Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Domestiquer l’histoire

 | 
Daniel Fabre

II. Regards croisés : La cité de Carcassonne

Détruire ou conserver ? L’émergence du monument (1800-1850)

Jean-Pierre Piniès

Texte intégral

1En 1804 Napoléon Ier décide de vendre aux enchères les pierres de la cité de Carcassonne, fortification militaire obsolète. En 1853 Viollet-le-Duc entame un chantier de restauration qui fera de la citadelle le monument historique que l’on connaît aujourd’hui. Entre ces dates l’évolution ne s’est pas faite sans à-coups et, durant ce demi-siècle, les partisans de la destruction et ceux de la conservation se sont affrontés en des combats incertains et souvent passionnés qui dessinent pratiquement les contours de la définition dominante du « monument historique » et de sa progression polémique, contradictoire.

Une forteresse inutile

2Sur le plan militaire la cité ne présente plus guère d’intérêt dès la fin du xviiie siècle. Plusieurs facteurs se sont conjugués qui lui ont fait perdre son rôle stratégique. Les progrès de l’artillerie ont rendu caducs les anciens systèmes de défense et la paix des Pyrénées, signée en 1659, a éloigné la menace de l’envahisseur espagnol en reculant, notamment, les frontières du pays. La prestigieuse place forte de jadis est maintenant devenue une lourde charge financière inutile. Aussi, en 1790, le directoire départemental, alarmé par le fait que des « ennemis de la République » se sont cachés dans des recoins désaffectés de la citadelle, envisage de raser des pans entiers des fortifications. Mais d’autres priorités vont empêcher, pour le moment, la réalisation de l’opération. En 1804 la cité est rayée de la liste des places fortes du territoire et le ministère de la Guerre abandonne une part de ses prérogatives sur le lieu, ne conservant son autorité que sur le château Comtal, et sur l’ensemble des ouvrages fortifiés de la porte Narbonnaise.

3Les nouveaux responsables civils se trouvent très embarrassés par cette nouvelle situation : la mairie est inquiète des dépenses d’entretien d’un tel ensemble et les autorités de l’État ont du mal à lui trouver des fonctions utilitaires durables et significatives. Ils essaient d’en faire une prison, mais, faute d’aménagements suffisants, les prisonniers s’en évadent régulièrement. Le bourreau, à qui l’administration judiciaire demande, pour le tenir à l’écart des maisons de la Ville Basse de Carcassonne, d’habiter là-haut, sur la colline de l’autre côté du fleuve, refuse. Un projet de « dépôt départemental de mendicité » n’a pas davantage de succès, la seule relative réussite de reconversion est l’installation d’un atelier de travaux publics dans le château lui-même.

4Outre la faible valeur d’usage de ses tours, de ses salles et de ses murailles, la cité ne représente, pour la plupart des Carcassonnais éclairés de l’époque, qu’un espace urbain désolé, isolé sur une butte escarpée et éloigné du confort et de l’activité de la commerçante et prospère Ville Basse. En effet, au moment où celle-ci est en pleine rénovation et achève de faire éclater les remparts qui enserraient le cœur de la vieille bastide pour aménager de larges boulevards et avenues, la Ville Haute, close par une double enceinte et sillonnée de ruelles étroites, sombres et humides, constitue la figure antinomique de l’agglomération moderne idéale. Au fur et à mesure du déclin de la forteresse, la plupart des autorités administratives et des bourgeois qui y avaient une fonction ont déserté l’ancienne ville médiévale. Elle est maintenant habitée surtout par une population pauvre qui, attirée par la modicité des loyers, s’accommode par force de la vétusté des lieux. Il y a ici beaucoup de tisserands, travaillant chez eux, à la journée, pour le compte des fabricants de draps installés dans la Ville Basse. Peu à peu les soldats les ont laissés occuper les espaces qu’eux-mêmes abandonnaient puisqu’ils avaient perdu tout intérêt stratégique. Ainsi, pour servir de logement à ces ouvriers ou pour abriter leur basse-cour, de nombreuses petites maisons ou baraques ont été construites dans les lices, entre les deux remparts des enceintes extérieure et intérieure. Adossées sur elles, communiquant parfois avec les tours par des brèches aménagées plus ou moins clandestinement dans l’épaisseur des murailles antiques, édifiées avec des matériaux de récupération pris sur place et provenant, bien sûr, des fortifications, entassées les unes à côté des autres, habitées par des familles nombreuses et misérables, elles apparaissent comme le symbole d’un double abandon, celui de la forteresse par les militaires et celui du quartier par l’administration civile.

5La politique d’embellissement menée par le conseil général et la municipalité n’a jamais concerné la cité, celle-ci étant, depuis longtemps, en dehors de l’essor économique et, de plus, soumise à l’emprise et aux réglementations particulières du ministère de la Guerre. Un périmètre de servitude militaire régit toujours, en effet, ses abords et impose de nombreuses contraintes aux paysans qui vivent aux alentours. Pour cultiver un lopin de terre, pour faucher l’herbe des talus, pour faire pacager un troupeau, il leur faut obtenir des autorisations préalables. Il ne leur est pas, non plus, possible de modifier, sans avis, des bâtiments existants, et encore moins d’en construire de nouveaux. Il y a aussi, tant à l’intérieur de la cité qu’à l’extérieur, les risques d’écroulement de certaines parties des murailles et des tours. En droit c’est l’armée qui devrait faire face aux travaux de réfection, mais elle fuit souvent devant le coût des dépenses. En 1803, par exemple, le préfet intervient avec énergie auprès du génie pour qu’il répare le corps de garde de la porte Narbonnaise dont les pierres, prêtes à se détacher, menacent la sécurité des passants. Tous les acteurs institutionnels sont prompts à signaler l’état de délabrement des fortifications et à alerter les responsables du ministère de la Guerre, mais ceux-ci n’ont visiblement pas les moyens d’agir.

6Dans une telle situation, face à de tels bâtiments, inutiles, dangereux et coûteux à entretenir, il aurait semblé normal de voir chacun des partenaires concernés par le territoire de la cité – mairie, conseil général, ministère de l’Intérieur, armée – abandonner la pleine propriété de la cité aux autres ou œuvrer à l’intérieur d’un consensus pour défaire la collectivité d’un pareil héritage des siècles passés. Or nous assistons, durant la première moitié du xixe siècle, à des tractations incessantes pour s’assurer de la possession, fût-elle symbolique, de la citadelle. En 1802 les services du ministère de la Guerre réclament pour leur usage la prison du château, qu’ils avaient laissée à la disposition de la mairie. Ils obtiennent le transfert en Ville Basse des prisonniers et l’expulsion du concierge civil qui y habitait. En 1804, un mois après la parution du décret de déclassement militaire, l’armée, alors qu’elle n’est plus officiellement maître de l’endroit, craignant que les galeries des courtines extérieures ne s’effondrent, prend la décision de les faire raser. Comme elle ne dispose pas d’argent, l’entrepreneur se paiera en récupérant une partie des pierres provenant de la démolition. Le maire et le préfet protesteront, en vain d’ailleurs, contre cette opération d’autant que le maçon en a profité pour prendre bien plus que ce qui devait lui revenir. Condamnée à abandonner la cité, incapable de faire face à son entretien, l’armée cherche cependant à y maintenir son prestige et son pouvoir. Ainsi, en 1803, refuse-t-elle de céder à la Ville le corps de garde à moitié ruiné du château. En 1804, elle veille à ce que le décret de déclassement stipule qu’en cas de besoin, la place devrait lui revenir. Mais il s’agit là d’une revendication dérisoire à côté des dispositions qui ordonnent la remise des fortifications au ministère des Finances pour qu’elles soient vendues comme bien nationaux. Les tours et les murailles seront cédées au prix du matériau, l’évaluation se faisant par simple cubage, comme si la valeur de la cité était tout entière contenue dans le seul volume de ses pierres de taille que les maçons locaux souhaitent réemployer pour les nombreux travaux en cours dans la Ville Basse à cette époque.

Une carrière de pierres

7Les Domaines ne se livrent cependant pas à une mise en adjudication de la totalité de la forteresse et vont procéder au coup par coup, la sauvant par là, même si c’est involontairement, d’une ruine définitive. En 1806 le cléricat est ainsi adjugé à un acheteur qui, quelques mois plus tard, acquiert également le bâtiment des engins. Toujours la même année, le corps d’édifice qui surplombait la barbacane protégeant la porte Narbonnaise est démoli, nulle trace n’en subsiste aujourd’hui. En 1807 la tour du Tréseau, ouvrage remarquable du système de défense de la citadelle est, en partie, vendue à l’hospice civil de Carcassonne qui se chargera des négociations pour la démolition et la récupération des pierres. Le sol lui-même sera l’objet de tractations : en 1809, par exemple, plus de cinq hectares de fossés, de terrains vides de toutes murailles quittent le domaine de l’État et sont affermés à des particuliers qui en font des zones de pâture pour les troupeaux des fermes voisines ou les transforment en jardins et en champs. Quelques années après c’est la grande barbacane occidentale, pointe avancée de la cité vers l’extérieur, située au pied de la butte fortifiée, en bordure du quartier dit de « la Barbacane » qui est entièrement détruite. La Ville en profite pour préempter et se porter acheteuse du terrain « afin d’y former une promenade publique qui sera très précieuse aux habitants de ce faubourg ». C’est sur cet emplacement que, plus tard, Viollet-le-Duc, après avoir reculé devant l’importance des travaux de reconstruction de l’ancienne barbacane, édifiera une église moderne, Saint-Gimer, destinée aux paroissiens de ce quartier.

8Dans la plupart des cas les entrepreneurs, ravis d’une aubaine qui leur procure des matériaux à un coût dérisoire par rapport à ceux du marché habituel, encouragés peut-être par le laxisme des Domaines qui bradent les pierres de la cité, prennent bien au-delà de leur dû et attaquent les murailles en bon état qui normalement ne font pas partie des lots de vente. Ils ne respectent pas non plus les termes des contrats qui prévoient des ceinturages de consolidations aux endroits où s’arrêtent les démolitions. On comprend pourquoi puisque, outre l’économie de temps ainsi réalisée, les perspectives de nouvelles détériorations des remparts sont pour eux synonymes de prochaines bonnes affaires. Ponctuellement l’un d’entre eux est tenu de refaire à ses frais une corniche indûment entamée, mais les condamnations sont bien légères comparées aux profits en jeu.

9En 1814 le baron Trouvé, alors préfet de l’Aude, paraît partagé entre le désir de satisfaire les demandes des carriers locaux et celui de préserver la citadelle. Il est, en effet, pris de scrupules après avoir autorisé la vente du parapet de trois tours et demande un rapport à l’architecte de la Ville, Mazières, qui, se rendant sur les lieux, constate qu’encore une fois les adjudicataires ont outrepassé leur droit et qu’aucune précaution n’a été prise pour protéger ce qui reste des tours mutilées. Le ton de ce rapport est radicalement nouveau car, délaissant les arguments strictement réglementaires, il évoque, à titre d’impératif premier, une dimension de la vieille forteresse jusqu’à présent ignorée ou passée sous silence dans les textes officiels :

Si l’on considère les fortifications de la cité sous le rapport d’un monument d’antiquité précieuse à conserver, le soussigné pense que toutes les parties qui dépendent de ce monument sont également précieuses et doivent, par conséquent, être ménagées avec le même soin, pour que la masse de ce monument conserve son antiquité et le genre d’architecture qui le caractérise. Or, si l’on détruit de ce même monument le couronnement qui le termine, dès lors on enlève l’effet de son caractère, il n’offre plus le même intérêt, et le spectateur, pour peu qu’il soit pénétré de respect pour les monuments antiques et de vénération pour ses ancêtres, cesse d’être satisfait d’un ouvrage de cette nature, et il ne reste dans son esprit que la triste idée d’une ruine (A.D.A. Q 1146).

10Avec cette notion de monument précieux, et donc à préserver, nous sommes loin des premières préoccupations utilitaristes qui songeaient à faire de la citadelle abandonnée une prison ou un dépôt de mendicité avant de la rentabiliser en vendant ses pierres. Il est maintenant question de la sauvegarder en tant que « lieu de mémoire » et par conséquent de dépenses à engager. Nous sommes passés d’un enjeu uniquement matériel à un enjeu symbolique. Vouée, par sa ruine et sa situation à l’écart de la moderne Carcassonne, à des activités aux marges de la vie sociale, la cité, de par son antiquité même, acquiert, maintenant et avant l’heure, un statut de monument antique vénérable.

11Mais ce rapport Mazières n’aura pas de suite, car il n’existe, pour le moment, aucune structure institutionnelle qui puisse prendre en considération ses conclusions. Le baron Trouvé est, semble-t-il, gagné à la cause et s’efforce de suspendre le déroulement des démolitions, mais son pouvoir est très limité. Le 21 mai 1816, le directeur des Domaines répond aux réticences persistantes du préfet en lui rappelant la disposition réglementaire qui stipule de « prescrire la destruction d’office de tous les organes de la fortification qui, en raison de leur mauvais état de conservation, constituent un danger pour la sécurité publique ». Et les ventes reprennent, justifiées par les risques d’éboulement. Pour protéger le jardin du presbytère, le curé Pastre, desservant de la cité, achète une partie des murs de la tour Saint-Nazaire pour les faire abattre. Sont aussi vendues à des entrepreneurs la tour Balthazar et la tour du Moulin du Roi, des lézardes ayant provoqué des chutes de pierres dans les jardins avoisinants, ainsi que des morceaux de la tour de la Vade et de la tour Mipadre qui, selon les plaignants, « menaçaient ruine » alors que l’architecte départemental consulté, mais non écouté, avait affirmé qu’elles étaient dans un « état parfait de solidité ».

12Dans sa Description générale et statistique du département de l’Aude le baron Trouvé, préfet de l’Aude, rappelle le souci archéologique qui, pendant plusieurs années, a conduit l’armée à maintenir en état l’antique forteresse :

Les dépenses que le gouvernement faisait pour la réparation des fortifications de la cité avaient principalement pour objet l’entretien d’un monument précieux qui présentait une citadelle conservée. La cité était considérée et est encore considérée par les militaires et les ingénieurs comme une ville classique, qu’ils ne contemplent qu’avec le plus vif intérêt (1818 : 176).

13Avant que sa gestion ne leur échappe, les militaires auraient donc été les premiers à percevoir la nécessité qu’il y avait à sauvegarder la cité. Elle avait perdu toute fonction strictement stratégique, mais elle ne leur semblait pas pour autant totalement inutile. N’est-ce pas, somme toute, normal que ce soit des hommes du métier qui aient d’abord été convaincus de l’intérêt que représentait pour l’histoire l’architecture de cet ouvrage de défense ?

14Le successeur du baron Trouvé s’inscrit, lui aussi, dans cette ligne, d’autant plus qu’il va être saisi par diverses plaintes de citoyens choqués par l’ampleur du démantèlement. En 1818 il écrit au maire :

J’ai pris la résolution de n’autoriser la démolition des remparts de la cité qu’autant qu’il y aurait du danger pour les propriétaires des maisons limitrophes ou que la sûreté publique serait compromise. Les dégradations que l’on remarque dans la majeure partie des remparts sont plus le résultat des entreprises de malfaiteurs que des ravages du temps. Veuillez donner les ordres nécessaires aux gardes champêtres et autres, qui sont à votre disposition, de veiller à ce qu’il ne s’opère aucune démolition ni enlèvement de pierres, sans que, préalablement vous n’ayez pris connaissance de l’autorisation que j’aurais accordée (A.D.A. 14 M 23, n° 988).

15Que la cité soit sous régime militaire ou civil, la politique de l’État est ambiguë, ses représentants vendent la citadelle par morceaux, mais il ne s’agit que d’une conduite dictée par la contrainte. S’ils le pouvaient ils préserveraient l’intégrité du monument. Ils donnent des autorisations pour le démolir mais, intellectuellement, ils sont proches des gens qui s’y opposent dans la polémique qui est en train de naître entre partisans de la conservation et du démantèlement. Les mesures envisagées par les plus farouches de ces derniers ne trouveront, heureusement pour la suite, pas grâce à leur yeux. C’est ainsi que le rapport établi en 1819 par l’ingénieur de la Ville ne sera suivi d’aucun effet. Il prévoyait, jugeant l’état de la citadelle définitivement compromis, de mettre à bas les murs et tours de l’enceinte extérieure jusqu’à 1,5 mètre au-dessus du sol des lices.

16De 1804, date du déclassement de la cité en tant que place forte, à 1821 où elle est reclassée dans un but manifestement conservatoire, semble-t-il, l’armée ne cesse de jouer un rôle modérateur, tentant, autant qu’il lui est possible, de limiter la destruction programmée des remparts. En 1820, attendant la parution du décret réintégrant la citadelle dans son giron, elle s’active d’autant plus qu’une double menace pèse sur les fortifications. L’hospice civil qui avait acquis, en 1807, la tour du Tréseau, vient de prendre la décision d’en vendre les pierres. Du point de vue de l’architecture militaire cette tour est un des fleurons de la cité et le ministère de la Guerre s’emploie à faire traîner le dossier et à convaincre les représentants de l’hospice de renoncer à leur projet. Mais il faudra attendre 1825 pour qu’officiellement, la tour revienne dans le domaine public. En octobre 1820 une crue exceptionnelle de l’Aude a causé d’importants dommages à plusieurs bâtiments, notamment industriels, établis à proximité des berges du fleuve. Face à cette catastrophe les propriétaires réagissent en demandant que, pour les indemniser et réparer à moindre frais les dégâts, on fasse massivement appel aux pierres inutiles de la forteresse ruinée. Sans la ténacité de l’armée et l’imminence du décret tant attendu de reclassement, il est probable que la direction des Domaines, convaincue de l’absence d’avenir des fortifications de la cité, aurait donné le feu vert aux démolisseurs.

17Au terme d’un intermède de seize ans la cité revient à son ancien statut. Cela veut-il dire qu’elle va retrouver des fonctions stratégiques, jouer un rôle dans le dispositif de défense de la nation ? La position de l’armée, à ce propos, ne peut se comprendre qu’en référence à la nouvelle dimension de monument antique que la cité est en train d’acquérir. En réinvestissant les lieux, les militaires souhaitent, certes, tirer profit des quelques espaces encore susceptibles d’abriter des secteurs de leur activité, mais il nous semble qu’ils veulent surtout occuper le terrain pour ne pas laisser détruire et échapper dans le domaine civil quelque chose qui, sans que personne n’en ait encore une idée bien claire, commence à apparaître comme un enjeu symbolique.

Un terrain archéologique

18En 1830 Guizot, ministre de l’Intérieur, crée le service des Monuments Historiques. L’initiative s’inscrit dans le mouvement d’idées qui, depuis une vingtaine d’années, s’intéresse à l’étude et à la conservation de tous les vestiges architecturaux et monumentaux. Ludovic Vitet, le premier Inspecteur général en titre, est vite débordé par la tâche et ne peut se rendre sur tous les sites. Carcassonne ne figure pas sur la liste des priorités. Mais, en novembre 1834, son successeur, Prosper Mérimée, vient à Carcassonne à l’occasion d’une tournée dans le Midi de la France. En Ville Basse seules les deux églises principales, Saint-Michel et Saint-Vincent, lui inspirent quelques sobres remarques. Son attention est, par contre, retenue par « la vieille ville » c’est-à-dire la cité. Il en décrit minutieusement les enceintes et les tours, datant les différentes époques de construction, et montrant tout ce qu’elles peuvent apprendre sur les techniques militaires du Moyen Âge. Évoquant rapidement la légende de l’héroïne du lieu, Dame Carcas, et celle du trésor du Grand Puits, il se tourne ensuite vers l’architecture religieuse, détaillant longuement la basilique Saint-Nazaire, édifice original puisque sa nef est romane et son chœur gothique. A l’intérieur, il est aussi passionné par un bas-relief représentant l’attaque d’une place forte. Cette visite de Mérimée n’aura aucune conséquence pratique immédiate, car les subsides dont dispose son service sont faibles eu égard au nombre de monuments à sauvegarder. Mais la publication, dès l’année suivante, de ses Notes de voyage aura un grand retentissement, attirant de multiples visiteurs, savants, voyageurs et curieux. Carcassonne commence à devenir une étape fréquentée par les amateurs d’archéologie.

19En 1836 la Ville de Carcassonne participe à ce mouvement de découverte et de valorisation du passé et intervient auprès du préfet pour que soit fondée une commission des Arts et Sciences chargée d’étudier l’ensemble des richesses du département. Les centres d’intérêt de la commission sont très divers – numismatique, collection de peinture, histoire naturelle, antiquités... –, reflétant une volonté encyclopédique et un goût pour les « curiosités » propre à la plupart des sociétés savantes de l’époque. L’archéologie, bien sûr, y tient une place essentielle et le préfet est, dans sa réponse, sensible à cet aspect des choses :

... il existe dans l’arrondissement de Carcassonne des monuments d’art, des débris d’antiquités dont la recherche, la réunion, la conservation méritent la sollicitude de l’administration comme celle des hommes éclairés (A.D.A. 11J).

20Les membres de la commission sont attirés par la période romaine, riche en inscriptions, en mosaïques, en monnaies et vases, et par le Moyen Âge. Certains offrent, pour le musée qu’ils projettent de fonder dans la Ville Basse, des objets parmi lesquels un sceau et un poids en bronze du temps de Philippe le Hardi. Mais très tôt, ils abandonnent à l’un d’entre eux, Jean-Pierre Cros-Mayrevieille, le soin de mener à bien les recherches et les acquisitions concernant la période médiévale. Ainsi, en mai 1837, devenu secrétaire de la société, il est mandaté pour aller à Perpignan acheter quelques objets sculptés du xiie siècle. Deux ans plus tard, il ramène d’expéditions dans des villages des Corbières des médailles et des sceaux et même un antique tombeau de pierre qui était utilisé comme auge. C’est lui, enfin, qui négocie une plaque de pierre censée avoir servi de couvercle au cercueil de Simon de Montfort durant les quelques mois où celui-ci aurait reposé à Saint-Nazaire (A.D.A. 4T108).

21Quelle vision avaient de la cité ses historiens locaux ? Comment la percevaient-ils ? Les fortifications, pour bon nombre d’entre eux, représentent moins un ensemble architectural digne d’attention qu’un terrain fertile de découvertes archéologiques, poteries, monnaies, armes, bijoux... En mai 1837, par exemple, l’un d’eux, M. Denisse, « propose de demander au gouvernement des fonds pour que la Commission fasse opérer des fouilles dans les tours de la cité de Carcassonne et des lieux qui l’environnent » (A.D.A. 11J2). Les subventions ne sont pas immédiatement accordées mais Jean-Pierre Cros-Mayrevieille peut annoncer à ses pairs que le représentant sur place du ministère de la Guerre leur donne « la permission la plus ample de visiter et de fouiller les tours de la cité ». Les objets recueillis durant la campagne iront alimenter le musée. En juin 1837, au cours d’une séance, des membres signalent l’existence de fragments intéressants de sculpture repérés à la cité. Toujours pour le musée, la commission achète trois bas-reliefs en albâtre qui auraient appartenu à l’église Saint-Sernin de la cité ; elle reçoit aussi en don cinq médailles trouvées dans le grand puits. En juillet elle songe à faire transférer en Ville Basse deux sculptures appartenant à l’église Saint-Nazaire :

Il sera écrit au Conseil Municipal de Carcassonne pour lui demander de laisser déposer dans le musée le tombeau en marbre blanc d’un évêque situé actuellement dans une armoire de la fabrique de la cité, à la gauche du chœur de l’église Saint-Nazaire, ainsi qu’une pierre ornée de bas reliefs placée à peu de distance du sol dans la première chapelle à gauche en entrant dans la même église. Les deux objets ne sont pas exposés aux regards des fidèles, ils sont négligés par la fabrique et leur enlèvement ne peut nullement détériorer les parties de l’église dans lesquelles ils sont placés (A.D.A. 4T108).

22Nous ne connaissons pas l’aboutissement de cette tractation, mais ce qui retient surtout notre attention, ici, c’est le centre d’intérêt particulier que va représenter pour la société l’ancienne cathédrale Saint-Nazaire. Celle-ci commence, en effet, à apparaître comme le trésor architectural et archéologique le plus précieux de la cité. Pendant plusieurs années c’est autour d’elle que vont se focaliser les recherches et l’attention des érudits locaux.

Le monument religieux

23Jusqu’à présent le principal souci avait été de collecter des objets pour les réunir dans le musée installé en Ville Basse. Avec la découverte des richesses de Saint-Nazaire une nouvelle démarche se dessine dont Jean-Pierre Cros-Mayrevieille, en 1838, se fait le rapporteur dans un compte rendu d’une séance de la commission :

Il expose que dans l’église Saint-Nazaire une inscription et un tombeau sont cachés par des armoires à l’usage des marguilliers, et qu’une dalle, en marbre blanc, chargée de caractères gothiques est placée au milieu de la nef. Il propose d’enlever les deux armoires et de faire relever la dalle (A.D.A. 4T108).

24Il s’agit donc maintenant de mettre en valeur les choses sur le site même, et la commission est amenée à préciser cette position vis-à-vis de certains membres qui souhaiteraient toujours faire descendre les vestiges d’art sacré au musée :

La Commission est chargée par l’article 10 de ses statuts de la conservation des monuments ; les objets d’art ne doivent être enlevés des édifices sur lesquels ils sont fixés que lorsqu’en ces lieux la conservation est impossible ; le bas-relief qui touche à la grande porte d’entrée de l’église Saint-Nazaire ne pouvant être dérangé sans danger pour sa conservation, et étant l’un des plus remarquables de la ville de Carcassonne, il conviendrait de l’exposer aux regards du public dans le musée ; en conséquence le moulage pourrait en être ordonné (A.D.A. 4T108).

25L’on peut s’étonner aujourd’hui de ce désir d’effectuer un moulage pour mettre à la portée du public un bas-relief qu’il pourrait aller voir sur place dans l’église. Mais il faut se rappeler que, à l’époque, la cité n’est pas pour les Carcassonnais un lieu familier. Les voyageurs qui s’y rendent apparaissent comme des excentriques et décrivent d’ailleurs souvent leur ascension à la Ville Haute comme une véritable expédition dans un territoire sauvage et coupé de la vie moderne. Dans ce contexte le vœu émis par la commission, le 5 juillet 1837, que Saint-Nazaire soit classé parmi les Monuments Historiques de la France représente un véritable bouleversement dans les habitudes de pensée des savants autochtones. Au-delà des œuvres d’art qu’elle contient c’est la cathédrale dans son intégrité architecturale qui est maintenant valorisée comme témoignage de la spiritualité médiévale.

26Le vœu n’aboutit cependant pas et, en 1838, seuls dans l’Aude et à la demande cette fois du préfet, le cloître de l’abbaye de Saint-Hilaire dans le village du même nom et l’église de Rieux-Minervois sont effectivement classés. Pour autant le mouvement autour de Saint-Nazaire ne s’arrête pas et va conduire à une importante et décisive découverte. Jean-Pierre Cros-Mayrevieille avait été chargé par la commission des Arts et Sciences de présenter, dans le cadre du dossier de classement, une étude sur l’ancienne cathédrale. Intrigué, lors de ses fréquentes visites, par la présence, contre le mur d’une petite chapelle latérale, d’un bas-relief montrant le buste d’un personnage coiffé d’une mitre, il eut l’idée d’y entreprendre, en 1839, des fouilles. Elles permirent de dégager, dans un très bon état de conservation grâce à sa gangue de terre, une statue de près de deux mètres de haut qu’il identifia comme étant celle de Radulphe, évêque du xiiie siècle. Elle surmontait une corniche servant de couvercle à un tombeau de pierre, orné de bas-reliefs. Pour la commission c’est un moment d’enthousiasme et d’encouragement à poursuivre le travail. Le préfet s’engage à appuyer la requête de classement. Saint-Nazaire possède maintenant un « trésor » archéologique qui mérite le déplacement. Ainsi, en septembre 1839, Jean-Pierre Cros-Mayrevieille accompagne-t-il sur place le duc et la duchesse d’Orléans, de passage à Carcassonne, pour leur faire voir le tombeau de Radulphe. Les deux personnalités emporteront un dessin de cette œuvre d’art que leur remet le président de la commission à qui ils assurent qu’ils soutiendront la demande de classement de l’église.

27La découverte du tombeau de Radulphe était un événement en soi, mais, surtout, Jean-Pierre Cros-Mayrevieille sut la présenter avec talent dans une notice publiée à Toulouse, dans les prestigieux Mémoires de la Société archéologique du Midi. Après la description archéologique détaillée, il mettait l’accent sur « les mutilations de la République et les prétendues restaurations de nos badigeonneurs ». Ce genre de remarque était tout à fait en accord avec le point de vue de l’Inspecteur général des Monuments Historiques, Prosper Mérimée, qui, dans ses Notes de voyage et tout au long de sa Correspondance, tempête régulièrement contre le vandalisme révolutionnaire et l’incompétence des architectes officiels locaux qui croient restaurer les monuments en les recouvrant d’épaisses couches de plâtre ou de peinture. Il y avait là, dans l’invention de cette très belle sculpture et dans l’expression d’une similitude de sentiments, une conjonction favorable. Aussi n’est-il pas étonnant qu’en 1840 l’église Saint-Nazaire soit classée et Jean-Pierre Cros-Mayrevieille nommé Inspecteur des Monuments Historiques.

28Dès l’annonce du succès des fouilles, le préfet avait alloué un crédit pour remettre la chapelle de Radulphe en état, les travaux devant s’effectuer sous la direction de l’architecte départemental Champagne fils. La restauration de l’ancienne cathédrale débute donc. En janvier 1841 Eugène Viollet-le-Duc présente, à Paris, à la commission des Monuments Historiques, une série de croquis d’études sur Saint-Nazaire (Bercé 2000). En 1842 il vient en tournée à Carcassonne, et le chantier initié par Champagne s’arrête. Certainement parce que peu de temps avant, la commission des Monuments Historiques a reçu un avis alarmant de Jean-Pierre Cros-Mayrevieille disant que les travaux de restauration sont mal conduits et que, notamment, le tombeau de Radulphe a été détérioré. L’architecte local est donc mis à l’écart. Mérimée, nous l’avons vu, était très irrité contre ce qu’il appelait l’incompétence des intervenants autochtones, mais il y avait aussi un autre problème, celui d’un enjeu de pouvoir entre une administration centralisatrice et des techniciens qui, recrutés sur place, pouvaient parfois faire preuve d’une certaine autonomie. En 1844, Viollet-le-Duc, architecte confirmé des Monuments Historiques depuis plusieurs années, est nommé directeur des travaux de Saint-Nazaire (A.P. 284). Cette désignation annonce bien le rôle que l’administration entend jouer dès lors qu’elle accorde des crédits. Viollet-le-Duc ne répondra de ses choix que devant elle, sans se soucier des susceptibilités et des prétentions locales. L’État devient le maître intellectuel des bâtiments qu’il protège.

29A la fin de l’année Viollet-le-Duc a établi un devis et rédigé un premier rapport ; en mai 1845 le chantier reprend. Il durera, avec des interruptions, vingt-trois ans, jusqu’en 1868, et concernera l’ensemble de l’ancienne basilique. Jean-Pierre Cros-Mayrevieille est à l’origine de ces premiers travaux de restauration à l’intérieur de la cité. Il a réussi relativement facilement à faire classer la cathédrale, mais il lui reste à parcourir un chemin plus ardu pour faire prendre en compte l’intérêt des fortifications elles-mêmes. La notion d’art religieux était quelque chose de reconnu, mais celle d’art militaire, surtout à propos d’une forteresse encore occupée par l’armée, était un sujet beaucoup moins à la mode.

Retour à la citadelle

30Mérimée, lors de sa visite en 1834, avait déjà noté l’intérêt des fortifications, les membres de la Commission des Arts et Sciences se passionneront pour les trouvailles archéologiques que l’on peut y faire, mais la question de la sauvegarde des murailles elles-mêmes n’est pas vraiment à l’ordre du jour. La perspective des sommes que cela nécessiterait décourage tout embryon de réflexion sur ce sujet. Seule l’armée, intéressée au premier chef par leur conservation, a fait ce qu’elle a pu, pour réparer ponctuellement un secteur, pour empêcher la démolition d’autres, mais elle ne dispose pas de crédits à affecter à l’entretien de bâtiments inutiles à la défense du territoire. La cité de Carcassonne est un monument embarrassant, au statut encore mal déterminé, qui passe du ministère de la Guerre au ministère de l’Intérieur, dont on vend les pierres en même temps qu’on découvre sa valeur de témoin remarquable du passé.

31Pour Jean-Pierre Cros-Mayrevieille, né dans le quartier de la Trivalle, au pied de la cité, la perception du drame qui se jouait là remonte au plus jeune âge, avant toute prise de conscience historique. Dans des « Notes biographiques » inédites, écrites en 1840, il se souvient de son émotion à « la vue de la vieille barbacane que l’on démolissait alors pour construire une filature ». Le spectacle, dit-il, est toujours resté gravé dans son esprit, peut-être, en partie, parce que l’antique citadelle était aussi un lieu attaché à la mémoire familiale :

Mon père, quoique peu lettré, était un admirateur passionné des tours, des remparts et de la vieille église dans laquelle il avait prié dans son jeune âge. L’histoire ecclésiastique de Carcassonne, par le Père Augustin Bouges, était sa lecture favorite, et quand il m’enseignait à lire, comme il n’osait prendre ni Les Heures, ni L’Évangile, ni La vie des saints, qui formaient toute sa bibliothèque, c’était dans le livre du Père Augustin qu’il me montrait les lettres. Je conserve encore l’exemplaire que j’ai surchargé plus tard de notes historiques.

32Les remparts et la cathédrale sont, pour lui, un patrimoine indissociable, ils font, ensemble, partie des trésors de l’enfance, de la sienne et de celle de ses aïeux. Aussi, à l’âge adulte, va-t-il mener de front la lutte pour la sauvegarde des deux, se distinguant en cela de la plupart de ses confrères, essentiellement attachés à la restauration de Saint-Nazaire.

33En 1835 il publie dans une revue régionale, L’Art en Province, une étude consacrée au destin de la citadelle, « La Cité et la Ville Basse ». L’année suivante il adresse au gouvernement une note sur l’intérêt des fortifications. En 1837 il demande à la commission des Arts et Sciences d’intervenir pour trouver une solution au délabrement des tours de la porte Narbonnaise. C’est lui, également, qui l’incite au moment où tout le monde ne parle que du classement de Saint-Nazaire, à solliciter l’appui du duc d’Orléans pour faire également classer la forteresse. A partir de 1840 son titre d’Inspecteur des Monuments Historiques va lui permettre de multiplier les démarches. Ainsi en 1841 il obtient que Soult, ministre de la Guerre, alloue des crédits pour faire face aux réparations les plus urgentes. Sous son impulsion une collaboration se dessine entre les deux ministères, celui de l’Intérieur et celui de la Guerre, concernés par la cité. Dans son livre Monuments de la Cité et de la Ville Basse de Carcassonne, Jean-Pierre Cros-Mayrevieille raconte, lui-même, à la suite d’un exposé chronologique des événements de la cité, la part qu’il prit dans les opérations de sauvegarde et dans le processus qui allait conduire à son classement en tant que monument historique. Il se pense et se décrit comme un acteur essentiel de la restauration dans un rôle qui le fait rentrer directement dans l’histoire du monument :

Sur nos incessantes demandes les ministres de l’Intérieur et de la Guerre se concertèrent, et décidèrent qu’un architecte du gouvernement serait envoyé sur les lieux pour dresser un plan détaillé et un nivellement complet de la cité de Carcassonne, afin que l’opération faite, il pût être dressé par les soins de la Commission des monuments historiques un projet de restauration générale qui serait soumis au comité des fortifications (1876 : 32).

34Ce « projet de restauration générale » met du temps à se mettre en place et Jean-Pierre Cros-Mayrevieille est amené encore à reprendre la plume pour alerter les autorités. En 1846 il écrit au ministre de l’Intérieur pour l’inciter à reprendre le flambeau là où l’ont laissé les responsables de l’armée :

L’un des plus curieux monuments militaires de la France, l’antique cité de Carcassonne, où l’on voit encore plusieurs tours des Wisigoths, un château fort du xie siècle, des portes et des remparts élevés par Saint Louis et Philippe III, réclame des réparations urgentes. Faut-il rester témoin impassible des ravages rapides du temps, et parce que le Génie militaire, en classant cette citadelle au nombre des fortifications du royaume, l’a sauvée de la sape des maçons qui, en 1816, démolirent la belle barbacane pour construire une manufacture, doit-on aujourd’hui que les voûtes s’affaissent, que les murs se lézardent, abandonner à la consigne le soin de veiller sur des monuments d’autant plus précieux qu’ils sont plus rares ? (A.P. 284).

35En mai 1846 la commission des Monuments Historiques charge Viollet-le-Duc de faire, à l’occasion d’une de ses visites sur le chantier de Saint-Nazaire, un rapport sur l’état de la porte Narbonnaise, point focal, depuis longtemps, de toutes les demandes de crédits. Ce n’est que trois ans plus tard, en 1849, que ce rapport sera commenté au cours d’une séance de la commission. L’étude de Viollet-le-Duc, très minutieuse, dépasse le cadre des seules tours de l’entrée fortifiée de la cité. Elle prend en compte l’ensemble de la citadelle, ce qui explique sûrement le laps de temps écoulé entre la demande et la remise du travail. En première partie elle insiste sur l’importance qu’il y aurait à acquérir et à remettre en état les constructions de la porte Narbonnaise qui, par leur architecture complexe, sont des exemples très significatifs de l’art des fortifications au Moyen Âge. De plus la dépense à engager serait relativement minime :

La Porte Narbonnaise appartient au ministre de la Guerre qui n’en fait aucun usage et qui l’entretient fort mal. Monsieur Viollet-le-Duc croit, d’après l’assurance donnée par le général du Génie commandant la division militaire, que l’administration de la guerre la céderait volontiers. Quelques réparations peu coûteuses en assureraient pour longtemps la conservation (A.P. 284).

36Mais, en ce qui concerne le reste de la citadelle, les positions sont plus réservées. La commission rejoint les vues des antiquaires et des amateurs de « curiosités »du xviiie siècle pour qu’il suffisait « de sauver par l’image les objets promis à la destruction et d’en offrir une description » (Choay 1996 : 74).

L’enceinte militaire de la cité de Carcassonne forme un ensemble de constructions militaires du plus haut intérêt (...) Cet ensemble si curieux pour l’histoire et pour l’art est condamné à une ruine plus ou moins rapide. Le temps a déjà fort altéré l’enceinte, le Génie militaire a converti en bastions quelques vieilles tours. Dans quelques années toutes les traces de l’ancienne ville auront disparu. Il est donc urgent de conserver par le dessin ces ruines qui fournissent encore les renseignements les plus précis et qu’il serait impossible de conserver. L’étendue de l’enceinte, la grande variété des constructions, les détails très nombreux et très intéressants qu’elle présente, rendent le relevé exact une opération fort longue et assez difficile. Il faut, en outre, pour que ce travail soit complet, faire en quelque points des fouilles et des déblaiements. Ainsi on a tout lieu de croire qu’il existe autour de la cité de Carcassonne, et entre les deux enceintes, de vastes souterrains, peut-être un chemin de ronde continu. Toutes ces explorations sont longues et coûteuses. Je les crois d’une grande utilité et je propose à la Commission de les autoriser (A.P. 284).

37Le projet, si en retrait par rapport à ses espérances, ne pouvait trouver grâce aux yeux de Jean-Pierre Cros-Mayrevieille qui attendait, depuis plus de quinze ans une restauration générale de l’enceinte. Il ne pouvait non plus satisfaire Viollet-le-Duc qui avait fait preuve à Vézelay et à Notre-Dame-de-Paris de la mesure de son talent et qui souhaitait, depuis 1844, que l’on retire la cité au ministère de la Guerre pour la confier au ministère de l’Intérieur et aux Monuments Historiques. Mais ce choix illustre bien la politique alors en vigueur aux Monuments Historiques. A quelques exceptions près, ils ont jusqu’à présent accordé la priorité aux édifices religieux du Moyen Âge. Ils ont donc classé très vite Saint-Nazaire mais en ce qui concerne les fortifications militaires de la cité ils hésitent. Ils reconnaissent l’intérêt qu’il y aurait à les conserver mais ne paraissent pas prêts à se lancer dans l’entreprise. Ils tergiversent, envisageant la restauration des seules tours Narbonnaises et la sauvegarde par l’image de l’ensemble de la citadelle.

38A la veille de 1850 la cité, forteresse inutile, a peu à peu acquis la dimension symbolique du monument historique parmi les élites et les administrations locales et nationales. Mais son statut reste partiel. Seule la cathédrale est classée. Quelques tours sont susceptibles d’être réparées. La question de la restauration générale de l’enceinte, pourtant plusieurs fois soulevée officiellement, est loin d’être à l’ordre du jour. Quelques années plus tard, pourtant, Viollet-le-Duc entamera ici ce qui sera son plus long chantier et les dessins qui étaient prévus pour servir de mémoire deviendront le support de la résurrection matérielle du monument. Le débat alors se déplacera à l’intérieur du nouveau statut : l’alternative n’est plus seulement entre détruire ou préserver ; mais entre la conservation des ruines telles qu’elles sont, portant toutes les marques du temps ou le rétablissement de la forteresse dans un hypothétique état de perfection. Mais ceci est une autre histoire.

Bibliographie

Bibliographie

Bercé, Fr. 2000. Histoire du monument français du xviiie siècle à nos jours, Paris, Flammarion.

Choay, Fr. 1996 (1992). L’allégorie du patrimoine, Paris, Le Seuil.

Cros-Mayrevieille, J.-P. 1835. « La Cité et la Ville Basse de Carcassonne », L’Art en province, p. 152-169.

— 1846. Histoire du comté et de la vicomté de Carcassonne, t. I, Paris, J.-B. Dumoulin.

— 1876. Monuments de la Cité et de la Ville Basse de Carcassonne, Carcassonne, Pomiès.

— 1896. Histoire du comté et de la vicomté de Carcassonne, t. II, Carcassonne, Gabelle et Bonnafous.

Mérimée, P. 1835. Notes d’un voyage dans le Midi de la France, Paris, Librairie de Fournier.

Poux, J. 1922-1938. La cité de Carcassonne. Histoire et description, Toulouse, Privat, 5 vol.

Trouvé, baron. 1818. Description générale et statistique du département de l’Aude, Paris, Didot, 2 vol.

Viollet-le-Duc, E. 1844. « La cité de Carcassonne », Annales Archéologiques, Paris, p. 448-458.

Les abréviations A.P. et A.D.A. renvoient à Archives du Patrimoine (Paris) et Archives départementales de l’Aude (Carcassonne).

Auteur

Jean-Pierre Piniès, ethnologue, GARAE, Carcassonne ; Centre d’anthropologie, Toulouse

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540