Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Limites floues, frontières vives

 | 
Christian Bromberger
, 
Alain Morel

II. De fromages en costumes : à quoi riment les frontières ?

Limites ethnographiques traditionnelles dans le Centre-Ouest Pays, langues et systèmes agraires

Jean-René Trochet

Texte intégral

  • 1 Cette expression est employée ici par simple commodité et ne fera pas l’objet d’un débat. Pour un (...)
  • 2 Parain 1979 : 233. Un exemple de la façon dont la plupart des chercheurs ont envisagé le problème (...)
  • 3 Les cadres de la réflexion théorique sur ces relations sont dressés depuis longtemps, et nous n’y (...)

1Revenir sur le problème des limites au sein de la France rurale traditionnelle1 peut sembler une préoccupation dépassée. N’a-t-on pas tout dit sur les fameuses lignes qui marquaient encore clairement le contact entre les « civilisations rurales » du nord et du sud de la France il y a une trentaine d’années ? En réalité, à l’exception de Charles Parain, peu de chercheurs français ont réfléchi aux problèmes que peuvent poser ces limites traditionnelles en elles-mêmes, et a fortiori à ceux qui se trouvent derrière la superposition ou le parallélisme de plusieurs d’entre elles2. Car, même si ces coïncidences sont plutôt l’exception que la règle, force est de reconnaître qu’elles révèlent et soulèvent la délicate question des relations entre la base matérielle et les aspects plus proprement culturels d’une « civilisation traditionnelle » ou d’une aire culturelle3. C’est dans l’esprit des travaux de Parain que nous nous proposons donc d’interroger ces contrastes dans une partie du centre-ouest de la France.

2De la Gironde proprement dite aux confins des départements de la Charente, de la Haute-Vienne et de la Vienne, trois limites traditionnelles se suivaient jusqu’à la période contemporaine :

  1. Celle de la langue d’oïl et de la langue d’oc, ou du moins de la langue apparentée à celle-ci qui faisait face au sud à la première4, vivante jusqu’à la seconde moitié du xxe siècle, et compliquée aux environs d’Angoulême par l’apparition du « croissant », cette zone intermédiaire entre les deux langues5 (carte 1).
  2. Celle de l’assolement triennal et de l’assolement biennal, en vigueur jusqu’au milieu du xixe siècle ; limite plus méridionale que la précédente, car l’assolement triennal atteignait l’embouchure de la Dordogne mais remontait ensuite vers le nord en suivant de très près la limite linguistique6 (carte 2).
  3. Celle d’un type d’araire vers l’est et le sud-est, l’araire cham-bige, généralement associé à l’assolement biennal dans une grande partie de la France méridionale7, et dont on pouvait encore recueillir des spécimens dans la région jusqu’à ces dernières décennies8 (carte 3).

3On peut ajouter à cet ensemble un quatrième type de limites, celles des provinces – Poitou et Saintonge côté oïl, Périgord et Limousin côté oc –, largement héritées elles-mêmes des territoires des tribus gauloises et encore présentes dans celles des actuels départements (cartes 4 et 5). La proximité entre des limites territoriales anciennes et des limites ethnographiques n’était nullement propre à cette région. On la constatait notamment plus à l’est : « La frontière entre le franco-provençal, d’un côté, et les dialectes d’oïl et d’oc, de l’autre, coïncide grosso modo avec la limite occidentale du département de la Loire » (Parain 1979 : 237), qui était elle-même celle de l’Auvergne et du Forez, et plus anciennement encore celle des tribus gauloises des Arverni et des Segusiavi. Ce constat invite donc à commencer notre recherche par ce qui peut sembler le fonds le plus ancien de ces contrastes : l’assise territoriale des provinces.

1. Limites linguistiques romanes en France à la fin du xixe siècle

2. Assolements et structure agraire en France au début du xixe siècle

3. Bâtis d’araires en France à la fin du xixe siècle

4. Le Centre-Ouest : données naturelles et limites linguistiques

5. La Gaule à l’arrivée de César

Aspects de la structuration régionale traditionnelle en Poitou-Charentes

  • 9 D’après Legros 1981 : 75. à partir de l’exemple des Rèmes. l’au-delà, le pays du « sid » était loc (...)

4Dès l’époque gauloise, la recherche d’une certaine complémentarité entre des territoires variés et assez vastes, alliée au souci de contrôler des voies de communication importantes, apparaît dans la structuration de l’espace des tribus. Le territoire des Pictavi, qu’on retrouvera presque intégralement dans la province du Poitou, était fondé sur l’opposition entre une étroite plaine calcaire et des contrées cristallines ou détritiques qui en formaient les périphéries orientale et occidentale. La plaine était propice à une agriculture céréalière continue, mais formait aussi ce verrou à la fois fragile et convoité, le seuil du Poitou, qui séparait les plaines du Bassin parisien de l’Aquitaine, entre le Massif armoricain et le Massif central. Il paraît hors de doute que cette situation géo-stratégique a joué un rôle dans la structuration du territoire des Pictavi. C’est en effet au point le plus franchissable de ce verrou que fut installée Poitiers, la capitale. Malgré une position stratégique moins importante, la tribu des Santones possédait une structure à peu près comparable. La ville de Saintes avait été construite dans les terrains crétacés qui formaient le centre du territoire de la tribu, entre les marais littoraux à l’ouest et la bordure du Massif central vers l’est. Ce souci de complémentarité s’associait à celui de s’assurer des marches frontières, qui étaient souvent des zones marécageuses ou boisées dont on a notamment souligné l’aspect religieux9, ou des landes.

  • 10 Voir notamment de Planhol 1988 : 217 sqq.

5La survivance de ces limites dans les circonscriptions postérieures aux territoires des tribus gauloises a été démontrée10. Sur le littoral atlantique, de la Loire à la Gironde, c’étaient de grandes zones de marais qui séparaient, et séparent encore, les grandes unités territoriales : Marais breton entre les Namnètes et les Pictavi, golfe de la Sèvre niortaise (plus tard Marais poitevin) entre les Pictavi et les Santones, Marais de Saint-Ciers entre les Santones et les Bituriges Vivisci. Au sud, à l’est des marais de Saint-Ciers, la limite entre les Santones et les Bituriges Vivisci passait au travers des landes de Tout-l’y-Faut et de Bussac, zone détritique qui se prolonge encore à l’est par la forêt des Doubles. Celle-ci formait à son tour la marche entre les Santones et les Petrocorii (carte 4). Comme le notait Paul Fénelon, « nous nous trouvons ici sur l’une des plus anciennes frontières de notre pays, frontière des Santones, des Bituriges Vivisques et des Petrocorii, puis frontières des diocèses de Saintes, d’Angoulême, de Bordeaux et de Périgueux, frontières de comtés, de généralités et de départements » (Fénelon s.d. : 6). A l’est, les Santones et les Pictavi empiétaient sur les terrains cristallins du Massif central, sur lesquels s’était installée la tribu voisine des Lemovices. Entre le Nontronnais et les Monts de Blond, les limites de la Charente, de la Vienne et de la Haute-Vienne, sur les plateaux du Limousin, passent encore aujourd’hui entre « une zone d’étangs et de marais, de landes et de taillis sur des sols pauvres qui, vers le nord-est, passent aux argiles et aux grès de la Brenne » (ibid. : 7). Mais à l’ouest de cette zone, des environs d’Angoulême au Mont-morillonnais, une auréole de terrains détritiques tertiaires sépare la bordure du Massif central des plaines calcaires et crétacées. Précédant vers l’ouest les limites des départements, c’est le plus souvent à travers cette auréole que passe la limite moderne et contemporaine de la langue d’oïl et de la langue d’oc, qui était à peu près aussi celle des assolements (carte 4).

  • 11 Voir les cartes et les notices de l’ouvrage de Jean Moreau (1972).

6Dans ces territoires des tribus pictave et santone, certaines ruptures territoriales s’étaient affirmées précocement. On sait que la partie orientale de la Saintonge fut détachée du territoire mère dès le Bas-Empire, esquissant une nouvelle polarité territoriale autour d’Angoulême, dans la zone de la cité gallo-romaine11 la plus proche du Massif central et l’une des moins favorisées naturellement. Or c’est au sein de l’Angoumois que passaient toutes les limites étudiées à la période contemporaine. Par ailleurs, la mention par Pline l’Ancien, au ier siècle, de deux peuples gaulois situés près des Pictavi mais non localisés, les Ambulatri et les Anagnutes, a été rapprochée des deux pagi du haut Moyen Âge qui deviendront plus tard l’Herbauge et l’Aunis (Rouche 1979 : 154). Le premier de ces pays occupait à peu près complètement la partie armoricaine du Poitou, plus tard la Vendée, contrée où domina jusqu’au xixe siècle un système agraire très différent de celui qu’on trouvait dans la Plaine poitevine et dans le Marais (Trochet 1993 : 11-19). Et ce dernier était compris dans l’Aunis avec la région qui porte aujourd’hui ce nom.

  • 12 Il s’agit d’un autre trait qui contribue à définir les sociétés rurales traditionnelles.

7Les raisons exactes de ces ruptures demeurent obscures, mais leurs composantes géologique et géomorphologique sont suffisamment claires pour ne pas écarter, dans leur détermination, un choix volontaire de la part des populations ou des pouvoirs. Ces ruptures attestent aussi une continuité du lien entre les données physiques et les différentes strates des découpages territoriaux12, que nous retrouverons lorsque nous étudierons l’évolution des limites ethnographiques. Mais avant, il nous faut dresser les cadres de ce qui apparaît avoir été un véritable renversement culturel. Entre la période gallo-romaine et le milieu du Moyen Âge, l’attraction du Poitou et des pays charentais fut plutôt méridionale. Comment s’effectua donc le changement de polarité que révélait, jusqu’au xxe siècle, la profonde échancrure des influences septentrionales vers la Gironde ?

Le Centre-Ouest et les Romains : l’attraction de la Narbonnaise

  • 13 Mise au point dans Cunliffe 1993 : 116, 124-127, 131-132.

