Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Limites floues, frontières vives

 | 
Christian Bromberger
, 
Alain Morel

II. De fromages en costumes : à quoi riment les frontières ?

Des frontières techniques mouvantes dans les Alpes du Sud

Catherine Llaty

Texte intégral

Entre mondes alpin et méditerranéen, les vallées des Alpes méridionales se situent à la croisée de deux formes contrastées de civilisation où se chevauchent et se relaient deux systèmes d’usages culturels.

1Christian Bromberger (1991 : 17) résumait ainsi le bilan de recherches ethnologiques, historiques et dialectologiques dans les vallées alpines entre les années 1930 et 1960, qui mettaient en exergue des pratiques traditionnelles différenciées suivant un axe nord-sud.

2Ces travaux supposaient donc l’existence d’une zone de contact entre deux systèmes culturels juxtaposés au sein desquels il était envisageable d’analyser des corrélations mécaniques. A partir de là, la notion de frontière culturelle apparaissait comme une base épistémologique permettant de nous interroger sur les mécanismes de la différenciation culturelle.

3Dans cette optique nous avons parcouru une dizaine de vallées sud-alpines des versants français et italien (carte 1), avec comme objet d’étude la culture traditionnelle des céréales. Notre premier objectif fut évidemment d’établir un tracé précis des frontières culturelles, c’est pourquoi nous avons scruté de village en village les variations techniques du système de production des céréales. Au cours de l’étude nous nous sommes aperçue qu’il était vain de chercher à fixer des frontières. Le résultat de nos enquêtes montrait, en effet, que les changements avaient été nombreux au cours de l’entre -deux-guerres, période à laquelle faisaient référence nos informateurs, la production domestique des céréales ayant pris fin dans les années 1940 et 1950. Par ailleurs, les ouvrages monographiques ainsi que les statistiques et les archives nous ont permis de dresser un tableau relativement précis des pratiques techniques au xixe siècle ; nous avons donc pu remonter quelque peu dans le temps et nous apercevoir que, à cette époque aussi, des transformations s’étaient produites. Tout cela aboutit à une situation complexe de frontières qui se font et se défont, certaines anciennes, d’autres beaucoup plus récentes. Certes, l’opposition nord-sud est prégnante dans de nombreux cas mais elle apparaît parfois de façon sporadique et conjoncturelle et, point important, comme non déterminante dans la phase finale du processus historique. Pour les dernières décennies (1930-1950) il est possible en effet de découper la région en bandes verticales déclinant de l’est vers l’ouest trois aires caractérisées par l’intensité des mutations du système technique.

1. La région étudiée et ses lieux d’enquête

4A partir de quelques exemples, nous allons présenter l’évolution chronologique de ces frontières pour nous interroger finalement sur la valeur épistémologique de la notion de frontière culturelle. Face à la mobilité des frontières, on peut se demander, en effet, si cette notion ne constitue pas plutôt une barrière pour le chercheur, en empêchant celui-ci de se départir d’une vision fixiste des phénomènes culturels.

Contexte général : l’économie des vallées sud-alpines

5Le paysage sud-alpin se déploie tout en hauteur et s’étage en plusieurs strates écologiques qui opposent des espaces de production variés et complémentaires. Au-dessus des vallées où se logent les cultures et l’habitat permanent, la forêt cède la place, à partir de 1 600 ou 2 000 mètres, aux alpages.

6Il faut garder cette configuration à l’esprit pour concevoir l’ancien mode de vie des communautés montagnardes qui pratiquaient une exploitation extensive de la montagne avec notamment l’élevage. Entourées de hautes crêtes culminant toujours à plus de 2 000 ou 3 000 mètres, fermées à l’aval par des cluses souvent étroites, les vallées sud-alpines n’ont jamais été propices à l’agriculture, activité qui a rarement dépassé le stade de la consommation familiale. Situées sur les pentes, les terres cultivables sont en effet de faible étendue et souffrent du ravinement. Jusqu’au xixe siècle, les céréales panifiables, seigle et froment, assuraient presque exclusivement la subsistance des agriculteurs et l’on cultivait un peu d’orge et d’avoine pour la nourriture des animaux. Pour pallier le manque de terres arables, manque conforté par une population dense, un habitat temporaire, établi sur de hautes vallées suspendues, accueillait l’été les habitants des fonds de vallées qui venaient bénéficier des alpages pour leurs troupeaux mais aussi de terres cultivables gagnées sur les forêts par essartage. Les cols offraient en outre les seules voies de communication possibles entre les vallées pour un dense réseau commercial et de colportage.

7Paradoxalement, le développement des voies de communication – chemins de fer, routes en fond de vallées – à la fin du xixe siècle et l’ouverture des vallées au monde extérieur entraînent un repli des paysans alpins sur leur habitat permanent. Avec l’exode rural et le manque de main-d’œuvre, les habitations temporaires ainsi que de nombreux hameaux sont délaissés et l’agriculture tend à se concentrer autour des villages. On assiste, parallèlement, à un déclin irréversible de la culture des céréales, concurrencées par la pomme de terre et les denrées venues de l’extérieur. Grâce à l’endiguement des rivières, les fonds de vallée notamment, bénéficiant désormais des terres d’alluvions, développent la culture des prairies artificielles qui leur faisaient cruellement défaut. D’une manière générale, l’agriculture concentre donc toujours davantage sa production sur l’élevage. Mais, jusqu’aux années 1950, les céréales, bien qu’elles soient en forte régression, ne sont pas abandonnées. Sans doute les pénuries alimentaires liées aux guerres et le vieillissement de la population ne sont-ils pas étrangers à cet état de fait, sans compter le rôle important de la paille utilisée pour les animaux durant leur longue stabulation hivernale.

8L’entre-deux-guerres apparaît finalement comme une période de transition où, à côté d’une agriculture qui se veut de plus en plus spéculative, se conserve une agriculture à usage domestique centrée sur les céréales pour la culture desquelles se maintiennent des techniques prémachinistes que l’on pourrait qualifier de traditionnelles. Celles-ci présentent des caractéristiques communes mais l’on note un certain nombre de variantes qui ne sont pas étrangères aux contrastes d’altitude et de latitude de la région étudiée. Nous allons voir néanmoins à travers quelques exemples particulièrement parlants que le poids de l’environnement est toujours relatif comme l’est le qualificatif de traditionnel.

Les frontières du système technique « traditionnel »

La répartition des céréales panifiables : une frontière naturelle ?

  • 1 Mais le seigle est aussi présent dans la partie supérieure du haut Verdon et le froment dans la bas (...)

9La répartition des céréales cultivées aux périodes étudiées délimite une aire septentrionale du seigle et une aire méridionale du froment dont la frontière passe par l’Embrunais, l’Ubaye et la haute Tinée1 (carte 2). L’orge et l’avoine sont des cultures secondaires présentes partout. Le seigle est une céréale rustique, aux rendements réguliers, peu exigeante en matière de sol et de climat. Contrairement au froment, sa résistance au froid est élevée et il peut être cultivé sur des terrains pauvres. Il remplace donc avantageusement le froment dans les régions où celui-ci ne peut être cultivé pour des raisons climatiques et orographiques. La préférence donnée au froment partout où il peut être cultivé semble aller de soi. Le pain à base de farine de cette céréale, ou pain blanc, a toujours été valorisé en raison de sa couleur, c’est bien connu, mais aussi pour l’aptitude inégalée du froment à la panification. Louis Stouff nous explique qu’à la fin du Moyen Âge il existait une hiérarchie des pains calquée sur la hiérarchie sociale et que le pain de froment était réservé aux seigneurs (1968 : 33). La préférence accordée à l’une ou à l’autre céréale semble donc naturelle et l’on imaginerait sans mal qu’elle puisse remonter plusieurs siècles en arrière. Ce serait pourtant compter sans certains facteurs humains et économiques.

2. Variantes opposant deux aires techniques au xxe siècle suivant un axe nord-sud

10Le seigle est une céréale qui peut pousser sous toutes les latitudes en Europe et l’on constate qu’avant le xixe siècle sa culture était assez répandue dans les zones plus méridionales et moins élevées de la Provence. Aux xviie et xviiie siècles, plusieurs communes du Var et des plateaux vauclusiens donnaient la priorité, parfois l’exclusivité, au seigle (Blanchard 1945 : 392). Il en est de même des zones plus orientales où, d’après Louis Stouff, certaines communes, comme Roquebillière dans la Vésubie, produisaient exclusivement du seigle aux xive et xve siècles. Dans la première moitié du xixe siècle encore, les communes des Alpes-Maritimes favorisant cette céréale sont peu nombreuses (18 sur 71) mais comptent les plus gros producteurs (Blanchard 1950 : 423). La complète domination du froment dans l’arrière-pays méditerranéen est donc toute récente et ne remonte pas au-delà de la seconde moitié du xixe siècle, période avant laquelle la production du seigle, céréale peu exigeante, représentait un moyen efficace de lutter contre les risques de pénurie. Par la suite, en revanche, « la disette exorcisée par les progrès des communications, les succès généralisés de la pomme de terre, le désir de mieux vivre qui se développe chez les paysans, se conjuguent pour refouler le seigle » (Blanchard 1949 : 146). Nous ajouterons que l’abandon des terres les plus éloignées et les plus ingrates a dû fortement contribuer à ce recul qui se fait progressivement du sud vers le nord. La répartition du seigle et du froment au xxe siècle est donc le résultat d’un processus historique récent.

Les instruments aratoires

11Les instrument aratoires, araires et outils à bras, présentent des variations morphologiques réparties en deux aires de distribution (carte 2) qui, à l’instar des céréales, sont le résultat d’un processus de diffusion remontant vers le nord.

12L’araire, principal instrument de labour jusqu’à la fin du xixe siècle et même plus tard, est, suivant la typologie de André G. Haudricourt et Mariel Jean-Brunhes Delamarre (1955), de type manche-sep dans l’ensemble de la région étudiée. C’est un bâti léger, simple à monter et de petite taille, bien adapté aux conditions d’accès difficiles des parcelles sur les versants parfois abrupts. Les éléments de variation ont trait aux différentes parties constitutives de l’araire : soc à douille ou à reille, pointu ou lancéolé, sep horizontal ou incliné, angle entre le manche et le sep ouvert ou fermé, ailes diversement orientées. Leur combinaison détermine à la fois la conduite de l’instrument et le mode de découpe du sol, deux aspects intimement liés, mais c’est la forme du soc qui est la plus révélatrice de ces caractéristiques technologiques, les autres pièces intervenant pour accroître son efficacité et le type de travail recherché.

  • 2 Reille vient du mot latin regula qui a un sens général de « baguette ».

13Le soc à reille est composé d’une longue tige ou règle2 posée sur le sep, coincée à l’arrière dans la mortaise du manche par une cale et par l’extrémité du timon. A l’avant, la tige est lancéolée, ce qui permet de détacher la couche superficielle du sol des couches plus profondes par une coupure horizontale. Les socs à douille s’emboîtent tout simplement sur la partie avant du sep et se terminent le plus souvent par un cône ou une tige pointue qui pénètre obliquement dans le sol et agit dans la terre « à la façon d’un crochet » (Comet 1987 : 52). D’après André G. Haudricourt et Mariel Jean-Brunhes Delamarre, la reille est généralement associée au seul bâti chambige (1955 : 106) utilisé, entre autres régions, dans toute la Provence méridionale depuis la vallée du Rhône jusque dans l’ancien comté de Nice, et sa présence sur des araires manche-sep s’explique par une extension des caractéristiques techniques du bâti chambige dans les zones de contact entre les deux bâtis. Au travers des témoignages et des recherches en musée, nous savons que dans les vallées sud-alpines la reille s’est diffusée vers le nord, détrônant peu à peu le soc à douille depuis la fin du xixe siècle jusque dans les années 1920. Nous rencontrons alors un gradient de situations avec des araires à reille dans les vallées les plus méridionales, des araires à soc à douille dans la frange septentrionale et un ensemble d’araires à soc hybride dans les zones intermédiaires, socs combinant douille et lame lancéolée ou reille et extrémité pointue (carte 4). Au regard des autres parties de l’instrument, il apparaît que les araires effectuaient une découpe horizontale du sol dans une moitié sud ainsi que dans les vallées italiennes (un doute subsiste néanmoins pour la vallée de la Varaita), alors qu’ils effectuaient un travail en profondeur dans la moitié nord. Il est difficile de remonter au-delà du xixe siècle pour connaître la morphologie ancienne des instruments aratoires mais il est probable que la différence entre araires à travail oblique et araires à travail horizontal s’est accentuée à la fin du xixe siècle, créant une frontière au sein des vallées alpines et à l’intérieur du bâti manche-sep.

  • 3 Il s’agit d’un bident à deux cornes, la région connaissant depuis plus longtemps des houes dont la (...)
  • 4 Pour plus de précisions sur cette diffusion voir Llaty 1998 : 90-93.

14Les différences rencontrées sur les outils à bras, houes à deux lames de section plate dans les vallées méridionales et houes à deux lames de section ronde au nord (carte 2), sont également relativement récentes et ne concernent que le xxe siècle. En réalité ces derniers types de houe se sont substitués au début du xxe siècle à une houe à pointe unique, épaisse, longue et effilée, alors que les premières évoquées existaient déjà depuis au moins le dernier quart du xixe siècle. Notons que dans tous les cas la partie active des houes est dépourvue de zone plate permettant de déplacer la terre. L’histoire des outils à bras est difficile à faire car ceux-ci sont rarement mentionnés dans la littérature. A partir de nos recherches, il semble néanmoins que l’on puisse faire remonter l’utilisation du bident au moins à la seconde moitié du xixe siècle dans la Provence orientale3 (comté de Nice), région à partir de laquelle il se serait diffusé vers le nord et le nord-ouest4. Il nous a été impossible, par les seuls facteurs techniques (pédologie, nature des terrains cultivés, climat) d’avancer une explication au sujet des variantes morphologiques des houes. Nous pouvons seulement constater que celles à deux dents sont apparues beaucoup plus tardivement là où les lames sont de section ronde. La frontière entre les deux types de bident se calque donc sur une frontière plus ancienne entre bident et unident que l’on ne peut faire remonter cependant au-delà de la seconde moitié du xixe siècle.

  • 5 L’absence de l’araire à travail horizontal dans l’Embrunais et la basse vallée de l’Ubaye s’expliqu (...)

15La diffusion vers le nord des araires à travail horizontal et du bident est selon toute probabilité liée à l’expansion du froment, quoique indirectement, dans le sens où cette expansion signifie que l’on abandonne les mauvaises terres. Le soc pointu tout comme l’épaisse lame de la houe assurent une pénétration plus facile et constante dans les terres caillouteuses, sèches et légères. Celles-ci étaient généralement destinées au seigle puisque le froment nécessite des sols de meilleure qualité, sols de limon bien alimentés en eau5. Nous allons voir à présent que, dans un processus inverse cette fois, d’autres innovations se sont diffusées aux mêmes périodes à partir du nord.

Les moissons

16La faucille est sans conteste l’outil le plus anciennement utilisé pour la récolte des céréales dans l’ensemble des vallées. L’emploi de la faux pour les moissons, qui ne s’est généralisé en France qu’au xixe siècle, a été adopté au tout début du siècle suivant dans la plupart des hautes vallées septentrionales de la région étudiée (carte 3). Cela a créé une nouvelle frontière dont le tracé suit approximativement les limites méridionales de la zone où le seigle est resté la principale céréale cultivée. Cette coïncidence ne peut nous étonner lorsque l’on constate que la faux, dans son aire d’extension, n’était utilisée que pour le seigle, les céréales à paille courte, orge, avoine et froment, ne lui convenant pas. D’autres raisons maintenant connues – et c’est pourquoi nous n’y reviendrons pas – expliquent le rejet de la faux dans les régions méditerranéennes bien qu’elle permette un travail deux à quatre fois plus rapide que la faucille. Dans le cas des vallées sud-alpines, il est plus difficile de savoir pourquoi la faux ne s’est pas diffusée plus tôt ni sur l’ensemble de l’aire d’extension du seigle (haut Verdon et vallées italiennes). Nous mettons en parallèle ces deux phénomènes car une analyse technologique nous montre que, dans les conditions d’une petite exploitation familiale, les deux systèmes, moisson à la faucille et moisson à la faux, sont à peu près équivalents du point de vue de la rapidité du travail compte tenu des opérations de liage des gerbes. L’usage de la faux ne compenserait donc pas un manque de main-d’œuvre, manque par ailleurs général sur l’ensemble de la région étudiée. Notre hypothèse est que l’introduction de la faux est liée à un phénomène de mode en rapport avec la pression de l’administration et du discours de l’époque concernant le progrès et la nécessité de moderniser l’agriculture. La moisson à la faux s’étant généralisée au xixe siècle dans toute l’Europe non méditerranéenne et l’Italie tout entière n’en connaissant pas ou peu l’usage, sa diffusion au nord-ouest de notre zone d’étude serait le résultat d’influences septentrionales qui n’ont pas achevé leur progression plus au sud ni dans le Piémont.

3. Diffusion des innovations du xxe siècle, opposant les aires en strates horizontales

Les procédés de battage

  • 6 Pour plus de précisions voir Llaty 1997 et 1998.

17Les anciens procédés de battage se répartissent dans les vallées sud-alpines en trois grandes familles. Le battage au fléau s’est conservé dans les dernières périodes dans le Bas-Briançonnais ainsi qu’en aval de la vallée de la Stura. D’une extension plus grande au xixe siècle, où il couvrait le Queyras, une partie de l’Embrunais et la vallée de la Varaita, il a été remplacé par une technique plus rudimentaire consistant à battre les gerbes à la main sur une planche ou une dalle inclinée. C’est le principe du chaubage, répandu depuis le milieu du xixe siècle au moins en amont de la vallée de l’Ubaye et de la vallée de la Stura mais qui, avec la diminution des quantités de céréale à battre, s’est étendu vers le nord ainsi que vers le sud sur l’ancienne aire du foulage. Le foulage sous les pieds des animaux a néanmoins résisté sur une frange méridionale, dans le haut Verdon et la moyenne vallée du Var (carte 4). Le repli du battage au fléau et du foulage n’a pas été total, pourrait-on dire, puisque partout où l’on chaubait on continuait à utiliser le fléau ou un animal, sous des formes moins contraignantes, pour compléter le travail grossier du battage à la main6. Nous avons montré ailleurs combien le choix de l’un ou l’autre de ces procédés relevait d’une combinaison complexe de multiples facteurs (Llaty 1997 et 1998). Concernant le battage au fléau et le foulage, le poids des contraintes écologiques est néanmoins suffisamment fort pour qu’il retienne ici notre attention. Les différences d’altitude et de latitude entraînent un décalage dans le calendrier agricole et ne permettent pas de travailler partout dans les mêmes conditions. C’est pourquoi l’on rencontre dans la partie nord de la région étudiée de grandes granges dans lesquelles les gerbes peuvent être stockées et battues à l’automne au fléau. Au sud, en revanche, les céréales, moissonnées plus tôt, sont laissées en plein air sous forme de gerbiers jusqu’à la fin des moissons et foulées en période estivale sous les pieds des animaux. Malgré quelques exceptions (dans le bas de la vallée de la Stura par exemple, c’est le fléau qui est utilisé bien qu’ici les moissons soient précoces et battues en plein air en août), on peut dire que les conditions climatiques constituent un moteur de la différenciation culturelle. En effet, l’opposition dedans/dehors inscrit sa marque sur l’architecture (présence/absence de grange) et sur les techniques (foulage quand l’on peut battre à l’extérieur, fléau quand l’on doit travailler à l’intérieur). On conçoit alors que la frontière entre ces deux procédés puisse être ancienne, ce qui n’était pas le cas pour les instruments aratoires et de moisson, ni même pour les céréales cultivées. Peut-on penser néanmoins que ces phénomènes anciens ont contribué à marquer une opposition dans les phénomènes plus récents quand on voit que ces derniers ne sont pas déterminés par des facteurs naturels ? Autrement dit, y aurait-il un déterminisme culturel ? Le cas de l’égreneuse montre que la réponse à la question n’est pas évidente.

4. Synthèse des variantes opposant trois aires techniques suivant un axe nord-sud au xxe siècle à partir des items suivants : type d’habitation ; mode de fixation des socs ; procédé de battage

18Introduite à partir des années 1920, l’égreneuse ne fait pas partie à proprement parler du complexe technique que l’on peut qualifier de traditionnel, mais si nous l’évoquons ici c’est parce que son aire de diffusion crée à nouveau une césure nord-sud qui n’est pas sans rapport avec la distribution des procédés de battage anciens.

19L’égreneuse est une machine de faible envergure actionnée à bras. Il faut quatre hommes pour tourner à un rythme rapide la manivelle qui entraîne un tambour hérissé de dents. Les gerbes déliées passent au travers des dents qui déchiquettent les épis en libérant le grain mais laissent la paille entière quoique écrasée. Au total sept à huit personnes au moins doivent coopérer et c’est pourquoi l’on s’entraidait entre voisins, se rendant les journées les uns aux autres. Si, pour chaque récolte, le travail était écourté, le temps investi au final ne l’était donc pas. L’avantage de l’égreneuse résidait en fait dans la possibilité de s’entraider à une époque où les familles étaient amputées de la main-d’œuvre robuste que constituaient les jeunes, partis émigrer Elle n’a pourtant pas été adoptée partout.

20L’égreneuse s’est diffusée par le nord au sein des vallées septentrionales et n’a pas traversé l’Ubaye pour se répandre dans l’arrière-pays méditerranéen (carte 3). Dans ces régions où l’on cultivait principalement du seigle, elle était utilisée uniquement pour l’égrenage de l’orge, de l’avoine et, quand il y en avait, du froment car le seigle, à la paille trop longue, obstruait et enrayait le mécanisme de la machine. Proportionnellement, la production des céréales à l’usage des animaux tendait à s’accroître par rapport à celle du seigle et l’on comprend l’avantage que pouvait alors constituer l’acquisition d’une égreneuse. En revanche, les limites de sa diffusion constituent un phénomène plus énigmatique. On pourrait penser que dans les pays les plus méridionaux, l’habitude de faire fouler la paille et la valorisation de la paille broyée considérée comme très appréciée par les bêtes ont pu constituer un élément de résistance. Cet argument pourtant ne tient pas quand l’on sait, par exemple, que le passage du foulage au chaubage dans certaines régions n’a posé aucune difficulté de ce type. Les nécessités de l’entraide auraient-elles pu poser problème en raison d’une réticence à communiquer à la communauté les résultats de la récolte, que les rendements aient été bon ou mauvais ? Mais alors la résistance aurait dû plutôt venir des exploitants septentrionaux, habitués à battre à l’abri de leur grange, que des exploitants méridionaux, accoutumés à fouler en plein air à la vue de tous. On le voit, les compatibilités ou incompatibilités techniques liées à des habitus sont inexistantes. Comme pour la faux, la diffusion par le nord de l’égreneuse et les limites de son extension pourraient être mises en relation avec la distance d’un foyer de diffusion, les égreneuses provenant des pays suisse et germanique via Lyon, Grenoble et la vallée du Pô.

Des phénomènes de diffusion complexes

21A travers ces différents exemples, nous voyons se dessiner un ensemble de courants de diffusion centripètes et centrifuges, créant ou recréant des frontières éminemment flexibles. Peut-on alors parler de frontière ? Sans doute puisque la diffusion se voit toujours stoppée en un lieu donné sans que des contraintes sociales, économiques, techniques et environnementales puissent toujours être mises en cause. Les contacts plus ou moins étroits noués de proche en proche entre les vallées ou entre celles-ci et les régions voisines, à l’occasion des foires et des migrations temporaires, pourraient être évoqués pour expliquer les distances et les directions prises par les courants de diffusion. Il est curieux néanmoins de constater que l’on ne peut délimiter des zones homogènes plus ou moins innovantes et plus ou moins résistantes aux changements. Les changements sont de nature diverse dans toutes les régions : ils concernent ici les céréales et les instruments aratoires, là la moisson, ailleurs les procédés de battage. Certes, des facteurs géographiques, sociaux ou culturels peuvent permettre de préciser certaines résistances ou certaines adaptations. Il reste que les aires de diffusion ne se superposent pas : si le chaubage se diffuse en partie dans l’aire qui adopte la faux, celle-ci ne se répand pas dans toutes les zones, même septentrionales, qui ont adopté le chaubage. Les mécanismes de l’échange et de l’emprunt sont donc de nature complexe et seules des études monographiques très minutieuses permettraient peut-être d’en saisir les ressorts.

Mutation graduelle du système technique et nouvelles frontières

22Comme nous l’avons vu, la culture des céréales durant l’entre-deux-guerres relève d’une production domestique. La diminution des espaces cultivés consacrés aux céréales, que font apparaître toutes les statistiques, est à mettre en relation avec la concurrence des prairies artificielles et d’autres denrées mais elle traduit davantage la disparition d’un grand nombre d’exploitations agricoles. En effet, au sein de celles qui demeurent, les céréales continuent d’avoir leur place à des fins domestiques. Si, pour chaque exploitation, les quelques hectares cultivés (moins de cinq) paraissent bien peu de chose, ils ne sont pas tellement plus nombreux à l’époque plus lointaine où la montagne souffrait du surpeuplement. Pour de si petites quantités, le maintien des techniques prémachinistes ne surprend pas. En revanche, il peut paraître paradoxal de voir, dans certaines vallées, les agriculteurs se doter d’un outillage autrement plus sophistiqué : charrues, faucheuses, batteuses, etc., à moins que l’abandon du système technique traditionnel ne traduise le passage d’une économie domestique à une économie de marché, ce qui ne semble pas être le cas.

23Ce sont les basses vallées occidentales, le long de la Durance, en Ubaye et dans le haut Verdon, qui se mécanisent le plus tôt : la charrue industrielle, en même temps que la faucheuse et la batteuse, apparaissent dès les années 1920 et 1930 chez les plus gros propriétaires et se généralisent à l’ensemble des exploitations à partir des années 1940. Dans les zones limitrophes situées à l’est (Queyras, haute Ubaye, moyen Var), ce n’est qu’après la guerre, alors que le nombre d’exploitations est fortement réduit, que celles-ci se mécanisent. En revanche, les vallées orientales, Vésubie, Tinée, Stura et Varaita, ne montrent aucune reconversion, si ce n’est l’emploi tardif de la charrue ici ou là, et conservent l’araire, la faucille et le chaubage jusqu’à la fin (carte 5).

24Les frontières techniques, opposant cette fois des aires différenciées suivant un axe est-ouest, révèlent donc un nouveau découpage de la région. Celui-ci n’est pas sans rapport avec les transformations du paysage agraire évoquées plus haut et le développement de l’élevage. Durant l’entre-deux-guerres trois orientations de production se décèlent. Depuis les aménagements de la fin du xixe siècle, les basses vallées occidentales bénéficient d’un finage plus étendu avec des champs plats en bord de rivière qui permettent la culture de prairies artificielles. La désertification rurale, accentuée au lendemain de la Première Guerre mondiale, laisse vacants de nombreux terrains achetés ou loués par les agriculteurs qui demeurent. Ceux-ci peuvent désormais cultiver de plus larges surfaces, destinées essentiellement aux cultures fourragères pour lesquelles la charrue industrielle devient indispensable ainsi que l’emploi d’une faucheuse. Des remembrements permettent l’abandon des terrains pentus consacrés jusque-là aux céréales et celles-ci sont cultivées en alternance avec les légumineuses : après environ cinq ans, une partie des champs de luzerne et de sainfoin est défrichée pour laisser la place pendant deux années consécutives aux cultures céréalières. On rentabilise alors le matériel acquis en utilisant la charrue industrielle et en transformant la faucheuse en moissonneuse par l’adjonction d’un tablier en tôle qui recueille les épis pour les évacuer sous forme de javelle : un nombre important de lieurs doit se dépêcher à l’arrière pour laisser le passage libre au retour de la machine et c’est encore l’entraide qui fonctionne. Dans l’engrenage de cette mécanisation qui nécessairement entraîne une modification du mode d’organisation du travail, l’achat ou la location d’une batteuse va, pour ainsi dire, de soi. La batteuse réalise les différentes étapes d’égrenage et de vannage, ensache même le grain et hache la paille. Ici aussi l’entraide est mise à contribution, cinq à dix personnes se partageant le travail (pour approcher les gerbes, les délier, les mettre dans la batteuse, ranger la paille et le grain).

5. Intensité des mutations du système technique

25Cette modernisation ne touchera les hautes vallées adjacentes et la moyenne vallée du Var qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, lorsque le morcellement des structures familiales est à son apogée. Jusque-là, la proximité des pâturages et les vastes étendues de prairies naturelles n’avaient entraîné aucune modification notable du système agraire et donc du système technique. Mais lorsque les chefs de famille se retrouvent seuls pour gérer leur exploitation et peu nombreux au sein du village, la mécanisation devient le seul moyen de résister à la pression économique.

26Contrairement à ces régions au relief atténué et contrairement aux vallées occidentales qui offrent de larges couloirs de communication vers l’extérieur, les vallées orientales sont profondément encaissées. Parce qu’elle ne peuvent bénéficier de nouvelles terres et de surfaces planes, elles optent pour une diversification de la production. Des systèmes de rotation sont adoptés qui associent la pomme de terre, les céréales et les légumineuses (trèfle notamment) sur trois ans. Le peu de place cédé aux prairies artificielles et le manque de surfaces planes nécessaires à l’emploi de la charrue et de la faucheuse engagent les agriculteurs à conserver leur système technique traditionnel qui reste, en l’occurrence, adapté aux nouveaux choix de production.

La valeur épistémologique de la notion de frontière culturelle

27Le concept de frontière culturelle nous a amenée à dresser le tableau d’une agriculture traditionnelle fondée sur des techniques prémachinistes. Si ces dernières se sont conservées jusqu’à la fin des années 1940, les possibilités de recourir à la mémoire des informateurs et d’observer l’outillage ont été plus ou moins grandes suivant leur degré résiduel d’application entre les années 1920 et 1950, période au-delà de laquelle il est nécessaire d’accéder aux archives et autres écrits. Mais pouvons-nous parler de degré résiduel ? L’utilisation de l’araire dans certaines vallées et l’emploi de la charrue industrielle dans d’autres à la même période signifient-ils qu’il y a d’un côté une persistance d’une agriculture obsolète et de l’autre une agriculture novatrice en étroite synergie avec les mutations du monde moderne ? Nous avons vu que ce n’était pas le cas puisque la maintien de certains procédés ou le passage à la mécanisation s’adaptent tout autant à de nouveaux choix de production. Or, ces choix participent au mouvement productiviste de la société globale mais divergent en fonction des possibilités du milieu écologique et de l’aménagement du territoire. Il faut donc nous départir de la perception très globalisante d’une histoire agraire divisée en un avant et un après la révolution industrielle, perception qui nous poursuit encore aujourd’hui et qui est issue de la mentalité du xixe siècle. Celle-ci voyait en effet dans le progrès et le modernisme une rupture avec un monde archaïque vieux de plusieurs siècles. Tenter de reconstituer une agriculture traditionnelle à partir des techniques prémachinistes dans leur dernière phase de développement est un leurre. Nous avons vu, dans une démarche combinant l’espace et le temps, que des changements s’étaient régulièrement produits dans l’histoire de l’outillage agricole et que des pratiques prétendument traditionnelles remontaient à moins d’un siècle. Parce que ces changements ne se réalisent pas partout ils établissent des frontières qui départagent la région suivant une opposition nord-sud ou est-ouest. Peut-on dire pour autant que ces frontières délimitent des aires culturelles ? On ne peut répondre par l’affirmative à moins d’associer le maintien des techniques prémachinistes à une agriculture archaïque et obsolète, ce qui, nous l’avons montré, ne peut être accepté. Le fait que les frontières traversant la région horizontalement soient, à l’exception de l’égreneuse, liées aux techniques prémachinistes et qu’elles se calquent sur une frontière plus ancienne (nous faisons référence aux procédés de battage) laisse à penser qu’il y a bien un enracinement de deux mondes, alpin et méditerranéen, juxtaposés. Pourtant, lorsque l’on regarde comment ont évolué les techniques à partir des années 1920 avec l’introduction de la mécanisation et de l’outillage industriel, on peut se dire que la situation évoquée jusqu’ici, à savoir l’opposition nord-sud, ne relève d’aucun substantialisme. Nous y voyons plutôt l’effet d’un processus dynamique de convergence et de divergence lié à des paramètres environnementaux et socio-économiques. Lorsque ces paramètres changent, en l’occurrence sous la pression de la société globale, la configuration des phénomènes techniques change également. Ainsi, le processus dynamique de convergence et de divergence œuvre à la mise en place d’aires techniques et culturelles aux contours flous mais néanmoins repérables. Or ces aires sont évolutives et donc éphémères. Quelle valeur épistémologique peut-on alors accorder à la notion de frontière culturelle ?

28La notion de frontière, a fortiori de frontière culturelle, suppose de façon implicite l’existence d’entités géographiques et humaines closes et juxtaposées, à l’intérieur desquelles se reconnaissent des traits particuliers, des marqueurs culturels qui se transmettent sur la longue durée. Or, en nous mettant sur la voie d’une discontinuité spatiale des pratiques, les frontières nous ont conduite, au contraire, à une discontinuité chronologique. Il nous semble, au vu des résultats obtenus, que ce n’est pas tant la notion de frontière culturelle qu’il faut remettre en cause, que la manière de concevoir la culture sous un angle substantialiste. Ce travers est particulièrement fort dans l’étude des sociétés paysannes perçues idéologiquement comme routinières et immobiles. Si nous avons pu démontrer le contraire, c’est à l’étude des frontières culturelles que nous le devons.

Bibliographie

Références bibliographiques

Blanchard, R. 1945. Les Alpes occidentales, t. IV, Grenoble, B. Arthaud.

– 1949. Les Alpes occidentales. Les grandes Alpes françaises du Sud, t. V, vol. 1, Grenoble/Paris, B. Arthaud, p. 1-514.

– 1950. Les Alpes occidentales : Les grandes Alpes françaises du Sud, t. V, vol. 2, Grenoble/Paris, B. Arthaud, p. 527-1018.

Bromberger, Chr. (dir.). 1991. « Recherches sur les frontière culturelles dans les mondes européen et méditerranéen », texte du projet de recherche AO 91 PACA 19 en réponse au programme sur appel d’offres « Frontières culturelles » de la mission du Patrimoine ethnologique (ministère de la Culture), communication personnelle, Aix-en-Provence.

Comet, G. 1987. Le paysan et son outil : essai d’histoire technique des céréales (France, viiie-xve siècle), thèse pour le doctorat d’Etat ès-Lettres, Aix-en-Provence, université de Provence, UER d’histoire, 2 vol. 

Haudricourt, A.G. & M. Jean-Brunhes Delamarre. 1955. L’Homme et la charrue à travers le monde, Paris, Gallimard.

Llaty, C. 1997. « Le fléau, la planche et le mulet. L’égrenage des céréales dans les Alpes du Sud », Le Monde alpin et rhodanien, 1er trimestre, p. 83-100.

– 1998. « Des labours au battage. La culture des céréales dans les Alpes méridionales (xixe-xxe siècle). Pour une analyse ethnologique des variations techniques », thèse de doctorat nouveau régime, Aix-en-Provence, université de Provence, département d’ethnologie, 2 vol.

Stouff, L. 1968. « Recherches sur le ravitaillement et l’alimentation en Provence aux xive et xve siècles », t. I, thèse de doctorat de 3e cycle, Aix-en-Provence, université de Provence.

Notes

1 Mais le seigle est aussi présent dans la partie supérieure du haut Verdon et le froment dans la basse vallée de la Stura.

2 Reille vient du mot latin regula qui a un sens général de « baguette ».

3 Il s’agit d’un bident à deux cornes, la région connaissant depuis plus longtemps des houes dont la partie active se termine par deux pointes mais avec une zone plane permettant de retourner la terre.

4 Pour plus de précisions sur cette diffusion voir Llaty 1998 : 90-93.

5 L’absence de l’araire à travail horizontal dans l’Embrunais et la basse vallée de l’Ubaye s’explique par l’abandon précoce de l’araire au profit de la charrue dans ces régions.

6 Pour plus de précisions voir Llaty 1997 et 1998.

Table des illustrations

Légende 1. La région étudiée et ses lieux d’enquête
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende 2. Variantes opposant deux aires techniques au xxe siècle suivant un axe nord-sud
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende 3. Diffusion des innovations du xxe siècle, opposant les aires en strates horizontales
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2912/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende 4. Synthèse des variantes opposant trois aires techniques suivant un axe nord-sud au xxe siècle à partir des items suivants : type d’habitation ; mode de fixation des socs ; procédé de battage
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2912/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende 5. Intensité des mutations du système technique
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2912/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 512k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540