Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Limites floues, frontières vives

 | 
Christian Bromberger
, 
Alain Morel

III. Territoires dans l’histoire : construction et fragmentation

Territoires et espaces d’appartenance en Corse

Francis Pomponi

Texte intégral

  • 1 Ce programme de recherche de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence a (...)

1La question des limites et des frontières est au cœur des préoccupations de l’équipe pluridisciplinaire qui travaille à la réalisation de l’Atlas ethno-historique de la Corse1. Il s’agit en effet de rendre compte cartographiquement de la plupart des phénomènes sociaux, ethnologiques, historiques ou démographiques relatifs à la Corse dans la longue durée. L’Atlas ethno-historique de la Corse, mis en œuvre par une équipe d’ethnologues, d’historiens et de géographes, est organisé autour de cinq axes principaux : 1) l’occupation de l’espace ; 2) l’articulation techniques/économie/société ; 3) les structures sociales et les formes de sociabilité ; 4) l’intégration politique à la France et à l’Europe ; 5) les comportements religieux. Loin d’être en présence d’un ensemble homogène, lors de chacune de ces interrogations, nous sommes confrontés à des disparités régionales, voire micro-régionales, suivant des limites et une grille de lecture qui renvoient à des phénomènes d’ordre à la fois structurels et historiques que nous voudrions évoquer en introduction à un exemple plus précis qui illustrera mieux le propos.

La ligne de partage nord-ouest/sud-est

2Dans nombre de cartes déjà élaborées ou en cours de réalisation s’affiche une coupure Nord/Sud bien connue des « corsisants ». On pense bien sûr d’abord à la géographie « naturelle » de l’île, à l’opposition entre la Corse cristalline au sud et la Corse schisteuse au nord, plus précisément séparées suivant un axe nord-ouest/sud-est, disons une frontière qui suit la ligne des reliefs cristallins qui court de Galeria (Filosorma), en Balagne sur la côte occidentale, à Solenzara, là où vient mourir la plaine orientale ; cette limite correspond à l’actuel chemin des crêtes des randonnées tracé par le Parc naturel régional de la Corse. Cette différenciation ne s’explique pas selon les seuls termes d’un déterminisme géographique qui n’a plus guère cours aujourd’hui, mais on ne peut l’ignorer car elle a revêtu au fil des temps une pertinence de dimension historique et culturelle. S’agit-il de cartographie de structures agraires, de propriété du sol, de modes d’exploitation, de systèmes de culture, de la place de l’élevage, et plus particulièrement de celle des bovins, là sans doute la géographie naturelle prévaut et marque une frontière entre un Sud où s’imposent l’élevage extensif, les vastes terrains de parcours, la prépondérance de 1’« inculte » correspondant au maquis arborescent et un Nord où la place de l’agriculture est plus grande avec des zones de spécialisation arbustive (l’olivier en Balagne, la vigne dans le Cap Corse et le châtaignier en Castagniccia), des propriétés plus petites et une densité de population plus forte (longtemps supérieure d’un tiers à celle du Sud).

3La division Nord/Sud a été confortée par l’histoire lors de l’implantation génoise qui s’est faite d’abord au Moyen Âge en Terra di Comune (« Deçà des monts » comme on disait encore) qui recouvre la Corse schisteuse et, plus tardivement, en Terra di Signori (la Corse cristalline, « le Delà des monts ») qui apparaît comme un conservatoire des traditions féodales parce qu’elle tourne le dos aux pôles d’influence nordique et qu’elle est plutôt orientée vers une Sardaigne hispanisée par les Barons issus de la conquête aragonaise. Là, plus de stabilité, plus d’« archaïsme », plus de tradition, jouant aussi bien sur le maintien de certaines structures familiales, voire sur les modes de transmission successorale (majorats) pour ne citer qu’un exemple. Cette division Nord/Sud a longtemps façonné le découpage institutionnel et administratif avec une capitale, Bastia, au nord, siège d’une première division provinciale et un Delà des monts (Ajaccio) qui s’individualise plus tard et qui ne se différencie sur le plan interne que plus difficilement : deux des provinces du Sud de l’époque génoise (xive-xviiie siècle), le Vicolais et le Sartenais, ont porté longtemps l’empreinte des anciens fiefs médiévaux, ceux où les seigneurs de Leca (depuis la région de Vico) et ceux de la Rocca (à partir du bas Sartenais) étendaient leur hégémonie. Ce sont les provinces où les traits d’archaïsme seront plus durables. En même temps, c’est une bipolarité urbaine qui s’établit pour longtemps entre Ajaccio et Bastia, villes en fonction desquelles l’espace s’organise, comme le révèle la cartographie des pôles d’influence et d’attraction, par exemple celle des bassins migratoires internes qui fait apparaître cet axe de différenciation Nord/Sud ; notons inversement la faiblesse d’attraction des villes secondaires comme Calvi ou Porto-Vecchio ou décentrées comme Bonifacio (cartes 1 et 2).

4L’histoire a joué comme élément de renforcement de cette différenciation fondamentale, au point d’en faire une donnée vécue et pensée par les insulaires, lesquels se désignent respectivement comme Pumuntinchi, ancrant ainsi dans leur vision de « l’autre » (celui du Delà des monts) la coupure de la barrière montagneuse qui traverse la Corse du nord-ouest au sud-est. Ici la frontière devient culturelle. Encore au temps de l’éphémère indépendance de la Corse, Pascal Paoli, qui en fut le héros, eut du mal à « far l’unione » et à rallier le Sud. Sous la Révolution, les mêmes sudistes hésitèrent beaucoup avant de rallier un Nord qui prit l’initiative et qui œuvra pour que l’île ne constitue qu’un seul département, confortant ainsi son hégémonie... jusqu’à ce que Napoléon, qui avait contesté ouvertement dès 1796 la prépondérance bastiaise, fasse d’Ajaccio la capitale de la Corse, au grand dam des nordistes qui argumentèrent alors longuement, mais en vain, pour condamner cette aberration de l’histoire. La division a laissé des traces notamment dans les comportements politiques (le berceau du radicalisme est au Nord, les comportements conservateurs sont dans le Sud où les liens de patronage-clientèle ont conservé plus longtemps des formes féodales).

1. Villes secondaires
2. Ajaccio et Bastia
Les aires d’attraction des villes corses (d’après Kolodny 1962).

Frontières microrégionales

5A l’intérieur de ces deux ensembles, l’histoire à la fois politique, institutionnelle, économique et culturelle a engendré l’individualisation de micro-régions qui posent des questions plus délicates de limites, celles-ci étant rarement linéaires et correspondant à des zones de transition délicates à interpréter cartographiquement.

6Gênes et la Toscane, en tant que pôles d’action et de développement, ont agi plus intensément sur les zones qui leur étaient proches (Cap Corse, région bastiaise) et permis l’éclosion des différenciations microrégionales. L’onde de pénétration des influences romanes au Moyen Âge et des influences baroques aux temps modernes porte la marque de ce processus. Par ailleurs, la Balagne prend forme et acquiert son identité lorsque se répand (à partir du xvie siècle) la greffe de l’olivier et « la civilisation » qui en découle sur le plan des techniques, des modes de vie et des hiérarchies sociales. De même le Cap Corse s’individualise par ses contacts quotidiens avec la terre ferme et ses échanges avec Bastia (limite sud) autour de la pratique de la mer, de la culture de la vigne et de la nécessité de se ravitailler en grains. Et ce qui est vrai pour l’empreinte religieuse et pour les systèmes de culture vaut de manière plus générale lorsqu’on aborde d’autres thèmes et qu’on entend les cartographier. On voit bien se dessiner un Cap Corse, une Balagne, un Nebbio ou un Vicolais qui correspondent, à l’époque génoise et au moment du rattachement à la France en 1768 (carte 3), à des juridictions administratives qui ont survécu en gros dans les arrondissements du xixe siècle. Les stéréotypes proverbiaux concernant les habitants de la Balagne (Balanini unti e fini) et se rapportant à la malice des tragulini (marchands ambulants de ce pays d’oliviers) ou encore l’image des Capcorsins plus « policés » et « civilisés » que les Corses de l’intérieur, des gens qui ont moins connu la vendetta parce que plus acculturés à l’aire de la civilisation dominante, ont consacré au niveau des représentations ces différenciations micro-régionales... Mais cette lecture a ses limites et suivant les cas considérés (pour les structures familiales et les comportements) la ligne de partage culturelle a son tracé propre. L’Église a aussi contribué à façonner l’espace (carte 4), souvent sans solution de continuité avec les découpages institutionnels du pouvoir laïque (la province du Nebbio correspond, par exemple, au diocèse du même nom). Mais que l’évêché d’Aleria soit scindé et enjambe les reliefs du centre de l’île pour se prolonger dans une partie de la Balagne, cela peut avoir des correspondances sur le plan des solidarités ou des comportements communs en dépit de la rupture géographique.

3. Limites administratives, 1770

4. La structure diocésaine et piévane au xvie siècle (vers 1530)

Clivages transversaux

7Nous sommes conduits à une autre définition des zones et des limites lorsque le poids de l’histoire s’estompe, que le naturel revient en force et qu’on s’attache à des territoires, à des espaces de vie commune propres à des groupements humains dont la cohésion s’impose par-delà les découpages administratifs. Certaines cartes, et pas seulement celles qui se rapportent à proprement parler à la transhumance des populations à vocation pastorale, mettent en lumière la pertinence des orientations transversales d’occupation de l’espace et les conséquences qui en découlent. Là les limites découpent des zones suivant un dégradé altimétrique de l’Alta Rocca au Sartenais, du Niolo au Filosorma, de la haute Castagniccia à la plaine orientale... Disons, pour mieux traduire le phénomène des communes-mères et des communes-filles, qu’on a affaire à des zones continues ou séparées par une rupture entre les villages de montagne de Ghisoni, Bastelica, Serra di Scopamène, Levie et les villages de plaine de Ghisonaccia, Bastelicaccia, Sotta et Figari, pour ne prendre que quelques exemples (carte 5). A propos de croyances, de techniques et de comportements, la cartographie restituera (comme l’a déjà fait l’Atlas linguistique de la Corse) des cohérences et des identités propres à des populations qui ont ainsi marqué leur territoire. Et dès lors nous retrouverons la question des limites et des zones de contact avec, immanquablement, l’interférence d’autres éléments. Le clivage n’est point ici entre nomades et sédentaires ni même, à la manière de Maurice Le Lannou à propos de la Sardaigne, entre pâtres et paysans car on ne descend pas toujours de la montagne pour s’installer dans la plaine parce que l’on est pastore (berger)... On y vient aussi pour le devenir parce qu’on est chassé de la communauté-mère faute de propriété suffisante ou pour des raisons démographiques. Dès lors la piaghja ne s’oppose pas à la muntagna, elle en est le prolongement et les limites n’épousent pas les courbes de niveau.

La représentation géographique de l’évolution de l’occupation de l’espace en Corse

8Parmi les thèmes de regroupement thématique vers lesquels nous nous sommes orientés, après des tâtonnements et un brassage large du champ cartographique possible, nous avons retenu celui de l’espace et de la mobilité humaine qui nous a semblé particulièrement significatif, s’agissant de la Corse. Lors d’une expérience antérieure de recherche dont les résultats ont trouvé place dans le collectif Pieve e paesi (1978), il était déjà question de cartographie mais, en ce domaine, nous avions mis l’accent sur l’évolution de la géographie administrative de l’île (des pièves d’Ancien Régime aux communes en passant par les divisions provinciales, cantonales et d’arrondissements). Quant à la démographie, elle était d’ordre essentiellement structurel et l’évolution des densités humaines avait prioritairement retenu notre attention. L’option retenue ici est quelque peu différente et nous affichons comme fil conducteur de notre démarche la représentation spatiale des phénomènes de mobilité à travers le temps... Les contours s’estompent, les notions de rayons d’action, de déplacement ou d’influence, les phénomènes migratoires (migrations internes et externes, champs migratoires, mouvements pendulaires liés à la transhumance, rapports entre piaghja et numtagna) prévalent dans une recherche qui, cependant, s’inscrit dans une continuité et qui pourra mettre à profit des recueils de données établis à l’occasion de travaux ayant trait aux diverses facettes du sujet.

5. De la muntagna à la piaghja.
Communes-mères et communes-filles

9La finalité de la démarche consiste donc à mettre en lumière les différentes formes de mobilité, y compris pour l’époque « moderne » des historiens (xvie-xviiie siècle) trop longtemps marquée, en matière d’étude des populations, par le concept de monde clos ou d’isolat lié à une démographie statique qui a eu tendance à minimiser, y compris à l’échelle microrégionale, l’importance des déplacements humains, l’incertitude des limites et la prise en compte d’autres variables auxquelles il convient de faire leur place. La microstoria nous y invite et, à cet égard, la Corse se présente comme un terrain d’étude significatif.

Au Moyen Âge...

L’emplacement des castelli médiévaux

10La carte (en cours d’élaboration) de sites médiévaux mettra l’accent sur cet élément structurant de l’espace qu’a été, à côté de l’Église et en grande partie indépendamment d’elle, le processus de féodalisation que la Corse a connu, au même titre que d’autres pays occidentaux, avec des spécificités propres ou des traits qui l’apparentent à la féodalité de l’Europe méditerranéenne suivant une typologie établie par les médiévistes. Cette féodalité, d’origine exogène d’abord, a donné lieu dans le Cap Corse (origine génoise) ou en Balagne et dans le Cortenais (origine liguro-toscane ou « romaine » plus ou moins mythique) à l’érection de châteaux ou « mottes » dont certains (une petite minorité) ont été repérés et étudiés et ont fait l’objet de fouilles archéologiques ; ces castelli apparaissent comme des points forts de la genèse de la terra di signori, liés aux gentilices des Da Mare, des Avogari ou des Gentile (d’origine génoise), des Malaspina de Massa (pour la Balagne), des Cortinchi (Fiumorbo) ou des Pinaschi (Balagne encore)... Erigés sur des éminences, avec des donjons quadrangulaires constitués de pierres équarries d’un appareil grossier, protégés par des murs d’enceinte abritant également l’indispensable citerne, ces châteaux furent le point de ralliement des familles seigneuriales secouées par les querelles internes de succession et qui étendaient leur hégémonie sur des populations vassales remuantes et tendant à s’individualiser au sein du comune. Les principaux castelli, mieux connus sur le plan historique à la lumière de la chronique et des chartes médiévales, jalonnent le quadrillage de l’espace du Deçà des monts, quelque peu noyés par les implantations endogènes, nombreuses et dispersées, provenant du processus interne de féodalisation de particuliers érigeant une rocca, se faisant seigneurs et imposant un pouvoir « banal » à leurs vassalli, clienti et aderenti.

11Nombre de ces castelli ne survécurent pas à la réaction antiféodale du milieu du xive siècle qui a vu s’affirmer le mouvement communal et il conviendrait de les rayer de la carte si nous faisions un point plus précis au-delà de 1359. Si la couverture d’ensemble est impressionnante (la Corse des deux cents châteaux), le phénomène doit être ramené à la mesure de la modestie des vestiges matériels, témoins de la précarité et du caractère éphémère du système seigneurial insulaire.

12Le casteddu de Baricci fournit un exemple de l’emprise féodale à l’époque médiévale. La carte, élaborée à partir d’une enquête de Gilles Giovannangeli sur la piève de Sartène (carte 6), révèle l’importance et la complexité de l’occupation médiévale dans une micro-région surtout connue jusqu’ici pour son passé préhistorique. Tous les éléments constitutifs du paysage médiéval apparaissent et leur interprétation n’est pas toujours aisée : châteaux et rochers fortifiés près des cols, habitats villageois sur les flancs de vallée et un grand nombre de lieux de culte sont répertoriés ici. La densité des chapelles rurales associées à des châteaux près des lignes de hauteur ou en fond de vallée est caractéristique. Il s’agit d’un espace déjà très structuré et hiérarchisé autour de points forts comme l’église de piève de San Damianu, le château de Baricci ou le village de l’Ortolo sur les premiers contreforts du massif de Cagna. Cette occupation médiévale de l’espace sera profondément remodelée au cours du xvie siècle.

6. Le casteddu de Baricci et son environnement médiéval, essai de reconstitution

A l’aube des temps modernes

13Au xvie siècle encore « l’Église commande » et donne un « cadre » à l’occupation humaine de l’espace. Les populations agro-pastorales, caractérisées par la précarité et la mobilité de leurs lieux d’implantation, tendent à graviter autour de ces pôles de fixation qui correspondent aux églises piévanes (voir carte 4) établies aux lieux géométriques d’unités humaines sans doute parentales, voire tribales, pour les temps les plus reculés, en liaison avec une œuvre d’évangélisation qui fut un phénomène récurrent. C’est souvent au fond des vallées, à la croisée de chemins de transhumance ou de simples voies de passage, aux points d’intersection d’unités de vie plus ou moins larges que se sont établies ces églises, points de rencontre, lieux de baptême et déjà sièges de pouvoir où se réunissaient les premières universitates de gens ayant à traiter d’affaires en commun et à connaître de la justice laïque ou religieuse. Le semis de ces emplacements ne doit pas faire illusion : on sait que les densités humaines étaient faibles et que l’espace était largement ouvert à de nouvelles emprises.

14Se dessinent pourtant (carte 7) des ensembles aux noyaux d’implantation plus resserrés qui préfigurent déjà, au-delà de la distinction entre un « Deçà des monts » plus peuplé et un « Delà » aux mailles plus lâches, la terra di Comune et la terra di Signori, pour reprendre des expressions plus propres à l’époque – le Cap corse, la Castagniccia, la Balagne qui, gagnés plus tôt par un mouvement de sédentarisation et d’utilisation plus intense des ressources agricoles aux dépens de la prégnance de l’élevage, tendent à s’individualiser en creusant l’écart de densité démographique. Les zones de haute altitude, plutôt qu’à proprement parler les régions montagneuses (celles-ci demeurant attractives pour des bergers qui y ont établi leurs résidences principales dans le cadre d’une transhumance dans le sens muntagna/piaghja), de même que certaines régions littorales (plaine orientale), étaient plus mal placées pour « commander » l’espace. Sans doute, dans ce dernier cas aussi et par rapport à des temps immédiatement ultérieurs, la carte des pièves (voir carte 3) exprime cette réalité mieux connue qu’autrefois d’une « plaine » qui n’a pas systématiquement été répulsive et qui a fixé (il est vrai de façon non pérenne) des populations dans un horizon plus étroit : en témoigne la densité du maillage de la Balagne littorale.

15Reste la dominante d’un habitat en nébuleuse qui correspond à un temps où la communauté villageoise tendant au regroupement et à l’intégration en son sein de l’église paroissiale était encore en gestation. Beaucoup de villae et de villette, bien marquées par un toponyme propre, constituent autant d’entités individualisées sur le plan de la gestion des affaires communes, avec leur chapelle propre pour la pratique du culte et la possession de terres communes qui subisteront parfois sous la forme de communaux de quartiers ou de terzieri. Les régions où cette dispersion dans l’occupation de l’espace allant de pair avec une plus grande densité du peuplement (carte 7) est la plus nette sont la Castagniccia à l’est et le Cap Corse, déjà les domaines respectifs du châtaignier et de la vigne qui ont contribué à fixer des casate (groupements familiaux) vivant dans l’horizon rétréci du hameau. Figurent sur la carte les lieux-dits le plus souvent éponymes des futures communautés appelées à désigner le siège principal du paese, ce que nous appelons encore « le village » suivant un processus ouvert mais qui arrive à maturité seulement au xviie siècle.

7. Le peuplement au xvie siècle (vers 1530), répartition des feux par piève

8. Du Moyen Âge aux temps modernes : une piaghja répulsive, un intérieur et des villes refuges

De la piaghja à la muntagna

L’abandon de la piaghja et le repliement vers l’intérieur

  • 2 Une des grandes familles seigneuriales qui s’opposa, dans la seconde moitié du xve siècle et au dé (...)

16La carte 8 synthétise un phénomène aux limites chronologiques floues qui s’est étalé dans le temps et n’a pas été aussi systématique qu’on l’a laissé entendre en parlant de manière trop schématique de « désertification » de la plaine et de « refuge à la montagne ». Largement représenté dans l’ensemble de l’île, le fait a néanmoins plus concerné la Corse du « Delà des monts » que celle du « Deçà » et la relation avec une pratique de l’espace par une population à dominante pastorale et familière de la transhumance paraît évidente. Chaque sous-ensemble a sa propre histoire et les formes ont pu varier... mais la carte ne peut rendre compte de toutes les différences. Durant la deuxième moitié du xve et au cours du xvie siècle ont joué, souvent de manière emboîtée et non pas dans un ordre strictement chronologique, les phénomènes bien connus de poussées de la malaria, de ravages dus aux guerres intestines de caractère féodal ou de celles opposant les derniers grands féodaux à la puissance génoise qui pratiqua la terre brûlée et enfin les invasions barbaresques responsables de pillages, de destructions et de l’installation d’un climat d’insécurité dans les zones littorales. Le corpus des textes issus du fonds de la Banca di San Giorgio de Gênes est venu en renfort des informations léguées par la chronique pour mieux établir et dater les abandons de certaines régions de la piaghja qui étaient le lieu d’un habitat permanent : c’est le cas pour les populations du Sia, d’une manière plus générale pour celles du bas Vicolais, du Mar/olino, de Paratella et du Filosorma où ont particulièrement sévi les guerres du temps des Leca2. Là se sont opérés des mouvements de regroupement qui ont profité à des noyaux de peuplement préexistants (gonflement démographique de Calenzana, de Moncale en Balagne, de Vico et de Renno, aussi bien que de Marignana, d’Ota et d’Evisa, plus près du cœur de la seigneurie des Leca).

17On note aussi la déstructuration (due ici davantage à la malaria) de l’ancienne région de Freto, Pruno (trouée de Figari-Sotta) et, de manière plus générale, de la zone des « comarques » de Porto-Vecchio avec les repliements de Figari vers Levie, de Porto-Vecchio vers Quenza et L’Ospedale, de Conca vers Zonza, de Sari vers Etchevari... Autant de villages abandonnés repérables sur la carte. Dans la région d’Ajaccio le phénomène semble avoir été plus tardif et plus lié aux méfaits des barbaresques, avec l’abandon du secteur de Coti et le redéploiement sur les villages d’altitude de Quasquara de Tasso et de Frasseto. Tantôt nous disposons de textes explicites avec une datation satisfaisante (cas de Coti, de Conca...), tantôt il faut se contenter de mentions vagues et induire le phénomène de ce que des textes ultérieurs nous apprennent (valle di Pruno, piaghja di San Martino). Le déplacement des populations chassées par les événements a pu porter sur un faible rayon de distance comme dans le cas du repliement des habitants du Filosorma et de Paratella sur Calvi, Moncale et Calenzana. Observons à propos de Calvi, comme pour Ajaccio, Bastia et aussi Sartène, que le synoecisme s’est fait au profit de présides maritimes ou littoraux, ce qui vient nuancer l’image du « repliement à la montagne » que doit également corriger le fait que Renno, Vico, Calenzana et d’autres ont joué le rôle de structures de refuge tout en se trouvant « à proximité de la mer », ce qui permit aux populations concernées de continuer à fréquenter plus facilement l’espace pastoral et agricole correspondant aux terroirs des villages. Dans le Fiumorbo, la « plaine » a bel et bien été abandonnée, mais le repliement s’est également fait sur les premières hauteurs où se fixèrent les villages (Prunelli, Ornaso, Serra). Parfois l’abandon n’a pas correspondu à une fixation regroupée de la population et la dispersion, voire la disparition des habitants, a prévalu... On a ainsi perdu la trace de nombre de « partants » tandis qu’on a pu en retrouver dans les marais pontins !

