Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Limites floues, frontières vives

 | 
Christian Bromberger
, 
Alain Morel

II. De fromages en costumes : à quoi riment les frontières ?

Cultures architecturales en contact sur les marches de l’Est

Marie-Noële Denis

Texte intégral

1L’architecture rurale traditionnelle constitue, à long terme, le conservatoire des diverses influences culturelles qui ont modelé les contrées situées aux frontières de l’Alsace, de la Lorraine et de l’Allemagne. Elle compose l’un des éléments qui ont matérialisé dans cette région une zone de contact entre deux aires culturelles romane et germanique.

2Mais, soumise aux aléas de l’histoire, aux changements sociaux et politiques, à des circonstances locales particulières, cette frontière de l’habitat aboutit à des limites fort disparates qui se prêtent, beaucoup moins que d’autres indices, tels que la langue ou l’alimentation, au tracé d’une ligne bien définie qui pourrait éventuellement conforter, dans cette région autrefois fort convoitée, des revendications à caractère ethno-nationaliste.

Une frontière de l’architecture rurale traditionnelle

3Le nord-est de la France constitue une zone de contact entre deux habitats bien différenciés où l’on peut opposer le type alsacien et le type lorrain.

Type alsacien et type lorrain

4La maison alsacienne (ill. 1) se compose de bâtiments dissociés disposés autour d’une cour : l’habitation en occupe l’un des côtés ; de l’autre, les étables et les écuries et, au fond, la grange. Les animaux, d’importance secondaire dans ces exploitations de polyculture, sont séparés des hommes par la cour. Une certaine hiérarchie commande néanmoins leur localisation puisque les chevaux logent du côté de la rue et les bovins sur l’arrière.

5Les relations avec l’espace public sont déterminées par l’orientation de la maison, à pignon sur rue. Cette façade ostentatoire rassemble l’essentiel des éléments décoratifs : poteau cornier sculpté, poutrage à motifs, auvents, galerie, fenêtres disposées symétriquement sur deux étages. Celles de la salle commune qui surplombent la rue permettent de surveiller le domaine public. Mais ce pignon sans porte ne donne pas directement sur l’extérieur. Pour entrer dans la maison, il faut d’abord franchir la clôture de la cour, percée de deux ouvertures, une porte charretière et un portillon pour les piétons, toujours hermétiquement closes.

1. Plan d’une ferme alsacienne.
Vue axonométrique. Imbsheim (Bas-Rhin)

6L’espace privé commence dès la cour qu’il faut traverser pour atteindre la porte de l’habitation précédée d’un perron surélevé de quelques marches. Cette porte donne accès à un vestibule qui dessert au fond la cuisine et, de part et d’autre, sur la rue la Stub et son alcôve (salle commune et chambre des maîtres), et sur l’arrière la Kleinstub ou chambre des grands-parents. Au premier étage les pièces sont distribuées entre les garçons, sur la rue, et les filles, sur la cour.

7Considérée comme un bien meuble, transportable à l’occasion, la maison alsacienne est édifiée en pans de bois garnis de torchis, sur un soubassement en pierre. Les encadrements des portes et des fenêtres sont en bois au niveau du colombage. La charpente dite « allemande », à chevrons et fermes raidies par un faux-entrait, est assemblée sans panne faîtière et recouverte par un lattis. Cette technique savante autorise une toiture à deux versants et forte pente (45 à 60°) adoucie par un coyau qui, en l’absence de gouttière, rejette l’eau de pluie loin des murs. Souvent aussi, un abattant et des auvents protègent le pignon. La stabilité de l’ensemble permet de couvrir le toit de lourdes tuiles plates, arrondies à leur extrémité, appelées « queues de castor », et posées à simple recouvrement.

8La maison lorraine lui est en tous points radicalement opposée. Il s’agit d’une maison-bloc mitoyenne. L’habitation et les bâtiments d’exploitation sont disposés sous un même toit, généralement en trois travées où se succèdent la maison, la grange et l’étable. Les différentes parties du bâtiment communiquent entre elles. De ce fait hommes et animaux se trouvent dans une relative promiscuité séparés généralement, mais pas toujours, par l’aire de la grange.

9Cette maison d’un seul bloc, conçue dans le cadre d’une intense vie communautaire, est largement ouverte sur l’espace public. Elle oriente sa façade au mur gouttereau sur la rue, dont elle n’est séparée que par un vaste terre-plein non clôturé appelé « usoir ». Celui-ci, propriété communale ou privée, sert de dégagement aux travaux et bâtiments agricoles. On y entrepose, de manière ostentatoire, le fumier des étables et la réserve de bois pour l’hiver. Les décors sculptés sur l’encadrement de pierre taillée de la porte d’entrée, le bel arc en plein cintre de la porte de grange permettent aussi d’apprécier la position sociale du propriétaire.

10L’entrée de la maison donne sur un couloir qui dessert, en façade, la « belle chambre » et, sur l’arrière, une deuxième pièce plus petite. Entre les deux, la cuisine obscure n’est éclairée que par les vantaux vitrés des portes des chambres ou par une « flamande », ouverture verticale qui se termine au niveau du toit par une mitre vitrée et saillante. Le premier étage sert le plus souvent de fenil, aéré par une rangée de lucarnes en façades.

11La ferme lorraine est entièrement édifiée en pierre : moellons crépis pour les murs, chaînages d’angles apparents en pierre taillée de même que les encadrements des portes et des fenêtres à linteaux droits ou cintrés. La toiture à deux versants et faible pente (inférieure à 35°) recouvre une charpente à panne faîtière, sans fermes, mais soutenue par des poteaux reposant sur les murs de refend et contreventée par des croix de Saint-André. La couverture est composée de tuiles canal emboîtées dont l’origine semble remonter aux Romains.

Le sous-type vosgien

12Le contact entre ces deux habitats contraires se fait par la maison vosgienne (ill. 2), sous-type de la maison lorraine qui, proche de son modèle, s’en distingue néanmoins quelque peu.

13Variante montagnarde et pastorale de cette dernière, c’est aussi une maison-bloc, construite en pierre, qui abrite à la fois l’habitation, la grange, l’étable, et dont la façade au mur gouttereau, orientée vers la rue, donne sur un espace non clos.

14Néanmoins les différences sont importantes. Dans les Vosges, la mitoyenneté entre maisons voisines n’est pas obligatoire. Un système communautaire moins contraignant a favorisé l’établissement d’un grand nombre de fermes isolées sur leurs terres que l’on appelle « granges » quand il s’agit d’anciennes métairies abbatiales construites dans des zones de défrichement. La pente des toits est plus importante qu’en Lorraine et la charpente, conçue sans poteaux, permet de stocker pour l’hiver le fourrage d’un important troupeau. La couverture, autrefois de chaume, a partout été remplacée par des tuiles mécaniques.

2. Plan d’une ferme vosgienne.
Vue axonométrique. Orbey (Haut-Rhin)

15Contrairement à son modèle lorrain, la maison vosgienne est conçue selon un plan en largeur. En conséquence la cuisine donne sur la rue, à côté de la salle commune, et bénéficie d’un éclairage direct. Dans les maisons les plus petites elle sert aussi d’entrée. Au premier étage des chambres nombreuses et indifférenciées abritent la parentèle. Enfin l’étable est toujours séparée de l’habitation par la grange et les pièces de service (atelier, fromagerie).

16Dans ces fermes pastorales de montagne, les bovins sont abrités à la mauvaise saison dans de vastes étables au plafond bas et au plancher de bois utilisé sans litière. Comme en Lorraine, les différentes parties de la maison, y compris les bâtiments d’exploitation, communiquent entre elles par des portes intérieures. Ce circuit abrité est surtout utilisé en hiver. En été on passe par le terre-plein situé en façade où se trouvent le fumier, le tas de bois, mais aussi l’abreuvoir.

Dualité et syncrétisme

17Mais plus qu’une zone frontière nettement définie, ces dissemblances permettent de repérer une zone de transition qui se traduit par des compositions diverses.

Dualité

18Quand les deux types, alsacien et vosgien, cohabitent en un même lieu, on peut parler de dualité. C’est le cas dans les Vosges du Nord. Zone frontière s’il en fut, la vallée de la Sauer, et plus particulièrement la commune d’Obersteinbach, apparaît alors comme un lieu de rencontre privilégié où cohabitent des maisons de type alsacien et vosgien (ill. 3 et 4).

19A partir de ce constat général, il reste possible d’établir plusieurs classifications qui éclairent la diversité des influences culturelles. Certaines maisons, de type vosgien, sont construites exclusivement en pierre, avec des murs montés en moellons de grès, grossièrement taillés, recouverts d’un crépi. Les chaînages d’angle, les encadrements des soupiraux, des portes et des fenêtres, le perron surélevé de quelques marches, sont en pierre taillée rectangulaire, sans fioriture. Parfois l’entrée de la grange est encadrée de bois.

20Un deuxième ensemble relève de techniques spécifiquement alsaciennes et utilise exclusivement le pan de bois. La maison repose sur un soubassement de pierre plus ou moins développé. Puis l’ensemble de la construction est monté en poteaux (poteaux corniers, poteaux verticaux et en écharpe) et poutres de bois (poutres sablières et faîtières), garnis de torchis posé sur un treillis.

3. Type d’habitat mixte à Obersteinbach (Bas-Rhin).
Maison alsacienne en pan de bois, soubassement en pierre, pignon sur rue et cour, auvents ; sous les fenêtres bois en croix de Saint-André et en chaise curule.

21C’est le cas de belles maisons traditionnelles datées du début du xviiie siècle. Des auvents protègent le torchis des façades sur pignon. De nombreux poteaux en écharpe assurent la stabilité de l’ensemble. Certains, incurvés, à becs-de-coq trahissent les influences culturelles, de même que les allèges de fenêtres en losange avec croix de Saint-André ou en chaise curule qui ajoutent une note opulente à l’ensemble (ill. 3). D’autres maisons en pan de bois, à un seul niveau d’habitation, sont par contre plus modestes, mais relèvent des mêmes techniques.

22L’orientation des maisons par rapport aux espaces publics et privés ajoute un terme à cette dualité architecturale. On peut distinguer les constructions à façade sur rue, apparentées à la maison vosgienne. Il s’agit, au plus simple, d’une maison au mur gouttereau parallèle à la rue, percée de trois portes pour l’entrée de la maison, de la grange et de l’étable, et de nombreuses fenêtres symétriques. Sur le devant un espace semi-privé, non clôturé, permet d’entreposer le fumier, le bois pour l’hiver et les engins agricoles les plus encombrants. Appartiennent aussi à cette catégorie des maisonnettes élémentaires, à deux pièces, sans étage, édifiées au ras de la route (ill. 4). Une ou deux fenêtres symétriques encadrent la porte d’entrée située au centre de la façade et précédée d’une ou deux marches. L’absence d’« usoir » et de bâtiments d’exploitation laisse supposer qu’elles n’abritaient pas d’activité agricole.

4. Type d’habitat mixte à Obersteinbach (Bas-Rhin).
Maison en pierre de type vosgien. Maison-bloc à terre avec grange et étable dans le prolongement de l’habitation ; façade au mur gouttereau sur la rue et usoir.

23L’autre type est représenté par des maisons à pignon sur rue, apparentées à la maison alsacienne. La porte d’entrée, au mur gouttereau, donne alors sur une cour ouverte mais privée, quelque peu à l’abri des regards. Les bâtiments d’exploitation sont disposés autour de la cour.

24Cette opposition majeure en un même lieu, quant à l’orientation des habitations, fut autrefois résolue du point de vue de l’harmonisation sociale par l’absence de clôture. A façade ou à pignon sur rue, précédée d’un « usoir » ou d’une cour, chaque maison était directement accessible, sans obstacle matériel. Cette zone de transition, publique ou privée, permettait une pratique uniforme des relations de voisinage dans le cadre de la communauté.

25Mais la répartition des bâtiments entre eux renforce les différences. On peut distinguer deux grandes catégories, correspondant aux deux modes culturels envisagés : tout d’abord les maisons-blocs où les bâtiments d’exploitation se trouvent dans le prolongement de l’habitation. Il s’agit du modèle vosgien. Les constructions sont jointives mais ne reposent pas forcément sous un même toit. L’étable est séparée de l’habitation par la grange et il est possible de circuler de l’une à l’autre à l’intérieur du bâtiment, dans une proximité relative. Quelques constructions de ce type peuvent être qualifiées de « blocs en hauteur » car la cave en occupe tout le rez-de-chaussée, avec une porte indépendante qui donne sur la cour.

26L’autre type, plus proche du modèle alsacien, dissocie les deux fonctions dans des bâtiments différents, construits à angle droit et de l’autre côté de la cour. Bêtes et gens vivent alors séparés.

Syncrétisme

27En d’autres circonstances le contact culturel induit des phénomènes de syncrétisme. Les éléments de construction, alsaciens et vosgiens, se confondent alors dans une même maison (ill. 5). C’est le cas en Alsace Bossue, partie du plateau lorrain située entre les Vosges gréseuses et la Sarre. Au premier abord, la maison, qu’il s’agisse de son orientation, de son plan d’ensemble ou des matériaux et techniques qui la composent, présente des affinités évidentes avec la maison vosgienne.

28Il s’agit d’une maison-bloc à terre, peu élevée, où tous les bâtiments se trouvent groupés sous un même toit. La construction est divisée en trois travées transversales qui abritent successivement l’habitation et les locaux d’exploitation, grange et étable, surmontés d’un fenil. Les constructions se présentent selon une continuité linéaire, le long de la rue, mitoyennes au moins sur un côté, et l’alignement des façades au mur gouttereau est précédé d’un usoir, accès obligatoire aux portes de la maison, de l’étable et de la grange. Il s’agit là d’un plan typiquement vosgien.

29De même, matériaux et techniques de construction appartiennent aux Vosges et à la Lorraine. Les maisons sont construites en moellons recouverts d’un crépi avec chaînages d’angles et encadrement d’ouvertures en pierre taillée. Les façades plates, géométriquement austères, contrastent sur la rue avec la somptuosité décorative d’une porte d’entrée ostentatoire, souvent à deux battants inégaux, et volontairement surchargée de décors sculptés.

30Mais cet ensemble typiquement lorrain comporte un certain nombre de détails particuliers, apparentés aux modes de construction alsaciens : la pente du toit, tout d’abord, est accentuée (45°) et se termine par un coyau. Les maisons sont couvertes, comme en Alsace, de tuiles plates dites « queues de castor » (Biberschwänz).

31Par ailleurs, bien qu’elles soient construites en moellons, l’usage du pan de bois n’en est pas totalement exclu. Il s’agit en général des parties peu visibles de la construction : haut du pignon, murs de refend, mais qui peuvent déborder aussi sur les bâtiments d’exploitation et le premier étage de l’habitation.

32De même l’organisation de cette maison n’est pas entièrement dominée par le modèle lorrain. Son orientation par rapport à la rue et à l’ensemble des autres constructions implique des relations de voisinage semblables à celles qui prévalent en Lorraine. Ainsi la mitoyenneté impose des usages coutumiers, une relative indulgence à l’égard du bruit ou de la curiosité des voisins. Néanmoins, quelques éléments révèlent une volonté d’isolement, plus proche du mode de vie alsacien. La mitoyenneté est moins systématique qu’en Lorraine et n’est bien souvent réalisée que sur l’un des côtés. La façade donne sur la rue par l’intermédiaire d’un usoir mais une certaine tolérance permet de privatiser cet espace communal et de séparer la zone de circulation publique de celle qui est plus ou moins réservée à un usage privé.

5. Type d’habitat syncrétique à Altwiller (Bas-Rhin).
Vue axonométrique. Maison de type vosgien mais le premier étage est en pan de bois et le reste en pierre ; motifs décoratifs sans fonction (croix de Saint-André, chaise curule).

33Dans cet ensemble le Schopf (hangar) reste l’élément de construction le plus significatif car il a pour fonction, faute de bâtiments dissociés autour d’une cour, d’abriter et d’isoler des regards les activités que l’on pratique dans le cadre de la maison. Il s’agit d’un vaste appentis de bois, construit en avant des locaux agricoles, dans le prolongement de la toiture soutenue par des poteaux, et fermé au tiers de sa partie supérieure par des cloisons en bois. Dans la pénombre du Schopf, sur lequel s’ouvrent les portes de la grange et de l’étable, se cache l’essentiel des activités agricoles sédentaires. Le Schopf abrite aussi l’abreuvoir, les chariots, le matériel agricole, les outils et la réserve de bois sur un plancher monté à mi-hauteur. Seul le fumier malodorant reste à l’extérieur.

34Il en est de même pour l’organisation interne de l’habitation où un plan carré de type alsacien, avec Stub en façade et cuisine sur l’arrière, tente, avec plus ou moins de bonheur, de se loger dans un espace trop étroit, de type lorrain. L’entrée est remplacée par un couloir et une échelle de meunier conduit à partir de la cuisine dans les chambres du premier étage.

Créations originales

35Zone de transition, de dualité et de syncrétisme, la frontière culturelle de l’architecture traditionnelle est aussi un lieu privilégié qui autorise les inventions originales.

La maison d’Albé

36Ainsi en est-il à Albé (Bas-Rhin), petite commune vosgienne, où une galerie en surplomb orne la plupart des maisons (ill. 6). Ces galeries, appelées « balcons » en dialecte local, décorent l’élément supérieur des pignons sur rue, à partir de la poutre sablière du plancher du premier étage. Elles prennent appui sur une ferme débordante qu’elles occupent entièrement. Protégées par la saillie des versants du toit à grand abattant, elles comportent un garde-corps en bois à balustres, croix de Saint-André et losanges. Celles du xviiie siècle sont en outre datées et marquées au nom de leur propriétaire sur les arcades doubles ou triples qui les couronnent et cette mode s’est prolongée jusqu’à la fin du xixe siècle.

6. Galerie de bois sur une maison en pierre de type vosgien. Albé (Bas-Rhin).
Sur le pignon se trouve la porte voûtée de la cave.

37Il s’agit dans ce cas d’une prouesse technique locale, purement décorative et ostentatoire, plaquée sur une architecture en pan de bois ou en pierre, d’abord à dominante viticole avec porte de cave en arc au rez-de-chaussée, puis vosgienne sous forme de maisons-blocs à terre avec grange et étable, mais pignon sur rue.

Les maisons du Ban de la Roche

38Tout aussi originales apparaissent les maisons du Ban de la Roche (Bas-Rhin). Ce canton, situé sur les replats glaciaires de la haute vallée de la Bruche, se caractérise par des terres pauvres et un climat rude. Il s’agit d’une enclave protestante luthérienne de langue romane dans un ensemble catholique et dialectophone. Cinq villages et trois hameaux de la partie sud du Ban de la Roche dépendent de la paroisse de Waldersbach (Bas-Rhin) où le pasteur pédagogue et philanthrope Jean-Frédéric Oberlin exerça son ministère de 1767 à 1826. Attentif au progrès, il influença la construction et provoqua la mise en œuvre d’un modèle original qui diffusa alentour. Il encouragea, par des bourses, l’apprentissage d’artisans hors du comté – maçons, serruriers, menuisiers –, et fit construire le nouveau presbytère par une équipe d’ouvriers tyroliens.

  • 1 En 1778, il accorda un prix de 12 livres en argent à qui donnerait la même élévation à la chambre (...)

39Soucieux d’hygiène et de confort, il s’appliqua à dégager les maisons des pentes, à construire des caves, à élever la hauteur des plafonds dans les pièces d’habitation1. Il fit rechercher une pierre de meilleure qualité que le granit local et exploita les carrières de trois communes voisines. Il installa enfin au presbytère un système de chauffage de type alsacien avec poêle en fonte à tambour dans la salle commune, alimenté par le foyer de la cuisine. Celui-ci devait remplacer avantageusement, dans cette région de montagne, la cheminée lorraine à feu ouvert.

  • 2 On peut ainsi constater qu’elles ont en majorité été construites pendant le ministère du pasteur.

40Dans l’ensemble vosgien, la maison du Ban de la Roche présente des particularités bien spécifiques. Il s’agit évidemment d’une construction monobloc en pierre, avec ou sans étage, à façade au mur gouttereau donnant sur un usoir. Mais elle n’est pas parallèle à la rue et accolée à la pente. Perpendiculaire à celle-ci, en contrebas du chemin, une grande porte en planches jointives protégée par un large auvent et située sur le pignon permet d’engranger directement le foin dans le fenil. Un tel dispositif est courant en Forêt-Noire mais inconnu dans les Vosges. De plus les maisons sont vastes et cossues dans cette région pauvre, avec des encadrements de fenêtres en pierre taillée, des linteaux de portes décorés, marqués de la date de construction2 et des initiales des propriétaires.

41Le Ban de la Roche se caractérise aussi par l’abondance des maisons doubles (ill. 7). Il s’agit de deux fermes vosgiennes accolées dos à dos qui utilisent (ou non) en commun les bâtiments d’exploitation. Appartenant à l’origine à deux familles apparentées, elles ont été édifiées de cette manière pour réaliser des économies de construction et de chauffage. Séparées par un mur de refend, elles comportent en général une seule cheminée, mais deux systèmes de feux, deux caves, deux cuisines et deux salles communes symétriques. Parfois l’une d’entre elles possède aussi un atelier de tisserand. A l’étage se trouvent de même dans chaque maison deux chambres et un fenil.

7. Plan de deux maisons jumelées à Neuwiller-la-Roche (Bas-Rhin).
Les deux maisons parfaitement symétriques dos à dos comportent chacune, au second niveau, une entrée-cuisine, une salle commune, une grange, une étable. Celle qui est encore habitée a aussi un atelier de tissage sur l’arrière.

Quelques termes d’explication

42Les termes d’explication de cette diversité d’imitation et d’invention sur la frontière culturelle sont complexes. Nous en retiendrons au moins deux :

  • les bouleversements de l’histoire qui ont apporté dans cette région leur lot de destructions, de changements de frontières politiques, de déplacements de populations et d’artisans particulièrement favorables aux initiatives originales, aux diffusions culturelles proches ou lointaines, aux juxtapositions, mais aussi aux éclipses ou à la standardisation des spécimens ;
  • les différenciations sociales qui sous-tendent toute communauté rurale. En un même lieu des types d’habitat distincts peuvent correspondre à des conditions de vie elles-mêmes différentes. De plus, dans le nord-est de la France l’industrialisation est ancienne3. Les manufacturiers embauchèrent à leur service une main-d’œuvre d’ouvriers-paysans, intimement liés à la vie rurale, qui édifièrent, à partir des modèles locaux, un habitat spécifique.

Le rôle de l’histoire

43Cette partie du territoire fut une zone de frontière politique dès la constitution en états du duché de Lorraine, du royaume de France et de l’Empire germanique. Cette position stratégique provoqua des conflits dévastateurs.

Les guerres et les reconstructions

44La guerre de Trente Ans, par exemple (1618-1648), entraîna des destructions sans nombre illustrées par les gravures de Jacques Callot. Les archives en témoignent : ainsi, à la fin du conflit, les six paroisses de la seigneurie de Niederbronn (Bas-Rhin) étaient en ruine et sans habitant. Sur deux cent cinquante-six agglomérations disparues entre le xiie et le xviiie siècle, douze villages ont été complètement détruits et vingt-trois probablement pendant cette période.

45On évalue à 50 % les pertes en hommes du fait de la guerre, des épidémies et des disettes. A Lohr (Bas-Rhin) en 1648, au moment des traités de paix, 10 % seulement de la population était originaire de la localité, 20 % venait de Suisse et 70 % du Palatinat et du Bade-Wurtemberg. Cette immigration massive a entraîné « la disparition de tous les anciens usages locaux et l’extinction de la mémoire collective... » (Himly 1948). De fait, des villages entiers ont été reconstruits uniformément en pan de bois selon des modèles venus de Suisse, du Tyrol et d’Allemagne. Dans l’Est mosellan, les fermes réédifiées en colombage disparaîtront peu à peu avant la fin du xviiie siècle. Dans le Sundgau, au sud de l’Alsace, les maisons de pierre datent du xvie siècle et du premier tiers du xviie siècle. Il s’agit de grandes bâtisses à deux niveaux d’habitation, pignon sur rue, toit à forte pente et bâtiments dissociés, édifiés par les tailleurs de pierre du Jura. Au xviiie siècle s’y ajouteront des fermes monoblocs, plus modestes, en pan de bois.

46Après la Première Guerre mondiale, dans la vallée de Munster (Haut-Rhin), la reconstruction va systématiser le type de construction qui paraît économiquement le mieux adapté, c’est-à-dire une maison alsacienne en pierre, à cour fermée, pignon sur rue et toit à forte pente. Elle se substituera aux modèles plus anciens de maisons-blocs en pierre, au mur gouttereau parallèle ou perpendiculaire à la rue, de type vosgien.

47Après la Seconde Guerre mondiale les marcairies vosgiennes seront entièrement reconstruites selon des impératifs liés aux nouvelles techniques d’élevage : laiterie spécialisée hors de l’habitation et grande étable indépendante pour éviter le pâturage permanent. Ailleurs se développera, dans les zones de reconstruction, un pavillonnaire de banlieue banal, adapté à ces contrées marginales où l’identité régionale n’est pas fortement affirmée.

Les frontières politiques

48Les frontières politiques ont aussi joué leur rôle dans la complexité des formes et des contacts. Parallèles aux frontières de l’habitat dans la plus grande partie du territoire, elles leur sont opposées aux deux extrémités nord et sud. Ainsi la maison lorraine dans son essence et ses origines est-elle indépendante des limites territoriales (cartes 1 et 2). Ses confins se situent nettement en retrait des frontières belge et luxembourgeoise, et elle prend en écharpe le territoire sarrois suivant une ligne ouest-est.

  • 4 Une taxe élevée empêchait leur passage.

49Mais toute frontière politique entraîne la mise en place de barrières douanières qui facilitent le contrôle des hommes et des marchandises. Des taxes, des impôts spécifiques, des contraintes légales peuvent influer sur les formes d’habitat. Les ardoises qui couvrent les maisons en territoire belge, venues du massif schisteux rhénan, n’ont pas pénétré en Lorraine4. Dans ce cas, la fermeture des frontières a déterminé, par voie de conséquence, le plan des maisons : les unes, couvertes en tuiles canal lourdes et bien jointives, peuvent supporter un toit à faible pente qui entraîne une composition en profondeur ; les autres, couvertes en ardoises légères mais peu étanches, nécessitent un toit à forte pente mais peuvent se développer en hauteur. De même, à partir de 1798, l’impôt sur les portes et fenêtres va réduire le nombre et la taille des ouvertures en territoire français.

1 et 2. Cartes des frontières de l’habitat en Belgique et Luxembourg (X. de Planhol)

1 et 2. Cartes des frontières de l’habitat en Belgique et Luxembourg (X. de Planhol)

1. Frontière belge. Matériaux de couverture des toits. 1. Ardoises. 2. Tuiles plates mécaniques. 3. Tuiles rondes.

2. Frontière luxembourgeoise. 1. Influences lorraines prédominantes. 2. Type mixte. 3. Type luxembourgeois avec traces d’éléments lorrains. 4. Type luxembourgeois.

8. Ferme reconstruite à Lichtenberg (Bas-Rhin).
Construction en pierre, soubassement de pierre taillée. Architecture savante composite des deux types : tout sous le même toit, deux pignons, toit à forte pente. Au fond, on distingue une autre maison construite sur le même modèle.

50Mais cette frontière politique constamment modifiée entraîne des chevauchements et des types d’habitat « exogènes » subsistent dans des zones autrefois françaises. On peut ainsi repérer en Belgique quelques villages en apophyse où des maisons au toit à faible pente, couvert en tuiles rondes, se trouvent dans un environnement de toits à pente forte, couverts en ardoise, cette région ayant appartenu à la France de 1713 à 1820. Au Luxembourg, les possessions du Margrave de Bade furent rattachées à la France au xviie siècle et l’habitat de type lorrain s’y est diffusé jusqu’au xixe siècle dans une zone qui échappait jusque-là à son influence. En Sarre, l’habitat de type lorrain s’étend jusque dans les possessions françaises perdues en 1815. Les maisons y sont de type belge au xviie siècle, lorrain au xviiie siècle et de nouveau belge au xixe siècle dans les villages neufs ou les extensions.

51A l’intérieur du duché de Lorraine, puis du royaume de France, ont joué au xviiie siècle des mécanismes de diffusion qui ont conduit à généraliser le type lorrain. Puis des forces de résistance ont contribué à le maintenir après le recul des frontières. Globalement la France a perdu des territoires depuis les traités de 1815 mais l’habitat lorrain s’est répandu au nord jusqu’aux anciennes frontières, dans une zone appelée significativement la « Petite France ». Les maisons y sont jointives, construites en profondeur le long de villages-rues. Quand l’habitat est mixte, les maisons les plus récentes sont de type belge.

9. Ferme élémentaire à Obersteinbach (Bas-Rhin).
Plan de type lorrain ; pas de bâtiment d’exploitation (une petite étable à cochons). Construction en pan de bois de type alsacien car économique.

52Plus à l’est, l’annexion de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine à l’empire allemand de 1870 à 1918, et de nouveau au IIIe Reich de 1940 à 1945, a multiplié les fermes modèles et les directives très strictes de construction et de restauration des bâtiments ruraux. Cette politique autoritaire a entraîné une sélection relative de l’habitat en faveur d’un type de ferme-cour en pierre ou en brique, à toit à forte pente, qualifié de « germanique » (ill. 8).

Les différenciations sociales

53Avec plus d’évidence encore, les différences sociales peuvent expliquer l’hétérogénéité des choix typologiques aux frontières.

Ferme élémentaire et ferme complexe

54Les exigences en termes d’espace et de multiplicité des fonctions ne sont pas les mêmes pour une petite exploitation de journalier et pour une maison de laboureur. Dans le premier cas, et sans considération d’ordre culturel, la maison-bloc de type lorrain ou vosgien de taille réduite s’impose. En l’absence de troupeau, une petite étable contiguë à l’habitation suffit à loger les quelques bêtes nourricières.

55La maison de type alsacien convient mieux aux grandes exploitations avec habitation sur rue, vaste grange (comprenant une aire de battage, un pailler, une charretterie), écurie, étable, porcherie, poulailler, et bien d’autres espaces disponibles pour abriter le matériel agricole sous les auvents et dans la cour.

Maisons de pierre et maisons de bois

56La coexistence en un même lieu de ces deux matériaux de construction traduit une hiérarchie sociale qui n’a pas toujours joué dans le même sens. Au xixe siècle, et jusqu’à nos jours, les maisons à colombages furent socialement valorisées et considérées comme fondées par les familles les plus fortunées. Elles ont de ce fait bénéficié d’une meilleure conservation. Au xviiie siècle, en revanche, les maisons les plus riches étaient construites en pierre, à l’imitation de l’architecture savante, et les plus modestes en pan de bois. C’est le cas à Obersteinbach (Bas-Rhin) et à Lutter (Haut-Rhin) où l’on trouve à cette époque de grandes maisons à bâtiments dissociés construites en pierre et de petites maisons monoblocs, en pan de bois (ill. 9).

Maisons d’ouvriers-paysans

57Certaines régions d’Alsace, des Vosges et de Lorraine se sont industrialisées très tôt, dès le milieu du xviiie siècle, d’où l’existence d’une population d’ouvriers-paysans, bûcherons, charbonniers, mineurs, voituriers, verriers, forgerons, aux activités agricoles réduites. A partir des modèles vernaculaires ils ont édifié des maisons spécifiques, comprenant en général une cave et une écurie-étable au rez-de-chaussée, une habitation à l’étage accessible par un escalier extérieur. Ces maisons-blocs en hauteur constituent une variante du type lorrain due à des conditions socioéconomiques particulières, et que l’on trouve aussi bien chez les mineurs du Val de Villé (Bas-Rhin), que chez les verriers de Moselle ou les bûcherons et voituriers résidant dans les villages autour des fonderies de Dietrich à Niederbronn (Bas-Rhin).

58Au total, les frontières culturelles dessinées par l’architecture rurale traditionnelle dans le nord-est de la France révèlent des zones de contact diffuses, résultats d’influences multiples dues en partie à la diversité sociale, mais surtout aux aléas de l’histoire qui ont multiplié sur ce territoire guerres, destructions, reconstructions, mouvements de frontières et de populations.

59Il en résulte des formes d’habitat complexes qui, à partir de deux modèles opposés, alsacien et lorrain (et vosgien), en les combinant en termes de dualité, de syncrétisme ou de créations originales, aboutissent à une profusion d’inventions architecturales qui font la spécificité de ces régions de frontière.

60Mais leur repérage scientifique implique la mise en œuvre de méthodes de comparaison organisées autour d’une construction binaire d’oppositions pertinentes. Le choix en est relativement simple quand l’objet considéré est élémentaire. Il devient plus problématique, dans des cas plus complexes tels que celui de la maison rurale « traditionnelle ».

Bibliographie

Références bibliographiques

Blache, J. 1938. « La délimitation de l’habitat rural de type lorrain », compte rendu du congrès lorrain des sociétés savantes de l’est de la France, tome I.

Bouvier, J.-CI. 1982-1983. « Des liens à établir entre les atlas linguistiques et les (futurs) atlas ethnologiques », in L’ethnocartographie en Europe (Technologies, idéologies, pratiques, vol. IV, n° 1 à 4), p. 353-356.

Bromberger, Chr. 1987. « Du grand au petit », in I. Chiva & U. Jeggle (dir.), Ethnologie en miroir. La France et les pays de langue allemande, Paris, ministère de la Culture/Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 67-94.

Centlivres, P. 1996. « A propos des frontières intérieures de la Suisse », in D. Fabre (dir.), L’Europe entre cultures et nations. Actes du colloque de Tours, décembre 1993, Paris, ministère de la Culture/Éd. de la Maison des sciences de l’homme, p. 175-189.

Demangeon, A. & L. Febvre. 1935. Le Rhin. Problèmes d’histoire et d’économie, Paris, Armand Colin.

Denis, M.-N. 1982. « La maison d’Alsace Bossue, un habitat de transition entre Lorraine et Alsace, in G. Cabourdin (dir.), Villages et maisons de Lorraine, Nancy, Presses universitaires de Nancy/Éd. Serpenoise, p. 193-202.

Denis, M.-N. & M.-C. Groshens. 1978. Architecture rurale française – Volume Alsace, Paris, Berger-Levrault.

Dion, R. 1947. Les frontières de la France, Paris, Hachette.

Fabre, D. 1992. « Le manuel de folklore française », in P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. III : « Les Frances », vol. 2 : « Traditions », Paris, Gallimard, p. 641-675.

Frey, H.J. 1914. « Der ländische Fachwerksbau », in Lothringen. Ein Beitrag zur Geschichte der Germanischen Holzbaukunst unter romanischem Einfluss, Berlin, p. 2.

Gardner, A. & M. Grodwohl. 1979. La maison paysanne du Sundgau, Colmar, Alsatia.

Gérard, Cl. 1981. Architecture rurale française – Volume Lorraine, Paris, Berger-Levrault.

Guillaume, J. 1982. « L’architecture en pan de bois en Lorraine », in Villages et maisons de Lorraine, Nancy, Presses universitaires de Nancy/Éd. Serpenoise.

Habicht, W. 1980. Dorf und Bauernhaus im deutschsprachigen Lothringen und im Saarland, Sarrebruck, Selbstverlag des geographischen Instituts der Universität des Saarlandes.

Heidet, B. 1985. « La maison rurale du Territoire-de-Belfort », Anjoutry, Associations Maisons d’hier, maisons de demain, Maisons paysannes du Territoire et Maisons paysannes d’Alsace.

Hiegel, H. & C. 1966. « La maison rurale dans le bailliage d’Allemagne. Types de construction et modes de couverture », in Art populaire de Lorraine, p. 81-89.

Himly, J.-F 1948. « Les conséquences de la guerre de Trente Ans dans les campagnes alsaciennes », in Deux siècles d’Alsace française, Strasbourg, F.-X. Le Roux, p. 15-60.

Martin, L. 1934. « Kulturgeographische Untersuchungen », in Deutschland und im Saargebiet, Stuttgart, p. 61.

Planhol, X. de, 1968. « Les limites septentrionales de l’habitat rural de type lorrain », Geographische Zeitschrift, 18, p. 145-153.

Popelard, B. 1968. « Les limites alsaciennes de l’habitat rural de type lorrain », mémoire de maîtrise, Institut de géographie, faculté des Lettres de Nancy.

Raffestin, Cl. 1992. « Autour de la fonction sociale de la frontière », Espaces et Sociétés, n° 70-71, p. 157-164.

Riff, A. 1969. « Les maisons paysannes anciennes du Ban de la Roche », Art populaire de la France de l’Est, Strasbourg-Paris, Istra, p. 55-60.

Royer, Cl. 1979. Architecture rurale française – Volume Franche-Comté, Paris, Berger-Levrault.

Steinbach, J. 1931. « Das Bauernhaus der westdeutsche Grenzländer », in Rheinische Vierteljahresblätter, Januar, p. 26-47.

Trochet, J.-R. 1993. « Frontières culturelles et architecture rurale en France », Géographie et Cultures, 3, p. 25-44.

Vidal de La Blache, P. 1917. La France de l’Est (Lorraine-Alsace), Paris, Armand Colin.

— 1918. « La frontière de la Sarre d’après les traités de 1814 et de 1815 », in L’Alsace-Lorraine et la frontière du Nord-Est (Travaux du Comité d’études), Paris, Imprimerie nationale, p. 77-141.

Wolfram, G. 1915. « Nationalitätsgrenze und Bauart in Lothringen ». in Mitteilungen des Rheinischen Vereins für Denkmalpflege und Heimatschutz, Düsseldorf, Druck von Schwann, p. 159-164.

Notes

1 En 1778, il accorda un prix de 12 livres en argent à qui donnerait la même élévation à la chambre du premier étage qu’à la salle commune.

2 On peut ainsi constater qu’elles ont en majorité été construites pendant le ministère du pasteur.

3 Dès le xviiie siècle les forges de Dietrich, les verreries et cristalleries de Saint-Louis furent prospères dans cette région des Vosges, sans parler des exploitations minières qui remontent partout au xve siècle.

4 Une taxe élevée empêchait leur passage.

Table des illustrations

Légende 1. Plan d’une ferme alsacienne.Vue axonométrique. Imbsheim (Bas-Rhin)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2916/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 2. Plan d’une ferme vosgienne.Vue axonométrique. Orbey (Haut-Rhin)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2916/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende 3. Type d’habitat mixte à Obersteinbach (Bas-Rhin).Maison alsacienne en pan de bois, soubassement en pierre, pignon sur rue et cour, auvents ; sous les fenêtres bois en croix de Saint-André et en chaise curule.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2916/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 829k
Légende 4. Type d’habitat mixte à Obersteinbach (Bas-Rhin).Maison en pierre de type vosgien. Maison-bloc à terre avec grange et étable dans le prolongement de l’habitation ; façade au mur gouttereau sur la rue et usoir.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2916/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 714k
Légende 5. Type d’habitat syncrétique à Altwiller (Bas-Rhin).Vue axonométrique. Maison de type vosgien mais le premier étage est en pan de bois et le reste en pierre ; motifs décoratifs sans fonction (croix de Saint-André, chaise curule).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2916/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende 6. Galerie de bois sur une maison en pierre de type vosgien. Albé (Bas-Rhin).Sur le pignon se trouve la porte voûtée de la cave.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2916/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 711k
Légende 7. Plan de deux maisons jumelées à Neuwiller-la-Roche (Bas-Rhin).Les deux maisons parfaitement symétriques dos à dos comportent chacune, au second niveau, une entrée-cuisine, une salle commune, une grange, une étable. Celle qui est encore habitée a aussi un atelier de tissage sur l’arrière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2916/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre 1 et 2. Cartes des frontières de l’habitat en Belgique et Luxembourg (X. de Planhol)
Légende 1. Frontière belge. Matériaux de couverture des toits. 1. Ardoises. 2. Tuiles plates mécaniques. 3. Tuiles rondes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2916/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Légende 2. Frontière luxembourgeoise. 1. Influences lorraines prédominantes. 2. Type mixte. 3. Type luxembourgeois avec traces d’éléments lorrains. 4. Type luxembourgeois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2916/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende 8. Ferme reconstruite à Lichtenberg (Bas-Rhin).Construction en pierre, soubassement de pierre taillée. Architecture savante composite des deux types : tout sous le même toit, deux pignons, toit à forte pente. Au fond, on distingue une autre maison construite sur le même modèle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2916/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende 9. Ferme élémentaire à Obersteinbach (Bas-Rhin).Plan de type lorrain ; pas de bâtiment d’exploitation (une petite étable à cochons). Construction en pan de bois de type alsacien car économique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2916/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 649k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable