendre que dans le système de valeurs villageois la place de la nature non domestiquée (qui est autre chose que le capital forestier soigneusement entretenu6) n’occupait pas le sommet de la hiérarchie.

Protéger la nature ou se protéger de la nature ?

  • 7 Encore très limitées dans une société qui recyclait tout. On jette la matière polluante, juste au- (...)
  • 8 C’est le cas d’un article sur la protection de la nature que j’ai consulté à la bibliothèque de Di (...)

11Un exemple à large échelle nous vient du folklore. Lisons Van Gennep : dans l’imaginaire alpin traditionnel, les bois, les pentes montagneuses, les alpages sont chargés de valences positives tant qu’ils sont soumis à l’action de l’homme. Mais il suffit que l’on s’y rende pendant la mauvaise saison pour découvrir que ces landes désolées ont été regagnées par le diable, qui s’y promène déguisé en animal, ou par le sinistre cortège de la chasse sauvage. Même sur un plan plus immédiat, d’ailleurs, on s’aperçoit que les espaces incultes et, plus généralement, les réalités qui se dérobent à l’action domesticatrice de l’homo faber, sont marqués d’une connotation négative. Qui connaît la montagne d’avant la percée du mouvement écologiste sait bien que pendant longtemps les ravins – ces endroits pittoresques qui attisaient le sentiment du sublime chez Ruskin – ont constitué des endroits privilégiés pour se débarrasser des ordures ménagères7. C’est d’ailleurs dans ces mêmes endroits, contre toute tentation d’une lecture à la Mary Douglas (la nature sauvage comme espace « sacré » pollué par les touristes mais respecté par les indigènes) que les chasseurs et les bergers des Alpes abandonnent la carcasse encore tiède du chien « peu doué » dont ils viennent de se débarrasser. Mais pour bien saisir la continuité de cette tendance « naturophobe », rien n’est peut-être plus éclairant que la lecture des dossiers concernant les rapports entre écologistes et paysans en matière d’aménagement, ou les documents des années 1960 commentant, au niveau local, les débuts du tourisme rural8. A l’époque, le sentiment de distanciation avec la nature, une nature moins choisie que subie, ne se révélait que par des signes timides : au village, l’ouverture des différents bars « Sport », « Progrès » et « Moderne », rimait avec Skaï, néon et Formica. A l’extérieur du village, en direction des cols, des auberges surréelles, dans leur décontextualisation, et des « dancings » mal placés, bâtis à la va-vite, qui, aujourd’hui, envahis par les herbes folles, avec leurs fenêtres murées, témoignent d’un « rêve civilisateur » qui a bien souvent tourné court. La chronique récente confirme cette prédilection des Alpins (ou des Alpins de langue romane ?) pour la nature « bien domestiquée ». Tout le monde a été informé de l’enthousiasme des autochtones (tempéré par la perplexité des propriétaires de résidences secondaires et d’une minorité d’écologistes locaux) lors des travaux pour les Jeux olympiques d’hiver dans la région de Grenoble. Moins connue est la réaction, rapportée par la presse italienne, des habitants d’un village alpin situé entre la Vénétie et le Frioul ayant congédié à coups de pierre les écologistes qui manifestaient contre la construction d’une station de ski. Mais à propos des rapports entre sentiment du sublime et vécu villageois, voici un dernier témoignage extrait du Nouvel Observateur :

On croyait que seul le régime totalitaire de Corée-du-Nord plantait ses haut-parleurs dans les campagnes. Erreur : nos montagnes succombent, elles aussi, à la dictature du son. [...] Déjà quinze des plus grandes stations des Alpes ont été « sonorisées » par Radio-Nostalgie, forçant les adeptes de la glisse à subir les programmes de « nostalgie Neige ». [...] Tout cela est parfaitement légal [...]. Les sages ont avalisé sans tiquer ce hold-up sonore avec prise d’otages. Édiles locaux et responsables des stations de sports d’hiver sont contents : c’est bon pour le commerce local (Gavi 1996).

  • 9 Même si de nouvelles tendances, souvent liées à la revendication identitaire, commencent ici et là (...)
  • 10 Cela expliquerait un phénomène connu, à savoir que les premiers protecteurs de l’environnement alp (...)

12Bref, assez souvent, ce n’est pas l’autochtone qui s’oppose à la dénaturation du site9. Et d’ailleurs, pour continuer sur le registre esthétique, songeons à l’urbanisme alpin tel qu’il s’est manifesté là où les paysans, en l’absence de contrôles adéquats, ont pu bâtir ou restaurer à leur gré. En Italie, de Bardonnèche jusqu’à Trieste, cela a donné lieu à une rangée ininterrompue de « maisons de géomètre », comme on les appelle couramment, des cubes anonymes censés « faire moderne ». Les défenseurs de l’identité alpine objecteront que c’est un phénomène de déculturation. C’est bien possible, même si, dans ce cas, il faudrait bien qu’ils décident si 1’« alpinité » réside dans la forme des maisons « traditionnelles » ou bien si elle est un principe de structuration de l’espace, des représentations et des pratiques indépendant de ses actualisations contingentes (dans ce second cas, 1’« alpinité » étant censée réapparaître, sous une forme nouvelle, dans l’ensemble des comportements culturels des Alpins). Mais le génie bétonneur qui inspire les « maisons de géomètre », cette passion futuriste pour des simulacres de la modernité, a quelque chose de singulièrement ancien. D’un certain point de vue, on pourrait y voir une façon astucieuse pour continuer le projet domesticateur, d’asservissement et d’occultation de la nature sauvage, avec des moyens plus perfectionnés. Pourquoi dans les maisons rénovées du paysan alpin retrouve-t-on ces linoléums cirés, ces patins pour ne pas laisser de traces, ces jardins fleuris mais soigneusement désherbés et comme épilés (« ici on n’a pas de lapins et donc on n’a pas besoin d’herbe », m’a-t-on répondu comme si cela allait de soi), et ces aires implacablement goudronnées ? Peut-être parce que pour mieux apprécier la nature sauvage – si l’on me permet cette remarque peu sérieuse – on préfère l’admirer à une certaine distance10.

Alpins ou paysans ?

13Si dans l’approche de la paysannerie alpine à la nature sauvage il y a finalement continuité, on dirait que c’est bien dans le sens de son contrôle, de sa mise à distance et de sa conquête. Mais à une échelle si large, pourrait-on me répliquer, la notion de culture alpine est-elle encore pertinente ? Et où passerait la frontière du pattern alpin par rapport à celui du monde méditerranéen ? Autant reconnaître l’évidence : l’ensemble de traits que je viens de résumer n’a rien de spécifiquement alpin – ce qui est le premier « résultat » de cette étude. En ce qui concerne la pratique et la perception de l’environnement, le métier, la culture (dans le sens non anthropologique où l’on est plus ou moins cultivé) et, plus largement, la condition sociale, sont plus déterminants que les appartenances régionales : deux paysans piémontais et siciliens se ressemblent davantage, dans leur approche de la nature sauvage, que deux corégionaux issus de milieux sociaux différents (par exemple Gianni Agnelli et le gardien de sa maison de campagne).

14Personnellement, à dire vrai, je n’avais peut-être pas besoin de ces nouveaux témoignages. Dans un article de 1987 consacré aux différentes attitudes des chasseurs piémontais pendant la poursuite et la mise à mort du chamois, je cherchais à montrer en fait que la « sylvophilie » des uns et la « sylvophobie » des autres répondaient moins à des déterminations ethniques qu’à des appartenances professionnelles et sociales (Dalla Bernardina 1988).

  • 11 Certes, nul doute que même pour les habitants des vallées alpines les espaces boisés constituent u (...)
  • 12 Largement exploré, dans cette perspective, par Paolo Fedeli ( 1990).

15Mais ce phénomène dépasse largement le cadre cynégétique. La « dendrophobie » des paysans (et non pas celle des seuls Alpins, justement) est bien illustrée par Olivier Nougarède, dans un article qui retrace les raisons socioéconomiques de ce penchant pour la terre brûlée, tendance symétrique et inverse de 1’« agrophagie » de l’Etat français11. Plus généralement, d’autres preuves témoignant de cette répulsion pour les espaces non domestiqués bien au-delà de la frontière alpine (de langue romane) nous sont offertes par les spécialistes du monde grec et latin. Pour la civilisation hellénique, il suffit de mentionner les travaux de Marcel Détienne et Jean-Pierre Vernant retraçant les contours, dans les plis du sacrifice, d’une véritable philosophie de la nature assortie d’une hiérarchisation très précise (le bœuf ou le bouc sacrificiel, avant leur mise à mort, sont accusés d’avoir piétiné le blé et brouté le raisin, fruit du travail des hommes). Quant au monde romain12, je me limiterai à rappeler un passage du De amicitia de Cicéron où on apprend qu’avec l’habitude on peut finir par apprécier des localités extra-urbaines « même si elles sont montagneuses et boisées » (Cicéron 1996 : 85). Plus près de nous, pour en finir avec les références savantes, voici Keith Thomas qui vient nous rappeler que même les paysans anglais, dans leurs revendications judiciaires, privilégiaient la nature domestiquée au détriment des espaces incultes (Thomas 1985). La « sylvophobie », au bout du compte, serait moins un marqueur ethnique qu’un réflexe d’agriculteur. Ce qui nous permet d’apercevoir une frontière, c’est vrai, mais une frontière qui se situerait plutôt sur l’axe de la diachronie ou, plus précisément, qui relèverait d’une conception évolutionniste associant la façon d’appréhender le sauvage au « stade », voire au « mode de production » propre à chaque témoin : est sauvage, étymologiquement, celui qui habite la silva.

Le point de vue des acteurs

  • 13 Voir Piccolo 1981. Dans mon article « L’invention du chasseur écologiste » (1989/ ?), je m’interro (...)

16Mais que pensent les acteurs de tout cela ? Autant l’avouer : ils auraient tendance à se dissocier. Pour eux, une frontière culturelle séparant les Alpins des autres, « ceux de la plaine » (les « Méditerranéens ? »), existe bel et bien. Le fait curieux est que, dans leur manière de décrire cette frontière, on dirait qu’ils ont lu les travaux de Norbert Elias sur la civilisation des mœurs, et qu’ils projettent son schéma sur deux plans : horizontal (nord/sud) et vertical (plaine/montagne). Dans les témoignages que j’ai recueillis en de nombreux endroits de la chaîne alpine, en fait, plus on est au nord, ou plus on est en haut, plus on aurait tendance à protéger le gibier et à ne pas abuser des ressources spontanées (voir Dalla Bernardina 1994). C’est ce que nous confirme Paolo Piccolo, auteur d’un manuel sur la chasse au chevreuil qui, pour situer sa frontière culturelle, forge (à l’instar de M. Boso avec « sa » Padanie) l’ethnie des Hauts-Vénitiens, censés protéger depuis toujours leur capital faunistique13. C’est le cas du président des chasseurs de Gap, qui, il y a quelque temps, lors d’un entretien assez éclairant, dressait une véritable « ethnogéographie » à partir du constat qu’il existait des difficultés sérieuses, entre haute et basse vallée, pour fixer la date d’ouverture de la chasse au chevreuil. Plus « méditerranéens » que les chasseurs des Hautes-Alpes, bien que « moins latins » que « ceux de la plaine » (les Marseillais en particulier, ramasseurs invétérés de tout genre de ressource spontanée), les gens des Alpes-de-Haute-Provence « ne renoncent pas facilement à leurs libertés ». C’est aussi le cas de mon informateur de Pignérol qui, interrogé sur l’attitude des chasseurs des vallées vaudoises du Piémont (réputés en fait pour avoir épuisé la plupart de leur stock faunistique en profitant de la faiblesse des contrôles), les présente comme des « sages barbus » endurcis par les âpretés de la haute montagne. Mais – ce qui est encore plus gênant – même les géographes professionnels, dans leurs inférences anthropologiques, contribuent à valider ce schéma. Voici par exemple un passage de Raoul Blanchard résumant les différences de tempérament entre Alpins du Nord et Alpins du Sud :

Lorsqu’on descend les pentes qui mènent à la Durance, on se rend compte assez rapidement qu’on y a affaire à une population plus vive et plus déliée. Ayant mené des enquêtes orales, et très nombreuses, dans toutes les parties des Alpes, nous pouvons témoigner que nulle part ces gens auxquels nous faisions perdre leur temps ne nous ont accueilli aussi aimablement que dans les Alpes du Sud. Dans le Nord nous étions reçu correctement pour un entretien précis et rapide ; mes hôtes du Sud faisaient durer le plaisir, prolongeaient volontiers les propos avec une bonne grâce qui nous allait au cœur. Il nous a fallu reconnaître qu’il s’agissait d’une race (sic) avenante, à l’esprit vif et qui se plaît à la conversation ; nous trouvons là les traits d’un tempérament méridional légèrement assoupli par la gravité qu’impose toujours la montagne.
Indications fort sympathiques. Cependant nous avons l’impression qu’il faut y apporter quelques restrictions. Il nous a semblé que l’ardeur au travail était moins vigoureuse que dans le Nord. Les siestes d’été nous ont paru longues ; elles ont pour excuse l’ardeur du soleil méridional ; mais il fait chaud aussi dans les vallées du Nord et le temps y est lourd. On constate que ces populations ont toujours, et impérieusement, réclamé l’aide des pouvoirs publics ; dans les documents d’archives, c’est une litanie. « Aide-toi et le ciel t’aidera », ce pourrait être la devise des gens du Nord ; ceux du Sud voudraient que le Ciel s’y mît le premier et en attendant ils restent défiants et revendicateurs. Cette tendance contribue à expliquer le goût très vif qu’ils ont de la politique, bien que les nuances déjà méridionales de leur tempérament suffisent à en rendre compte ; en tous cas ils s’en occupent beaucoup plus passionnément que dans le Nord et cette inclination est de plus en plus décisive à mesure qu’on s’avance vers le Sud (Blanchard 1960).

  • 14 Blanchard, un peu maladroitement, parle de « race », c’est vrai. Mais je pense qu’il le fait de fa (...)

17Race14, tempérament méridional, influence de la montagne, « tendance à la sieste » qui s’étale sur l’axe nord-sud. La théorie du climat, on le voit, est encore bien présente dans la démarche de ce géographe. Et la frontière, d’un seul coup, trouve à la fois son tracé et sa raison d’être. Les mêmes que ceux évoqués par les acteurs.

18Que peut faire l’ethnologue face à un tel consensus ? 1) Il peut prendre les différents témoignages au pied de la lettre, avec la conviction que, si stéréotype il y a, un fond de vérité doit bien exister. 2) Il peut passer de 1’« individuation » à la comparaison, du trait au système, de l’ethnographie à l’anthropologie, et chercher à comprendre si derrière les différences (parfois incontestables), on rencontre des principes structuraux tout aussi contrastés. Cela, n’en déplaise à Monsieur Boso, parce qu’une chose est l’emploi du haricot Borlotto, autre chose est la logique qui le sous-tend. Autrement dit : si la distribution aréologique d’un trait culturel peut s’arrêter au milieu d’une carte géographique, le système dont il fait partie peut, lui, s’étendre bien au-delà. Un exemple ponctuel, concernant le rapport au gibier, nous permettra de préciser cette notion.

Un modèle très cohérent

19Inutile de préciser que, dans un milieu écologique si typé et si contraignant que celui des Alpes, les choix technologiques et les stratégies de chasse adoptés par les différentes communautés se ressemblent beaucoup – ce qui facilite considérablement notre tâche. Depuis la fin du xixe siècle – époque où la villégiature estivale a commencé à s’intensifier –, trois acteurs principaux se partagent l’espace cynégétique alpin. D’un côté des citadins aisés : les Marseillais, les Niçois ou les Grenoblois pour le Briançonnais ; les Turinois et les Génois pour les Alpes-Maritimes, les Vénitiens, les gens de Vicence et Padoue ou les Triestins pour les Alpes orientales. Dans cette même famille, sur le plan des habitudes de chasse, il faut ranger les notables locaux, lecteurs de la presse cynégétique dont les conduites s’inspirent du modèle citadin, emprunté lui-même au modèle aristocratique. De l’autre côté, nous avons les paysans, convaincus d’une philosophie du prélèvement tout aussi cohérente quoique fort différente. Une troisième catégorie est constituée de marginaux quasi « institutionnels » (dans ce sens que dans tous les villages on en trouve quelques-uns) : chasseurs mais aussi pêcheurs et ramasseurs semi-professionnels qui assurent les liens entre domestique et sauvage, entre communauté locale et monde extérieur (notables, citadins, etc.).

  • 15 Dans une logique souvent clientélaire qui mériterait des études particulières. Je traite largement (...)
  • 16 Pour le Briançonnais voir, en particulier, Sophie Bobbé (1990).

20L’interaction de ces trois sujets cynégétiques forme un véritable système que l’on retrouve à trois niveaux différents : écologique (l’aire de diffusion de certaines espèces animales et végétales), technique (adaptation des outils et des stratégies de chasse aux spécificités du milieu alpin) et, dans le cas des Alpes italiennes, juridictionnelle : depuis 1954, en fait, toute la chaîne alpine, que l’on appelle « Zona Alpi », est soumise à un régime particulier, très contraignant ; dans cette zone sont prévues notamment des restrictions en matière de calendrier, de tableau de chasse, de droit d’accès. On responsabilise le chasseur en le rattachant à sa commune d’appartenance, tout en accordant aux autochtones le droit de limiter et de contrôler l’accès des étrangers15. Si dans les Alpes françaises la situation n’est pas si tranchée, il faut dire que l’absence d’une loi générale (qui aujourd’hui existe, mais pour la nation dans son ensemble) a quand même été compensée par la création, dans des contextes comparables à la situation italienne, par exemple dans le Briançonnais, des premières ACCA (Associations de chasse communale agréées)16. Ce qui montre qu’une même logique, une même nécessité de protéger la spécificité des chasses alpines, était à l’œuvre des deux côtés de la frontière franco-italienne. Bref, que désirer de mieux : la frontière avec le monde « non alpin » était déjà prête, admirablement tracée par les acteurs eux-mêmes et ratifiée par l’État.

  • 17 Je dresse un tableau systématique des différents types de chasse pratiqués dans les Alpes piémonta (...)

21Passons donc aux traits majeurs du système cynégétique alpin. Son originalité, au-delà des facteurs strictement environnementaux, réside d’abord dans la particularité des espèces convoitées. Malgré quelques différences entre Alpes occidentales et orientales (concernant notamment la présence du chevreuil, du grand tétras, de la marmotte et du sanglier – mais ces différences tendent vite à s’estomper) elles se composent principalement du chamois, du lièvre et du lièvre variable, de la marmotte, du tétras-lyre, du lagopède, du perdreau et de la bartavelle. Parmi les migrateurs on citera la bécasse, le pigeon ramier et, par endroits, les anatidés. Dans certaines régions, les petits oiseaux – une ressource alimentaire parfois considérable – font l’objet d’une chasse acharnée. Une place à part est occupée par les animaux à fourrure, piégés par des spécialistes, ces mêmes « techniciens du sauvage » qui pèchent les truites, ramassent les herbes et les champignons. Comme j’ai cherché à le montrer dans des travaux précédents17, si on considère les prédilections et les refus cynégétiques des différents acteurs, on s’aperçoit qu’ils n’ont rien d’arbitraire : tout est strictement explicable en termes d’opportunité économique. Et d’ailleurs, la façon la plus simple pour aboutir à une description des chasses alpines revient à situer les différents cas de figure à l’intérieur d’une hiérarchie dégressive allant du maximum de dépense au maximum de profit.

  • 18 Alors que le monde aristocratique, on le sait, fait de la consommation de gibier un signe distinct (...)
  • 19 Voir les critiques adressées par le marquis Tredicini aux guides alpins dans mon dossier pour la m (...)

22Du côté de la dépense extrême on trouve les citadins, qui chassent notamment le tétras-lyre, la bartavelle et le lagopède au chien d’arrêt dans les hauts pâturages. Ils pratiquent le tir au vol, extrêmement antiéconomique, qu’ils qualifient de très sportif. Le vrai gentilhomme, dans la presse spécialisée, affirme souvent ne pas raffoler du gibier18 ; il désapprouve les chasseurs de chamois, qu’il qualifie de viandards et cruels. Le citadin, normalement, se plaint des paysans, qui d’après lui n’auraient aucun respect pour le gibier19, et des autorités qui laissent faire. Lorsqu’il a assez d’argent, il loue une vallée en altitude, dont il fait sa chasse privée et où il embauche comme gardien le braconnier le plus connu de la région.

  • 20 On évoque également la faiblesse des migrations dans cette région alpine caractérisée par la prése (...)
  • 21 Cela, précisait mon interlocuteur, notamment chez les chasseurs des « Basses-Alpes » : ceux des Ha (...)

23Les paysans alpins, quant à eux, n’ont pas de chien d’arrêt, parce que son maintien est coûteux. Ils possèdent en revanche des chiens courants pour la chasse au lièvre, la plus rentable, et celle au chamois. La technique la plus courante est la battue. Quelques solitaires, qui se confondent parfois avec les « spécialistes du sauvage », pratiquent l’approche individuelle. Ce sont eux, doublés parfois par les bergers aux alpages, qui piègent les bartavelles (avec les lecques, pièges à assommoir, là où la structure géologique est favorable, ou avec les collets, par exemple en Vénétie), et qui les vendent aux bouchers et aux restaurateurs. Ces pratiques, aujourd’hui, sont considérées comme trop proches de la dimension utilitaire, trop vénales. Mais il faut dire qu’autrefois l’ensemble du produit cynégétique était destiné au marché. Cela vaut pour les petits oiseaux, notamment en Frioul, Vénétie et Lombardie (excepté le Piémont en raison, paraît-il, d’une interdiction royale20), mais aussi pour le gibier en général. Vers la fin du xixe siècle, la presse d’une petite ville montagnarde comme Belluno, en Vénétie, mentionnait encore le prix du gibier en vente libre au marché (Dalla Bernardina 1989a). Dans les Alpes françaises la situation n’était pas différente. Au cours d’un long entretien, M. Bozo, garde-chasse à Digne, m’a expliqué que les paysans de la région ont, encore aujourd’hui, du mal à accepter l’idée que le gibier n’est pas un produit de leurs terres (un produit involontaire, faut-il préciser, comme les champignons), destiné au troc ou au marché21 .

  • 22 Comme le chamois qui dispute les pâturages alpins an bétail, ou le lièvre, chassé dans les champs (...)
  • 23 « [... ] Depuis que nous les connaissons – écrit Raoul Blanchard – les habitants des hautes terres (...)
  • 24 Village du Châtillonnais rendu fameux par la monographie de Jolas et al. (1990).

24Quelle leçon pouvons-nous en tirer, quant au rapport des Alpins à la nature sauvage ? Tout simplement que leur système de valeurs ne considère pas le gibier, ni les essences spontanées, comme des biens prioritaires. Cela vaut sur le plan des évidences historiques : au cours de ces derniers siècles, dans leur conquête d’espaces exploitables, les autochtones ont complètement décimé la faune alpine (et si certaines espèces en ont profité, il s’agit tout juste d’un effet non prévu). Mais cela vaut aussi sur le plan des représentations. Que ce soit en Vénétie, dans le Trentin ou dans le Briançonnais, on présente méthodiquement le montagnard comme un homme modéré, qui se limite à consommer le gibier le plus noble (et le plus proche de la dimension domestique, d’un certain point de vue22), qui ne connaît que quelques types de champignons et boude, dans leur ensemble, les oiseaux, les grenouilles et autres genres de ressource spontanée. Ceux qui raffoleraient de ce genre de biens – et là aussi nous avons affaire à une représentation constante – sont « ceux d’en bas », toutes classes sociales confondues. Ainsi la frontière écologique, économique et juridique de la « Zona Alpi » se trouve assortie d’une frontière subjective tout aussi précise. C’est une drôle de frontière, que celle-ci ; elle recoupe une ligne de partage relative à l’ancienne structure patrimoniale : celle qui séparait la petite propriété de montagne des grandes propriétés de plaine. Il ne faut pas oublier que « ceux d’en haut », en fait, étaient des (petits) propriétaires23 et « ceux d’en bas », pour la plupart (mais les choses ont beaucoup changé) des prolétaires rattachés à de grands propriétaires fonciers. La frontière géographique évoquée par les Hauts-Alpins, de ce point de vue, se confond avec une frontière symbolique : d’un côté nous trouvons les agriculteurs « confirmés », c’est-à-dire ceux qui pour vivre n’ont pas besoin des ressources spontanées ; de l’autre ceux qui risquent d’en dépendre (les notables, dans ce schéma, occupant une place à part). Double frontière, donc, à la fois interne, correspondant à peu près au clivage qui sépare les « gens du finage » des « gens du bois » dans l’espace social de Minot24. Une frontière externe aussi, rejetant les habitants de la plaine du côté des « Méditerranéens ».

La frontière apparente

  • 25 Dans le sens courant, mais scientifiquement dépassé, d’une « vision substantiviste qui fait de cha (...)

25Après cette synthèse, on pourrait se demander ce que j’attendais sur la base du caractère à la fois unitaire et original du modèle (cynégétique) alpin, pour conclure à l’existence incontestable d’une frontière culturelle séparant les Alpins des Méditerranéens. Et ce, d’autant que les données ethnographiques, les analyses des géographes et les témoignages des acteurs trouvaient une reconnaissance institutionnelle, en Italie, dans le régime spécial de la « Zona Alpi », ce grand isolât fédérant l’ensemble des régions de la chaîne alpine. Je l’ai fait dans le premier de mes articles consacrés aux frontières culturelles (Dalla Bernardina 1994c). Les choses ont commencé à se compliquer lorsque je me suis livré à l’exercice comparatif dont j’ai expliqué tout à l’heure l’objectif. Qu’y avait-il d’« ethnique25 ». de « typiquement alpin », dans le modèle que je venais de dresser ? Pouvais-je vraiment parler de « spécificité alpine » à partir de ce genre de données ? Pour une vérification, me suis-je dit, inutile de chercher à la lisière, là où les identités se brouillent, ou s’« hystérisent », de façon difficilement contrôlable. Après avoir construit l’équivalent cynégétique du haricot de M. Boso, allons plutôt voir en Corse, au cœur de la Méditerranée, quelle est l’alternative méditerranéenne au paradigme alpin.

La spécificité corse

  • 26 Parfois on plastique des nouveaux bâtiments, c’est vrai. Mais est-ce vraiment pour des raisons est (...)

26Le rapport des Corses à la nature sauvage ne se situe pas non plus sous le signe de la « sylvophilie ». Les feux des bergers, les brasiers engendrés par les décharges à ciel ouvert, les incendies provoqués par les chasseurs (plus rares, toutefois) ont réduit de nombreux reliefs de la région au même état de déboisement que les Alpes pendant la guerre de 1914-1918. Ce désintérêt pour la nature sauvage apparaît encore plus clairement lorsque, dans les bois calcinés, on voit émerger les carcasses des voitures, ou l’électroménager démodé dont on s’est débarrassé sans trop de gêne. Inutile de préciser que même le folklore insulaire peuple les espaces qui échappent au contrôle des hommes de figures inquiétantes, chargées de connotations négatives. Pour ce qui concerne le respect de l’architecture et du paysage « traditionnels », la situation actuelle n’est pas sans évoquer les exemples hauts-alpins, dans un contexte de modernisation peu soucieux de l’ethnostyle local : ce sont très souvent les étrangers, voire les Corses de la « diaspora », qui se lancent dans des initiatives (encore plutôt rares) pour la protection de l’environnement et la sauvegarde du patrimoine26. Plus généralement, la fierté de l’agriculteur, qui regarde avec dédain les pratiques alimentaires des « marginaux » dépendant du produit aléatoire de la chasse et de la cueillette, est attestée par les dictons et les sobriquets villageois. Je me limiterai à rappeler que les habitants de Santo Pietro di Tenda, une commune de Haute-Corse anciennement prospère (grande productrice d’huile et de céréales), appellent leurs voisins de la côte les « grenouilles ». leur réservant les mêmes réflexions « anthropogéographiques » que celles tenues par les Hauts-Alpins à l’égard des gens du littoral (accusés de manger toute sorte d’espèces animales et végétales, d’être des prédateurs immodérés, etc.). Mais poursuivre dans cette direction n’aurait pas beaucoup de sens : à une si grande échelle, on l’a déjà dit, le rapport au sauvage n’offre pas un paramètre pertinent pour tracer des frontières culturelles. Passons donc à une ethnographie plus détaillée, en traçant la carte des pratiques cynégétiques en vogue dans la région.

27En Corse, inutile de le préciser, il n’est pas question de chamois ; quant au mouflon, il a suivi à peu près la même trajectoire démographique que le bouquetin des Alpes. Les habitants de l’arrière-pays chassent notamment le sanglier en battue (sans pour autant dédaigner le lièvre). Quelques solitaires guettent les sangliers au clair de lune. Jusqu’à une époque assez récente, les paysans ne possédaient que des chiens courants (inutilisables pour la chasse au vol), et ne donnaient pas trop d’importance aux perdreaux. Ces derniers, en revanche, sont très prisés par les « citadins », les chasseurs de Bastia et d’Ajaccio qui sillonnent la campagne et le maquis avec leurs chiens d’arrêt. Ce sont eux qui, depuis au moins un siècle, se plaignent de l’avidité des paysans et demandent le respect du calendrier cynégétique. Le notable corse, m’a-t-on souvent répété, ne chassait pas, « si jamais... il faisait chasser ». Cette fonction était remplie de façon presque professionnelle par les villageois les plus pauvres : cantonniers, travailleurs saisonniers, immigrés italiens (les Lucchesi, à savoir les Lucquois) qui, au fil des saisons, évoluaient de la truite au perdreau, en passant par les sangliers et jusqu’aux grives, dont la capture – comme en Vénétie ou dans le Frioul pour les petits oiseaux – donnait lieu à un véritable métier.

28Bref, les choses sont tellement évidentes qu’il n’y aurait même pas besoin de dresser un tableau comparatif (voir tout de même le tableau ci-après).

  • 27 Grands pièges végétaux assez courants dans le versant italien des Alpes centrales et orientales.
  • 28 Le puriste remarquera que les cailles passent aussi par les Alpes, on connaît un équivalent corse (...)

29Et voici l’interprétation qui semble s’imposer : tant que l’on se limite aux évidences ethnographiques les indices semblent confirmer l’existence de deux ensembles de différences (renvoyant à une frontière hypothétique située quelque part entre Ajaccio et Briançon) qu’on pourrait qualifier d’ethniques : l’Alpin chasse le tétras-lyre et le lagopède, alors que le Méditerranéen chasse la caille et le perdreau. L’un poursuit le chamois, l’autre le sanglier. Le premier pose des lecques et installe des roccoli27, l’autre pose ses lacets (i cappi) en se frayant de très longs sentiers dans le maquis28.

30Mais essayons pour un instant de considérer ces mêmes données du point de vue structural, c’est-à-dire, essayons de reconstituer leur logique et leurs rapports relatifs. Comparons les deux systèmes et non les deux séries de données qui les composent. Le résultat saute aux yeux : les deux ensembles sont parfaitement homologues. Aux mêmes acteurs sociaux correspondent exactement les mêmes techniques et les mêmes représentations. Force est de reconnaître que les frontières culturelles, en ce domaine, existent bel et bien, mais elles correspondent à des frontières sociologiques qui traversent équitablement les deux systèmes. Sur le plan général, en revanche, une même nécessité, une même rationalité, sous-tend les deux univers. De ce point de vue – n’en déplaise aux leaders de la Ligue lombarde – le paysan alpin n’est au fond qu’un Méditerranéen qui a adapté son modèle à un milieu différent. Et même, dans une perspective plus radicale, il n’est qu’un paysan tout court (comme le Marseillais, le Turinois et le Bastiais, dans leur rapport au sauvage, sont des « citadins » tout court). Un paysan qui exploite son alpinité à des fin distinctives, comme preuve de civilisation.

Une lecture superficielle, se limitant à pointer la singularité des techniques et des espèces chassées, nous amènerait à repérer l’existence d’un écart significatif séparant les « Alpins » des « Méditerranéens » là où l’on passe, par exemple, des lecques (assommoirs) aux callarelles (collets installés dans le maquis), voire du chamois au sanglier. Mais si l’on compare les deux tableaux en tant que systèmes, force est de constater leur parfaite homologie. Le paysan alpin, dans (...)

Une lecture superficielle, se limitant à pointer la singularité des techniques et des espèces chassées, nous amènerait à repérer l’existence d’un écart significatif séparant les « Alpins » des « Méditerranéens » là où l’on passe, par exemple, des lecques (assommoirs) aux callarelles (collets installés dans le maquis), voire du chamois au sanglier. Mais si l’on compare les deux tableaux en tant que systèmes, force est de constater leur parfaite homologie. Le paysan alpin, dans (...)

(...) cette perspective, se révèle tout aussi « méditerranéen » que son collègue corse. Ce qui fait la différence, finalement, est moins l’appartenance régionale que la condition socioprofessionnelle des acteurs. L’idée qui émerge de cette comparaison est que le modèle que l’on vient de mettre au jour, loin d’être lié à des aires culturelles très particulières, correspond probablement à une configuration socio-anthropologique assez répandue dans l’Europe moderne (et même ailleurs, comme nous venons de le voir), fruit d’un processus adaptatif ville/campagne d’ordre global. (...)

(...) cette perspective, se révèle tout aussi « méditerranéen » que son collègue corse. Ce qui fait la différence, finalement, est moins l’appartenance régionale que la condition socioprofessionnelle des acteurs. L’idée qui émerge de cette comparaison est que le modèle que l’on vient de mettre au jour, loin d’être lié à des aires culturelles très particulières, correspond probablement à une configuration socio-anthropologique assez répandue dans l’Europe moderne (et même ailleurs, comme nous venons de le voir), fruit d’un processus adaptatif ville/campagne d’ordre global. (...)

(...) Inutile de préciser que ce tableau ne fait qu’illustrer des tendances. Parmi les différences plus marquées, je me limiterai à évoquer le fait qu’en Corse la distance entre paysans et citadins est moins prononcée que dans les Alpes (tout en s’accentuant rapidement), beaucoup de citadins étant rattachés à leur village d’origine. Mais ce genre de différences s’explique davantage par le relatif « archaïsme » de l’île que par sa « méditerranéité ». Autre élément à ne pas oublier : ce tableau, tout en réfléchissant une configuration de longue durée, ne peut pas rendre compte du passé et du devenir des différents (...)

(...) Inutile de préciser que ce tableau ne fait qu’illustrer des tendances. Parmi les différences plus marquées, je me limiterai à évoquer le fait qu’en Corse la distance entre paysans et citadins est moins prononcée que dans les Alpes (tout en s’accentuant rapidement), beaucoup de citadins étant rattachés à leur village d’origine. Mais ce genre de différences s’explique davantage par le relatif « archaïsme » de l’île que par sa « méditerranéité ». Autre élément à ne pas oublier : ce tableau, tout en réfléchissant une configuration de longue durée, ne peut pas rendre compte du passé et du devenir des différents (...)

(...) indicateurs évoqués. Sous l’Ancien Régime, par exemple, l’emploi du chien courant était très apprécié par la noblesse et interdit aux roturiers. Aujourd’hui, la plupart des paysans ont de merveilleux chiens d’arrêt qui s’imposent aux concours internationaux. En raison de la formidable augmentation des ongulés (et de la parallèle diminution des tétras, des bartavelles, etc.), le sportsman d’aujourd’hui s’est converti au canon rayé. Même chez les Corses, on achète de plus en plus de fusils à balles de fabrication autrichienne. Les frontières, justement, ne font que bouger.

(...) indicateurs évoqués. Sous l’Ancien Régime, par exemple, l’emploi du chien courant était très apprécié par la noblesse et interdit aux roturiers. Aujourd’hui, la plupart des paysans ont de merveilleux chiens d’arrêt qui s’imposent aux concours internationaux. En raison de la formidable augmentation des ongulés (et de la parallèle diminution des tétras, des bartavelles, etc.), le sportsman d’aujourd’hui s’est converti au canon rayé. Même chez les Corses, on achète de plus en plus de fusils à balles de fabrication autrichienne. Les frontières, justement, ne font que bouger.

Les frontières bougent

  • 29 Le « vrai Ethnologue » : celui qui ferait du « vrai Terrain » chez de « vrais Autochtones » ?

31Tout cela nous permet d’avancer quelques conclusions et même d’esquisser une sorte de morale. Dans la dernière partie de La potière jalouse. Claude Lévi-Strauss (1985) nous met en garde contre toute tentative de voir dans les concepts de la psychanalyse des contenus irréductibles, des « substances ». Le langage de la psychanalyse, nous rappelle-t-il, n’est qu’un code parmi d’autres. Eh bien, lorsqu’on se penche sur les frontières entre monde alpin et monde méditerranéen (dans les limites d’une étude sur la perception et les représentations du sauvage), on dirait qu’il en va de même pour les différences ethniques. Pour se décrire par rapport aux autres, on l’a vu, nos informateurs emploient des oppositions à caractère ethnique (être du Nord ou être du Sud, habiter la plaine ou la montagne, être Alpin ou Méditerranéen). Mais derrière ces déterminations ethniques, il n’y a pas de substance irréductible : il n’y a pas de place pour l’adjectif « vrai » (le « vrai Alpin », le « vrai Méditerranéen »29...), à tel point que dans deux régions qui se veulent décidément différentes on retrouve des rapports, des désignations, des conventions et des schémas opérationnels parfaitement homologues. Il ne s’agit donc que de signes, de métaphores, permettant de décrire des positions, et leur dynamique, au sein d’un système symbolique (ou d’un champ social, comme diraient les sociologues).

  • 30 Ce qui nous aurait amené très loin de notre investigation sur les rapports entre culture alpine et (...)
  • 31 Un peu comme si j’avais voulu prouver « scientifiquement » où passe la frontière entre Madame Bova (...)

32Certes, d’un point de vue objectiviste les frontières culturelles ne sont pas une invention, et nous en avons repéré plusieurs formes : historico-économiques (le hiatus entre les valeurs des éleveurs et celles des « cueilleurs », des « gens du bois » et des « gens du finage »), sociales (culture urbaine/culture rurale, travailleurs ruraux, notables de campagne). Les seules que nous ne parvenons pas à saisir, au terme de notre enquête comparative, sont celles relatives à la notion d’ethnos. Peut-être aurait-il fallu chercher plus loin, par exemple dans l’opposition radicale, véritable choc entre conceptions du monde, séparant le droit germanique (le gibier comme bien subordonné à la propriété du fonds), et le droit romain (le gibier comme res nullius)30. Mais il se peut que l’aporie réside en amont, dans la conviction de pouvoir comparer (en adoptant implicitement un modèle naturaliste) ce qui est de l’ordre du qualitatif31.

33Quoi qu’il en soit, puisque les différentes appellations ethniques n’indiquent pas une substance (la corsitude, être marseillais, etc.), mais une position par rapport à l’histoire économique et au contexte social, les frontières qu’elles désignent sont mobiles (heureusement). Dans une ancienne étude consacrée à « L’invention du chasseur écologiste », je donnais l’exemple d’un groupe de chasseurs de « Haute-Vénétie », représentatifs de l’ensemble des ruraux alpins, donc très « méditerranéens » dans leur approche du gibier, qui, en quelques années, au fur et à mesure qu’ils s’embourgeoisaient, ont graduellement changé de technique de chasse (passant des chevrotines aux fusils à lunette), de vêtements (de plus en plus tyroliens) et même de biographie (en revendiquant une tradition « écologiste » qui n’était pas la leur). Loin d’être un mensonge, une simulation, cette métamorphose n’était au fond qu’une réadaptation fonctionnelle, la résultante d’un changement d’état, d’un passage de frontière : la preuve, dont les spécialistes du mythe n’ont certainement aucun besoin, que les hommes bâtissent aussi bien leur futur que leur passé.

34Or, il faut savoir que, entre-temps, dans la péninsule italienne, la situation a beaucoup évolué. La chaîne des Apennins tout entière, théâtre d’un reboisement sans précédent, a été repeuplée de chevreuils, daims, cerfs et graduellement, sur le modèle de la « Zona Alpi », les premières réserves communales se sont constituées. Maintenant elles prolifèrent. En Emilie-Romagne, en Toscane, dans les Marches, on organise des expositions de trophées sur le modèle de l’Europe du Centre et du Nord. Même en Sicile, lors des cérémonies officielles, on assiste parfois à des messes de Saint-Hubert (bonjour la « Méditerranée ») agrémentées de fanfares de cornes à l’allure peu indigène. Et puisque tout cela fait système, voici que se multiplient les compétitions de chiens de sang (censés retrouver le gros gibier blessé). Justifiés par l’ambiance nordique, des juges habillés comme Sigmund Freud en vacances dans les Dolomites se déplacent avec nonchalance jusqu’au fin fond de la péninsule, bien au-delà des colonnes d’Hercule représentées par les limites de diffusion du haricot Borlotto.

  • 32 Un stéréotype qui ne doit pas nous faire oublier que dans le Nord aussi, comme le prouvent les sou (...)

35Et encore une fois, alors que l’écologie, l’économie et la réalité sociale ont changé, la mémoire aussi a fini par s’adapter. Autrefois, le côté ravageur des chasses méditerranéennes n’était un mystère pour personne32. Dans la presse française de l’époque coloniale on pouvait lire des articles, se plaignant des traditions méridionales (maghrébines et provençales), ainsi rédigés :

[...] J’ai lu avec la plus grande attention les conseils si sages donnés par un homme soucieux des intérêts de son pays [proposant la mise en adjudication de chasses privées] et, en applaudissant sans réserve, j’ai regretté que son action ne puisse s’étendre jusqu’à notre pauvre Algérie. Car, il faut bien avoir le courage de le dire, si des mesures énergiques n’interviennent pas rapidement, nos montagnes et nos plaines n’auront bientôt plus rien à envier aux collines et aux campagnes qui ont vu naître Tartarin [ce qui en dit long sur la sensibilité protectionniste du Nemrod provençal, n.d.a.]... On pourra y tirer la casquette avec du 8, voire même du 6... Mais le meilleur pointer n’y rencontrera bientôt plus le plus maigre pouillard ! (Anonyme, « La disparition du gibier en Algérie », in Bulletin mensuel du Saint-Hubert-Club de France, p. 438-439).

  • 33 J’en parle largement dans Dalla Bernardina 1996.

36La frontière culturelle « étique », traversant les représentations ethniques et les blasons régionaux comme autant d’écussons en pâte d’amande, est encore une fois très visible : d’un côté les raisons (mieux, la logique) du chasseur de ville et du notable local, à savoir du sportsman, pratiquant la chasse au tir avec son chien d’arrêt, et voyant dans tout campagnard – alpin ou maghrébin, peu importe – un redoutable ennemi du gibier33. De l’autre, on y viendra tout de suite, les raisons du paysan, « sylvophobe », amoureux des espaces bien domestiqués, fier des produits de son travail, pour qui les animaux sauvages, lorsqu’ils ne sont pas des nuisibles, constituent une intéressante ressource d’appoint. Voici en fait comment l’auteur de l’article cité ci-dessus poursuit :

J’ai cru bien faire en signalant ici, à M. le Ministre de l’Agriculture, les principales causes de la disparition du gibier algérien et en lui indiquant respectueusement les quelques moyens qui me paraissent aptes à l’entraver.
Les territoires de l’Algérie, immenses et peu peuplés d’Européens, échappent facilement à la surveillance des agents forestiers ou autres, qui, je suis contraint de le dire, se désintéressent souvent, à cause de sa difficulté, de cette partie de leur service. Il y aurait donc lieu, pour MM. les administrateurs, de se faire autoriser à mettre en adjudication la chasse des communes présentant des facilités aux déplacement des chasseurs urbains [à savoir, l’équivalent algérien des Marseillais et des Niçois pour les Alpes françaises, des Génois et des Turinois, des Vénitiens achetant des chasses dans les Alpes italiennes, des Bastíais et des Ajacciens de l’arrière-pays corse, n.d.a.]. Ces chasses seraient sous la surveillance des cheiks et sous celle des gardes particulières des locataires. Une portion banale serait réservée au public. Les mesures les plus radicales pour parer à la disparition du gibier sont, pour moi :
1° la diminution du nombre des permis à accorder aux indigènes et [comme s’il s’agissait d’une catégorie analogue], aux gens connus comme faisant commerce du gibier. La plupart des indigènes prenant un permis de chasse ne sacrifient la somme de 28 francs qu’avec l’espoir de faire un trafic lucratif de la poudre que leur permis leur donne le droit d’acheter. 2° La surveillance, par MM. les administrateurs, de ces braconniers qui vont s’installer, pendant des mois entiers, sous une tente, dans un douar éloigné, et qui, soit par eux, soit par les indigènes auxquels ils fournissent la poudre, dévastent le canton, envoyant chaque soir à la ville voisine des mulets chargés de gibier. Ce gibier devrait être visité et, s’il avait la gorge coupée, devrait être saisi, cette particularité prouvant qu’il a été tué par des indigènes. Les cheiks auraient l’ordre de surveiller ces braconniers et de dresser un rapport pour le cas où des indigènes seraient vus chasser avec eux. Donner l’ordre à ces mêmes cheiks de signaler les chasseurs qui, sous prétexte de chasser, vont faire la fête dans un pays quelconque et rapportent, le soir, un chargement de gibier tué par des indigènes auxquels ils ont fourni de la poudre (ibid.).

37Si la confusion entre paysans et braconniers n’était pas encore complète, voici un dernier passage décrivant quelques techniques de prédation parmi les plus en vogue chez les campagnards. Pour endiguer la destruction, on conseille en fait aussi :

5° De veiller avec le plus grand soin à ces tueries de lièvres auxquelles les indigènes se livrent pendant les neiges. 6° D’empêcher avec la dernière rigueur la récolte des œufs de perdrix par les indigènes, lors de la fête dite « des œufs », cette fête coûte à l’Algérie plus de dix mille perdrix chaque année. 6° D’ordonner la saisie de tout le gibier ayant la gorge coupée et ne portant pas de traces de plomb, et pour cela autoriser la visite des diligences qui arrivent chaque jour dans nos villes de contrebande. Voilà les principales mesures à prendre si nous voulons avoir encore quelques coups de fusil à tirer dans deux ou trois ans. La prise de perdrix au filet par les indigènes cause des ravages énormes et n’est malheureusement pas surveillée avec assez de soin... Il ne faut pas croire que ce soit le fusil qui cause le plus de dégâts dans une chasse... (Ibid.)

38Tout cela semble donner une image assez exhaustive, si besoin était, de la vocation « faiblement protectionniste » exprimée, d’un côté à l’autre de la mer, par le peuple méditerranéen, tout aussi comparable, dans son élan prédateur, à la population alpine. Mais dans la mesure où, dernièrement, tout a changé (aussi bien la réalité écologique et économique que les valeurs ambiantes), pourquoi la mémoire n’aurait-elle pas suivi ? En fait, comme nous le montre cet extrait de la Déclaration de Taormine, lors du symposium international sur Biodiversité et Chasses traditionnelles et culture méditerranéenne organisé par le Conseil international de la chasse les 15 et 17 mai 1997, la mémoire collective a su très vite s’ajuster au nouveau contexte :

Berceau de l’humanité, le bassin méditerranéen réunit des traditions et une culture très précises ; ceci a lieu, en particulier, dans le champ cynégétique, reflet d’une civilisation originale qui a su préserver jusqu’à aujourd’hui sa spécificité ; les participants ont constaté que cette culture et ces traditions cynégétiques ont permis de préserver au cours des siècles l’essentiel des richesses naturelles du bassin méditerranéen (in Migrazione & Caccia, n° 4, juillet 1997. p. 24).

Épistémologie et morale

39Tout cela confirme une évidence ethnologique, à savoir que les acteurs sociaux, comme nous l’apprend Lévi-Strauss, font du bricolage : pour rendre compte de leur trajectoire, de leur place dans le monde contemporain, il disposent d’un nombre limité de pièces. Il s’agit de représentations collectives telles que civilisation/barbarie, tradition/modernité, protection/destruction, nord/sud, « alpinité »/ « méditerranéité », etc. Certaines de ces formules ont servi à émettre des messages pertinents dans des contextes qui entre-temps ont changé. D’autres ont permis de répondre ailleurs à des questions que personne, dans les traditions prises en compte (avant l’irruption des problématiques environnementalistes et en l’absence d’une investigation ethnologique « produisant son objet »), n’aurait songé à se poser. Plus ou moins adaptées à leur tâche, ces notions sont là, et les acteurs sont tenus de composer avec elles. Nul ne nous empêche de les exploiter de façon « archéologique », pour extraire les « fragments d’objectivité » qu’elles recèlent. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait pour dresser les deux patterns ethnographiques rendant moins irréfutable – peut-être – la démonstration « ethniciste » du haricot Borlotto. Une conclusion, de ce point de vue, semble s’imposer : l’autonomie de la culture alpine comme ensemble foncièrement différent de la culture méditerranéenne est une chimère. Dans une perspective objectiviste, en fait, force est de constater que c’est le travail (pour ne pas reprendre la notion de mode de production) qui façonne les valeurs et les mentalités. Ce qui nous amène à reconnaître l’existence, en matière de chasse et de nature, de frontières culturelles évidentes, mais opposant davantage les paysans aux citadins, les dépositaires d’un bon capital culturel aux acteurs faiblement scolarisés, que les Alpins aux Méditerranéens.

40Mais on peut aussi choisir une perspective constructiviste en affirmant que l’identité culturelle réside moins dans l’opus operatum, que dans le modus operandi, moins dans les autoportraits identitaires que dans la manière de les construire. Ce qui revient à chercher la frontière non pas dans le « contenu manifeste » du message que l’informateur nous adresse, mais dans la façon de le structurer et dans les buts poursuivis.

41L’alternative épistémologique que je viens de mettre en évidence nous ramène quelque part à l’opposition entre culture et ethnie, telle qu’elle nous est proposée par Fredrik Barth (1995). D’un côté le culturel comme ensemble de traits objectifs, qui ne sont pas forcément reconnus comme pertinents par les acteurs. De l’autre l’ethnique, comme attribution volontaire (« Nous sommes ainsi, alors que les autres... ») parfois indépendante d’un fondement objectif mais tout aussi réelle, en ce qu’elle est porteuse de changements, d’illusions, d’inclusions et d’exclusions. Or, l’opération proprement politique effectuée par les leaders des ligues italiennes – et de leurs homologues parsemés un peu partout sur l’échiquier européen – est de confondre délibérément l’ethnique avec le culturel, de faire passer des frontières qui appartiennent à l’ordre du désir, de l’intérêt contingent, de l’actualité, pour des frontières culturelles historiquement et anthropologiquement établies.

42C’est là, me paraît-il, dans cette capacité de soumettre les acteurs à des questions de nature pragmatique (« Quel est le mobile des frontières à géométrie variable que vous dressez sous les yeux de l’enquêteur ? Quel est leur réfèrent ? Pourquoi ces remaniements de l’histoire et de l’ethnographie ? Pourquoi insistez-vous sur l’ethnique au détriment du social ? Quelle est la fonction des stéréotypes identitaires qui alimentent votre stratégie discursive ? »), que l’ethnologie a peut-être une contribution spécifique à donner dans le débat actuel sur les phénomènes identitaires. C’est en considérant les témoignages des acteurs par rapport à leurs objectifs (conscients et inconscients) qu’elle risque même de devenir une discipline gênante.

Bibliographie

Barth, F. 1995. « Les Groupes ethniques et leurs frontières », in Poutignat & Streiff-Fenart, 1995, 203-249.

Blanchard, R. 1960. Les Alpes et leur Destin, Paris, Fayard.

Bobbé, S. 1990. « Le chamois et sa chasse dans le massif des Ecrins », étude réalisée à la demande du Parc national des Ecrins.

Cicéron (Marcus Tullius), 1996. L’amitié, trad. de Fr. Combès, Paris, Les Belles Lettres.

Dalla Bernardina, S. 1988. « Hédonistes et ascètes "Latins" et "Septentrionaux" à la chasse au chamois dans les Alpes italiennes », in Le Monde alpin et rhodanien, 1er et 2e trimestre : « La haute montagne. Vision et représentation », p. 165-185.

– 1989a. « L’innocente piacer », in La caccia e le sue rappresentazioni nelle Prealpi del Veneto Orientale, Feltre, Centro per la Documentazione della Cultura Popolare, p. 24-25.

– 1989b. « L’invention du chasseur écologiste : un exemple italien », Terrain, 13 : « Boire », p. 130-139.

– 1989c. « La disparition du gibier comme métaphore de l’apocalypse : un exemple corse », in L’Île-Miroir. Actes du colloque d’Aix-en-Provence, 27-28 novembre 1987, Ajaccio, La Marge.

– 1994a. « La part des hommes ou les rebuts de la famille ? Les emplois du gibier dans le Val Germanasca », Gens du Val Germanasca, Documents d’ethnologie régionale, care, 13, p. 319-346.

– 1994b. « Pas légal mais presque. Autochtonie et droit de chasse dans le discours sur le braconnage en Haute-Corse », in P. Simonpoli (dir.), La chasse en Corse, Ajaccio, Parc naturel régional de Corse, p. 283-99.

– 1994c. « Modèle économique ? Modèle écologique ? Pour une ethnologie des frontières en milieu alpin », Géographie et culture, 9, p. 57-76.

– 1995. « De l’emblème au portemanteau. Fastes et déboires du trophée de chasse », in Des bêtes et des hommes. Le rapport à l’animal : un jeu sur la distance, Paris, Éd. du CTHS, p. 175-197.

– 1996. L’Utopie de la nature, Chasseurs, Écologistes, Touristes, Paris, Imago.

– 1997. « Pourquoi les informateurs se contredisent-ils sans arrêt ? Les Corses, les Alpins, et le déclin du substantialisme dans les sciences de l’homme », in J.-Fr. Staszak (dir), Le discours du géographe, Paris, L’Harmattan, p. 39-54.

Febvre, L. 1922. La terre et l’évolution romaine, Paris, Éd. de la Renaissance.

Fedeli, P. 1990. La natura violata. Ecologia e mondo romano, Païenne, Sellerio.

Gavi, Ph. 1996. « Décibels sur la neige », Le Nouvel Observateur, 1637, mars, p. 21-27.

Giono, J. 1989 [1968]. L’homme qui plantait des arbres, Paris, Gallimard.

Godelier, M. 1984. L’idéel et le matériel. Pensée, économies, sociétés, Paris, Fayard.

Gorfer, A. 1988. L’uomo e la foresta, Trente, Manfrini.

Haudricourt, A.-G. 1962. « Domestication des animaux, cultures des plantes et traitement d’autrui », L’Homme, 11, 1, p. 40-50.

Jolas, T., M.-Cl. Pingaud, Y. Verdier & Fr. Zonabend. 1990. Une campagne voisine. Minot, un village bourguignon, Paris, ministère de la Culture et de la Communication/Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

Lejeune, D. 1988. Les alpinistes en France à la fin du xixe et au début du xxe siècle (vers 1875-vers 1919). Étude d’histoire sociale, étude de mentalité, Paris, Éd. du CTHS.

Lévi-Strauss, Cl. 1985. La potière jalouse, Paris, Pion.

Montrémont, A. 1860. Voyage aux Alpes et en Italie.

Nougarède, O. 1994. « Paysans et forestiers », in La forêt, les savoirs et le citoyen, Chalon-sur-Saône, ANCR, p. 273-282.

Piccolo, P. 1981. Il camoscio, caccia e protezione, Belluno.

Pittard, E. 1953. Les races et l’histoire. Introduction ethnologique à l’histoire. Paris, Albin Michel.

Poutignat, Ph. & J. Streiff-Fenart. 1995. Théories de l’ethnicité, Paris, Presses universitaires de France.

Sahlins, M. 1976. Age de pierre, âge de l’abondance, Paris, Gallimard.

Taylor, M.-Chr. 1991. « Ethnie », in P. Bonté & M. Izard (dir.), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, Presses universitaires de France, p. 242-244.

Thomas, K. 1985. Dans les jardins de la nature. La mutation des sensibilités en Angleterre à l’époque moderne (1500-1800), Paris, Gallimard.

Volpe, R. 1880. Terra e agricoltori nella provincia di Belluno, Belluno, Deliberali.

Notes

1 La Ligue lombarde, aussi bien que la Lega Veneta ou piémontaise, est en train de nouer des liens de plus en plus étroits avec des organismes analogues, comme le tout récent Mouvement pour l’indépendance de la Savoie.

2 On dirait que lui aussi, comme Mauss, avait lu Boas – la date d’édition de son ouvrage est d’ailleurs la même que celle de l’essai sur le dimorphisme saisonnier chez les Eskimos.

3 Gorfer 1988. L’inversion de tendance, on le sait, est directement liée à l’exode rural des dernières décennies.

4 Il suffit d’une visite aux archives des tribunaux de la région alpine pour vérifier la fréquence des vols de bois, notamment dans des communaux, dénoncés et jugés tout au long du xixe siècle et jusqu’aux premières décennies de celui-ci.

5 Une comparaison, celle-ci, que Marshall Sahlins (1976) aurait du mal à avaliser.

6 Un bois, rappelons-le, n’est pas forcément sauvage. Bien souvent il s’agit d’une plantation (d’une culture) tout aussi « domestique » qu’un jardin potager.

7 Encore très limitées dans une société qui recyclait tout. On jette la matière polluante, juste au-delà de l’espace domestique.

8 C’est le cas d’un article sur la protection de la nature que j’ai consulté à la bibliothèque de Digne dont le sujet – en dépit du titre « environnementaliste » – n’était pas « comment protéger la nature », mais bien « comment se protéger de la nature ».

9 Même si de nouvelles tendances, souvent liées à la revendication identitaire, commencent ici et là à s’imposer.

10 Cela expliquerait un phénomène connu, à savoir que les premiers protecteurs de l’environnement alpin, comme on peut le déduire, entre autres, à la lecture de l’ouvrage de Dominique Lejeune (1988) consacré aux guides alpins, n’étaient pas des paysans, mais des étrangers ou, au mieux, des notables locaux. Les défenseurs les plus acharnés du cadre de vie traditionnel sont presque toujours des néo-ruraux. Sur la « mise à distance » de la nature, voir Dalla Bernardina 1995.

11 Certes, nul doute que même pour les habitants des vallées alpines les espaces boisés constituent une ressource précieuse. Si, au cours de l’histoire, on les voit graduellement renoncer à leurs forêts, c’est sûrement sous l’emprise de graves conditionnements matériels. Il n’empêche que ces changements d’orientation techno-économique – et c’est peut-être là que l’anthropologie, en tant qu’étude du rapport entre les valeurs d’un groupe et son « mode de production » a quelque chose à ajouter – entraînent d’importantes transformations idéologiques. La forêt – Haudricourt et Godelier nous l’ont appris – change de significations selon que l’on se trouve dans une société de bergers, d’agriculteurs ou de chasseurs-cueilleurs. De ce point de vue les accusations menée depuis l’époque de Colbert à rencontre des paysans « agrophiles » et « dendrophobes » peuvent se prêter à une double interprétation. On peut y voir la simple conséquence d’une nécessité, bien sûr, mais aussi, et peut-être davantage, le reflet d’une mentalité.

12 Largement exploré, dans cette perspective, par Paolo Fedeli ( 1990).

13 Voir Piccolo 1981. Dans mon article « L’invention du chasseur écologiste » (1989/ ?), je m’interroge sur la vraisemblance historique de cette notion.

14 Blanchard, un peu maladroitement, parle de « race », c’est vrai. Mais je pense qu’il le fait de façon purement métaphorique. Le déterminisme géographique, en fait, se veut bien un antidote contre toute tentation essentialiste, contre toute ontologie.

15 Dans une logique souvent clientélaire qui mériterait des études particulières. Je traite largement ce point dans mon ouvrage L’utopie de la nature (1996 : 48-101 ). Voulues notamment par les citadins et les notables locaux, ces réserves ont fini par obtenir le consentement des paysans – après d’énormes résistances – davantage dans une logique d’exclusion ou d’« exploitation » des citadins (don et contre-don...) que dans un véritable projet de protection du capital faunistique. Voir mon article : « La disparition du gibier comme métaphore de l’apocalypse, un exemple corse » (1989c).

16 Pour le Briançonnais voir, en particulier, Sophie Bobbé (1990).

17 Je dresse un tableau systématique des différents types de chasse pratiqués dans les Alpes piémontaises dans mon article « La part des hommes ou les rebuts de la famille ? Les emplois du gibier dans le Val Germanasca » (1994a). Un tour d’horizon ethnographique comparable, mais consacré aux chasses « méditerranéennes », apparaît dans mon étude : « Pas légal mais presque » ( 1994/ ? : 283-299). Dans les deux cas, en rupture avec une ethnologie de la chasse fascinée par 1’« emic », se limitant à rapporter tels quels les témoignages des acteurs, je cherche à comprendre la « rationalité » des différentes pratiques dans leurs rapports avec la réalité économique et sociale dont elles font partie.

18 Alors que le monde aristocratique, on le sait, fait de la consommation de gibier un signe distinctif.

19 Voir les critiques adressées par le marquis Tredicini aux guides alpins dans mon dossier pour la mission du Patrimoine ethnologique : « Les Alpins et la nature sauvage : des frontières à géométrie variable », 1996.

20 On évoque également la faiblesse des migrations dans cette région alpine caractérisée par la présence de massifs très serrés et particulièrement élevés.

21 Cela, précisait mon interlocuteur, notamment chez les chasseurs des « Basses-Alpes » : ceux des Hautes-Alpes, « convertis » par la fréquentation des touristes et des propriétaires de résidences secondaires (souvent parmi les principaux promoteurs des ACCA). ont désormais changé d’attitude. Je remarquerai en passant que cette lecture (« indigène » mais sociologique) explique autrement que par la théorie du climat, ou par des critères ethniques, le penchant « protectionniste » attribué aux Hauts-Alpins.

22 Comme le chamois qui dispute les pâturages alpins an bétail, ou le lièvre, chassé dans les champs fauchés, ou guetté dans les jardins potagers au clair de lune.

23 « [... ] Depuis que nous les connaissons – écrit Raoul Blanchard – les habitants des hautes terres sont propriétaires de leurs champs, n’ont jamais connu le servage féodal, disposent en plus à leur gré de communaux forestiers et pastoraux » ( 1960 : 269). Pour la Vénétie, le témoignage va exactement dans le même sens, voir Volpe 1880.

24 Village du Châtillonnais rendu fameux par la monographie de Jolas et al. (1990).

25 Dans le sens courant, mais scientifiquement dépassé, d’une « vision substantiviste qui fait de chaque ethnie une entité discrète dotée d’une culture, d’une langue, d’une psychologie spécifique – et d’un spécialiste pour la décrire » (Taylor 1991 : 243, cité par Poutignat & Slreiff-Fenart 1995 : 60).

26 Parfois on plastique des nouveaux bâtiments, c’est vrai. Mais est-ce vraiment pour des raisons esthétiques ? Je tiens à préciser que même en Corse, lors de mon enquête dans la région, j’ai pu rencontrer des responsables locaux très sensibles aux problèmes de l’environnement et du patrimoine architectural. C’est le cas, par exemple, de Jean-Michel Casta. directeur du Parc des Agriate. en Haute-Corse. Mais une chose est la sensibilité écologique des jeunes fonctionnaires (plus ou moins encouragés par les pouvoirs locaux), autre chose, comme dans les Alpes, la tendance générale, héritière d’une logique rurale très ancienne.

27 Grands pièges végétaux assez courants dans le versant italien des Alpes centrales et orientales.

28 Le puriste remarquera que les cailles passent aussi par les Alpes, on connaît un équivalent corse des lecques, les sangliers sont partout, etc. On parle ici, je tiens à le rappeler, de lignes de tendance.

29 Le « vrai Ethnologue » : celui qui ferait du « vrai Terrain » chez de « vrais Autochtones » ?

30 Ce qui nous aurait amené très loin de notre investigation sur les rapports entre culture alpine et culture méditerranéenne. Et d’ailleurs, même dans les différences entre Germains et Latins, probablement, derrière 1’« ethnique » on voit apparaître l’économique : la valorisation du gibier prend du sens dans un cadre écologique et techno-économique favorable, tel celui de l’Europe du Centre et du Nord, elle assume une connotation différente dans des pays moins boisés, avec moins de précipitations atmosphériques, particulièrement adaptés à d’autres stratégies productives. Voir Dalla Bernardina 1994c.

31 Un peu comme si j’avais voulu prouver « scientifiquement » où passe la frontière entre Madame Bovary et Ainsi parlait Zarathoustra.

32 Un stéréotype qui ne doit pas nous faire oublier que dans le Nord aussi, comme le prouvent les sources historiques, on a longtemps pratiqué des formes de prélèvement bien peu sélectives.

33 J’en parle largement dans Dalla Bernardina 1996.

Notes de fin

* Cet article développe une problématique déjà partiellement abordée, dans une perspective différente, dans deux articles : Dalla Bernardina 1994 et 1997.

Table des illustrations

Titre Une lecture superficielle, se limitant à pointer la singularité des techniques et des espèces chassées, nous amènerait à repérer l’existence d’un écart significatif séparant les « Alpins » des « Méditerranéens » là où l’on passe, par exemple, des lecques (assommoirs) aux callarelles (collets installés dans le maquis), voire du chamois au sanglier. Mais si l’on compare les deux tableaux en tant que systèmes, force est de constater leur parfaite homologie. Le paysan alpin, dans (...)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2926/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre (...) cette perspective, se révèle tout aussi « méditerranéen » que son collègue corse. Ce qui fait la différence, finalement, est moins l’appartenance régionale que la condition socioprofessionnelle des acteurs. L’idée qui émerge de cette comparaison est que le modèle que l’on vient de mettre au jour, loin d’être lié à des aires culturelles très particulières, correspond probablement à une configuration socio-anthropologique assez répandue dans l’Europe moderne (et même ailleurs, comme nous venons de le voir), fruit d’un processus adaptatif ville/campagne d’ordre global. (...)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2926/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre (...) Inutile de préciser que ce tableau ne fait qu’illustrer des tendances. Parmi les différences plus marquées, je me limiterai à évoquer le fait qu’en Corse la distance entre paysans et citadins est moins prononcée que dans les Alpes (tout en s’accentuant rapidement), beaucoup de citadins étant rattachés à leur village d’origine. Mais ce genre de différences s’explique davantage par le relatif « archaïsme » de l’île que par sa « méditerranéité ». Autre élément à ne pas oublier : ce tableau, tout en réfléchissant une configuration de longue durée, ne peut pas rendre compte du passé et du devenir des différents (...)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2926/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre (...) indicateurs évoqués. Sous l’Ancien Régime, par exemple, l’emploi du chien courant était très apprécié par la noblesse et interdit aux roturiers. Aujourd’hui, la plupart des paysans ont de merveilleux chiens d’arrêt qui s’imposent aux concours internationaux. En raison de la formidable augmentation des ongulés (et de la parallèle diminution des tétras, des bartavelles, etc.), le sportsman d’aujourd’hui s’est converti au canon rayé. Même chez les Corses, on achète de plus en plus de fusils à balles de fabrication autrichienne. Les frontières, justement, ne font que bouger.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2926/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 263k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable