Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Domestiquer l’histoire

 | 
Daniel Fabre

I. Ethnographies

« Vous n’avez pas Biron1 » Le patrimoine rural, monument minuscule ?

Martine Bergues

Texte intégral

  • 1 Le château de Biron, situé à la lisière du Périgord et de l’Agenais, figure, après Lascaux, au nomb (...)
  • 1 Sarlat, la vallée de la Dordogne de Domme à Beynat, la vallée de la Vézère et ses sites préhistoriq (...)

1En matière de monuments, de diverses époques et de diverses factures, le département de la Dordogne est sans doute l’un des mieux lotis de France. Et les touristes répondent annuellement en masse à cette injonction du monument et du passé qu’il représente1. Le département tirant pour plus d’un tiers de ses revenus de l’activité touristique, celle-ci est devenue un enjeu considérable, encourageant d’autant plus la création de nombreux projets de développement que l’activité maîtresse du département, l’agriculture, souffre des remises en cause des marchés et des politiques agricoles. Il s’ensuit une diminution constante de la population agricole, et dans une moindre mesure de la population globale, que les politiques locales s’efforcent à conjurer (Boisvert et al. 1993 : 409).

2Encore faut-il que les élus se montrent volontaristes. C’est le cas dans le canton de Beaumont (entre Lalinde et la limite nord du Lot-et-Garonne) dont une des spécificités est d’avoir dès le début des années 1960 substitué la structure intercommunale à la structure communale pour la gestion des affaires publiques. Cette communauté de communes dispose d’un savoir-faire indéniable en matière de fabrication de projets. Tout d’abord d’ordre agricole, ceux-ci sont aujourd’hui de nature patrimoniale. Ce savoir-faire est également aisément repérable en matière d’obtentions de subventions et de financements divers, d’autant que les projets proposés s’inscrivent dans la vogue patrimoniale propre aux années 1990.

  • 2 Le programme du pôle Économie du Patrimoine (1,2 MF) comprend trois études : un inventaire du patri (...)

3« Vous n’avez pas Biron », par ces mots le conseiller en patrimoine et en développement touristique à qui est confié le pilotage d’un vaste projet patrimonial2 fait remarquer qu’il va falloir, en ce canton agricole, pallier le défaut de monument historique d’importance et de fait, faire preuve d’inventions.

  • 3 Les « lieux anthropologiques » réunissent trois caractères : « identitaires, relationnels et histor (...)

4Cela appelle quelques remarques. Tout d’abord, la suggestion du consultant ne fait que répondre aux volontés politiques qui prônent un développement local axé sur le patrimoine. Il en souligne cependant la nécessaire invention. « L’invention de la campagne » (Marié 1987) implique désormais le patrimoine. Du point de vue des élus, le projet territorial, axé sur le tourisme, est surtout économique. Il s’agit de produire du monument et du patrimoine, certes, mais de façon à faire bénéficier le secteur des retombées socioéconomiques qui devraient en découler. Cette manière d’envisager le patrimoine, le vouant à une extériorité, n’est pas sans rappeler la représentation courante des monuments voire des villages dits de caractère par la plupart des habitants du canton, qui les vouent au tourisme ou tout au plus aux visites du dimanche. Cela dit, les habitants y nouent également d’autres relations, qui pour ne pas être toujours formulées, n’en sont pas moins premières. Nous nous proposons de les explorer ici, en élargissant aux différents lieux qui font sens pour les habitants3 – de patrimoine monumental, il n’y a pas ou peu sur ce secteur –, car le projet intercommunal se propose d’investir dans la patrimonialisation.

5En cela, les orientations de la communauté de communes s’inscrivent pleinement dans le mouvement général et relativement récent en faveur du patrimoine et de l’environnement. Fièvre patrimoniale (Fabre 1996), patrimoines en folie (Jeudy 1990), les spécialistes s’accordent pour constater l’actuel foisonnement patrimonial et l’élargissement considérable de ce que la notion recouvre. Consacrant le monument historique tout au long du xixe et incarnant l’idée de nation, le patrimoine englobe désormais « tous les témoins d’un site ou d’une activité » (Bromberger 1996 : 17).

6Si au xixe siècle, sous l’influence des élites et des spécialistes, le monument historique et le musée contribuent à construire un passé à la nation, jusqu’à en devenir des lieux de culte (Pomian 1996 ; Baeque & Mélonio 1998 : 270), l’intérêt actuel pour le patrimoine semble plutôt relié à la crise qui affecte le sentiment national (Fabre 1996 : 3) tout en consacrant la diversité culturelle. Pourtant, comme le font remarquer Isac Chiva (1987) et Françoise Dubost (1994 : 3), l’architecture rurale par exemple ne bénéficie pas pour autant du même traitement que le monument, ce qui traduirait de nouveau l’intérêt tout relatif de la culture savante pour la culture populaire.

7On peut se demander quels effets produit la patrimonialisation sur la construction du territoire et de sa mémoire à l’échelle locale. Il convient alors de s’interroger sur les conditions de cette production patrimoniale. N’est-elle pas toujours, à l’échelle du local, le fait de groupes au capital culturel dominant ? Il s’agit de savoir si la culture agricole qui inspire son entreprise est impliquée, représentée à son image, ou entièrement refabriquée. Quoi qu’il en soit, le regard sur les lieux est appelé à se modifier. Le patrimoine rural tend à être produit comme monument, pour représenter des spécificités locales qui s’étiolent ou pour servir des stratégies diverses.

8En pays beaumontois, le secteur associatif, largement développé, est particulièrement sollicité pour une mobilisation autour des projets à vocation patrimoniale. Nombre de ces associations orientées sur le patrimoine local sont portées par de nouveaux habitants, pour l’essentiel retraités des catégories aisées de la population urbaine ou, plus rarement, par des jeunes issus du milieu rural. L’investissement dans ces associations, relais des sociétés savantes du xixe siècle, apparaît comme facteur d’intégration. Mais la vision historique, esthétique, architecturale que le secteur associatif développe sur le patrimoine ne rencontre pas forcément les représentations locales. Il s’agit là d’une situation quelque peu paradoxale du fait que la problématique patrimoniale des associations renvoie à une culture agraire dont les acteurs autochtones sont en grande partie les héritiers mais qu’ils ne promeuvent ni ne donnent précisément à voir.

9Pourtant, sous l’influence des élus, avec les effets de la recomposition sociale de la population et des nouvelles formes de sociabilité, avec la présence de jeunes ruraux imprégnés du discours dominant en terme d’écologie, de qualité paysagère, de valeur patrimoniale des lieux, l’écart entre les manières de faire, de voir et d’investir les lieux tend à se combler, ce qui témoigne bien de la force de la nouvelle pensée patrimoniale.

Le sens des lieux

10En milieu agricole, la connaissance relative à l’histoire des lieux, aux marques de l’espace, à la mémoire des pierres et des édifices, s’annonce toujours par les locutions : « Il se dit », « J’ai entendu dire », « Je me suis laissé dire ». Le dire, l’oralité, la communication et la sociabilité sont à son principe. Dans cette micro-société où la prégnance des pratiques d’entraide témoigne de celle du lien social, on retient du passé ce qu’il en est transmis et véhiculé de l’un à l’autre.

  • 4 Des observations similaires sont effectuées en Haute-Provence, cf. Guyonnet 1998 : 139-163.

11Mais cette connaissance est bien éloignée du savoir, essentiellement livresque, véhiculé par les nouveaux habitants, retraités et investis dans les associations locales. Pour ces derniers, le patrimoine fait d’abord référence au bâti, qu’il s’agisse d’édifices imposants ou de petites structures issues de l’agriculture traditionnelle. Bien sûr, les uns et les autres ne sont pas considérés de façon similaire. Le petit patrimoine rural fait l’objet d’un investissement plus important que le patrimoine monumental, estampillé et reconnu par des instances dépassant le cadre local. Délaissé par les institutions voire par les propriétaires, ce petit patrimoine reste encore suffisamment vacant pour se prêter à toutes les formes d’exploitation. Cette démarche apparaît comme un mode d’appropriation symbolique du nouveau cadre de vie et devient prétexte à de nouvelles relations sociales4.

12A l’inverse, c’est d’abord en termes d’héritage, de transmission de biens meubles, immeubles et fonciers que les interlocuteurs inscrits dans le milieu agricole définissent le patrimoine. L’objet d’héritage reste la maison d’habitation, l’exploitation agricole. Cette conception classique du patrimoine marque bien l’importance accordée à l’inscription de la lignée sur un espace, à la dimension familiale qui lie l’individu à la terre comme à ses descendants. Elle représente l’occasion de réitérer l’importance du lieu d’habitation et de travail. Mais, de façon plus conforme à la préoccupation véhiculée par les médias, est également considéré comme patrimoine tout ce qui se rapporte aux vieilles pierres.

13Cependant, parler des vieilles pierres, c’est faire état de l’évolution du monde rural, « ici, dans sa commune ». Parce que ces vieilles pierres parlent du travail des ancêtres et de la vie qu’ils ont menée. Mentionner une fontaine, c’est décrire la manière dont l’arrière-grand-mère portait l’eau quotidiennement jusqu’à la maison, décrire un cimetière ou un château, c’est rapporter les histoires et les légendes qui y sont associées, parler du parcellaire, c’est expliquer comment les grands-parents bornaient ou limitaient, c’est faire mention des conditions de vie socioéconomique passées et de leur évolution. En fait, c’est l’histoire familiale et locale, telle qu’elle existe dans le souvenir, telle qu’elle a été racontée et transmise par les plus anciens, telle qu’elle se projette sur les éléments de l’espace, qu’il s’agit de retranscrire au travers du discours sur le patrimoine.

14Ainsi, on dit ne pas prêter attention aux choses qui entourent tant elles sont familières, tant elles font partie du décor quotidien. En fait, cette notion d’habitude recouvre un rapport au temps qui ne saurait être celui des autres catégories d’acteurs (touristes ou néo-résidents). « J’y suis tous les jours » renvoie au temps d’une vie agricole entièrement passée sur le territoire où le quotidien se déroule avec son lot d’événements. Dans cette relation de fusion avec le territoire, les choses sont soumises au rythme des hommes. C’est ainsi qu’elles font l’objet d’une vision totale qui ne sépare pas les lieux du rapport que les hommes y nouent ou y ont noué. Vision qui unit la parenté et la sociabilité, l’usage, la vocation religieuse ou économique, la mémoire en un tout qui va de soi, tant qu’il ne nécessite pas de discours singulier. Ainsi, on ne parle pas entre gens d’ici de ce que sont les belles maisons du pays ou encore des moulins à grains ou des pigeonniers. Il n’y a que peu d’intérêt pour l’objet en soi en dehors de son existence parmi les autres éléments du cadre de vie, en dehors de la relation qui lui donne du sens.

15Le discours patrimonial, porté par les associations de néo-résidents, valorise des ouvrages issus pour l’essentiel de la culture agraire : murets, fontaines, lavoirs, pigeonniers, haies... Le discours des agriculteurs est pourtant quasi unanime : il n’y a pas de raison de maintenir ce qui n’a plus d’usage. Cependant, en vertu de la place très importante du bricolage et de sa logique selon laquelle il ne faut rien jeter, beaucoup d’infrastructures anciennes ont été conservées malgré leur mauvais état. Celles qui ont disparu gênaient en fait le bon déroulement du travail agricole. L’exploitation agricole, véritable trait d’union entre les hommes et leurs terres, représente en effet le point central et déterminant entre tous. Certaines personnes âgées voient ainsi dans le paysage presque arasé par leurs descendants l’expression d’une réussite agricole qui aura permis le maintien de l’exploitation, de la vie familiale et sociale et favorisé un relatif confort par rapport à une vie d’autrefois jugée dure, difficile, voire misérable. La logique de « ce qui peut servir » à l’exploitation, cette logique du service n’est pas seulement économique. Elle participe également des rapports entre les êtres, entre hommes et femmes, entre aînés et plus jeunes, etc. Chacun, dans ce cadre trouve sa place. Les mains, les idées, les matériaux (anciens et modernes), les lieux et leurs potentiels sont ainsi mis à contribution. Bien davantage que par respect du patrimoine même entendu comme legs des ancêtres, si les cabanons, les pigeonniers, les resserres, les fours à pain sont restés, c’est parce qu’on pensait pouvoir à un moment donné leur trouver une vocation, les insérer de nouveau dans la logique du service. Mais qu’ils entrent en concurrence avec ce qui peut servir ou ce qui est nécessaire – comme l’agrandissement de la cour de ferme pour permettre le passage des machines agricoles –, et ils seront arasés.

16La remise en cause incessante des vocations fait partie du quotidien des exploitations. Une exploitation n’est pas pensée comme fixe, elle se situe toujours au contraire dans le cours des choses, entre héritage et adaptation. Les exploitants se jaugent les uns les autres dans leur rapport à cette dynamique. Les paysans qui « n’ont pas évolué » (pour reprendre les catégories locales) sont aussi ceux qui n’auront pas de successeurs. La fixité (ou ce qui lui ressemble) est immanquablement associée à la mort, mort de la lignée et mort de la maison. C’est donc dans le cours des choses que les espaces changent de vocation, que les cultures soient modifiées, que les savoir-faire varient. Ainsi, la prise est assurée avec le monde, le monde d’ailleurs et le monde d’autour, qui se transforme et édicte ses lois (économiques, politiques...).

  • 5 Les critères des services de l’Inventaire tendent à éliminer les édifices ou ouvrages trop modifiés (...)

17Lorsque les bâtiments de la propriété ou bien la maison d’habitation elle-même sont l’objet de restaurations, il est rarement fait appel à une entreprise spécialisée. L’aspect économique entre bien évidemment en ligne de compte. Mais faire par soi-même, c’est aussi se projeter dans les lieux et se les approprier. L’usage de matériaux modernes (tôles, moellons...) et de matériaux récupérés (traverses de chemin de fer...) influe sur l’aspect des ouvrages restaurés et peut être diversement apprécié par les amateurs de patrimoine. Ces derniers, lorsqu’ils disposent d’une résidence secondaire ou principale sur le territoire, ont à cœur de lui redonner l’aspect qu’ils imaginent être celui d’une l’ancienne ferme ou demeure du siècle passé5. Les artisans locaux sont largement mis à contribution pour remplir ces conditions, moyennant un coût que les personnes du milieu agricole trouvent prohibitif.

18Le fait que les fermes abandonnées aient pu échapper à la ruine grâce à leur rachat par des nouveaux résidents, pour beaucoup étrangers, est perçu positivement par les autochtones. Mais dans le même temps, la restauration apparaît pour beaucoup comme de la devanture. La forme est recréée mais pas le fond, que résumait à lui seul le sens traditionnel du mot maison : lieu d’une continuité entre hommes et travail, lieu des êtres et des choses de la terre inséparablement, cadre de relations de sociabilité et d’échange.

19Cette présence des nouveaux habitants fait l’objet d’un discours, récurrent, parfois pessimiste, sur la fin d’une époque, sur l’amoindrissement d’une sociabilité fondée en partie sur l’entraide et sur la perte d’une identité adossée aux activités agricoles. Tandis qu’il n’a jamais été autant question de patrimoines et de savoirs locaux, la société néanmoins, par manque de cohésion, semble moins faire corps avec son territoire.

Le regard sur les lieux

20Que le regard quotidien soit enferré dans le prisme de l’habitude, que la pratique des lieux soit soumise à l’usage n’empêche cependant pas l’émergence, lorsqu’il est sollicité, d’un discours sur les lieux. En fait, il existe plusieurs niveaux de lecture de l’espace et de son contenu.

21Certains lieux ont une vocation clairement touristique. On leur reconnaît cette valeur qui confère aux monuments une dimension esthétique et qui est susceptible d’apporter un débouché à la région. On pense au château de Bannes, aux églises de Saint-Avit ou de Beaumont, à la bastide de Molières ou au village de Montferrand.

22Lieux destinés aux touristes, mais qui sont considérés et représentés autrement dans la logique locale : Montferrand et Saint-Avit servent le plus souvent de prétexte à un discours sur le devenir incertain de la vie sociale locale ; le château, lui, reste le lieu de la mémoire d’une distribution foncière inégale. Par contre, il est d’autres lieux qui, pour ne pas être des hauts lieux touristiques, n’en sont pas moins repérés comme remarquables. C’est le cas de la petite chapelle aux peintures murales à l’écart du village de Montferrand, ou de l’église de Sainte-Croix dont l’usure des marches rappelle l’ancienneté. Ces lieux que l’on extrait de l’ordinaire ont tous une résonance dans l’histoire d’ici.

  • 6 « Il y a le Périgord noir qui est limité par la Couze et du côté de Beaumont, c’est le Périgord bla (...)

23Si les agriculteurs développent un point de vue singulier sur le patrimoine et le paysage – dont la caractéristique est sans doute précisément de ne pas les considérer en ces termes –, ils n’en disposent pas moins, contrairement à ce qui est souvent avancé (Roger 1997 : 58), d’une grille de lecture esthétique. Ainsi, c’est moins l’architecture elle-même que le mode de construction qui fait l’objet d’appréciations et de commentaires, et c’est plus le savoir-faire inscrit sur les murs que la valeur d’ensemble, architecturale ou historique, qui se trouve retenu pour décrire « une belle maison » ou un « joli mur » du château en ruine. La solidité apparaît donc comme l’un des critères essentiels de la beauté d’un édifice. Elle renvoie en effet à l’économie domestique – les choses doivent durer et requérir le minimum de travail et d’investissement – mais elle souligne également un certain rapport au temps, où s’exprime la pérennité de la lignée et l’emprise des hommes sur le milieu. Ainsi, le savoir-faire des anciens en matière de bâti est repéré comme la marque d’une appartenance à une entité géographique et culturelle, exprimée et revendiquée à maintes occasions. Pays du torchis, pays de la pierre, et à l’intérieur de cette entité, pierre jaune et pierre blanche, sont parmi les identifiants, les marques d’un pays6.

24Il faut ici mentionner la vallée de la Couze. Cette vallée est à plusieurs titres considérée comme le « fer de lance » des projets patrimoniaux : elle est citée parmi les hauts lieux préhistoriques par les érudits locaux, bien que tous les sites soient fermés à la visite ; réputée pour son immobilisme, elle n’a, dit-on, « pas bougé depuis cent ans » ; elle est parsemée de moulins désaffectés, ruinés ou transformés en résidences de ces nouveaux habitants qui militent pour un patrimoine local dont les « villages de caractère », à flanc de coteaux, sont autant de vitrines. L’écart qui apparaît entre ces définitions et les représentations locales est sans doute significatif. Localement, la vallée de la Couze n’existe en effet pas comme entité, sinon par la négative, pour signifier une frontière entre les deux voire trois territoires qui composent le pays. C’est cette notion de frontière symbolique qui lui confère sa valeur essentielle. Elle marque les différences entre activités agricole dans sa partie haute (dite partie sarladaise) et ouvrière à l’approche de son confluent avec la Dordogne (dite partie bergeracoise). Dans le pays agricole surtout, elle distingue, entre rive droite et rive gauche, une région de polyculture et tabaculture dite sarladaise d’une partie dite agenaise, plateau « agri-agricole » où dominent les productions fourragères et de pruneaux. Chacune de ces zones est donc rapportée à des productions spécifiques, à des caractères pédomorphologiques précis mais également à des réseaux de relations, à des qualités architecturales (le pays de la pierre blanche, des toits à faible pente, et celui de la pierre jaune, des toits en tuile plate), linguistiques (« la Couze sert de limite entre le patois sarladais et celui du bas pays ») ou même politiques (à Montferrand, on rapporte cette distribution singulière entre rouges et blancs de part et d’autre de la rivière).

25Peut-être est-ce cette valeur forte de frontière, cette constitution de la vallée en non-lieu qui en aura permis la préservation, si précieuse aujourd’hui au regard des normes patrimoniales. On souhaite ici un tourisme de qualité pour un paysage de qualité, ce qui marque d’une tendance élitiste le discours des amateurs de patrimoine.

26L’influence du discours intercommunal sur le développement local, la présence de mesures agri-environnementales sur le secteur, l’action des associations de néo-résidents qui militent pour un tourisme de qualité en vallée de Couze, puis de manière plus diffuse, l’influence des médias commencent néanmoins à avoir prise sur les représentations locales. Mais la position globale est plutôt attentiste, comme si chacun demandait à voir comment un non-lieu peut se transformer en haut lieu.

27A l’inverse de celui de la vallée de la Couze, nous citerons un exemple de ce qui pourrait être promu au rang de monument, si l’entreprise de patrimonialisation se montrait plus attentive au rapport des autochtones aux lieux. De la Pierre du Diable, aucune association patrimoniale ne fait mention, il s’agit là d’une part souterraine de la mémoire locale. Pourtant, selon la légende de la création du monde qui y est associée, ce lieu est considéré comme le centre symbolique du territoire beaumontois et au-delà même comme le centre du monde. Cette vision autocentriste est commune dans le légendaire européen mais elle est ici particulièrement significative du fait qu’elle distribue et ordonne les trois petites régions qui composent le pays beaumontois.

28Un autre exemple pourrait être mentionné, extrait des différentes études qui composent le programme du pôle d’Économie du Patrimoine et illustrant un processus de patrimonialisation impulsé de l’extérieur. Dans la partie « agri-agricole » du canton, réputée pauvre en patrimoine comme en paysages, j’avais attiré l’attention sur la présence d’un élément bâti autour duquel se cristallise le lien social et une large part de l’activité de la communauté agricole. Il s’agit d’une usine massive, construite entièrement par les villageois dans les années 1960, où sont traitées et transformées les productions herbagères. Depuis lors, ce lieu symbolise non seulement l’activité économique agricole, mais également les compétences des habitants en matière d’autoconstruction et les liens sociaux qui y sont attachés. Aujourd’hui, tandis que l’esplanade devant l’usine fait office de nouvelle place publique, la vie sociale et festive est maintenue dans ce secteur alors qu’elle se trouve considérablement amoindrie dans la plupart des autres, pourtant réputés touristiques et patrimoniaux. La mise en évidence de ces caractéristiques a finalement incité le service de l’Inventaire à intégrer l’usine dans son étude bien que ses qualités architecturales soient à l’opposé des critères habituels.

29C’est donc l’histoire du lieu qui va déterminer si les bâtiments de l’usine de Sainte-Sabine font ou non patrimoine – le geste qui consiste, de l’extérieur, et dans le cadre d’un projet de développement axé sur le patrimoine, à en pointer le sens lui restituant sa dimension monumentale.

30Cela étant, le rapport aux lieux et au patrimoine bâti n’est pas nécessairement révélé à partir d’un point de vue extérieur qui les patrimonialise. Les événements, de même la recomposition sociale de la population, opèrent en faveur de la transformation des regards.

Réinvestissements

31Près de la petite église de Born-les-Champs, est une fontaine couverte, qui, pour être inventoriée comme petit patrimoine rural, n’en est pas pour autant considérée comme le plus digne représentant. Selon les spécialistes, ses qualités architecturales (fontaine couverte sans voûte, mais avec marchepied) n’en font pas un exemple particulièrement remarquable du savoir-faire constructeur local. Pourtant, elle est devenue pour les habitants de Born, et en particulier pour son maire, « la plus belle des fontaines » et le symbole le plus parfait du village et de sa communauté. En fait, rien ne supposait, jusque dans les années 1970, qu’elle puisse être investie de la sorte. Mais, en 1971, la commune de Born fusionnait avec la commune de Sainte-Sabine, sur décision de l’ancien maire et de son conseil. Cette disparition soudaine de l’entité communale a été mal ressentie par une majorité des habitants de Born. Depuis, charge à l’église, à l’ancienne école et à la fontaine de signifier l’existence réelle mais non plus institutionnelle de Born-les-Champs. C’est donc à la disparition de la commune qu’on doit l’émergence du patrimoine local, reconnu et revendiqué comme tel. « Démolir la fontaine, ça serait comme démolir l’église ! Vous iriez l’expliquer à Born-les-Champs ! » Les éléments architecturaux, biens publics, sont dès lors soumis à une mobilisation qui les investit d’un nouveau sens et d’un nouvel usage : mobilisation pour un office mensuel à l’église, démarche pour une transformation du bâtiment de l’école en maison d’habitation, restauration du monument aux morts et de la fontaine du cimetière. Le cas de la fontaine est intéressant car il ne fait pas l’unanimité parmi les acteurs concernés : le nouveau conseil municipal (de Sainte-Sabine-Born) n’y voit pas une priorité, quand le maire délégué de Born milite pour sa restauration. Sous l’influence de ce dernier, les procédures préconisées par la communauté de communes, en matière de montage de dossiers pour subventions et restauration à l’identique, sont partiellement contournées pour faire aboutir au plus vite le projet. La rénovation s’effectue donc au gré de cette logique locale qui privilégie l’action immédiate (celle du maçon) plutôt que l’action bureaucratique, et la restauration « qui fait propre » à la restauration à l’identique.

32L’histoire de l’abbaye de Saint-Avit-Sénieur est par ailleurs particulièrement significative. Voilà un édifice assez remarquable pour avoir retenu de longue date l’attention des instances patrimoniales.

  • 7 Ce qui est devenu le cas Saint-Avit est en passe d’être résolu, la première tranche de la restaurat (...)

33L’abbaye du xie siècle, remaniée au xiie, est en effet classée au titre des Monuments Historiques depuis 1862 ; quant aux vestiges de l’ancienne abbaye, ils ont fait l’objet d’un classement en 1964. Sur décision des Monuments Historiques et pour cause de risques, l’église se trouve fermée au culte et à la visite depuis bientôt vingt ans. Du coup, les Saint-Avitois ont fini par considérer les étaiements de la voûte comme des échafaudages permanents et ils acceptent mal que la restauration soit soumise à des normes architecturales dictées de l’extérieur quand nombre d’artisans locaux sont jugés capables de l’effectuer... et beaucoup plus rapidement7.

34Mais c’est surtout le fait de devoir assister aux messes dans la salle capitulaire et de ne pas pouvoir enterrer ses morts sur la commune qui a provoqué la colère des villageois, qui ont tendance à incriminer les procédures de protection. Car le sens de l’église, c’est avant tout d’être église, à savoir un lieu de culte et surtout de sacrement. L’église représente le lieu témoin du passage de ceux de la lignée, de ceux du village. L’église est toujours et avant tout symbole de la commune et des habitants de la commune. La représentation locale de l’abbaye n’intègre que récemment les autres valeurs patrimoniales de l’édifice. C’est au terme d’un processus d’échange entre les érudits locaux et la population que peu à peu se font jour les dimensions esthétiques et historiques de l’édifice. La vision traditionnelle retient d’abord sa valeur cultuelle, à tel point qu’on peut entendre encore aujourd’hui que, depuis qu’elle est fermée, « la grande église » n’est qu’un « tas de pierres ».

35Depuis le classement, tout le périmètre du bourg se trouve protégé et c’est précisément à cette protection qu’est attribuée la mort du village. Saint-Avit serait devenue ville morte pour cause de patrimoine et cette explication tend à recouvrir les autres causes structurelles ayant signé la fin de la vie sociale à l’échelle du village. L’ancien maire qui, dans les années 1980, avait engagé une procédure de ZPPAUP (zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager) sans l’aval de ses administrés, fut destitué aux dernières municipales, son initiative ayant été perçue comme une manière d’entériner le blocage de la vie de village. Les manières d’envisager le patrimoine sont donc divergentes et peuvent donner lieu à des conflits d’appropriation. La partition établie entre « nous, gens d’ici » et « ils » témoigne de ce clivage, « ils » recouvrant les instances nationales, dont les autorités des Monuments Historiques, le bureau directeur de la communauté de communes et les nouveaux habitants. Mais cette partition sert bien plus à signifier une distance culturelle face aux détenteurs du pouvoir culturel légitime qu’à marquer le bien-fondé d’un enracinement.

Processus

36Le regard sur le patrimoine, pour être différent au départ selon le groupe et l’appartenance sociale, n’en est pas moins inscrit dans un processus dynamique.

37On prend ainsi de plus en plus en considération des lieux comme l’église de Saint-Avit, la bastide de Molières, voire des fontaines et des murets. Le rapport traditionnel aux lieux est appelé à se modifier, confronté à d’autres regards, qui leur confèrent une nouvelle définition, un autre mode d’appropriation. Touristes mais surtout nouveaux résidents inscrits dans le secteur associatif sont ainsi parmi les acteurs de ce processus.

38Cependant, le fait que le sens prêté à l’objet soit modifié n’enlève rien à son sens premier : ainsi en est-il de la « grande église » de Saint-Avit ou de telle croix de rogations, qui une fois restaurée, doit nécessairement être bénie par le prêtre pour bien marquer la continuité de la pratique religieuse locale. On ne restaure pas pour restaurer, il faut que la pratique ait un sens.

39Mais la modification du rapport traditionnel aux lieux intervient surtout lorsque le lieu devient le support d’un enjeu. Enjeu politique et économique d’abord : l’entreprise de patrimonialisation, nouvel outil de développement local, aura ainsi favorisé la transformation du bourg de Molières en bastide ; dans ce registre de l’essor touristique, les élus communaux jouent un grand rôle, à l’interface de la population et des orientations de la communauté de communes. Enjeu social ensuite : à Saint-Avit par exemple, les habitants ont résolu de réagir à la « mort du bourg » et de réactiver la vie du village. Les actions entreprises, qui réunissent anciens et nouveaux habitants, témoignent d’une nouvelle forme de cohésion sociale. Or, par un paradoxe qui n’est qu’apparent, elles relèvent également de processus de patrimonialisation. Elles se cristallisent essentiellement autour de manifestions festives (fête du Battage et des Moissons, journée de la Truffe, veillées, etc.). Enjeu symbolique enfin, comme en témoigne l’exemple de la fontaine de Born-les-Champs, où l’objet est chargé de sauvegarder le sens de lieux affectés par un changement de statut.

40Tout comme au xixe siècle durant lequel l’élite et les spécialistes triaient, restauraient selon certains critères, décidaient du monument pour représenter la nation –, la production du patrimoine rural qui tend à s’imposer émane d’une certaine catégorie de la population, qui dispose du pouvoir politique ou culturel. Pour autant, l’échelle du local permet des procédures de négociations, d’allers-retours entre différentes conceptions. Dans un milieu agricole au devenir incertain, toutes les nouvelles orientations paraissent en quelque sorte bonnes à prendre, pour donner lieu à de nouvelles formes de liens sociaux et assurer un devenir aux lieux. A cette nouvelle invention de la campagne, le choix est posé d’intégrer ou non des pans entiers et presque muets de la culture agricole.

41Dans tous les cas, la transformation d’un objet ou d’un lieu en patri­moine se traduit par un ajout de sens. Ainsi, le relatif désintérêt vis-à-vis des démarches associatives trouve une explication. Dans leur cadre, en effet, l’action patrimoniale se contente d’inventorier les formes des édifices ayant servi à une vie traditionnelle idéelle sans chercher à en pénétrer le sens. Cette approche tend à valoriser le passé en faisant presque table rase de toutes formes contemporaines du traitement de l’espace et des éléments qui le composent. « Ce qui les intéresse, c’est que la pierre levée ne se couche pas » (abbé de Beaumont, entretien du 9 septembre 1996). Mais « remettre debout ce qui était tombé », pour le simple fait de le relever, apparaît comme une entreprise formelle, presque vaine, parce qu’elle se passe du contexte historique dans lequel les choses ont été érigées, ainsi que des empilements successifs de sens qui les ont emplies.

Bibliographie

Bibliographie

Augé, M. 1992. Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Le Seuil.

Baeque (de), A. & Fr. Mélonio. 1998. « Lumières et liberté, les xviiie et xixe siècles », t. III in J.-P. Rioux & J.-F. Sirinelli (dir.), Histoire culturelle de la France, 4 vol. , Paris, Le Seuil.

Bergues, M. 1998. « Les relations aux lieux en pays beaumontois », rapport rendu à la mission du Patrimoine ethnologique et à la Communauté de communes du pays beaumontois.

Boisvert, T. et al. 1993. Dordogne Périgord, Paris, Bonneton.

Bromberger, Chr. 1996. « Ethnologies, patrimoine, identités. Y a-t-il une spécificité de la situation française ? », in D. Fabre 1996, p. 9-25.

Chiva, I. 1987. « L’architecture rurale : de la connaissance à la sauvegarde », Les monuments historiques demain. Actes du colloque de la Salpêtrière, Paris, novembre 1984, Paris, Éd. du Patrimoine.

Dubost, F. 1994. Vert patrimoine. La constitution d’un nouveau domaine patrimonial, Paris, ministère de la Culture/Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

Fabre, D. (dir.). 1996. L’Europe entre cultures et nations. Actes du colloque de Tours, décembre 1993, Paris, ministère de la Culture/Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

Guyonnet, M.-H. 1998. « Chercheurs de patrimoine en Haute-Provence : une passion et ses enjeux », in Chr. Bromberger (dir.), Passions ordinaires, du match de football au concours de dictée, Paris, Bayard Éditions, p. 139-163.

Jeudy H.-P. (dir.). 1990. Patrimoines en folie, Paris, ministère de la Culture/ Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

Marié, M. 1987. « Penser son territoire. Pour une épistémologie de l’espace local », Actes du séminaire « Techniques, sociétés, territoire » n° 1, ministère de l’Équipement, p. 69-94.

Piault, M.-H. 1987. « Les chemins de la soie : un itinéraire culturel en Cévennes », Terrain,n° 8 : « Rituels contemporains », p. 82-88.

Pomian, K. 1990. « Musée et patrimoine », in H.-P. Jeudy 1990, p. 177-198.

  • 1996. « Nation et patrimoine », in D. Fabre 1996, p. 85-99.

Roger, 1997. Court traité du paysage, Paris, Gallimard.

Notes

1 Sarlat, la vallée de la Dordogne de Domme à Beynat, la vallée de la Vézère et ses sites préhistoriques, Périgueux et Brantôme en sont les principaux bénéficiaires.

2 Le programme du pôle Économie du Patrimoine (1,2 MF) comprend trois études : un inventaire du patrimoine mené par les services de l’Inventaire de la direction régionale des Affaires culturelles (DRAC) d’Aquitaine, une étude ethnologique financée par la mission du Patrimoine ethnologique du ministère de la Culture – elle fournit de la matière à cet article –, une mission de valorisation et animation confiée à un cabinet d’études. Le projet qui ressort de ce programme est de fabriquer un vaste territoire patrimonial à l’échelle des enfants, impliquant tous les secteurs de la vie locale.

3 Les « lieux anthropologiques » réunissent trois caractères : « identitaires, relationnels et historiques » (Augé 1992 : 69).

4 Des observations similaires sont effectuées en Haute-Provence, cf. Guyonnet 1998 : 139-163.

5 Les critères des services de l’Inventaire tendent à éliminer les édifices ou ouvrages trop modifiés par le bricolage, pour leur préférer ceux qui sont « dans leur jus ». Mais sont éliminés également les habitations qui, à l’instar de nombre de néorésidences, sont restaurées « à l’ancienne » sur une représentation idéalisée de la vie rurale d’antan (entretien chargé d’études, service de l’Inventaire, drac Aquitaine, 1997).

6 « Il y a le Périgord noir qui est limité par la Couze et du côté de Beaumont, c’est le Périgord blanc et ça part sur Issigeac, c’est la terre blanche, et en descendant après. Vous voyez les maisons en pierre blanche, c’est pas joli, eh ; et comme les pierres sont pas jolies, il y a très peu de murs, les granges, les maisons, c’est tout plat. Tout ! Les murs ne sont pas hauts. Je veux dire : c’est le manque de pierre là-haut ; alors ils bâtissaient le moins possible de murs » (agriculteur retraité, partie sarladaise, entretien de décembre 1998).

7 Ce qui est devenu le cas Saint-Avit est en passe d’être résolu, la première tranche de la restauration ayant d’ores et déjà débuté.

Notes de fin

1 Le château de Biron, situé à la lisière du Périgord et de l’Agenais, figure, après Lascaux, au nombre des « sites d’exception » de la Dordogne. Monument parmi les plus visités, il a vu son attrait récemment renforcé avec le tournage du film Les visiteurs II. Siège de l’une des quatre baronnies du Périgord, cet édifice monumental est marqué par l’architecture de différentes époques, du xiie au xviiie siècle (donjon du xiie, chapelle à double étage, appartements Renaissance, cuisines voûtées, salle des États, etc.). C’est également à Biron que Jochen Gerz, artiste né à Berlin mais vivant et travaillant en France, a construit le « Monument vivant de Biron » pour remplacer l’ancien monument aux morts.

Auteur

Martine Bergues, doctorante en ethnologie, École des hautes études en sciences sociales, Paris

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540