18Ne sont indiqués ici que quelques cas de villages désertés dont on sait qu’ils ont été entièrement vidés de leur population (Ortolo, Pietrapola, Coti...) mais nombre de communautés n’ont été qu’affaiblies démographiquement. La carte enfin ne rend pas compte de l’extrême mobilité liée à ces temps de troubles et d’incertitudes et qui n’a pas forcément pris la forme d’un dépeuplement du littoral... L’intérieur aussi a été concerné : il suffit de penser ici au vide volontairement provoqué par les Génois du Niolo (avec une réoccupation des lieux s’étalant sur plusieurs décennies) ou encore à la politique de la terre brûlée pratiquée par Andrea Doria et d’autres capitaines génois dans la piève de Tallano ou dans celle du Vico qui a pu compromettre, dans ce dernier cas, la fonction de refuge. Reste le fait général dont rend compte la carte d’une piaghja devenue répulsive et vidée d’une bonne partie de sa substance humaine, comme l’attestent les rapports catastrophiques des autorités génoises du temps ainsi que les observations des chroniqueurs.

La reconquête

De la commune-mère à la commune-fille : la reconquête de la plaine

19L’individualisation de communes-filles à la piaghja par processus de scission de communautés-mères de l’intérieur est un point d’aboutissement d’une longue évolution dont il est difficile de rendre compte cartographiquement si l’on se veut trop respectueux de la chronologie... La progression du mouvement de redescente des populations dont les ancêtres avaient fui la plaine et, dans ce cas, le phénomène de « réappropriation » de ces espaces littoraux se prêtent mal à une cartographie référencée dans le temps alors que l’érection d’unités de peuplement en nouvelles communes administrativement bien individualisées apparaît, au bout du compte, comme le meilleur dénominateur commun.

20Commencée très tôt, dans certains cas dès le xviie siècle, la redescente a longtemps pris la forme d’une occupation temporaire de l’espace (le temps des labours et des semailles, d’une céréaliculture itinérante et plus encore le temps des pacages hivernaux) caractérisée par l’aménagement d’habitats temporaires de type pagliadi, stazzi et pacciali, appellations à connotation essentiellement pastorale. Par ailleurs la question particulière mise en lumière par la carte (voir carte 5) de la correspondance entre « mère » et « fille » ne recouvre pas l’ensemble de la question de l’attraction de la plaine et laisse en dehors le phénomène d’attrait exercé par les villes littorales sur les populations de l’intérieur. Dans un classement typologique, dont ne rend pas compte la globalité du phénomène exprimée ici, on peut individualiser les « renaissances » à proprement parler, celle de Coti par rapport à Frasseto, Quasquara et Tasso ou celles de Partinello, Serriera et Curso nées essentiellement d’un repeuplement par les descendants de ceux qui s’étaient repliés à Evisa ou à Ota. Mais le cas de figure le plus représenté est la naissance progressive de communautés de plaine qui proviennent de la descente de populations essentiellement pastorales qui ont fait valoir leurs droits ancestraux sur la piaghja sans que soit attestée de manière certaine l’existence de villages médiévaux préexistant au temps des troubles des xve et xvie siècles. L’accent est mis ici sur l’antériorité de l’habitat de montagne et sur le phénomène de rejet à la plaine des éléments les plus pauvres de la communauté (le plus souvent les pastori, avec la connotation de mépris que revêtira le terme) ; ceux-ci s’établirent sur les terres de parcours hivernaux que la communauté prétendait « posséder de temps immémorial ». C’est le cas des couplages Bastelica/Basteliccia, Ghisoni/Ghisonaccia, Serra/Sotta (San Martino), Aullène/Monaccia, Levie/Figari, Zerubia/ Pianotoli Caldarello et d’autres encore.

21Atypique est le cas des Zicavais, par l’ampleur et la variété directionnelle de leur migration ; leur champ d’expansion le plus « naturel » les a conduits dans le bas Sartenais où ils sont à l’origine de la naissance de plusieurs communautés nées et individualisées dès le xviiie siècle (Foce, Granace Bilia...) sur des terres qu’ils ont disputées principalement aux Sartenais... C’est donc là la victoire de bergers en voie de sédentarisation sur des agriculteurs qui voulaient leur interdire les terres ouvertes traditionnellement vouées au libre parcours. Une descente moins massive et plus ponctuelle les conduit à s’infiltrer dans la plaine orientale sur le terroir de Conca où ils submergent les « ayants droit » venus de Zonza pour récupérer leurs terres ; ils procèdent de même à Sari et à Lecci où des bergers venus de San Gavino s’individualisent dès 1790 en communauté sur leurs terres « ancestrales ». L’« émancipation » de Niolins à Manso et à Galeria sera plus tardive et eux aussi supplanteront les descendants des villages abandonnés du xve siècle et réfugiés en partie à Calvi ou à Calenzana. La carte ne saurait traduire toutes ces variantes qui relèvent de l’histoire et qui viennent corriger l’apparent déterminisme du processus.

Les patronymes comme témoins de la mobilité géographique

  • 3 D’après les travaux de J. Martinetti.

22Il s’agit d’une méthode complémentaire3 qui peut être rapportée au thème précédent de l’essaimage d’une population à travers le temps à partir de lieux d’origine situés en altitude... Exemple parmi d’autres, différents rameaux des Leccia, dont la souche est zicavaise, se trouvent implantés dans le bas Sartenais et en plaine orientale, à Conca et de manière plus générale dans la région de Porto-Vecchio. La projection patronymique renvoie aussi au fil plus ténu des stratégies matrimoniales qui ont accentué ou simplement exprimé dans l’espace la mobilité structurelle de bergers attirés par la plaine et, on le voit ici, par les villes littorales de proximité (carte 9). En recourant à d’autres patronymes (les Roccaserra par exemple) dans la mesure où il est possible de les reconnaître comme propres à un lieu d’origine (et pour cela il convient de suivre de près registres paroissiaux et état civil en déjouant le piège des homonymies), on a là un indicateur précieux pour rendre compte des rayons de déplacement des populations principalement montagnardes. Un test analogue pourrait être fait à partir de certaines familles de bergers de Sorbollano, de Serra, d’Aullène et de Zerubia pour les voir déborder de leurs communautés d’accueil à la piaghja et s’étendre sur les terroirs et dans les villes de Porto-Vecchio et de Bonifacio et, au-delà... jusque sur les « îles intermédiaires » (île de la Madalena principalement) et en Sardaigne. Suivez le nom ! comme nous invite à le faire Carlo Ginzburg, un des pères fondateurs de la microstoria. La source utilisée dans l’élaboration de la carte présentée ici a tout simplement été l’annuaire téléphonique.

9. Répartition du patronyme Leccia

Bibliographie

Références bibliographiques

Collectif. 1978. Pieve e Paesi, Marseille, cnrs.

Kolodny, E. 1962. La géographie urbaine de la Corse, Paris, Sedes.

Le Lannou, M. 1941. Pâtres et paysans de Sardaigne, Paris, Gallimard.

Notes

1 Ce programme de recherche de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence a fait l’objet d’un soutien de la mission du Patrimoine ethnologique (rapport de recherche Ravis-Giordani et al. 1998), de la direction des Affaires régionales de Corse, de la Collectivité territoriale de Corse et des deux départements de Corse-du-Sud et de Haute-Corse.

2 Une des grandes familles seigneuriales qui s’opposa, dans la seconde moitié du xve siècle et au début du xvie siècle, à l’office (ou la banque) de Saint-Georges, auquel les Génois avaient confié l’administration de l’île.

3 D’après les travaux de J. Martinetti.

Table des illustrations

Légende 1. Villes secondaires2. Ajaccio et BastiaLes aires d’attraction des villes corses (d’après Kolodny 1962).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende 3. Limites administratives, 1770
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2919/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende 4. La structure diocésaine et piévane au xvie siècle (vers 1530)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2919/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Légende 5. De la muntagna à la piaghja.Communes-mères et communes-filles
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2919/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende 6. Le casteddu de Baricci et son environnement médiéval, essai de reconstitution
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2919/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Légende 7. Le peuplement au xvie siècle (vers 1530), répartition des feux par piève
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2919/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Légende 8. Du Moyen Âge aux temps modernes : une piaghja répulsive, un intérieur et des villes refuges
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2919/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Légende 9. Répartition du patronyme Leccia
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2919/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 440k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540