8César compta les Pictavi et les Santones au nombre des peuples armoricains. Mais malgré l’étendue de leur territoire – celui des Pictavi était de loin le plus important de l’Armorique –, les deux tribus avaient un rôle économique bien moindre que celles qui étaient situées plus au nord. Certaines de celles-ci se livraient en effet à un commerce actif avec l’île de Bretagne, et les navires romains, qui participaient au commerce atlantique avant la conquête, naviguaient depuis la Garonne jusqu’au sud de l’actuelle Bretagne. Rien de tel chez les tribus pictave et santone dont le territoire, desservi par une côte marécageuse, ne comptait d’ailleurs aucun port important. Ces raisons, ainsi que le faible peuplement de la région d’entre Loire et Garonne, expliquent que celle-ci ne fut jamais touchée par les attaques de César. Paradoxalement pourtant, les Santones furent au cœur de la première intervention du conquérant en Gaule. En 58 avant J.-C, le consul barra en effet la route aux Helvètes qui, trop à l’étroit chez eux et suivant une vieille coutume celtique, avaient fait le projet de s’installer chez les Santones. Selon l’estimation donnée par César, qui peut renseigner a contrario sur l’importance de la population santone. le nombre des migrants helvètes et de leurs alliés se serait élevé à 368 000 personnes13. Après la conquête, sous le règne d’Auguste, les Pictavi et les Santones furent rattachés à la province d’Aquitaine, contrairement à toutes les autres tribus des Aremorici qui furent regroupées dans la Celtique. Cette décision allait être capitale pour l’ancrage culturel de la région jusqu’au milieu du Moyen Âge. La romanisation linguistique de la Saintonge et du Poitou s’effectua en effet principalement par la Narbonnaise et la vallée de la Garonne (Müller 1971 : 26), malgré l’ouverture par Auguste d’une voie entre Lyon et Saintes. Le seuil du Poitou véhicula cette influence vers le centre de la France, où elle croisa celle qui était issue de Lyon et diffusait vers le Rhin. Les linguistes soulignent en effet l’attraction de la première, entre le ier siècle et le début du vie siècle, pour expliquer le rattachement du Poitou et des pays charentais au domaine gallo-roman du Midi. Différents témoignages et interprétations prouvent que cette influence fut inégale suivant les régions, mais elle s’arrêtait de toute façon à la Loire qui servait au nord de limite à l’Aquitaine. Au ve siècle, cette limite joua son rôle dans les modalités de l’installation officielle des peuples barbares en Gaule :

Il n’est pas fortuit que. au commencement du ve siècle, les Wisigoths reçurent d’abord la région de Poitiers, Angoulême et Saintes, comme le prouve le témoignage des noms de lieux [...] L’administration de l’Empire s’efforça de séquestrer cet élément de troubles dans une zone peu peuplée qui demandait son aménagement, et dans un angle mort dont l’état naturel contribuait à neutraliser le danger (ibid. : 27).

9L’extension wisigothique en Espagne, au milieu du ve siècle, raviva l’attraction méridionale qu’avait donnée l’Empire romain à cette région. Mais, peu après, l’installation des Francs dans la totalité du Bassin parisien allait donner une nouvelle configuration politique et culturelle à la Gaule. Devenu maître de l’est et du nord-est de la Gaule, Clovis coupa ces régions de l’aire d’influence du gallo-roman issu de Lyon. En 486, par la conquête la dernière principauté gallo-romaine de l’ancienne Celtique, qui gardait la Loire comme limite méridionale, ils leur rattacha les contrées d’entre Somme et Loire. C’est dans deux régions « traumatisées », le Nord-Est, coupé de ses bases culturelles initiales, et la région d’entre Somme et Loire, située au carrefour de deux romanisations, que s’effectua progressivement la naissance d’une nouvelle langue. Grâce au rattachement du Nord-Est et de l’Est – en gros la future Austrasie – au Centre – en gros la future Neustrie –, « c’est-à-dire sur le plan linguistique, au modèle du gallo-roman médial, il s’est formé l’unité de la langue d’oïl dans la partie septentrionale de la France » (Millier 1974 : 21). Et lorsque les Francs se rendirent maîtres de l’Aquitaine après la bataille de Vouillé (507), localité plus que symboliquement située au milieu du Seuil du Poitou, la polarité septentrionale de celui-ci commença à s’affirmer.

Le pôle dynamique de la Gaule du Nord et du Nord-Est

  • 14 Voir une synthèse récente et commode dans Lebecq 1990 : 37-41.
  • 15 Von Wartburg 1941. La date de publication, à une époque où le grand linguiste d’origine juive étai (...)

10Il y a une vingtaine d’années, Charles Parain publiait un article précurseur sur le contexte et les formes du développement des forces productives en Gaule du Nord au Bas-Empire (Parain 1977). Il y insistait notamment sur les innovations techniques qui permirent à terme, dans cette contrée, le développement de la petite exploitation : le fléau, « qui s’est diffusé à partir de la Gaule du Nord », le perfectionnement de la serpe à tailler la vigne, mais aussi des indices de perfectionnement dans les constructions rurales et peut-être dans les machines – notamment les pressoirs. Des recherches plus récentes, étendues à d’autres secteurs de la vie économique et des échanges, confirment le dynamisme de la Gaule du Nord et en particulier de la Belgique, depuis le règne d’Auguste jusqu’au Bas-Empire, c’est-à-dire au moins pendant trois siècles (Raepsaet 1995). Or c’est dans cette vaste contrée que les Francs s’étaient établis sous le règne du père de Clovis14, où ils allaient réussir une sorte de « symbiose effective gallo-romano-franque » (ibid. : 930). Que la langue ait été une composante de cette symbiose, cela apparaît notamment dans la fameuse « ligne von Wartburg », qui situe encore au ixe siècle la limite entre la langue d’oïl et les dialectes méridionaux sur la Loire, à la frontière entre la Neustrie et l’Aquitaine15.

  • 16 Une mise au point d’ensemble est effectué dans Sigaut 1985.
  • 17 L’une des dernières mises au point est celle de Robert Fossier (1995 : 48).

11Mais ce ne fut assurément pas la seule. Dans les régions d’entre Rhin et Loire, une véritable révolution céréalière apparaît avec clarté à la période carolingienne. Avec des nuances selon les régions, les céréales vêtues, orge et épeautre, tendirent à être remplacées par des céréales nues, froment, seigle et avoine (Devroey 1989), qui allaient caractériser la production céréalière de ces régions jusqu’au xixe siècle, voire au xxe siècle. On doit évidemment rapprocher ces changements de ceux qui intervinrent dans l’outillage agricole de ces régions au cours des siècles obscurs du Moyen Âge. La relation entre le battage au fléau et les céréales nues a été soulignée, de même que la séquence que semblent former la mise au point définitive de la charrue, l’apparition des traits souples pour l’attelage, l’utilisation du cheval en agriculture et la culture de l’avoine16. Sans oublier bien sûr la diffusion du moulin, qui se substitua aux assez longues opérations de décorticage et de mouture manuelles, propres aux céréales vêtues, et représenta la traduction la plus visible de la diffusion des nouvelles techniques dans les rapports sociaux de production. Cumulés au fil des siècles, ces apports devaient trouver leur traduction technique et paysagère la plus achevée dans le village groupé du Bassin parisien, dont les habitants pratiquèrent l’assolement triennal et la rotation collective à partir du xiiie siècle17. Cette lente transformation des conditions de la vie rurale n’est pas à séparer de la fusion progressive du gallo-roman de l’Est avec celui du Centre, entre Rhin et Loire, et des premiers grignotages de la langue d’oïl sur la langue d’oc.

Langues et systèmes agraires

  • 18 On pense bien sûr à la théorie de Colin Renfrew, qui associe la propagation des céréales et la dif (...)

12Établir dans quelle mesure et comment, au haut Moyen Âge, des changements dans les conditions de la vie matérielle furent susceptibles d’entraîner un changement de langue est un exercice délicat. Il a cependant été tenté pour des périodes antérieures18. Au moins peut-on essayer de prouver, dans notre région, que le parallélisme contemporain entre la limite des langues et celle des systèmes de culture, voire de certains artefacts, est un fait qui s’enracine dans le Moyen Âge. Une démarche complémentaire consiste à essayer d’en déterminer la logique. Charles Parain avait vu dans le caractère progressiste des noms donnés à certains outils et instruments de la vie rurale, en Gaule Belgique, un élément du dynamisme de cette province par rapport aux autres provinces de la Gaule (Parain 1977 : 414, 417 et 420). Or ces noms appartenaient bien à l’ensemble des traits qui séparaient le gallo-roman de l’Est des autres variétés de gallo-roman. Un phénomène du même ordre se produisit d’ailleurs au xixe siècle, à l’époque où de Tourtoulon et Bringuier s’efforçaient d’établir les limites de la langue d’oc : dans des campagnes jusque-là peu ou pas francophones, la modification des conditions et des techniques de la vie rurale devenait un vecteur parmi d’autres de la diffusion de la langue nationale.

13Des indices toponymiques prouvent que la limite linguistique passait par La Rochelle, Niort, Saint-Maixent, Poitiers et Chauvigny (Bonnaud 1969 : 34) à la fin du xiie siècle. Une seconde ligne plus méridionale, entre Marennes, Saintes, Matha et Mansle, est encore très reconnaissable aujourd’hui car elle sépare les noms en -ay au nord des noms en -ac au sud, attestant de ce côté-ci une proximité plus grande avec le suffixe gallo-latin -acum. La majorité de la Saintonge était de langue d’oïl dès la fin du Moyen Âge, dessinant déjà la profonde indentation vers la Gironde qu’elle avait encore au xxe siècle.

14On a insisté sur les aspects politiques de ces changements. La Saintonge devint possession des comtes d’Anjou dès le xie siècle, et le mariage entre Henri II d’Anjou et Aliénor d’Aquitaine, en 1153, confirma l’entrée de l’Aquitaine dans l’orbite septentrionale. Mais la percée septentrionale entraîna aussi une partie de la région dans le commerce international : le démarrage du port de La Rochelle, vers 1100, répondit à l’exportation du sel des marais vers l’Angleterre et la Flandre puis à celle des vins du Poitou (Lachiver 1988 : 91). Or La Rochelle devint rapidement une ville d’oïl (Delafosse 1955, cité par Bonnaud 1981, t. I : 80). Peu après, le passage direct du Poitou et de la Saintonge dans le domaine royal accentua cette inflexion. Un auteur a d’ailleurs pu écrire, sans doute avec une pointe d’exagération, que « l’Aunis, grâce à Alphonse de Poitiers, se rattache aux provinces du nord de la Loire par l’application d’une stricte rotation triennale » (Julien-Labruyere 1982 : 199).

