Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Domestiquer l’histoire

 | 
Daniel Fabre

II. Regards croisés : La cité de Carcassonne

La cité de Carcassonne entre patrimoine d’exception et tourisme de masse

Marie-Geneviève Colin

Texte intégral

1S’il fallait définir d’un mot la cité de Carcassonne, le plus approprié serait sans doute celui de complexité. Complexité historique et architecturale de toute évidence, fruit d’une occupation humaine vieille de 2 500 ans, elle a connu bien des évolutions avant de devenir le monument historique que nous connaissons aujourd’hui. Complexité domaniale ensuite si l’on considère que se juxtaposent ici, sur une superficie d’à peine sept hectares, les domaines publics de l’État et de la Ville d’une part, le domaine privé à usage commercial et d’habitation d’autre part. Complexité de gestion encore, dans la mesure où les exigences liées à la conservation et à la mise en valeur d’un patrimoine d’exception sont confrontées quotidiennement à un afflux touristique de masse et aux nécessités qu’impose la vie urbaine contemporaine. Complexité voire contradiction, enfin, dans les perspectives de développement car, si cette fréquentation touristique revêt une importance économique majeure dans un département où le secteur industriel s’est beaucoup affaibli, elle porte également en elle le risque évident de la perte d’identité culturelle et patrimoniale du lieu.

2La cité de Carcassonne est un ensemble architectural de qualité très exceptionnelle, qui a été doté au cours des siècles d’un système défensif particulièrement ample et élaboré : une première enceinte urbaine construite aux iiie et ive siècles, doublée au xiiie siècle et complétée d’une enceinte propre au château. Cette importance des fortifications est l’expression architecturale du rôle historique majeur joué par la cité dans l’histoire du Languedoc au Moyen Âge, en particulier dans le contexte de la politique royale française mise en œuvre au xiiie siècle dès les lendemains de la croisade contre les Albigeois. Mais l’intérêt historique et archéologique de Carcassonne réside aussi dans l’ancienneté de ses origines – avec l’établissement dès le vie siècle avant J.-C. d’un oppidum protohistorique transformé par la suite en ville romaine –, dans son développement urbain associant au Moyen Âge ville haute et bastide ou ville basse, et dans la qualité de sa restauration confiée au xixe siècle à Eugène Viollet-le-Duc.

3Aux origines, la situation géographique et la topographie de cet éperon rocheux dominant le cours de l’Aude ont vraisemblablement joué un rôle déterminant dans la fixation de l’habitat. Avec un sommet culminant à 150 mètres d’altitude, le site offre une vue parfaitement dégagée sur la plaine et les collines environnantes et, au-delà, sur les Pyrénées et sur la Montagne noire. En outre, cette éminence occupe un emplacement stratégique permettant de surveiller l’étroit passage dit « isthme gaulois » constituant la plus courte liaison entre Atlantique et Méditerranée.

4La conquête de la région par les Romains en 118 av. J.-C. est à l’origine d’une évolution profonde de l’agglomération qui commence à s’étendre au-delà de la plateforme pour se développer en contrebas au nord de la colline. Vers 27 av. J.-C., la ville figure dans la liste des vingt cités de la province de Narbonnaise puis la colonie Julia Carcaso est créée avec un territoire qui s’étend sur la partie occidentale du bassin audois. D’importance nettement moindre que ses voisines Narbonne et Toulouse, Carcassonne semble néanmoins avoir été au cours du Haut Empire un centre urbain actif connu par de nombreux vestiges archéologiques partiellement recensés sur tout le pourtour de la cité.

5Ici comme en d’autres cités de la Gaule romaine, la deuxième moitié du iiie et le ive siècle sont teintés d’insécurité et marqués par des invasions sporadiques. La surface habitée est alors réduite et la ville désormais qualifiée de castellum est dotée sur un périmètre d’environ 1 200 mètres d’une première enceinte urbaine dont d’imposants vestiges sont encore visibles aujourd’hui sur les deux tiers du rempart intérieur. Cette maçonnerie est faite d’un blocage revêtu d’un parement de petits moellons réguliers entrecoupés de rangées de briques, les tours étant en forme de fer à cheval, plates côté ville et semi-circulaires côté extérieur.

6Dans le premier quart du ve siècle, les Wisigoths installés en Aquitaine font la conquête du sud de la Gaule et d’une grande partie de la péninsule Ibérique. Chassés d’Aquitaine par les Francs en 507, ils conservent Carcassonne qui est infructueusement assiégée par Clovis en 508 et devient pour deux siècles une ville frontière au nord de la Septimanie wisigothique. Au viiie siècle, l’invasion sarrasine met fin au royaume wisigoth d’Espagne mais l’occupation arabe de Carcassonne cesse en 759 avec la conquête de la Septimanie par Pépin le Bref.

7Bien que la création d’un siège épiscopal remonte au vie siècle, la première mention d’une église cathédrale, dédiée aux saints Nazaire et Celse, date de 925. La ville se développe et commence progressivement à s’étendre extra-muros, une église Saint-Michel et un bourg du même nom étant évoqués autour de l’an mil.

8L’époque féodale voit l’émergence de la famille des vicomtes Trencavel dont les possessions s’étendent de Carcassonne à Nîmes et qui joue aux xie et xiie siècles un rôle important dans le Midi, dans un contexte politique dominé par les deux principautés rivales de Toulouse et de Barcelone. Sur le plan de la topographie urbaine, cette période est marquée par le développement des faubourgs Saint-Michel et Saint-Vincent accolés au rempart urbain et eux-mêmes protégés de murs et de fossés, par la construction du château vicomtal et par celle de la cathédrale dont les travaux débutent en 1096. Le château des Trencavel, vraisemblablement construit au cours du deuxième quart du xiie siècle, prend appui sur la face ouest de la fortification primitive et se compose d’un double corps de logis en L. Une chapelle Sainte-Marie est construite vers 1150 au nord de ce premier ensemble, le plan en équerre ainsi obtenu formant désormais un U ouvert bordant sur trois côtés une cour que les textes nomment alors atrium, suggérant la présence d’une clôture.

9C’est dans cette physionomie que Carcassonne aborde le xiiie siècle, période particulièrement déterminante pour son histoire comme pour son architecture. Son destin s’accélère en effet avec l’appel à la croisade contre les Albigeois, lancé en 1208 par le pape Innocent III face à l’influence grandissante de la religion cathare. En août 1209, après le sac de Béziers, l’armée des Croisés porte le siège devant Carcassonne qui capitule au bout de quinze jours. Nommé vicomte de Carcassonne, Simon de Montfort poursuit la croisade jusqu’à sa mort en 1218 lors du siège de Toulouse. La vicomté est définitivement annexée au domaine royal en 1226 et Carcassonne devient le siège d’une sénéchaussée.

10En septembre 1240, Raymond Trencavel II tente de reprendre possession de la ville ; il entreprend le siège de la cité et bénéficie de la complicité des faubourgs qui la bordent. Il bat en retraite un mois plus tard avec l’arrivée des renforts royaux. Cet épisode aura pour conséquence la destruction définitive des faubourgs Saint-Michel et Saint-Vincent en 1244 sur ordre de Louis IX qui n’autorisera que trois ans plus tard la construction d’une bastide sur l’autre rive de l’Aude.

Plan cadastral de la cité de Carcassonne

Plan cadastral de la cité de Carcassonne

11Cette succession d’événements est à l’origine d’importants travaux qui vont jalonner le xiiie siècle et marquer considérablement l’architecture de la cité de l’empreinte des architectes formés en Île de-France et dépêchés par le roi. Ces projets de grande ampleur répondent à la volonté royale de rendre l’annexion de Carcassonne définitive, d’affirmer la puissance capétienne dans un environnement qui lui reste hostile et de moderniser les fortifications de la cité qui devient l’élément majeur du dispositif de défense de la frontière franco-aragonaise. Celle-ci est en effet l’objet, à cette époque, d’une lutte politique majeure, les pouvoirs capétien et aragonais nourrissant tous deux des ambitions expansionnistes, le premier sur la Catalogne, la Cerdagne et le Roussillon, le second sur le Languedoc.

12Dans ce contexte, trois principales campagnes de construction émaillent le xiiie siècle et donnent finalement à Carcassonne la silhouette de ville historique fortifiée qu’on lui connaît aujourd’hui.

13Dès 1228, la construction d’une fortification propre au château est entreprise, afin d’englober les corps de logis dans un vaste rectangle dont les courtines crénelées sont flanquées de neuf tours rondes, percées de deux portes puissamment défendues et précédées d’un fossé. Parallèlement, l’édification d’une deuxième enceinte urbaine précédée d’un fossé sec est décidée pour améliorer le dispositif existant. Des lices sont créées afin d’obtenir un espace dégagé relativement plat entre les deux lignes de fortification dont la desserte et l’utilisation auraient été gênées par la pente naturelle.

14Une deuxième campagne débute après le siège de 1240, avec la reconstruction des éléments d’enceinte détruits lors de ce dernier. Le château abritant désormais de manière permanente une garnison royale, les corps de logis sont surélevés d’un étage, un bâtiment supplémentaire est accolé à l’aile sud et une barbacane de défense avancée est édifiée à l’est de l’enceinte castrale. La tour de la Vade, ouvrage circulaire particulièrement imposant de 25 mètres de haut, est construite à l’emplacement du faubourg Saint-Michel afin de renforcer la défense du front est de la cité peu protégé par le relief naturel.

15Enfin, d’importants travaux marquent la fin du xiiie siècle avec la reconstruction d’une bonne part du rempart intérieur à l’initiative des rois Philippe III le Hardi et Philippe IV le Bel. Il s’agit là encore de moderniser les fortifications de Carcassonne en les faisant bénéficier de tous les progrès techniques alors enregistrés dans le domaine de l’architecture militaire. L’objectif principal est, rappelons-le, de renforcer la défense de la frontière pyrénéenne dont la cité est le poste principal de gestion et de commandement. Au souci de l’efficacité militaire est associé celui de l’affirmation symbolique de la puissance capétienne en Languedoc, en même temps que les notions d’esthétique et de confort prennent une importance nouvelle dans les édifices majeurs réalisés, telles les portes de ville Narbonnaise et Saint-Nazaire ou les majestueuses tours carrées de l’Évêque et tour du Tréseau.

16A la faveur de ces travaux d’envergure, Carcassonne est devenue à la fin du xiiie siècle une place forte hors du commun, aux fortifications plus que dissuasives, servies par une garnison permanente et un armement très conséquent. L’image qu’elle donne et la réputation qu’elle acquiert lui vaudront de n’être plus jamais attaquée jusqu’à ce que la signature du traité des Pyrénées, concrétisant en 1659 le rattachement du Roussillon à la France, mette définitivement un terme à sa carrière de pièce maîtresse du dispositif royal de contrôle de la frontière franco-aragonaise. Dépouillée de toute importance stratégique, elle assiste impuissante à son inexorable déclin et au transfert inéluctable de tous les pouvoirs vers la bastide Saint-Louis, devenue une ville active et prospère spécialisée dans le travail et le commerce des draps et des étoffes.

17La vieille cité devient successivement arsenal, entrepôt d’armes et de vivres sous l’Ancien Régime et la Révolution. Un temps rayée des places de guerre au début du xixe siècle puis menacée de destruction, elle est finalement classée monument historique en 1849, neuf ans après la cathédrale Saint-Nazaire classée dès 1840. De 1846 à 1851, Eugène Viollet-le-Duc étudie minutieusement l’ensemble des fortifications, puis les travaux de restauration proprement dits débutent sous sa responsabilité en 1853 et se prolongent, après sa mort en 1879, jusqu’en 1910. Pendant plus de cinquante ans, c’est un considérable travail de réhabilitation qui est entrepris ici par la collectivité nationale, initialement convaincue par les élites locales ; Carcassonne illustre en cela parfaitement la notion alors toute nouvelle de patrimoine monumental, dans laquelle les édifices du passé deviennent des témoins chargés d’histoire.

18La première moitié du xxe siècle voit le début des activités touristiques et culturelles, notamment marquées par les fêtes du bimillénaire de la cité en 1928. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce nouvel usage du monument connaît un développement continu, les fortifications de Carcassonne permettant à chacun, de l’écolier anonyme au cinéaste de renom, de donner corps à l’imaginaire médiéval collectif et individuel. On estime à deux millions et demi de personnes la fréquentation annuelle de la cité, parmi lesquelles on compte plus de 40 % de visiteurs étrangers. Il est d’ailleurs à signaler que cette fréquentation touristique s’est encore accrue de près de 15 % en 1998 et 1999, à la suite de l’inscription par l’Unesco, en décembre 1997, de la ville historique fortifiée de Carcassonne sur la liste du Patrimoine de l’Humanité.

19Cette situation n’est évidemment pas sans poser de nombreux problèmes en termes de conservation, de gestion, d’accueil du public et de mise en valeur, l’objectif étant d’adapter sans le trahir ce patrimoine à une consommation touristique massive aux forts enjeux économiques. A cet égard, le quartier urbain qui occupe l’intérieur des remparts cristallise toutes les difficultés. Là, aux côtés des parties classées appartenant à l’État, les questions de voirie, d’aménagement, de propreté, de stationnement, d’attribution des emplacements commerciaux sur la voie publique relèvent de la responsabilité de la mairie. Les maisons elles-mêmes appartiennent quant à elles à des personnes privées, qui pour la plupart résident désormais hors de la cité et ont implanté des commerces dans leurs anciennes résidences.

20Cette imbrication étroite entre le patrimoine architectural et une vie urbaine permanente est un des grands atouts de la cité de Carcassonne, contrairement à des lieux tout aussi forts et chargés d’histoire dont on ferme les portes le soir après la visite et qui ne sont plus que des lieux de mémoire. Le monument est au cœur d’une ville qui vit, mais cette animation urbaine est plus aujourd’hui le fruit d’une intense activité touristique et commerciale que l’expression de l’identité propre d’un lieu qui a perdu la plus grande part de ses habitants et a laissé beaucoup de son âme dans son adaptation à de nouveaux usages. Il est un fait avéré que la cité s’est très largement transformée au cours des dernières décennies, offrant désormais l’image d’une place de surenchère commerciale sans que personne ne s’inquiète des dérives que cela entraînait ou n’agisse à temps pour les éviter. Toutes les personnes et institutions vivant ou travaillant à Carcassonne ont peu ou prou une part de responsabilité dans cet état de fait :

  • les commerçants eux-mêmes qui n’éprouvent sans doute pas un respect suffisant à l’égard des lieux qui les font vivre ;

  • la municipalité qui n’a pas suffisamment pris ses responsabilités pour éviter les excès publicitaires et commerciaux, ou pour organiser le stationnement des véhicules toujours plus nombreux qui défigurent le site ;

  • les services de l’État enfin, qui ont certes essayé de préserver au mieux le domaine dont ils avaient la charge mais n’ont pas su réagir à temps pour s’opposer aux dérives auxquelles ils assistaient impuissants.

21Le contraste est saisissant aujourd’hui, entre un patrimoine architectural et un lieu de mémoire d’une richesse historique extraordinaire d’une part ; et d’autre part les enjeux économiques et commerciaux que le développement du tourisme de masse engendre, au risque de dégrader durablement la qualité du site.

22La récente inscription de la ville historique fortifiée de Carcassonne sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco a fait prendre conscience à beaucoup de l’intérêt non seulement exceptionnel mais universel du monument et du site mais aussi de leur fragilité, non pas tant en ce qui concerne la restauration des bâtiments eux-mêmes, que l’État assume de manière satisfaisante, mais pour tout ce qui touche à l’environnement immédiat du monument et lui donne vie. Des améliorations importantes devraient s’ensuivre, notamment en ce qui concerne le stationnement des véhicules et le traitement des façades. En outre, les collectivités publiques (Ville, Département, État) travaillent ensemble à la réalisation d’une structure commune d’accueil et d’information des visiteurs, qui devrait être située immédiatement en amont de l’entrée orientale de la cité. Mais il est peu probable que ces différentes réalisations, si réussies soient-elles, redonnent à la cité son caractère d’autrefois, les mutations opérées étant vraisemblablement trop profondes pour qu’il y ait un réel changement de cap. L’avenir de ce haut lieu patrimonial dépend en grande partie désormais de la capacité qu’auront tous les partenaires publics et privés concernés à concilier deux éléments apparemment contradictoires : d’un côté la nécessaire reconversion économique d’une région peu industrielle pour laquelle le développement touristique est une grande chance, de l’autre les exigences à affirmer en matière de qualité du contenu culturel et de respect de l’authenticité du monument.

Table des illustrations

Titre Plan cadastral de la cité de Carcassonne
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2880/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 944k

Auteur

Marie-Geneviève Colin, conservateur en chef du Patrimoine, administrateur de la cité de Carcassonne et de la forteresse de Salses

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540