Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de tous nos désirs

 | 
Michel Rautenberg
, 
André Micoud
, 
Laurence Bérard
, 
et al.

I. Patrimonialisation et territoires : des enjeux politiques

Enjeux territoriaux du patrimoine à Tokaj Hegyalya (Hongrie)

Zsuzsa Cros et Yves Luginbühl

Texte intégral

1Une gestion de ses biens en bon père de famille implique d’assurer leur reproduction, c’est-à-dire leur transmission de génération en génération : il s’agit de maintenir la lignée qui lie les aïeux aux descendants et les biens qui leurs sont attachés. C’est la règle de la continuité qui se manifeste sous la forme de l’héritage et assure le maintien des biens privés dans le temps. Les États qui adhèrent à ce principe s’en sont inspirés en instituant un système d’inventaire et de sauvegarde de biens publics, contribuant ainsi, au nom de l’intérêt général, à assurer la permanence dans le temps long de ce qui ressortit à ce patrimoine national.

2Lorsque cette continuité est rompue, lorsque l’État change les règles de la transmission des biens, que devient ce patrimoine et à quelles pratiques donne-t-il lieu ? Telle pourrait être en effet la question qui se pose dans l’exemple du vignoble de Tokaj en Hongrie, lorsque l’on connaît les ruptures que celui-ci a connues dans les décennies passées : d’abord soumis à un régime de propriété privée, puis passant après la Seconde Guerre mondiale sous un régime collectiviste, ce vignoble a renoué avec la privatisation des biens lors de l’effondrement du bloc soviétique.

3Certes, pendant la période collectiviste, l’État hongrois n’a pas éradiqué toute pratique de protection du patrimoine national : les châteaux représentatifs de l’histoire nationale, les églises, les bâtiments classés pour leur qualité architecturale, les musées, les réserves naturelles ont fait l’objet d’une politique officielle, sans doute liée à la volonté de maintenir une forme de sentiment national et l’image de l’identité hongroise. Mais tout ce qui relevait de la propriété individuelle des classes opposées à l’établissement du collectivisme, c’est-à-dire les biens de l’aristocratie, de l’Église (sauf les lieux de culte), les biens des commerçants et des artisans, a été nationalisé, transformé pour l’usage social ou collectif, ou même parfois laissé à l’abandon. Ce renversement de la valeur des biens privatifs s’est accompagné d’une transformation profonde de la structure du territoire : le vignoble s’est transformé par translation vers la plaine des vignes plantées sur de grandes parcelles pour une production de masse destinée au marché russe. Seuls les domaines minuscules des petits propriétaires ont été épargnés, pour permettre une production de compensation qui ressortit davantage à l’économie domestique.

41989 marque une nouvelle rupture : la libéralisation et la privatisation liées au changement politique conduisent à effacer plus ou moins brutalement les traces de la période collectiviste et à revaloriser tout ce qui relevait de la propriété privée et ce qui était lié à l’histoire d’« avant », comme les traditions locales. Mais ce sont surtout les éléments du patrimoine local, en particulier le patrimoine vitivinicole comme les grands domaines, les chais, les maisons de maître et les caves qui, faisant partie du lot de privatisation, reprennent une valeur à la fois économique et symbolique.

5Le changement politique entraîne ainsi la réappropriation et la « mise sur le marché » de tout ce qui pouvait constituer un patrimoine, autant au sens collectif qu’individuel : quels sont les objectifs et les stratégies des acteurs qui s’emparent de ces biens ? Leur revalorisation mène-t-elle à une mise en cohérence spatiale, à la construction de nouveaux territoires ? Il est difficile aujourd’hui de l’affirmer : les acteurs du vignoble de Tokaj peinent à instaurer un véritable dynamisme régional où chacun trouverait sa place dans l’édification d’un projet commun.

6Ces deux questions seront examinées d’une part à travers les changements de valeur des éléments du patrimoine, les pratiques qu’ils suscitent, puis d’autre part à travers les obstacles qui surgissent et s’opposent aux désirs de construire un véritable territoire en marche vers un développement partagé.

Les changements de valeur des éléments du patrimoine

  • 1 Cette enquête a été réalisée par des chercheurs du laboratoire ladyss dans le vignoble de Tokaj en (...)

7Qu’il soit matériel ou symbolique, le patrimoine fait l’objet dans ce changement d’un processus de réappropriation qui passe par deux étapes souvent concomitantes : attribution d’une nouvelle valeur ou réactivation d’une valeur occultée, mise en œuvre de pratiques ayant des objectifs divers, à la fois économiques et sociaux selon les acteurs et leur place dans la société locale. Lors de l’enquête 1 destinée à comprendre les modalités de cette construction et les objets ou symboles porteurs d’un sens patrimonial, ce concept de « patrimoine » a présenté de nombreuses ambiguïtés, liées précisément aux sens éminemment variables que les uns et les autres donnent au terme même de patrimoine. Cependant, ce terme révèle, dans cette région d’activité principalement viticole, une focalisation nette de ce qui est considéré comme patrimoine sur le vin et ce qui est lié à sa production. Le vin, la vigne, les caves, les savoir-faire et pratiques viticoles ancestrales arrivent en tête de ce qui est pensé comme patrimoine local, avant l’architecture, les traditions, le paysage et la nature.

  • 2 Selon le slogan hérité du xviiie siècle : « rex vinorum, vinum regium ».

8C’est d’abord le vin, qui, dans ces ruptures historiques, se transforme, entraînant un changement de l’aire de rayonnement de son image. D’abord considéré comme un vin de qualité, roi des vins et vin des rois2, il tombe dans l’oubli des consommateurs habituels des vins de luxe du monde occidental pour alimenter en quantité le marché russe pendant la période collectiviste, puis son image se renverse. Elle renoue avec celle de la qualité : le vin de Tokaj redevient un vin exportable pour le marché des connaisseurs, cherchant à rivaliser avec l’ensemble des vins liquoreux ou plus largement avec les vins destinés à la fête. Cette production de vin liquoreux est en effet effectuée, comme le prétend un viticulteur descendant de sa lignée, depuis l’époque où un ecclésiastique – bien évidemment auréolé de tout le mystère que lui confère sa fonction – découvre la possibilité de produire un vin liquoreux, l’aszú, grâce à l’action d’une moisissure très répandue dans les vignobles, Botrytis cinerea. Sous certaines conditions climatiques, celle-ci dessèche les grains de raisin sans qu’ils pourrissent. La nébulosité due à la présence proche des marais du Bodrog favorise le développement de cette moisissure noble, augmentant la teneur en sucre des raisins.

9Plusieurs sociétés étrangères, françaises notamment, investissent dans le vignoble, faisant ainsi le pari de redonner au vin de Tokaj une place sur le marché des vins de fête. Très vite cependant, une contestation apparaît sur la véritable valeur gustative de ce vin. Jusqu’alors élevé dans des fûts de chêne pendant plusieurs années, le vin aszú acquiert une saveur particulière due à l’oxydation générée par les échanges gazeux que permet ce mode de conservation. Mais cette technique suppose le stockage de quantités importantes de vin. Les nouvelles sociétés vitivinicoles, cherchant à échapper à cette contrainte des stocks, militent pour un vin plus réductif, commercialisé plus tôt. La saveur du vin change avec cette technique, elle fait l’objet d’un débat local dans lequel les vignerons hongrois défendent la tradition de l’élevage en fûts de chêne, authentique méthode de Tokaj. Derrière ce nouveau goût du vin, se cachent des enjeux économiques opposant grandes sociétés à capitaux étrangers et petits vignerons ne disposant que de très peu de moyens. Ceux-ci commercialisent le plus souvent leur vin en vrac sur un marché plus ou moins informel, évidemment moins orienté vers l’exportation, échappant aux contrôles de qualité et à la fiscalité.

10La vigne, localisée autrefois sur les coteaux, a été, pendant la période collectiviste, souvent plantée dans la plaine et irriguée pour satisfaire aux exigences de la quantité. Après le changement politique, sa nouvelle localisation sur les coteaux lui donne une autre valeur : celle d’une vigne destinée à renouer avec son image de grand vin de luxe, c’est-à-dire avec celle qu’en donnait le Tokaj Album, publication de la fin du xixe siècle dont l’objectif était d’assurer la publicité du vin de Tokaj à l’étranger. Cette localisation que les sociétés d’investisseurs ont recherchée associe ainsi à la vigne une certaine structure de production et une technicité élaborée, qu’ont représentées les maisons de négoce anciennes et que représentent les nouvelles. Certains cépages locaux, moins valorisés pendant la période collectiviste parce que perdus dans la masse avec les autres cépages, comme le furmint, retrouvent leurs lettres de noblesse : le harslevelu, cépage spécifique du vignoble de Tokaj, est devenu pour certains œnologues des grandes sociétés étrangères une vigne de valeur, et donne lieu à une production particulière, par l’élevage d’un aszú spécifique, isolé du reste de la vinification.

  • 3 Ces parcelles appartenant aux petits vignerons sont dénommées « jardins de vigne », souvent associ (...)

11Cependant, les petites parcelles de vignes3, qui ont été longtemps le seul bien des petits viticulteurs ou des ouvriers des maisons de négoce puis du Borkombinat, sont toujours associées par ceux-ci à la vraie viticulture de Tokaj, car pratiquées ainsi depuis des siècles. Pour les nouveaux viticulteurs « modernes », elles manifestent par leurs formes et les techniques employées un certain archaïsme contraire à la réhabilitation du vignoble : elles sont souvent encore plantées en foule, comme elles le furent avant la crise phylloxérique dans toute l’Europe. Elles restent pour les petits vignerons ou ceux qui font de la vigne un hobby le seul lien à l’activité viticole de Tokaj, une valeur héritée de l’histoire.

12Ce dualisme des valeurs se retrouve dans les caves, entre celles qui, ayant appartenu aux princes et aristocrates, telle celle de Rákoczi, ont acquis une renommée, une valeur historique et symbolique parce qu’elles sont associées au patrimoine national, et les caves des petits vignerons, anonymes et plus banales. Les premières ont renforcé leur valeur de représentation de l’entreprise vinicole, le lieu où celle-ci se montre au monde et où se pratique la dégustation du vin. Les secondes, qui incarnent comme auparavant le complément de l’indépendance, se voient attribuer pourtant une nouvelle valeur : les villages de caves, caractéristiques de la région de Tokaj, acquièrent une autre image patrimoniale dans la société locale, mais ne sont pas reconnus au titre des monuments classés. Elles n’ont pas encore acquis le statut de patrimoine vernaculaire comme c’est le cas dans un autre vignoble hongrois, celui de Villány, région productrice de vin rouge au sud de la Hongrie où les villages de caves sont protégés. Mais elles le deviendront certainement un jour, l’action politique leur attribuant une valeur qui donne une place à la petite viticulture, comme une compensation à l’appropriation par les grandes sociétés du capital économique essentiel du vignoble.

  • 4 Puttony : panier mesure étalon de la quantité de raisin botrytisé qui est ajouté au moût pour la f (...)

13Ces tentatives de revalorisation des attributs du vignoble touchent l’ensemble de ce qui constitue la structure et le fonctionnement de celui-ci et soulèvent des débats et des contestations du changement dans lequel les principaux acteurs, les entreprises étrangères, se voient à la fois jalousées, imitées et critiquées. Le débat qui porte sur la valeur du vin et les nouvelles technologies de vinification, déjà évoqué, entraîne un ensemble de réactions comme l’attribution par la société locale de qualités patrimoniales à tout ce qui caractérisait la méthode traditionnelle : les fûts de Gönc, les puttony4, les pipettes, les bouchons de verre des fûts destinés à assurer l’oxydation du vin trouvent une nouvelle valeur auprès des petits vignerons car ils témoignent de leur ancrage dans l’histoire, face aux investisseurs étrangers qui ne peuvent s’en réclamer. Soudainement, ces objets et les savoir-faire qui leur étaient associés et qui avaient été oubliés se réinscrivent dans la continuité historique, mais ils n’ont que cette valeur symbolique, sans être pour autant des composantes essentielles de l’économie future du vignoble. Quant à la méthode de fabrication de l’aszú, elle ne pouvait être matérialisée par un quelconque témoignage écrit : c’est oralement qu’elle s’est transmise, comme un secret jalousement préservé. Aussi, pour les petits vignerons, les grandes sociétés étrangères n’ont aucune légitimité pour s’approprier le savoir du vin.

14L’histoire locale elle aussi est saisie par ce changement des valeurs : Tokaj resurgit comme le territoire le plus magyar (même si, au fond, il l’est toujours resté), le lieu d’où sont parties les luttes d’indépendance de la nation hongroise, celui où l’on parle le meilleur hongrois. La référence à Rákoczi, prince qui a conduit cette lutte au xviie siècle, est utilisée par tous, y compris par les investisseurs étrangers dont plusieurs se sont approprié les caves, alors que les habitants de la région leur contestent cet usage. La résurgence des fêtes est ainsi une occasion pour revaloriser les traditions et en particulier les pratiques viticoles. La fête de la vendange, événement collectif supprimé pendant la période collectiviste, réapparaît par l’action des collectivités locales comme une manifestation qui vise à mettre en scène les traditions viticoles. Elle est cependant un moment à objectif purement économique pour les investisseurs, sa mise en scène constituant un acte participant de la publicité faite au vin, dont ils profitent peut-être les premiers. Elle est considérée par les petits vignerons comme un moment de valorisation de pratiques collectives et partagées, mais certains d’entre eux ne lui reconnaissent pas le caractère de l’authenticité qu’elle avait « avant », à une époque que l’on ne sait plus très bien identifier.

15L’architecture locale, qui s’est matérialisée longtemps dans la maison à arcades, recouvre également chez les jeunes populations une valeur que lui avait confisquée la maison « cube » de la période de normalisation du confort. Ne trouvant pas de nouveaux destinataires, les maisons de négoce, témoignant souvent d’une recherche architecturale sophistiquée, ont le plus souvent été oubliées, ou gommées de la mémoire, parce qu’elles étaient investies d’une connotation bourgeoise qu’il fallait combattre. Certains investisseurs ont su en réhabiliter quelques-unes au nom de la reconstruction d’une image de marque, mais le plus souvent, ils s’inspirent des formes qu’elles suggèrent pour rebâtir des constructions plus appropriées aux exigences de la vinification moderne, tout en démontrant qu’ils se coulent dans le « ton » local.

16Les valeurs attribuées à ce « patrimoine » sont parfois plus ambiguës, comme celles qu’inspirent le paysage, l’environnement ou la nature des collines de Zemplén : le mont Tokaj reste la forme symbolique et emblématique du vignoble, comme les méandres marécageux du Bodrog. L’un et l’autre représentant la condition indispensable à la production des nobles grains de raisins aszú, pour la production qui signe la valeur essentielle du vignoble, mais aussi une valeur de patrimoine « naturel » aux yeux des milieux naturalistes en raison de la flore et de la faune qu’ils abritent.

Des pratiques de réappropriation du patrimoine différenciées selon les acteurs

17Ces nouvelles valeurs attribuées aux éléments du patrimoine se trouvent en fait mises en œuvre de manière très diverse selon les acteurs, ce qui accroît leur diversité et surtout leur ambiguïté. Le changement a provoqué une redistribution des cartes et des rôles. Tout le monde ayant une attache à la vigne dans le cadre d’une pluriactivité, par un lien parfois ténu, les enjeux se focalisent sur la vigne et le vin. Aussi tout ce qui s’attache à un développement ou à une évolution des techniques et des structures viticoles prête à des interprétations parfois ambivalentes de la part des acteurs et à des tentatives de réappropriation diverses, mais dont la signification économique est décisive.

Une réappropriation sélective par les acteurs économiques importants

18Lorsque le monopole du Borkombinat prend fin, les biens de l’État sont privatisés ; les acteurs qui profitent de cette nouvelle redistribution sont surtout ceux qui, statutairement, ont un droit à la propriété viticole, ceux qui, financièrement, sont soutenus par des fonds étrangers ou ceux qui se coulent dans le nouveau dispositif en raison de leurs liens antérieurs avec le Borkombinat ou de leurs compétences.

19Les stratégies des acteurs qui ont un poids dans l’économie locale consistent en fait à s’approprier ce qui permet de reconstituer un domaine viticole dont la production est à la fois conforme à la continuité historique des valeurs reconnues du vin noble, l’aszú, inscrite dans le marché libéral qui s’ouvre sur le monde et modernisée selon les technologies vinicoles contemporaines. Deux voies principales permettent de mettre en œuvre ces stratégies : d’une part l’usage des bons de privatisation grâce auxquels est possible la récupération des biens correspondant à la valeur des avoirs collectivisés, d’autre part le recours aux capitaux étrangers. L’emprunt concomitant de ces deux voies renforce les capacités de cette reconstitution de domaines économiquement viables.

20La réappropriation des biens vitivinicoles se fait alors par des pratiques sélectives, qui consistent en un choix raisonné et subtil des éléments patrimoniaux susceptibles d’accroître les chances de composer un domaine apte à entrer dans le marché mondial. Les premiers acteurs de cette appropriation sont les investisseurs étrangers : attirés par le mythe de ce vin et la perspective de faire fructifier des investissements dans un régime libéral, ils se lancent dans l’aventure économique. Il s’agit de retrouver le territoire d’origine et de relancer ce produit « fabuleux » (sic). Ces pionniers aptes à investir cherchent donc à faire revivre les circonstances qui ont fait la gloire du tokaj, en s’appuyant sur l’image des grands domaines d’antan, mais aussi sur un modèle technique et commercial importé : ils ont acquis les meilleurs coteaux, en conservant leur nom local, les meilleures caves et le bâti le plus prestigieux, réhabilitent celui-ci ou construisent du neuf en faisant appel aux architectes qui pastichent les formes architecturales locales. Ces pratiques se traduisent d’ailleurs dans les formes de la vigne et dans le paysage : les nouvelles vignes, en densité plus élevée et basses, sont cultivées en rangées plus serrées permettant l’utilisation des tracteurs enjambeurs. C’est à une stratégie à double sens que se livrent ces sociétés : d’un côté la recherche de l’efficacité technique et économique, de l’autre celle de la représentation qui cherche à ne pas heurter les sensibilités locales en leur empruntant des formes ayant valeur de symbole. Elles ont vite repéré les meilleurs techniciens, œnologues du Borkombinat, qui, d’une certaine manière, appartiennent au patrimoine technologique du vignoble.

21Ces détenteurs des savoirs et connaisseurs du milieu local se sont trouvés être les techniciens incontournables, placés au cœur du nouveau dispositif économique. Ils tiennent un rôle essentiel en tant que directeurs des nouvelles sociétés étrangères ou viticulteurs indépendants produisant des vins de haute qualité. Ils connaissent les technologies, et se sentent investis d’une haute mission : maintenir la qualité des vins, créer un cadre valorisant leurs produits et acquérir des moyens pour s’approprier et mettre en valeur des éléments du patrimoine. Souvent « cultivés », possédant plusieurs langues étrangères, ils ont su profiter de leur situation centrale pour se placer aux meilleurs postes et ménager la susceptibilité des habitants, bien qu’ils soient devenus peu à peu critiques à l’égard des petits vignerons. A leur avis, ceux-ci ne produisent pas un vin de qualité homogène et bénéficient de privilèges en échappant aux taxes fiscales sur leur production.

22Dans ce jeu sélectif de réappropriation, les anciens employés du Borkombinat, recevant des bons de privatisation en fonction de leur ancienneté dans l’entreprise, misent ainsi sur ce droit, sur les biens qu’ils récupèrent et sur leur place dans la société locale ou leurs liens avec des investisseurs potentiels. L’ancienne aristocratie reconstitue des domaines grâce à des fonds étrangers, réaffiche ses noms et ses titres (domaine du comte de Degenfeld, de la baronne Waldbott par exemple). Un vaste troc des propriétés viticoles échangées pour des biens de consommation ou lors de ventes aux enchères permet à certains acteurs bien placés ou aux entreprises étrangères de rassembler des vignes localisées sur les meilleurs coteaux dans leur domaine. L’ex-Borkombinat, ayant réduit ses effectifs, est devenu une entreprise concurrente, conservant grâce à ses relations et à son antériorité le marché intérieur, en même temps qu’il bénéficie de ses connaissances du milieu local. Cette situation est identique pour les coopératives qui, ayant appartenu au Borkombinat, ont été restructurées pour devenir des entreprises.

23Enfin, les agents touristiques exploitent l’histoire du vignoble focalisé autour de quelques événements, ou personnages et lieux historiques. En relation avec les investisseurs étrangers et quelques viticulteurs locaux, ils organisent la dégustation pour les groupes dans des lieux mis en scène selon des formes qui se veulent authentiques.

Les tentatives plus modestes des autres acteurs

24Face à cette appropriation active du patrimoine vitivinicole le plus susceptible d’assurer un développement économique, les autres acteurs ont souvent une attitude plus passive ou cherchent alors à mettre en œuvre des stratégies de mise en scène du patrimoine qui n’a pas déjà été approprié, même s’il est plus symbolique, pour tenter d’affirmer leur place dans le changement social et économique du vignoble.

25C’est notamment le cas des collectivités locales, et en particulier des quatre villes de la région de Tokaj Hegyalya qui œuvrent pour mettre en valeur leur patrimoine, sans toutefois envisager une quelconque coordination de leurs actions. Elles entrent ainsi en concurrence en cherchant à se positionner sur le marché de la culture et à renforcer leur attractivité économique. La ville de Tokaj par exemple a remis en état le centre-ville pour redevenir le centre attractif de la région viticole, elle engage un développement touristique, organise des fêtes dont l’une est dédiée à la vendange, ouvre de nouvelles écoles pour rivaliser avec Sárospatak. La ville de Szerencs réhabilite le château Rákoczi, qui, comme à Sárospatak, devient le centre d’intérêt prestigieux autour duquel s’affirme son image de ville dynamique et réalise de nouveaux équipements. Quant à Sárospatak, elle s’accroche à l’image de son passé de ville culturelle renommée alors que Sátoraljaújhely, ancien centre administratif, perd de son dynamisme antérieur. Ces tentatives timides de développement, pourtant, restent isolées. Elles ne retiennent pas toujours l’adhésion des populations, leur objectif n’est plus de célébrer un acte collectif, mais d’attirer par la mise en scène des clients pour l’activité touristique.

26Les autres communes semblent beaucoup plus démunies : les villages donnent l’image d’un laisser-aller général, leurs élus étant davantage préoccupés par l’aménagement des infrastructures, alors que leur patrimoine architectural tombe dans l’oubli et le délabrement. Toutefois, le discours des élus manifeste une évidente volonté de récupération du patrimoine local et des traditions. Ils affichent des intentions d’engager des actions mais ne parviennent pas à concrétiser leurs objectifs.

  • 5 Les étiquettes indiquent l’origine localisée du vin avec l’image du château, le nom du lieu et du (...)
  • 6 La plupart d’entre eux adhèrent à l’association Tokaj Renaissance, organisation qui regroupe les s (...)

27Plus ambiguë est l’attitude, par rapport à ce patrimoine local, des viticulteurs (par vocation ou filiation) qui possèdent un petit domaine (quelques hectares). Souvent démunis de moyens, ils hésitent entre tentative d’acquisition ou de valorisation de biens patrimoniaux et passivité. S’affirmant comme les détenteurs du savoir-faire local, ils tentent de recréer un cadre qui valorise le patrimoine traditionnel, en organisant des lieux de dégustation, dans des caves décorées, en utilisant des étiquettes soignées et illustrées 5 pour les bouteilles. Ils organisent des vendanges collectives suivies d’un repas « traditionnel », participent aux concours de vins, assurent la vente essentiellement sur place ou par relations, tout en affirmant souvent que « le bon vin n’a pas besoin d’enseigne ». Ils se situent en fait dans une attitude ambivalente, imitant les grandes sociétés étrangères et établissant des relations avec elles 6 mais revendiquant leur ancrage historique par la possession d’ouvrages anciens sur le vin. Il est cependant clair que dans ce groupe, certains ont su profiter du démantèlement du Borkombinat pour en récupérer les équipements et se placer en tête des viticulteurs locaux. Quelques-uns opposent cependant une résistance plus farouche à l’arrivée des investisseurs étrangers, critiquant leurs techniques et même l’authenticité de leurs produits : ils constituent un noyau où se retrouvent également restaurateurs et commerçants, souvent pluriactifs dynamiques, défenseurs acharnés du local.

28C’est cependant le groupe des petits viticulteurs, présents en très grand nombre, très attachés à leur lopin de vigne, qui affiche la plus grande passivité, bien qu’ils contestent la place privilégiée donnée aux sociétés étrangères. Leur jardin de vigne symbolise leur appartenance à la région. La vigne ne représente en réalité qu’un petit revenu d’appoint, un hobby, ils ne possèdent ni les surfaces, ni les moyens pour s’engager dans une forme « moderne » d’exploitation. S’ils fabriquent du vin, c’est pour leur propre consommation ou une vente modérée en vrac. Chez eux, la tradition reste vivace, elle se manifeste notamment au moment de la vendange qui constitue une forme de valorisation d’une pratique collective et partagée.

29L’analyse de la construction de ce patrimoine permet ainsi de lire le changement social à l’œuvre dans le vignoble. Affirmer que cette redistribution est uniquement due à un accès inégal aux moyens financiers serait un peu simpliste : d’autres facteurs interviennent, qui rendent difficiles la synergie des efforts des uns et des autres pour la mise en œuvre d’un projet territorial commun.

Quel patrimoine pour quel territoire ?

30La multiplicité des acteurs de ce vignoble est à la mesure de la diversité des échelles de leurs interventions : les uns s’inscrivent dans un marché international alors que d’autres restent attachés à un lopin de vigne. La société locale hésite ainsi à se positionner dans une échelle territoriale favorable à une valorisation partagée du vignoble et de son patrimoine.

La diversité des échelles d’intervention

31L’association produit/pays, propre à de nombreux vignobles, est indéniablement opératoire à Tokaj Hegyalya. Le vin de Tokaj est produit sur une aire d’appellation délimitée en 1737 par ordonnance royale, date ancienne qui témoigne de la reconnaissance précoce de cette association. Ce territoire est identifié aussi par l’image de trois monts, représentant les formes triangulaires des cônes volcaniques des montagnes de Zemplén et définissant un triangle sacré, bornes symboliques et emblématiques citées dans les proverbes, et qui figure sur le blason de la ville de Tokaj ou sur les étiquettes.

  • 7 Dans un atlas français du xve siècle, la référence au vin de Tokaj est déjà présente.

32Malgré de nombreuses variations, les limites de cette région viticole historique sont restées identiques, mais à l’intérieur de l’aire d’appellation le vignoble a toujours été écartelé entre diverses échelles laissant des empreintes fortes sur le territoire et dans la société locale. La dimension nationale et internationale de l’aszú a été affirmée au xviie siècle par le prince Rákoczi, faisant sa réputation dans les cours européennes, mais ce vin était déjà connu à l’étranger deux siècles avant au moins7. Pendant la période communiste une grande partie du vignoble est transformée suivant les normes de la globalisation socialiste et sa production reste encore un vin à vocation commerciale internationale mais limitée au marché des pays de l’Est. L’arrivée des investisseurs étrangers au début des années quatre-vingt-dix ouvre les limites de ce marché à l’échelle mondiale, ceux-ci espérant surtout retrouver leur clientèle des pays occidentaux, plus aptes à offrir des consommateurs aisés et appréciant ce type de vin.

33L’évolution historique du vignoble confirme donc cette échelle internationale à laquelle des acteurs de la société de Tokaj interviennent depuis plusieurs siècles. Mais ce lien entre la région et les pays « clients » ne se formalisant qu’à travers le vin et ses caractères organoleptiques, il ne renvoie pas forcément à un territoire connu, identifié géographiquement et socialement. Le consommateur de vin de Tokaj ne connaît de cette région que les symboles paysagers qui figurent sur les étiquettes, lorsqu’ils existent, et en ignore presque tout.

34Ce n’est d’ailleurs pas l’objectif des producteurs de faire connaître le territoire de Tokaj, même si le Tokaj Album de la seconde moitié du xixe siècle procédait de cette volonté de faire reconnaître, au-delà du produit lui-même, la région qui lui est associée. Mais cette échelle de diffusion du Tokaj est en même temps indéniablement liée aux pouvoirs politique et économique. C’est par l’intermédiaire des acteurs politiques et des acteurs économiques les mieux pourvus que cette articulation avec l’international est assurée, ne serait-ce que parce que ce sont ces acteurs-là qui ont les moyens et l’ambition de dépasser la valeur locale du vin, de l’ériger en produit phare de la nation hongroise à l’étranger. Le vin de Tokaj participe ainsi d’enjeux stratégiques qui interviennent dans la place de la nation hongroise dans le monde, comme un étendard. Mais par là même, cette symbolique efface le rôle de la région productrice et de ses structures : au vin de Tokaj est associée la Hongrie et non la région de Tokaj Hegyalya qui se fond et disparaît dans un ensemble territorial plus vaste.

35La région resurgit à son échelle, locale, avec la société des petits vignerons et les petites vignes familiales de quelques ares qui font partie d’un mode de vie des habitants ancré dans la continuité historique et qui a résisté à la collectivisation. Ces vignes forment aujourd’hui une mosaïque étendue de petites parcelles éparpillées d’aspect relativement hétérogène, plus ou moins entretenues, parsemées de petits cabanons hétéroclites qui présentent une tout autre image que celle que l’on attend d’une région viticole renommée. Elles représentent néanmoins le patrimoine viticole individuel de nombreuses familles, mais aussi un patrimoine symboliquement collectif, une forme de résistance d’une partie de la société locale aux processus de recomposition que le vignoble a connus et où interviennent des facteurs liés à la dimension internationale. Bien que les discours des habitants se réfèrent à l’échelle de la nation, même à celle de la réputation mondiale du vin de Tokaj, c’est davantage l’appartenance à la région de Tokaj Hegyalya ou aux collines de Zemplén qui domine leurs propos. Les petits vignerons restent en fait très attachés à leur propre commune ou à leur jardin de vigne.

36Leur statut de producteurs de vin reste peu affirmé, peu présent dans le paysage local. Tout au plus certains ont-ils commencé à signaler leur cave par des panneaux. La plupart du temps, ces caves ne sont pas propices à la valorisation du vin et à sa commercialisation qui se font en marge du marché officiel. Pour les petits viticulteurs, le patrimoine prend une dimension plus spirituelle que matérielle, qui se manifeste dans leurs discours par les valeurs attribuées au vin, à la vigne, aux « traditions », aux savoir-faire. Rares sont ceux qui ont aménagé les alentours de la cave ou de la maison dans le dessein d’attirer la clientèle, comme cela se fait dans d’autres vignobles, bien que quelques manifestations de cette volonté apparaissent. Redorer l’image du vin est devenu l’affaire des étrangers : les acteurs locaux se sentent à la fois dépossédés et spectateurs de ce qui se passe, comme si ce n’était pas leur affaire, parce que les étrangers s’en sont emparés. Seuls quelques vignerons qui ont fait allégeance avec ces sociétés étrangères et qui ont trouvé des moyens pour moderniser leurs installations font effectivement la preuve de tentatives de revalorisation matérielle du patrimoine vitivinicole et se sont engagés dans un processus de commercialisation internationale.

37Les territoires des uns, que représente le marché international, ne recouvrent ainsi pas les territoires des autres, même si des plages communes existent, celles-ci représentant précisément l’ensemble des valeurs patrimoniales. Le patrimoine local, qu’il soit viticole ou qu’il appartienne à d’autres sphères, se trouve ainsi écartelé entre divers acteurs sous les effets des processus de changement social et politique.

Un territoire éclaté

38Les publications du xixe siècle déjà évoquées, comme le Tokaj Album, ou le petit livre du vin de Tokaj publié par Palugyay, négociant de Presbourg, témoignaient déjà d’une tentative de territorialisation et de patrimonialisation des attributs du vignoble pour faire connaître le vin et son territoire et en donner une image unifiée, pour relancer un vin qui était peut-être en crise ou en concurrence avec le champagne. Ces ouvrages parurent d’ailleurs à un moment où le pouvoir autrichien tenta d’opposer des obstacles à la commercialisation du vin de Tokaj et des vins hongrois pour favoriser celle des vins autrichiens.

39Bien qu’affirmé comme unitaire et identifié comme tel, le territoire de Tokaj Hegyalya n’a pas de véritable existence régionale en tant qu’espace social et politique se démarquant fortement de son environnement. Il possède tous les atouts pour devenir un territoire de projet politique et social, mais ceux-ci se trouvent éparpillés et les groupes qui se les sont appropriés ne sont pas unis par un projet commun clairement défini. Cet écartèlement est confirmé par de nombreux faits historiques, géographiques ou sociaux.

40Le traité de Trianon a coupé ce territoire de son centre commercial régional, la ville de Kassa (aujourd’hui Kosice en Slovaquie), ville située au nord et hors de l’aire viticole, dont le centre aux allures bourgeoises répondait à un rayonnement culturel et à la fonction de négoce du vin. La tentative de reconstitution par certaines collectivités locales de la route des vins, qui emprunte ce chemin vers l’ancien centre négociant, réactive un débat existant à l’échelle nationale. Cette coupure a renforcé l’isolement de la région aux confins orientaux de la Hongrie, et la division des territoires par les frontières nationales a même fait éclater le vignoble de Tokaj en tant qu’ensemble géographique : il se trouve aujourd’hui divisé, alors que les collines de Zemplén et l’appellation même de Tokaj se prolongent à l’est au-delà de la frontière slovaque.

  • 8 Megye signifie département.

41La région de Tokaj appartient à un département « artificiellement » composé de trois pays très différents, sans liens ou affinités historiques : le « Borsod-Abaúj-Zemplén megye8 » est le rassemblement de ces trois entités, Zemplén étant le pays des collines volcaniques où s’étend le vignoble. L’ensemble de ce département est classé en zone défavorisée bénéficiant d’une aide au développement, statut qui n’est pas très valorisant dans la tentative d’affirmation d’un territoire chargé de sens politique. La gestion territoriale en voie de réorganisation se traduit par l’absence de niveau équivalent à une « unité régionale » et par la difficulté pour les acteurs politiques de l’aménagement du territoire de se mettre d’accord au niveau national pour la délimitation des régions. Cette absence favorise le renforcement du rôle des communes qui deviennent plus autonomes, et ne facilite pas l’intercommunalité. Chaque ville ou bourg cherche à imposer son rayonnement sur la région et une conception différenciée du territoire de la petite région de Tokaj mettant en avant divers types de sol, des conditions naturelles diverses, etc.

42Le refus d’une gestion concertée du territoire s’explique par la peur de toute action affirmant un sens du collectif, associé à la référence de la période collectiviste passée ; ainsi chaque groupe d’acteurs, chaque institution gèrent-ils leur territoire à leur manière, à des échelles différentes, les stratégies étant plus individuelles que collectives : la réappropriation du patrimoine se fait par petits bouts ou éléments séparés, au gré des moyens que chacun est capable d’y investir ; il est bien évident que les capitaux étrangers sur lesquels s’appuient les nouvelles sociétés viticoles favorisent leurs capacités d’appropriation de tout élément patrimonial susceptible d’être valorisé. Cet écartèlement économique et social n’est pas propice à une cohésion territoriale dans la revalorisation du patrimoine.

43Les tentatives de reprise en main par le biais d’une organisation à caractère intercommunal plus territorialisée et collective (communes de montagnes, Tokaj-Renaissance, association Tokaj Hegyalya, association des communes de Zemplén) se soldent aussi par une superposition et un recouvrement partiels des territoires et des secteurs d’intervention, sans que les responsables de ces regroupements ne parviennent à une complémentarité ou à une concertation entre ces différentes instances : c’est davantage dans la concurrence que se produisent les débats et que se mettent en place les pratiques, aboutissant à cet écartèlement social du patrimoine viticole et sans doute également de celui des autres activités.

Conclusion

44Pourtant clairement identifié comme un territoire à part entière, présentant des caractéristiques propres et uniques, le vignoble de Tokaj Hegyalya révèle à travers ces ruptures politiques une difficulté à s’affirmer comme un espace autonome et porteur d’un projet social et économique partagé. Ces ruptures ont affaibli les pouvoirs politiques locaux en redéfinissant une échelle territoriale où le vignoble ne se reconnaît plus. Ce vide a été comblé par un autre pouvoir, celui du capital économique étranger, qui, après l’échec du capital d’État, a permis une réappropriation inégale du patrimoine local au profit des investisseurs venus d’Europe occidentale. Malgré les discours des responsables politiques locaux qui affirment l’identité de la région viticole, aucune volonté n’émerge qui pourrait orchestrer la mise en œuvre des attributs de cette identité constitutifs du patrimoine régional. La société locale « bricole » ainsi avec ce qui lui reste de patrimoine, contestant plus le rôle des investisseurs étrangers que les pouvoirs politiques. Mais ces formes de contestation – qui ne sont pas, il est vrai, très violentes, peut-être parce que ne voyant pas d’issue à une situation difficile – ne sont-elles pas en fait une contestation d’une connivence supposée entre les nouveaux pouvoirs économiques et les pouvoirs politiques ?

45C’est peut-être en effet cette alliance imaginaire ou réelle entre les nouveaux maîtres économiques du vignoble et des hommes politiques locaux ne trouvant de ressource autre que dans l’investissement étranger qui annihile toute volonté d’organisation locale. On comprendrait alors mieux que le patrimoine ait, pour la majorité des habitants de Tokaj Hegyalya, une valeur spirituelle plus forte que sa propre matérialité inaccessible parce qu’il deviendrait ainsi un refuge idéel et 0identitaire.

Notes

1 Cette enquête a été réalisée par des chercheurs du laboratoire ladyss dans le vignoble de Tokaj en parallèle à une enquête dans le vignoble de Champagne, dans le but d’établir une comparaison : voir à cet égard A. Brochot, « Champagne, objet de culte, objet de lutte », dans cet ouvrage.

2 Selon le slogan hérité du xviiie siècle : « rex vinorum, vinum regium ».

3 Ces parcelles appartenant aux petits vignerons sont dénommées « jardins de vigne », souvent associées à un cabanon de villégiature et à des cultures fruitières et légumières.

4 Puttony : panier mesure étalon de la quantité de raisin botrytisé qui est ajouté au moût pour la fabrication de l’aszú. Plus le nombre de puttony est élevé, de deux à six, plus l’aszú est réputé et censé être meilleur.

5 Les étiquettes indiquent l’origine localisée du vin avec l’image du château, le nom du lieu et du producteur qui cherche ainsi à affirmer sa prééminence dans l’histoire du vignoble comme détenteur du savoir-faire local.

6 La plupart d’entre eux adhèrent à l’association Tokaj Renaissance, organisation qui regroupe les sociétés étrangères et qui s’affiche comme l’élite viticole œuvrant pour la réhabilitation internationale du vin de Tokaj.

7 Dans un atlas français du xve siècle, la référence au vin de Tokaj est déjà présente.

8 Megye signifie département.

Auteurs

Zsuzsa Cros situe ses champs de recherche autour du patrimoine, des représentations du paysage, de l’aménagement régional en France et en Europe de l’Est. Elle est paysagiste, chercheur associé au cnrs, chargée de cours à l’École d’agronomie de Gödöllö et à l’École du paysage de Budapest (Hongrie)

Yves Luginbühl oriente ses recherches sur les thèmes : paysage, interactions sociétés/nature, aménagement du territoire, relations entre représentations sociales et évolution du paysage, relations entre immatérialité et matérialité de la nature. Il est directeur de recherche au cnrs, directeur de l’umr ladyss « Dynamiques sociales et recomposition des espaces » du cnrs et des universités de Paris I, VIII et X, directeur du dea « Jardins, Paysages, Territoires » de l’université de Paris I et de l’École d’architecture de Paris-la Villette

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540