Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Limites floues, frontières vives

 | 
Christian Bromberger
, 
Alain Morel

IV. De près et de loin : frontières illusoires

Des langues et des cultures en Moselle1

Colette Méchin

Texte intégral

  • 1 Avec la participation de Sylvie Maurer pour l'enquête et la collecte des données.

1Depuis le xviiie siècle au moins, il est d’usage de considérer la limite linguistique entre les anciens parlers romans et germanophones qui traverse l’actuel département de la Moselle comme une ligne de rupture entre deux « civilisations » profondément et très anciennement distinctes :

Cette frontière des langues reste une limite de civilisation et de développement économique actuel. De part et d’autre, les comportements, les manières de penser et de vivre sont encore très dissemblables (Thouvenot, géographe, 1980 : 275).
La limite des langues germano-romanes marque une coupure on ne peut plus nette non seulement entre deux modes d’expression linguistique mais encore entre deux modes de vie ou deux types de pensée (Lanher, dialectologue, 1981 : 121).
Cette frontière est importante, primordiale même, car de part et d’autre se distinguent deux civilisations différentes (Parisse. historien. 1984 : 20).

In illo tempore…

  • 1 Nous ne reprenons pas ici le développement de cette mise en place idéologique de l’affrontement «  (...)

2Résumons : il y a au départ – dès le ve siècle – deux groupes parlant des dialectes extrêmement différents ; au nord-est des parlers germaniques, au sud-ouest des parlers romans. La limite de ces groupes restera remarquablement stable au cours des siècles malgré les intrications territoriales extrêmement complexes des seigneuries médiévales. En 1870, les théories allemandes sur l’adéquation d’une langue avec une culture (et leur mise en application par l’annexion de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine) obligent les historiens français de l’époque à prendre position. Le devoir sacré d’un Pfister comme d’un Barrés va être de « défendre » les terres annexées (surtout Metz et Château-Salins, terres romanes devenues allemandes) en inventant l’idée d’une frontière des langues fonctionnant comme un rempart face à la barbarie. Pendant quarante ans le poids économique mais surtout idéologique de l’Allemagne va peser sur les populations de la Lorraine annexée et créer véritablement cette distance que la langue seule n’avait jamais produite (comme en Belgique Gaumaise à l’heure actuelle où le fonds « lorrain » du patois est occulté par le sentiment national)1. Mais c’est la dernière guerre, celle de 1940-1945, qui va renforcer le processus de différenciation puisque des familles « romanophones » seront chassées de leurs villages et remplacées par des familles « germanophones », développant ainsi un ressentiment entre les deux groupes qui n’est toujours pas éteint. Le stéréotype ethnique, inventé de toutes pièces à coup de spoliations, et historiquement daté, fonctionne encore à haut régime. Il permet d’expliquer par une « mentalité » et donc en se référant à des caractéristiques sui generis, les comportements des deux groupes mosellans. Pour illustrer ce propos, voici l’histoire exemplaire de la mise en place des « régions agricoles » instaurées par l’administration en 1947 sur l’ensemble du territoire français. En Moselle, la région qui nous intéresse se trouve, à cette époque, dénommée Plateau lorrain ; or en 1969, un redécoupage en deux sections Nord et Sud est réalisé. Il suit à deux exceptions près la limite des langues (voir carte 1). Pourquoi ce choix ? Parce que la réalisation des travaux de remembrement – qu’on dit liée à une attitude progressiste – a révélé une nette avance du Sud (romanophone) sur le Nord (germanophone) ; aussi un responsable de la DDA ne craint pas d’énoncer :

L’ouvrier-paysan du Plateau lorrain Nord, qui ne peut changer de région aussi facilement qu’un autre pour des raisons de langage, garde son exploitation agricole car elle fournit le complément de revenus que sa femme ne peut trouver en ville et elle constitue son assurance d’activité minimale en cas de licenciement ou de réduction d’horaire (Jung 1971 : 22).

3Il ajoute :

La frontière linguistique semble faire le partage entre les zones de structures relativement bonnes et des zones de mauvaises structures [...]. N’est-il pas logique de penser qu’une pratique insuffisante de la langue française handicape aussi bien la culture générale que la formation professionnelle des adolescents et encore plus des adultes (ibid. : 33) ?

1. État du remembrement

4Plus nuancé, un géographe écrit :

L’évolution historique a, semble-t-il, toujours relativement avantagé, sur le plan démographique, les mêmes régions, à savoir celles de dialecte alémanique, un tant soit peu épargnées au cours des divers conflits, que ce soit la guerre de Trente Ans, la révocation de l’édit de Nantes et les conséquences des deux annexions, celle de 1871 à 1918 et celle de 1940 à 1944 alors qu’au contraire les mêmes événements ont toujours affecté et éprouvé beaucoup plus gravement les régions francophones mosellanes, vidées à plusieurs reprises et progressivement de leur substance démographique et peu à peu épuisées (Cabouret 1975 : 37).

5L’exil volontaire des Mosellans francophones en 1870, « pour ne pas être allemands » et l’expulsion en 1940 des agriculteurs les plus riches de ce Plateau lorrain Sud, francophone, ont créé un état de fait spécifique au Sud ; c’est par cet « accident de l’Histoire, comme l’écrit Paul Reyen (1976 : 350), que cette région en est venue au remembrement. L’implantation de colons allemands, ayant modifié la structure parcellaire et fait disparaître les anciens champs, fit qu’au retour des expulsés, certains ne purent reconnaître leurs terres ».

6Analysant le stéréotype du paysan germanophone arriéré, Cabouret s’interroge :

Mais convient-il d’imputer la responsabilité de cette situation à un certain retard des mentalités des exploitants de la zone germanophone plus lents à adopter les innovations et les procédés techniques modernes que les exploitants du Plateau lorrain Sud, avantagés par la pratique de la langue dominante et plus ouverts au progrès que les gens du Nord, isolés dans l’usage de leur dialecte ?... (Cabouret 1975 : 41).

7Et il poursuit :

Il est assez difficile et délicat de répondre nettement à cette importante question mais il ne semble pas que le fait de ne pas toujours bien maîtriser la langue française et d’employer quotidiennement un dialecte germanique soit un obstacle, même chez de petits exploitants, à une gestion efficace et moderne et à une adaptation aux contraintes rigoureuses de l’économie contemporaine. Il paraît un peu discutable d’attribuer le retard relatif en certains domaines de l’agriculture du Plateau lorrain Nord germanophone sur celle du Plateau lorrain Sud francophone uniquement à la pratique d’une langue très minoritaire dans l’État français et qui constituerait en quelque sorte un handicap intellectuel et un obstacle pour la libre évolution des mentalités, encore que ce dernier point relève beaucoup plus du jugement de valeur, difficile à évaluer, que d’une appréciation objective des faits concrets.

8Et il termine :

La connaissance et la pratique quotidienne d’un dialecte germanique ne nous paraît pas être un obstacle majeur à l’adoption de méthodes avancées d’exploitation. Jamais les dialectes alsaciens n’ont empêché les agriculteurs d’Alsace d’avoir été au cours des derniers siècles dans le cadre de l’Etat français parmi les plus efficaces... (Ibid.)

9Un autre exemple va montrer à quelle erreur d’interprétation la recherche à tout prix de la différence peut conduire. En 1932, Henri Contamine explique qu’en Moselle existent deux types de maison :

  • 2 C’est moi qui souligne.

L’un règne dans la Lorraine allemande proprement dite ci l’ouest de Saint-Avold, de Grostenquin et de Loudrefing2, l’autre domine jusqu’aux confins de la Champagne et de la Bourgogne. Le premier montre des maisons assez élevées, presque toujours à un étage, avec des portes cochères arrondies, des toits imposants, aux fortes pentes, couverts de petites tuiles plates ; le second, plus typiquement lorrain, est celui de la maison basse, du toit faiblement incliné, des tuiles romaines aux concavités emboîtées (Contamine 1932, t. I : 111-112).

10Or en 1975, Cabouret, extrapolant la présentation de Contamine, écrit :

  • 3 C’est moi qui souligne.

Le type des maisons rurales variait [...] au xixe siècle à peu près selon la limite des langues en Moselle3 [... ] Il ne semble pas que les études récentes de la maison rurale lorraine, renouvelées sous la direction de Xavier de Planhol, aient abordé la question du rôle de la frontière linguistique dans la répartition des types (Cabouret 1975 : 42).

11Un rapide regard à une carte permet de remarquer que seul Loudrefing se situe à la limite linguistique ; Grostenquin et surtout Saint-Avold sont en pleine zone germanophone : une ligne tracée entre ces trois bourgs définit un axe situé très largement à l’est de la limite des langues et qui n’en épouse pas la pente nord-ouest/sud-est. Dire « à l’ouest de Saint-Avold, de Grostenquin et de Loudrefing » ce n’est tout de même pas la même chose que dire « selon la limite des langues », même « à peu près ». Par ailleurs, on ne peut pas reprocher aux études minutieuses conduites par Xavier de Planhol de négliger la frontière linguistique puisque justement elle ne joue aucun rôle en ce domaine. Bien mieux, de Planhol révèle que la diffusion de l’habitat rural lorrain fut liée à une politique volontariste des ducs de Lorraine et que cette volonté ducale s’est manifestée « lors de la colonisation systématique des secteurs de langue germanique de leurs possessions ou lors des reconstructions d’après la guerre de Trente Ans » (1988 : 228).

12L’enquête, réalisée de mai 1994 à juillet 1996, en choisissant de s’installer dans des villages situés de part et d’autre de la limite linguistique, entendait reprendre ce dossier sans Va priori mythique de la différence culturelle à tout prix.

De la langue

  • 4 Encore qu’on soit mal renseigné sur la proportion actuelle de la population capable de s’exprimer (...)

13Indubitablement la langue, à proximité immédiate de la frontière linguistique, est un phénomène incontournable. Encore faut-il s’entendre sur ce que cette notion recouvre. Nombre d’auteurs, une fois énoncée la vérité première qu’il existe encore à notre époque, en 1995, des personnes qui utilisent un dialecte germanique4, considèrent la germanophonie, d’une part comme une donnée homogène (comme si ces dialectes ne représentaient en fait que des variantes plus ou moins proches d’un standard qui serait l’allemand), d’autre part comme une donnée intemporelle, que les aléas de l’Histoire avivent ou atténuent, sans cependant en affecter la singularité primordiale irréductible. Or l’enquête de terrain, comme l’approche plus technique des linguistes dialectologues, nous oblige à nuancer. D’abord il existe plusieurs dialectes germanophones et non pas un, dont les différences au niveau tant phonétique que grammatical et lexical ne peuvent être tenues pour négligeables. Ensuite on ne peut passer sous silence, ou considérer comme donnée mineure, les incroyables bouleversements qu’ont pu représenter trois guerres, deux occupations et le cortège de vexations et de spoliations qui se sont succédé en moins d’un siècle (de 1870 à 1945) dans cet espace mosellan. Comment oublier ces faits ? Certes les témoins de 1870 et ceux qui ont connu l’occupation et la scolarisation en allemand jusqu’en 1918 ont quasiment tous disparu, mais les tribulations de leur vie mouvementée, scandée de diktats linguistiques, hantent les mémoires, et les exactions de la dernière guerre, elles, ne sont pas près d’être oubliées. Le ressentiment des romanophones, chassés de chez eux pour fait de langue, a transformé les germanophones en collaborateurs passifs des Allemands même si les choses ne sont jamais dites aussi clairement. Les dialectes germanophones, sur ce fond de non-dit, on le comprendra aisément, ne peuvent donc passer pour d’innocents témoins qui auraient survécu aux aléas de l’Histoire puisque ceux qui les parlent ont été, il y a un peu plus de cinquante ans, pris en otage en raison même de leur langue. La démarche du conseil régional de Lorraine s’interrogeant sur les moyens de relancer les « langues et cultures régionales » (1994) n’en est que plus curieuse puisqu’elle occulte complètement cette dimension d’une histoire proche – trop proche peut-être... – au bénéfice de l’histoire ancienne, celle des origines supposées de l’établissement des langues. On y voit rappelé que Clovis et Charlemagne – nos aïeux en francité – parlaient le francique (terme générique des différents parlers germanophones de la Moselle), et que le francique n’est pas l’allemand :

Le francique est l’ancêtre du néerlandais actuel et diverge des dialectes du haut-allemand parlé encore de nos jours ; il se subdivise en francique rhénan, francique mosellan et francique oriental (« Langues et cultures régionales » 1994 : 7).

14On a donc des dialectes germaniques – et non un dialecte homogène – qui peuvent se révéler être parfaitement incompréhensibles d’un village à l’autre lorsqu’il s’agit de différences lexicales (affectant le vocabulaire) et non de variations phonétiques (qui concernent la façon dont se prononcent les mots). Ainsi, en région de Sarrebourg, dans un espace entièrement germanophone, la pomme de terre sera désignée ici / kmmpera /, là / hertepfla / ; le coutre de la charrue / koltar /ou / şeX’ /, etc. (Albrecht 1968 : 5). Le fait n’est pas exceptionnel et mérite qu’on y insiste puisqu’il permet de saisir ce sentiment en apparence insolite, exprimé par certains de nos informateurs sur l’impossibilité parfois de se comprendre entre communautés, proches géographiquement, faisant partie du même ensemble linguistique.

15Inversement, l’échange de termes entre les patois romans et germanophones a, de longue date, été souligné par les linguistes :

En Lorraine thioise, et plus particulièrement le long de la frontière des langues germano-romane, on utilise des termes empruntés au patois roman et, en patois roman, on entend des termes empruntés au Platt germanique. Ces interférences ne sont cependant pas assez nombreuses pour qu’on puisse parler d’une véritable aire de transition, et encore moins d’un type dialectal mixte germano-roman. [...] Dans la région germanophone, on relève scheten, roman çétré : « châtrer » ; gro : zel, roman grozèl : « groseille » ; thirâng, roman tirant : « tiroir » ; schawot, roman çawot : « chouette » [...]. Porree, qui a la forme poret en Lorraine thioise, porèt en patois roman, désigne couramment le « poireau » jusqu’en Allemagne du Nord. En domaine roman, on relève des désignations d’origine germanique, soit dans les localités le long de la frontière, soit dans une aire plus ou moins importante au-delà de la frontière des langues : bok désigne le « bélier » en roman le long de la limite des langues, plus loin on dit boelyoe ; grumbere, utilisé non seulement en Lorraine thioise mais aussi en Alsace et dans une grande aire en Allemagne de l’Ouest, prend la forme grombir en Moselle romane et en Meurthe-et-Moselle et désigne les « pommes de terre » de part et d’autre de la frontière des langues (Philipp 1984 : 218).

16Au lieu de considérer la langue comme principe explicatif exclusif, nous avons préféré étudier la façon dont, au quotidien, on vivait avec « l’autre ». Une quête de données administratives nous a permis de saisir, au niveau de communautés villageoises choisies de chaque côté de la frontière linguistique, les relations (bonnes ou mauvaises) de ces groupes mitoyens ; et l’enquête ethnographique effectuée auprès de couples « mixtes » (germanophone/romano-phone) a révélé à la fois les difficultés à « s’entendre » (aux deux sens du terme) bien visibles et les harmonies plus secrètes et probablement anciennes entre les deux groupes.