15De fait, même si sa progression peut être rapportée à celle de la langue du Nord, le sytème agraire du Nord-Nord-Est ne s’implanta qu’imparfaitement dans les plaines sédimentaires du Centre-Ouest. Tandis que l’historien voit le seigle et le froment remplacer partout l’orge dans le Haut-Poitou entre le xe et le xiiie siècle (Devroey 1989 : 100), le linguiste signale l’extension du français dans cette région depuis la Touraine, vers Châtellerault, Poitiers et Thouars après 1150 (Bonnaud 1969 : 34). Et tandis que la limite linguistique passait aux environs de La Rochelle vers la fin du xiie siècle, le nord de l’Aunis était la seule région de l’Aquitaine qui pratiquait l’assolement triennal dans le premier tiers du xiiie siècle (Higounet 1971 : 197). Or c’est ici, et dans les plaines jurassiques du Poitou, que le système de culture présentait les analogies les plus fortes avec les contrées d’openfield classique du Bassin parisien. Au début du xixe siècle, on y trouvait l’assolement triennal avec céréale de printemps et céréale d’hiver, la rotation collective des cultures et la pratique de la vaine pâture. C’est aussi dans ces zones que le toponymiste ne repère pas de noms de lieux de type occitan (Bonnaud 1974 : 25). Mais plus au sud, à la même époque, dans les contrées sédimentaires de la Saintonge septentrionale et de l’Angoumois, le système perdait de sa rigidité : la jachère n’était pas systématiquement soumise à la vaine pâture et, fait plus curieux, l’alternance céréale de printemps – céréale d’hiver n’était même pas partout présente. Jusqu’à la première moitié du xixe siècle en effet, l’ensemencement deux années de suite d’une céréale d’hiver, froment généralement, semble avoir été courant (Quenot 1818 : 383), ce qui représentait une rupture importante avec le triennal classique. Dans cette zone, le linguiste note une multiplication des toponymes de type occitan et notamment l’apparition de la série maine, dérivée du latin mansus. Datable des xiie-xiiie siècles, cette série est liée à l’apparition d’un habitat dispersé précoce, à une époque où la zone restait donc au moins en partie occitanophone. La dispersion de l’habitat est encore plus forte en Saintonge méridionale, sur les terrains détritiques tertiaires qui voient la série maine devenir très abondante. Elle s’associe avec la série moderne des toponymes en chez–, également présente plus au nord et dont l’extension commence à partir du xve siècle. Pierre Bonnaud rattache cette région, où le maïs tenait une place importante dans les assolements au début du xixe siècle, à l’ensemble aquitain (Bonnaud 1981 : 96-97, 316-317, 320).

16Autrement dit, au début du xixe siècle, l’apparition progressive de traits occitans dans la toponymie régionale, vers le sud, peut être mise en relation avec trois faits : la diminution de la taille des unités d’habitat, la disparition de la vaine pâture, et dans certaines régions au moins (Angoumois en particulier), celle de l’alternance céréale d’hiver – céréale de printemps. Il faut y ajouter l’apparition d’un paysage de plus en plus arboré vers le sud, avec la multiplication des sections de forêts et le complantage d’arbres dans les champs. Ces traits n’étaient pas indépendants les uns des autres : la division des communes en plusieurs villages, parfois séparés par des massifs boisés, n’était guère compatible avec l’aménagement des terroirs en grandes soles et dans une certaine mesure avec des pratiques collectives sur les champs.

Systèmes agraires et techniques de la vie rurale

17Jusqu’au début du xixe siècle, dans le Centre-Ouest, la majorité des animaux de trait furent des bovins. Or qui dit bœufs dit prés, prairies ou pâtures, même si les céréales, et en particulier l’orge de printemps (Quenot 1818 : 388), pouvaient contribuer à nourrir ces animaux. L’élevage du cheval fait d’ailleurs réapparaître la principale opposition régionale. Il se développa d’abord dans les régions d’assolement triennal classique, où la culture de l’avoine se partageait les soles avec celle du blé : dans les premières décennies du xixe siècle, on le trouve surtout dans les plaines de l’Aunis et les contrées calcaires de la Saintonge (Julien-Labruyere 1982 : 224-226, 291-292.). Mais en Charente, en 1817. Quenot décrit en ces termes l’exploitation élémentaire : « Une métairie d’une paire de bœufs est ordinairement composée de 25 ou 30 journaux (9 ou 10 ha) de terre labourable, et d’une quantité suffisante de prés pour recueillir 7 à 8 milliers de foin destinés à la nourriture du bétail, indépendamment des pailles et des pacages » (Quenot 1818 : 378). Cette forte présence des bovins est à rapprocher de certaines particularités du paysage rural traditionnel, probablement liées à la pratique du pacage en forêt et dans les communaux (Julien-Labruyere 1982 : 95), et qui ont été interprétées comme des éléments de son appartenance « atlantique ». Bouhier rappelle que sur les plateaux angoumoisins et dans les plaines d’Aunis ou de Saintonge, « dès qu’apparaît un massif boisé ou une suite de taillis résiduels, les terroirs périphériques se hérissent de clôtures générales, de chemins, haies ou murets, qui [...] étaient autrefois indispensables pour canaliser les bêtes en marche vers les terrains de parcours ou les pâturages » (Bouhier 1979 : 474).

18Parler des animaux de trait conduit à parler des instruments attelés. Même si les descriptions de ces derniers sont souvent peu précises et si une étude d’ensemble fait défaut, on sait cependant que les agriculteurs de l’Aunis et de la Saintonge. au début du xixe siècle, connaissaient à la fois l’araire, nommé areau, et la charrue. Quenot remarque d’ailleurs que seul l’arrondissement charentais de Confolens n’utilisait que l’areau (Quenot 1818 : 382), tandis que la charrue, avec ou sans avant-train, était connue dans les autres arrondissements. A nouveau, l’utilisation complémentaire des deux instruments, tirés par des bœufs, n’était pas un trait septentrional : elle rattachait plutôt la Saintonge aux régions armoricaines et aux régions du Centre, où les assolements sur défriche d’herbage temporaire restèrent pratiqués jusqu’au xixe siècle. A cet autre trait « atlantique », on peut ajouter une particularité technique qui souligne le lien entre l’instrument attelé et la pratique du complantage dans les champs : Quenot précise que les charrues à avant-train n’étaient pas utilisées dans les terres « bardées de haies et de fossés, et où se rencontrent des arbres épars, que la largeur du train des roues ne permettrait pas d’approcher » (ibid. : 383).

