Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Domestiquer l’histoire

 | 
Daniel Fabre

I. Ethnographies

Un monument peut en cacher un autre Rieux-Minervois et sa rotonde

Sylvie Sagnes

Texte intégral

1Ils sont là, à arpenter le village ou à siroter, à la terrasse du café, un Coca salutaire en ces jours de canicule. On devrait pourtant les remarquer, qui avec son chapeau, qui avec son caméscope. Même sur ce groupe de VTTistes qui pique-niquent, installés sur les bancs de la place, le regard glisse. Signe qu’ici les touristes font depuis belle lurette partie du décor et de l’ambiance estivale. Ici ? Ils sont à Rieux-Minervois, à une trentaine de kilomètres au nord-est de Carcassonne, et ils sont venus, encouragés par quelque dépliant touristique, visiter l’église paroissiale.

2Plus d’un vous dira qu’elle mérite le détour. Témoignage du Second Âge roman (xiie siècle), Sainte-Marie de Rieux appartient à la catégorie des églises à plan centré. Cela pourrait suffire au ravissement du visiteur. Or il se trouve que cette originalité architecturale se complique à Rieux d’heptagonalité, et qu’en fait de monument exceptionnel, on a ici affaire à un monument tout simplement unique. Au regard de cette double particularité, l’ornementation sculpturale pourrait s’accommoder de médiocrité, ce qui est loin d’être le cas puisque l’on s’accorde à reconnaître, dans l’exubérance des motifs qui couvrent chapiteaux, piédroits et consoles, la facture du très inventif Maître de Cabestany.

  • 1 On peut citer à titre d’exemple : Aude 1994 ; Richard 1990 ; Guide du Patrimoine Languedoc-Roussill (...)
  • 2 Voir Languedoc roman 1985 ; Les églises romanes oubliées du Bas-Languedoc 1993 ; Bonnery 1995.

3On conçoit dès lors aisément que cette église ait fait l’objet d’une reconnaissance précoce de la part des milieux éclairés. Et l’on ne croit pas si bien dire en parlant de précocité étant donné que cette rotonde a été classée en 1838, avant même que ne soit constituée la fameuse liste de 1840, considérée comme l’acte fondateur de l’institution alors naissante des Monuments Historiques. Mais l’on saisit plus concrètement encore la portée de cette faveur accordée à l’église de Rieux lorsque l’on sait que cette décision précède le classement de la cité de Carcassonne... L’étonnement que cet édifice suscite ne faiblit pas durant les décennies qui suivent le classement. La régularité et le volume des publications qui lui sont consacrées en témoignent. De Prosper Mérimée (1835) à Claire Péquignot (1993), en passant par Paul Tournal (1842), Jouy de Veye (1868), Alphonse Mahul (1872), de Lahondes (1906), Marcel Durliat (1973) et André Bonnery (1994), il n’est pas une génération d’universitaires ou de ces amateurs éclairés que recrutent les sociétés savantes qui ne se soit laissé intriguer par l’église de Rieux. Ainsi, la notoriété de celle-ci ne s’est-elle jamais démentie durant ces quelque cent soixante années. Plus récemment, elle s’est même démocratisée, aidée en cela par la parution d’un certain nombre de guides1 et d’ouvrages de vulgarisation sur l’art roman2, tandis que la diffusion des dépliants édités par les comités départementaux et régionaux du tourisme ont encore élargi le cercle des admirateurs de la Rotonde.

4Il en est néanmoins qui pour la mettre sur leur chemin n’ont nul besoin de guides ou de dépliants. Les Riussanels vivent la Rotonde au quotidien. Ils y assistent aux offices et/ou la traversent de part en part, empruntant ce raccourci commode pour, dans un sens ou dans l’autre, se rendre à la boucherie ou à la boulangerie. Une telle familiarité avec le monument ne les empêche cependant pas de partager la fascination des spécialistes et visiteurs d’un jour. C’est en tout cas ce que semble signifier l’ouverture, au début de cette décennie, d’un syndicat d’initiative. Depuis, bénévoles et hôtesses saisonnières diffusent des dépliants vantant les beautés du monument, proposent des visites guidées, organisent des conférences avec les spécialistes du moment (André Bonnery, Pierre Clément) et prêtent leurs locaux à des expositions temporaires de moulages ou de photographies, manières de découvrir, autrement qu’in situ, les sculptures de l’Anonyme de Cabestany. Cet enthousiasme toujours renouvelé se teinte même de fierté si l’on en juge par l’usage systématique qui est fait de l’image de la Rotonde. Les cartes postales, la couverture du bulletin municipal, les étiquettes de bouteilles de vin, le cachet de la poste reproduisent à l’envi la silhouette du monument.

5Et c’est précisément cet attachement des Riussanels à leur église qui nous occupera ici. Nous chercherons à en éprouver la sincérité, à en définir la nature et à en mesurer la force. Sont-ils bien sur la même longueur d’onde que les historiens, archéologues et architectes ? Naît-on vraiment historien de l’art en naissant Riussanel ?

6Posée autrement et moins cavalièrement, la question est de savoir si l’attachement de ceux qui vivent à l’ombre de ce monument est réductible à une manifestation, parmi des milliers d’autres, de la fureur patrimonialisante de cette fin de siècle. Et, quand bien même, une chronologie de la sensibilité à la valeur historique et artistique du monument suffit-elle réellement à rendre compte du rapport que les Riussanels entretiennent avec leur église ?

Du vandalisme au tourisme

  • 3 Délibération du conseil municipal, 1845.
  • 4 Délibération du conseil municipal, 1860.
  • 5 Délibération du conseil municipal, 1845.
  • 6 Ibidem.
  • 7 Lettre du conseil de fabrique, 1849.

7Les témoignages laissés par le xixe siècle, notamment ceux contenus dans le dossier 4T 246 aux Archives départementales de l’Aude, semblent a priori attester l’ancienneté de l’intérêt des Riussanels pour leur église. La correspondance des différents maires de Rieux avec la préfecture, les courriers du conseil de fabrique, de même que les délibérations du conseil municipal, abondent singulièrement dans le sens des différents interlocuteurs, à savoir architectes, inspecteurs des Monuments Historiques ou secrétaires d’État aux Beaux-Arts. L’église y est présentée comme une « œuvre d’art3 », « placée à juste titre au rang des monuments historiques de la France4 », et il semble tomber sous le sens que le village ne peut que « s’associer à l’œuvre de la restauration de l’église de Rieux comme monument historique5 », eu égard aux « motifs d’art6 » et à « l’intérêt de la conservation du monument7 ».

8Quelques précisions concernant cette restauration, dont la perspective révèle chez nos Riussanels un sens du beau et de l’historique alors peu commun, sont ici nécessaires. Dans la foulée du classement, les responsables des Monuments Historiques n’ont alors de cesse qu’ils ne rendent à l’édifice son plan primitif, déformé au cours des siècles par l’adjonction de sept chapelles et deux sacristies, autant de « constructions parasites », à en croire le conseil municipal en 1860, « qui le dépravent si disgracieusement ». Un premier projet, élaboré par l’architecte Champagne, consistait à détruire puis reconstruire toutes ces chapelles selon le même plan, dans un souci évident d’uniformité. Les Monuments Historiques, plus soucieux de vérité archéologique, ne donnent pas suite aux propositions de Champagne et confient le dossier à Questel. La suppression pure et simple des chapelles et sacristies est alors envisagée et c’est plus particulièrement dans ce débat que prennent place les considérations historico-artistiques précitées des Riussanels.

  • 8 Délibération du conseil municipal, 1860.

9Nul besoin de se donner la peine de lire entre les lignes pour comprendre que leur adhésion au projet poursuit d’autres finalités que « l’intérêt de la conservation du monument ». En reprenant à leur compte les arguments des Monuments Historiques, les Riussanels espèrent en fait accélérer la mise en œuvre du corollaire obligé de l’élimination des chapelles, à savoir la construction d’une nouvelle église. En dépit des chapelles, la Rotonde se révèle en effet trop exiguë en ce xixe siècle démographiquement galopant. Et le conseil municipal, impatient de voir le projet aboutir, se trahit, estimant que « le statu quo nous est plus longtemps impossible [...] l’église est encore plus petite que jamais, vu la progression constante de la population8 ». Cependant, pas plus que « les motifs d’art », les diverses initiatives prises par la municipalité de Rieux, à savoir la création d’une imposition de 2,5 centimes sur cinq ans, le lancement d’une souscription volontaire et la contraction d’un emprunt de 3 000 F pour l’achat du terrain, ne suffiront à l’engagement des « secours » nécessaires pour l’érection de la nouvelle église.

10Sinon plus efficaces, du moins tout autant exploités, « les motifs d’art » servent aussi de prétexte à l’amélioration des conditions de l’exercice du culte. Qu’il s’agisse de « réparer les gouttières dans l’intérêt de la santé des fidèles, puis pour éviter la désertion de beaucoup de personnes qui ne venaient pas à l’église quand il pleuvait », ou qu’il faille refaire « la toiture du clocher vermoulue et pourrie (qui) doit s’écrouler incessamment, entraînant à sa suite quelques pans de mur », on assène inlassablement l’argument de la « conservation du monument », assorti d’un « surtout » un peu hypocrite mais jamais de trop.

11Le double jeu de nos Riussanels apparaît d’autant mieux si l’on sait que vingt-cinq ans seulement avant de se gargariser de « motifs d’art », ils ont eux-mêmes construit deux de ces chapelles qu’ils qualifient de « parasites ». La dernière est d’ailleurs celle qui de toutes les chapelles construites depuis le xve siècle fait le plus injure au plan originel, puisque, résultant de l’obturation du porche de l’entrée primitive, sa création a conduit au déplacement d’un certain nombre d’éléments sculptés (piédroits, consoles) et à l’ouverture d’une nouvelle porte.

12Cette indifférence à l’égard de la dimension historique du monument n’a pas échappé à l’archéologue Paul Tournal qui s’en fait le témoin dans l’introduction de l’article qu’il consacre à l’église en 1835 et qu’il fait paraître en 1842 dans la très éphémère revue Mosaïque du Midi. Mais en lieu et place de la colère habituellement de mise, cet allié des Beaux-Arts affiche une compréhension mêlée de bienveillance pour ces « vandales » d’un nouveau genre, ces curés inconscients de leurs forfaitures, et sans doute est-ce cette posture plutôt inattendue, que sert un style où l’humour le dispute à l’autodérision, qui rend son texte si attachant. Si bien que l’on résiste mal au plaisir de le citer généreusement :

Il est bien entendu que toute description d’un monument historique doit commencer par une sortie contre les vandales ; c’est un flon flon de rigueur, un moyen connu et facile de glisser la période et de terminer harmonieusement la phrase. Le monument dont j’ai à vous entretenir me fournirait l’occasion de renchérir sur tout ce qu’on a dit dans ce genre ; si les projets qui ont été conçus à différentes époques avaient été menés à bonne ou mauvaise fin, et si mes vandales, à moi, loin d’être sortis des sauvages forêts de la Germanie, n’étaient tout bonnement de simples curés de village, paisiblement élevés dans quelques séminaires du cru, et qui vivent dans la crainte de Dieu et de leur évêque, en l’an de grâce 1835. Pas moyen d’ailleurs de se fâcher avec un vandale de bonne compagnie, un vandale au petit-pied et de bonne maison, qui donne un excellent déjeuner aux étrangers qui vont lui rendre visite, et qui dit naïvement : « J’ai fait badigeonner mon église parce qu’elle était trop sombre, je l’ai agrandie parce qu’elle était trop étroite ; puisque cela est mal, je vous assure qu’à l’avenir il n’y sera pas enlevé un brin de poussière que vous n’en soyez prévenu. » Vous le voyez : avec de tels hommes, l’indignation de rigueur est impossible (Tournal 1842 : 18-23).

13Tournal fait suivre ce morceau de bravoure d’une réflexion sur les vertus régénératrices du vandalisme qu’il interrompt de l’injonction « Curés de l’an de grâce 1835, allez en paix, mais ne péchez plus, les archéologues vous protégeront de leur silence ; ils vous en garderont rancune, mais n’en diront rien ; allez en paix et soyez plus sages à l’avenir », avant de jeter en pâture à la méditation de ses contemporains : « S’il est vrai, dis-je, qu’il fallut alors abattre pour fonder, aujourd’hui, au contraire, il est nécessaire de conserver pour édifier. »

14Cette sommation de l’archéologue n’aura toutefois pas raison de la désinvolture des Riussanels puisque tout au long du xixe siècle et jusqu’au milieu du xxe, ils ne cesseront de modifier l’ordonnancement de l’espace au sein de l’édifice et de surcharger l’ornementation. La construction d’une tribune métallique, la suspension au-dessus de l’autel d’une statue de la Vierge de Lourdes, la pose de bancs, l’installation d’un chemin de croix et enfin l’introduction d’un buffet d’orgues constituent autant d’actes qui contrastent avec les efforts par ailleurs fournis par les Monuments Historiques visant à restituer à cette église sa sobriété romane... en attendant l’heure du grand ménage qui sonnera en 1963.

15Cette rapide plongée dans le temps ne ramène finalement à la surface rien que de très banal et conforte notre impression première, à savoir le caractère tout à fait récent de la conversion des Riussanels aux principes des spécialistes. De ce point de vue, la création du syndicat d’initiative peut être entendue comme l’indice le plus fort de ce changement d’attitude. Cependant l’on aurait tort de se fier à cette dernière évidence. Car en dépit de toutes les bonnes intentions d’usage qui ont présidé à la naissance de l’association en 1990, l’église fait davantage figure de prétexte que de bénéficiaire. L’initiative en revient alors au maire Robert Alquié, fraîchement élu. Si l’on ne peut l’accuser de faire de l’église un attrape-clients pour les commerçants et artisans du village, reste que la conscience du caractère tout à fait exceptionnel de l’édifice pèse bien moins dans la décision de ce maire de droite que le souci d’en découdre avec ses adversaires en dehors des campagnes électorales. Il s’agit en effet pour lui de manifester sa différence politique au sein du sivom, traditionnellement et majoritairement à gauche. « Le tourisme, c’est une idée qu’on aura eue avant eux », explique-t-il alors avec un air entendu. Aussi, lorsqu’il porte l’association sur les fonts baptismaux, la dote-t-il de statuts intercommunaux et l’installe-t-il dans les locaux réaménagés d’une charcuterie devenus la « Maison du tourisme du Minervois ». C’est là en fait le premier acte d’une dissidence qui au fil des ans prend les allures d’un sivom parallèle, sous la houlette d’un maire conforté dans son rôle de trouble-fête par un mandat de conseiller général. Mais si, par exemple et en particulier, le problème du traitement des ordures ménagères a permis de fédérer les quelques communes de droite du canton autour de Rieux et de son choix de recourir à une autre solution que celle retenue par le sivom, la question du tourisme, elle, n’a jamais suscité l’adhésion de quelque village que ce soit. Le syndicat d’initiative, intercommunal dans les textes, communal dans les faits, est géré depuis lors par une poignée de bénévoles dont la passion pour l’église ne parvient à se réaliser que difficilement dans cette structure, et ce par manque de moyens. Ce trop peu de subsides alloués à l’otsi n’est que le reflet de l’absence, aussi bien en 1990 qu’aujourd’hui, de véritables ambitions touristiques, que ce soit du côté de la municipalité réélue entre-temps, ou plus largement des Riussanels. Pour le dire avec les mots d’Éliette, guide bénévole à temps quasiment plein et dont il sera question plus loin :

Ils n’y comprennent rien, la mairie, rien, au boulot qu’on fait ! Et même encore au village, les gens me disent : « Mais qu’est-ce que tu fais à l’église ? ! »

16Comme s’il n’allait pas de soi qu’Éliette fait visiter la Rotonde et que celle-ci mérite d’être visitée...

17Ainsi la relation des Riussanels à leur monument n’apparaît-elle guère plus franche qu’au xixe siècle, et à sonder les cœurs, certains aveux finissent de nous plonger dans des abîmes de perplexité. Les considérations d’Élise, grand-mère de l’une des hôtesses de l’OTSI pour la saison 1997, sont à ranger parmi ceux-là :

Ah, moi, cette église, je la trouve pas jolie ! C’est triste là-dedans. C’est noir comme dans une caverne... On peut pas dire qu’elle m’inspire une attirance, non ! Ah bé, ils trouvent ça beau, ils la montent au pinacle, cette église... Je veux dire, y a pas de quoi ! Enfin !

18Les Riussanels ne « vivent » donc pas tout à fait, ou en tout cas pas unanimement leur monument dans les termes qui sont ceux des spécialistes. Et justement les mots, et en l’occurrence l’existence d’un double système de dénomination des chapelles illustrent au mieux cette divergence d’approche et de sensibilité à l’égard des vieilles pierres. En effet, quand chercheurs et professionnels désignent ces chapelles par les noms des instigateurs de leur édification (« des Seigneurs », « des Pèlerins », « des Pénitents bleus »), le commun des paroissiens utilise le vocable sous lequel la construction a été placée (« du Sacré-Cœur », « Sainte-Thérèse », « Sainte-Jeanne-d’Arc »)...

Éclipses d’église

  • 9 Ermitage du xvie siècle.
  • 10 Cérémonies religieuses qui se déroulent à Rieux tous les mardis de Pâques.

19Les deux attitudes ne sont pourtant pas irréconciliables. Les « historiens » locaux, parfaitement à l’aise avec le double système de dénomination des chapelles, réalisent, semble-t-il, cette synthèse. Leurs productions font en effet apparaître une évolution difficilement contestable en faveur d’une prépondérance de plus en plus marquée de l’église dans le champ historiographique riussanel. Dans la Monographie de mon village qu’il rédige en 1873 et que son petit-fils publie en 1932, Barthélemy Doumergue ne consacre que deux pages à la Rotonde pour un texte qui en compte vingt-neuf. Aussi la publication d’Émile Gastou en 1984, Rieux-Minervois. L’église Sainte-Marie, donne-t-elle tous les signes d’une manière de spécialisation inspirée des historiens savants. Les pages de La Source, le bulletin paroissial de Rieux, font montre de la même mutation. Dans la première série publiée de 1929 à 1936 à l’initiative du curé alors desservant, trois numéros seulement, sur les quarante-six qui comptent une chronique d’histoire locale, se rapportent à l’église. Les numéros de la seconde série, publiés de 1959 à 1962, renversent la tendance puisque sur les dix-neuf articles d’histoire locale, douze sont consacrés à l’église. Il n’est pas inutile de souligner ici le fait que dans les pages de la première série, le sujet de l’église n’est abordé qu’en second lieu, après plusieurs articles sur la chapelle Notre Dame-du-Bout-du-Pont9 et les origines du Vœu10, alors qu’en 1959, la chronique d’histoire locale est inaugurée par un article intitulé « Un peu d’histoire sur notre église ». On notera enfin la différence notable de contenu d’une série à l’autre. Les articles parus en 1932 et tirés des notes d’un certain abbé Gisbert, originaire de Rieux, portent sur les deux chapelles les plus récentes. L’église romane et ses chapiteaux doivent attendre 1959 pour prendre leur revanche sous la plume du prêtre, de l’abbé Giry, du chanoine Sarraute et de Valon.

20L’on s’en tiendra pourtant ici à la monographie d’Émile Gastou. Rééditée depuis 1984 pour être vendue au bureau de tabac et au syndicat d’initiative, cette plaquette est toujours lue et relue alors que les articles de La Source n’ont d’existence que dans le souvenir confus de quelques « historiens ». De fait, force est de constater que la mutation qui nous occupe est relative. En parcourant dans le détail cette monographie, on se rend compte en effet que sur les dix-neuf pages de texte (format A5), dix sont consacrées aux six cloches du clocher (dimensions, dates d’installation, parrains, marraines, inscriptions), à la chapelle souterraine creusée au xive siècle et à « ce qui a disparu », à savoir les statues, la chaire, le banc du maire, la tribune, le chemin de croix, soit à tout ce que l’histoire savante laisse de côté, voire méprise au point d’en avoir débarrassé le monument dans les années 1960. On pourrait se contenter de reconnaître dans une telle exploitation des « restes » une manière de personnaliser le traitement de cet objet et, de fait, le considérer comme un moyen parmi d’autres de s’approprier pleinement et entièrement la paternité de son histoire. On retrouve en réalité là la stratégie caractéristique des érudits locaux qui consiste à disperser et en même temps à désarticuler le récit de l’histoire. Laissant là cette rhétorique historiographique qui traverse toute la production riussanelle d’histoire locale (Sagnes 1999), on sera sensible au fait que, s’appliquant à la Rotonde, cet art de parler pour ne rien dire nous conduit aux faîtes du paradoxe. Car si, dans son principe, la monographie d’Émile Gastou équivaut à une reconnaissance locale de l’église en tant que Monument Historique, sa composition, ou plutôt sa « décomposition », et ses dix fameuses pages – qui accordent une place somme toute disproportionnée à ce qui, parce que tellement peu monumental et historique, a disparu –, contredisent significativement la reddition affichée aux critères des gens du métier.

