Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de tous nos désirs

 | 
Michel Rautenberg
, 
André Micoud
, 
Laurence Bérard
, 
et al.

I. Patrimonialisation et territoires : des enjeux politiques

L’invention du Mézenc

Anne-Marie Martin, Jean-Claude Mermet et Nadine Ribet

Texte intégral

1De l’opération de relance d’un produit traditionnel d’engraissement des bovins l’hiver dans le massif du Mézenc, on peut dire qu’elle a consisté d’abord en l’invention d’un nom : le « fin gras du Mézenc », en l’élaboration, ensuite, d’un récit d’édification d’un terroir, et, enfin, en la circonscription d’un territoire. C’est à l’invention du Mézenc comme nouveau territoire que sont consacrées ces lignes. Ce qui nécessite que l’on dise d’abord quelques mots à propos du contexte.

2La tradition des éleveurs du Mézenc n’avait pas de mot générique pour se dire. C’est sa mise en patrimoine qui l’a sommée de se dire comme permanence. Cette patrimonialisation apparaît, dans un premier temps, comme un dispositif qui force un certain nombre de pratiques traditionnelles à se dire et à s’écrire comme étant La tradition. La transformation du « bœuf de Pâques qu’on a toujours fait » en « tradition du fin gras » débute avec l’imposition d’un nom : le fin gras, au service d’une double invention. D’abord au sens de découverte d’un ensemble de pratiques d’engraissement et d’une production agricole qui n’avaient jamais été identifiées jusque-là, dont la renommée avait été régionale, mais qui n’avaient fait l’objet d’aucune formalisation scientifique ou folklorique. Ensuite comme création puisque le terme « fin gras », qu’on retrouve dans certains manuels de zootechnnie du xixe siècle à propos du classement des bœufs gras, n’appartient pas au langage vernaculaire. Les éleveurs du Mézenc et les autres acteurs de la filière d’engraissement, quant à eux, rangent d’emblée leurs pratiques sous le terme de : « bœuf de Pâques ». Avant même d’être reconnue pour telle, la tradition du bœuf de Pâques est en quelque sorte sommée de s’identifier au moyen d’un vocable étranger à la communauté, même si le terme « fin gras » est actuellement largement repris par les professionnels locaux de la filière. Ainsi les promoteurs du projet de relance de cette production traditionnelle construisent-ils un objet constitué d’un ensemble de pratiques et de savoir-faire sous un terme qui n’est ni connu, ni reconnu localement.

Une terre de confins

3Situé aux confins de deux départements, de deux régions, de deux anciennes provinces et juridictions qui ne se recoupent pas entre elles, ni d’ailleurs avec les découpages administratifs contemporains, le Mézenc est un espace-enjeu. Cet espace correspond à une zone de différenciation linguistique, à une amphizone entre occitan et franco-provençal. Il est traversé également par une frontière religieuse, pays protestant au nord et nord-est, catholique au sud et sud-ouest. Aux découpages politiques et administratifs traditionnels (communes et cantons) sont venues se superposer, depuis 1976, de nouvelles circonscriptions d’action émanant des inflexions des différentes politiques de développement local. Le Mézenc, tout particulièrement pour sa partie ardéchoise, a expérimenté la quasi-totalité des procédures de développement local. Chacune d’entre elles a engendré son territoire. L’ensemble aboutit à une cartographie complexe où le Mézenc n’apparaît jamais en qualité de centre : le massif du Mézenc est, au début de cette histoire, un non-territoire, ni du « plateau », ni des « montagnes ardéchoises ».

4Est-ce pour ces raisons que le Mézenc est resté longtemps à l’écart des préoccupations des professionnels de l’action patrimoniale ? Toujours est-il que c’est seulement depuis une vingtaine d’années que la région fait l’objet de recherches. Hormis le haut lieu que représente le Gerbier-de-Jonc, cette région n’a suscité que tardivement l’intérêt des politiques patrimoniales. Les éléments les plus intéressants de son architecture vernaculaire n’ont fait l’objet de classement que récemment.

5Mais, paradoxalement, que le Mézenc soit une région de confins peu connue et une sorte d’écart patrimonial a représenté un atout pour l’opération de relance du fin gras. D’une part, les chambres consulaires et les services de l’État des départements et des régions qui n’ont de compétences que sur une partie de l’espace concerné doivent bien prendre en compte les acteurs locaux qui, quant à eux, ne se sentent pas contraints par les limites administratives. C’est le cas de deux de ces acteurs que nous évoquerons ici : l’Association des élus du Mézenc et cette autre association à vocation patrimoniale dont le rôle a été décisif, l’Association des amis du Mézenc. D’autre part, l’absence locale de mise en scène des hommes et des techniques traditionnelles, la faible valeur patrimoniale de l’élevage bovin (l’engraisseur de bovins n’a pas l’aura patrimoniale du vigneron ou du pâtre) donnent à l’opération de relance du fin gras l’attrait d’une œuvre pionnière.

L’invention d’un lieu

6Sur quel fond de représentations indigènes des espaces le lieu Mézenc s’affirme-t-il ? Évoquons d’abord l’espace social localisé de l’éleveur. Ce n’est pas un espace professionnel homogène. Il est structuré selon les sociabilités professionnelles spécifiques aux types de production et est ainsi divisé en un territoire central du « pur » élevage et en un espace connexe d’élevage laitier (ou d’élevage « mixte », viande et lait). Ces deux productions engagent des rapports différents aux pairs : confrontation recherchée entre les éleveurs-viande dans une économie et une sociabilité de la montre, absence d’une base technique d’une telle sociabilité chez les éleveurs laitiers pris dans des relations professionnelles verticales.

7Du point de vue des relations sociales engagées à partir des pratiques professionnelles, l’éleveur et le producteur de lait s’opposent. Le lait ne se voit pas, est mis en container aussitôt trait, enlevé au petit jour par un ramasseur qui n’entre pas dans une relation marchande avec le producteur. La qualité professionnelle de l’agriculteur ne s’apprécie que par la médiation toute confidentielle de relevés d’analyses pratiquées en laboratoire. Le producteur de lait n’a pas à s’obliger à une confrontation professionnelle locale. Parmi les éleveurs qui ont une position intermédiaire liée à la mixité de leur production, certains disent bien le rétrécissement de l’espace social de l’agriculteur. La crise de la communauté rurale traditionnelle d’un côté, qui se renouvelle avec de plus en plus de difficultés, la technicisation professionnelle de l’autre, contribuent à la progressive délocalisation de l’espace social du producteur de lait. L’éleveur, par sa pratique, est au contraire un acteur de plus en plus décisif de la société locale en tant que société rurale, c’est-à-dire en tant que communauté. Ce n’est donc pas un hasard si des projets de développement comme celui du fin gras passent par lui. Même si l’essentiel de ses bêtes s’enlève à la ferme par le truchement des maquignons ou de la coopérative, l’éleveur connaît, lui, une sanction publique de son travail. Visiter l’agriculteur, c’est visiter son étable comme chez le vigneron la cave. Ce qu’il reste de foires et de concours perpétue cet idéal de publicité où la bête, par l’excellence de sa finition, vaut comme exposant de statut de l’éleveur. Le passage d’une sociabilité professionnelle locale fondée sur la confrontation, l’honneur, la montre et le voyage – l’éleveur n’a pas l’astreinte du producteur laitier et il se déplace volontiers, surtout pour aller acheter des bêtes – à une organisation professionnelle plus délocalisée, pour laquelle la coopérative a sans doute joué un rôle important, a, peu à peu, déplacé les enjeux, rendu moins nécessaire le rassemblement des bêtes et des hommes sur les foirails, sans toutefois en avoir eu complètement raison. L’ensemble des déplacements effectués dans une carrière sur les champs de foire permettrait de dresser la carte d’un autre territoire traditionnel du fin gras. Faire les foires autrefois conviait au voyage et non à de simples déplacements. Voyages, quelquefois sur plusieurs jours, impliquant une confrontation aux éléments naturels et aux normes professionnelles de l’élevage alors en vigueur, confrontation garante d’une forte adaptabilité.