La résistance des contrées d’oc

19Le maintien de traits « atlantiques » dans les paysages de certaines parties du Centre-Ouest semble plaider en faveur d’une ancienne proximité entre l’agriculture de cette région et celle des contrées primaires et cristallines des massifs anciens voisins. Cette donnée confirme que le glissement linguistique du Poitou et de la Saintonge vers la langue d’oïl, tout au long du Moyen Âge, n’accompagna pas le passage intégral de ces provinces au système agraire du Nord-Nord-Est. Elle précise aussi le rôle des « conditions naturelles » dans l’évolution de l’utilisation de l’espace, au sein de ces circonscriptions territoriales fixées dès l’époque de la domination gauloise. Le système céréalier du Nord-Nord-Est, on l’a vu, s’étendit avec la langue septentrionale dans les plaines sédimentaires qui formaient le cœur des anciennes tribus des Santones et des Pictavi. L’assolement biennal avec défriche d’herbage temporaire, en revanche, domina jusqu’au xixe siècle sur les marges cristallines et métamorphiques de ces formations, zones frontières dès l’époque gauloise et où la langue d’oc se maintint jusqu’à nos jours. A l’est et au sud-est de Poitiers l’évolution fut différente, mais elle confirma sur le long terme ce schéma frontalier complexe. Aux xiie et xiiie siècles, l’assolement triennal buta sur les terrains argilo-gréseux de la Brenne et argilo-sableux des Brandes, qui formaient les confins des quatre « tribus » gauloises des Santones, des Pictavi, des Lemovices et des Bituriges Cubi. Or les Brandes, zone peu mise en valeur et peu peuplée durant tout le Moyen Âge, furent longtemps la pointe la plus avancée de la langue d’oc vers le nord-ouest. Autour de Civray et de

  • 19 Sigaut 1976b L’auteur signale la filière des « bœufs de pouture », pratiquée dans le centre-ouest (...)

20Montmorillon elle se maintint jusqu’au xviie siècle (Bonnaud 1969 : 33). Ce recul fut probablement l’effet d’un autre épisode de l’histoire agraire du Centre-Ouest : le défrichement partiel des Brandes, qui entraîna dans cette contrée le renforcement du bocage et l’apparition du régime de la métairie (Debien 1952). Comme l’a montré Louis Merle pour la Gâtine poitevine (Merle 1958), ce dernier fut une évolution des systèmes à défriche d’herbage temporaire vers l’élevage bovin spéculatif, sous la houlette des catégories aisées de la société rurale. Il représenta la forme d’intégration des contrées à sols acides de l’Ouest et du Centre au marché régional aux xve-xvie siècles, puis national au cours des deux siècles suivants19. Le système de la métairie illustre donc les liens complexes que purent entretenir les langues avec les rapports sociaux de production et l’ouverture « capitaliste » des marchés, dans le cadre de la modification des systèmes agraires.

21Si les raisons du faible dynamisme des contrées d’oc du Centre-Ouest sortent de notre sujet, il est à peu près sûr que le système agraire contribua à la résistance de la langue indigène face à la pression conquérante du Nord. Une preuve en est, une fois les Brandes conquises à la langue d’oïl ou au français régional, le maintien du front linguistique aux contins des contrées d’assolement biennal à défriche d’herbage temporaire : son extrémité nord était à peu près celle du Croissant linguistique à la fin du xixe siècle (carte 4). Dans le Confolentais et dans les marges limousines du Poitou, l’ignorance de la charrue et l’utilisation de l’araire pour presque tous les labours attelés, jusqu’au xixe siècle voire au xxe siècle, étaient des éléments de cet ensemble. Mais la construction des instruments participait aussi de cette identité culturale et technique : le bâti chambige était l’unique bâti d’araire dans l’ensemble du Massif central, où l’assolement biennal avec pâtis fut le mode de mise en valeur dominant jusqu’au xixe siècle. Dans une autre proche région de confins, le Bourbonnais, Antoine Paillet a montré que le remplacement de l’araire chambige par un araire quadrangulaire, à la même époque, fut en relation sur le long terme avec la transformation du système agraire et la modification des tâches des instruments aratoires (Paillet 1996 : 197 et 200). Sur ce plan, c’est l’agriculture agronomique qui vint achever un processus commencé mille ans plus tôt.

22Nous pensons avoir montré que durant ce millénaire les langues, les systèmes agraires et les limites de « pays » dans le Centre-Ouest évoluèrent bien sur un fond commun. L’introduction d’éléments du système céréalier du Nord-Nord-Est dans les plaines calcaires et crayeuses, qui étaient déjà des espaces centraux à la période gauloise, fut liée au glissement linguistique de la région aux xiie-xiiie siècles. Mais elle laissa subsister des traits originaux dans le paysage et dans l’aménagement de l’espace, qui étaient probablement des éléments d’un système agraire antérieur. Quelques siècles plus tard, le régime de la métairie contribua sans doute au recul de la langue d’oc dans les zones détritiques du Montmorillonnais et du Civraisien, entraînant dans le même mouvement, et sur fond d’un début de spécialisation régionale, le « commencement de la fin » des marges traditionnelles héritées des circonscriptions gauloises. Si l’on regarde du côté d’oc, l’évolution fut sans doute assez comparable, mais elle se figea plus rapidement pour des raisons qui restent à déterminer. L’un des axes fondamentaux de l’introduction et de la survie des dialectes d’oc dans le Massif central et ses bordures détritiques fut peut-être le fruit d’une synthèse technique et culturelle de longue durée : la pratique jusqu’au début du xxe siècle d’un vieux système à défriche d’herbage temporaire, dont l’origine gauloise au moins partielle semble attestée par son vocabulaire (Trochet 1996), et qui adopta peut-être l’assolement biennal sous l’influence romaine. Là se trouve sans doute aussi l’une des clés des relations de fond qu’entretenaient les pays et les données de la vie matérielle dans la France rurale traditionnelle.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bonnaud. P. 1969. « Les problèmes de peuplement du centre de la France », Norois, 16, p. 31-46.

– 1974. « Toponymes dialectaux de type occitan et méridional dans les Charentes », Revue internationale d’onomastique, vol. I, 26, p. 17-49.

– 1981. Terres et langages, peuples et régions, Clermont-Ferrand. Auvernha Tara d’Oc, 2 tomes.

– 1986. « Le concept de Médioromanie, synthèse de l’originalité de la France médiane », Bizà Neirà. 51, 3, p. 6-30.

Bouhier, A. 1979. La Galice. Essai géographique et d’interprétation d’un vieux complexe agraire, La Roche-sur-Yon, Imprimerie Yonnaise.

Cunliffe, B. 1993. La Gaule et ses voisins, Paris, Payot.

Debien, G. 1952. En Haut-Poitou. Défricheurs au travail, xve-xviie siècle, Paris, A. Colin.

Delafosse, M. 1955. « Noms de famille roehelais en 1224 », Recueil de travaux offerts à M. Clovis Brunei, Paris, p. 339-344.

Devroey, J.-P. 1989. « Entre Loire et Rhin : les fluctuations du terroir de l’épeautre au Moyen Âge », in L’épeautre (triticum spelta) : Histoire et ethnologie, Treignes (Belgique), Éditions Dire, p. 89-105.

Fénelon, P. S.d. Le Centre-Ouest : Poitou-Charentes. Étude géographique, Poitiers, Centre régional de documentation pédagogique.

Fossier, R. 1995. Villages et villageois au Moyen Âge, Paris, Éditions Christian.

Godelier, M. 1984. L’idéel et le matériel, Paris, Fayard.

Haudricourt, A.G. & M. Jean-Brunhes Delamarre, 1955. L’Homme et la charue à travers le monde, Paris, Gallimard

Higounet, Ch. (dir). 1971. Histoire de l’Aquitaine, Toulouse, Privat.

Jeanton, G. (dir.) 1936. Enquête sur les limites des influences septentrionales et méditerranéennes en France, fascicule I, Dijon, Association bourguignonne des sociétés savantes.

Julien-Labruyere, Fr. 1982. Paysans charentais, histoire des campagnes d’Aunis, Saintonge et bas-Angoumois, La Rochelle, Rupella.

Lachiver, M. 1988. Vins, vignes et vignerons, Paris, Fayard.

Lebecq, S. 1990. Nouvelle histoire de la France médiévale, t. I : Les origines franques, ve-ixe siècle, Paris, Le Seuil, p. 37-41.

Legros, R. 1981. « Les frontières des Rèmes », Caesarodunum, XVI, p. 175-179.

Merle, L. 1958. La métairie et l’évolution agraire de la Gâtine poitevine, de la fin du Moyen Âge à la Révolution, Paris, sevpen.

Moreau, J. 1972. Dictionnaire de géographie historique de la Gaule et de la France, t. I, Paris, Picard.

Müllier, B. 1971. « La bipartition linguistique de la France, mise au point et état des recherches », Revue de linguistique romane, 35, p. 17-30.

– 1974. « La structure linguistique de la France et la romanisation », Travaux de linguistique et de littérature publiés par le centre de philologie et de littérature romane de l’Université de Strasbourg, XII, 1, p. 7-29.

Paillet, A. 1996. Archéologie de l’agriculture en Bourbonnais, Nonette, Éditions Créer.

Parain, Ch. 1977. « Le développement des forces productives dans l’ouest du Bas-Empire », La Pensée, 196, décembre, p. 28-42 (republié dans Parain 1979 : 405-424).

– 1979. « Voies et formes de la différenciation dans les petits vignobles du Centre de la France : techniques, coutumes, croyances », in Ch. Parain, Outils, ethnies et développement historique, Paris, Scanéditions/Éd. sociales, p. 233-261.

Planhol, X. (de). 1988. La géographie historique de la France, Paris, Fayard.

Quenot, J.-P. 1818. Statistique du département de la Charente, Paris, Deterville.

Raepsaet, G. 1995. « Les prémices de la mécanisation agricole entre Seine et Rhin de l’Antiquité au xiiie siècle », Annales hss, 4, p. 911-942.

Renfrew, C. 1990. L’énigme indo-européenne, Paris, Flammarion.

Rouche, M. 1979. L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes, 418-781, Paris, Éd. de lehess/Éd. Jean Touzot.

Sigaut, Fr. 1976a. « Pour une cartographie des assolements en France au début du xixe siècle », Annales esc, 3, p. 631-643.

– 1976b. « Deux problèmes d’histoire des techniques d’élevage : l’engraissement des bœufs et la castration des vaches », Ethnozootechnie, 14, p. 7-11.

– 1985. « L’évolution technique des agricultures européennes avant l’époque industrielle », doc. ronéoté, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Trochet, J.-R. 1993. Aux origines de la France rurale, Paris, Éditions du cnrs.

– 1996. « Sur quelques éléments probables des techniques de la vie rurale en Gaule, d’après le lexique français d’origine gauloise », in Tecnoloxia tradicional : dimension patrimonial e valoracion antropo-loxica, Saint-Jacques-de-Compostelle, Consello da Cultura Galega, p. 325-334.

– 1997. La géographie historique de la France, Paris, Presses universitaires de France.

Vade, Y. 1986. « Le problème des Mediolanum », in Le vicus gallo-romain, Paris, Errance, p. 50-58.

Wartburg, W. (von). 1941. Les origines des peuples romans, Paris, Presses universitaires de France.

Notes

1 Cette expression est employée ici par simple commodité et ne fera pas l’objet d’un débat. Pour un rapprochement entre les significations et le contenu que lui donnent les ethnologues et une possible approche géographique et historique, voir Trochet 1997.

2 Parain 1979 : 233. Un exemple de la façon dont la plupart des chercheurs ont envisagé le problème des limites traditionnelles est fourni par Jeanton (1936 : 12) lorsqu’il définit le contraste Nord-Sud (c’est nous qui soulignons) :» [...] le droit écrit, les toitures méditerranéennes en tuiles creuses et les parlers provençaux ou franco-provençaux ont un domaine en principe commun et homogène. Il en est de même, de l’autre côté de la barricade, du Droit coutumier, des toitures aiguës du Nord, des dialectes français ou franciens [...]. »

3 Les cadres de la réflexion théorique sur ces relations sont dressés depuis longtemps, et nous n’y reviendrons pas. Voir notamment Godelier 1984.

4 Pierre Bonnaud (1986) défend l’idée d’un ensemble linguistique intermédiaire entre la langue d’oïl et la langue d’oc qu’il nomme le médioroman. Son article n’étant pas un travail de linguiste et ne prenant pas en compte l’interprétation intrinsèque des limites linguistiques, nous avons décidé de nous en tenir aux définitions traditionnelles, langue d’oïl et langue d’oc, en étant cependant conscient des limites ou des approximations qu’elles peuvent présenter.

5 Voir notamment Bonnaud 1981 : 326-327. Au sud, la langue d’oïl atteint Blaye (Gironde). Coutras, remonte ensuite vers Angoulême et s’infléchit vers l’est au sud des Brandes.

6 Il n’y a pas de carte récente et précise de la limite des assolements. Les sources pour l’établissement de celle-ci remontent aux enquêtes effectuées sous la Révolution et l’Empire, complétées par des monographies départementales de la première moitié du xixe siècle. Voir Sigaut 1976a.

7 La carte de l’araire chambige en Europe a été dressée dans l’ouvrage de André G. Haudricourt et Mariel Jean-Brunhes Delamarre (1955).

8 Sous le n° d’inventaire 38.194.29, le musée national des Arts et Traditions populaires possède un araire chambige collecté en 1938 à Roussines (Charente), à proximité de la limite linguistique côté oc.

9 D’après Legros 1981 : 75. à partir de l’exemple des Rèmes. l’au-delà, le pays du « sid » était localisé au-dessous et autour de leur territoire : « On accède à cet univers des Élus par des monticules sacrés, les eaux et forêts profondes. » De cette conception des territoires périphériques, on rapprochera la notion complémentaire de « milieu » qui avait une importance fondamentale dans le monde celtique. Le nom des localités appelées Mediolanum - la ville de Saintes était Mediolanum Santonum - pose problème : les auteurs s’accordent pour penser que le premier élément (medio) désigne bien le « milieu » mais divergent sur le sens du second (lanum) : il aurait eu le sens concret de plaine (Saintes aurait donc été située au « milieu de la plaine » ou dans la « plaine centrale »), ou le sens religieux de « centre de plénitude » (voir Vade 1986).

10 Voir notamment de Planhol 1988 : 217 sqq.

11 Voir les cartes et les notices de l’ouvrage de Jean Moreau (1972).

12 Il s’agit d’un autre trait qui contribue à définir les sociétés rurales traditionnelles.

13 Mise au point dans Cunliffe 1993 : 116, 124-127, 131-132.

14 Voir une synthèse récente et commode dans Lebecq 1990 : 37-41.

15 Von Wartburg 1941. La date de publication, à une époque où le grand linguiste d’origine juive était réfugié en Suisse, explique l’interprétation parfois tendancieuse de la traduction de l’ouvrage. Les données proprement érudites y sont cependant conformes aux recherches de l’auteur.

16 Une mise au point d’ensemble est effectué dans Sigaut 1985.

17 L’une des dernières mises au point est celle de Robert Fossier (1995 : 48).

18 On pense bien sûr à la théorie de Colin Renfrew, qui associe la propagation des céréales et la diffusion du fait linguistique indo-européen. Voir Renfrew 1990, spécialement 175 sq.

19 Sigaut 1976b L’auteur signale la filière des « bœufs de pouture », pratiquée dans le centre-ouest de la France à la fin du xviiie siècle, du Bourbonnais au Poitou, qui assurait la fourniture des marchés alimentant Paris de janvier à juin.

Table des illustrations

Légende 1. Limites linguistiques romanes en France à la fin du xixe siècle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende 2. Assolements et structure agraire en France au début du xixe siècle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2910/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
Légende 3. Bâtis d’araires en France à la fin du xixe siècle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2910/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Légende 4. Le Centre-Ouest : données naturelles et limites linguistiques
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2910/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Légende 5. La Gaule à l’arrivée de César
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2910/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 366k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable