Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Domestiquer l’histoire

 | 
Daniel Fabre

Préface

François Barré

Texte intégral

1Robert Musil dans un texte de ses Œuvres pré-posthumes donne, avec humour, une recette pour assurer l’oubli collectif des grands hommes, des hauts lieux, des dates historiques : leur consacrer un monument. La présence envahissante de ces statues et de ces architectures se retourne, pour Musil, en son contraire. À force de tout faire pour se faire voir, elles en deviennent invisibles !

2Le paradoxe est stimulant mais il ne permet pas de saisir toute la complexité de la monumentalité contemporaine qui, bien au-delà des intentions commémoratives, a inclus dans la catégorie « monument » les traces les plus remarquables du passé et les bâtiments les plus audacieux du présent. Le tout étant absorbé dans la catégorie polymorphe de patrimoine.

3La rencontre dont ce livre recueille l’essentiel a eu lieu en septembre 1997 à Carcassonne, au pied d’un monument historique qui fut, en son temps, des plus controversés – n’est-il pas un haut lieu du débat entre conservation et restauration – et qui est aujourd’hui l’un des plus visités de France. L’inscription récente sur la liste du patrimoine mondial par l’Unesco y est en ce moment vécue comme un redoutable défi. Loin d’être effacé et oublié le monument est ici, depuis qu’il a été reconnu, un foyer d’effervescence, une source continue de débats qui prennent bien des formes, utilisent une grande diversité d’arguments et intéressent toute la société.

4C’est lorsque se produit cette conjonction hautement paradoxale du monument et de l’événement que l’ethnologie retrouve ses terrains de prédilection et peut proposer une autre façon de voir et de penser la monumentalité.

5C’est en tout cas le pari relevé par l’ethnopôle garae (Groupement audois de recherche et d’animation ethnographique), installé à Carcassonne, à l’ombre de la cité et qui, en liaison avec l’UMR 8555 à Toulouse, a pris pour titre générique « Ethnologie du patrimoine et patrimoine de l’ethnologie ». Depuis 1996, une série de recherches sur le monument en constitue l’un des volets les plus novateurs. Trois déplacements de perspectives ou, du moins, trois accents particuliers définissent ce programme de travail collectif.

6Il s’agit d’abord d’examiner dans le contexte réel de leur énonciation les catégories discursives qui fondent et justifient l’élection monumentale. Seront ainsi passées au crible les notions d’histoire, de mémoire, d’authenticité, de représentativité, d’urgence... qui nourrissent la rhétorique de la monumentalisation et fonctionnent comme des arguments d’autorité dans les débats techniques, scientifiques et sociaux.

7Vient ensuite l’attention toute particulière portée à la réalité des controverses, des contestations, des crises qui agitent l’univers de la monumentalité sous toutes ses formes. Des soudaines « émotions patrimoniales » qui surgissent autour du traitement d’un monument on peut admettre qu’elles nous éclairent sur le rapport au passé et, plus largement, au temps et à l’espace vécu.

8Enfin, et c’est surtout cette facette qu’illustre ce livre, le monument ne prend quotidiennement sens qu’au regard de ceux qui le reçoivent : ses voisins, ses visiteurs, ses habitants. Si le processus de la sélection et de la protection des monuments a été bien étudié, nos connaissances sur sa réception et ses usages sont encore très lacunaires, d’autant qu’elles ne sauraient se limiter à une classique « sociologie des publics ».

9Il faut donc considérer cet ouvrage comme le premier volet d’un chantier dont il est bon qu’il ait trouvé sa place dans une ville – Carcassonne – et dans un département – l’Aude – qui offrent un terrain exceptionnel à la toute neuve ethnologie du monument et à l’anthropologie des façons de « domestiquer l’histoire ».

Auteur

François Barré, directeur de l’Architecture et du Patrimoine, Paris

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540