Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Domestiquer l’histoire

 | 
Daniel Fabre

I. Ethnographies

Des châteaux privés s’ouvrent au public

Éric Mension-Rigau

Texte intégral

  • 1 Sous l’Ancien Régime, en effet, la hiérarchie sociale reposait avant tout sur la propriété foncièr (...)
  • 2 Selon l’arrêté du 1er mars 1966, est considéré comme ouvert au public tout immeuble que le public (...)
  • 3 Tous les passages cités, sauf mention contraire, sont des extraits des entretiens que j’ai eus ave (...)

1Symbole de l’identité aristocratique et objet par excellence de la transmission héréditaire, autrefois siège du pouvoir seigneurial et centre de production, le château a vu son statut changer considérablement au cours du xxe siècle, à mesure qu’a décliné sa fonction économique et que s’est affaibli le rôle social de son propriétaire dans les campagnes. L’effondrement progressif de la rente foncière au cours du xxe siècle, la réduction des exploitations agricoles ou forestières au centre desquelles il se trouvait autrefois1 ont contraint son propriétaire à trouver d’autres sources de revenus que celles de la terre, l’amenant à diversifier son capital et à entrer dans la vie professionnelle, souvent urbaine. Aujourd’hui, le château tend à devenir une simple maison d’agrément dont l’entretien est ressenti comme un poids de plus en plus lourd. Pourtant, lorsque la famille le possède depuis plusieurs générations, persiste une conception lignagère du patrimoine qui implique le devoir de conserver, puis de transmettre intact l’héritage reçu. Afin de pouvoir garder le château et ne pas rompre avec les valeurs familiales fondées sur le principe de la continuité, de nouvelles ressources pécuniaires doivent être recherchées, contraignant les châtelains à un effort de fidélité inventive. L’une de ses principales manifestations est l’ouverture au public, selon des modalités variables2, dans le but que le château « parvienne à vivre sur lui-même3 ».

2Si certains propriétaires cultivent la discrétion, en particulier lorsque le château est dans l’indivision ou géré par une association, le caractère privé des lieux est néanmoins très souvent signalé dès l’entrée. Une plaque apposée sur un mur indique que les propriétaires sont heureux d’accueillir les visiteurs et les remercient, message généralement répété par le guide au début de la visite. Parfois une oriflamme aux armes de la famille (par exemple un épervier d’or en plein vol sur fond d’azur à Breteuil, Yvelines) flotte au faîte du toit. Le cahier de visite, la brochure en vente à la billetterie ou simplement la notice publicitaire, en général rédigés par un membre de la famille, insistent sur le caractère vivant du château.

Une présence familiale tangible : le spectacle de l’intimité

3De multiples détails s’unissent pour faire éprouver aux visiteurs qu’ils ne se trouvent pas « dans un musée rigide, figé, derrière des cordes qui ne bougent pas » (f, 1947), mais bien, selon la formule consacrée, « dans une maison toujours habitée ».

4La présence de « meubles, de fauteuils, de portraits qui ont traversé quelques générations depuis le xviie siècle » (h, 1924) signe l’appartenance du château à une même famille depuis de nombreuses générations. La diversité des objets et des styles est décrite comme l’apport naturel des générations successives, ce qu’explicite une notice que l’on peut lire dans l’ancienne salle des gardes où commence la visite du château de Bazoches (Nièvre) :

Le château présente une suite de chambres, salons, galeries... où sont exposés tableaux, meubles, tapisseries de différentes époques (du xvie au xviiie siècle principalement) donnant à cette demeure le côté vivant d’une habitation familiale et non d’un musée figé sur une seule période de l’histoire.

5Chacun à leur manière, les objets entretiennent une familiarité avec la longue chaîne des ascendants, impossible dans un château dont l’intérieur a été récemment meublé, au hasard d’achats dans des salles de ventes ou chez des antiquaires. Même beau et intéressant, un tel intérieur ne peut témoigner de la capillarité entre les époques passées et les générations présentes, composante classique du discours nobiliaire qui assimile, volontairement, identité et lignage (Mension-Rigau 1994). Les souvenirs de famille, au contraire, « veulent dire quelque chose par eux-mêmes » (f, 1945) : non seulement ils invitent le visiteur à découvrir l’histoire d’un château et un art de vivre, mais ils donnent aussi à lire, à travers eux, des généalogies et des parentés. Parfois, la présence de certains objets décoratifs, inhabituels dans un château, n’est justifiée que par les goûts personnels, plus ou moins excentriques, des propriétaires actuels ou de leurs ancêtres ; leur caractère « exotique » résulte, par exemple, de leur attrait pour les voyages lointains. C’est ainsi que sont parfois exposées des collections originales. Au château de Vendeuvre (Calvados), les visiteurs admirent, depuis 1983, une collection de mobilier miniature et de chefs-d’œuvre de maîtrise, qui dresse un panorama à l’échelle réduite des arts décoratifs du xvie siècle à nos jours ; dans les anciennes écuries du château de Josselin (Morbihan), est aménagé un musée de poupées anciennes, collection commencée vers 1880 par l’arrière-grand-mère de l’actuel duc de Rohan ; au château de Goulaine (Loire-Atlantique), le marquis de Goulaine a créé, depuis 1984, une volière de deux cents papillons tropicaux vivants, qui volettent parmi des plantes et des fleurs ; à La Bussière (Loiret), décrit dans sa notice publicitaire comme le « château des pêcheurs », on voit des œuvres d’art ainsi que des objets très variés liés à la pêche en eau douce. Certaines anecdotes, racontées par les guides, mettent en exergue le lien étroit qui existe entre l’histoire du château et celle de la famille : par exemple, au château de Goulaine (Loire-Atlantique), l’une des tours est appelée « tour de Yolande » par référence à une ancêtre glorieuse qui, pendant la guerre de Cent Ans, se trouvant seule dans le château, galvanisa l’énergie des soldats qui voulaient se rendre. Grâce à elle, le château résista aux Anglais. Aussi rappelle-t-on aux visiteurs que ce prénom « est toujours donné à l’aînée des filles de la famille ». Enfin, dans la chapelle, sont parfois déposées des stèles funéraires, restes d’anciennes sépultures familiales, ou accrochée une plaque à la mémoire des membres de la famille morts pour la France au cours des deux dernières guerres. Ainsi, dans la chapelle du château de Pont Chevron (Loiret), on lit :

Souvenez-vous dans vos prières des enfants de Pont Chevron morts pour la France (1914-1918) :
Lieutenant Guillaume d’Harcourt
Lt Jean Souverain jardinier
Élie Poucet valet de chambre
Joseph Blond valet de pied
Léon Bonheur valet de pied
Louis Gallois garde.

6Parfois une collection de mémentos est exposée sous verre. Dans le parc, on peut trouver quelques pierres tombales, une chapelle sépulcrale, voire un véritable mausolée, comme à Brissac (Maine-et-Loire).

  • 4 La Demeure historique, « Les Comptes rendus de Formation », documents dactylographiés, 2e session  (...)
  • 5 Ibid.
  • 6 Ibid.

7De nombreux détails visent à donner au château « un air habité », à suggérer la présence de maîtres de maison attentifs, soucieux d’avoir « un intérieur impeccablement tenu », où la poussière est absente sur les sols comme sur les meubles, où les vitres sont régulièrement nettoyées, où les parquets dégagent une bonne odeur de cire. Des artifices faciles, « une foule de sensations visuelles, auditives, olfactives4 », permettent d’éviter l’atmosphère « un peu glacée » (f, 1947) d’un musée et apportent « une note de convivialité5 »,une touche chaleureuse et familiale, qui « aident à faire travailler l’imaginaire du visiteur6 ». Certains châtelains préfèrent prendre le risque de voir les visiteurs s’approcher des meubles, les toucher, s’asseoir sur les sièges, plutôt que de tendre systématiquement une corde en travers des sièges ou au milieu des pièces, ou pire encore à l’entrée de celles-ci, ce qui oblige alors les visiteurs à jeter un bref coup d’œil sur l’ensemble du mobilier.

Chez nous, ce n’est pas un musée. Il n’y a pas de ficelle sur les fauteuils. Il n’est pas écrit partout « ne pas toucher, ne pas marcher ». Ce n’est pas une demeure nue et dépouillée (h, 1938).

  • 7 La Demeure historique recommande un bouquet de fleurs fraîches « au moins dans la première et la d (...)

8Plus fréquemment, ils évitent de disposer les chaises « comme pour un enterrement » (f, 1930) et s’efforcent de réduire « l’isolement ridicule » (f, 1941) d’une pièce de mobilier dans un espace trop vaste, par exemple en installant, derrière un canapé qui trône au milieu d’un salon, un bureau ou une table sur lesquels ils posent un livre, un encrier et une plume, un sous-main armorié en maroquin, du papier à lettres, un bouquet ou des photos. Les plantes vertes et les fleurs, fréquentes au moins dans l’entrée ou dans les pièces de réception7, contribuent au charme intimiste : plantes en pots, grands bouquets mélangés dont les couleurs sont en harmonie avec les tons dominants de la pièce, petits bouquets ou « poufs de table » posés plus discrètement sur de petits meubles, sur des dessertes ou sur la table dressée de la salle à manger, fleurs fraîches à la belle saison (rose, lilas, iris, tulipes, glaïeuls, hortensias le plus souvent, parfois du muguet au début du mois de mai), fleurs artificielles en automne ou en hiver, pot-pourri de fleurs séchées...

Il y avait toujours des fleurs à gauche de la cheminée, même en hiver, je mettais du houx (f, 1930).
Les jours de visite, nous essayons d’avoir des fleurs partout. Quelquefois, par exemple pour les Journées du patrimoine, nous nous arrangeons pour avoir un ou deux clavecinistes qui jouent en continu sur les clavecins (h, 1921).

  • 8 Recommandé par La Demeure historique (ibid.).

9Comme l’exprime ce témoignage, l’atmosphère peut être rendue plus chaleureuse par un fond musical dans l’une des pièces ou encore par un feu allumé dans une cheminée8. Quand il est éteint, des bûches, parfois enrichies de grosses pommes de pin, sont disposées sur les chenets ; un coffre à bois ouvert en laisse apparaître d’autres, prêtes à être jetées dans l’âtre. De multiples détails sont destinés à suggérer la vie : pendules à l’heure, partitions posées sur un clavecin, chandeliers garnis de bougies. Sur la table de la salle à manger, on peut apercevoir un menu récemment daté, une salière et une poivrière en argent, une bouteille de vin (notamment si le château est producteur), des rince-doigts, parfois assortis aux assiettes, remplis d’eau parfumée où flotte une fleur. Des éclairages indirects mettent en valeur les objets sans éblouir.

  • 9 Ibid.

10Certains châtelains cultivent avec succès l’art de créer « un faux désordre », « un désordre arrangé9 ». Dans le vestibule, des cannes de battue semblent attendre des chasseurs. Une pile de revues, des livres, un jeu de société, un service à café, une boîte à cigares, une cave à liqueurs dont on voit la carafe et les verres, une petite malle de voyage, sont posés sur un guéridon ou une commode. Des objets de petite taille des plus variés contribuent à donner vie aux pièces visitées. Étant donné que « les visiteurs, ça “piquote” un peu » (f, 1930), ils sont protégés par une vitrine s’ils ont une certaine valeur. Mais, s’ils ne sont « pas trop précieux », ils sont posés sur un meuble, une table en marqueterie ou un guéridon recouvert d’un tapis de table en cachemire, « un peu loin de la corde » (f, 1930). Ils paraissent ainsi moins figés que dans une vitrine horizontale.

Il n’y a pas une vitrine dans le château. Il n’en est pas question. Dans le château, il y a la vie (f, 1942).
On change les objets de place, la maison est vivante. Une maison que l’on gèle pour en faire un musée n’est plus une maison (h, 1936).

  • 10 Ibid.

11Recommandée par la Demeure historique10, la disposition de photos, fréquentes, voire surabondantes dans certains intérieurs, et parfois reproduites dans la brochure vendue à la boutique du château, a une quadruple fonction. La première est de prouver aux visiteurs – qui, disent les propriétaires, « aiment savoir qui habite » – qu’il s’agit bien d’une demeure familiale. La seconde est d’exalter la pérennité de la famille en montrant réunies les différentes générations vivantes : grands-parents, parents, enfants, petits-enfants. La brochure du château du Touvet (Isère), par exemple, s’achève sur une série de trois photographies :un portrait assez sévère du marquis de Quinsonas, un autre plus décontracté de son fils qui porte une chemise dont le col est ouvert, un troisième de son petit-fils, jeune enfant au sourire rayonnant, tandis qu’on lit sous l’ensemble : « Ceux qui, aujourd’hui, ont et auront la charge de maintenir la tradition » (Ganay s.d. : 16). La troisième fonction des photographies exposées est de signaler le maintien, dans le château, d’une vie sociale intense, en conformité avec les traditions aristocratiques. Elle apparaît d’autant mieux que ces photographies ont souvent été prises à l’occasion d’un grand événement familial, tel un mariage, et qu’elles sont exposées dans les pièces de réception, elles-mêmes souvent présentées « en situation » avec, par exemple, le couvert dressé dans la salle à manger. Enfin, lorsqu’elles sont celles de personnages célèbres (grands militaires, membres de familles royales, acteurs...), elles attestent la notoriété du château.

12De plus en plus fréquemment sont ouvertes à la visite des pièces à fonction utilitaire, comme la lingerie et surtout la cuisine, moins fréquemment visibles dans les châteaux qui ne sont pas des propriétés privées, et surtout des pièces qui sont encore habitées quotidiennement par la famille, ce qui était impensable il y a quelques décennies. Parfois le guide insiste sur le fait que « c’est habité et que ça vit » en commentant avec une pointe d’humour la présence d’objets anachroniques qui « servent au confort moderne de la famille », tels un canapé contemporain agrémenté de coussins à fleurs, un téléphone ou une boîte de disques compacts dans un salon dont le mobilier date du xviiie ou du xixe siècle, ou encore des œuvres d’art très modernes, telles qu’une sculpture abstraite ou un portrait réalisé à partir de morceaux de carton peints (Menetou-Salon, Cher). Quelques précisions sont données parfois par les guides sur le goût des propriétaires : la salle à manger n’a pas de lustre car « madame la duchesse préfère les éclairages indirects » (Dampierre, Yvelines) ; tel salon « est utilisé par le prince pour l’apéritif » (Menetou-Salon, Cher) ; le « marché de Noël » organisé dans le château « est une idée de la marquise qui est d’origine hongroise » (Brissac, Maine-et-Loire) ; dans le « salon des chasseurs » de Pont Chevron (Loiret), « une peinture sur feuilles a été réalisée par une amie de la comtesse »... L’utilisation quotidienne des pièces ouvertes au public est parfois rendue visible par la présence d’une coupe de fruits frais sur la table de la salle à manger, par l’oubli plus ou moins volontaire d’une raquette de tennis ou d’un appareil photo sur une console. Dans le hall d’entrée, on peut trouver des parapluies, un chapeau de paille, voire un casque de moto. Un ballon, une corde à sauter, une bicyclette, une poussette traînent dans la cour, une balançoire est installée dans un coin du parc, des voitures sont garées dans la cour des communs, une porte-fenêtre s’entrouvre pour laisser sortir un labrador, tandis que le guide fait remarquer que « les enfants croisés dans la cour sont deux des treize héritiers » (Ainay-le-Vieil, Cher) : le visiteur sent que la maison abrite une famille et qu’en été y séjournent des « palanquées d’enfants » (h, 1928).

Vendre du rêve

  • 11 Ibid. : 14.
  • 12 Le château d’Anjony, s.d. : 13.

13Lorsqu’il a réussi à chevaucher les siècles en restant dans la même famille, et donc en conservant encore « une vie et une âme » selon une formule récurrente dans les notices publicitaires, le château est particulièrement propice à l’éclosion des rêves. Censé favoriser l’ancrage du temps et préserver un équilibre entre le passé révolu et la vie contemporaine, il cherche à offrir le spectacle de la durée, de l’ancienneté revivifiée. Il tente de donner l’illusion du triomphe sur la fuite du temps. Il se dresse en quelque sorte comme un symbole d’éternelle durée, en apparence protégé par une sorte de grâce : « Le propre des demeures familiales est de ne pas mourir11 », lit-on dans la brochure du château du Touvet (Isère), tandis que le marquis de Léotoing d’Anjony, à propos du château d’Anjony (Cantal), parle d’une vocation du château toujours habité à « perpétu[er] les résurgences d’autrefois », à « arrêt[er] un instant la course folle du temps » et à procurer « un repos salutaire dans les traces d’un passé resté vivant »12. Revendiquant une capacité particulière à maintenir vivantes des racines et des généalogies, il semble chargé d’une double mission.

14Le château s’érige d’abord en une sorte de contrepoids symbolique à l’érosion d’un passé émietté par le déclin des traditions et, plus largement, par ce que Henri Mendras (1988) a appelé la « seconde révolution française », celle qui a définitivement détaché la France de son socle historique rural. Se profile, à l’arrière-plan, l’image du refuge, indissociable de l’histoire de tout château. Refuge militaire à l’origine, quand il avait une vocation défensive. Refuge politique quand, après 1830, la petite et moyenne noblesse provinciale fut la terre de prédilection du légitimisme (voir notamment Rémond 1965). Refuge identitaire quand, tout au long du xixe siècle, la noblesse s’appuyant sur son pouvoir local fut, comme le montre Claude-Isabelle Brelot (1992 : 80), « la seule réalité sociale susceptible de pérenniser l’idée provinciale », capable d’entretenir la nostalgie de l’identité régionale et le mythe de la petite patrie. Refuge religieux, enfin, matérialisé par la présence d’un oratoire ou d’une chapelle, toujours consacrée et encore utilisée pour les baptêmes familiaux : parfois, sur la porte de la chapelle, est affichée l’« autorisation d’oratoire » signée par l’évêque. Ici ou là, des objets, telle une photographie du pape Jean-Paul II embrassant l’un des enfants de la famille à l’occasion d’un pèlerinage à Rome, signalent l’attachement des propriétaires au chef de l’Église catholique et les « classent » socialement, car la pratique religieuse obéit souvent à des motivations autant théologiques que sociologiques. Lieu où palpite le temps passé, le château donne à voir, à analyser, à comprendre. Il revendique d’être considéré comme le dépositaire privilégié d’un patrimoine de pratiques ancestrales, d’un fonds de civilisation et de culture qu’aspire aujourd’hui à mieux connaître une fraction croissante de la population, voire comme l’un de ses lieux de sauvetage. Outil pédagogique aidant à connaître et à apprécier le patrimoine, il cherche à exploiter une double matière : d’une part, il montre des lieux et des objets qui sont spontanément associés, dans l’imaginaire collectif, à la vie de château et aux mœurs aristocratiques ; d’autre part, il illustre un commun héritage de pratiques et de traditions, en abritant par exemple un meuble de maîtrise, une pièce de mobilier réalisée par un artisan local (une rampe d’escalier, une boiserie, un imposant buffet,...), un travail à l’aiguille exceptionnel (un couvre-lit en dentelle du Puy...), qui rappellent les prouesses de patience et d’habileté dont savaient faire preuve les hommes et les femmes d’autrefois.

Parler de la famille et des portraits d’ancêtres aux murs, cela embête tout le monde. Parler de l’architecture, cela les barbe. Ceux qui sont cultivés vont bien le voir dans les cahiers de visite. Nous privilégions la vie quotidienne, les objets de fantaisie, le côté intimiste (f, 1942).
Ce qui leur plaît, c’est de voir comment nous vivons : ils ont envie de voir comment vit un phénomène comme moi, aussi bizarre et fou pour habiter une bicoque pareille, cette énorme chose avec des tas de tours ! (f, 1922.)
J’ai l’impression que les gens sont moins intéressés à l’heure actuelle par les intérieurs. Ce qui les intéresse, c’est de voir comment on vit dans le château. La mode est aux jardins et aux cuisines. Ouvrir la cuisine, c’est parfait ! Nous avons aussi une petite basse-cour et nous faisons vivre nos bêtes sur la pelouse : poules, coqs, dindes, oies. Cela touche les gens. Ils viennent ici pour essayer de retrouver un peu ce qu’ils ont connu chez eux (h, 1943).

15Plus récemment intégrées dans les circuits de visite, les pièces qui évoquent l’organisation domestique passée bénéficient aujourd’hui d’une attention croissante de la part des châtelains. La vie quotidienne et le travail des « gens », paysans et domestiques, qui vivaient autrefois dans le château et ses alentours, sont suggérés à travers des objets très divers, présentés « en situation » dans la lingerie, la cuisine, le garde-manger, le réfectoire des domestiques (à Nuits, dans l’Yonne, on voit même leurs toilettes), ou encore dans les communs (lavoir, fruitier, sellerie, écuries). Le visiteur peut imaginer la fonction, souvent bien définie, de chacun des domestiques ainsi que leur hiérarchie. Dans les écuries sont souvent exposées d’anciennes voitures hippomobiles, qui peuvent être, comme à Villesavin (Loir-et-Cher), d’une grande variété : grainetière, victoria, coupé de ville, voiture de campagne, de chasse ou d’enfant... Des notices, parfois bien rédigées, livrent d’intéressantes explications sur la fabrication des véhicules, les accessoires nécessaires au harnachement et à l’attelage des chevaux, le confort des voyageurs, les malles. Progressivement depuis les années 1950, la simplification de la vie familiale et la raréfaction des domestiques ont obligé la plupart des châtelains à transformer l’office, au rez-de-chaussée près de la salle à manger, en une cuisine moderne, ce qui leur permet d’étendre le parcours de visite aux anciennes cuisines. Installées parfois dans de belles salles voûtées, celles-ci contribuent à attirer les visiteurs, notamment lorsqu’elles ont conservé leur structure d’origine, leur cheminée monumentale au-dessus de laquelle sont encore accrochés tournebroche et crémaillère, leur four, leur pétrin, leur pierre d’évier, et qu’elles présentent de nombreux objets d’antan : une batterie de cuisine en cuivre impeccablement nettoyée (casseroles, sauteuses, daubières, moules à gâteau ou à tarte, bassines...), des pots en terre cuite, des ustensiles très variés (louches, chaufferette de carrosse, pince pour casser les pains de sucre, rat de cave...). Parfois dans la salle à manger des domestiques, contiguë à la cuisine, le couvert est mis, les casiers où chacun rangeait ses affaires personnelles sont encore accrochés tandis que pendent les anciennes sonnettes.

16Comme dans les pièces nobles du château, différents stratagèmes aident à animer ces pièces utilitaires : une pile de torchons, une bouteille de vin, un panier à linge, une corbeille de fruits ou de légumes, vrais ou artificiels, mais suffisamment beaux pour qu’on ne s’aperçoive pas immédiatement qu’ils sont faux... Parfois, ces pièces sont rendues plus vivantes encore par l’installation, notamment dans l’ancienne lingerie ou dans la salle à manger des domestiques, de la boutique du château, d’un audiovisuel ou d’une exposition temporaire consacrée aux sujets les plus variés, tels que « les niches de chiens » ou « l’éclairage au xviiie siècle » (f, 1942).

