Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Limites floues, frontières vives

 | 
Christian Bromberger
, 
Alain Morel

II. De fromages en costumes : à quoi riment les frontières ?

L’aire du vêtement arlésien ou comment le volontarisme refaçonne l’espace culturel*

Danièle Dossetto

Texte intégral

  • * L’étude reprise dans ces pages (Dossetto 1995), soutenue par la mission du Patrimoine ethnologique (...)

La géographie des dialectes est-elle [...] impossible ? Elle l’est en effet si on se propose des jugements d’identité : l’aire I parle le dialecte I, l’aire II parle le dialecte II. Mais il reste une issue si on se contente de porter un jugement de ressemblance.
J. Séguy 1979 : 19
    

On s’est quelquefois moqué de l’insignifiance de certains traits culturels cartographiés par les ethnologues. [...] Richard Weiss disait à ce propos que ces objets – insignifiants en soi – pouvaient être comparés aux bouchons flottant sur l’eau et indiquant la direction et l’intensité des courants. Et l’on pourrait ajouter que c’est précisément leur insignifiance (ou même le fait qu’ils demeurent inconscients) qui protègent les plus humbles de nos usages et de nos habitudes de changements volontaires.
A. Niederer 1982-1983 : 47

  • 1 Frédéric Mistral est natif de son secteur d’implantation.
  • 2 Jean-Claude Bouvier (1979 : 57) assortit son propos d’une carte que l’on pourra confronter à celle (...)

1Marquée depuis le milieu du xixe siècle par un mouvement d’exaltation régionaliste – le Félibrige, initialement conduit par le poète Frédéric Mistral –, la basse Provence occidentale constitue un bon exemple de microrégion où la délimitation d’espaces culturels est vite tributaire d’enjeux. On le voit en particulier pour la cartographie (phonétique) du provençal ou celle du costume féminin, deux emblèmes identitaires majeurs. Au sujet de celle-là, Jean-Claude Bouvier (1979 : 58-59) évoque le poids de l’héritage savant dans un découpage qui repose sur la coexistence occultée de deux paliers de différenciation. Au sud, est d’habitude exagéré un partage objectivement possible mais relevant d’un ordre second et d’une observation plus rapprochée qu’ailleurs. La raison en est que l’érudition isole le provençal « rhodanien » comme « mistralien1 », là où il faudrait considérer un seul ensemble, « rhodano-méditerranéen2 ». Savoir le secteur linguistique rhodanien régionalement valorisé nous intéresse directement. Il se superpose en effet avec l’aire vestimentaire dont j’ai à traiter, sans toutefois que les deux espaces coïncident. Qu’en est-il du second ?

1. Arlésienne, 1893-1974Native de Camargue, venue habiter Arles à huit ans, elle a accédé au costume en dehors du volontarisme culturel, mais y a ensuite adhéré (intégration à une association félibréenne à l’âge mûr, emploi de gardienne au Museon Arlaten). Cliché tiré du Bulletin des Amis du vieil Arles pour la protection de son patrimoine historique et esthétique, 2e série, n° 58, p. 8.

1. Arlésienne, 1893-1974Native de Camargue, venue habiter Arles à huit ans, elle a accédé au costume en dehors du volontarisme culturel, mais y a ensuite adhéré (intégration à une association félibréenne à l’âge mûr, emploi de gardienne au Museon Arlaten). Cliché tiré du Bulletin des Amis du vieil Arles pour la protection de son patrimoine historique et esthétique, 2e série, n° 58, p. 8.
  • 3 Ayant constitué ma documentation (au cours de trois séries d’enquêtes) entre 1981 et 1995, j’ai ai (...)
  • 4 Cela par le réseau des structures savantes, écoles littéraires et même musées félibréens. Museon A (...)

2En basse Provence occidentale, le costume en vigueur au début du xxe siècle (illustration 1) peut être présenté à partir des trois combinaisons signalées par le vocabulaire. Par « coiffe », au sens large – ou « taque » ou « grèu » –, les usagers désignent la coiffure locale, c’est-à-dire à la fois l’arrangement des cheveux sur un peigne fixé au sommet de la tête, une coiffe en forme (pour ainsi dire disparue au début du xxe siècle) ou un fond de coiffe (« coiffe » au sens restreint), et un ruban (« ruban ») qui ceint le chignon. Le mot de « costume » a deux acceptions spécifiques ; il convient tantôt pour l’appariement jupe et fichu qui, avec un corsage noir, constitue la base vestimentaire la plus courante, tantôt pour l’assortiment des trois pièces, confectionnées dans un seul tissu noir. La « chapelle », au sens large, consiste en une succession de pièces variable, avec comme formule dominante, dans l’ordre de la toilette, un plastron et une guimpe assortis (les deux formant « chapelle » au sens restreint), et un fichu de redoublement du fichu principal. Le tout constitue un costume très personnalisé. Dans l’espace provençal ou languedocien voisin, il se signale par une rare longévité, indépendante des préoccupations volontaristes. Nées à la charnière du xixe et du xxe siècle, des femmes y sont encore venues par habitude familiale et mimétisme de localité ; elles y ont accédé à l’adolescence, la plupart pour l’endimanchement seul et jusqu’à l’âge mûr, certaines néanmoins en toute circonstance et jusqu’à leur décès3. Caractérisé et bien conservé, le costume, en 1904, a fait l’objet d’un relevé des localités usagères, ce qui rend possible une carte d’inventaire (carte 1). Mais la démarche ne procédait pas d’un seul souci de connaissance. Il s’agissait de mettre en évidence l’étendue d’un foyer de dynamisme culturel spécifique avant de transformer le costume de type arlésien en emblème extensible à toute la Provence4. Comme pour le dialecte, cet espace bas-provençal est donc prestigieux.

  • 5 Académie d’Arles 1941 en partie ; Amis du Vieil Arles 1980 ; Niel 1989. Le terme de « maintenance  (...)

3Par ailleurs, si, à l’intérieur de l’aire vestimentaire d’Arles, l’érudition a toujours admis l’existence de traits vestimentaires localisés, celle-ci a été donnée comme anecdotique dès la première étude sur le costume (Mistral 1927). Elle va au contraire faire l’objet de ces pages, où je propose de focaliser l’attention sur un aspect occulte du bouleversement des significations : tandis que disparaissent les dernières utilisatrices du costume extérieures au volontarisme culturel, des traits caractérisant celles d’Arles et de ses abords se diffusent, au détriment d’autres variantes localisées, auprès des néo-utilisatrices d’où qu’elles soient. Entre les lieux se prêtant à un travail d’enquête, il s’est donc agi de retrouver, à l’état de traces, l’ancien jeu de détail, puis de s’interroger, à partir d’enquêtes biographiques, sur le sort que leur faisaient la « maintenance » et les guides pratiques qui en dérivent5 ; le projet repose sur une enquête devenue difficile et nécessite une observation à plusieurs niveaux.

Approche analytique des principaux traits de variation micro-locale

  • 6 Pour leur contexte de production et leur examen critique voir Dossetto 2000.

4Je commencerai par l’approche objective en procédant à une revue en deux temps des traits variants les plus importants. Un examen de trois exemples permettra d’illustrer des formes différentes d’inscription dans l’espace. Les commentaires en seront donnés à partir de planches descriptives introduites au Museon Arlaten en 19416, ou plus précisément de leur équivalent aussitôt publié et largement diffusé depuis cette époque (Académie d’Arles 1941). En élargissant l’analyse à d’autres exemples, je récapitulerai ensuite les types de partage spatial rencontrés.

1. L’aire d’extension du costume en 1904 d’après la Fèsto vierginenco
Autour de Frédéric Mistral, la Fèsto vierginenco ou Fête parthénienne réunit de nouvelles utilisatrices du costume afin d’encourager publiquement le maintien de celui-ci. A ce but affiché s’ajoute celui de la circonscription de l’aire vestimentaire : l’origine de 256 jeunes filles sur 270 est publiée (les chiffres n’instruisent pas sur la vitalité de la pratique), et le poète, dans un texte de cantate composé pour la rencontre, dresse la liste des lieux où le costume est ordinairement porté. La carte croise les deux sources pour un tracé dont la fiabilité a été vérifiée par un inventaire dans les cimetières limitrophes (portraits d’identité de femmes en vêtement local). Cartographie : D. Dossetto, 1979 (hors pagination).

1. L’aire d’extension du costume en 1904 d’après la Fèsto vierginencoAutour de Frédéric Mistral, la Fèsto vierginenco ou Fête parthénienne réunit de nouvelles utilisatrices du costume afin d’encourager publiquement le maintien de celui-ci. A ce but affiché s’ajoute celui de la circonscription de l’aire vestimentaire : l’origine de 256 jeunes filles sur 270 est publiée (les chiffres n’instruisent pas sur la vitalité de la pratique), et le poète, dans un texte de cantate composé pour la rencontre, dresse la liste des lieux où le costume est ordinairement porté. La carte croise les deux sources pour un tracé dont la fiabilité a été vérifiée par un inventaire dans les cimetières limitrophes (portraits d’identité de femmes en vêtement local). Cartographie : D. Dossetto, 1979 (hors pagination).

La coiffure. La pose du ruban

  • 7 Arles. Raphèle, Moulès. Mas-Thibert. Salin-de-Giraud. Istres. Salon. Saint-Rémy. Eyguières, Sénas, (...)

5Au début du xxe siècle, pour les femmes qui ont accédé au costume en dehors de toute sollicitation volontariste, la coiffure se diversifie par le dégagement ou non des oreilles, l’emploi éventuel – outre le peigne commun – de peignes latéraux, de grands crochets..., l’utilisation d’une épingle à ruban simple ou double, etc. Le vocabulaire varie aussi selon les lieux. Les bandeaux sont désignés comme « bandeaux » (Salin-de-Giraud, Istres), « abandons » (Eyguières), « frisons » (Raphèle, Mas-Thibert, Maussane, Mollégès, Saint-Rémy, Rognonas), « papillotes » (Montfrin)... La coiffure achevée, ruban compris, est dite « coiffe » dans la majeure partie de l’aire vestimentaire7 ; les autres formes sont implantées aux marges, avec une zone d’exclusivité dans le nord-ouest pour le « taque » (Vallabrègues, Montfrin, Jonquières, Comps) et une zone de superposition avec le provençal « grèu » dans le nord (Châteaurenard, Rognonas). Cette dernière attestation au nord est évocatrice. Le même mot, dont le sens premier est « bourgeon », est connu aussi outre-Durance, pour désigner le groupe de fronces de la coiffe comtadine (dite greco, littéralement « grecque »).

  • 8 Morceau de carton : Arles, Raphèle, Mas-Thibert, Salin-de-Giraud. Port-Saint-Louis, Montfrin, Vall (...)

6En ce qui concerne les façons, la présence et la nature de l’accessoire destiné à donner forme, devant, au ruban de coiffure se sont révélées le seul critère qu’il était possible de collecter d’une façon systématique (repérage possible par enquête orale, inscription dans une série non graduelle). Un morceau de carton fait règle pour les sources savantes (illustration 2) ; or il existe trois formules permutables à l’échelle de l’aire vestimentaire : morceau de carton, boîte d’allumettes, absence d’accessoire8. La dispersion de cette dernière n’est pas très parlante. A l’enquête, elle est apparue comme excentrée par rapport à l’aire vestimentaire. Ce caractère n’est toutefois pas une certitude car, en 1904-1909, Joseph Bourrilly le signalait pour Maillane, où, sans doute, il s’est maintenu dans les décennies suivantes. La boîte d’allumettes est en revanche nettement périphérique. Divers autres faits, indépendants, le sont aussi : usage d’une épingle de ruban double (Châteaurenard, Noves, Eyguières), mots d’« abandons » ou de « papillotes », ceux de « taque » ou de « grèu ».

Insertion d’un morceau de carton. Croquis de Léo Lelée, Académie d’Arles, p. 312. Reproduction D. Dossetto.

Insertion d’un morceau de carton. Croquis de Léo Lelée, Académie d’Arles, p. 312. Reproduction D. Dossetto.

Ruban utilisé sans accessoire. Istréenne, 1894-1970, utilisatrice quotidienne du costume complet jusqu’à son décès. Reproduction D. Dossetto.2. Pose du ruban de coiffure

Ruban utilisé sans accessoire. Istréenne, 1894-1970, utilisatrice quotidienne du costume complet jusqu’à son décès. Reproduction D. Dossetto.2. Pose du ruban de coiffure
  • 9 Je me demande si la façon avec « tours » n’a pas été inventée à l’occasion de la Fête parthénienne (...)

7Non inscrite dans le système de variation général, une fantaisie tardive mérite en outre d’être signalée pour Châteaurenard. Elle consiste à façonner le ruban de coiffure, devant, en deux « tours » figurant les vestiges du château qui donne son nom à la ville. Tout isolé à l’échelle de la localité et peu stable qu’il est, le fait retient l’attention dans la mesure où il manifeste une intention de communication fondée sur une analogie. Il apparaît comme le reflet vraisemblable d’une préoccupation volontariste déjà assez ancienne pour que son contexte d’apparition soit oublié, mais cependant postérieure au changement de siècle ; en 1904-1909 en effet, la coiffure de Châteaurenard se signale par la seule épingle de ruban double9(Bourrilly 1909).

La « chapelle ». L’arrangement des extrémités du fichu

  • 10 Vêtement supplémentaire d’hiver, dont les plis prolongent le dégradé de la « chapelle ».
  • 11 Je suis contrainte d’assimiler textiles et mots en raison d’enquêtes sans support d’objets ou d’ex (...)

8Plusieurs traits, qui ne semblent pas liés, pourraient aussi être retenus pour rendre compte de la variation locale relative aux « chapelles ». L’aménagement du décolleté des fichus en ferait peut-être partie au même titre que sa désignation, mais il est difficile de savoir si la variété lexicale enregistre l’existence de variantes morphologiques. Pour la « chapelle » ou le châle10, j’ai collecté « bénitier » (Arles [érudition]. Salon, Istres), « carré » (Mouriès), « cabane » (Istres), « berceau » (Pélissanne). Dans l’hypothèse d’une analogie entre la nomination et la façon, le vocabulaire istréen voudrait un décolleté en ogive, celui de Pélissanne en arrondi, mais des différences marquées ne sont pas perceptibles ; nulle part en tout cas, le décolleté n’est façonné grâce à un morceau de carton ainsi qu’on le fait aujourd’hui. Le nom ou la matière du fichu de redoublement est un critère sur lequel il est davantage possible de travailler. Les femmes désignant cette pièce par sa matière, si l’on met sur le même plan matériaux observés et désignations, l’alternative se situe entre de la gaze ou du tulle11. L’exclusivité d’implantation concerne surtout la première mais la série est susceptible d’omissions, c’est-à-dire qu’il existe un risque de non-enregistrement d’alternatives communales. La matière n’apparaît donc pas comme un critère nettement discriminant du point de vue de la variation spatiale. En revanche, la distribution des faits est très cohérente pour l’arrangement des extrémités du fichu, devant, à la taille ; celles-ci sont masquées ou aménagées en nœud apparent (illustration 3).

3. Arrangement des extrémités du fichu avec nœud apparent. Croquis de Léo Lelée, légende pédagogique de Jean des Vallières, Académie d’Arles, p. 303.Reproduction D. Dossetto.

3. Arrangement des extrémités du fichu avec nœud apparent. Croquis de Léo Lelée, légende pédagogique de Jean des Vallières, Académie d’Arles, p. 303.Reproduction D. Dossetto.
  • 12 Marcelle Ginoux 1969. Fernand Benoît (1975 : 128) parle quant à lui de « cœur » mais sans préciser (...)

9Une carte établirait la toute petite cironscription, en dehors du volontarisme culturel, de la seconde façon. Parmi mes points d’enquête, son extension est limitée à Arles, Raphèle, Moulès et Mas-Thibert ; à Salin-de-Giraud, Saint-Martin-de-Crau ou Maussane, les extrémités du fichu disparaissent au contraire dans la ceinture de la jupe. Mais l’aisance avec laquelle se délimite l’espace du nœud renvoie à son apparition récente. En 1904-1909, il est daté d’une dizaine d’années au maximum (Bourrilly 1909). En liaison peut-être avec ce caractère de nouveauté, chez mes informatrices (hors volontarisme culturel), il n’est pas nommé ; elles m’en parlent cependant en procédant par comparaison, avec une « coque » – coquillage –, par exemple, à Mas-Thibert. Le terme de « pelote12 » pourrait être né indépendamment du volontarisme culturel sans que cela soit ressorti à l’enquête, mais il est surtout remarquable qu’il se soit fixé en même temps que les manières de port se diffusaient auprès des néoutilisatrices du costume ; en effet, il n’est question de désignation ni en 1904-1909 (Bourrilly) ni en 1941 (Académie d’Arles).

10Dernier point, le fait qu’il y a alternative pour l’arrangement des extrémités du fichu est en vérité une réalité connue de mes informateurs appartenant au volontarisme culturel. Toutefois sa compréhension n’est pas univoque. Caractéristique locale pour les uns, c’est un signe de diversité dénué de sens pour les autres.

Les corsages. Mots et choses

11Grands oubliés des chercheurs locaux, les corsages fournissent l’exemple le plus clair de l’enchevêtrement de traits (faits ou mots) ayant une extension autonome.

  • 13 Rien de net n’est ressorti d’une analyse des désignations apparaissant dans un échantillon d’inven (...)

12Le mot de « corsage » étant réservé au vêtement général, l’existence de noms localisés (« èse », « casaque », « casot ») est une donnée qui ressort massivement à l’enquête (population des natifs extérieurs au volontarisme culturel). Au contraire, le mot d’« èse » apparaît seul, au Museon Arlaten et dans les monographies courantes, avec une exception ancienne (pour une forme vestimentaire qui n’est pas encore tout à fait celle que j’étudie) : Frédéric Mistral (1927) utilise le terme concurrent de « casaque ». A l’enquête, le mot retenu par l’érudition se distingue en donnant lieu à un calembour – « dans l’èse on n’est pas à l’aise » –, précieux car il paraît n’exister qu’en français ; il s’ensuit l’idée d’un jeu de mots peut-être récent. De certaines de ces données13, il semble que l’on puisse postuler l’antériorité du terme de « casaque » par rapport à celui d’« èse », mais cela ne fonde pas la distribution spatiale des termes.

  • 14 Voir Galtier 1979.

13Celle-ci (carte 2) se présente selon une configuration sans équivalent pour les autres descripteurs, avec l’extension du mot « èse » dans tout le couloir rhodanien. Sans fournir forcément une explication en termes d’origine et de diffusion, une donnée atténue l’effet de surprise provoqué par cette distribution ; c’est la densité de relations tissées entre Arles, riche en oseraies camarguaises, et le Gard rhodanien, contrée de vanniers s’installant saisonnièrement dans le delta jusqu’au début du xxe siècle14. Avant tout pourtant la carte lexicale donne l’image d’une tripartition de l’espace.

2. Nommer son corsage.Carte d’inventaire Source : enquête directe 1981-1995 (personnes extérieures au volontarisme culturel), cartographie : D. Dossetto, 1995.

2. Nommer son corsage.Carte d’inventaire Source : enquête directe 1981-1995 (personnes extérieures au volontarisme culturel), cartographie : D. Dossetto, 1995.
  • 15 Les découpes du dos en trois parties apparentent le corsage local aussi bien au vêtement général i (...)
  • 16 Dos en un morceau : Arles, Istres ; dos en trois morceaux : Aramon, Montfrin, Vallabrègues. Tarasc (...)

14Une cartographie des détails de coupe est plus difficile. Il faut en excepter les manches, de forme fluctuante dans une même garde-robe, et, pour le corps, il convient de distinguer le devant, ajusté par des pinces d’emplacement variable, et le dos, taillé en une ou trois parties15 ; il y a éventuellement deux ou quatre morceaux en cas -rare – de couture, non discriminante, milieu dos16.

  • 17 Dossier sans référence, palais du Roure. Avignon, que j’identifie comme préparatoire à l’Iconograp (...)

15La distribution lexicale et celle des coupes ne coïncident pas. A l’échelle globale, le schéma des correspondances entre localités, mots et détails morphologiques fait ressortir aussi bien un cas de synonymie (deux mots – « èse » et « casaque » – pour une coupe) qu’un cas d’homonymie (mot d’« èse » pour deux coupes différentes). A l’échelle communale il favorise la mise au jour d’une spécificité de la frange gardoise, qui se présente comme un espace intermédiaire. Pour le nom du corsage, elle se rattache au secteur arlésien et, pour sa coupe, au reste des Bouches-du-Rhône compris dans l’aire vestimentaire qui nous occupe. Au moins certains des lieux de ce secteur (Vallabrègues) auraient peut-être aussi – comme on le verra plus précisément – une prédilection commune avec le nord des Bouches-du-Rhône pour un détail de finition de la jupe. Si on élargit un instant la perspective, il ressort un autre cas d’homonymie. Le nord et l’est de l’espace buccorhodanien de l’aire vestimentaire apparaît comme une zone de chevauchement ; noir, ajusté, décolleté, utilisé selon telles modalités..., le corsage de ce secteur appartient sans ambiguïté à l’espace qui nous intéresse ; son dos en trois parties, son nom de « casaque » surtout le relient cependant à une Provence qui lui est extérieure ; si l’on en croit en effet la littérature spécialisée, le même nom aurait convenu à des vêtements différents, appartenant à des systèmes vestimentaires contrastés. Dans le Vaucluse, au xixe siècle, la « casaque » est un corsage d’hiver. En moyenne et basse Provence orientale, dans le premier quart du xixe siècle, la « casaquette » (casaqueto) est caractérisée par une taille haute et un soufflet milieu dos (cacaraca). Revenons toutefois dans l’aire vestimentaire d’Arles. A l’échelle communale encore, une combinaison assez complexe s’y dessine au sud si, pour l’« èse » arlésienne, je prends comme référence un travail mené dans le premier quart du xxe siècle17. Le « casot » tiendrait de l’« èse » arlésienne par son dos et de la « casaque » voisine au nord par ses devants.

4. Corsages : comparaison des coupes du corps

4. Corsages : comparaison des coupes du corps
  • 18 Des exemples de coupe actuellement en usage sont fournis par Niel, 1989 : 261 ; ils illustrent l’i (...)

16Aujourd’hui, ces distributions sont nettement perturbées. Dans l’aire lexicale de la « casaque », chez des néo-utilisatrices du costume d’origine locale, le nom du corsage est moyennement conservé (mieux néanmoins que d’autres traits différenciateurs au début du siècle) ; cependant le mot d’« èse » gagne aussi cette population par un phénomène d’hypercorrection caractéristique de la maintenance ; des enquêtes biographiques m’ont permis de voir comment les sources savantes (littérature spécialisée, musées) priment sur l’information directe auxquelles certaines ont encore eu accès. Quant aux coupes, elles sont interprétées comme absolument permutables, sauf cette règle, énoncée par un couturier spécialisé en 1986 : les pinces latérales conviennent aux personnes fortes, les pinces verticales aux jeunes filles et aux femmes sveltes18.

Des modalités différentes d’inscription dans l’espace

  • 19 Parmi mes points d’enquête, le village de Vallabrègues, gardois et languedocien, se situe ainsi su (...)

17Des exemples analysés, mais d’autres aussi, il est possible de dégager quelques idées. La toute première situe notre objet d’étude dans un cadre plus général. Le Rhône (voir Dossetto 2001) ne sépare pas davantage en matière vestimentaire que dans d’autres domaines comme le dialecte ou les pratiques festives mais aussi les circonscriptions administratives19 ; aussi admettra-t-on, comme une caractérisation commode sans soubassement culturel différenciateur et un artifice de l’enquête, que certains faits soient présentés dans ces pages comme « gardois » ou « buccorhodaniens ». Les autres remarques sont liées au niveau d’observation. En passant du costume au détail, l’espace vestimentaire, bien délimité, d’apparence uniforme, se fragmente. Parfois, des rapports de continuité se tissent avec des costumes voisins ; ce qui a été souligné pour la « casaque » a quelques équivalents. Si l’on reste cependant dans la seule aire étudiée ici, l’inscription spatiale se fait selon des modalités diverses, indépendantes pour chacun des traits issus d’une observation également rapprochée.

  • 20 Arles. Raphèle-Moulès, Mas-Thibert, Salin-de-Giraud, Istres, Salon, Maussane, Saint-Rémy, Aureille (...)

18Certaines implantations sont fortes. Multiplication des témoignages, exclusivité dans un lieu donné (sauf en zones de contacts), distributions en secteurs contrastés assurent de la pertinence des traits considérés. Ces partages significatifs peuvent s’établir selon des lignes franches – par exemple pour les noms des corsages – ou de façon moins massive avec malgré tout des blocs cohérents. Parmi les façons, ce sont l’arrangement des extrémités du fichu, l’usage d’une boîte d’allumettes dans le ruban de coiffure, l’utilisation d’une épingle de ruban double, etc. On peut ajouter d’autres traits à ceux qu’on a déjà rencontrés. Examinons par exemple une finition de la jupe (cloche) ; celle-ci étant composée d’un panneau milieu devant, la mise en valeur de ses deux coutures par un pli pourrait être un trait localisé au nord de l’aire vestimentaire (je l’ai relevé à Rognonas ou Vallabrègues). Ou bien soyons attentifs, en prenant en compte les vêtements d’hiver, au vocabulaire désignant la cape ; dite de façon dominante « manteau20 », celle-ci est nommée « mantille » au nord, à Boulbon, Vallabrègues et Montfrin. Un cas particulier d’implantation nette se présente avec quelques thèmes caractérisés par des formules permutables qui s’inscrivent dans une série relativement importante. La localisation confine alors à la pulvérisation de l’espace, mais cela ne signifie pas qu’à l’échelle communale les traits soient moins enracinés. On peut en donner comme exemple, pour les bandeaux, les mots d’« abandons » ou de « papillotes » plusieurs fois recueillis, le premier à Eyguières, le second à Montfrin, alors que ces localités, dans le relevé que j’ai effectué, sont les seules à y recourir.

  • 21 Au moins un ruban de deuil a souvent été utilisé au quotidien (personnes âgées), de sorte que l’ab (...)
  • 22 A l’époque qui m’occupe la règle générale est l’ouverture des jupes au dos.

19Par ailleurs, de la désuétude du sujet d’enquête résultent souvent des attestations rares, tout en étant réparties un peu partout dans l’aire vestimentaire. Parfois, elles le sont dans des espaces particularisés pour d’autres thèmes, si bien qu’on est tenté de comprendre le fait et son oubli comme généraux ou de grande extension, eu égard à la possibilité de petits groupements contraires. Par exemple, le ruban de coiffure étant, hors circonstance de deuil ou assimilée, à motifs de velours sur fond de satin, le mot de « velours » pour le désigner (Saint-Rémy, Eyguières, Istres) pourrait peut-être être considéré comme général ou très répandu, avec des lacunes dans le relevé qui tiendraient aux conditions de la collecte21. Ce serait aussi le cas pour le nom de « tablier » attaché au panneau devant de la jupe (Arles, Istres, Rognonas) ; sa forte symbolique semble l’assurer (Dossetto 1997). Pourtant, quand plusieurs localités ont en commun une pratique ou une appellation, il n’est pas toujours licite d’en déduire qu’elle est partagée par les localités intermédiaires. Tout dépend de la fermeté d’implantation du trait dans les localités explorées. Ainsi, à l’enquête, il m’apparaissait certain, dans tel nouveau lieu, que je recueillerais le mot de « casaque » pour le corsage ou que les extrémités du fichu seraient masquées par la jupe, et cela se vérifiait, parce que ces traits sont particulièrement discriminants, sans aucun cas d’alternative communale. A l’inverse, pour des pratiques non homogènes à l’échelle d’une localité, une déduction semblable pour les ressortissantes d’autres points d’enquête est impossible ; ainsi en est-il pour les modalités d’arrangement du ruban avec morceau de carton ou sans accessoire. Au total, il faut bien convenir que certaines distributions sont brouillées, soit à cause de matériaux incomplets en raison des dates tardives d’enquête, soit, plus essentiellement, parce que tous les traits variants ne sont pas également signifiants. Certains relèvent plutôt d’options personnelles que de comportements de localité. Entre choix individuel et physionomie locale, les couturières de village jouent d’ailleurs un rôle décisif (mais on peut aussi imaginer qu’une figure de premier plan soit, plus volontairement, imitée par ses concitoyennes). A Rognonas par exemple, j’ai le sentiment, pour l’ouverture de jupe devant, d’un maintien tardif en liaison avec le recours à l’unique couturière spécialisée de la localité22. L’histoire arrêtée du costume permet de relier le trait à la signature commune de vêtements examinés, mais il aurait pu se stabiliser différentiellement, par rapport aux localités voisines, pour peu que cette même couturière eût formé un successeur.

20Enfin, le partage de l’aire vestimentaire paraît parfois confus parce qu’il est plus complexe et se fait par la création de zones intermédiaires. Deux cas de figure ont été analysés. Au niveau des façons seules, l’espace du « casot » combine deux détails de coupe indépendants ailleurs. Il faut au contraire conjuguer confection et vocabulaire pour que l’aire de l’« èse » « gardoise » apparaisse comme une zone de chevauchement : le secteur défini par la distribution ethnolinguistique ne ressort pas comme particularisé pour un seul critère, coupe ou nom du corsage.

21La multiplicité des formes d’inscription dans l’espace encourage au bout du compte à approcher d’une autre façon les mêmes données.

Un retour au global

Une double approche des distances

  • 23 Les calculs sont limités aux localités les mieux explorées, Arles, Eyguières, Istres. Maussane. Mo (...)

22A ce stade il faut tenir compte d’un constat. Les usagers se réfèrent non à des aires d’extension mais à des pôles, qui peuvent être des localités diverses. Pour une synthèse conforme à cette conception de la comparaison, une méthode éprouvée se présentait comme un outil adaptable, la dialectométrie, c’est-à-dire la quantification des différences entre parlers attachés à des points d’enquête. C’est une partie du travail de Hans Goebl (1981) que j’ai retenue comme référence, non pour traiter, à son exemple, l’ensemble des critères définissant l’objet d’étude (le fait vestimentaire pour ce qui me concerne), mais pour les seuls traits variants et même pour la seule partie d’entre eux qui ont été recueillis de façon assez régulière. Cette différence tient à ceci que Goebl et moi travaillons à des échelles disproportionnées, dans son cas le pays, dans le mien un espace réduit et défini par sa grande unité ; mon choix était obligé pour que la méthode, en accentuant les contrastes, révèle les tendances. J’abordai donc mon modèle pour une transposition forcément lâche mais qui pouvait me conduire jusqu’à la définition d’indices de comparaison. Ils combinent des données matérielles (modalités d’arrangement du ruban de coiffure et des extrémités des fichus, coupes des corsages, matières du fichu de redoublement) et des mots (noms de l’ensemble de la coiffure, du corsage, de la cape)23.

23La méthode mise en œuvre permet de préciser une intuition et d’attirer l’attention sur ceci : une configuration se profile en réseau entre les localités du nord et de l’est de l’espace inscrit dans les Bouches-du-Rhône et, résultat essentiel de notre point de vue, certains points d’enquête apparaissent au contraire comme dotés d’un fait vestimentaire très typé ; ce sont Arles, Istres et Montfrin. Pour mieux situer la première ville dans l’espace vestimentaire, il a paru intéressant, dans un second temps, d’augmenter le nombre des points d’enquête considérés, ce qui était envisageable avec des séries réduites, excluant la coupe du corsage. Ces seconds calculs isolent moins la ville ; pour les descripteurs retenus, Raphèle-Moulès et Mas-Thibert ne s’en distinguent pas et Salin-de-Giraud s’en sépare essentiellement pour l’arrangement des extrémités du fichu. Mais ils font aussi apparaître un partage de l’espace assez net : Vallabrègues, Aureille ou Saint-Chamas augmentent le nombre de localités à fort indice de distance par rapport à Arles. On franchit ainsi une nouvelle étape dans la compréhension du fait vestimentaire local. Quel que soit le nombre de traits pris en compte, la centralité d’Arles dans le système vestimentaire, thème majeur des études érudites (par exemple Benoît 1975), se révèle pour finir relative.

  • 24 Un tel principe de confrontation est déjà ancien (voir Bromberger, Dossetto & Schippers 1982-1983  (...)
  • 25 Le fait est d’autant plus notable que je n’ai généralement pas trouvé chez les hommes âgés des int (...)

24Reste à mettre ce constat établi de l’extérieur en rapport avec une perception subjective24. Remarquons d’abord que si mes informatrices âgées (anciennes utilisatrices du vêtement local ou non) m’ont parfois donné des indices d’appartenance locale, ils se situaient essentiellement au niveau des façons immédiatement perceptibles. C’était par exemple le fait de découvrir ou non ses oreilles ou de poser son peigne plus ou moins en avant ou en arrière, c’est-à-dire des traits trop difficiles à objectiver pour que j’aie pu les retenir. Il faut d’ailleurs noter que mes informatrices ayant la pratique du costume ne possédaient pas une vue globale exacte de l’aire vestimentaire. Peut-être parce qu’ils sont plus mobiles, ce sont presque toujours des hommes, aînés défunts ou individus doués d’un discernement reconnu comme rare, que mes interlocutrices m’ont assurés capables de déceler la localité d’une inconnue grâce à son vêtement25. Il y a bien sûr emphase du souvenir ; pourtant quelques anecdotes assurent que l’identification, approximative, a été une réalité. Sauf raison biographique ou familiale particulière, les dernières femmes à porter le vêtement local indépendamment du volontarisme culturel me semblent en vérité s’être surtout situées dans l’espace par rapport aux plus proches, pour une Salonnaise les habitantes de Grans, pour une Saint-Rémoise celles d’Eygalières ou de Châteaurenard, pour une Arlésienne du centre-ville, celles de Trinquetaille (faubourg), c’est-à-dire dans un rayon toujours inférieur à quinze kilomètres. La perception de l’altérité s’inscrivait donc dans les aires de relations immédiates, souvent pour élargir le registre habituel de la stigmatisation des voisins : ici l’excellence vestimentaire, là la « chapelle » sans tenue ou le ruban « pas frais ». En comparaison, il me paraît utile de noter que, régulièrement, d’anciennes utilisatrices du costume ne m’ont pas rapporté des alternatives pourtant sûres dans les façons de leur propre commune. Qu’elles se situent ainsi sur le mode de l’opposition ou de la dérision des localités proches, ou sur celui de l’identification d’inconnues, les modalités d’énonciation ont un point commun : ce n’est pas à des espaces référentiels par ailleurs (Crau, Alpilles, etc.) que le vêtement renvoie mais à des localités. L’identification procède par pôles, fussent-ils répulsifs, et Arles, en dehors du volontarisme culturel, n’a pas un statut particulier. Cela dit, à l’époque tardive couverte par la mémoire orale se fait peut-être jour une autre dimension symbolique, une forme de connivence entre celles, d’où qu’elles soient, qui partagent le même conservatisme. Ainsi des rubans d’une Salonnaise sont-ils allés, pour ce seul motif, à une Istréenne encore utilisatrice au quotidien du costume. Sans doute, au milieu du xxe siècle, la conscience d’une disparition renouvelle-t-elle en partie les données de la solidarité, et la perception de l’altérité, fondées sur le costume. Pour appréhender les représentations locales, si tard dans le siècle, il faut donc procéder autrement. Le plus efficace est de se reporter, comme à un révélateur prioritaire, à la nomination du costume ou plutôt des femmes qui en usent.

Labellisations populaires, labellisations savantes du costume

25Donnée fondamentale de la conscience vestimentaire, la désignation des utilisatrices du costume est propre à enregistrer l’évolution de la population intéressée et de l’inscription spatiale du costume. En effet, si la maintenance a unifié le vocabulaire, la population âgée et extérieure au volontarisme culturel livre trois noms localisés. Celles qui portaient le costume se disaient (en) « Arlésienne(s) », « Arlèse(s) » ou « Provençale(s) ».

  • 26 Pour une description des trois tenues voir par exemple, Ginoux. 1969, Amis du vieil Arles 1980 ou (...)

26Des trois termes, seul celui d’« Arlésienne » a gagné tout l’espace, en liaison avec les structures de maintenance et les publications spécialisées. Certes, il était d’abord d’une grande extension en raison de la dimension sans équivalent de la commune d’Arles, mais son emploi s’est pour ainsi dire enflé avec le volontarisme culturel, comme le montre l’analyse d’un siècle de production savante. Une tenue, parmi les trois qu’a distinguées la pratique volontariste, s’y est peu à peu dégagée comme « costume d’Arlésienne » ; si elle correspond en effet au vêtement présenté dans ces pages, le mot qui la qualifie, plus qu’une appartenance locale, signale désormais un degré d’élégance, moyen. Il est implicitement donné comme relatif à toute l’aire vestimentaire et en pratique, aujourd’hui, utilisé dans toute celle-ci. En parallèle, pour une accentuation de l’inscription du vêtement dans l’espace, le relais est assuré par l’expression englobante de « costume d’Arles », valable aussi partout. S’établit donc l’équation suivante : « costume d’Arles » = costume « gansé » + costume d’« Arlésienne » + costume de « Mireille » ou « de travail »26.

  • 27 Sur ce point et le débat avignonnais qui lui est lié, se reporter à Dossetto 2001.

27Pour des raisons de proximité euphonique certainement, le terme d’« Arlèse », collecté seulement à Salon, a mal résisté. Le mot ne figure pas dans le dictionnaire de Frédéric Mistral ni dans le supplément qui lui a été donné il y a peu (Mistral 1979) ; peut-être n’a-t-il jamais été d’une grande extension. Le nom de « Provençale » a quant à lui souffert d’un souci d’hypercorrection. Trois acceptions peuvent en être dégagées. Le sens initial pour moi doit être mis en relation avec le caractère de frontière vestimentaire de la Durance. Dans le domaine du costume, « Provençale » s’oppose alors à « Comtadine », qui lui succède au nord27. Là, le premier terme peut devenir sobriquet. J’en ai encore repéré le souvenir, en 1979-1980, à Sainte-Cécile-les-Vignes ou à Séguret (Vaucluse). Mes informateurs ne savaient plus l’origine exacte des femmes surnommées ainsi ; nées dans la contrée d’Arles et utilisatrices de son costume, elles en avaient conservé l’usage quand leur mariage les avait installées au village. A l’est, juste à l’extérieur du même espace, sont aussi « Provençales » les utilisatrices du costume qui en sont ressortissantes. C’est encore le cas en 1995 à Saint-Cannat, où il n’y a pas, ou plus, de mot pour désigner les aînées, utilisatrices au contraire de la coiffe taillée du lieu, portée sans ruban annexe.

  • 28 Là où les écoles littéraires félibréennes ont partout été l’organe de diffusion du vêtement arlési (...)

28La deuxième acception par laquelle une femme en costume est « Provençale » s’affirme après plusieurs décennies de diffusion du modèle arlésien (ou dérivé) par les réseaux de maintenance. S’est progressivement instaurée une fusion entre costume arlésien et costume « provençal », non par seul effet de stéréotype venu de régions éloignées mais d’abord par une assimilation interne non suspecte d’ignorance. La dernière acception est, quant à elle, relative à l’ensemble de la région avec un signifiant multiple. Elle prend place dans le contexte général d’une réhabilitation des différents costumes usités en Provence28. A l’intérieur de l’aire vestimentaire d’Arles, il en résulte un retour de situation tel que j’ai pu observer la disparition du nom de « Provençale » dans son secteur d’extension cartographié. Ce fait s’étend à des néo-utilisatrices du costume ayant été en étroit contact avec des aînées extérieures au volontarisme culturel ; et l’analyse d’enregistrements montre que la première acception de « Provençale » a aussi pour ainsi dire disparu chez celles qui emploient encore le mot de « casaque ».

29Prévenus que les noms du costume ont ainsi très fortement évolué en quelques décennies, examinons maintenant leur extension (carte 3). Entre deux zones monolithiques du point de vue du vocabulaire, s’enfonce en coin un secteur de chevauchement lexical avec une coupure au niveau des Alpilles, dont on connaît le caractère séparateur en dehors du domaine vestimentaire (par exemple dans les domaines de l’habitat, de l’outillage rural ou des pratiques festives). Les représentations autochtones livrées par le vocabulaire convergent ainsi avec l’analyse objective précédemment menée dans la mesure où elles scindent l’espace et assurent d’une distance relative par rapport à Arles. Du reste il est pour ainsi dire sûr que la zone de coexistence lexicale est d’autant plus étendue que l’enquête est tardive, c’est-à-dire que même un échantillon défini comme préservé est pénétré par le mot d’« Arlésienne ». Ainsi est-il délicat d’interpréter le fait qu’une Maussanaise, ancienne utilisatrice du costume extérieure au volontarisme culturel, parle d’elle, en 1986, comme d’une « Arlésienne ». Ainsi également, à Pélissanne, la population se partage-t-elle. Certains natifs assez âgés utilisent le mot d’« Arlésienne » mais j’en ai vu d’autres le corriger, à leur intention, en « Provençale ». A Salon, où les trois noms du costume sont encore en usage (inégal) au début des années 1990, la synonymie apparaît comme le résultat d’un cumul avec régression des deux termes les plus anciens, que j’arrive mal à situer l’un par rapport à l’autre. Alors que l’une emploie seulement le mot de « Provençale », deux autres personnes âgées insistent sur le caractère plus neuf du nom d’« Arlésienne », pour lui préférer celui d’« Arlèse ».

3. Les noms du costume.Carte schématique d’une distribution tardiveSource : enquête directe 1986-1995 (personnes extérieures au volontarisme culturel), cartographie : D. Dossetto, 1995.

3. Les noms du costume.Carte schématique d’une distribution tardiveSource : enquête directe 1986-1995 (personnes extérieures au volontarisme culturel), cartographie : D. Dossetto, 1995.

– « Provençales », c’est ça les « Arlésiennes ». C’était pareil. Avant on disait « Arlèse », après « Arlésienne ». « Provençale » on ne le disait pas. On le disait quand on parlait d’elles. Les « Provençales », elles étaient toutes pareilles. Il n’y a que les couleurs qui n’étaient pas pareilles.
– « Arlèse ». On ne disait pas une « Arlésienne ». Les Provençales s’habillent comme tout le monde, moi je me suis toujours habillée comme tout le monde. Nous étions coquettes : on s’habillait pas en « Arlèse », non.

  • 29 Suggérée par les rapprochements que font les usagers, une mise en rapport de la géographie vestime (...)

30Peut-on dépasser ce constat de fractionnement afin de tirer un autre bilan de l’étude ? D’abord, pour le début du xxe siècle (hors volontarisme culturel), je ferai miennes les remarques de Jean-Michel Guilcher quand il compare géographie du costume et géographie de la danse en Bretagne. Elles portent sur la circonscription relativement aisée des espaces se situant à des niveaux assez généraux (dans mon cas l’entité costume, les mots principaux), l’inscription spatiale souvent moins tranchée pour les observations de détail (avec l’exception rencontrée d’innovation récente), la nécessité de confrontation thématique29. Il faudrait y ajouter que les traits étudiés s’inscrivent de façon autonome dans l’espace, ce dont la non-concordance des distributions relatives aux mots et aux faits n’est qu’un cas particulier. « L’espace, conclut Jean-Michel Guilcher (1981 : 47), ne se résout pas en petits territoires engrenant leurs contours à la façon des éléments d’un puzzle et comptant chacun leur nombre arrêté de communes. »

31Dans un second temps, je retiendrai qu’une recherche centrée sur une époque tardive, manifestations volontaristes incluses, apporte un éclairage propre sur la plasticité des lignes de partage culturel. Très rapidement, à partir de l’enquête, on peut définir des étapes fictives (en ce sens qu’elles sont partiellement superposées). La première serait celle d’un port courant du costume, époque de variantes localisées effectives, perceptibles et comprises, à laquelle je n’ai eu accès qu’indirectement par l’évocation de quelques hommes plus âgés aux compétences malgré tout surestimées. Le xxe siècle, tel que j’ai pu le saisir à travers les anciennes utilisatrices du costume rencontrées ou leurs contemporaines, est une étape de déclin de la pratique vestimentaire, avec toujours des traits de variation localisés – parmi lesquels le lexique m’apparaît de même force que le vêtement –, mais une perception de l’altérité peut-être étiolée, en tout cas qui est peu ressortie à l’enquête. Une autre étape est celle d’un volontarisme culturel riche en innovations et conquérant, où le costume se transporte volontiers, à partir du modèle arlésien, dans toute la Provence. Enfin, depuis une quinzaine d’années s’ouvre une période de recherches et de collections à l’initiative de particuliers, en général membres d’associations conservatoires. Dans cet enchaînement grossier, on peut déceler, en même temps qu’un déplacement des significations attachées au vêtement local, la caducité de la plupart des lignes de partage mises au jour pour le début du siècle. Cette disparition est instructive car c’est au fond avec une certaine logique que des traits localisés ont été oubliés ; cette logique apparaît quand il s’agit de descripteurs pointus dont l’implantation spatiale était plutôt brouillée chez les dernières utilisatrices du costume extérieures au volontarisme culturel ; ou quand, malgré une extension nette, les traits variant dans l’espace étaient d’une faible visibilité, servant peu un port volontariste du costume par essence démonstratif (spectacles, défilés, fêtes provençales, mariages) ; ou encore, comme dans le cas de la coupe des corsages, lorsque les (dernières) femmes extérieures au volontarisme culturel n’avaient pas conscience de variantes locales pourtant fortes.

32Cela dit, la réhabilitation de la diversité vestimentaire, qui traverse toute la Provence, peut aussi être observée à l’échelle de notre aire. Ancienne ligne de partage fondée sur une perception immédiate, la délimitation de cet espace peut ainsi retrouver une signification. Rien ne le montre mieux que la polémique sur le cas avignonnais. Bien que passionnant un public restreint, depuis les années 1930, le débat génère la production périodique de documents probatoires, ou présumés tels, argumentant pour l’annexion à l’aire vestimentaire d’Arles ou pour l’exclusion de la ville comtadine. A un niveau d’observation plus fin, on voit poindre en outre une sensibilité renouvelée pour la variation interne à l’aire vestimentaire. Elle trouve son thème de prédilection dans l’arrangement différencié des extrémités du fichu. Cet intérêt pour la micro-territorialisation du vêtement ne doit pourtant pas être surestimé. En ce qui concerne une localité et sa périphérie, il engage par exemple une ou deux personnes, certaines évidemment plus militantes, qu’il s’agisse, pour elles, de remettre au jour des spécificités locales, d’en déplorer la perte ou de les valoriser ; mais une réunion de spécialistes locaux, en 1985, a montré que le goût affleurant un peu partout pour une physionomie propre ne constitue pas un mouvement de fond. L’histoire du costume mobilise bien davantage les énergies et la suprématie arlésienne n’est pas caduque pour autant. Référence symbolique continue, la ville, pour les chercheurs issus d’autres localités, est le pôle quasi exclusif d’altérité ; encore faut-il ajouter que le patrimoine global s’est enrichi d’innovations dues au volontarisme culturel et qui, à distance de la ville, sont confondues parfois avec des particularités arlésiennes. Qui plus est, la connaissance de variantes spatiales ne détermine pas forcément les pratiques. De manière générale, au contraire, les façons permutables se coulent désormais dans un ensemble de possibles authentifiés par quelque spécialiste, un héritage presque indistinct où puiser à sa guise. En tout cas, alors que la variété linguistique a été forte, l’apparence gouverne la compréhension actuelle ou la quête des particularismes locaux.

Bibliographie

Académie d’Arles. 1941. La Revue d’Arles, 10, décembre : « Le costume d’Arles, vingt-deux planches de mode par Léo Lelée ».

Amis du vieil Arles. 1980. Le costume d’Arles de nos jours, Arles, L’Homme de bronze.

Benoît, F. 1975 [1949]. La Provence et le Comtat venaissin. Arts et traditions populaires, Avignon, Aubanel.

Bourrilly, J. 1909. « Le costume d’Arles », Revue félibréenne, t. XVI, p. 1-34.

Bouvier, J.-Cl. 1979. « L’occitan en Provence. Le dialecte provençal, ses limites et ses variétés », Revue de linguistique romane, t. 43, n° 169-170, janvier-juin, p. 46-62.

Bromberger, Chr., D. Dossetto & Th. Schippers, 1982-1983. « L’ethnocartographie en Europe. Coups d’œil rétrospectifs et questions ouvertes », in L’ethnocartographie en Europe (Technologies, idéologies, pratiques, vol. IV), Aix-en-Provence, Centre d’ethnologie méditerranéenne, p. 15-39.

Dossetto, D. 1979. « Le costume en Provence. Bouches-du-Rhône, Var, Vaucluse. Tentative d’interprétation du costume comme signe social », mémoire de maîtrise d’ethnologie, Aix-en-Provence, université de Provence.

– 1995. « Une aire vestimentaire autour d’Arles-sur-Rhône. Limites, césures, remembrement », rapport rendu à la mission du Patrimoine ethnologique du ministère de la Culture.

– 1997. « Du tablier aux vêtements fendus. Contribution provençale à une étude de l’apparence féminine », Terrain, 29, p. 127-138.

– 2000. « Une muséologie volontariste en Provence. La galerie du costume au Museon Arlaten (Arles) », Material History Review – Revue d’histoire de la culture matérielle, 51, p. 26-42.

– 2001 (à paraître). « En “Arlésienne” ou “le voile islamique” à l’envers ? Espace géographique, espace social du costume en Provence », Terrain, 36, mars.

L’ethnocartographie en Europe (Technologies, idéologies, pratiques, vol. TV). 1982-1983. Actes de la table ronde, Aix-en-Provence, Centre d’ethnologie méditerranéenne.

Galtier, Ch. 1979. « Entre Provence et Languedoc : les vanniers de Valabrègues », Le Monde alpin et rhodanien, n° 1-4 : « Artisanat et métiers de tradition », p. 39-280.

Ginoux, M. 1969. « A travers le pays d’Arles. Arlésiennes d’hier et d’aujourd’hui », Folklore de France, 108, p. 33-39.

Goebl, H. 1981. « Éléments d’analyse dialectométrique (avec applications à l’A.I.S) », Revue de linguistique romane, t. 45, n° 179-180, p. 349-420.

Guilcher, J.-M. 1981. « Régions et pays de danse en basse Bretagne », Le Monde alpin et rhodanien, 1, p. 33-37.

Martel, Cl. 1989. « Langue », in R. Bertrand, Chr. Bromberger, Cl. Martel et al., Provence, Paris, Bonneton, p. 252-266.

Mistral Fr. 1927 [1884]. « Lou coustume arlaten, Le costume arlésien », Dernière prose d’almanach, trad. par P. Dévoluy, Paris, Grasset, p. 93- 103 (1re éd. Armana prouvençau, 1884).

– 1979 [1878-1886]. Lou trésor dóu Felibrige ou Dictionnaire provençal-français embrassant les divers dialectes de langue d’oc moderne avec un supplément établi d’après les notes de Jules Ronjat, Raphèle-les-Arles, Marcel Petit, Centre de culture provençale et méridionale.

Niederer, A. 1982-1983. « L’Atlas linguistique de l’Italie et de la Suisse méridionale et l’Atlas de folklore suisse », in L’ethnocartographie en Europe (Technologies, idéologies, pratiques, vol. IV), Aix-en-Provence, Centre d’ethnologie méditerranéenne, p. 43-54.

Niel, N. 1989. « L’art du costume d’Arles. Traité théorique et pratique de coiffure et d’habillage », Arles, chez l’auteur.

Séguy, J. 1979. « La dialectométrie dans l’Atlas linguistique de Gascogne », Revue de linguistique romane, t. 37, p. 1-24.

Notes

1 Frédéric Mistral est natif de son secteur d’implantation.

2 Jean-Claude Bouvier (1979 : 57) assortit son propos d’une carte que l’on pourra confronter à celle, plus classique, de Claude Martel (1989 : 257).

3 Ayant constitué ma documentation (au cours de trois séries d’enquêtes) entre 1981 et 1995, j’ai ainsi pu travailler avec d’anciennes usagères du costume.

4 Cela par le réseau des structures savantes, écoles littéraires et même musées félibréens. Museon Arlaten surtout. Pour ce qui est de la délimitation de l’aire vestimentaire d’Arles en liaison avec le volontarisme culturel, voir Dossetto 2001.

5 Académie d’Arles 1941 en partie ; Amis du Vieil Arles 1980 ; Niel 1989. Le terme de « maintenance » est celui qu’emploient les usagers pour parler du volontarisme culturel.

6 Pour leur contexte de production et leur examen critique voir Dossetto 2000.

7 Arles. Raphèle, Moulès. Mas-Thibert. Salin-de-Giraud. Istres. Salon. Saint-Rémy. Eyguières, Sénas, Rognonas, etc.

8 Morceau de carton : Arles, Raphèle, Mas-Thibert, Salin-de-Giraud. Port-Saint-Louis, Montfrin, Vallabrègues, Rognonas, Mollégès, Saint-Rémy. Maussane. Aureille. Salon. Saint-Chamas ; boîte d’allumettes : Rognonas, Châteaurenard. Aureille. Eyguières. Saint-Chamas ; absence d’accessoire : Eyguières, Istres.

9 Je me demande si la façon avec « tours » n’a pas été inventée à l’occasion de la Fête parthénienne de 1904. Dans cette hypothèse, rien d’étonnant à ce que l’étude de Bourrilly n’en fasse pas état ; elle était achevée au moment de ladite fête.

10 Vêtement supplémentaire d’hiver, dont les plis prolongent le dégradé de la « chapelle ».

11 Je suis contrainte d’assimiler textiles et mots en raison d’enquêtes sans support d’objets ou d’examen de pièces sans possibilité de documentation sur le vocabulaire. J’obtiens ainsi la série suivante : gaze à Arles, Raphèle-Moulès, Mas-Thibert, Maussane, Saint-Rémy ; gaze ou tulle à Salin-de-Giraud, Salon, Eyguières, Rognonas ; tulle à Istres.

12 Marcelle Ginoux 1969. Fernand Benoît (1975 : 128) parle quant à lui de « cœur » mais sans préciser s’il reprend un mot en usage ou si l’analogie lui revient.

13 Rien de net n’est ressorti d’une analyse des désignations apparaissant dans un échantillon d’inventaires après décès (coupes tout au long du xixe siècle).

14 Voir Galtier 1979.

15 Les découpes du dos en trois parties apparentent le corsage local aussi bien au vêtement général inspirateur qu’à divers vêtements régionaux.

16 Dos en un morceau : Arles, Istres ; dos en trois morceaux : Aramon, Montfrin, Vallabrègues. Tarascon. Rognonas, Châteaurenard, Noves, Saint-Andiol. Mollégès, Saint-Rémy, Maussane, Sénas, Eyguières, Salon, Saint-Chamas. Dans toutes ces dernières localités, le corsage est du même type que les deux premières pièces présentées (illustration 4).

17 Dossier sans référence, palais du Roure. Avignon, que j’identifie comme préparatoire à l’Iconographie du costume projetée par Joseph Bourrilly et Jeanne de Flandreysy. L’enquête à Arles a en effet provisoirement buté sur des difficultés particulières. Précisons que les objets conservés au Museon Maten sont dénués d’information et toujours en instance d’inventaire (information Dominique Séréna-Allier, conservatrice, septembre 1997). Par ailleurs, pour les vêtements conservés au musée national des Arts et Traditions populaires, les collectes ont été faites sans intégrer le vocabulaire à la documentation directe.

18 Des exemples de coupe actuellement en usage sont fournis par Niel, 1989 : 261 ; ils illustrent l’indifférenciation spatiale actuelle des modèles.

19 Parmi mes points d’enquête, le village de Vallabrègues, gardois et languedocien, se situe ainsi sur la rive gauche du fleuve.

20 Arles. Raphèle-Moulès, Mas-Thibert, Salin-de-Giraud, Istres, Salon, Maussane, Saint-Rémy, Aureille, Eyguières, Sénas, Rognonas (en provençal manto : « mante »).

21 Au moins un ruban de deuil a souvent été utilisé au quotidien (personnes âgées), de sorte que l’absence d’observation est gênante pour l’interprétation. Je signale cependant que l’érudition accorde à l’acception spécifique de « velours » une valeur absolue.

22 A l’époque qui m’occupe la règle générale est l’ouverture des jupes au dos.

23 Les calculs sont limités aux localités les mieux explorées, Arles, Eyguières, Istres. Maussane. Montfrin, Rognonas. Salon, Saint-Rémy. La comparaison est établie tour à tour en fonction de chacune, prise comme point de référence ; elle est confrontée à toutes les autres pour chacun des traits en compte, auquel, vu leur petit nombre, j’ai accordé la même valeur ; une série complète (21 traits) enregistre la coexistence de traits permutables dans un lieu donné, à condition qu’ils soient attestés chez des natives. L’indice de comparaison entre deux points d’enquête est calculé de la façon suivante : le diviseur est le nombre des comparaisons de détail possibles (si une série localisée est complète et l’autre non, il peut n’y avoir, par exemple, que vingt comparaisons possibles ; prendre en considération cet état de fait permet de ne pas surévaluer la distance entre les lieux en question) ; le dividende est le nombre des différences constatées. Pour plus de précisions, voir Dossetto 1995.

24 Un tel principe de confrontation est déjà ancien (voir Bromberger, Dossetto & Schippers 1982-1983 : 30 et 33), mais l’enquête ne m’a fourni que quelques bribes des représentations afférentes à la géographie du costume. Les lignes qui suivent doivent donc être comprises comme relevant de l’hypothèse.

25 Le fait est d’autant plus notable que je n’ai généralement pas trouvé chez les hommes âgés des interlocuteurs de qualité.

26 Pour une description des trois tenues voir par exemple, Ginoux. 1969, Amis du vieil Arles 1980 ou Niel 1989. Le rôle du Museon Maten dans l’évolution volontariste du costume et son vocabulaire est analysé dans Dossetto 2000. Précisons cependant que les « costumes » sont de plus en plus souvent désignés par des périphrases centrées sur le vêtement de coiffure qui les caractérise.

27 Sur ce point et le débat avignonnais qui lui est lié, se reporter à Dossetto 2001.

28 Là où les écoles littéraires félibréennes ont partout été l’organe de diffusion du vêtement arlésien, les groupes folkloriques, plus tardifs, cultivent la variété vestimentaire.

29 Suggérée par les rapprochements que font les usagers, une mise en rapport de la géographie vestimentaire et de celle des parlers (subdivisions du dialecte attachées à un micro-espace) pourrait constituer une piste de recherche.

Notes de fin

* L’étude reprise dans ces pages (Dossetto 1995), soutenue par la mission du Patrimoine ethnologique, a bénéficié d’une aide financière du conseil général des Bouches-du-Rhône et de la ville de Salon-de-Provence.

Table des illustrations

Titre 1. Arlésienne, 1893-1974Native de Camargue, venue habiter Arles à huit ans, elle a accédé au costume en dehors du volontarisme culturel, mais y a ensuite adhéré (intégration à une association félibréenne à l’âge mûr, emploi de gardienne au Museon Arlaten). Cliché tiré du Bulletin des Amis du vieil Arles pour la protection de son patrimoine historique et esthétique, 2e série, n° 58, p. 8.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2914/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 1. L’aire d’extension du costume en 1904 d’après la Fèsto vierginencoAutour de Frédéric Mistral, la Fèsto vierginenco ou Fête parthénienne réunit de nouvelles utilisatrices du costume afin d’encourager publiquement le maintien de celui-ci. A ce but affiché s’ajoute celui de la circonscription de l’aire vestimentaire : l’origine de 256 jeunes filles sur 270 est publiée (les chiffres n’instruisent pas sur la vitalité de la pratique), et le poète, dans un texte de cantate composé pour la rencontre, dresse la liste des lieux où le costume est ordinairement porté. La carte croise les deux sources pour un tracé dont la fiabilité a été vérifiée par un inventaire dans les cimetières limitrophes (portraits d’identité de femmes en vêtement local). Cartographie : D. Dossetto, 1979 (hors pagination).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2914/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Insertion d’un morceau de carton. Croquis de Léo Lelée, Académie d’Arles, p. 312. Reproduction D. Dossetto.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2914/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Ruban utilisé sans accessoire. Istréenne, 1894-1970, utilisatrice quotidienne du costume complet jusqu’à son décès. Reproduction D. Dossetto.2. Pose du ruban de coiffure
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2914/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre 3. Arrangement des extrémités du fichu avec nœud apparent. Croquis de Léo Lelée, légende pédagogique de Jean des Vallières, Académie d’Arles, p. 303.Reproduction D. Dossetto.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2914/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre 2. Nommer son corsage.Carte d’inventaire Source : enquête directe 1981-1995 (personnes extérieures au volontarisme culturel), cartographie : D. Dossetto, 1995.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2914/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 4. Corsages : comparaison des coupes du corps
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2914/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 3. Les noms du costume.Carte schématique d’une distribution tardiveSource : enquête directe 1986-1995 (personnes extérieures au volontarisme culturel), cartographie : D. Dossetto, 1995.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2914/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540