21D’ailleurs, cette manière des « historiens » locaux de faire de l’ombre au monument sur le papier ne doit-elle pas nous amener à reconsidérer justement ce qui tout à l’heure a été rangé peut-être un peu rapidement au chapitre de l’indifférence ou de l’inconscience ? Revenons sur nos pas et à la propension, si marquée aux xixe et xxe siècles, de démultiplier le mobilier. L’incompréhension, conjuguée à une piété exacerbée, pourrait certes suffire à rendre compte de cette surenchère d’ornements. Mais prenons l’exemple du chemin de croix. Jusqu’à leur suppression en 1963, les tableaux accrochés juste au-dessus des chapiteaux volaient ni plus ni moins le regard des paroissiens aux sculptures du Maître de Cabestany.

J’avais jamais regardé les chapiteaux, j’avais jamais remarqué les feuilles et les anges. Non, mais je te blague pas. Jamais, j’ai jamais rien vu. « Jésus tombe pour la première fois » ; « Jésus rencontre sa très Sainte Mère » ; sur la mandorle, c’était « Jésus est dépouillé de ses vêtements ».

22Laisser ainsi détourner son attention n’implique-t-il pas moins qu’une ignorance de la valeur historique et artistique de l’église un déni collectivement assumé ?

  • 11 L’article de Germain Sicard a en effet été republié en plusieurs fois dans La Source : en 1930, dan (...)
  • 12 La monographie n’est pas signée, mais il y a fort à parier que l’auteur en est Émile Gastou.

23Il n’est de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, et à y regarder de près, on s’aperçoit que les Riussanels se sont dotés d’une panoplie de moyens pour faire baisser, sinon faire taire, la voix des pierres. La chapelle Notre-Dame-du-Bout-du-Pont, à laquelle l’histoire savante, pour sa part, n’accorde pas une once d’intérêt, figure au nombre de ces moyens ou plus exactement les cartes postales qui la représentent, les articles (Sicard 1926, 1930, 193111 ; Gastou 1991) et la monographie (Anonyme 1975)12 qui en retracent l’histoire. Tout se passe alors comme si l’église se voyait empêchée de prétendre seule à la monumentalité, comme si son caractère d’exception se voyait relativisé, sinon nié. Ainsi nous donne-t-on à lire à la page 30 de la monographie consacrée à la Rotonde :

  • 13 C’est l’auteur qui souligne.

Chapelle du Bout du Pont. Rieux possède également une autre église13, dite la chapelle du Bout du Pont. Elle a un passé tellement riche et attachant, pour les Riussanels, que nous avons cru préférable d’en écrire l’historique séparément. Ce qui est fait.

24On peut dès lors reconsidérer « l’empressement » – pour reprendre l’expression de Cros, inspecteur divisionnaire aux Monuments Historiques – des Riussanels du xixe siècle s’agissant d’édifier une autre église et s’autoriser à déceler à l’origine de cet enthousiasme une autre logique que la seule perspective de meilleures conditions pour l’exercice du culte.

  • 14 Cette journée de fête prend place le dernier dimanche de juillet et les figures obligées en sont la (...)

25Tenir en respect l’historicité et la monumentalité de l’église, c’est aussi reproduire le monument. Les Riussanels ont tout particulièrement exploité cette possibilité en 1996 à l’occasion des premières « Médiévales »14. Usant de boîtes d’œufs, de fleurs de papier crépon et d’armatures en fer, ils ont construit une « église » qui, après avoir été promenée sur un char lors de la cavalcade d’avril, a été installée le jour des « Médiévales » devant son modèle. Certes une telle reproduction peut très légitimement être comprise en tant que modalité d’appropriation du monument. Mais en l’espèce, il semble que la fonction de détournement, voire d’occultation de l’original l’emporte sur toute autre raison d’être. Il n’est d’ailleurs pas inutile de préciser que depuis ce char a été brûlé et que, de même, l’église en sucre réalisée pour les besoins du concours de vitrines par le pâtissier du village a été détruite. La version officielle veut que celle-ci se soit effondrée d’elle-même. On nous permettra néanmoins de douter de la seule responsabilité de la fatalité, car à vouloir conserver un tel « monument » on ne l’aurait pas transféré d’une vitrine qu’il « encombrait » pour l’installer dans un local en plein travaux, entre échelles et pinceaux. Selon toute évidence, il ne saurait être question de s’embarrasser de nouveaux monuments et de se donner à gérer leur existence...

26Reste encore à inscrire au chapitre de cette concurrence organisée l’action de la guide. Pour étonnant et paradoxal que cela puisse paraître, celle qui, au quotidien, se charge de prêter sa voix aux pierres participe bel et bien de cette logique. La soixantaine bien sonnée, la voix forte, un français coloré mêlé d’occitan, quelques notions d’allemand et d’espagnol, un humour à toute épreuve, une disponibilité de retraitée qu’elle voue entièrement à l’église lui assurent un succès jamais démenti auprès des touristes qui toujours en redemandent. Quant à ses connaissances sur l’église, elles en laissent plus d’un bouche bée. C’est qu’Éliette a lu et relu tout ce qui s’écrit dans les milieux éclairés et notamment les productions d’André Bonnery dont elle a par ailleurs suivi les cours sur l’art roman dans le cadre des formations de la chambre d’agriculture. Le Livre d’or du syndicat d’initiative témoigne à toutes les pages de ce savoir et de cette personnalité hors du commun :

  • Merveilleuse présentation d’un bijou qu’Éliette sait dévoiler peu à peu avec amour et prestance.

  • Église surprenante. Guide passionnée.

  • Quelle enrichissante visite éclairée par une guide passionnée et passionnante.

  • Sans guide, nous avions la vue de ce joyau. Avec la guide, nous avons eu la vie... et l’esprit de cette église.

  • S’il y a des lieux exceptionnels, Rieux en est sans aucun doute un et si vous pensez tout savoir, parlez-en avec Éliette, alors vous découvrirez l’indécouvrable.

27Mais il arrive souvent que, non revenus de l’éblouissement d’une telle rencontre, les visiteurs en oublient l’église pour couvrir le cahier d’éloges à la seule intention d’Éliette :

  • Voici une guide qui sait et qui connaît. Punch et gentillesse.

  • Ne changez pas de guide.

  • Guide super.

  • Un grand merci à notre guide si sympathique et si compétent au doux nom d’Éliette.

  • Éliette, merci ! Ne perdez surtout pas votre superbe enthousiasme.

  • Chère Éliette, tu fais chanter l’histoire. Je reviendrai te voir.

28En conclure qu’Éliette vole la vedette à l’église n’est guère exagéré. L’une des dédicaces résume la situation bien mieux qu’une longue argumentation : « Il y a deux merveilles à Rieux : Éliette et l’église ». On sera sensible à l’ordre d’apparition des deux « merveilles ».

Archive de pierres

  • 15 Nous nous contenterons de donner ici un aperçu de la force de cet impératif. Celle-ci est telle qu’ (...)

29Une telle obstination à faire écran au monument, que ce soit par les mots, les objets ou les gens, ne doit pas manquer de nous interroger. A cet égard, il est tout à fait éclairant d’invoquer le parallèle qui s’impose avec le traitement réservé aux archives, notamment en ce qui concerne la reproduction. L’archive en effet disparaît sous les strates des différentes copies et copies de copies auxquelles s’adonnent inlassablement les érudits à la faveur d’un interminable recopiage. Tout est mis en œuvre, semble-t-il, pour agrandir l’écart entre la trace et son utilisateur, comme pour éviter « la brèche dans le tissu des jours », « la mise à nu » dont parle avec tant de justesse Arlette Farge (1989 : 13, 15) à propos de l’archive. Sceller de la sorte le passé pour que rien, sinon une histoire déjà maîtrisée et neutralisée, n’émerge à la surface du présent ressortit à une nécessité communautaire qu’il serait trop long d’expliciter15.

30On ne saurait cependant en demeurer là de ce sentiment qu’inspirent les traces et ramener celui-ci à la seule défiance. La mise à distance en effet n’empêche pas un certain attachement d’autant plus difficile à définir et qualifier qu’il semble ne concerner ces objets que dans l’unique fait d’exister. L’intervention des archéologues et autres spécialistes de la pierre en avril 1996 a permis de toucher du doigt cette nécessité de garder. Entre affolement et émoi, la hantise de voir disparaître un morceau de l’église a fait le jeu des rumeurs les plus folles qu’on a dû démentir par voie de presse et à la messe. Habitués de ce type de réactions, les spécialistes s’étaient amusés à jeter de l’huile sur le feu, lançant de fausses informations parmi lesquelles un projet de démantèlement et de déménagement de l’église au Japon ! A vrai dire, la conservation des vestiges du passé telle que l’entendent les Riussanels pose plus de questions qu’elle n’apporte de réponses, à commencer par celle du sens et du contenu de l’historicité du local. Que signifie produire une histoire et s’attacher à des traces quand cette histoire n’a que faire du passé qu’incarnent ces traces ? Au bout du compte à quelles histoires avons-nous affaire ?

  • 16 « Aucundocumentnenousindiqueexplicitementàquelledateeutlieulareconstruction de l’église du village. (...)
  • 17 Nous démarquons ici le proverbe occitan « Papièrs parlan, barba cala » (« Les papiers parlent, la b (...)

31Sans davantage pénétrer ces enjeux vers lesquels l’attachement paradoxal des Riussanels nous fraye un chemin, il nous faut à présent ajouter à la complexité des rapports entretenus avec la Rotonde la préférence qu’on lui accorde au détriment de l’archive. N’a-t-on pas choisi en 1996 de célébrer le neuf centième anniversaire de la construction de l’église plutôt que les neuf cents ans de la première mention écrite, et ce, en dépit de récents travaux qui établissent clairement que l’édification est plus tardive16 ? Une telle hiérarchisation paraît résulter de la moindre menace qu’est supposé faire peser le monument quant à une éventuelle révélation du passé. Moins bavardes ou moins immédiatement compréhensibles, les pierres rencontrent une faveur à laquelle les archives communales sont loin de pouvoir prétendre. Sans l’intervention des services des Archives départementales, compoix, registres des délibérations consulaires et autres documents s’étaleraient encore à même le sol, dans le désordre du grenier de la mairie, exposés à tous les dangers que peut faire courir un local jamais fermé à clef et dont l’accès échappe à toute surveillance. « Papièrs parlan, pèiras calan17. »

32Mais le comportement différencié des Riussanels ne nous autorise pas qu’à revisiter le proverbe. On peut également attribuer cette inégalité de traitement à la possibilité pour chacun de conjuguer le monument au temps de sa propre histoire. Bien sûr aujourd’hui on y vient moins qu’hier pour se recueillir, dire le chapelet, célébrer l’eucharistie, ou fleurir les chapelles et cirer les bancs de bois. Il est en effet loin le temps où les marguillières, parce que trop nombreuses, avaient dû instituer un tour de rôle. Néanmoins, elle demeure le cadre privilégié des « grandes occasions », des moments clefs de la vie familiale et individuelle. Quels souvenirs de baptême, de communion ou de mariage sa pénombre n’enveloppe-t-elle pas ? Elle est de fait de tous les albums photos et tous les films de famille. Mais mieux qu’un décor dont on pourrait dire qu’il en vaut d’autres en ces instants où l’on « passe » (au sens de Van Gennep), elle est à Rieux le lieu où pour « bien passer » l’on doit forcément « passer ». Plus d’un anticlérical convaincu pourrait témoigner du dilemme auquel cette nécessité l’a confronté. Remarquons au passage que l’aura de sacré qui entoure ce lieu n’exclut pas l’efficacité de cet ailleurs, temporel et esthétique, que l’église instaure en plein cœur de l’ici riussanel en vertu, justement, de sa qualité de monument historique. Cependant c’est aussi parce que tous y « passent » que chacun se doit d’y « passer ». Sous la voûte aux vingt-huit rangées de pierres, dans ce lieu commun de toutes les destinées riussanelles, se joue en effet quelque chose de l’autochtonie et de l’appartenance de chacun à la communauté. L’archive, de son côté, n’est pas perméable à autant de temporalités sinon à celle de sa production et à celle de son utilisation par l’historien. S’y investir, autrement dit la lire, n’est jamais que le résultat d’une curiosité d’autant plus exceptionnelle que mal placée, riussanellement s’entend. Non-lieu d’une expérience partagée, la liasse rivalise mal avec le bâtiment. En somme, si la Rotonde finit par trouver une place dans la vie et le cœur des Riussanels, c’est qu’elle se laisse penser et doter de sens en dehors d’une démarche historienne ou bien que le passé et la monumentalité qu’elle incarne servent d’autres fins que la reconstitution historique.

33Assurer les conditions du passage, on vient de l’évoquer, est une manière pour le monument d’exister communautairement et symboliquement. Dans le cas de l’église de Rieux, l’altérité se prête à un second détournement. On rappellera ici que la Rotonde, du fait de son plan heptagonal, constitue un phénomène architectural unique. Il s’ensuit aux yeux des Riussanels que leur église est plus étrange encore que le commun des monuments. Exploitant le filon de cette « super-altérité », ils ont érigé le monument en emblème de leur différence, en symbole de cette singularité irréductible à laquelle toute communauté prétend, et celle de Rieux comme les autres. Le cachet de la poste n’est pas le seul à en faire foi.

34On ne naît pas historien de l’art quand on naît riussanel, et ce pas plus aujourd’hui qu’hier. Les rares qui, à l’ombre de la Rotonde, le deviennent, développent une science bien particulière, une compétence singulière à la faveur de laquelle l’église, archive de pierre, à l’instar de ses consœurs de papier, est mise à distance, sinon dissimulée. Localement, le monument fait toutefois sens, différemment bien sûr de la manière dont on l’entend communément. Forte d’un passé qui « fait passer », d’une originalité qui « fait » identité, la Rotonde « fait » aussi la communauté.

Bibliographie

Bibliographie

Anonyme. 1975. Notre-Dame des Douleurs ou du Bout du Pont-Rieux, Carcassonne.

Aude. 1994. Paris, Bonneton.

Bonnery, A. 1994. « L’église de Rieux-Minervois. Dimension symbolique de l’architecture. Sculpture », Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, vol. XXV : « Marie, l’art et la société des origines du culte au xiiie siècle », p.13-30.

  • (dir). 1995. Minervois roman, Laure-Minervois, Minervois diapré.

Clément, P.A. 1993. Églises romanes oubliées du Bas-Languedoc, Montpellier, Presses du Languedoc

Durliat, M. 1973. « L’église de Rieux-Minervois », in Congrès archéologique de France, 131e session, pays de l’Aude, Paris, sfa.

Farge, A. 1989. le goût de l’archive, Paris, Le Seuil.

Gastou, É. 1991. « La Chapelle du Bout du Pont », Histoire et généalogie en Minervois, n° 5, p. 9-13.

Guide du patrimoine Languedoc-Roussillon, 1996. Paris, Hachette/Éd. du Patrimoine.

Jouy de Veye. 1868. « La rotonde de Rieux-Minervois », Mémoire de la société des arts et sciences de Carcassonne, 1re série, t. III, p. 329-370.

Lahondes (de), J. 1906. « Rieux-Minervois », Congrès archéologique de Carcassonne, p. 54-56.

Languedoc roman. 1985 (2e éd.). La Pierre-qui-Vire, Zodiaque.

Mahul, A. 1872. Cartulaire et archives de l’ancien diocèse de Carcassonne, t. IV, Paris.

Mérimée, P. 1835. Notes d’un voyage dans le Midi de la France, Paris, Librairie de Fournier.

Péquignot, Cl. 1993. « Les édifices à plan centré en France aux xie et xiie siècles », mémoire de dea dir. par M. Pradalier-Schlumberger, Toulouse, université de Toulouse-Le Mirail.

Richard, Cl. 1990. Guide de l’Aude, Paris, La Manufacture.

Sagnes, S. 1999. « De l’oubli à la généalogie : le local et ses histoires », rapport à la mission du Patrimoine ethnologique dans le cadre de l’appel d’offres « Producteurs, productions et enjeux contemporains de l’histoire locale ».

Sicard, G. 1926. « Notice sur la chapelle de Notre-Dame du Bout du Pont à Rieux-Minervois », Bulletin de la Société d’études scientifique de l’Aude, t. XXXII, p. 378-394.

Tournal, P. 1842. « L’église de Rieux-Minervois », Mosaïque du Midi, p. 18-23.

Notes

1 On peut citer à titre d’exemple : Aude 1994 ; Richard 1990 ; Guide du Patrimoine Languedoc-Roussillon 1996.

2 Voir Languedoc roman 1985 ; Les églises romanes oubliées du Bas-Languedoc 1993 ; Bonnery 1995.

3 Délibération du conseil municipal, 1845.

4 Délibération du conseil municipal, 1860.

5 Délibération du conseil municipal, 1845.

6 Ibidem.

7 Lettre du conseil de fabrique, 1849.

8 Délibération du conseil municipal, 1860.

9 Ermitage du xvie siècle.

10 Cérémonies religieuses qui se déroulent à Rieux tous les mardis de Pâques.

11 L’article de Germain Sicard a en effet été republié en plusieurs fois dans La Source : en 1930, dans le n°4, p. 60-62 ; et en 1931, dans les n°3, p. 46-47 ; n°4, p. 61-63 ; n°5, p. 78-79 ; n°6, p. 94 ; n°7, p. 110-111 ; n°8, p. 126-127 ; n° 9, p. 142-143.

12 La monographie n’est pas signée, mais il y a fort à parier que l’auteur en est Émile Gastou.

13 C’est l’auteur qui souligne.

14 Cette journée de fête prend place le dernier dimanche de juillet et les figures obligées en sont la « grand-messe », célébrée dans l’église, le marché médiéval, le spectacle historique et le banquet médiéval.

15 Nous nous contenterons de donner ici un aperçu de la force de cet impératif. Celle-ci est telle qu’Élisabeth, « la châtelaine »,se garde bien de mentionner et d’exposer au grand jour les découvertes archéologiques que des travaux de rénovation lui ont permis de faire dans la partie du château qu’elle a acquise en 1991. C’est avec tout autant de discrétion qu’elle a entamé une procédure de classement et obtenu l’inscription du château de Rieux à l’inventaire supplémentaire. Et comme nul au village n’a l’idée de s’en inquiéter, le secret n’a pas encore vraiment franchi les grilles du château. Certes l’on pourrait nous opposer que le silence d’Élisabeth n’est que l’écho d’une personnalité à part, qui d’ailleurs fait dire à Rieux que « la châtelaine, elle est un peu spéciale, eh ! » Cependant, sachant que, préalable à la décision des Monuments Historiques, l’accord du maire a été requis et que la mesure de protection concerne tout le château et par conséquent intéresse trois autres propriétaires, on ne peut que s’étonner davantage du fait que cette reconnaissance fasse si peu parler d’elle.

16 « Aucundocumentnenousindiqueexplicitementàquelledateeutlieulareconstruction de l’église du village. Quelques indices historiques, cependant, pourraient confirmer ce que l’analyse révèle, à savoir que la nouvelle église fut construite dans la seconde moitié du xiie siècle » (Bonnery 1994 : 13-14).

17 Nous démarquons ici le proverbe occitan « Papièrs parlan, barba cala » (« Les papiers parlent, la barbe se tait »), équivalent du dicton français « Les paroles s’envolent, les écrits restent ».

Auteur

Sylvie Sagnes, ethnologue, Toulouse

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540