17L’ouverture de ce type de pièces manifeste le souci des châtelains de participer à l’élargissement indéfini du champ muséographique et, en particulier, de contribuer à la conservation de la mémoire paysanne. C’est pourquoi se multiplient, dans les communs des châteaux, les petits musées d’art et traditions populaires qui évoquent la vie quotidienne des paysans d’autrefois à travers non seulement une cuisine traditionnelle et tous ses ustensiles et accessoires, mais aussi des instruments agricoles (fléau, baratte, charrette à blé...), des outils pour travailler le chanvre, du mobilier ou des ustensiles de ferme. L’évocation de la vie quotidienne d’autrefois ne se limite d’ailleurs pas seulement au monde rural. A Meillant (Cher), par exemple, est installé dans les dépendances du château un « parcours découverte » qui présente des décors miniatures illustrant la « vie quotidienne du Moyen Âge à nos jours » : au pied d’un château fort un village médiéval avec ses différentes échoppes, une ville Renaissance, les préparatifs d’un banquet, une imprimerie du temps de Gutenberg, une cuisine et un salon xviiie siècle, une ville du xixe siècle marquée par les débuts de l’ère industrielle... L’aménagement de tels musées ou l’installation d’attraction diverses ont pour but de satisfaire « la motivation événementielle » des touristes, qu’elles contribuent à rendre « au minimum spectateurs, parfois acteurs » (Protourisme 1996 : 32). L’ouverture des cuisines s’explique peut-être aussi par la prise de conscience d’un intérêt croissant des Français pour la gastronomie (Mendras 1988 : 384), en particulier pour celle « du temps de nos grands-mères » : le château répond aussi à cette mode en vendant dans sa boutique des produits du terroir, notamment du vin (en particulier s’il est producteur) ou du miel, des produits artisanaux, tels des gâteaux ou des confitures « à l’ancienne ». Mais surtout l’exposition d’objets ordinaires et familiers, qui assez fréquemment peuvent avoir été aperçus sous les combles poussiéreux d’un grenier familial ou chinés sur un marché aux puces, ou qui simplement ravivent, en particulier chez les visiteurs les plus âgés, des souvenirs personnels (en témoignent les exclamations fréquentes des visiteurs devant un poêle 1900, des casseroles en cuivre, un encrier ou des photographies jaunies...) peut amuser, voire attendrir.

La cuisine a été utilisée jusqu’en 1970. C’est moi qui l’ai arrêtée. Nous l’avons restaurée il y a quatre ans. On y voit une très belle cheminé xviie et un fourneau installé par ma grand-mère en 1902. Souvent c’est ce fourneau qui amuse le plus les visiteurs, notamment les plus âgés, parce qu’il leur rappelle leur grand-mère et la vie à la campagne (h, 1932).

18Si, depuis quelques années, beaucoup de châtelains multiplient les efforts pour ouvrir ces pièces au public et les rendre attrayantes, c’est sans doute aussi parce qu’y abondent les objets dont les détails concrets peuvent capter facilement l’attention d’un large public, enfants compris. Des informations pratiques, parfois précises et abondantes, sont souvent données sur les aspects les plus divers de la vie quotidienne : menus, modes de conservation des aliments en l’absence de réfrigération électrique, nettoyage de l’argenterie à l’aide d’une peau de chamois recouverte de rouge à polir, utilisation d’ustensiles qui aujourd’hui paraissent singuliers, protection contre les rats et les souris, éclairage, chauffage par bouche d’air installé au xixe siècle, approvisionnement en eau...

Parmi les questions le plus souvent posées figure « Comment est-ce chauffé ? » Cette question intéresse beaucoup les gens qui, aujourd’hui, même à la campagne, sont surchauffés. Dans la salle à manger, il y avait une niche destinée à recevoir un grand poêle en faïence, qui a été cassé par les Allemands pendant la dernière guerre ; nous en avons fait refaire un chez un merveilleux artisan à Florence. Dans les autres pièces, il y a des cheminées. Nous montrons aussi une chaufferette d’appoint qui passionne le public. Vous n’imaginez pas combien cela les intéresse, beaucoup plus que l’ancêtre untel ou un portrait de Marie Leszczynska qu’ils peuvent aller voir à Versailles ! (f, 1942).

19Certains châtelains s’efforcent même d’ajouter une note ludique à la présentation des objets. Ainsi à Breteuil (Yvelines), même si, comme l’avoue le guide, « le conteur n’est jamais venu au château, l’ancêtre de l’actuel propriétaire s’étant contenté de le croiser à Versailles », un conte de Charles Perrault est associé à chaque pièce : dans la cuisine La Belle au bois dormant, dans le fruitier Le Petit Poucet, dans le lavoir Peau d’âne, dans les écuries Le Chat botté.

  • 13 Voir, par exemple, Figeac 1996 : 148-190.

20L’évocation de la vie seigneuriale d’autrefois, dans une forteresse d’allure médiévale ou dans une demeure de plaisance du xviiie siècle, reste cependant le principal atout touristique des châteaux qui, pour certains d’entre eux, possèdent des inventaires de succession « qui placent et qualifient les meubles meublants et nomment les appartements » (Cossé 1954 : 15). Source importante pour les historiens qui s’intéressent au cadre de la vie privée de la noblesse13, ces inventaires aident à reconstituer, parfois assez fidèlement, la structure et l’ameublement des intérieurs, en particulier des pièces de réception, au rez-de-chaussée, piano nobile des châteaux. Cadre principal de la vie aristocratique à partir du xviiie siècle, celles-ci sont précédées, le plus souvent, d’un vaste vestibule et parfois d’une galerie, grande pièce traditionnelle de la demeure noble en France avant la création au xviie siècle, sur le modèle italien, du salon meublé et aménagé pour recevoir des visiteurs. Le vestibule introduit déjà pleinement dans l’histoire des lieux en montrant par exemple une grande tapisserie aux armes de la famille, un portrait en pied, un buste ou une chaise à porteurs, et ainsi signale l’importance des personnages qui autrefois logèrent au château :

Nous ouvrons la plus grande partie du rez-de-chaussée, c’est-à-dire les pièces de réception. Cela commence par un grand vestibule d’honneur en pierre, construit vers 1750, qui est très grand – c’est un très beau vestibule presque trop grand, trop majestueux pour la maison – et ensuite on entre dans une grande galerie qui marque manifestement l’importance de la maison car je ne vous apprendrai pas que ces maisons qui, au xviiie siècle, avaient une galerie uniquement réservée aux réceptions n’étaient quand même pas très courantes : c’est une grande pièce qui fait onze ou douze mètres de long, sur sept ou huit mètres de large (h, 1921).

21Le salon, pièce d’apparat par excellence, est souvent un hymne au bon goût français du xviiie siècle. Sa première fonction est de rappeler que le siècle des Lumières, qui cultivait la gaieté, l’éclat et l’insouciance, a porté à son apogée le raffinement des intérieurs. Cette période, en effet, coïncide avec l’âge d’or du meuble français, en raison de la qualité des ébénistes qui « rivalisèrent de goût et d’habileté » et de celle de leur clientèle, « difficile à satisfaire, exigeante de beau, souvent capable d’apprécier d’heureuses trouvailles techniques », qui « les encourageait à se renouveler, à se surpasser » (Verlet 1956 : 3). Aussi, dans cette pièce où la femme est reine, aperçoit-on toujours quelques exemplaires de ces meubles volants, légers, aux fonctions multiples, que des décorations de marqueterie transformèrent parfois en chefs-d’œuvre d’ébénisterie : table à écrire, table à ouvrage ou « tricoteuse », table-bouillotte ou table-rognon, bonheur-du-jour, chiffonnière, secrétaire... Parfois l’usage saisonnier du mobilier est suggéré par des sièges à garnitures mobiles. Assez souvent, une autre pièce de réception, contiguë au salon, souligne les transformations que connurent les châteaux au cours du xixe siècle, telles que l’ajout d’un mobilier plus volumineux ou l’aménagement d’un fumoir, signe d’une vie sociale davantage marquée par la partition des sexes.

Le salon mandarine est très intime, avec un mobilier sympathique : c’est vraiment la pièce qu’on appelait au xviiie siècle le salon de compagnie, où l’on se tenait et où l’on discutait. Il y a un seul tableau qui représente le duc de Bourgogne par Largillière. C’est une pièce agréable, assez chaude. Ensuite, on traverse un petit boudoir (h, 1921).
Dans le salon d’hiver, il y a beaucoup de choses à dire sur les Encyclopédistes, le textile, la manufacture de Vincennes, la façon de vivre au xviiie siècle... C’est un salon-désordre, parce que au xviiie siècle on avait beaucoup d’activités dans cette pièce. Dans les grands châteaux on repoussait les meubles contre les murs. Mais dans une maison plus petite comme celle-là, on laissait les meubles comme ils étaient utilisés : il y a quatre tasses à thé dans un coin, un service à café sur une table à jeu, un livre sur un fauteuil... (h, 1936).
Autrefois, du temps de mes grands-parents, cette grande pièce était meublée en salon Empire ce qui, dans une pièce plein xviiie siècle, était une erreur épouvantable. Je l’ai vidée au maximum pour en faire la pièce de réception la plus nue possible. Nous y avons mis des fauteuils Louis XIV, récemment recouverts en velours rouge. Nous allons supprimer ces fauteuils pour ne laisser que des grandes banquettes Louis XVI avec du velours rouge comme à Versailles : nous copions ce qui se faisait à Versailles ou à Trianon. Cela suffira largement. Cette pièce ne sera qu’une pièce de réception, rien d’autre (h, 1921).

22La seconde fonction du salon est de mettre en scène l’art du plaisir élégant. Vaste et pourvu de nombreux sièges, il rappelle que l’aristocratie est par essence conversationniste. La passion du jeu est suggérée par la présence d’un jeu de cartes (nain jaune), d’un jeu de dés (trictrac), d’un jeu de loto ou de pions en nacre, posés sur des tables qu’entourent des chaises voyeuses. Des petits objets, telles des jumelles de spectacle posées sur un guéridon, et dans quelques châteaux, comme Cirey-sur-Blaise (Haute-Marne) ou Brissac (Maine-et-Loire), un petit théâtre, rappellent le goût pour les représentations ; un clavecin ou un piano-forte, parfois un fond musical, soulignent qu’autrefois, dans les châteaux, la musique était un élément essentiel des soirées familiales.

  • 14 Le tri est un jeu d’hombre (ancien jeu de cartes d’origine espagnole) où l’on élimine les carreaux (...)
  • 15 Brocanteurs.

Que faisait-on dans un salon au xviiie siècle ? On lisait, éventuellement on écrivait, surtout on jouait beaucoup ! D’où le thème des jeux dans le salon, où l’on trouve une table de trictrac, une table de loto-dauphin et une table de tri14. Cela intéresse le public, croyez-moi ! Il y a des sièges pour les jeux : une chaise ponteuse et une voyeuse à genoux, qui permettait aux jeunes femmes d’assister à genoux aux jeux sans froisser leur robe. Dans le petit salon d’angle, nous nous sommes cassé la tête pour trouver un thème. Nous avions le pastel de *** qui est très joli. Aussi avons-nous choisi le thème du pastel, car au xviiie siècle, beaucoup de portraits étaient ainsi réalisés. Une boîte de pastelliste en marqueterie est ouverte à côté d’un pastel posé sur un chevalet : on peut imaginer qu’il vient d’être exécuté (f, 1942).
Comme il n’y a jamais eu de très grands personnages qui ont vécu à *** et que les portraits de famille n’ont pas d’intérêt pour le public, nous avons acheté chez des brocs15 des objets curieux, de peu de valeur mais intéressants, qui nourrissent la visite par des anecdotes et qui ont un succès énorme : par exemple, un batik, objet en bois dur venant d’Inde qui sert à imprimer les étoffes en coton, les indiennes. Il est posé sur une travailleuse et permet de parler des tissus que Marie-Antoinette faisait importer d’Inde. Nous avons aussi une boule qui vient de Chine, une lanterne de bateau. Nous avons ainsi constitué une sorte de cabinet de curiosités (f, 1938).

  • 16 Le château de Bazoches-du-Morvan. Texte intégral de la visite, s.d. : 30.

23Un bureau ou une bibliothèque, censée conférer au lieu une « touche nostalgique » et une « dimension presque spirituelle »16, témoignent de l’activité intellectuelle du château et de la culture de ses habitants.

Dans le bureau, nous présentons des plumes d’oies posées sur le bureau. On explique comment on écrivait à l’époque en montrant des documents rédigés d’une écriture merveilleuse (f, 1942).

  • 17 « L’heure du repas, autant que le régime et les manières de table, qui souvent lui sont associés, (...)

24Quant à la salle à manger, elle donne l’occasion de rappeler que la spécialisation d’une pièce pour les repas, inspirée du modèle anglais, s’est diffusée dans la première moitié du xixe siècle seulement, en même temps que s’affinaient les manières de table17 ; avant, en effet, une planche posée sur des tréteaux était apportée dans un salon (« d’où l’expression dresser la table » déclare classiquement le guide) et enlevée sitôt le repas achevé. Le guide explique à quoi servait une table à gibier ou une desserte. On y voit des objets qui aujourd’hui n’ont qu’un usage décoratif, tel un rafraîchissoir, récipient servant à rafraîchir les verres ou les vins, ou qui sont désuets comme les rince-doigts ou les rince-bouche. L’exposition d’un service de table, en général du xixe siècle, permet de préciser la spécificité du couvert mis à la française (les verres sont placés devant l’assiette, alors que le couvert à l’anglaise les place à droite), l’usage des verres (verres parfois sans pied pour l’eau, le plus gros verre pour le vin de Bordeaux, celui de taille moyenne pour le bourgogne, le petit pour le vin cuit autrefois servi à table). Parfois un ou deux mannequins de cire portent la livrée familiale autrefois utilisée.

  • 18 Sorte de panier à verres en faïence.

Dans la salle à manger, nous avons une nappe en damassé de lin du xixe siècle, avec la façade arrière du château tissée dans la trame. Cette nappe, qui va jusqu’au sol, avec le tissu se repliant sur le sol, est un souvenir familial, mais vous pouvez aller salle Drouot, il y a tout le linge de Louis XIV qui passe en vente et ne coûte rien ! Mon mari et moi, qui avons une démarche de collectionneurs, en sommes malades, nous voudrions tout acheter ! Sur la table est dressé le grand service de ***, du début du xixe siècle, en porcelaine de Paris, avec des fleurs différentes sur chaque assiette. Nous y présentons aussi de jolis verres du xviiie siècle, de l’argenterie, des bougeoirs, bref une jolie table ! Les services de table intéressent beaucoup les gens, parce que c’est la vie quotidienne. Nous avons aussi des verrières18 très intéressantes où l’on mettait les verres à rafraîchir (f, 1942).

25Enfin, de plus en plus de châteaux s’efforcent d’ouvrir aussi une chambre qui, d’un point de vue touristique, comporte plusieurs atouts. Les meubles et les objets qui y sont exposés aident à relater les progrès de l’intimité et du confort ainsi que l’évolution des modes : lit à baldaquin, chaise percée « avec réservoir d’eau et poignée pour le jet de propreté » (Breteuil, Yvelines), table de toilette ou coiffeuse sur lesquelles sont placés des boîtes à mouches ou à parfum, un face-à-main, des perruques, des éventails ainsi que les accessoires nécessaires aux opérations qui, aux xviie-xviiie siècles, étaient indispensables avant de paraître en société (se farder, se poudrer, se moucheter, fixer des peignes dans ses cheveux...). Prompts à éveiller la curiosité, ces objets sont prétexte à des anecdotes sur la toilette sommaire d’autrefois, l’importance des parfums, les pratiques vestimentaires, l’usage des coussins et la position assise au lit...

Dans la chambre d’honneur, nous avons deux garde-robes, où nous expliquons comment étaient rangées toutes les affaires pour la toilette. Nous avons sorti les objets que nous avions et les avons complétés : une table de toilette, une baignoire, une petite table pour ranger les perruques. Il y a de vrais objets du xviiie siècle : une boîte à poudre, une petite main pour gratter le crâne sous la perruque en cas de démangeaison, une poire pour poudrer les perruques... C’est le succès assuré auprès du public ! (f, 1942).

26En outre, quand la chambre n’est pas une pièce d’apparat, style « chambre du roi », le propriétaire peut la concevoir comme une « pièce délicieuse et charmante » (f, 1930). Plus qu’aucune autre, elle donne alors au visiteur l’impression de pénétrer dans l’intimité des propriétaires :

Une chambre est très importante pour les visiteurs, car c’est vraiment le rêve. Tout de suite l’imagination déborde. C’est le lieu d’intimité par excellence, avec le cabinet de toilette et surtout le lit, endroit mythique : qu’est-ce qui s’est passé dans ce lit ? avec qui ? comment ?... (h, 1921).
On fait visiter toute la maison : vingt-trois pièces pour vingt-cinq francs ! Y compris les pièces que nous habitons : c’est ce que les gens veulent voir. Ils veulent avoir l’impression d’être dans l’intimité des châtelains, à tel point que si on a le dos tourné – c’est vite fait quand vous êtes au début de la queue et qu’il y a quarante personnes qui vous suivent – vous les retrouvez allongés sur le lit avec leurs godasses ! C’est pourquoi maintenant, dans les chambres, on met des barrières ! Heureusement que c’est en visite guidée, parce qu’on n’imagine pas ce qu’ils sont capables de faire... (f, 1946).
Quand les visiteurs passaient à côté du lit, dans ma chambre et dans celle de mon mari, ils tiraient sur le couvre-lit pour voir s’il y avait des draps. Il y en avait en général, mais parfois pas, quand nous n’étions pas là. Aussi ai-je dit à la gardienne : « Mettez toujours des draps pour ne pas les décevoir, même si nous ne sommes pas là pendant quinze jours » (f, 1930).

27La visite de la chambre suscite d’autant plus un sentiment d’intrusion qu’elle renferme des objets qui datent de l’époque où elle était encore utilisée : un crucifix accroché au-dessus du lit, un coffret à bijoux, un livre ou une bible posés sur la table de chevet, des vêtements sur le lit et des souliers. Parfois aussi est reconstituée une salle de bains xixe : des linges de coton sont disposés dans la baignoire en zinc, la porte entrouverte du poêle laisse apparaître du bois et du papier prêts à brûler, une éponge, des serviettes de toilette nid d’abeilles sont disposées à côté de la cuvette et du broc. A l’étage, on visite parfois une nursery : à Breteuil (Yvelines), le guide précise que « le berceau, après avoir servi à quatre générations, a repris du service pour les enfants de l’actuel propriétaire ».

28Second atout du château habité : apparaître comme dépositaire d’un savoir accumulé en matière de bon goût, domaine où l’aristocratie revendique un œil averti.

Le seul signe durable de nos familles, c’est le sens esthétique. Le jour où elles n’ont plus le sens esthétique, c’est terminé, même si elles restent bien catholiques. Le goût des choses, de l’histoire, de la lignée et un sens esthétique, voilà ce qui détermine l’aristocratie (h, 1936).

29Le château privé s’affirme comme le réceptable d’un art de vivre à la française, né de la convergence de l’aisance matérielle et de la recherche esthétique, et affiné au fil des siècles. Le talent à perpétuer l’esprit d’un lieu, où la séduction du cadre et de l’architecture font alliance avec le bon ton, peut devenir une véritable enseigne publicitaire. Il se manifeste, certes, dans le luxe éclatant des pièces d’apparat, qui témoignent d’un opulent train de vie. Il se traduit plus subtilement par un art de faire et de vivre raffiné : son charme « vient de ce qu’il est indéfinissable » (h, 1934) et son prestige réside dans une pérennité qui de « savoir-vivre » l’a érigé en « savoir-être » (Brelot 1997 : 40).

Bibliographie

Bibliographie

Brelot, Cl.-I. 1992. « La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870 », Annales littéraires de l’université de Besançon, t. I.

– 1997. « Savoir-vivre, savoir-être : attitudes et pratiques de la noblesse française au xixe siècle », Romantisme, n° 96.

Charle, Chr. 1991. Histoire sociale de la France au xixe siècle, Paris, Le Seuil.

Corbin, A. 1991. Le Temps, le désir et l’Horreur. Essais sur le xixe siècle, Paris, Aubier.

Cossé (de), P. 1954. Brissac, Angers, Imp. Setig/Palussière.

Daumard, A. 1995. « Noblesses parisiennes et civilisation bourgeoise au xixe siècle », in Cl.-I. Brelot (dir.), Noblesses et villes (1780-1950). Actes du colloque de Tours, 17-19 mars 1994, Tours, Université de Tours/Maison des sciences de la ville, n° 10.

Figeac, M. 1996. Destins de la noblesse bordelaise (1170-183), Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, t. I.

Ganay (de), H. S.d. Cascades, jardins et château du Touvet, publié à compte d’auteur.

Mendras, H. 1988. La seconde révolution française 1965-1984, Paris, Gallimard.

Mension-Rigau, É. 1994. Aristocrates et grands bourgeois. Éducation, traditions, valeurs, Paris, Plon.

– 1999. La vie des châteaux. Mise en valeur et exploitation des châteaux privés dans la France contemporaine. Stratégies d’adaptation et de reconversion, Paris, Librairie académique Perrin.

Protourisme. 1996. « Synthèse des Audits Qualité. Route historique Jacques Cœur », rapport dactylographié.

Rémond, R. 1965. La vie politique en France, Paris, Armand Colin.

Verlet, P. 1956. Les meubles du xviiie siècle, t.I : Menuiserie, Paris, Presses universitaires de France.

Notes

1 Sous l’Ancien Régime, en effet, la hiérarchie sociale reposait avant tout sur la propriété foncière ; jusqu’au xixe siècle, la fortune de la noblesse consistait surtout en terres et ses revenus en fermages, même si une frange de la haute aristocratie parisienne avait su, relativement tôt au cours de ce siècle, entreprendre et réussir la reconversion de sa fortune dans la banque et dans l’industrie (Charle 1991 : 236-239). Adeline Daumard (1995 : 114) écrit qu’encore « dans la première moitié du xixe siècle, l’assise des fortunes nobiliaires, à Paris, était plus foncière et plus rurale que celle de l’ensemble des fortunes parisiennes et la part des valeurs boursières était plus faible dans les patrimoines de la noblesse riche que dans ceux de l’aristocratie bourgeoise ».

2 Selon l’arrêté du 1er mars 1966, est considéré comme ouvert au public tout immeuble que le public est admis à visiter au minimum 40 jours du 1er juillet au 30 septembre, qu’ils soient ou non fériés, ou 50 jours par an dont 25 jours fériés ou dimanches, du 1er avril au 30 septembre. L’administration fiscale considère qu’une journée doit comporter au minimum six heures d’ouverture effective. Une ouverture limitée à l’extérieur est suffisante pour que le propriétaire bénéficie des avantages qui y sont liés.

3 Tous les passages cités, sauf mention contraire, sont des extraits des entretiens que j’ai eus avec des châtelains. En général, ils comportent l’indication du sexe (h ou f) et de l’année de naissance de leur auteur. Ces indications ne figurent pas lorsqu’il s’agit d’une expression ou d’une phrase brève récurrente dans de nombreux témoignages et typique des valeurs, des pratiques ou du langage de l’ensemble du groupe social ici étudié.

4 La Demeure historique, « Les Comptes rendus de Formation », documents dactylographiés, 2e session : « Ouverture au public. Formalités, avantages et contraintes », 19 octobre 1996, château de La Ferté-Saint-Aubin, p. 17.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 La Demeure historique recommande un bouquet de fleurs fraîches « au moins dans la première et la dernière pièce visitée » (ibid.).

8 Recommandé par La Demeure historique (ibid.).

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Ibid. : 14.

12 Le château d’Anjony, s.d. : 13.

13 Voir, par exemple, Figeac 1996 : 148-190.

14 Le tri est un jeu d’hombre (ancien jeu de cartes d’origine espagnole) où l’on élimine les carreaux sauf le roi.

15 Brocanteurs.

16 Le château de Bazoches-du-Morvan. Texte intégral de la visite, s.d. : 30.

17 « L’heure du repas, autant que le régime et les manières de table, qui souvent lui sont associés, entre dans la liste des clivages culturels dont l’affinement constitue l’un des faits historiques majeurs du premier xixe siècle », écrit Alain Corbin (1991 : 10).

18 Sorte de panier à verres en faïence.

Auteur

Éric Mension-Rigau, historien, université de Paris IV

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540