  • 1 Un texte de Jules Romains évoque ainsi les hommes du Mézenc : « Pourtant, ils se vantent assez / D (...)

8Ces différences dans les sociabilités engendrent des représentations différentes de l’espace. Ce que posent, en effet, les éleveurs lorsqu’ils sont convoqués à dire une tradition, ce n’est pas un territoire mais un lieu. L’espace du fin gras, c’est d’abord le lieu de la communauté des éleveurs qui en revendiquent la tradition, laquelle étant inscrite dans un lieu se signifie symboliquement dans l’opposition unidimensionnelle du haut et du bas. Le fin gras appartient à ceux du Haut. Quand on pose à un des éleveurs la question : « Le Mézenc ça va d’où à où ? » un autre, présent à l’entretien, reformule la question en ces termes : « Jusqu’où ça descend ? » 1Toute tentative d’explicitation d’une norme spatiale du fin gras, de son aire d’appellation, apparaît alors comme une imposition et rencontre cette première difficulté dans l’ordre logique qui consiste à interroger l’espace mental de référence commun (celui qui, comme sur les cartes, n’a que deux dimensions).

  • 2 L’enquête effectuée à partir d’un premier réseau d’éleveurs catholiques a, de ce fait, méconnu l’e (...)

9Le rapport à l’espace des éleveurs est aussi de nature métonymique où le contenu vaut pour le contenant. Autrement dit, c’est en se qualifiant que les gens du Mézenc qualifient leur espace et instituent une réalité, celle du Mézenc, comme l’espace de « ceux-d’en-haut ». Cet usage métonymique de l’espace est entériné par la démarche ethnologique lorsqu’elle procède en réseau. Qu’est-ce que l’espace du fin gras si ce n’est celui qui est défini par la localisation des éleveurs que l’on enquête et dont le réseau est livré par les enquêtés eux-mêmes2 ?

10Les auteurs de l’enquête ethnologique destinée à établir scientifiquement la tradition notent, en effet, dans un document méthodologique :

Les personnes entretenues n’ont pas été, à proprement parler, sélectionnées. Nous avons procédé selon une logique de réseau, c’est-à-dire qu’à partir d’un premier contact avec un maire, membre de l’Association des amis du Mézenc, nous avons demandé à celui-ci de nous donner les coordonnées d’un ou plusieurs éleveurs parmi ses connaissances. Et ainsi de suite. Nous avons également eu recours aux contacts professionnels des techniciens des chambres d’agriculture ainsi qu’aux relations établies par les élus. Certaines personnes ont été contactées au moment de la foire grasse des Estables et d’autres par l’intermédiaire des journaux qui ont publié les résultats de la foire-concours. Une autre manière de faire aurait consisté à tirer un échantillon représentatif de la population des éleveurs du Mézenc. Or, l’absence d’une aire circonscrite ne permettait pas de déterminer une population mère.

  • 3 Il est significatif de ce point de vue que les ethnologues aient enquêté auprès d’un petit nombre (...)

11En adoptant la logique du réseau pour constituer le groupe d’éleveurs et de professionnels locaux de la filière viande interviewés, les ethnologues entérinent ainsi une double définition préalable du lieu du fin gras : celle des éleveurs qui désignent tour à tour d’autres éleveurs à contacter qu’ils estiment inscrits dans ce lieu, celle des techniciens des chambres d’agriculture qui fournissent des listes d’agriculteurs « pouvant être intéressants à enquêter dans le cadre de l’étude “fin gras du Mézenc” ». Tout se passe comme si la tradition de l’engraissement dans le massif du Mézenc avait donc bien une consistance spatiale sous la forme d’un lieu rattaché à la pratique du bœuf de Pâques « qu’on a toujours fait », mais non d’un territoire impliquant des délimitations a priori. Les connexions établies par l’enquête entre les réseaux des acteurs du terrain produisent un espace qui n’est pas interrogé en termes de centre ou de limites ni par les acteurs locaux, ni par les ethnologues3. L’espace du fin gras du Mézenc est d’abord qualifié par la procédure d’enquête alors que celle-ci prétend en faire un de ses objets. Ce lieu de la tradition s’impose donc aux différents acteurs du projet de relance, dans ce premier temps de la patrimonialisation, dans des termes autres que ceux de la circonscription.

12S’il en est ainsi, c’est qu’au départ de l’opération de relance a été posée par l’Association des amis du Mézenc et l’Association des élus la revendication d’un lien fort entre produit et terroir sous la forme d’un récit des origines.

L’invention d’un terroir

13Le document « inaugural » du projet fin gras comporte deux chapitres intitulés « Présentation du terroir » et « Présentation du produit ». On peut y lire :

Le Mézenc, c’est une altitude, un climat, des sols, des paysages, une architecture paysanne, des pratiques et une culture.
Altitude : suivant les lieux, la topographie, on peut dire que le Mézenc commence à une altitude comprise entre 1 100 et 1 200 mètres. Il s’agit d’une des très hautes terres du Massif central [...].
Climat : au carrefour d’influences océaniques, continentales et méditerranéennes, le Mézenc est une terre de contrastes marquée par l’extrême rigueur et l’extrême irrégularité du climat. [...]
Les sols : ils sont le plus souvent d’origine volcanique et donnent une très belle pelouse. Depuis longtemps les auteurs ont souligné la qualité des foins du Mézenc [...].
Les paysages : sucs et plateaux immenses composent des paysages multiples et souvent majestueux (cf. G. Sand, J. Romains, S. de Beauvoir...). [...]
L’architecture paysanne : ici les paysans sont montés jusqu’en haut. Les maisons de pierre volcaniques [...] témoignent tout à la fois de la rigueur du climat et de la volonté de vivre.
Des pratiques, une culture : cette rigueur et cette volonté ont forgé une culture montagnarde originale car loin d’être autarcique l’économie était largement fondée sur des échanges multiples avec de nombreuses régions du sud de la France.
Le Mézenc n’était sans doute pas le seul terroir à produire la viande persillée mais il était le seul à la produire de cette manière. En effet, contrairement aux autres très hautes terres du Massif central qui avaient, au fil des siècles, substitué la transhumance bovine à la transhumance ovine, sur le Mézenc, cette dernière a été progressivement remplacée par les exploitations permanentes à orientation bovine. On voit donc bien comment la viande de bœuf persillée est le produit de qualité d’un terroir particulier, et comment le Mézenc, dans toutes ses composantes, est le résultat d’un système agraire spécifique.
(Extrait de : Projet de relance de la viande de bœuf persillée du Mézenc, le réseau « fin gras », février 1995.)

14Le projet de relance du fin gras est ainsi présenté par les initiateurs du projet dans les termes d’un récit des origines qui inscrit l’histoire du fin gras dans la genèse de la communauté du Mézenc. L’installation de celle-ci se confond, en effet, avec la sédentarisation des premiers éleveurs par le truchement des moines qui édifient des granges massives couvertes de lauses. Le passage de la transhumance ovine à l’installation permanente d’éleveurs bovins est lié à une conjonction d’éléments naturels qui font de ce terroir une terre d’élection : le sol volcanique, les précipitations estivales modérées, etc. Cette mise en récit vaut comme discours de la Tradition en tant qu’il dit l’origine non seulement de la communauté des éleveurs mais de la communauté tout entière. Une opération de traduction de ces éléments factuels pourrait donner à ce récit l’allure d’un mythe d’origine. Ainsi :

  • 4 C’est ainsi que Jules Romains nomme le Mézenc dans Cromedeyre-le-Vieil, Gallimard, NRF, 1952.
  • 5 Les premiers documents d’archives concernant la région du Mézenc font état de ces cessions au prof (...)
  • 6 Deux des villages les plus proches du Mézenc se nomment Les Estables et Borée, Bovaria en bas lati (...)
  • 7 Roi : terme utilisé par les éleveurs du Mézenc pour désigner naguère leurs bœufs d’engrais présent (...)

15Au premier jour, sortit le feu de « la montagne des anciens jours4 » : les volcans et leur lave féconde. Le deuxième jour la pluie engendra les verts pâturages. Ensuite souffla le vent qui sécha le foin. Un autre jour, afin d’équiper leur croisade, les seigneurs du Mézenc cédèrent leurs terres aux moines5. Ceux-ci construisirent des granges dans lesquelles hommes, bêtes et foins purent s’abriter de longs hivers durant, installant ainsi la première communauté du Mézenc6. Ainsi furent créés le fin gras et sa race de bœufs Mézin. Depuis, à chaque nouvelle Pâque, les gens du Mézenc mangent leur Roi7.

16Si le fin gras fait autorité dans sa dénomination même, n’est-ce pas parce que le récit qui l’introduit se donne une profondeur historique qui rassemble tous les ingrédients d’un mythe d’origine, même s’il ne prétend pas en avoir la forme narrative ?

17A travers le projet Fin Gras, l’Association des amis du Mézenc, en même temps qu’elle propose cette mémoire-là du lieu, scelle son implantation, son lien au lieu. Créée en 1987, cette association, dont les objectifs sont « la connaissance, la mise en valeur et la défense du patrimoine tant naturel que culturel de la région du Mézenc », organise chaque année des animations, des expositions, des conférences-débats, des randonnées. Elle suscite, développe, gère et valorise des études et des recherches en ce domaine. Elle anime des projets de développement à contenu patrimonial. Pour mener à bien ce projet, les Amis du Mézenc se proposent de « réunir, sans exclusive, gens du pays, habitants, natifs et originaires, ainsi que tous ceux qui ont découvert un jour ce pays et n’ont plus jamais cessé de l’aimer ». Sous le terme revendiqué de « diaspora mézencole », l’association entend faire de ses membres les héritiers urbains d’une terre promise sur laquelle se projetteraient toutes les attentes d’une communauté dispersée. Diaspora que le milieu associatif dans sa composante « allogène » instrumentalise à travers ce projet de développement local. Signalons en effet que deux tiers des quatre cent vingt membres de l’association résident hors du massif du Mézenc.

18En fait, deux formes de mobilisation sont à l’œuvre au sein des Amis du Mézenc. La première, centrée sur la dimension expressive et un rythme calendaire : la saison d’été, qui implicitement pose la diaspora comme l’axe fédérateur d’une communauté retrouvée et ancrée dans l’ici-et-maintenant d’un imaginaire qui annule l’émigration. La seconde, axée sur la dimension instrumentale, c’est-à-dire orientée sur les objectifs de valorisation du patrimoine du Mézenc. Cette double mobilisation engendre deux types de territorialité, l’une instrumentale et l’autre expressive. Celle-ci a une origine et un centre autour d’une fête annuelle toujours organisée dans le même endroit. Celle-là, sans jamais se définir en termes de limites – les Amis du Mézenc ne circonscrivent pas le territoire du patrimoine qu’ils se proposent de mettre en valeur et revendiquent de ne pas le faire – est constituée d’autant de lieux que d’objets mis en valeur.

19Le territoire du patrimoine mézencole est ainsi construit à partir du travail de différents imaginaires qui sollicitent plusieurs types de mémoire. Si le territoire donne ainsi à voir ce que nous appelons un « chaînage » (ensemble des êtres passés, présents et à venir pris dans la transmission patrimoniale et qui constitue la forme sociale à partir de laquelle la chose transmise prend son sens), c’est qu’il a une dimension temporelle. Le territoire du patrimoine est de l’espace temporalisé. Dans une étude consacrée aux Sacra principiorum populi romani, Yan Thomas (1990 : 143-170) note l’importance de ce rite proprement politique qui consiste, à date fixe, à revenir sur le lieu où une lignée a commencé : « Dans l’origine se rencontrent deux tendances contraires entre le mouvement que suit le cours des générations – et que figure l’exil – et l’enracinement. » Le territoire de la transmission patrimoniale, avant d’être conçu comme le produit d’une circonscription ou d’une affirmation identitaire, doit être envisagé comme ce qui résulte d’une localisation, c’est-à-dire d’une fabrication de lieu défini à l’intersection du chaînage et du territoire.

D’un lieu à un territoire

  • 8 Mémoire, savoir-faire, tradition autour de l’engraissement dans le massif du Mézenc, Arimage, octo (...)

20Comment le processus de patrimonialisation va-t-il mettre en territoire le lieu d’une tradition ? Comment aboutit-il à une circonscription ? C’est une série d’ajustements successifs qui va donner progressivement au lieu la consistance d’un territoire au terme d’une série d’opérations techniques qui, même si elles ne sont pas explicitement interprétables comme des volontés de circonscription de tel ou tel acteur, vont bien aboutir à une consistance politique de cette nature. Parmi cette série de procédures techniques qui aboutissent de fait à la requalification de l’espace sous la forme de la construction d’un territoire du fin gras, on retiendra particulièrement les différentes étapes de la réalisation de deux films sur le fin gras8 : il est apparu par la suite qu’elles n’ont pas peu contribué à engendrer une série d’effets spatiaux.

21La sélection des lieux de tournage est le produit d’un ajustement entre l’équipe du film, les éleveurs et les commanditaires pour qui le versant ardéchois et le versant vellave doivent être représentés de façon égale en paysages et en hommes. La mise en scène de ces lieux produit un triple effet de localisation. Elle suggère une carte implicite du fin gras du Mézenc, elle assigne un lieu au projet Fin Gras, elle fait reconnaître éleveurs et paysages dans leur nouvelle identité « Fin Gras du Mézenc ». Mais ce lieu positif n’a pas encore de limites, n’est pas encore un territoire.

  • 9 Équipe de faucheurs.

22Le premier film met en scène un terroir du Mézenc à partir des moments de la pratique de l’éleveur en situation. Par exemple, celui-ci évoque sa connaissance de la flore pastorale, il parle du climat, de l’entretien des prairies, des états de mûrissement de l’herbe, il surveille son troupeau, fane, engrange son foin, explique sa qualité. Autrement dit, le film exhibe un terroir par la mise en scène de savoir-faire situés, et ce faisant, propose une circonscription par défaut. Le second film, dont la commande spécifie qu’il doit montrer le lien intime existant entre le produit fin gras et le territoire du Mézenc, a des effets sensiblement différents : il alterne dans le montage des images de terroir, c’est-à-dire des espaces – intérieur et extérieur – qualifiés par la pratique professionnelle des éleveurs, et des plans généraux « du pays » sans lien direct avec l’activité d’élevage, ainsi que des plans qui représentent ce que l’on pourrait appeler des espaces métaphoriques du fin gras. Par exemple, un plan est consacré à une « colle9 » de faucheurs dans la neige. Visualiser ainsi le produit fin gras comme produit à base de foin élaboré l’hiver n’a pas pour seul effet de décontextualiser la pratique de la fauche. Par cette métaphore, on recouvre le terroir d’une épaisseur de neige qui n’est plus tout à fait la neige de la communauté des éleveurs, celle qui « enferme », mais celle d’un espace touristique : le film montre des plans de chiens de traîneau, de scooters des neiges. Ainsi, le film fonctionne comme une propédeutique du passage du terroir au territoire.

23D’autres opérations plus habituelles ont participé aussi à cette transformation du terroir en territoire. Outre une campagne d’expérimentation ainsi qu’une action de formation des éleveurs, on en retiendra deux.

24L’inventaire floristique et l’analyse des foins constituent la première. Dans ce cadre des études furent entreprises qui visaient à donner « une identité floristique propre aux terres d’élevage mézencoles » et à en estimer la valeur fourragère. « Le recensement a été effectué sur des parcelles appartenant à des éleveurs “intéressés par le projet” ». Ainsi, le document publié permet de dresser une carte implicite du fin gras. Par exemple, on notera que les parcelles concernées se situent entre 1 250 mètres et 1 510 mètres d’altitude. Dans les nombreux documents publiés dans le cadre de cette opération, c’est la première trace écrite relative à l’altitude. Toutefois, celle-ci n’apparaît pas encore comme un des critères susceptibles de fournir une norme de délimitation de l’aire Fin Gras. L’altitude, dans cette étude, figure comme indice parmi d’autres : l’exposition, l’entretien, la fertilisation et le type de parcelle. De même dans le rapport : « Étude commentée des 44 analyses du foin du Mézenc », on signale dans l’introduction que l’analyse porte sur des foins issus de prairie de fauche d’altitude supérieure à 1 200 m. Sans être posée comme critère, voire comme norme, la mention de l’altitude qualifie de fait l’espace de référence : le fin gras ne saurait être autre chose qu’un produit de montagne (alors même que l’altitude n’est pas posée explicitement comme variable explicative de la qualité des foins).

25La seconde opération est la création d’une « fête du Fin Gras du Mézenc ». Celle-ci, à la demande des élus, veut être la fête de toutes les communes de l’espace Mézenc, et non pas d’une commune seulement, comme la foire. Pour ce faire, les élus de l’association ont souhaité en faire une fête tournante, intéressant successivement chaque commune du massif, et alternante, tantôt en Ardèche, tantôt en Haute-Loire. On passe ainsi d’un espace structuré par des hauts lieux, les foires, à un territoire, non encore délimité et dont les espaces, c’est-à-dire les communes, ne sont pas hiérarchisés symboliquement. Autrement dit, l’espace Mézenc qui n’a pas de périphérie ne trouve pas non plus, avec la fête, ce qui aurait pu être un centre.

26L’ensemble de ces opérations qui visent à dire et à montrer un lieu, le Mézenc, sans se donner explicitement pour objectif de le territorialiser, constitue autant de préalables à l’acte politique sans auteur de territorialisation du fin gras, dont l’aire sera officialisée dans le cahier des charges du fin gras.

27Le projet Fin Gras aura comme conséquence, entre autres, de rendre dénombrable la communauté des éleveurs par l’intermédiaire de l’adhésion à l’association Fin Gras et par la procédure d’agrément qui aboutit à la publication d’une liste d’éleveurs. En ce sens l’opération de relance agit sur la communauté en transformant les bases d’une représentation qui était particulariste, fondée sur un réseau extensible, sans configuration territoriale et dont la seule propriété substantielle est symbolique – les hommes d’en haut – alors que les autres critères d’affirmation identitaire ne se représentent dans les consciences des éleveurs que lors des confrontations ponctuelles de pairs au moment des foires notamment. C’est pourquoi les différentes procédures techniques nécessitées pour aboutir à la confection d’un cahier des charges (celui de l’« opération de relance ») engendrent littéralement une nouvelle communauté. Elles transforment la représentation du groupe dépositaire de la tradition et donc, sa consistance et sa légitimité. Autrement dit, elles transforment la communauté dépositaire en groupe destinateur ayant désormais le monopole de la transmission légitime.

Conclusion

28La construction d’un nouveau territoire du Mézenc apparaît moins le fait d’un jeu d’acteurs – les élus, les associations ou les professionnels – que le terme d’un processus social complexe d’attribution de sens à un espace construit, à un territoire sans frontières sinon sans limites. S’il en est ainsi, c’est que s’y conjuguent un sentiment d’appropriation de l’espace au sens économique et/ou symbolique – c’est à moi, c’est ma terre, ou mon domaine – et un sentiment d’appartenance – je suis de là. Relations d’appropriation et d’appartenance dont on peut faire l’hypothèse qu’elles sont au fondement de la distinction entre le territoire et le lieu. Pour approcher le rôle que peut tenir une association patrimoniale qui prétend s’identifier à la diaspora mézencole, il n’est pas inutile de citer Bossuet :

La société humaine demande qu’on aime la terre où l’on habite ensemble, ou la regarde comme une mère et une nourrice commune. Les hommes, en effet, se sentent liés par quelque chose de fort, lorsqu’ils songent que la même terre qui les a portés et nourris étant vivants, les recevra dans son sein quand ils seront morts.

29L’invention d’un « pays », comme celui du Mézenc, n’est-elle pas, de ce point de vue, d’abord le fait de la diaspora qui, de son exil, regarde son pays avec une autre focale et propose un nouvel espace pertinent de représentation, un paysage local expérimenté d’une autre manière, qui excède l’ombre de son clocher originaire en installant, par l’édification d’un patrimoine, ses morts dans un nouveau lieu, au sein d’une nouvelle communauté imaginée (Anderson 1996). Il a fallu ici trois concours pour l’émergence de ce sens nouveau. L’intervention, dans un premier temps, d’élus locaux qui, à l’occasion de ce projet de relance du fin gras, s’associent par-delà les limites administratives, fondant ainsi la possibilité d’une action politique pour faire advenir le Mézenc comme territoire. La présence d’une communauté professionnelle des éleveurs engraisseurs du Mézenc garante d’un lieu. Le recours, enfin, à des techniques d’objectivation et d’inscription qui, nécessitées par la confection d’un cahier des charges, vont faire prendre corps à un « produit » en même temps qu’à un « pays ».

Bibliographie

Bibliographie

Anderson, B. 1996. L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte.

Brunet, R. 1992. Les mots de la géographie, dictionnaire critique, Paris, La Documentation française.

Thomas, Y. 1990. « L’institution de l’origine : Sacra Principiorum Populi Romani », in M. Detienne (éd.), Tracés de fondation, Louvain-Paris, Peeters, p. 143-170.

Notes

1 Un texte de Jules Romains évoque ainsi les hommes du Mézenc : « Pourtant, ils se vantent assez / D’avoir en eux un autre sang / Ils disent : le peuple d’en bas. / Eux sont cousins avec le vent. »

2 L’enquête effectuée à partir d’un premier réseau d’éleveurs catholiques a, de ce fait, méconnu l’existence d’un groupe important d’éleveurs d’une confession protestante particulière qui s’interdisent l’association avec des personnes d’autres confessions réputées « impures » et qui, en conséquence, n’ont pas, par la suite, adhéré à l’association Fin Gras du Mézenc.

3 Il est significatif de ce point de vue que les ethnologues aient enquêté auprès d’un petit nombre d’éleveurs extérieurs au Massif pratiquant l’estive sans que leur approche particulière, sinon divergente, figure dans le rapport d’enquête final.

4 C’est ainsi que Jules Romains nomme le Mézenc dans Cromedeyre-le-Vieil, Gallimard, NRF, 1952.

5 Les premiers documents d’archives concernant la région du Mézenc font état de ces cessions au profit d’abbayes locales qui ont pour contrepartie l’équipement des futurs croisés et le pardon de leurs anciennes exactions.

6 Deux des villages les plus proches du Mézenc se nomment Les Estables et Borée, Bovaria en bas latin : lieu où l’on garde les vaches.

7 Roi : terme utilisé par les éleveurs du Mézenc pour désigner naguère leurs bœufs d’engrais présentés au concours.

8 Mémoire, savoir-faire, tradition autour de l’engraissement dans le massif du Mézenc, Arimage, octobre 1995 ; Rouge et blanc, la quête du fin gras, Arimage, septembre 1996.

9 Équipe de faucheurs.

Auteurs

Anne-Marie Martin mène une réflexion autour de l’image en alliant regard scientifique et regard artistique. Elle a produit des films sur le thème du savoir-faire lié à l’engraissement dans le massif du Mézenc, dans le cadre d’une action de valorisation d’une viande locale. Avec le groupe « Sang des bêtes », soutenu par la Bergerie de Rambouillet, elle travaille au projet « Pourquoi et comment montrer l’in-montrable » qui veut interroger le rapport homme-animal mis en scène dans l’abattage des animaux d’élevage. Elle est ethnologue et réalisatrice de films documentaires (Lyon)

Jean-Claude Mermet travaille sur les processus de patrimonialisation, sur la transmission patrimoniale, le don et la dette. Il fait partie du Groupe de recherche sur la socialisation, ESA 50-40. cnrs, Lyon II

Nadine Ribet situe ses champs de recherche en ethnologie contemporaine des sociétés rurales du domaine français : processus de construction sociale des patrimoines et des territoires, transmission des savoirs et savoir-faire au sein des systèmes et techniques agraires, représentations symboliques engagées dans le rapport à la nature. Elle applique également sa recherche en ethnologie aux actions de développement local. Elle est ethnologue, rattachée au laboratoire d’anthropologie « Dyre » et chargée de cours à l’université Blaise-Pascal et à l’École d’architecture de Clermont-Ferrand.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540