Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de tous nos désirs

 | 
Michel Rautenberg
, 
André Micoud
, 
Laurence Bérard
, 
et al.

Les auteurs

Texte intégral

1Jacques Barou travaille sur les processus d’intégration des populations immigrées en France dans les territoires urbains et ruraux. Il a publié avec Patrick Prado Les Anglais dans nos campagnes, L’Harmattan, 1995. Il est ethnologue, chargé de recherches au cnrs, Centre de recherche sur le politique, l’administration, la ville et le territoire (cerat), à Grenoble.

2Laurence Bérard et Philippe Marchenay : leurs recherches portent sur les aspects anthropologiques des productions agricoles et alimentaires locales. Ils travaillent sur la mise en évidence, la caractérisation et l’analyse critique de leur spécificité culturelle, en portant l’accent sur les savoirs, les pratiques et les représentations mis en œuvre dans l’élaboration, la conservation, l’utilisation et la diffusion de ces ressources. Ces réflexions sont mises en perspective avec les procédures de réglementation concernant la protection de ces produits, qui croisent le lieu, le temps et font l’objet de savoirs partagés. Ils sont responsables de l’antenne « Ressources des terroirs », qui fait partie de l’Unité mixte de recherche Appropriation et socialisation de la nature (Apsonat, cnrs) à Bourg-en-Bresse.

3Aline Brochot axe sa recherche sur le thème général des représentations et de la valeur des lieux (entre valeur d’usage et valeur symbolique). Il s’agit de comprendre ce qui fait cette valeur, quels en sont les modes de construction, et comment et dans quels buts elle est utilisée par les différents acteurs ou « consommateurs » de l’espace. Elle est géographe, chercheur-ingénieur au cnrs, umr 7533 « Dynamiques sociales et recomposition des espaces » à Paris.

4Denis Chevallier a été responsable de la cellule du patrimoine rural de la mission du Patrimoine ethnologique. C’est dans ce cadre qu’il a coordonné le programme de recherches « Nouveaux usages de la campagne et patrimoine » d’où sont issues les recherches présentées ici. Depuis 1998 il est conservateur en chef du patrimoine, chargé de mission pour le patrimoine rural et artisanal à la direction de l’Architecture et du Patrimoine.

5Dominique Coquart a travaillé sur l’économie des filières agroalimentaires, notamment sur la filière de la viande, puis s’est intéressé aux rapports de certains maillons de ces filières au territoire. Il est professeur d’économie à l’École nationale supérieure agronomique de Toulouse (Institut national polytechnique de Toulouse).

6Zsuzsa Cros situe ses champs de recherche autour du patrimoine, des représentations du paysage, de l’aménagement régional en France et en Europe de l’Est. Elle est paysagiste, chercheur associé au cnrs, chargée de cours à l’École d’agronomie de Gödöllö et à l’École du paysage de Budapest (Hongrie).

7Claire Delfosse travaille sur le rôle de la valorisation des produits dits de terroir dans les dynamiques territoriales locales ; des dynamiques, économiques, certes, mais aussi identitaires. Sa recherche peut être qualifiée de géographie culturelle et comporte un volet historique. Elle est maître de conférences en géographie à l’université de Lille I (lgh).

8Christine De Sainte Marie effectue ses recherches sur la qualification des produits, la construction technique des marchés, l’ancrage territorial des organisations. Elle est ingénieur en agriculture, docteur en économie, chercheur à l’inra, département « Systèmes agraires et développement », Laboratoire de recherches sur le développement de l’élevage (Corte).

9Jean-Claude Garnier travaille sur la mise en place de nouveaux usages de la nature dans les arrière-pays, à travers les changements de rôles sociaux dévolus à certains animaux emblématiques et leur mise en scène dans des manifestations publiques. Il fait partie du Laboratoire méditerranéen de sociologie, université de Provence, cnrs, Aix-en-Provence.

10François Labouesse travaille sur les transformations actuelles du monde rural et des relations ville-campagne à l’inra-esr de Montpellier.

11Ludovic Leprêtre a étudié la place de la nature et la notion de territoire chez les Amérindiens Wayana (Guyane). L’animisme traditionnel des Wayana et leurs liens à un territoire devenu identitaire ont été respectivement mis en perspective avec le naturalisme et la perception patrimoniale de la nature dans les sociétés modernes. Ces approches divergentes s’opposent encore à ce jour dans le contexte d’un projet de parc national. Il a travaillé en ethnologie (École des hautes études en sciences sociales, Paris), sous la direction de Philippe Descola du Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France.

12Yves Luginbühl oriente ses recherches sur les thèmes : paysage, interactions sociétés/nature, aménagement du territoire, relations entre représentations sociales et évolution du paysage, relations entre immatérialité et matérialité de la nature. Il est directeur de recherche au cnrs, directeur de l’umrladyss « Dynamiques sociales et recomposition des espaces » du cnrs et des universités de Paris I, VIII et X, directeur du dea « Jardins, Paysages, Territoires » de l’université de Paris I et de l’École d’architecture de Paris-la Villette.

13Anne-Marie Martin mène une réflexion autour de l’image en alliant regard scientifique et regard artistique. Elle a produit des films sur le thème du savoir-faire lié à l’engraissement dans le massif du Mézenc, dans le cadre d’une action de valorisation d’une viande locale. Avec le groupe « Sang des bêtes », soutenu par la Bergerie de Rambouillet, elle travaille au projet « Pourquoi et comment montrer l’in-montrable » qui veut interroger le rapport homme-animal mis en scène dans l’abattage des animaux d’élevage. Elle est ethnologue et réalisatrice de films documentaires (Lyon).

14Jean-Claude Mermet travaille sur les processus de patrimonialisation, sur la transmission patrimoniale, le don et la dette. Il fait partie du Groupe de recherche sur la socialisation, ESA 50-40. cnrs, Lyon II.

15André Micoud analyse les formes du travail social de production symbolique dans les deux champs de l’environnement et du patrimoine : soit comment sont en train d’être reconfigurés les rapports sociaux à l’espace et au temps. Il est sociologue, directeur de recherche au CNRS, Crésal, universités de Lyon II et de Saint-Étienne.

16Jean Pilleboue se consacre aujourd’hui à l’étude des rapports entre les filières agricoles et leurs territoires de production, en particulier dans le cas de produits dits « de qualité », aussi bien en France que dans des pays tropicaux (caféiculture). Il est maître de conférences, agrégé de géographie à l’université de Toulouse-le Mirail.

17Patrick Prado travaille sur différents thèmes qu’il regroupe sous la notion d’« anthropologie des idéologies » : ruralité, migrations campagne-ville, territoires, anthropologie de l’espace, comparaison ruralité France-Angleterre ; religion, rituels, nouveaux rituels, transmission, mémoire familiale, « mémoire d’État » ; image et sciences sociales. Il est rattaché au Centre d’ethnologie française, cnrs, à Paris.

18Jean-Antoine Prost travaille sur la patrimonialisation des produits agroalimentaires traditionnels. Ceux-ci sont pris comme des ressources bioculturelles valorisables par la certification. L’obtention de signes officiels de qualité est approchée comme un moteur pour l’organisation des producteurs et un levier pour le développement agricole. Il fait partie de l’inra-sad, Laboratoire de recherches sur le développement de l’élevage, à Corte.

19Michel Rautenberg a été conseiller à l’ethnologie à la direction régionale des Affaires culturelles de Rhône-Alpes, ministère de la Culture, jusqu’en 1999. Il a passé une habilitation à diriger des recherches sur le thème « Revisiter les lieux et les temps. Figures de la mémoire et du patrimoine ». Il est l’auteur d’un ouvrage intitulé La mémoire domestique. Analyse typologique et anthropologie de la maison rurale des monts du Lyonnais. Il est actuellement professeur à l’université de Lille I.

20Marie-Dominique Ribereau-Gayon associe dimensions historique, symbolique et linguistique pour une analyse ethnologique dans une perspective dynamique, des usages et des enjeux contemporains des traditions, notamment dans les domaines de l’environnement, des savoirs et de la santé. Elle est anthropologue-ethnologue, rattachée au Centre d’anthropologie, umr 8555, cnrs/ehess/Universités P. Sabatier et le Mirail, à Toulouse.

21Nadine Ribet situe ses champs de recherche en ethnologie contemporaine des sociétés rurales du domaine français : processus de construction sociale des patrimoines et des territoires, transmission des savoirs et savoir-faire au sein des systèmes et techniques agraires, représentations symboliques engagées dans le rapport à la nature. Elle applique également sa recherche en ethnologie aux actions de développement local. Elle est ethnologue, rattachée au laboratoire d’anthropologie « Dyre » et chargée de cours à l’université Blaise-Pascal et à l’École d’architecture de Clermont-Ferrand.

22Cécile Tardy conjoint dans ses recherches l’analyse du processus du devenir patrimoine de l’espace rural à partir des discours qui circulent dans notre société et une réflexion sur l’usage de la narration comme modélisation de cette action. Elle est chercheur en muséologie au Centre d’étude et de recherche sur les expositions et les musées et chargée de cours à la Formation continue de Saint-Étienne.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable