Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

THATCamp Paris 2012

Lieux et communautés

Sciences participatives

Proposé par Jean-Pierre Girard

Collectif

Résumé

Une proposition de transfert de non-savoirs faire ! Un programme non pas de recherche mais de valorisation de l’archéologie. Nombreuses pratiques interdites au public. Plusieurs expérimentations lancées ou identifiées. L’objectif est de partir de cet état des lieux pour travailler ensemble au problème que pose une discipline très très technique, très très terrain et à ses limites et comment peut étendre la réflexion à d’autres disciplines.

Texte intégral

Introduction

1Jean-Pierre, qui a proposé cet atelier, participe au projet « Truelles et pixels » soutenu par le CNRS (Centre national de la recherche scientifique), l’université de Lyon 2 et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Ce projet tente d’établir des rapports avec le grand public pour construire des liens entre science et société (dont la valorisation des savoirs scolaires vis-à-vis du public des collèges) à travers des contenus et services numériques ludiques et interactifs (par exemple des documentaires Internet ou un « simulateur d’archéologie » multi-supports).

2L’objectif est de déconstruire la mythologie de l’archéologue (alimentée par l’imagerie cinématographique dans la lignée du personnage d’Indiana Jones) pour montrer la réalité de son travail scientifique, qui regroupe une grande diversité de métiers, de disciplines et d’outils.

3Il poursuit avec la présentation de plusieurs textes et références sur les sites collaboratifs dont l’article de Pierre Merckle, « Vers des sciences sociales citoyennes ? » Dans cet article, l’auteur évoque la notion d’« interprétation partagée » et pose une question : « Dans quelle mesure le public lui-même peut-il aider les scientifiques en apportant des compétences que les scientifiques n’ont pas ? »

4Jean-Pierre cite aussi les travaux de Paola Tubaro et d’Antonio Casilli sur les émeutes de Londres de 2010, présentés par Pierre Mounier (Homo numéricus, 28 août-9 septembre 2011). Ces travaux ont montré comment « l’usage de méthodes computationnelles peut aider à réconcilier recherche et demande sociale (à condition de ne pas verser dans le fétichisme de l’outil informatique). »

5Ensuite il présente rapidement plusieurs sites construits sur les logiques participatives ou collaboratives :

  • Site Babelio : les lecteurs sont encouragés à émettre des critiques des livres qu’ils lisent, non pas en concurrence de la critique professionnelle mais en complément de celle-ci. Le site invite également à qualifier les lectures, créant ainsi une « folksonomie » différente des mots-clés du catalogage utilisés par la Bibliothèque nationale de France (BNF) et la base professionnelle Electre, ce qui ouvre de nouvelles possibilités de choix de lecture ;

  • Site ArchéoProvence : le site propose à des archéologues amateurs de contribuer à un inventaire de leurs découvertes, notamment à travers une carte archéologique participative. Mais dans ce cas il existe un enjeu légal : la pratique de l’archéologie en France est très encadrée par des textes de lois (cf. Code du Patrimoine). Seules des personnes compétentes et dûment autorisées par l’État peuvent effectuer des fouilles archéologiques. Le risque de ce type de site collaboratif est qu’il puisse alimenter, quelles que soient les intentions des participants, des pratiques illégales et des trafics de vestiges archéologiques, qui se traduisent parfois par de véritables pillages de sites. C’est pourquoi la carte archéologique de la France (officielle) n’est, quant à elle, pas publique1 ;

  • Le site Artefacts propose de collecter des informations sur les petits objets archéologiques recueillis par tout un chacun. Ce type de prospection est peu, voire pas du tout pris en compte dans les inventaires et les bases de données officielles : l’étude du corpus ainsi généré fait polémique au sein de la recherche ;

  • Le site Archéozoo propose une plate-forme collaborative permettant aux chercheurs en archéozoologie de décrire les types de restes osseux d’animaux sur lesquels ils travaillent ;

  • Le site du National Geographic propose d’utiliser les images de Google Earth pour que les internautes identifient sur les images satellitaires des formes susceptibles d’être des sites archéologiques ;

  • Site des Archives départementales de la Vienne met en ligne un outil d’indexation collective pour enrichir l’indexation des recensements de la Vienne.

6Les sites collaboratifs de généalogie se multiplient. Même si la généalogie n’est pas une discipline scientifique, ces sites démontrent les possibilités de collaboration en ligne massive dont certaines disciplines scientifiques pourraient peut-être s’inspirer.

7D’autres sites collaboratifs à visée scientifique sont mentionnés dans le domaine des sciences de la nature :

  • L’observatoire des escargots ;

  • Missions Printemps  : une expérience de dénombrement massif des espèces naturelles (faune et flore). Chaque mesure est localisée en vue d’analyse comparée avec les évolutions climatologiques ;

  • Le programme européen « Urbanbees » : à Lyon et dans la communauté urbaine des « nichoirs » à abeilles ont été installés pour pouvoir observer à moyen terme les populations ainsi fixées. Les internautes sont par exemple invités à poster leurs photos d’abeilles, de nidification etc. et de participer ainsi à une exposition en ligne.

8Plusieurs notions sont abordées pendant les échanges avec les participants présents dans la salle : crowdsourcing, analyse encadrée des données, enrichissement collectif, taxonomies collectives, indexation collaborative, big data.

9L’intérêt majeur des sites collaboratifs, à caractère scientifique ou lancés par des communautés scientifiques, est de démultiplier la capacité d’une communauté scientifique à aborder et à alimenter un corpus, grâce à la participation d’un public d’amateurs. La réussite des sites collaboratifs dépend donc de la capacité des réseaux à récupérer durablement des informations utiles à une communauté. Il conviendrait d’explorer les marges du concept de « site collaboratif », d’identifier les initiatives qui fonctionnent et celles qui échouent, et de tenter de comprendre les raisons des succès et celles des échecs de ce genre d’entreprise.

Tour de table et discussions

10Après cette riche introduction, chaque participant de l’atelier se présente en quelques mots et évoque ses questionnements autour du thème des sciences participatives, et éventuellement son expérience dans ce domaine. Des points de vue différents se dégagent de la discussion, issus de corps de métier multiples.

11Les sciences participatives intéressent le doctorant en médecine qui assiste à l’atelier pour découvrir des expériences de sites collaboratifs dans les sciences humaines et sociales. Il s’interroge sur les modalités d’appropriation par les publics de sites collaboratifs (il travaille sur un projet de dossier médical en ligne). Il évoque la notion d’« empowerment » (engagement) du citoyen.

12Pour le domaine de l’édition et de la traduction des langues (langues étrangères vers le français), l’application des procédures collaboratives peut s’avérer intéressante. Les pads (prises de notes collaboratives) réalisés pendant les séances du ThatCamp sont un exemple de travail participatif réalisé par la communauté pour elle-même ou utilisable par d’autres communautés. Dans des projets de traduction participative, il peut être utile de mettre en œuvre le système du wiki.

13Le journaliste scientifique s’intéresse notamment au data journalism, aux données qui peuvent être recueillies de manière collaborative sur des sujets pouvant intéresser les journalistes scientifiques. Il cite plusieurs exemples de ce type d’initiatives :

  • Le site Prix de l’eau ;

  • Le site Mémoire d’Algérie . Des journalistes ont exploité des données provenant d’archives non publiées, habituellement difficiles à récupérer pour des historiens. Ce site comporte une cartographie et une frise chronologie (timeline) permettant de visualiser les données recueillies ;

  • Le site Journalism ++, fondés par d’anciens membres d’OWNI.

14Le mouvement de l’open access qui permet la circulation des données pour diverses communautés, intéresse particulièrement le journaliste.

15Une interrogation sur la question de la validation des données publiées sur des sites collaboratifs émerge dans la discussion.

16Les personnes impliquées dans des programmes de recherche, par exemple des ANR, s’interrogent sur la façon d’adapter les outils des chercheurs à des populations de non-chercheurs. Des problèmes d’ordre méthodologique et de compétences scientifiques se posent. Il faudrait dépasser les craintes et appréhensions entre les communautés, pour pouvoir aller plus loin dans ces collaborations entre scientifiques et non-scientifiques.

17Ces liens entre population scientifique et non-scientifique intéressent également les personnes travaillant dans le domaine de l’édition. Dans ce contexte on peut évoquer un projet de redocumentalisation comme le projet de partage de photos du débarquement de Normandie lors de la Seconde guerre mondiale qui consiste en une gestion collaborative de métadonnées effectuée conjointement par des spécialistes et des non-spécialistes. PhotosNormandie est un projet collaboratif portant sur 3 044 photos historiques de la bataille de Normandie (6 juin à fin août 1944). Il a pour but d’améliorer (corriger, compléter, voire créer en identifiant les personnes) les légendes des photos. Depuis le 29 janvier 2007, plus de 7 100 descriptions de photos ont été complétées et corrigées (certaines ont été mises à jour plusieurs fois).

18Un questionnement sur la notion de science citoyenne, qui ne paraît pas toujours adaptée et qui peut, parfois, se traduire par des erreurs dans l’évaluation des contributions des non-scientifiques émerge dans la discussion. À titre d’exemple, en astronomie, de nombreuses « découvertes » sont déclarées par des amateurs, mais qui se révèlent être déjà connues des scientifiques. Certaines expériences de transcription de manuscrits réalisées (dans certaines limites) par le grand public n’apportent pas toujours les résultats escomptés par les initiateurs de projets. Une nouvelle qualification des phénomènes semble nécessaire : on devrait parler de « science citoyenne » et de « science participative » (qui semble préférable), car ces termes ne sont pas équivalents.

19Une autre question concerne la façon dont on peut connaître ou faire connaître ce genre de projets. La création d’un nouvel outil qui inventorie les sites et les projets collaboratifs, notamment en sciences humaines et sociales, semblerait nécessaire à l’heure actuelle.

20Le point de vue de l’ingénieur de recherche en archéologie vient nourrir la discussion. Des données archéologiques descriptives qui sont les données issues des carnets de terrain des archéologues qui deviennent, de plus en plus, des carnets numériques sont évoquées. Aujourd’hui l’utilisation de tablettes est une nouvelle étape dans le développement de ce processus. Ces dispositifs, certes innovants, posent des problèmes de méthodes, car ils introduisent des changements dans le rapport au terrain et à sa transcription. Pour certains archéologues, l’utilisation de tablettes numériques peut se traduire par des risques de perte d’information : pérennité des données numériques, mais aussi perte de « sensibilité » due à la normalisation induite par les interfaces d’enregistrement (ce qui amène à envisager de faire coexister deux modes d’enregistrement des données du terrain : le mode traditionnel sur support papier et le mode numérique).

21Les projets de cartographie collaborative comme OpenStreetMap méritent également l’attention. Il s’agit d’un projet qui se présente comme une alternative à Google Map, opérée par les internautes à travers une interface normalisée (cf. infra).

22L’un des intervenants qui collabore au Centre virtuel de la connaissance sur l’Europe, est engagé dans divers projets participatifs. Il a commencé par s’intéresser à SecondLife qui, pour lui, est une sorte de plate-forme collaborative. Il a suivi le projet International Spaceflight Museum qui produit un inventaire d’objets en relation avec le domaine spatial. Des projets participatifs, comme le projet de Virtual Museum, soulèvent la question de l’identité des gens qui contribuent à de tels projets, mais aussi de leur motivation. Une question éthique émergente dans ces situations collaboratives est mise en avant. Il s’agit souvent de professionnels qui, dans leurs domaines respectifs, font le choix de travailler volontairement pour la collectivité.

23Une conceptrice de projets multimédia, s’interroge sur la façon d’intégrer la dimension participative à partir de l’exemple de deux projets :

241. Le site « Musette-nature  » conduit avec le parc naturel régional des volcans d’Auvergne, qui a permis la rédaction de fiches découvertes utilisées sur le terrain par des publics scolaires (enseignants et élèves, en lien avec le programme en sciences de la vie et de la terre), mais aussi par le grand public, dans le cadre de découvertes touristiques. Une plate-forme d’échange, pour évaluer les connaissances acquises sur le site, a été mise en place. Son objectif est d’évaluer la capacité de passer du contenu d’un site à une observation sur le terrain. L’évaluation s’appuie sur des questionnaires destinés à des enseignants. Le problème est que la plate-forme s’adresse en réalité à des publics très différents. Le retour d’expérience a donc imposé au site d’évoluer. Un participant exprime l’importance du rôle des modérateurs pour ce type de site, et la difficulté pour un projet hybride (tourisme et scolaire) à satisfaire deux publics (enseignants et touristes).

252. Le centre d’interprétation du temple de Mercure (deuxième siècle après J.-C.) situé au sommet du puy de Dôme. Il s’agit d’un site archéologique qui fut longtemps peu valorisé. Un centre d’interprétation a été créé avec des archéologues, pour montrer comment le temple a été construit. Des problèmes de représentation du temple (pas de consensus scientifique) se sont posés. De là est née la question « Peut-on proposer aux visiteurs de suggérer leur propre interprétation du temple ? » Autrement dit : « La contribution des visiteurs peut-elle venir en complément (à la place ?) des interprétations des scientifiques ? », et, si oui, comment et à quelles conditions ?

26Le projet OpenStreetMap (OSM) apparaît dans la discussion car il pourrait être une alternative à d’autres projets, comme celui de Google qui abuserait selon certains de son rôle.

27Devant cet exemple et d’autres évoqués précédemment, des questions portant sur les compétences nécessaires et les contraintes de temps auxquelles les acteurs impliqués doivent faire face pour produire et valider des données surgissent. Les projets existants sont variés et les perspectives et les méthodes mises en œuvre sont variées. Du point de vue de la méthode, si l’on parle de cartographie, on constate une prépondérance des thèmes liés à la circulation automobile. À l’inverse, les items permettant la description de l’environnement se sont révélés d’une grande pauvreté.

28La variété des projets peut être illustrée par des sites comme : http ://www.spipoll.org/ (dénombrement d’insectes) dont les consignes méthodologiques sont d’une grande complexité (contraintes de formats et de taille des photos à déposer sur le site).

29Face à tous ces projets, cependant, il est regrettable de constater le manque d’échanges humains dans l’apprentissage de l’utilisation des outils collaboratifs.

30D’autres intervenants s’intéressent aux possibilités de faire découvrir au grand public les travaux des sciences humaines et sociales par le biais de ce genre de sites.

31La question de la négociation entre ceux qui recueillent les données et ceux qui sont en mesure de les exploiter, notamment pour des besoins d’information environnementale et de santé est évoquée. Une négociation semble nécessaire entre le « donneur d’ordres » et le participant sur le protocole de recueil des données, mais aussi sur la propriété et la diffusion ultérieure des données rassemblées/apportées à la collectivité.

32La dernière intervenante du tour de table travaille en ethnomusicologie au CNRS (Centre de Recherche en Ethnomusicologie). Elle a participé à une plate-forme de diffusion d’archives sonores des chercheurs, Telemeta. Il en ressort un besoin de contribution des populations pour décrire et enrichir les archives, car les porteurs de ce projet n’ont pas la capacité pour traiter les volumes de données recueillies par ce projet (manque de temps, de personnel et de compétences). Un wiki a donc été mis en place pour ce projet : http ://www.telemeta.org/. Sur ce site, il est possible de signer les contributions, de les annoter et de les identifier. Les membres de ce projet réfléchissent à la réalisation de blogs et d’autres outils d’échange pour les utilisateurs (forum, messageries).

33En poursuivant la discussion, on cite les études faites sur les tendances de recherche des internautes avec GoogleTrends et de la capacité prédictive (en suivi d’épidémie, par exemple) d’une analyse de ces big data. Il propose de s’inspirer de ce qui est fait par les sociétés privées présentes sur l’Internet dans un but commercial, pour l’appliquer dans le cadre des recherches scientifiques sans but commercial.

34L’utilisation du travail collaboratif de manière implicite est flagrante dans l’utilisation faire des codes CAPTCHA. Il s’agit de lettres en format image que les internautes retranscrivent en caractères alphanumériques pour distinguer des usages volontaires de pages de sites Internet entre des humains et des robots. Le système de reCAPTCHA, mis au point par des chercheurs de l’université Carnegie-Mellon, appartient à Google depuis fin 2009 et contribue à déboguer la transcriptions OCR des livres numérisés par le programme Google Books.

35La question qui se pose est celle de l’information des utilisateurs concernant l’utilisation de ces données qui proviennent de leur usage d’internet.

36D’où la question : dans quel contexte juridique, éthique, etc., les données des sites participatifs, fussent-ils scientifiques et publics, sont-elles exploitées ?

37La question éthique qui émerge des méthodes et des stratégies différentes susceptibles d’être utilisées pour arriver à des résultats scientifiques est inévitablement posée.

38À ce propos, on évoque un projet NutriNet-Santé, projet de recherche épidémiologique (« santé participative ») pour lequel les internautes sont invités à déclarer les médicaments qu’ils prennent.

39On revient sur la question des intentions et des responsabilités de ceux qui participent à un ensemble collaboratif. Le travail effectué par Thierry Joliveau sur son blog à propos de la carte publiée par Facebook en décembre 2010 sur les membres connectés est cité : http ://mondegeonumerique.wordpress.com/2011/01/10/500-millions-damis-la-carte-de-facebook-1-deconstruction/

40Le travail de déconstruction-analyse-étude de l’évolution effectué par T. Joliveau sur les représentations cartographiques publiées par Facebook montre comment des images produites à partir des données de connexion sont instrumentalisées pour créer ce qui est censé être une donnée objective, dans le but de démontrer une omniprésence de Facebook dans le monde.

41En conclusion de ce tour d’horizon, au cours duquel les sujets abordés ont été très variés, les projets collaboratifs apparaissent comme des sortes de « capteurs sociaux », ce qui soulève des questions parmi lesquelles celle-ci : quelle est la capacité explicative du chercheur face aux données déposées par les internautes ? De même, la question de la propriété des données et de leur partage ainsi que la responsabilité associée, reste entièrement posée. Enfin, il faut peut-être accepter un niveau d’incertitude sur le devenir des données, lorsqu’on s’engage dans des projets participatifs.

Pour conclure : quelques pistes de réflexion

42Ces questions peuvent être synthétisées en quelques grands thèmes, dont certains recoupent les idées émises lors de la non-conférence d’ouverture de ce THATCamp :

43Procédures : On doit souligner l’importance et la complexité des procédures, et montrer le risque (généralement implicite mais masqué) de simplification des données. Ce qui rejoint l’une des principales interrogations de la non-conférence : qu’est-ce donc cette donnée que les digital humanities se proposent de traiter ?

44Données : Elles sont à interroger sous tous les angles : qualité des contributeurs, qualité de l’interface, degré de compétence scientifique implicite requise par le projet, homogénéisation ou, pire, surdétermination par l’outil des contributions recueillies… Toutes ces questions doivent être posées en amont, par le concepteur de l’expérience, et les réponses réinterrogées en aval, par les analystes du corpus recueilli.

45Appropriation par le public : Elle est indispensable parce qu’elle conditionne le sentiment de responsabilité des utilisateurs/internautes participants à ces projets collaboratifs. Il importe donc de fonder leur motivation sur un socle solide. On doit s’interroger sur cette motivation : pourquoi participer ? Qu’attend l’internaute de sa participation à « ce » projet collaboratif, à court terme, à moyen terme ? Quel retour lui offrir ?

46Science ou médiation ? Peut-être est-ce une partie de la réponse à la question précédente. Si on considère l’internaute comme une ressource corvéable et gratuite, éventuellement récompensée par le sentiment de servir la science, la transmission de savoir/savoir-faire, voire la diffusion en retour ou le partage de l’accès à des informations l’enrichissant personnellement apparaît important.

47Déontologie L’internaute devenant un participant à part entière du projet scientifique, il doit être traité comme tel : transparence des intentions et des demandes du « donneur d’ordres », transparence aussi du traitement qui sera fait, ou peut être fait ensuite, des données recueillies, enfin clarté du cadre juridique du projet, ce qui inclut les responsabilités respectives des uns et des autres, mais aussi les questions de propriété, de droit d’usage, des données (les données individuellement transmises par l’internaute, le corpus global).

48In fine, le consensus se fait autour l’idée de la mise en place d’un outil de recensement des expériences scientifiques participatives… qui devrait lui-même être un outil participatif. Dans ce domaine, on évoque le site Europeana et les projets d’inventaire de projets collaboratifs. Il s’agira donc de vérifier si un tel site n’existe pas déjà.

49Dans l’immédiat, une suite sera donnée à cet atelier par l’ouverture d’un carnet de recherches sur Hypothèses.org consacré aux expériences participatives.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Creative Commons - Attribution-ShareAlike 3.0 Unported - CC BY-SA 3.0

Lire

Open access

Acheter