Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de tous nos désirs

 | 
Michel Rautenberg
, 
André Micoud
, 
Laurence Bérard
, 
et al.

III. La recomposition des rapports entre ville et campagne

Quand société et ruralité renouvellent leur relation : Les fêtes de la transhumance dans le Midi méditerranéen

Jean-Claude Garnier et François Labouesse

Texte intégral

1Entre 1991 et 1993 apparaissaient au printemps, dans l’arc méditerranéen allant des Pyrénées aux Alpes, au moins cinq fêtes identifiées autour du thème de la transhumance. Elles venaient s’ajouter aux deux qui étaient nées quelques années plus tôt. Depuis elles se sont à peu près toutes reproduites annuellement, tandis que d’autres émergeaient ici et là et se maintenaient avec plus ou moins de régularité.

2L’absence dans cette aire de traces de manifestations de ce type, même anciennes – hormis les traditionnelles foires ou certaines formes d’expression du milieu éleveur discrètes et ne concernant que les sociétés locales –, rendait ce phénomène insolite. En revanche on peut le rapprocher du mouvement général d’animation des campagnes par des manifestations qui ne sont plus destinées, comme elles l’ont été longtemps, à un public local pour ses besoins internes de sociabilité, mais de plus en plus tournées vers un public extérieur auquel on cherche à s’ouvrir en fonction d’objectifs variés, et par l’expression vigoureuse d’une singularité.

3Ces manifestations s’appuient souvent – mais pas toujours – sur des éléments et des références de nature historique et culturelle permettant d’affirmer et de légitimer une telle singularité. Si celle-ci, ainsi fondée, acquiert prégnance et durabilité, elle finit par apparaître comme ayant une valeur patrimoniale et par être consacrée comme telle à travers divers cheminements qui mêlent reconnaissance spontanée et formes de prise en charge institutionnelle. C’est l’alchimie de la rencontre entre les mondes citadin et rural, sous des formes renouvelées et beaucoup plus denses aujourd’hui, qui débouche éventuellement sur de tels effets.

4Le plus souvent ces fêtes sont fondées soit sur un produit ou une activité (la cerise, la lavande, un fromage...), soit sur un aspect remarquable de la vie rurale « d’autrefois » (battages, mariages à l’ancienne...). Mais le thème de la transhumance nous paraissait avoir une portée plus riche : par sa nature même et son passé, cette activité est puissamment mobilisatrice d’imaginaire en même temps que, sous un apparent anachronisme, elle reste bien vivante, techniquement pertinente et insérée dans l’économie. En outre elle se trouve liée à des thèmes qui sont devenus socialement très sensibles : l’espace, la nature, l’animal...

5Une telle situation nous a paru intéressante pour observer les phénomènes qui affectent un objet rural lorsqu’il devient le support d’un échange entre les composantes urbaine et rurale de la société. C’est dans cette perspective qu’elle a été étudiée (Garnier et al. 1997). L’information recueillie pose beaucoup de questions, parmi lesquelles nous aborderons celles-ci :

  • Comment cette activité vivante s’inscrit-elle ou non dans une perspective patrimoniale ?
  • Comment ses acteurs réagissent-ils face à une telle perspective ?
  • Comment la relation entre monde citadin et monde agricole et rural se développe-t-elle à cette occasion ? Dans quel contexte, selon quels enjeux ? Quels enseignements peut-on en tirer dans l’éventuel processus de construction de la transhumance comme objet patrimonial ?

6Bien que ce type de fêtes se manifeste aussi ailleurs, mais différemment (Alpes du Nord, Pyrénées occidentales...), nous nous sommes limités à l’aire méditerranéenne, étant donné sa relative homogénéité à la fois technique – les troupeaux fuient l’aridité estivale des bas pays pour trouver un « second printemps » en montagne (ou basse montagne) – et culturelle : le monde non pas seulement occitan mais plutôt latin ou latino-méditerranéen, puisque nous avons pu étendre l’observation au-delà des Pyrénées.

7Ainsi huit exemples de fêtes de la transhumance ont été plus particulièrement étudiés durant plusieurs années en France : Osséja (Pyrénées-Orientales), Aunat (Aude), Aubrac (Aveyron), Bonne-combe (Lozère), L’Espérou (Gard), Saint-Rémy-de-Provence et Saint-Martin-de-Crau (Bouches-du-Rhône), Die (Drôme), accompagnés de quatre cas espagnols : Queralbs et le Lluçanès (Catalogne), Amposta (Valencia), le Programme 2001 (Espagne centrale).

Les diverses modalités d’existence des fêtes et de leurs objectifs

8Il faut distinguer trois catégories d’organisateurs de fêtes, avec des perceptions et des objectifs bien différents : les professionnels (éleveurs ou leurs organisations), des structures locales liées au développement, enfin des opérateurs culturels. L’utilisation qu’ils font de la transhumance aussi bien que la vision qu’ils en proposent sont également distinctes. Toutefois on peut aussi les trouver associés selon des combinaisons et des hiérarchies variées.

Les initiatives professionnelles : l’élevage et les producteurs locaux « sont à la fête »

9En 1991 sont apparues à la mi-mai, donc hors saison touristique, des « Journées de la transhumance » organisées par les éleveurs locaux à Osséja, village frontalier de Cerdagne.

10La première journée, entre éleveurs et techniciens, est consacrée à des exposés et des débats professionnels, suivis de visites de terrain des deux côtés de la frontière. La seconde, ouverte au public et annoncée dans la presse régionale, se déroule essentiellement autour de la place du village transformée en foirail. Des éleveurs volontaires y présentent des échantillons de leur cheptel, chaque espèce ayant son coin, mais bovins laitiers ou allaitants et chevaux de boucherie se taillant la part du lion. Les producteurs fermiers ont leurs stands. Les animaux de promenade et de randonnée participent à l’animation. Une radio présente et vante les animaux et l’élevage local. Le curé vient bénir les animaux et prononcer le seul discours, qui porte sur le travail des éleveurs. A midi, éleveurs, élus et officiels se retrouvent autour d’un apéritif puis d’un généreux repas, tandis que le reste du public peut pique-niquer sur place et se voit proposer la viande locale. En toute fin de journée un lot de génisses ou de juments est lâché vers le fond de la vallée en direction des estives, seule relation concrète de la manifestation avec son intitulé. L’assistance, assez fournie tout au long de la journée – 1 500 personnes environ –, est très majoritairement cerdane.

11Tenue régulièrement jusqu’en 1994, la manifestation n’a pas eu lieu en 1995, la brucellose ayant durement touché certains troupeaux. En 1996 elle a été reprise dans un autre village, Llo, à l’initiative non plus des éleveurs des grandes filières, mais des producteurs fermiers, avec l’aide d’un maire en recherche de promotion pour ses projets touristiques, en essayant de conserver le côté « rassemblement de l’élevage de Cerdagne-Capcir ». S’y ajoutait la dimension des métiers de la montagne utilisant les animaux : débardage, transport, travail des champs, conduite des troupeaux avec chiens, etc. Enfin l’aire d’appel du public s’élargissait et l’intitulé changeait au profit de « fête de l’Estive ».

12Un autre cas d’initiative professionnelle a pour cadre le petit village de L’Espérou dans les Cévennes du massif de l’Aigoual.

13Depuis 1991 des éleveurs ovins du Gard y organisent une grande fête de la transhumance, elle aussi largement annoncée dans les médias régionaux. Le programme consiste à venir admirer successivement trois ou quatre magnifiques troupeaux qui font là une pause plus ou moins longue sur leur chemin, et à pique-niquer dans la nature en consommant les côtelettes débitées par le Groupement de producteurs, qui propose également de la viande à emporter. C’est aussi le grand rendez-vous des producteurs agricoles du Gard. Musique folklorique, démonstration de travail de chiens, expositions simples sur la forêt, le paysage ou le passé des Cévennes... animent encore la manifestation, qui attire de 4 000 à 6 000 personnes, essentiellement des régionaux ayant eu un contact ancien avec la vie rurale. Toutefois, une partie des éleveurs juge négativement cette ouverture de leur métier au grand public, refuse de participer, et pratique des formes de rassemblement plus discrètes, internes au milieu local.

14Comme on le constate dans ces deux exemples, la promotion des produits est là une finalité toujours présente, qui met en avant la relation avec les modes extensifs d’utilisation de l’espace. Mais paradoxalement il est rare de la trouver au premier plan. Lorsqu’ils sont initiateurs, les éleveurs – en fait leurs organisations – ont des visées d’abord professionnelles, c’est-à-dire liées à la défense locale de leurs conditions et moyens de travail ou à leur image ; elles se manifestent dans plusieurs dimensions à la fois.

15Ainsi il apparaît qu’en Cerdagne les éleveurs se mobilisent avant tout pour se faire mieux reconnaître comme partenaires dans la gestion et l’entretien des fonctions touristiques de l’espace local. Dans d’autres cas, comme à L’Espérou, il s’agit aussi pour eux de rappeler un droit de circulation et d’accès aux pâturages de montagne.

16En outre la préparation et la tenue de la fête sont l’occasion de fortifier la solidarité et la cohésion entre les éleveurs, en même temps qu’elles rappellent aux divers pouvoirs leurs capacités de mobilisation. Plus largement, les organisations départementales y trouvent l’occasion de resserrer les liens entre les agricultures souvent très hétérogènes de ces régions.

  • 1 La draille est, dans le Midi, un chemin de transhumance plus ou moins aménagé.

17Dans ces conditions c’est moins la référence à une image traditionnelle de la transhumance qui est sollicitée que la présentation de l’élevage comme activité économique d’aujourd’hui, avec ses qualités et ses problèmes. A Osséja, la transhumance, pourtant attestée depuis plusieurs millénaires et sous diverses formes (voir notamment les travaux actuels des archéologues), est quasi occultée dans la réalité de la fête. A L’Espérou elle est présentée à l’état brut sous la forme de trois troupeaux en draille1, magnifiquement mais non spécialement décorés. A côté des attractions techniques et commerciales classiques de ce genre de rassemblement, elle ne donne guère lieu à des formes de mise en valeur particulières.

18Le succès des manifestations de ce type montre que de son côté le public leur trouve des attraits essentiellement tournés vers le présent, beaucoup plus que vers l’histoire et la tradition. Le spectacle des troupeaux, le contact avec les animaux dans leurs conditions d’élevage, l’échange possible et direct avec les bergers et les éleveurs dans l’exercice de leur métier, constituent des sources d’intérêt qui paraissent, dans de telles conditions, se suffire largement à elles-mêmes.

19Ce mode de rassemblement des différentes catégories d’éleveurs, ainsi que leur alliance avec d’autres producteurs ruraux, nécessaire pour leur promotion commune, apparaît cependant assez fragile lorsque se font jour des différences d’appréciation quant à la manière, plus ou moins ample, de faire appel au soutien du public et de choisir le type d’orientation professionnelle à donner à la manifestation.

Les initiatives locales : des communautés « mettent en scène le pays »

  • 2 Race locale menacée, à grandes cornes spiralées et torsadées.

20Organisée par la commune et promotionnée par son office du tourisme, la fête de la transhumance de Saint-Rémy-de-Provence, dans les Alpilles, a lieu depuis 1985, le lundi de Pentecôte. L’attraction phare en est la reconstitution d’un départ en transhumance à pied, tel qu’il se déroulait localement en 1950. Il s’agit du défilé – plusieurs fois répété pendant la matinée – d’un grand troupeau de brebis (auxquelles sont mêlés des ânes de bât et des chèvres du Rove2) sur le tour de ville, selon un rituel maintenant bien établi.

21En tête, les personnages vedettes de la manifestation, le couple « vieux pastre-petit berger » : le « majoral » des bergers – poète, conteur et félibre local – accompagné d’un fils de Caroline de Monaco, résidente de la commune. Le personnel d’encadrement du troupeau, revêtu pour la circonstance de la tenue de berger, ainsi que les membres des groupes folkloriques présents, donnent au spectacle les allures d’une « pastorale provençale ». Le public, très familial, est nombreux – plusieurs milliers de personnes – et comprend certains touristes étrangers familiers de la zone.

22Depuis 1993, d’autres manifestations parallèles sont progressivement apparues et ont pris au fil des ans une réelle importance. Elles tendent à promouvoir et à défendre les espèces animales et les produits fermiers d’aujourd’hui, alternatifs à un élevage ovin en forte régression quoique toujours présent dans la région. Un repas champêtre dit « des bergers » permet aux organisateurs et à la société locale de célébrer l’identité et la langue provençales.

23C’est ainsi que se trouve mis en scène le rôle de Saint-Rémy comme petite capitale culturelle d’une Provence accueillante à de nombreux usages de l’espace rural.

24Dans un autre contexte – la zone collinaire intermédiaire entre Barcelone et les Pyrénées –, la région du Lluçanès connaît depuis 1992 une entreprise de réhabilitation de fêtes locales.

25A l’initiative d’un réseau associatif rayonnant sur les communes de la zone, il s’est agi tout d’abord d’une tentative de recueil de traditions musicales et culturelles destinées à alimenter un programme de fêtes estivales tendant à mobiliser toutes les catégories sociales et générationnelles. La transhumance est venue s’y intégrer comme thème porteur d’un essai de réutilisation des anciennes drailles locales à des fins de tourisme pédestre.

26Ces manifestations visent à la fois la survie des activités et le maintien de la population sur place, ainsi que l’intégration mesurée des résidents secondaires barcelonais, à travers un projet de réhabilitation de l’identité du pays.

27Ainsi la transhumance s’avère être un puissant facteur d’image pour les territoires. En vue d’attirer des publics variés, touristiques mais aussi de proximité, des structures locales préoccupées de développement – municipalités, associations... – font donc appel à cette pratique en mettant l’accent sur ses aspects traditionnels. Dans ce but, elles sous-traitent diverses prestations rémunérées à des éleveurs individuels plutôt qu’à des organisations qui auraient leurs objectifs propres.

28On peut distinguer trois variantes. Dans certains cas la transhumance est pleinement concernée par l’effort collectif de promotion d’une zone et de tous ses acteurs et activités. Ailleurs elle est sollicitée, rémunérée et placée en tête d’affiche, mais largement dépassée par le projet qui la mobilise. Dans d’autres lieux enfin, elle est évoquée, mais parmi une pluralité de thèmes, la dimension agricole restant mineure dans les visées des organisateurs.

29Dans ces cas de figure c’est pour l’essentiel aux éleveurs que revient le choix et la mise en scène de ce qui sera montré. Reposant sur la culture de leur milieu, les évocations ainsi produites peuvent présenter une certaine fidélité, mais ont tendance à privilégier des éléments spectaculaires et superficiels, le plus souvent sans beaucoup d’élaboration ni prise de distance. Dans quelques cas – notamment les fêtes les plus anciennes – la recherche, au fil des éditions successives, d’une mise en scène plus ou moins théâtralisée peut finir par passer pour du patrimoine.

  • 3 Et quel que soit leur statut : vieux éleveurs ou bergers, érudits locaux, ethnologues de professio (...)

30En outre il est curieux de constater qu’en dehors de quelques cas l’on ne fait guère appel aux porteurs de savoir – lorsqu’il en existe 3 – qui connaissent ces situations, et encore moins à des spécialistes de communication culturelle. En revanche les éleveurs et leur entourage ont en général un souci pointilleux des aspects qu’ils considèrent comme authentiques, montrant par là une sensibilité à quelque chose de l’ordre du patrimoine et de l’identité professionnels. Il y a également pour eux des bornes à ne pas transgresser dans la mise en scène : « On n’est pas des guignols ! »

31Dans ce type de fêtes, l’histoire et les traditions locales sont donc mobilisées par un projet collectif contemporain à dimensions multiples, économique, touristique, etc. La transhumance contribue, par son aspect spectaculaire et ses résonances culturelles, à la construction d’une identité et d’un imaginaire du pays, en phase avec les réalités sociopolitiques actuelles des zones concernées, et avec leur mode spécifique d’intégration des rapports de proximité entre citadins et ruraux.

Les initiatives culturelles : la transhumance, tête d’affiche de la défense de l’environnement et du patrimoine culturel

32A Die, petite ville de la vallée de la Drôme, se tient depuis 1991 une fête de la transhumance très médiatisée. Le spectacle est centré sur la traversée de la ville, puis la montée vers les estives du Vercors, par un troupeau de grande transhumance venu en camion de la Crau. Le programme essaie périodiquement de s’enrichir d’autres montées.

33Cette fête permet au public – quelques milliers de personnes de la région – à la fois d’accompagner les brebis, d’assister à différentes attractions dans le centre-ville (fabrication de cloches, etc.) et de faire des emplettes de produits locaux (Clairette, miel, tissages...). L’initiative, impulsée par le milieu culturel local, associait au départ les différentes catégories d’éleveurs et d’agriculteurs autour de la promotion d’une économie de montagne diversifiée, dans un milieu naturel préservé.

34Concerts, expositions, ou encore veillées dans les villages donnaient par ailleurs une dimension culturelle importante, mettant l’accent sur les valeurs universelles portées par la transhumance, et amplement relayée par les médias mobilisés grâce aux réseaux relationnels des organisateurs.

35Mais ces orientations, peu appréciées par les organisations d’éleveurs drômois, qui les jugeaient trop folkloristes et tournées avant tout vers l’animation touristique, ont amené celles-ci à se retirer. La manifestation se poursuit sans eux.

  • 4 En particulier Euronatur, une organisation non gouvernementale très investie dans la conservation (...)

36La même année 1991, une opération baptisée « Programme 2001 » a vu le jour en Espagne. Le but de ce programme est de faire parcourir chaque année jusqu’en 2001, par un ou plusieurs troupeaux ovins financés pour l’opération, les principaux itinéraires historiques de transhumance qui couvrent la péninsule Ibérique (les cañadas reales). Il s’agit pour les promoteurs 4 d’agir pour la préservation des espèces migratrices, pour la défense de la flore, de la faune sauvage et plus largement des milieux écologiques. Dans cette perspective, le maintien de l’élevage transhumant, compatible avec des actions de réhabilitation du patrimoine naturel et avec le tourisme rural, a semblé un moyen particulièrement adapté. Le tout s’inscrit dans une visée européenne de restructuration des modes de relation entre populations urbaines et rurales.

37Ce type d’enjeu social passe donc par des interlocuteurs et des soutiens de haut niveau (grands établissements administratifs et financiers nationaux et internationaux, grandes associations écologiques d’Europe du Nord) et donne lieu à des modalités de popularisation prestigieuses (défilé dans Madrid, visites de ministres sur les pâturages...) orchestrées par une médiatisation intense.

38Certaines fêtes découlent ainsi de préoccupations qui sont d’emblée patrimoniales, émanant de milieux scientifiques ou culturels sensibles aux dimensions écologiques et sociales de cette « forme intemporelle de relation de l’homme avec la nature » (Duclos 1993) aujourd’hui en pleine réhabilitation technique. L’objectif des organisateurs est de donner à l’évocation de la transhumance une dimension importante et permanente, dans des perspectives à la fois didactiques (exposer un élément de notre monde d’aujourd’hui), culturelles (revisiter les sociétés et civilisations pastorales ou nomades), et aussi opérationnelles (défendre la diversité biologique et sociale résiduelle de la planète). Les situations locales choisies pour concrétiser cette vision constituent en fait les illustrations d’un sujet que l’on entend traiter à un niveau beaucoup plus large. Au départ la fête de Die ne constituait qu’une étape vers la création d’un « centre d’interprétation des cultures pastorales ». Le Programme 2001 espagnol vise quant à lui un horizon européen.

39Ces ambitions portent les responsables de ces projets à considérer des niveaux d’action et d’influence assez élevés dans la société et les institutions (région, État, Europe), faisant appel à des réseaux d’appui intellectuels, administratifs et financiers. L’action affecte des équilibres et des enjeux, notamment professionnels, à une échelle large, et implique un certain consensus à ce niveau. L’affaire se joue aussi beaucoup avec les médias. Du coup les organisateurs peuvent être amenés à prendre une certaine liberté par rapport aux conditions locales des situations qui leur servent de support : disposant de moyens étendus, ils n’ont pas de mal à y trouver des collaborations suffisantes, mais ils peuvent aussi y créer des problèmes.

40Dans ce type de manifestation, ce sont donc – à partir des réalités locales – les valeurs culturelles universelles d’un mode de vie lié à une nature préservée qui sont promues. L’élevage et la transhumance sont des tremplins esthétiques et émotifs pour la mise en place de nouveaux rapports sociaux mêlant populations urbaines et rurales. Ce sont ces rapports qui constituent le véritable enjeu.

Les fêtes dans la mutation en cours des relations entre société et ruralité

Enjeux et contraintes d’une activité vivante et enracinée

41Parmi les acteurs évoqués jusqu’à présent, les éleveurs et les bergers occupent une place particulière puisque, non seulement ce sont leurs biens et leurs moyens qui sont mis en œuvre, mais c’est avant tout leur activité qui se trouve concernée, et notamment son image et son identité. Ils détiennent la « matière première » des manifestations (troupeaux, savoir-faire, culture...). Rien ne peut se faire sans eux, ni sans tenir compte de leur situation, de leurs problèmes et de leur implication, depuis la simple participation jusqu’à la maîtrise plus ou moins partagée ou exclusive de l’opération.

42Dans les fêtes qui l’exploitent, le thème de la transhumance est ainsi souvent confronté à des interférences problématiques entre son passé et son présent, entre sa réalité et sa mise en spectacle. L’évocation publique d’éléments de leur métier et de leur mode de vie est vécue par certains éleveurs comme une source de plaisir et de fierté, de reconnaissance et de valorisation de leur activité, dans un esprit de partage assumé. Ils peuvent cependant être sensibles aux inconvénients d’un trop grand succès et souhaiter maintenir, par limitation volontaire, un équilibre entre ouverture vers le public et ambiance pastorale.

43D’autres, cependant, ne s’y prêtent que pour bénéficier en retour des effets positifs qu’ils attendent de leur contribution. Mais d’autres encore sont réticents, considérant soit que les avantages éventuels ne valent pas les inévitables tracas, perturbations et risques, soit surtout qu’une telle exhibition de choses perçues comme une intimité du local et du métier, devant des inconnus peu avertis, est difficilement acceptable. C’est le cas en Cévennes, où la fête de L’Espérou fait l’objet d’une forte réprobation de la part d’une partie des éleveurs, qui s’en tiennent à d’autres formes de partage de la tradition transhumante, plus intimes et spontanées, comme en témoignent le rassemblement annuel du col de l’Asclié ou la fête nouvelle tenue au village cévenol de Colognac au printemps 1998.

44A l’inverse, d’autres éleveurs se méfient de l’image passéiste et folklorique qui risque d’entacher leur activité à partir d’évocations trop spectaculaires de la tradition. Une telle réserve peut déboucher là aussi sur des fractures internes à la profession et nuire aux perspectives d’échange entre les éleveurs et ceux qui, du dehors, s’intéressent à leur activité. C’est le cas à Die, où l’une des finalités du centre d’interprétation projeté mais non encore réalisé était justement de conjurer de tels risques.

La transhumance, thème polysémique d’échange social

45Comme nous l’avons envisagé au départ, les fêtes de la transhumance constituent bien – de par leur thème – un objet social d’une grande richesse. L’analyse effectuée fait ressortir la diversité des éléments d’attractivité qu’elle suscite :

  • attirance pour l’animal et pour le troupeau dans son milieu et ses conditions d’élevage ;
  • curiosité pour l’agriculteur, son métier, son mode de vie, ses produits et leurs conditions d’obtention ;
  • attrait pour l’histoire et la culture d’un lieu, d’une communauté ;
  • considération d’un « mode particulier de relation de l’homme avec la nature » : mode extensif, mesuré, « naturel », enraciné dans l’espace et dans le temps, universel et intemporel, support de cultures et de sociétés...

46La transhumance semble ainsi correspondre à des objectifs et faire le jeu de partenaires très différents, en même temps qu’elle répond à des attentes multiples de la part des publics. Elle devient, à travers ces manifestations, un thème de partage avec les éleveurs. Elle acquiert, sous les formes où elle est présentée, une légitimité sociale qui constitue à ce niveau une première forme de reconnaissance patrimoniale, souvent relayée à des niveaux plus larges par les médias.

47En ce sens elle peut être considérée comme un excellent reflet des phénomènes actuels de recomposition des rapports entre urbains et ruraux à propos de l’espace rural, recomposition qui s’opère à partir de points de vue et d’intérêts multiples, selon des dosages variés mais qui peuvent aussi n’être ni complémentaires ni compatibles.

48Cependant les nouvelles caractéristiques de ces relations ville-campagne – qui passent aujourd’hui du mode de la juxtaposition à celui de l’interpénétration – entraînent forcément échanges, négociations, rapports de force... pouvant déboucher sur des accords de compromis, mais aussi sur des tensions voire des ruptures, tant au niveau local que global. C’est ce que nous allons examiner maintenant : la question de la patrimonialisation se présentera alors sous de nouvelles perspectives.

Les curiosités du citadin

49Les choses de la campagne ne concernent pas que les ruraux et font maintenant l’objet d’un partage social plus intense avec les citadins. L’attrait de ceux-ci pour le monde rural suscite des efforts importants, aussi bien d’observation et d’analyse scientifiques, que d’organisation institutionnelle et économique, surtout dans certaines de ses dimensions : qualité et variété des produits, tourisme et loisirs, environnement et nature... Mais on n’a peut-être pas prêté assez d’attention à l’intérêt que beaucoup de citadins portent à l’activité et au métier d’agriculteur en tant que tels, et pas seulement à ses productions ou aux effets de ses activités sur la nature.

50Or le développement de certaines pratiques – le tourisme à la ferme, les visites d’atelier, de caves, d’alpages, la quête de produits fermiers, et bien sûr les fêtes à thèmes agricoles – permet avant tout un contact direct avec l’agriculteur lui-même, avec sa famille, son cadre et son mode de vie, son métier enfin... De telles rencontres constituent des occasions de parler avec quelqu’un qui est perçu comme vivant dans l’intimité de la nature et des animaux, qui les gère en principe à notre profit, qui apparaît comme le médiateur entre cette nature et nous-mêmes dans beaucoup de nos besoins : alimentation, santé, gastronomie, paysage, écologie, traditions, culture et histoire locales... En même temps l’agriculteur d’aujourd’hui manie d’impressionnantes machines, c’est un entrepreneur inscrit dans la vie moderne. Au total il est devenu, sous des formes nouvelles, un point de repère et même d’entrée important pour beaucoup de citadins qui s’intéressent à « la campagne ».

La réponse du monde agricole

51Les agriculteurs sont en train de découvrir ce phénomène et la façon dont, ajouté à d’autres, il est susceptible d’affecter profondément leur activité et leur place dans la société. Leurs réactions se manifestent suivant deux dimensions principales, l’une économique, l’autre culturelle.

52La dimension économique s’exprime à plusieurs niveaux. Tout d’abord, à titre individuel, les agriculteurs trouvent là un moyen d’augmenter et de diversifier leurs sources de revenu. Ils peuvent aussi en faire collectivement un moyen de défense et d’affirmation de leur activité sur la scène locale, comme on l’a vu à Osséja. Enfin les organisations professionnelles agricoles ont rapidement compris le parti à tirer d’une telle situation, dans un contexte où l’aide de la collectivité nationale – et européenne – se trouve fortement sollicitée en faveur d’une agriculture gestionnaire d’espaces, de ressources naturelles et de fonctions sociales variées. L’image de l’agriculture dans le public est devenue très sensible, comme l’ont montré notamment les crises sanitaires récentes.

53Par exemple, la tendance majoritaire de la profession (FNSEA)a fait de cette image un thème d’action prioritaire en s’efforçant de structurer la relation grâce à des formes d’intervention variées. Les fêtes y tiennent une certaine place : la FNSEA a organisé de grandes manifestations nationales comme le « Dimanche des Terres de France » en 1991 dans les rues de Paris, ou la moisson des Champs-Élysées en 1993. Elle a institué et déposé un label « Terres en fêtes » qu’elle accorde à des manifestations locales ou régionales conformes à ses critères (et dont l’origine se trouve dans la fête de la transhumance de L’Espérou). Et on pourrait citer bien d’autres initiatives.

54Ainsi les agriculteurs, prenant conscience qu’ils disposent, avec la curiosité qui s’exprime à leur égard, d’un « actif professionnel » d’un type nouveau, instrumentalisent cette curiosité au profit de leurs intérêts économiques au sens large. Face à une demande aussi imprécise que pressante, ils développent peu à peu une offre qui contribue elle-même à objectiver et à structurer la demande. On est là dans une logique de marché, même si les relations qui s’établissent ne sont pas toujours marchandes et relèvent souvent du « bien public », voire de l’échange gratuit.

55Il est alors important de considérer que ces relations ont aussi une dimension culturelle. Tandis que villes et campagnes avaient toujours été étroitement liées sur le plan social, l’industrie à partir du xixe siècle a inauguré, rappelons-le, un long processus de séparation et d’éloignement relatifs entre ces deux milieux sociaux (Duby & Wallon 1976). L’industrialisation plus récente de l’agriculture a encore accentué le phénomène, le « producteur » s’enfermant de plus en plus dans une spécialisation étroite, à l’échelle de filières et de grands marchés, en tête à tête avec l’État et l’Europe. Toutefois cette étape, dite de modernisation, a également été celle d’un formidable apprentissage de l’organisation autonome et de l’action collective, et d’une « mise à niveau » économique et sociale au sein de la société française.

56Ce mouvement a entraîné au moins deux conséquences qui nous intéressent. Il a d’une part suscité chez les agriculteurs l’idée qu’ils étaient eux aussi porteurs de valeurs dont l’intérêt dépassait leur propre monde. L’arrivée massive et multiforme des citadins leur donne le sentiment que l’on vient chercher auprès d’eux quelque chose qui y a subsisté ou dont ils seraient détenteurs : qualité de vie, de relation, etc. Un tel sentiment se traduit notamment par un plaisir décomplexé à parler du métier, à en présenter les produits et les effets, à le voir reconnu, mais aussi par le besoin de faire valoir la place et le rôle particulier des agriculteurs au sein du milieu local.

57Il a d’autre part engendré un besoin d’ouverture sociale, de sortie de l’ambiance locale, de découverte et de voyages. Or ce besoin n’est pas toujours facile à satisfaire chez les éleveurs du fait des astreintes liées aux animaux. L’accueil de visiteurs, les diverses formes de contact, à condition d’être maîtrisés, offrent un substitut à de telles envies.

58Cette dimension culturelle traduit une demande réciproque de relation située à un autre niveau que le simple plan utilitaire et intéressé de la dimension économique évoquée à l’instant. Elle lui ajoute un caractère de lien social qui peut jouer un rôle important dans l’orientation des relations villes-campagnes, dans leur climat et leur qualité.

La mutation des rapports ville-campagne

59On n’a cessé de le suggérer ici, l’arrivée massive des citadins à la campagne est un fait majeur (Schmitt & Perrier-Cornet 1998) qui prend des formes multiples, du simple passage à l’installation durable, mais qui se produit souvent dans une méconnaissance profonde du milieu, accompagnée de projections idylliques et de besoins d’appropriation physique ou mentale. Cette situation a suscité dans certains cas des phénomènes de rejet de la part des ruraux, ou au moins un climat de méfiance, des relations limitées à l’intérêt, quelquefois même un certain cynisme.

60Mais plus souvent, le besoin d’ouverture des agriculteurs, leur capacité d’organisation, leur confiance retrouvée et leurs intérêts multiples les ont orientés vers une autre perspective consistant à chercher, souvent avec d’autres catégories de ruraux, à intégrer ces flux et ces personnes au sein de la ruralité. Ils ont fait preuve d’une attitude active, que l’on pourrait qualifier de pédagogie du contact, et qui passe par toutes ces formes de relation, dont les fêtes agricoles ou rurales constituent un élément parmi d’autres. Ce faisant, c’est d’abord leur outil et leurs conditions de travail qu’ils protègent : l’espace, la tranquillité et la sécurité des troupeaux, l’accès à la terre, etc., mais aussi leur culture, leur identité locale et professionnelle...

61Une telle situation leur confère un poids certain dans la vie locale, et quelquefois même une certaine ambition à y tenir une place éminente du fait de l’importance et de la richesse de leur participation, et ce malgré leur part de plus en plus réduite dans la population.

62Il reste que l’ampleur et la généralisation de ces mutations, dans la plupart des zones rurales françaises, se concrétisent différemment selon les régions. Les diverses thématiques festives qui y sont utilisées jouent des rôles à la fois communs et spécifiques. On pourrait donc s’interroger sur l’existence de liens éventuels entre l’exploitation de certains thèmes plus particuliers – tels ceux de la transhumance, des « vendanges d’autrefois », etc. – et les types de sociétés locales en reconversion sur lesquels ils opèrent. Peut-être alors pour-rait-on faire apparaître la contingence géographique et sociale des différents objets patrimoniaux en cours d’élaboration dans de tels processus.

Vers un objet patrimonial ?

63Ainsi l’exploitation locale du thème de la transhumance, telle que nous l’avons présentée en première partie, trouve-t-elle en quelque sorte une caisse de résonance dans la société globale avec les nouveaux désirs de publics variés envers les choses de la campagne. Par contrecoup, ce thème prend une nouvelle importance dans les préoccupations de la profession et, parmi d’autres, se voit affecter un rôle dans ses pratiques de contact et ses stratégies d’image.

64On peut s’interroger sur les raisons qui semblent actuellement faire ressortir ce thème comme lieu de convergence, objet social partagé, bien commun, débouchant sur un processus de patrimonialisation spontané. Parmi d’autres nous en esquisserons deux principales.

65La première concerne les nouvelles fonctions d’usage du sol, tant professionnelles : la faveur retrouvée de l’extensif, que ludiques : les pratiques de l’espace non appropriatives, orientées vers la circulation libre et la fréquentation contemplative ou hédoniste incluant éventuellement l’usage d’animaux de compagnie.

66La seconde renvoie à l’ancrage profond dans l’histoire de l’humanité et à la pérennisation jusqu’à nos jours de ce type d’activité et de mode d’existence. Celui-ci fait ainsi partie de l’héritage culturel et de l’inconscient collectif, particulièrement dans les zones méditerranéennes et occidentales, où il a été en outre fortement investi par l’univers mental du christianisme. C’est donc d’une certaine manière la propriété de tous, et ce sur quoi chacun projette ses propres valeurs éthiques et spirituelles, esthétiques et sociales.

67Une telle charge mentale et sociale peut tout à la fois donner du grain à moudre et compliquer la tâche à ceux qui souhaitent s’atteler, à travers des manifestations du type évoqué ici, à l’illustration non mythifiée des aspects patrimoniaux d’un tel objet social : manipulations ou dérapages, selon les intentions, peuvent trouver ici un terrain fertile.

68En fait, si toutes les formes d’utilisation de la transhumance sont envisageables, même les plus libres (à condition bien sûr de satisfaire tous leurs protagonistes), le processus actuel manque, de manière évidente, de références solidement établies, pouvant servir de repères. Un travail rigoureux de recueil et d’analyse, aussi bien historique que contemporain, paraît indispensable. Il nous semble en outre que la meilleure façon de répondre de manière sérieuse aux curiosités que la transhumance suscite, tout en satisfaisant aux nécessaires exigences de fidélité et d’impartialité, pourrait bien être de mettre sur pied ce fameux « Centre d’interprétation des cultures pastorales méditerranéennes » (Duclos 1993), formule qui a par nature l’avantage de traiter à la fois les aspects anciens et les formes actuelles, et de les éclairer les uns par les autres. Mais un tel projet implique avant tout que soient réunis l’accord, la participation et la volonté de tous les partenaires concernés.

Bibliographie

Bibliographie

Duby, G. & A. Wallon (éds). 1976. Histoire de la France rurale, t. III et IV, Paris, Le Seuil.

Duclos, J.-Cl. 1993. La transhumance, la fête et le paysage, Grenoble, Musée dauphinois.

Garnier, J.-Cl. et al. 1997. « Les fêtes de la transhumance dans le Midi méditerranéen et leur développement récent : contextes, enjeux et significations », rapport final de recherche, Montpellier, INRA et ministère de la Culture.

Hervieu, B. & J. Viard. 1996. Au bonheur des campagnes, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Jollivet, M. & N. Eizner (éds). 1996. L’Europe et ses campagnes, Paris, Presses de Sciences Po.

Schmitt, B. & Ph. Perrier-Cornet (éds). 1998. Les campagnes et leurs villes, Paris, insee.

Notes

1 La draille est, dans le Midi, un chemin de transhumance plus ou moins aménagé.

2 Race locale menacée, à grandes cornes spiralées et torsadées.

3 Et quel que soit leur statut : vieux éleveurs ou bergers, érudits locaux, ethnologues de profession...

4 En particulier Euronatur, une organisation non gouvernementale très investie dans la conservation de la biodiversité.

Auteurs

Jean-Claude Garnier travaille sur la mise en place de nouveaux usages de la nature dans les arrière-pays, à travers les changements de rôles sociaux dévolus à certains animaux emblématiques et leur mise en scène dans des manifestations publiques. Il fait partie du Laboratoire méditerranéen de sociologie, université de Provence, cnrs, Aix-en-Provence

François Labouesse travaille sur les transformations actuelles du monde rural et des relations ville-campagne à l’inra-esr de Montpellier

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540