Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de tous nos désirs

 | 
Michel Rautenberg
, 
André Micoud
, 
Laurence Bérard
, 
et al.

III. La recomposition des rapports entre ville et campagne

Immigrés portugais dans la périphérie de Clermont-Ferrand : refaire la campagne à deux pas de la ville

Jacques Barou

Texte intégral

« Un vrai Portugais n’a jamais été portugais. Il a toujours été tout ; pour les autres peuples, se dénationaliser c’est se perdre. Pour nous qui ne sommes pas nationaux, se dénationaliser est se trouver... Devenir Européen pour un Portugais, c’est sortir de soi pour devenir soi : un Portugais qui est seulement portugais, n’est pas un vrai Portugais. »
Fernando Pessõa

1Parmi les nouveaux usages qui peuvent être faits de l’espace rural, le cas que nous présentons ici constitue un phénomène sans doute assez exceptionnel dans sa durée et dans son évolution.

Un patrimoine rural sur mesure

2Dans cette périphérie de Clermont-Ferrand qui semblait à l’époque promise à une urbanisation de type pavillonnaire, l’identité rurale semblait appelée à disparaître et s’est pourtant maintenue par la volonté d’une population migrante qui en a fait le lieu même de son enracinement dans la société française et la principale référence mémorielle d’une aventure collective commencée il y a une quarantaine d’années. Cette population arrivée du nord du Portugal au début des années soixante pour travailler en Auvergne s’est installée dans les anciens villages viticoles distants de cinq à dix kilomètres de Clermont-Ferrand. Dès cette époque de nombreux ménages d’immigrés portugais achetèrent ou louèrent des maisons dans les centres anciens des villages au nord de l’agglomération : Blanzat, Gerzat, Chateaugay, poussant ce mouvement jusqu’à Volvic. Le même phénomène se produisit au sud dans les villages du plateau de Gergovie, en particulier à La Roche-Blanche où le centre du village fut entièrement reconstruit par les Portugais.

3Les activités agricoles de vigne et de petit élevage qui avaient jusque-là fait vivre ces communes étaient à l’agonie. Les maisons des bourgs anciens, abandonnées de longue date par leurs propriétaires, s’effondraient les unes sur les autres, encombrant les rues de gravats. Pendant ce temps-là, à la périphérie des noyaux villageois, les promoteurs locaux aménageaient des lotissements pour la construction de maisons individuelles destinées aux ménages des classes moyennes travaillant à Clermont-Ferrand. Le devenir de ces communes semblait à l’époque d’être englobées dans le processus de périurbanisation et de perdre toute trace de leur passé paysan.

4En s’installant là, les familles portugaises ont contribué à donner aux villages une autre perspective d’évolution. Paradoxalement, elles n’ont pas cherché à y transférer un mode de vie et des pratiques sociales importées des campagnes qu’elles avaient quittées dans leur pays d’origine. Elles n’ont pas cherché à réduire ces villages en voie d’abandon à n’être que le support d’une vie communautaire fermée sur elle-même pour mieux maintenir une conscience d’identité nationale, comme cela s’observe souvent chez de nombreuses populations migrantes fraîchement arrivées en France. Ces familles se sont tout simplement approprié cet espace sans le modifier en profondeur, mais en le détournant de l’évolution qu’il aurait dû logiquement subir. Elles ont en particulier réinsufflé de la vie à l’identité rurale moribonde dont il était encore porteur. Elles en ont fait leur nouveau chez-soi parce qu’elles y ont retrouvé une réalité rurale familière, déclinante mais encore perceptible et en faisant revivre cette réalité, elles en ont fait leur patrimoine, un patrimoine qu’elles se sont réapproprié dans sa dimension matérielle autant que symbolique. On peut parler ici de la création d’un patrimoine sur mesure, devenu tel grâce à son caractère rural.

5Les maisons traditionnelles de vignerons qui formaient l’essentiel du parc immobilier des bourgs ont été restaurées avec un relatif respect de leur structure et de leur style originels. Les grandes caves formant la partie basse des maisons ont souvent été réutilisées comme telles pour abriter les tonneaux de vin que les familles portugaises se sont mises à produire dans les vignes locales pour leur consommation personnelle. Les signes témoignant de l’identité portugaise des nouveaux occupants ont été relativement rares et discrets. Sur les façades des maisons, on trouve de temps à autre un petit azulejo, plaque de faïence à motif religieux, enchâssée dans le crépi. Les balcons protégés par des rampes en fer forgé supportent à la belle saison nombre de pots de fleurs et de plantes vertes trahissant l’origine méridionale des occupants. Les potagers, minutieusement travaillés, s’ornent de riches plates-bandes de choux typiques (couve galléga), signe habituel de la présence d’un jardinier portugais. Dans un certain nombre de villages, l’église a été restaurée par la population portugaise. Des manifestations en voie de disparition comme la procession mariale du troisième dimanche de mai à Volvic ou la fête des vendanges à Chateaugay ont repris vie grâce à la participation des Portugais.

6S’il n’y avait pas eu ces survivances paysannes, les immigrés portugais auraient sans doute moins eu tendance à se fixer là pour longtemps. S’ils n’ont pas éprouvé le besoin de transférer dans ces villages des éléments de leur culture d’origine, c’est parce que les éléments qui subsistaient là de l’ancienne culture paysanne locale leur étaient assez familiers pour qu’ils se les approprient sans trop en altérer le sens.

7Grâce aux possibilités qu’offraient les entreprises aux chefs de ménages, les familles portugaises auraient facilement pu opter, comme bien d’autres l’ont fait à l’époque, pour une installation en milieu urbain, dans le parc HLM réservé par les employeurs ou dans le parc locatif privé, aisément accessible alors, des centres-villes anciens.

8L’implantation en milieu rural s’est donc faite en fonction d’un choix totalement libre et de possibilités qui n’étaient pas plus importantes ici qu’ailleurs. Elle s’est faite dans des villages situés dans l’orbite d’une grande agglomération industrielle, pourvoyeuse d’emplois et de services variés. La fonction résidentielle commençait déjà dans ces communes à prendre le pas sur la fonction agricole. Pour une population immigrée d’origine rurale travaillant en milieu urbain, ces villages constituaient un lieu d’installation très intéressant. Tout se prêtait assez bien à une appropriation individuelle et collective de caractère durable qui fait que ces communes, tant dans leur habitat, leur équipement, leur reliquat d’activité agricole que dans leurs manifestations symboliques sont devenues, pour une bonne part, le patrimoine de la communauté portugaise locale.

9Cette « patrimonialisation » s’exprime en fin de compte sous la forme d’une réappropriation d’une culture rurale auvergnate en voie de disparition par des immigrés portugais, en majorité ouvriers d’industrie et qui ont trouvé là une possibilité de réinventer une campagne.

10On peut parler ici d’ancrage dans la mesure où la plupart des jeunes Portugais nés ou élevés en France restent dans les villages, très souvent après s’être mariés à des conjoints français de la région ; ils expriment leur attachement aux lieux de leur enfance en y faisant construire leurs maisons à proximité du noyau villageois occupé par les parents et ils participent activement à la vie sociale locale. Progressivement, les investissements familiaux se détournent du Portugal pour se recentrer sur les villages auvergnats. Les liens avec le pays d’origine se distendent. Les séjours à l’occasion des vacances s’y font plus rares. Les retraités eux-mêmes se rendent de moins en moins souvent au Portugal et l’achat de concessions dans les cimetières locaux est en progression. Le choix de la dernière demeure s’oriente maintenant de façon très claire vers le lieu d’immigration, alors que beaucoup d’observations faites ailleurs font plutôt ressortir une volonté des émigrés de se faire prioritairement inhumer dans leurs villages de naissance (Rocha-Trindade 1987 : 732-756).

11Un tel recentrage de l’identité des immigrés sur le milieu local et une appropriation patrimoniale aussi complète de ce milieu reflètent-ils les caractéristiques spécifiques de l’immigration portugaise en Auvergne ou est-ce l’implantation dans un milieu rural très proche de celui du pays d’origine qui est la cause de l’enracinement observé ?

12L’importance de la référence à la campagne comme élément central de l’identité nationale dans l’imaginaire de l’immigré portugais peut apporter une première réponse à cette question.

La campagne dans l’imaginaire des migrants portugais

13Le Portugal est-il un des derniers pays ruraux d’Europe ? L’évolution de la répartition de la population entre zones urbaines et zones rurales, la déprise agricole dans le Nord, la concentration des surfaces et l’industrialisation des modes de production dans le Sud, phénomènes en œuvre depuis déjà près de vingt ans, apporteraient plutôt une réponse négative à une telle question. La tendance récente est, là comme ailleurs en Europe occidentale, à une urbanisation du monde rural et, en conséquence, à une préservation des sites à travers une politique de création de parcs naturels.

14Toutefois, dans l’imaginaire portugais, la campagne, telle qu’elle existait jusqu’aux années soixante-soixante-dix, joue un rôle puissant de référence identitaire. Ilyaà cela plusieurs raisons. Tout d’abord, on doit rappeler le rôle qu’a fait jouer à la campagne l’idéologie salazariste. En exaltant les valeurs traditionnelles paysannes et en désignant les campagnes comme le cœur même de l’authenticité portugaise, l’« Estado Novo » a tenté de légitimer sa politique de refus de la modernité et d’isolement du Portugal par rapport au reste de l’Europe. En cela, il s’est appuyé sur des représentations déjà nombreuses dans la littérature et dans le discours de l’Église portugaise qui désignaient les campagnes comme le lieu du bien-être et de la pureté morale par opposition aux villes, lieux de turpitude et de malheur.

15Il y a ainsi dans l’histoire récente du Portugal une tendance à la sacralisation de la campagne. Le monde rural est perçu comme le lieu par excellence de la rédemption, le lieu où s’incarne le mieux la simplicité évangélique. L’Église portugaise va longtemps exalter ce côté évangélique de la vie paysanne et organiser de grandes manifestations festives dans les campagnes pour affirmer la forte religiosité de la paysannerie portugaise, quitte à s’accommoder jusqu’à une date récente des nombreux éléments de paganisme contenus dans ces manifestations. Le régime fasciste reprendra à son compte ces manifestations religieuses et leur donnera une connotation de nationalisme, faisant entre autres du pèlerinage du 13 mai, commémorant l’apparition mariale de 1917 à Fatima, une véritable fête nationale. Pour beaucoup de Portugais nés à l’époque du fascisme, il semble difficile de dissocier identité paysanne, identité catholique et identité nationale.

16L’émigration portugaise à l’étranger a renforcé la référence à la campagne comme lieu d’enracinement identitaire. Si les émigrés portugais sont dans leur immense majorité d’origine rurale, ils n’ont émigré que dans une très faible mesure vers des zones rurales et n’ont exercé que très rarement des métiers liés à l’agriculture. Ils cultivent volontiers la nostalgie du village et réalisent toujours leurs premiers investissements dans la commune où ils sont nés. Ces investissements ne se limitent pas à ce qui est le plus visible et le plus emblématique de la réussite économique de l’émigré, c’est-à-dire la belle maison de maître au style quelquefois discutable et chargée d’éléments rapportés de l’étranger. L’argent de l’émigration a pendant longtemps servi à augmenter le patrimoine foncier familial par l’acquisition auprès du conseil municipal de terres cultivables prises sur les baldios, champs communaux, propriété collective de l’ensemble de la population villageoise (voir Gallier-Boisvert 1994). Cette logique d’agrandissement de la petite propriété privée au détriment de la propriété communale témoigne du souci des émigrés, souvent des cadets de famille mal pourvus en terres, de se repositionner avantageusement dans la société locale en acquérant le principal élément qui puisse leur permettre d’atteindre un statut social de notable, la propriété agricole. En leur absence, celle-ci sera cultivée par des caseiros (métayers) ou des jornaleiros (ouvriers agricoles), ce qui renforcera encore leur prestige. Il a fallu attendre que les populations locales vieillissent, que ceux qui étaient trop pauvres pour pouvoir émigrer s’en aillent à leur tour au lieu de rester à entretenir le patrimoine des absents et que les déprises agricoles se multiplient pour que les investissements des émigrés dans les villages d’origine commencent à se vider de leur sens. Les aspirations de la génération portugaise née en émigration ont également contribué à diriger ces investissements vers les stations du littoral ou vers les grandes villes. A partir de ce moment, les campagnes du Nord ont commencé à ne plus être une référence incontournable pour les émigrés.

17Mais le rapport des émigrés à la campagne portugaise n’est pas que d’ordre matériel. Il est aussi d’ordre symbolique et affectif. Les temps forts vécus par les immigrés portugais en France et ailleurs s’organisent souvent autour des périodes festives consacrées à tel ou tel saint populaire honoré en tel ou tel lieu. Pèlerinages et processions continuent de drainer ruraux et émigrés vers les lieux de dévotion. La période des vacances a souvent vu la concentration de la plupart des fêtes familiales à l’occasion du retour estival dans les villages : mariages, baptêmes, confirmations, communions, etc. Il semble que ces manifestations représentent pour les immigrés, quelquefois, le dernier élément d’identité qui leur reste et qu’ils souhaitent transmettre à leurs enfants :

Je ne retourne au village l’été que pour que mes enfants puissent participer aux fêtes qui ont lieu à cette période car ce sont les fêtes des émigrés. Je veux qu’ils connaissent cela. C’est ce qui compte pour nous. Après, ils peuvent aller sur la côte s’ils veulent. J’ai acheté un appartement à Viana pour eux.

18Mais au niveau des fêtes elles-mêmes, les choses se transforment. Les villages d’origine qui ont longtemps organisé des festivités à l’intention de leurs émigrés et en faisant appel à leurs contributions financières tendent maintenant à organiser des manifestations visant un plus large public. Les immigrés se sentent ainsi dépossédés d’une marque de reconnaissance que leur témoignaient traditionnellement leurs villages d’origine et sont par là incités à abandonner un peu plus la référence à la campagne portugaise comme point central de leur identité.

19C’est ce qu’exprime une informatrice de Châteaugay, déçue de voir la tournure que prennent les fêtes estivales dans son village de naissance au Portugal :

Vous comprendrez que j’aie refusé de financer cette fête parce que ce n’était pas la nôtre. Moi, j’aimais bien nos fêtes, c’était l’occasion pour moi de montrer aux amis de mes enfants ce qu’est une fête d’émigrants. Maintenant, ce n’est plus pareil. Elle n’est pas faite pour nous !

20L’éloignement et l’évolution décevante de la campagne portugaise ont souvent incité les immigrés à recréer une campagne à proximité du lieu où ils ont émigré pour en faire le cadre des manifestations festives auxquelles ils tiennent. Ce phénomène a souvent été observé en milieu urbain. C’est ce que faisaient, dans les années soixante-dix, les immigrés portugais du bidonville des Francs-Moisins à Saint-Denis qui avaient acquis une ferme en Seine-et-Marne et s’y rendaient les week-ends pour y jouer la fête paysanne, tuant le cochon, faisant griller des sardines et mettant en perce des tonneaux de vinho verde. C’est cette improvisation d’une campagne portugaise dans la banlieue parisienne que raconte Week-end en Tosmanie, le beau film de José Vieira sorti sur les écrans en 1980.

21Marie-Christine Volovitch-Tavarès évoque un phénomène semblable dans ses travaux historiques sur le bidonville de Champigny. Après la démolition des cabanes et le relogement des habitants en 1972, les terrains devinrent, l’espace de quelques années, un lieu de recréation de la vie campagnarde du Portugal :

La prise de possession de ce territoire sous une forme nouvelle connut son apogée dans les années quatre-vingt. Le Plateau était devenu un lieu de jardinage, de détente en famille, de rencontre et de fêtes dominicales entre amis. Les Portugais en France étaient devenus des Portugais de France, et ils avaient transplanté avec eux, depuis leurs villages jusqu’à leurs jardins de la banlieue parisienne, leurs fameux choux, mais aussi des pieds de vigne, des cognassiers... (Volovitch-Tavarès 1995 : 149).

22La recherche d’une campagne à proximité du lieu même d’immigration apparaît ainsi comme reflétant une prise de conscience du fait que la campagne d’origine, objet d’une nostalgie longtemps cultivée systématiquement au cours de l’exil, n’est plus ce qu’elle était.

23Dans le cas de la population immigrée portugaise des villages de la périphérie clermontoise, le fait de vivre dans un milieu resté en partie rural incite d’autant plus à investir ici son désir de campagne et à en faire son patrimoine au détriment de la petite patrie villageoise du pays d’origine.

Ouvriers paysans ou néo-ruraux ?

24Contrairement à ce qui s’est produit avec la grande majorité de l’immigration portugaise entrée clandestinement en France, de la fin des années cinquante au début des années soixante-dix, les travailleurs et les ménages venus en Auvergne au cours de la même période sont pour la plupart entrés en France de façon régulière après avoir signé un contrat de travail dans leur pays d’origine. Beaucoup disent même avoir été accueillis à la gare de Clermont-Ferrand directement par leur employeur, accompagné d’un compatriote chargé de l’interprétariat.

25Ces employeurs sont au départ plutôt de « petits patrons » du secteur du bâtiment, ce qui explique l’aspect très direct des relations qu’ils développent avec leurs employés et le rôle déterminant que jouent les « anciens » ouvriers portugais dans l’accueil des nouveaux venus.

  • 1 Interview de M.G. Deloirtre, chef d’embauche chez Michelin de 1961 à 1978, dans l’émission « Décala (...)

26C’est un peu plus tard que les usines Michelin de Clermont-Ferrand commencent à embaucher des Portugais. Ce recrutement s’étalera sur près de dix-sept ans. Les usines de Clermont compteront en 1972 jusqu’à 2 500 ouvriers portugais. La plupart du temps, Michelin n’aura même pas à procéder à des recrutements directs au Portugal. Il lui suffira d’attirer les ouvriers portugais des petites entreprises locales intéressés par un salaire plus élevé et par les avantages sociaux que peut offrir une très grande entreprise. Un ancien responsable du recrutement de Michelin déclare lors d’une émission de France 3 Auvergne, réalisée en 19981, que très vite les Portugais sont apparus comme les ouvriers étrangers les plus adaptables au travail et à la région : ils sont devenus en quelque sorte une main-d’œuvre « idéale ». En dehors de leurs qualités vis-à-vis du travail lui-même (morphologie bien adaptée aux tâches à accomplir, esprit « travailleur », respect de la hiérarchie...), il souligne le fait qu’il s’agissait de « terriens », de paysans dont la mentalité était, selon lui, assez proche de celle des paysans auvergnats.

27Il est probable que ces ouvriers, affichant à l’époque des options politiques plutôt conservatrices, présentaient toutes les garanties de moralité susceptibles d’intéresser une entreprise comme Michelin, marquée par une vieille tradition de paternalisme patronal et qui ne s’est jamais signalée comme particulièrement progressiste sur le plan social. Avec eux, en tout cas, l’entreprise Michelin retrouvait une main-d’œuvre de proche souche paysanne, semblable à la main-d’œuvre locale qu’elle avait pu recruter pendant longtemps dans les campagnes environnantes et qu’elle avait réussi à maintenir dans son cadre de vie quotidien grâce à la mise en place d’un ramassage par cars.

28Au moment de l’arrivée des Portugais, toutefois, Michelin ne compte plus guère d’ouvriers-paysans. Sa politique sociale s’est tournée vers la constitution d’un considérable patrimoine immobilier locatif situé en majorité dans la commune de Clermont-Ferrand. Si un certain nombre de familles portugaises ont pu profiter des logements patronaux proposés par l’entreprise, beaucoup d’autres ont préféré se loger par elles-mêmes dans les bourgs ruraux de la périphérie clermontoise, particulièrement au cours des années soixante, dans les vieux centres villageois des communes viticoles où se trouvaient de nombreuses maisons disponibles.

29Certaines de ces maisons étaient encore en bon état mais manquaient de confort. Elles ont été d’abord louées avant d’être acquises auprès de propriétaires depuis longtemps installés en ville. D’autres, presque à l’état de ruines, ont été achetées par les Portugais à très bas prix. Ils les ont ensuite restaurées avec l’aide des parents et des voisins.

30Les familles portugaises ont été attirées par la modicité des prix de l’immobilier de ces vieux centres villageois, mais aussi par la possibilité de reprendre des activités agricoles en voie d’abandon, essentiellement des vignes et des potagers exploités à des fins de consommation personnelle.

31Ces implantations ont été durables puisque aujourd’hui, on trouve encore une importante population d’origine portugaise dans ces communes. Souvent celle-ci représente la quasi-totalité des occupants du cœur ancien du village et une part considérable de la population de l’ensemble de la commune. On observe même une continuité intergénérationnelle dans le processus d’implantation puisque, comme on l’a vu, les enfants des premiers immigrés s’installent à la périphérie des villages et continuent d’y entretenir des potagers et parfois d’y travailler la vigne.

32Mais, alors que les parents répugnaient à contracter des emprunts auprès des banques pour acheter leur bien et jetaient en conséquence leur dévolu sur des maisons plus ou moins délabrées et peu onéreuses, les enfants font construire du neuf et recourent assez fortement au crédit. Michelin a choisi d’accompagner le mouvement, proposant à ceux de ses salariés qui sont intéressés par la construction neuve des prêts complémentaires à taux bonifié. Une réorientation des affectations du pourcentage de la masse salariale que l’entreprise doit consacrer au logement de ses salariés immigrés a même été décidée. Cette somme n’est plus, comme naguère, entièrement distribuée à des collecteurs qui l’utilisent pour effectuer des réservations dans le patrimoine locatif social, mais une partie est proposée sous forme de crédit immobilier aux salariés immigrés qui peuvent aussi en faire bénéficier leurs enfants français candidats à l’accession à la propriété. Les Portugais en sont de loin les principaux bénéficiaires. Michelin finit donc par encourager cette fixation de ses salariés portugais dans la périphérie rurale de l’agglomération, retrouvant plusieurs années plus tard une relation privilégiée avec ces ouvriers-paysans qui avaient assuré sa réussite au début du xxe siècle.

33Toutefois, au fil des générations, on note un élargissement considérable de l’éventail des catégories socioprofessionnelles et des secteurs d’emploi chez les Portugais vivant dans les villages de la périphérie clermontoise. Si on compte encore dans les anciens bourgs viticoles un important pourcentage d’immigrés de la première et de la seconde génération travaillant chez Michelin, il n’y a pas d’identification entre ce lieu d’habitat et l’appartenance à cette entreprise. Les villages viticoles n’ont rien d’une cité Michelin installée à la campagne. L’installation des ménages portugais dans ces villages a plutôt contribué à renforcer leur autonomie par rapport à la ville et au monde industriel.

34Ces villages sont actuellement rattrapés par l’extension de Clermont-Ferrand et tendent à devenir sa banlieue verte. Ils attirent des ménages français des classes moyennes qui y font construire des maisons individuelles. Cet attrait qui a d’inévitables incidences sur le prix du foncier n’a pas contribué pour autant à faire partir les Portugais. Au bout de plus de trente ans, leur présence, pour être moins visible que par le passé, n’a fait que s’affirmer. Ils se sont profondément enracinés dans ces lieux qui n’auraient pu être pour eux qu’un point d’accueil temporaire. Ils se les sont appropriés. Ils y ont recentré progressivement l’essentiel de leur vie familiale et communautaire et, en agissant ainsi, ils ont surtout contribué à maintenir l’identité rurale de ces communes qui, sans eux, se seraient fondues dans une banlieue impersonnelle aux contours indéfinis. Ils témoignent donc d’un comportement et d’aspirations qui les rapprochent de bien des néo-ruraux contemporains.

Bibliographie

Bibliographie

Anido, N. & R. Freire. 1978. L’émigration portugaise : présent et avenir, Paris, Presses universitaires de France.

Barou, J. 1987. « L’habitat des immigrés dans le département du Puy-de-Dôme », rapport d’étude, Clermont-Ferrand, DDE Puy-de-Dôme.

– 1994. « Immigration et religion, un champ encore inexploré », in Barou & Lé Huu Khoa (éds), L’immigration entre loi et vie quotidienne, Paris, L’Harmattan (Minorités et Sociétés), p. 161-172.

Cordeiro, A. 1989. « Le paradoxe de l’immigration portugaise », Hommes et Migrations, no 1132, p. 25-32.

Gallier-Boisvert, C. 1994. « Une micro-société agro-pastorale dans ses limites : le communal et le privé », in « Ethnologie du Portugal : unité et diversité », Actes du colloque, Paris, mars 1992. Paris, Centre culturel Calouxte Gulbenkian, p. 151-166.

Hily, M.A. & M. Poinard. 1985. « Migration portugaise, 1850-1930 », Revue européenne des migrations internationales, 1, 1, p. 25-35.

– 1994.« Les Portugais : parcours migratoire et diaspora », in J.Barou & Lé Huu Khoa (éds), L’immigration entre loi et vie quotidienne, Paris, L’Harmattan (Minorités et Sociétés), p. 127-147.

Oriol, M. (éd.). 1984. Les variations de l’identité : étude de l’évolution de l’identité culturelle des enfants d’émigrés portugais en France et au Portugal, Strasbourg, Fondation européenne pour la science.

Poinard, M. 1991. Les Portugais dans l’émigration : une géographie de l’absence, thèse de doctorat d’État, université de Toulouse-Le Mirail.

Rocha-Trindade, M. 1981. « Les yeux ouverts sur le Minho : approche exploratoire de deux villages », Revista de Historia Economica e Social, Cadernos 1-2, Lisbonne, p. 71-90.

Rocha-Trindade, M.-B. 1987. « As micropatrias do Interior Portuguès », Ana-lise Social, Lisbonne, no98, p. 732-756.

– 1992. « Le phénomène de l’émigration au Portugal », Communicacoes, Lisbonne, no 2, p. 29-41.

Volovitch-Tavarès, M.-C. 1995. « Portugais à Champigny, le temps des baraques », Autrement : « Français d’ailleurs, peuple d’ici ».

Notes

1 Interview de M.G. Deloirtre, chef d’embauche chez Michelin de 1961 à 1978, dans l’émission « Décalage » présentée par Y. Le Cunff et G. Roussilhe, France 3 Auvergne, 29 mars 1998.

Auteur

Jacques Barou travaille sur les processus d’intégration des populations immigrées en France dans les territoires urbains et ruraux. Il a publié avec Patrick Prado Les Anglais dans nos campagnes, L’Harmattan, 1995. Il est ethnologue, chargé de recherches au cnrs, Centre de recherche sur le politique, l’administration, la ville et le territoire (cerat), à Grenoble

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540