L’Autre et le Même

  • 5 Le rapport multigraphié de cette étude est disponible à la mission du Patrimoine ethnologique (min (...)

17L’analyse des structures intercommunales d’une quarantaine de communes jouxtant la limite linguistique révèle, en dépit des difficultés langagières, une entente ancienne sur des thèmes aussi essentiels que la gestion de l’eau, les regroupements scolaires ou la collecte et le traitement des ordures ménagères5. Le dynamisme de ces associations n’est pas propre d’ailleurs à cette partie de la Moselle : « Rapprochées au nombre des communes, les structures intercommunales sont plus importantes en Moselle que sur le reste du territoire national (plus 10 % pour l’année 1991) » (Kropp & Rouyer 1993 : 30). Est-ce faire preuve d’un déterminisme naïf que de penser que, s’il y avait eu conflit latent entre les deux groupes culturels, ces structures n’auraient pu se mettre en place de longue date – la plus ancienne des associations étudiées date de 1948 ? Le problème de la scolarisation des enfants dans cette zone est à cet égard exemplaire (voir carte 2). A l’heure où les « regroupements pédagogiques » se sont institués pour permettre le rassemblement d’ensembles homogènes d’enfants sur un site, la limite linguistique n’a pas joué le rôle de clôture qu’elle aurait pu avoir. Ainsi, imaginons par exemple le cursus probable d’un enfant d’Hémilly, petite commune située en zone romane, à peu de distance de Faulquemont. Cet enfant a de fortes chances d’aller :

  • tout d’abord à l’école maternelle à Raville (romanophone),
  • au cours préparatoire à Fouligny (germanophone),
  • au cours élémentaire lre année à Hemilly (son village romanophone),
  • au cours élémentaire 2e année à Guinglange (germanophone),
  • au cours moyen à Villers-Stoncourt (romanophone),
  • ensuite au CES de Faulquemont (germanophone), dans la gestion duquelle sa commune est engagée,
  • enfin au lycée : soit à Faulquemont (germanophone) (53 % de la population lycéenne en 1994), soit à Metz (romanophone) (20 %), soit à Petite-Rosselle (germanophone) (7 %), soit à Saint-Avold (germanophone) (20 %)6.

18Depuis l’école maternelle jusqu’à la fin de leurs études secondaires, les enfants auront donc inévitablement passé un temps plus ou moins long dans l’autre aire linguistique, ils se seront de même obligatoirement frottés aux enfants originaires de villages situés de l’autre côté de la frontière linguistique.

19On peut évidemment faire remarquer que cette politique scolaire est récente et qu’elle ne peut que témoigner d’une perte d’une sensibilité culturelle (et linguistique) ; mais cela permet aussi de constater qu’il n’y a pas volonté délibérée de faire du particularisme linguistique un barrage étanche pour les générations futures. Cette attitude, à mon sens, est encore plus sensible dans le domaine des choix matrimoniaux pour lesquels on a, dans le champ de l’enquête, la possibilité de remonter plus loin dans le temps.

2. Activités scolaires et périscolaires : gestion de CES

20Dans sept communes choisies entre Boulay et Sarrebourg nous avons effectué des sondages dans les archives, par tranches de dix ans, privilégiant les périodes les plus anciennes pour lesquelles, si résistance à « l’Autre » il y avait, le refus d’« exogamie linguistique » (qu’on me pardonne l’expression) risquait d’être plus visible.

21Les résultats sont fort intéressants puisqu’ils révèlent, dans les sept sites étudiés, une proportion variable de mariages réalisés avec un partenaire originaire de l’autre côté de la frontière linguistique : de 0,02 % à Eincheville entre 1853 et 1862 à 30,5 % à Guinglange entre 1823 et 1832 (avec un pourcentage nul à Charleville-sous-Bois entre 1793 et 1802) ; entre ces écarts, la moyenne s’établit à 13,9 %, ce qui est loin d’être insignifiant. On remarque également qu’il n’y a pas de différence sensible entre le comportement des communes germanophones et celui des communes romanophones (13,4 % en moyenne dans les villages germanophones et 14,4 % dans les villages romanophones).

22Cette plongée dans les archives, jusqu’avant la Révolution française, confirme l’impression d’une société où la différence de langue n’est pas perçue comme discriminatoire. On peut se marier, créer des groupements, instaurer des services communs, parce qu’il y a le sentiment d’une unité plus profonde existant en deçà de la langue.

23Le « parler sur » des enquêtes de terrain insiste sur le caractère taciturne et conservateur des germanophones mais, dit un témoin, « ceux de mon âge n’ont pas l’habitude de parler le français, alors ils se sentent un peu gênés... » et les petites distinctions qui sont si vivement repérées, par exemple dans la pratique agricole, révèlent souvent, à l’analyse, des archaïsmes et des frilosités de petits exploitants (distinction économique) plus que des traits de caractère (distinction culturelle).

  • 7 Rappel de toutes ces données dans Centlivres 1996. Je tiens à remercier ici cet auteur de m’avoir (...)

24En Suisse, où le débat autour des langues est ancien et où les enjeux ont des implications politiques, les théories nazies du Volksgeist, liant l’âme populaire à l’enracinement culturel et linguistique, rencontrèrent dans les années 1930 un certain écho. Les linguistes, autour de Richard Weiss, dans leurs travaux de constitution de l’Atlas de folklore suisse, révélèrent l’existence d’une frontière plus subtile que celle des langues, opposant des usages, des choix alimentaires, des techniques agricoles, sans relation avec les grandes délimitations linguistiques du pays7. Si la situation en Moselle ne se pose pas dans les mêmes termes, elle présente cependant de curieuses similitudes avec celle de la Suisse : même assimilation idéologique des faits de langue à des différences de culture, même refus de prendre en compte et d’interroger les ruptures dans les pratiques traditionnelles. Car à ces manières de faire et de dire « ténues et profondes » (Centlivres 1996), personne ne songe à donner du sens. Ces lignes de fracture, dont certaines ont été repérées dans des travaux antérieurs, existent (Méchin 1987, 1992), mais elles ne suivent pas, elles ne suivent jamais la frontière des langues. Le plus souvent, elles la coupent perpendiculairement ou la prennent en écharpe. Elles n’ont donc pas retenu l’attention, ou pire ont été occultées ou déformées, pour s’intégrer dans le discours sur la limite germano-romane.

De l’importance des différences « insignifiantes »

25Ainsi trouve-t-on dans les techniques utilisées traditionnellement après l’abattage du porc deux manières de procéder : on peut dire, en schématisant, qu’au nord-ouest de la zone on grille le corps à l’aide de paille pour éliminer les poils alors qu’au sud-est on l’échaude dans une cuve remplie d’eau (voir carte 3). Lorsque, ensuite, on ouvre l’animal pour en extraire les viscères, une seconde différence apparaît : au nord-ouest on le dépose, pattes pendantes, entre les lattes d’une table à claire-voie, pour opérer une première découpe, par le dos, de part et d’autre de la colonne vertébrale ; tandis qu’au sud-est on accroche la bête par les pattes de derrière sur une échelle pour lui ouvrir le ventre. Enfin, et sans que les limites d’usage soient aussi nettement établies que pour les deux phases précédentes, dans la perspective d’une conservation finale, les morceaux découpés sont soit séchés dans une pièce aérée et loin de toute source de chaleur (nord-ouest), soit fumés dans la haute cheminée de la cuisine ou dans un fumoir spécialement aménagé (sud-est). Cette triple distinction dans les techniques ne définit pas deux espaces homogènes – il existe des marges où coexistent les deux pratiques – mais les trois limites d’usage vont dans la même direction qui, répétons-le, n’est jamais celle des langues.

26Peut-on déduire de ces ruptures dans les manières de faire, qu’il existe quelque part en Lorraine (puisque le problème ne concerne plus cette petite partie de la Moselle affectée par la limite linguistique) une différence culturelle, profonde et inconsciente, et qui serait d’autant plus significative que ses manifestations ne sont pas remarquables au double sens du terme ? Qu’elles seraient trop humbles pour retenir l’attention et trop ténues pour servir de symbole identitaire à une communauté ? Rien ne permet de l’affirmer et, là encore, l’expérience suisse doit nous inciter à la prudence. L’histoire du Rôstigraben (rideau de pommes de terre fricassées) exposée par Centlivres (1996) est exemplaire à ce sujet :

Rôstigraben ou rideau de rôstis se donne comme une expression populaire qui désignerait la principale frontière intérieure de l’espace helvétique et attesterait du lien profond entre ce qu’on mange dans un territoire donné, la langue qu’on y parle et, par dérivation, l’identité de ceux qui y habitent. A y regarder de plus près cependant, rien n’illustre mieux l’inanité de certaines classifications communes.
La répartition de ce plat savoureux et le terme qui le désigne figurent dans Y Atlas de folklore suisse et ont été analysés en détail par le grand ethnologue Richard Weiss. Rôsti est un mot emprunté au dialecte bernois, attesté en Suisse romande en 1916, il est maintenant utilisé dans l’ensemble de la Suisse [...] il a, dans toute la Suisse, un emploi figuré pour parler de quelque chose de rustique et d’autochtone, mais la chose elle-même et son usage ne représentent en rien une frontière est-ouest qui séparerait la Suisse romande de l’alémanique.

3. Techniques de nettoyage du porc

27Et Centlivres poursuit :

Les usagers du stéréotype qui s’est imposé dans toutes les parties de la Suisse ne visent pas à faire preuve d’érudition ethnographique mais à produire l’image d’une frontière muée en fossé, frontière culturelle autant que linguistique...

28En cette affaire, on pourrait dire que « l’insignifiance » qui, expliquait Richard Weiss, « protège les plus humbles de nos usages de changements volontaires », a été transformée en un redoutable porteur de sens et prise en otage par une idéologie simplificatrice.

29En Moselle, la révélation des limites d’usage dans les pratiques charcutières ne fait pas rêver, elle ne donne pas même à réfléchir puisque ce n’est pas là qu’on les espérait. Lorsque les folkloristes du xixe siècle ont repéré ces différences, ils se sont empressés d’en gauchir la répartition cartographique pour en faire des marqueurs de « romanité » ou de « germanité ». La question reste donc ouverte : deux langues contrastées mais pas de changements significatifs à leur frontière, deux zones où certains traits culturels sont différents mais non remarqués par ceux qui les vivent. Alors où sont les frontières culturelles ? Et, surtout, à quoi servent-elles ?

Pour conclure

30A l’heure où les régionalismes à tout crin s’exhibent et où les démons de la différence « ethnique » se déchaînent un peu partout dans le monde, la réflexion sur l’adéquation d’une frontière linguistique à une frontière culturelle n’est pas débat gratuit. Heureusement, la situation des dialectes en Moselle ne se pose pas (plus) en termes de revendications territoriales régionalistes. Il n’empêche. Le postulat qu’à une langue donnée correspond une mentalité, ou mieux une culture donnée, fonctionne avec une redoutable efficacité. Il permet de forger à peu de frais des stéréotypes vite transformés en vérités confirmées et d’occulter l’histoire événementielle au profit d’une vision statique d’un état de fait figé de toute éternité ou presque. Ainsi y a-t-il eu un besoin, historiquement daté on l’a vu, de transformer cette limite linguistique en un rempart, isolant un Ouest français, rassurant et civilisé, d’un Est germanique, belliqueux et barbare. Un discours prolixe, insistant et prétendument savant, continue à accréditer l’existence de cette différence fondamentale. On le trouve aussi en Belgique sous la plume d’un Jacques Neirynck (1996 : 269), dans un roman où Bruxelles est présenté comme une synthèse de Babel et de Sarajevo. Il décrit ainsi la forêt de La Houlpe traversée par la frontière linguistique :

Je me situai au lieu précis de la fracture qui divise l’Europe entre les peuples du froid et du soleil, du lait et du vin, du devoir et du plaisir, du travail et du loisir. D’un côté la solidarité, la rigueur et la démocratie, de l’autre l’individualisme, le laisser-aller et l’absolutisme. Selon queje tournais le visage à gauche ou à droite, je contemplais l’ennui du civisme inné des Germains ou le charme de la désobéissance congénitale des Latins.

  • 8 Il n’y a pas d’oppositions religieuses majeures : « La géographie religieuse de la Moselle était p (...)

31Si notre enquête en Moselle montre qu’il y a, bien évidemment, une sensibilité à l’autre du fait de la langue, elle révèle également le vieux fonds commun où manières de construire les maisons, façons de cultiver la terre ou de s’alimenter ne sont pas fondamentalement opposées8 :

On n’est pas peu étonné de rencontrer, de part et d’autre de la frontière franco-germanique, en Brabant, en Ardenne, en Lorraine, dans la Porte de Bourgogne, sur le plateau suisse, un genre de vie identique, caractérisé par les mêmes villages, les mêmes maisons, la même ordonnance des cultures, au point que rien ne signale à l’œil du voyageur le changement de langue (Piémont 1963 : 374).

32Lorsque des distinctions se font sentir, soit elles sont abusivement ramenées à la frontière linguistique, soit elles sont issues d’une évolution historique brutale : comme le remembrement agricole par exemple, rendu plus aisé en Moselle romanophone du fait des perturbations profondes introduites par les occupations successives de l’Allemagne. Pour le reste, tout laisse à penser que sur ce « plateau lorrain » rien ne laisse soupçonner le passage d’un seuil, ni dans le paysage, ni dans les mentalités ; et lorsqu’il y a réellement ruptures dans les pratiques, les processus techniques de charcuterie traditionnels par exemple, elles ne sont même pas perçues par ceux qui y procèdent : ce qui domine, dans le vécu des habitants, c’est le constat du « même ». Les variantes, lorsqu’elles sont perçues, sont assimilées à de l’anecdotique ou du personnel. Ainsi, cette romanophone de Torcheville, épouse d’un agriculteur d’Hellimer (germanophone), raconte :

En 1948, je me suis installée ici. Les habitudes n’étaient pas différentes. On continuait à faire la cuisine comme avant. La cuisine, c’était à peu près pareil. On avait une petite exploitation aussi, et la culture était pareille. On cultivait un peu de tout, comme ici : blé, avoine, on avait des vaches laitières [...] C’était la continuation, c’est tout. Je ne me suis déplacée que de quelques kilomètres...

33Et cet autre de conclure :

Ce ne sont pas les gens qui habitent la frontière qui... Ils le vivent ça, ils ne décortiquent pas, tandis que les gens qui habitent loin... La frontière est vue par les gens de l’extérieur, mais ceux qui y vivent, non...

34Une frontière des langues évanescente en somme, qui s’évanouit à mesure qu’on s’en approche et qui surtout ne signifie rien à ceux qui la vivent au jour le jour. Quant à celles des usages qui la traversent, que peut-on en dire, en l’état de nos connaissances, sinon qu’elles n’ont guère de sens puisqu’elles ne sont le support d’aucun discours sur l’Autre, qu’elles ne servent de relais à aucune revendication identitaire ? A moins que quelqu’un ne découvre un jour les vertus et les délices de la différenciation (et de la frontière) que peut procurer la mise en valeur de ces différences...

Bibliographie

Références bibliographiques

Ahrens, D. 1993a. Angewandte Métrologie in Geschichte und Gegenwart, Trêves. Stâdtisches Muséum Simeonstift Trier.

– 1993b. « Recherches métrologiques de part et d’autre de la frontière linguistique en Lorraine », Les Cahiers lorrains, 4, p. 301-305.

Albrecht, A. 1968. « Vocabulaire agraire du début du xxe siècle dans le sud-est de la Lorraine. Région de Sarrebourg-Phalsbourg », mémoire de maîtrise en linguistique, université de Nancy II.

Barres, M. 1904. « La conscience alsacienne », Revue alsacienne illustrée.

1906. Alsace-Lorraine, Paris, E. Sansot.

– 1923 [1905]. Au senice de l’Allemagne, Paris, Pion.

Bouvier. J.-Cl. 1982. « Les atlas linguistiques et ethnographiques de la France », in L’ethnocartographie en Europe (Technologies, idéologies, pratiques, vol. IV), Aix-en-Provence, université de Provence, p. 227-239.

Cabouret, M. 1975. « Aperçus nouveaux sur l’agriculture de la Lorraine du nord-est : les répercussions de la division linguistique du département de la Moselle », Mosella, t. V, n° 4. p. 1-58.

Cantaloube, J. 1971. « Le remembrement rural dans le département de la Moselle », mémoire de maîtrise de géographie, université de Nancy II.

Centlivres, P. 1982. « L’Atlas de folklore suisse. Un sondage quarante ans après », in L’ethnocartographie en Europe (Technologies, idéologies, pratiques, vol. IV), Aix-en-Provence, université de Provence, p. 55-70.

– 1996. « A propos des frontières intérieures de la Suisse », in D. Fabre (dir.) L’Europe entre cultures et nations. Actes du colloque de Tours, décembre 1993, Paris, mission du Patrimoine ethnologique/Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 175-189.

Certeau, M. (de), D. Julia & J. Revel. 1975. Une politique de la langue. La Révolution française et les patois. L’enquête de Grégoire, Paris, Gallimard.

Contamine, H. 1932. Metz et la Moselle de 1814 ¿1 1870. Étude de la vie et de l’administration d’un département au xviiie siècle, 2 t., Nancy, Société d’impression typographique.

Deyber, A. 1981. « Les frontières des peuples pré-romains dans l’est de la Gaule à la fin de l’époque de la Tène. in Caesarodunum », Actes du colloque « Frontières en Gaule », Tours, université de Tours, p. 28-44.

Diwo, G. 1992. « Les formations politiques en Moselle (21 octobre 1945-17 juin 1951 ) », thèse de doctorat en géographie, microfichée, université de Metz.

– 1993. « Les formations politiques en Moselle (21 octobre 1945-17 juin 1951) », Les Cahiers lorrains, 4, p. 277-299.

Febvre. L. 1928. « Frontière », Revue de synthèse historique, t. 45. p. 31-44.

Gaidoz, H. 1874. « Des travaux allemands sur la géographie des langues en Alsace et en Lorraine », Revue des questions historiques, juillet, p. 228-235.

Gérard, Cl. 1981. L’architecture rurale française. Lorraine, Paris, CNRS.

Goguel, Éd. 1859. « La ligne de démarcation entre les langues française et allemande », Revue d’Alsace, p. 433-444.

INSEE, 1947. Régions géographiques de la France, Paris, Imprimerie nationale.

– 1959. Recensement général de l’agriculture de 1955. Caractéristiques générales des exploitations, 3 vol. , Paris, Imprimerie nationale.

– 1967. Aspects particuliers de la population mosellane. Religions et langues parlées, Nancy.

Joye, D., Th. Busset & M. Schuler. 1992. « Clivages et différenciations géographiques de la Suisse », in P. Hugger (dir.), La Suisse, modes de vie, traditions, mentalités, t. II, Lausanne, Payot Lausanne, p. 661-676.

Jung, J. 1971. « Structures agraires et bilinguisme en Moselle », Mémoires de l’académie nationale de Metz, t. XIII.

Kropp, D. & D. Rouyer. 1993. Les établissements publics de coopération intercommunale, Metz, Conseil général.

« Langues et cultures régionales ». 1994. Metz, rapport au Conseil régional de Lorraine, décembre.

Lanher, J. 1981. « Les parlers lorrains », in La tradition en Lorraine, vol. V, Wettolsheim, Mars et Mercure, p. 37-69.

Lanher, J., A. Litaize & J. Richard. 1979. Atlas linguistique et ethnographique de la Lorraine romane, vol. I, Paris, CNRS.

Levy, P. 1929. Histoire linguistique d’Alsace et de Lorraine, 2 vol. , Paris, Les Belles Lettres.

L’Hôte, G. 1984. La tankiote. Usages traditionnels en Lorraine, Nancy, Presses universitaires de Nancy/Éd. Serpenoise.

Méchin, C. 1987. « Pratiques différencieiles de découpe du porc en Lorraine », in La découpe et le partage du corps à travers le temps et l’espace, Paris, Anthropozoologica, p. 23-26.

– 1992. Bêles à manger, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

– 1995. « Frontière linguistique et frontières des usages en Moselle », Paris, rapport à la mission du Patrimoine ethnologique du ministère de la Culture.

– 1997. « Frontières des dialectes et frontières d’usage en France du Nord-Est », in U. Jeggle & F. Raphaël (dir.), D’une rive à l’autre. Rencontres ethnologiques franco-allemandes, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

– 2000. Frontières linguistiques et frontières des usages en Lorraine, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

Neyrinck, J. 1996. Le siège de Bruxelles, Paris, Desclée de Brouwer.

Niederer, A. 1982. « L’Atlas linguistique et ethnographique de l’Italie et de la Suisse méridionale et l’Atlas de folklore suisse », in L’ethno-cartographie en Europe (Technologies, idéologies, pratiques, vol. IV), Aix-en-Provence, université de Provence, p. 43-54.

Ozouf, M. 1984. « L’Alsace-Lorraine mode d’emploi », in L’École de la France, Paris, Gallimard, p. 4-15.

Parisse, M. (dir.). 1977. Histoire de la Lorraine, Toulouse, Privât.

– 1984. « Histoire et Art en Lorraine », in Lorraine, Le Puy, Christine Bonneton, p. 11-67.

Pfister, Chr. 1890. La limite de la langue française et de la langue allemande en Alsace-Lorraine, Paris/Nancy, Berger-Levrault.

– 1912. Les régions de la France : La Lorraine, le Barrois et les Trois Evêchés, Paris, Cerf.

Philipp, M. 1984. « La Lorraine thioise ou Lorraine germanophone », in Lorraine, Le Puy, Christine Bonneton, p. 215-226.

Philipp, M., A. Bothorel & G. Leveuge. 1977. Atlas linguistique et ethnographique de la Lorraine germanophone, vol. I, Paris, CNRS.

Piémont, P. 1963. L’établissement de la frontière linguistique franco-germanique, Strasbourg, chez l’auteur.

– 1981. L’origine des frontières linguistiques en Occident, Strasbourg, chez l’auteur.

Planhol, X. (de). 1988. Géographie historique de la France, Paris, Fayard.

Reyen, P. 1976. « La vie agricole dans l’est du département de la Moselle de part et d’autre de la frontière linguistique », thèse de doctorat en géographie, université de Metz.

Roth, Fr. 1976. La Lorraine annexée (¡870-1918), Nancy, Annales de l’Est.

Thouvenot, Cl. 1974. « Les habitudes alimentaires dans la France du Nord-Est », thèse d’État, 2 t., université de Paris I.

1980. « Une méthode de cartographie de la sensibilité alimentaire en France », Ethnologie française, t. X, 3, p. 13-19.

Weber, E. 1983. La fin des terroirs, Paris, Fayard.

Zeliqzon, L. 1924. Dictionnaire des patois romans de la Moselle, Strasbourg, faculté des Lettres.

Notes

1 Nous ne reprenons pas ici le développement de cette mise en place idéologique de l’affrontement « romanité » et « germanité » que nous avons développé ailleurs (Méchin 1987 et 1992).

2 C’est moi qui souligne.

3 C’est moi qui souligne.

4 Encore qu’on soit mal renseigné sur la proportion actuelle de la population capable de s’exprimer en dialecte : M. Philipp (1977) remarque : « Nous ne connaissons malheureusement pas le nombre exact de dialectophones de notre domaine [...1 Le recensement de 1975 ne permet pas de chiffrer exactement le nombre de dialectophones. En 1962, 39 % des habitants de la Moselle déclaraient connaître le dialecte. »

5 Le rapport multigraphié de cette étude est disponible à la mission du Patrimoine ethnologique (ministère de la Culture/direction de l’Architecture et du Patrimoine) : les données recueillies ont été pour l’essentiel cartographiées.

6 Cette estimation d’un parcours scolaire a été rendue possible grâce aux informations aimablement fournies par le rectorat de l’académie Metz-Nancy, l’inspection académique et la préfecture de la Moselle.

7 Rappel de toutes ces données dans Centlivres 1996. Je tiens à remercier ici cet auteur de m’avoir aimablement permis de consulter son article avant publication.

8 Il n’y a pas d’oppositions religieuses majeures : « La géographie religieuse de la Moselle était plus simple que la géographie linguistique. La presque unanimité de sa population était catholique, les autres confessions ne comptaient en 1866 que 3 % du nombre total d’habitants » (Contamine 1932,1.1 : 43).

Notes de fin

1 Avec la participation de Sylvie Maurer pour l'enquête et la collecte des données.

Table des illustrations

Légende 1. État du remembrement
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2924/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende 2. Activités scolaires et périscolaires : gestion de CES
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2924/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Légende 3. Techniques de nettoyage du porc
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2924/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 374k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable