Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de tous nos désirs

 | 
Michel Rautenberg
, 
André Micoud
, 
Laurence Bérard
, 
et al.

I. Patrimonialisation et territoires : des enjeux politiques

Collectionner le territoire : vers une autre collectivité Le cas du parc naturel régional Livradois-Forez

Cécile Tardy

Texte intégral

  • 1 Chiffres extraits de la base de données de la Fédération des parcs naturels régionaux de France pou (...)

1Après plus de trente années d’existence, les parcs naturels régionaux sont reconnus comme des territoires d’expérience pour un aménagement qui concilie protection de l’environnement, sauvegarde du patrimoine et développement culturel, social et économique. Ils sont aujourd’hui 36, couvrent en gros 5,6 millions d’hectares et comptent environ 2,6 millions d’habitants1.

De la stratégie symbolique des parcs naturels régionaux

2L’originalité de ces structures au moment de leur création est de développer une nouvelle logique politique en raisonnant le territoire non plus à l’échelle administrative mais à partir de critères patrimoniaux, ainsi qu’en fondant leur légitimité sur la base d’une charte qui contractualise une entente entre des acteurs politiques articulée avec une variable territoriale. Les territoires « parcs naturels régionaux » ne sont donc pas à considérer comme de simples supports au déploiement des stratégies d’acteurs mais comme des contextes qui dictent de nouvelles façons de faire.

  • 2 Ce texte s’appuie sur deux travaux menés en parallèle. L’un a été effectué dans le cadre de l’appel (...)
  • 3 Nous considérons le territoire non pas comme un donné, c’est-à-dire un cadre qui circonscrit un env (...)

3Dans le cadre de ce texte2, nous voulons explorer la signification culturelle de cette politique. Ces institutions réalisent selon nous une « nouvelle répartition culturelle » (de Certeau 1975 : 84) de l’espace qu’elles transforment en territoire patrimonial3. Elles redistribuent l’espace en fonction des représentations qu’elles fabriquent. Les Maisons des Parcs sont ces lieux où se joue la séparation avec la tradition et s’élabore le nouveau rapport à l’autre : au territoire, entre les hommes, entre les générations, au temps. La genèse du sens du territoire naît de ces lieux où des groupes organisés d’individus totalisent, juxtaposent, inventorient, selon leurs points de vue, leurs missions, leurs savoirs, leurs échanges, internes et externes au territoire, les richesses de celui-ci et inventent une manière de les représenter, de les donner à voir aux habitants et aux visiteurs. L’espace rural, passé ce seuil, est mué en signe patrimonial. La collection in situ réalisée par ces instances territoriales est à comprendre comme une stratégie symbolique fondatrice de l’unité et de la cohérence d’un découpage territorial ainsi que de l’identité et de la légitimité de la collectivité qui la porte. Ce qui caractérise leur pratique collectionneuse est de s’inscrire dans un travail constant de négociation avec divers acteurs afin de co-produire le sens patrimonial à donner à des territoires qui sont avant tout des lieux de vie.

  • 4 Le parc naturel régional Livradois-Forez, créé en 1986, est situé dans la région Auvergne, à cheval (...)
  • 5 Ce qui nous importe est moins la définition du terme « discours » en tant qu’objet verbal qu’en ter (...)

4Les actions dont il est question ici racontent toutes comment des choses et des hommes deviennent les éléments constitutifs d’un espace patrimonial, le Haut-Forez dans le parc naturel régional Livradois-Forez4, et le rôle organisateur de cette instance dans ce processus de transformation. A partir de diverses opérations discursives5, elle réalise une inscription de la valeur patrimoniale dans un territoire délimité, changeant ainsi non seulement le statut des objets, des espaces, des espèces, des savoir-faire, etc. mais aussi celui des hommes qui les côtoient et les utilisent au quotidien.

Le Haut-Forez : un espace-temps ressaisi

5Les monts du Forez se partagent sur le plan administratif entre les départements de la Loire et du Puy-de-Dôme, respectivement compris dans les régions Rhône-Alpes et Auvergne. Nous nous intéressons au versant auvergnat qui suit la limite est du parc Livradois-Forez. Les pelouses sommitales couvrent aujourd’hui 10 000 hectares au-dessus de la limite forestière (1 200-1 300 m) dont 4 000 concernent le territoire du parc. Ces vastes étendues dénudées sont devenues un espace emblématique du territoire du parc qui y mène une action de développement, de protection et de promotion.

  • 6 Les appellations locales ajoutaient le nom de la commune du fabricant. L’appellation d’origine cont (...)

6Cette « montagne » – appellation locale attachée à la tradition agropastorale – a une longue histoire. Depuis le xe siècle semble-t-il s’est développée une activité de défrichement dans le dessein de favoriser une exploitation pastorale. Ce système socio-économique liait une ferme principale et une ferme d’altitude nommée « jasserie », laquelle était couverte d’un toit de chaume (paille de seigle). Ce bâtiment servait de mai à octobre de lieu de vie des femmes et des enfants ainsi que de lieu de travail pour le soin du troupeau laitier et la fabrication d’un fromage désigné sous le nom de « fourme »6.

7Aujourd’hui, comme nous allons le voir en analysant différentes actions, c’est un autre sens qui est construit pour cet espace. Portés par la foi en leur pays et la volonté d’y vivre, se basant sur plusieurs registres de légitimité, scientifique, juridique, mémorielle, divers acteurs – économique, institutionnel, culturel – construisent les symboles patrimoniaux des monts du Forez constitutifs de son identification collective : la fourme, la myrtille, la brebis, la jasserie, le chaume, les paysages de landes, les fumades, les vallées glaciaires, la tourbière, et d’autres « raretés » écologiques telles que la gélinotte, la grassette... La sélection de ces symboles s’opère dans une cohérence représentationnelle : ils sont tous en correspondance avec cet espace « du haut » autrefois pastoral, désigné aujourd’hui sous l’appellation « hautes chaumes » en référence à ses caractéristiques géographique et écologique. Cet espace traditionnellement conçu pour une activité agropastorale voit aujourd’hui sa vie dépendre de sa mutation en espace culturel, agri-environnemental, touristique. La puissance évocatrice des « territoires du vide » dont parle Guy Di Méo (1996 : 266) nous intéresse dans sa capacité à faire agir et parler l’ensemble des acteurs.

8En commençant l’analyse de ces actions de patrimonialisation par celle qui concerne le chaume couvrant les toits, et sa recontextualisation dans un espace de vie, nous en ferons progressivement apparaître d’autres qui s’entrelacent et s’empilent dans ce processus qui rend présente une culture.

Redire et refaire la filiation : la relance du métier de chaumier

  • 7 Cette association deviendra successivement le Conservatoire régional de l’habitat et du patrimoine (...)

9De 1978 à 1986 mûrit le projet de création d’une association, le Conservatoire régional de l’habitat et des paysages d’Auvergne (crhp)7. Son fondateur, architecte, affirme la nécessité d’une échelle d’action régionale pour résoudre le problème de la perte des savoir-faire en développant de nouvelles perspectives économiques voire industrielles, sur la base d’une connaissance technico-scientifique du patrimoine humain. La clé du problème est dans la transmission des savoir-faire traditionnels. Il s’agit, selon les termes du fondateur, de « se doter des moyens pour que se continue la chaîne des connaissances et des entreprises ». Quelles seront ces nouvelles modalités de filiation qui vont permettre de capter un héritage sans héritiers et faire de la continuité une construction ?

10Parmi les partenaires de l’association se trouve le parc naturel régional Livradois-Forez avec lequel se dégage une forme de parenté dans cette manière de repenser un territoire considéré en difficulté économique et démographique, et en conséquence de projeter sa place en tant qu’acteur dans un projet de développement.

11A sa création en 1986, le crhp développe une « filière chaume Auvergne ». Si la philosophie du projet reste la participation au développement économique régional par la relance de métiers traditionnels, à savoir l’expérimentation technologique pour des utilisations contemporaines, ce projet va mobiliser différents niveaux d’action et de partenariat et transformer progressivement un savoir ethnologique accumulé.

12En effet, une importante enquête ethnologique sur les couvertures végétales dans le Massif central et les Alpes du Sud est réalisée par le fondateur et président du crhp. La partie de l’enquête ciblée sur la technique du Forez est effectuée par une personne qui a un fort ancrage local et qui deviendra un des piliers de l’association. Les co-financeurs rassemblés sont la mission du Patrimoine ethnologique et quatre parcs, un national et trois régionaux, dont le parc naturel régional Livradois-Forez.

13On remarquera que la pratique collectionneuse exercée dans les parcs naturels régionaux demande l’appui des sciences, notamment écologique et ethnologique, en termes de langage, de légitimation et de norme. En effet, représenter une chose absente ou disparue – savoir-faire, produit de terroir, architecture, nature et paysages en friche – nécessite la maîtrise d’un mode de représentation et des compétences pour faire parler la chose absente. Il faut aussi que la société à qui est destinée la représentation accorde un crédit suffisant à ses fabricants. Ces sciences traduisent en langage ce qu’elles recueillent grâce à leurs dispositifs d’enquête orale ou de mesure des écosystèmes. Dans le cadre d’actions de patrimonialisation, la représentation qu’elles donnent de l’objet absent évolue vers sa présentation publique, codifiée et réglée.

14Cette enquête ethnographique sur la technique de pose du chaume ne peut se définir simplement comme le versant savant et autonome d’une procédure de relance d’un savoir-faire. Certes, à un premier niveau, l’enquête constitue bien une base de données techniques nécessaire au futur apprentissage des chaumiers. Elle nomme, dessine, cartographie, dans une opération de matérialisation d’un savoir-faire en perdition. Toutefois, à un second niveau, elle est aussi l’action qui permet de repérer et de mobiliser un ancien chaumier qui pourra transmettre son savoir-faire et un formidable espace d’expérimentation avec la montagne auvergnate. En effet, cette enquête s’inscrit dans la perspective du collectif – l’association du Conservatoire – qui la porte : le projet de réhabilitation d’un ancien métier. Symbole patrimonial du Haut-Forez, le « chaume » devient une matière à mettre en œuvre dans un contexte spatial.

Le centre [de la zone concernée par la technique] en est évidemment la ville d’Ambert qui est une cité d’influence et de convergence pour tous les bourgs ruraux voisins. Sur le plan administratif actuel ce secteur comprend : le canton d’Ambert, le canton de Saint-Anthème, le canton d’Olliergues, le canton d’Arlanc, le nord du canton de Viverols, l’est du canton de Saint-Amant-Roche-Savine, l’est du canton de Cunlhat.

  • 8 Ce passage est extrait de l’enquête ethnologique intitulée Les couvertures végétales dans le Massif (...)

[...] Les bâtiments observés concernent tous de l’habitat d’estive : les jasseries. Ces toits couverts en chaume étaient entretenus par les Auvergnats de Valcivières8.

15Une phase cruciale dans la mise en place de la filière chaume réside dans la formation de nouveaux chaumiers grâce à l’organisation de stages pratiques de pose de chaume. De 1986 à 1990, des chantiers écoles se déroulent dans différents départements de l’Auvergne et notamment dans les monts du Forez.

16Le soutien financier ou technique réunit la direction régionale à l’Architecture et à l’Environnement, l’Agence française pour la maîtrise de l’énergie, le conseil régional, et plus directement les propriétaires des bâtiments, l’Association de sauvegarde des jasseries, et le parc Livradois-Forez. Le fonds interministériel de développement et d’aménagement rural (fidar) subventionnera également ce projet exemplaire.

17La commune de Valcivières accueillera plusieurs de ces stages. L’un d’eux, situé sur le site des Chaumettes – propriété à venir du Conservatoire –, retiendra plus particulièrement notre attention par la suite.

18La pérennité de l’opération implique la participation d’acteurs économiques. L’association qui porte le projet va pouvoir faire alliance avec des membres de la population qui, avant même l’arrivée du Parc et du Conservatoire, ont été les préfigurateurs d’un nouveau rapport à l’espace rural. Ces personnes ne se contentent pas d’apprendre un métier mais, au-delà, aiment un pays passionnément. De sa rencontre affective avec les hauteurs de la commune de Valcivières où il vit depuis les années quatre-vingt, le futur chaumier parle ainsi :

Je venais voir un gars au fond du hameau... J’ai senti un air fantastique, l’air était bon... il était différent d’en bas quoi. Je suis venu là dans un choix de vie délibéré. Je faisais du bâtiment. J’aimais bien les toits. (Extrait d’entretien.)

19Alors que les populations autochtones ont choisi de s’en aller ou de descendre dans la plaine, lui s’implante avec confiance dans cet espace montagnard. En 1990, il apprend par le journal local l’organisation d’un stage de chaume par le Conservatoire au lieu-dit les Chaumettes, village d’estive situé non loin de chez lui. La rencontre se fait.

20Le Conservatoire a choisi pour animer ces stages et transmettre son savoir-faire un ancien chaumier désigné par l’enquête ethnographique. Pour la personne qui reprend ce métier, l’origine de son savoir-faire est moins l’association que cet animateur, son voisin, dernier chaumier de Valcivières.

21La transmission du savoir-faire de chaumier est le moyen d’octroyer une place dans la société d’ici à quelqu’un d’ailleurs. Selon les termes de l’artisan nouvellement formé, c’est là « une manière d’être reconnu », c’est l’occasion de faire se rencontrer deux populations.

22De nombreux articles de presse relateront ce renouveau du métier de chaumier et la transmission du savoir-faire. Il s’agit de prendre la mesure de la formulation publique de cette action : ce n’est pas simplement un acte de promotion et d’information qui est en jeu mais la légitimité dans l’espace public du nouveau statut à la fois de ce savoir-faire et du matériau en question devenus patrimoine, et de ces acteurs qui se font héritiers plus qu’ils ne le sont. En effet, cette histoire est celle d’une filiation déviée, c’est-à-dire ne concernant pas un père et son fils, et où une association assure la médiation. Dans cet écart avec la tradition, l’association du Conservatoire ainsi que l’ancien et le nouveau chaumier participent à la requalification de l’espace du Haut-Forez, tâche à laquelle travaille le parc naturel régional Livradois-Forez.

Disperser les symboles patrimoniaux dans l’espace : d’une action à l’autre

23A l’orée de cette métamorphose du savoir en savoir-faire et savoir-être, le geste de la pose du chaume s’ancre dans un lieu. Ce qui était un symbole patrimonial prend une consistance matérielle, le jaune de la paille nouvellement posée frappe l’œil du visiteur spectateur. Il devient aussi le reflet d’une autre histoire, celle qui se joue sous les toits qu’il recouvre.

24La jasserie des Chaumettes, lieu de transmission du savoir-faire entre l’ancien et le nouveau chaumier de Valcivières, a été acquise par le Conservatoire. En effet, cette association va peu à peu investir dans l’achat foncier en s’affiliant aux Conservatoires des espaces naturels. La jasserie des Chaumettes sera son unique acquisition immobilière, inscrite dans un programme régional de réhabilitation du patrimoine bâti.

25La double ambition du Conservatoire étant de conserver et de développer, il projette une réutilisation touristique de la jasserie sous la forme d’un gîte dit « patrimonial ». Puis la perspective se transforme pour accueillir la proposition d’un jeune agriculteur qui désire fabriquer de la fourme en jasserie. Si l’usage est modifié, le projet de réhabilitation reste le même. Les menuiseries sont refaites « à l’identique », le système d’amenée d’eau traverse de nouveau l’étable et va irriguer la « fumade », pré qui s’étire en contrebas.

26Cet agriculteur qui relance la fabrication fermière de la fourme trouve dans la jasserie des Chaumettes un lieu pour monter en estive. L’argumentaire qu’il développe dans son dossier de présentation au concours création/reprise d’entreprise organisé par le parc Livradois-Forez (encore lui) en 1994 se situe sur le double registre économique et scientifique :

Ces rotations de pâturage sur des parcelles à variétés florales diverses (et ce à des altitudes élevées) permettent d’atteindre un compromis intéressant entre quantité et qualité fromagère du lait (rendement mais surtout richesse de la flore lactique, élément prédominant des qualités organoleptiques de la fourme).

27Sur le plan écologique, le discours scientifique trouve un nouveau terrain :

La montée en estive permet avec un troupeau de vaches laitières d’optimiser la valorisation de la montagne. En effet, le pâturage intensif et la fumure (par lavage des étables) permettent d’entretenir la flore spécifique des fumades productives, s’adaptent à la végétation de ces zones (le surpâturage entraînant la nardification des zones de bruyères)... (Dossier intitulé « La fourme fermière, un vieux produit d’avenir ».)

28On remarque combien ce discours se noue habilement avec les représentations environnementales et culturelles de l’institution à laquelle il s’adresse. Le cadre du concours posé par l’institution incite cet acteur à donner une représentation de ses pratiques agricoles dans leur rapport à l’environnement. Dans cet exercice de formulation publique d’une activité en lien avec son environnement naturel, les deux acteurs s’inscrivent dans une démarche d’apprentissage d’un langage commun. Ce n’est plus la seule justification des pratiques qui est en jeu mais véritablement l’émergence du Haut-Forez comme espace commun, laquelle nécessite des formes d’accord préalables.

  • 9 Le programme Leader (Liaison entre actions de développement de l’économie rurale) est destiné « à e (...)

29Le parc naturel régional Livradois-Forez soutiendra cette initiative toujours en arrière-plan sous des formes diverses : premier prix du concours cité ci-dessus, convention avec l’association créée autour de la relance de la fourme fermière dans le cadre du programme Leader9, gestion des mesures européennes agri-environnementales, soutien promotionnel par l’information donnée aux visiteurs du parc et sa mise en rapport avec la presse...

30Ce lieu des Chaumettes est d’autant plus exemplaire qu’il exhibe tout ensemble la relance du métier de chaumier, la transmission entre deux personnes, la restauration extérieure et intérieure de l’élément bâti, le renouveau de la fabrication de la fourme fermière, l’entretien du paysage – notamment des fumades – par la pâture animale. Mais pour le parc naturel régional, la réussite est moins dans l’exemplarité d’un lieu que dans la reproduction de ce type d’expériences à une échelle territoriale. Or les toits d’or créent l’envie et d’autres personnages vont vouloir faire belles leurs jasseries.

31Ainsi, du lieu de transmission à l’espace de pratique, la relance du métier de chaumier croise d’autres histoires : celles d’acteurs qui, adossés à la tradition, s’essaient depuis plus ou moins longtemps à raconter et à pratiquer autrement la montagne auvergnate.

32Le nouveau chaumier, une fois formé, va devoir exercer son métier. Les premières demandes et les premiers chantiers où il se fera un nom et un renom sont trois autres lieux que l’on peut dire « patrimoniaux » de par leur vocation et les acteurs qui les gèrent.

33Celui de la jasserie des Chaumettes a déjà été présenté. L’un des deux autres est une jasserie devenue musée-auberge, appelée le Coq noir, propriété d’une association depuis 1956 et gérée par des associations successives dont celle « pour la sauvegarde des jasseries » qui soutient le Conservatoire dans sa politique de relance des toitures en chaume. Le troisième se situe au lieu-dit les Supeyres et rassemble trois jasseries disposées en triangle dans la pente : l’une d’elles est louée (bail emphytéotique) par le Conservatoire qui désire concrétiser son projet de gîte patrimonial, les deux autres appartiennent à des propriétaires privés. Ce singulier village d’estive a servi de décor pour le téléfilm Le chasseur de la nuit, tiré d’un roman de l’écrivain ambertois Henri Pourrat – dont l’œuvre et la personne sont souvent considérées comme emblématiques du pays d’Ambert – qui se passe sur ces lieux. Enfin ces deux sites, le musée-auberge et le village des Supeyres, s’inscrivent sur un sentier d’interprétation, commandé par le parc naturel régional Livradois-Forez et réalisé par le Conservatoire et un muséographe. Chacun d’eux constitue une étape pour le randonneur qui apprend par l’intermédiaire d’une table de lecture l’histoire de la vie à la montagne.

34Après ces premiers chantiers qui véhiculent donc une forte reconnaissance du savoir-faire, la montagne des jasseries en promet plusieurs autres dans un avenir immédiat. Encore une fois, le catalyseur de cette dispersion des toits de chaume sur la montagne est le parc Livradois-Forez qui a mis en place en 1995 un programme d’aide financière à la restauration de toitures en chaume. Ce faisant, il fixe le cadre qui donne forme au déploiement de la pratique de chaumier dans l’espace en incitant les propriétaires à s’engager dans ce type de restauration et par là même dans une signification culturelle et paysagère de la montagne.

Le rôle des discours dans l’organisation du territoire

35A côté du patrimoine culturel, le parc naturel régional entend aussi protéger le patrimoine naturel. Pour cela il va faire appel à la rationalité des sciences écologiques dans un projet de protection de la nature, le classement au titre des sites – loi de 1930 – d’une partie du Haut-Forez :

Un volume considérable d’informations a ainsi été engrangé aussi bien sur les tourbières de pente du Fossat que sur le merle à plastron ou la gélinotte, que sur le passé glaciaire du Forez. [...]

Et c’est donc en toute connaissance de cause, afin d’éviter l’extension des zones en voie d’appauvrissement écologique et paysager et de préserver des espaces de qualité, que le Parc naturel régional Livradois-Forez a proposé des mesures de protection ponctuelles en demandant que cinq tourbières bénéficient d’un arrêté préfectoral de biotope et en réalisant, en 1987, un avant-projet d’inscription et de classement de certains sites [...].

  • 10 Le parc Livradois-Forez collabore pour cette recherche et sa publication scientifique, Les Hautes C (...)

Ces deux propositions ont pour but le maintien de l’état et de l’aspect du lieu. Bien que nous soyons dans une logique de conservation, cela ne signifie pas le gel de toute activité économique (ici pastorale, forestière ou touristique), mais plutôt de faire en sorte qu’elles respectent le site et s’y intègrent10.

36Le classement sera obtenu en 1993 après des années conflictuelles. Pour ce projet, l’acteur institutionnel tente de sensibiliser la population, lors de réunions publiques, à ce qu’il juge comme un nécessaire et légitime découpage spatial en vue de l’application d’une politique de protection de la nature sur le Haut-Forez. Cette manifestation langagière – parole parfois accompagnée de photographies – est à comprendre comme un faire-faire visant à faire croire, voir, connaître et reconnaître, à la fois la signification patrimoniale du Haut-Forez et la nouvelle collectivité à l’origine de cette initiative, le parc naturel régional. Mais l’efficacité de l’opération symbolique qui se joue dépend de l’unité et de l’adhésion du groupe qui reçoit ces énoncés. La procédure sera d’autant plus longue qu’il est éclaté.

  • 11 Nous avons analysé un corpus d’articles journalistiques issus du quotidien local La Montagne et d’u (...)

37Les échanges de courrier seront abondants, émanant des administrations, des élus, d’acteurs individuels ou collectifs, pour préciser un aspect juridique, justifier et argumenter un point de vue, manifester son soutien ou son mécontentement... C’est également la presse 11 qui va rendre publics les débats et les heurts en cours. Mais au-delà du message transmis il faut saisir les médias journalistiques dans leur « rôle spécifique d’intermédiaires symboliques collectifs » (Wolf cité par Lits 1997 : 51). Ils stimulent l’interaction sociale en s’adressant à un public plus large, ils diffusent et inscrivent dans le social les significations du Haut-Forez qui s’échangent lors de cette longue procédure de classement. Le discours structure l’action sociale : la position de lecteurs ou auditeurs oscille sans cesse, voire bascule, vers celle de participants, les acteurs se font auteurs d’articles ou témoignent de leurs récits de vie pour la presse, tandis que la position de l’institution qui porte le projet vacille dangereusement au cours de ce processus de communication. Cet empilement de discours est constitutif à la fois d’une représentation patrimoniale de l’espace en question, et de groupes en fonction des communautés d’intérêts qui se créent.

38Partenaire du parc dans cette opération, l’association du Conservatoire régional de l’habitat et des paysages va acquérir ses premiers terrains, soutenue par les fonds publics et des appels réguliers à souscription, s’affirmant de plus en plus comme un gestionnaire foncier. Elle essaie de favoriser le partenariat avec les acteurs économiques locaux et les propriétaires fonciers en utilisant un langage approprié à une production partagée du sens patrimonial de la montagne : les conventions.

39Au bout du compte le parc naturel régional apparaît comme l’organisateur de dispositifs qui tous reviennent à relier des actions individuelles pour en faire les moments de construction d’un espace commun. L’institution offre une écoute aux discours et aux intentions des acteurs, donne du poids – ou non – à leur parole, les inscrit dans un cadre territorial qui oriente dans un sens patrimonial ce qu’ils disent et font.

40L’histoire de la mise en place du classement est un exemple « frappant » de la représentation en acte : la modification de la disposition de l’espace touche le rapport au pouvoir de sa gestion et à la manière de le gérer. En fonction de cette « matrice de sens » de type biologique qui repense l’espace rural en tant que matière vivante, d’une part la valeur de l’espace des monts du Forez est redistribuée au profit du haut, d’autre part des usages sont déqualifiés, d’autres requalifiés (Ost, Rémy, Van Campenhoudt 1993). Roger Chartier, considérant l’approche de la notion de représentation collective selon Marcel Mauss, définit les « représentations collectives comme les matrices de pratiques constructrices du monde social lui-même » (1998 : 78). Ce qui est en jeu dans cette procédure de classement, à travers la représentation écologique et paysagère de l’espace, c’est d’une part la manière de concevoir la relation entre les hommes et leur territoire, d’autre part l’attachement de l’institution Parc à celui-ci. En conséquence, les gens du rural deviennent les partenaires, volontaires ou réfractaires, du parc naturel régional.

41L’ancrage spatial du patrimoine ne produit pas seulement un changement dans le rapport des hommes à leur espace vécu. Il ajoute une manière de concevoir le territoire et ses habitants dans le temps. La ressaisie pour un nouvel affichage public d’éléments traditionnels consiste à reformuler à la fois ces éléments et le groupe social qui les réanime dans un processus temporel. L’intérêt des parcs naturels régionaux pour le patrimoine rural à la fois culturel et naturel contribue à élargir considérablement le temps présent – celui (re)présenté – d’hier à aujourd’hui et demain. Cette référence à l’histoire, à la mémoire et au vivant est à comprendre pour les parcs naturels régionaux comme une procédure de légitimation de leur existence et du découpage spatial choisi qu’elle contribue à ancrer dans le temps. Un autre enjeu de l’implication d’une profondeur temporelle se situe dans la responsabilisation des groupes sociaux ainsi conduits à se penser dans leur rapport au temps, que ce soit en termes d’héritiers d’un patrimoine ou de dépositaires des richesses environnementales pour l’avenir.

42Avec cette procédure de classement, le parc cherche un accord entre les individus et les groupes sur la signification patrimoniale des symboles exhibés par chacun et sur la manière de les gérer. L’espace ainsi chargé en symboles patrimoniaux transmet aux protagonistes des règles de conduite. D’autant plus que l’obtention du classement, avec l’application du texte juridique qui en découle, donne force de loi à la représentation écologique d’un territoire, garantissant – sur le papier – à la fois l’application d’un comportement en adéquation avec l’environnement naturel et la construction d’un espace commun, au sens de patrimonial. Toutefois la spécificité des parcs naturels régionaux est de se fonder sur un texte qui, sans être un acte juridique, n’en est pas moins efficace : la charte de territoire qui guide leur action pour dix ans est à la fois un support de concertation et un acte symbolique qui structure collectivement un comportement en adéquation avec une manière de voir leur territoire.

  • 12 Dans sa première charte (1986), le parc Livradois-Forez se donnait comme « objectif fondamental » l (...)

43Ainsi, la gestion de leur collection territoriale ne peut aller sans celle des hommes qui vivent sur ce territoire et le font vivre. La sélection du patrimoine et son ancrage spatial participent du changement d’un « ordre reçu » en une « histoire à faire » (de Certeau 1975 : 84-85) dans un perpétuel travail d’ajustement des représentations et des pratiques des individus et des groupes autour de la représentation patrimoniale d’une nouvelle aire sociale12. Au regard de l’exemple du Livradois-Forez, les parcs nous apparaissent exercer une fonction essentielle et intime : à partir d’une disposition territoriale, ils opèrent une conversion sociale.

Bibliographie

Bibliographie

Certeau (de), M. 1975. L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard.

Chartier, R. 1998. Au bord de la falaise, Paris, Albin Michel.

Clifford, J. 1996. Malaise dans la culture, traduit de l’américain par M.-A. Sichère, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts.

Davallon, J., A. Micoud & C. Tardy. 1997. « Vers une évolution de la notion de patrimoine ? Réflexions à propos du patrimoine rural », in J. Grange Daniel & D. Poulot (éds), L’esprit des lieux. Le patrimoine et la cité, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, p. 194-205.

Di Méo, G. 1996. « Production des identités et attachement au lieu », in L’alchimie du patrimoine, Talence, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, p. 247-276.

Lits, M. 1997. « Le récit médiatique : un oxymore programmatique ? », Recherches en communication, Université catholique de Louvain, Département de communication, no 7, p. 37-59.

Micoud, A. 1989. « Le développement local, ou comment construire de nouveaux territoires », Revue internationale d’action communautaire, no 22/ 62, p. 33-38.

Ost, Fr., J. Rémy & L. Van Campenhoudt. 1993. Entre ville et nature, les sites semi-naturels. Approches sociologique et juridique des sites bruxellois, Publications des facultés universitaires, Saint-Louis.

Notes

1 Chiffres extraits de la base de données de la Fédération des parcs naturels régionaux de France pour 1999.

2 Ce texte s’appuie sur deux travaux menés en parallèle. L’un a été effectué dans le cadre de l’appel d’offres Nouveaux usages de la campagne et patrimoine lancé par la mission du Patrimoine ethnologique, 1995. Le second est notre doctorat en muséologie (sciences de l’information et de la communication), université de Saint-Étienne, 1999. Tous deux étaient placés sous la direction de Jean Davallon (université Jean-Monnet-cerem, Saint-Étienne) et d’André Micoud (cresal-cnrs, Saint-Étienne).

3 Nous considérons le territoire non pas comme un donné, c’est-à-dire un cadre qui circonscrit un environnement naturel et humain, mais dans la façon dont il est construit socialement par des individus. On se référera utilement aux travaux d’A. Micoud concernant le processus de construction des territoires (Micoud 1989).

4 Le parc naturel régional Livradois-Forez, créé en 1986, est situé dans la région Auvergne, à cheval sur les départements du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire. Il est l’un des premiers à donner la priorité à la fonction de développement économique, représentatif en cela de la seconde génération des Parcs. Son espace géographique s’articule en deux massifs de moyenne montagne, les monts du Livradois et du Forez, situés de part et d’autre de la vallée de la Dore qui relie du nord au sud les deux principaux noyaux urbains du Parc, Thiers et Ambert. En 1995, ce territoire couvre 316 000 ha, compte 175 communes et 110 500 habitants.

5 Ce qui nous importe est moins la définition du terme « discours » en tant qu’objet verbal qu’en terme de dispositif producteur d’interaction sociale, constitutif de groupes et de représentations. Ce qui amène à considérer comme discours une palette élargie d’énoncés que l’on peut classer en quatre registres : articles et ouvrages, documents institutionnels et techniques (comprenant l’ensemble des écrits produits par les acteurs), la presse et le média radiophonique.

6 Les appellations locales ajoutaient le nom de la commune du fabricant. L’appellation d’origine contrôlée « fourme d’Ambert ou de Montbrison » sera octroyée par décret en 1972. L’aire de production définie comprend les départements de la Loire, du Puy-de-Dôme, et une partie du Cantal.

7 Cette association deviendra successivement le Conservatoire régional de l’habitat et du patrimoine naturel, puis le Conservatoire des paysages d’Auvergne, avant de se diviser en deux branches : le Conservatoire des espaces et paysages d’Auvergne et le Conservatoire régional de l’habitat et des paysages (retour à la première appellation). Nous préciserons à plusieurs moments son investissement dans les monts du Forez.

8 Ce passage est extrait de l’enquête ethnologique intitulée Les couvertures végétales dans le Massif central et les Alpes du Sud, au chapitre concernant la « Technique du chaume du Forez » (Conservatoire régional de l’habitat et du patrimoine naturel d’Auvergne, 1989, p. 1-2).

9 Le programme Leader (Liaison entre actions de développement de l’économie rurale) est destiné « à entraîner un développement durable » dans les territoires en difficulté (faible densité de population, conditions géographiques difficiles).

10 Le parc Livradois-Forez collabore pour cette recherche et sa publication scientifique, Les Hautes Chaumes du Forez. Diagnostic écologique pour la gestion d’un espace sensible, avec l’université de Saint-Étienne et la Revue d’Auvergne (1993).

11 Nous avons analysé un corpus d’articles journalistiques issus du quotidien local La Montagne et d’un journal d’investigation critique, La Galipote.

12 Dans sa première charte (1986), le parc Livradois-Forez se donnait comme « objectif fondamental » le soutien aux habitants, selon lui les principaux acteurs du développement du territoire. Il souhaitait mettre en œuvre un travail de fond consistant à instaurer un nouveau regard des habitants sur leur territoire, capable de surmonter la fatalité du déclin, « à prendre conscience des possibilités qui leur sont offertes d’inverser ce processus ».

Auteur

Cécile Tardy conjoint dans ses recherches l’analyse du processus du devenir patrimoine de l’espace rural à partir des discours qui circulent dans notre société et une réflexion sur l’usage de la narration comme modélisation de cette action. Elle est chercheur en muséologie au Centre d’étude et de recherche sur les expositions et les musées et chargée de cours à la Formation continue de Saint-Étienne

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540