Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de tous nos désirs

 | 
Michel Rautenberg
, 
André Micoud
, 
Laurence Bérard
, 
et al.

Introduction

Michel Rautenberg, André Micoud, Laurence Bérard et Philippe Marchenay

Texte intégral

Patrimoine rural et campagne : acteurs et questions d’échelles

1Objet culturel, produit de consommation, cadre de vie, le patrimoine et ses succédanés commerciaux sont de plus en plus présents dans notre environnement. Même si l’on met de côté les nouvelles tendances d’un marketing qui prétend nous vendre de la tradition comme naguère il nous vendait de la modernité, le patrimoine est une destination importante de nos temps de loisirs, comme le montre le succès confirmé d’année en année des Journées du patrimoine, devenues européennes. Le patrimoine est dans nos assiettes avec les produits dits de terroir, nous le pratiquons dans des associations ou en restaurant de vieilles maisons. Des notions anciennes, qui ont une histoire bien ancrée dans nos pratiques sociales et qui ont fait l’objet de nombreuses recherches sociologiques ou anthropologiques, comme la nature, le sauvage ou le territoire doivent être aujourd’hui réévaluées en tenant compte de la patrimonialisation qui leur est désormais souvent associée.

2Évoquer ensemble campagne et patrimoine revient presque à commettre un pléonasme : dans les représentations du monde rural qui sont les nôtres, en France, le mot « campagne » n’est-il pas généralement associé à un monde passé, à des lieux d’où sont originaires nos grands-parents, un monde dont on souhaite la préservation ? Le détour par des conceptions étrangères du patrimoine, anglaise, hongroise ou portugaise, que nous esquissons dans quelques-unes de ces recherches, nous aide à mieux comprendre même si, sur ce point, le travail scientifique et comparatif n’est qu’amorcé. Nous dirions plutôt que, justement à cause de cette charge symbolique, affective et quasi biographique qui pèse sur les campagnes françaises, la manière dont elles vivent et construisent la patrimonialisation est particulièrement instructive de nos façons d’être en général. A travers les trois thèmes du territoire, des produits et de la relation au monde urbain, nous verrons que le patrimoine détermine de nouvelles formes de dialogue entre acteurs et institutions, qu’il nous aide à comprendre comment s’articulent biens économiques et valeurs culturelles, qu’il permet de penser et de tenir ensemble des espaces et des groupes sociaux qui restent très hétérogènes, qui souvent revendiquent leurs particularités. L’attirance de nos sociétés pour le patrimoine viendrait en effet de ce qu’il se construit, aujourd’hui probablement plus qu’hier, dans l’intérêt croisé entre l’expression de la diversité des cultures et l’extension des échanges économiques, sociaux et culturels entre les groupes sociaux.

3Contrairement à une idée qui a cours, le patrimoine est d’abord l’affaire des acteurs sociaux. Il est ensuite, de plus en plus fréquemment, construit autour d’un projet, personnel ou collectif, économique ou culturel. Il n’est pas un donné de l’histoire ou du territoire. Autour du projet, vont se rencontrer, et parfois s’affronter, une grande variété de personnes et d’institutions : des habitants, des acteurs économiques, des élus, des agents des collectivités publiques, des financeurs potentiels, des chercheurs, des médiateurs. La liste est longue, les avis des uns et des autres peuvent se contredire. L’exemple des fêtes de la transhumance nous laisse entrevoir cette complexité que les promoteurs des projets doivent affronter tant bien que mal. De nouveaux « intermédiaires » apparaissent régulièrement : professionnels de la culture ou du tourisme, agents des services d’hygiène, grandes entreprises qui cherchent à imposer leurs stratégies commerciales, par exemple dans le marché prometteur des produits alimentaires. La situation n’est guère différente quand il s’agit de créer un parc naturel régional. Un enjeu majeur pour ces projets sera bien de savoir qui, des promoteurs, souvent acteurs du local, des institutions publiques – État ou collectivités territoriales – ou des médiateurs économiques ou culturels maîtrisera le projet patrimonial. Souvent, lorsque ces projets aboutissent à un fort soutien public, des instances ad hoc seront créées où chacun sera représenté. Derrière nombre de ces projets patrimoniaux se profilent en effet des pratiques de citoyenneté. Mais, ailleurs, on sent bien que les intérêts extérieurs au territoire, économiques ou institutionnels, font peser une pression dont on devine aisément les conséquences.

4Le patrimoine – il serait d’ailleurs préférable que nous en parlions au pluriel – se décline différemment suivant son objet, le territoire, ou la qualité des acteurs. Si, d’une manière générale, les patrimoines de la campagne lient un produit, un édifice ou une manifestation à un lieu, il existe cependant de nombreuses formes de ce lien. Les produits dits de terroir sont par définition, et souvent réglementairement, les patrimoines d’un lieu dont ils vont jusqu’à prendre le nom. Cependant ils voyagent, on peut consommer partout du champagne et peut-être un jour de la viande du Mézenc. En revanche une ferme bretonne, une maison de viticulteur de la périphérie de Clermont-Ferrand ou un paysage du Livradois sont indéfectiblement reliés à leur « terroir » : on trouve toujours incongrus, en France, la ferme normande « traditionnelle » implantée en Provence ou le mas provençal construit sur les rives de la Manche. On ne traite pas le patrimoine alimentaire comme le patrimoine bâti vernaculaire. On peut également remarquer que les patrimoines ruraux se distinguent des patrimoines « savants » de l’architecture ou de l’art en ce que la valeur de ceux-ci est indépendante de leur implantation. Les premiers trouvent d’abord leur légitimité dans le regard des acteurs/usagers qui reconnaissent en eux un peu de leur particularité culturelle, les seconds dans leur portée d’emblée universelle. En arrière-fond de ces questions d’échelle, il faudrait signaler l’importance des conceptions nationales, ancrées dans l’histoire mais qui marquent encore nos représentations : en Europe du Nord ou de l’Est, l’architecture vernaculaire a fait très tôt l’objet d’une reconnaissance patrimoniale à la fois scientifique, institutionnelle et populaire ; dans les pays germaniques la tradition orale et les fêtes locales ont été rapidement patrimonialisées dans le cadre de la construction des identités nationales ; en Angleterre, la place essentielle qu’a prise une conception paysagère de la nature marque encore fortement l’attitude des néo-ruraux anglais installés en Bretagne.

Patrimonialisation et territoires : des enjeux politiques

5Un territoire – qui est un espace défini en tant qu’un pouvoir s’y exerce – n’est pas plus « naturel » que ce pouvoir lui-même. Comme lui, il procède d’une histoire faite par les hommes qui, pour s’accorder sur la manière d’organiser leurs vies en commun, se donnent des institutions. Le territoire, différent de l’espace géographique qui n’en est que le support physique, est un espace institué.

6Les travaux rassemblés dans cet ouvrage, en voulant éclairer comment l’invocation des patrimoines intervient dans la construction d’un nouveau sens pour la campagne, ne peuvent pas ne pas rencontrer cette question, proprement politique, de l’institution des territoires. Requalifier les espaces campagnards (ne serait-ce qu’en les nommant « naturels », par exemple avec la réserve de Lacanau), leur donner un autre sens en les appelant d’un autre nom (en disant qu’il s’agit de parcs, comme en Guyane ou dans le Livradois-Forez), c’est, ipso facto, en appeler à une autre instance de légitimation.

7Mais, plus précisément, il nous faut examiner maintenant ce que l’appel au patrimoine fait aux territoires, et plus spécialement aux territoires ruraux. Il y a en effet plusieurs manières d’instituer des territoires, plusieurs manières surtout de les construire de telle sorte qu’ils soient « opposables au tiers », puisque tel est le sens profond du fait institutionnel. Au contraire de l’institution réglementaire qui définit autoritairement la limite et le contenu d’un espace, on sent bien en effet que l’invocation du patrimoine, qui fait appel à des notions aussi vagues que celles d’identité ou d’histoire commune, procède d’une tout autre manière. Ainsi par exemple, parler de « la campagne » n’a pas le même sens que parler d’« espace rural ». Alors que celui-ci a des connotations technocratiques (qui évoquent le zonage, l’aménagement, les ingénieurs du génie rural...), celle-là renvoie à une expérience de sens commun. L’espace rural énonce ainsi l’instance, de type fonctionnel, qui en a la charge, au lieu que la campagne évoque ces lieux que chacun peut pratiquer à loisir.

8Évoquer le patrimoine à propos de « la campagne », c’est donc, déjà, qualifier différemment l’espace qui va nous occuper. C’est, ni plus ni moins, commencer déjà à l’instituer autrement, puisque qualifier ainsi cet espace, c’est faire un écart par rapport aux autres manières, devenues habituelles mais aujourd’hui remises en cause, et qui l’instituaient en tant que territoire des experts en aménagement. Par l’invocation du patrimoine s’énonce ainsi une autre instance qui, à son tour, prétend pouvoir dire ce qu’est « vraiment » le territoire.

9A ce titre, on remarquera combien, à travers tous les exemples rassemblés dans cet ouvrage, toute évocation du patrimoine, qu’il s’agisse des coutumes (celles des Indiens Wayana comme celles de la transhumance), des produits de terroir (fin gras du Mézenc, pâtisseries corses, gras du Médoc, champagne ou vin de Tokaj), ou des rapports entre ville et campagne quand le touriste s’en fait le consommateur, débouche immédiatement sur les questions afférentes à la limite, à la circonscription. Le patrimoine, qui dit que ce qui est procède de ce qui le précède, est aussi et en même temps une nouvelle ressource symbolique pour différencier un « nous » de tous les autres « eux ». La limite spatiale est généralement le point crucial de tous les achoppements. Où commence le « naturel sauvage » et où s’arrête le domestique campagnard ? Pourquoi la frontière administrative devrait-elle être supérieure à celle que connaissent « de tout temps » les savoirs vernaculaires ? Peut-on étendre indéfiniment l’aire géographique d’un produit de « terroir » ou d’une AOC sans ruiner la différence qui est au principe de leur valeur marchande ?

10L’évocation du patrimoine, en ce qu’elle est rappel de l’existence d’un bien commun par-delà les ruptures temporelles, ne vise donc pas seulement à instituer un territoire – cela n’est plutôt qu’une conséquence – mais bel et bien à redonner corps à un nouveau groupement humain. Ce qui, comme on peut s’en douter, ne va pas de soi, et cela pour deux raisons principales.

11La première de ces raisons tient au rapport au temps tel qu’il a été instauré (institué) dans la modernité occidentale. Contre une représentation du temps qui fait du futur celui d’un avenir radieux pour tous – à la condition que chacun accepte de jeter par-dessus bord tout ce qu’on appelle alors les « freins de la tradition » –, l’évocation du patrimoine, qui revient à mettre l’accent de nouveau sur ce fait qu’il ne saurait y avoir de communauté humaine durable dans le temps sans transmissions intergénérationelles, prend à rebrousse-poil nos manières ordinaires de penser. Le temps moderne, pourrait-on dire, était un temps dans lequel rien de nouveau ne pouvait arriver qui ne fût pas la répétition du même, en mieux bien entendu. Le passé, le présent et le futur étaient en fait un même présent éternisé ; ainsi était la re-présentation du temps (on devrait même dire la re-présentification !).

12Mais, deuxième raison, cette re-présentation du temps, ainsi redéfinie, ne peut pas être dissociée de cette autre sorte de représentation par laquelle, dans tout régime politique non autoritaire, un groupement humain existe en s’exprimant par la voix des « représentants » qu’il se choisit. Dire patrimoine c’est aussi, généralement, contester les raisons au nom desquelles des représentants continuent à prétendre pouvoir être des porte-parole d’un groupement humain quand celui-ci ne se reconnaît plus dans la définition qu’ils veulent maintenir. Ainsi, par exemple, quand la campagne succède à l’espace agricole, c’est bien là la marque, parce que les usages de ces espaces se sont infiniment diversifiés, qu’elle est en train de devenir un autre « bien commun » (res publicae en latin) que celui destiné hier à la seule production alimentaire (et donc qu’elle est en train d’échapper au monopole de sa représentation par la profession agricole).

13Reste, bien entendu, à veiller à ce que ces nouveaux territoires, et donc ces nouvelles identités politiques, ne se fixent pas (comme on parle des toxicomanes qui « se fixent ») à ces nouvelles définitions comme à des vérités originelles. Telle est la règle, politique, à respecter pour que, au lieu de se fermer chacune sur son pré carré « authentique » pour y mourir comme dans un musée, chaque tradition devienne riche en vivant de la richesse des autres.

Les produits de terroir : entre le culturel et l’économique

14Les productions agricoles et alimentaires locales et traditionnelles, nommées de façon générique « produits de terroir », constituent un patrimoine que des caractéristiques particulières classent dans une catégorie bien à part. En effet, elles croisent le vivant, le concret, l’alimentaire et le familier.

15Le vivant recèle un potentiel d’évolution et de variabilité considérable. Il introduit le labile, le malléable, l’instable, autant de caractéristiques qui ont une incidence sur les pratiques, les modes de gestion et les représentations. Le fait patrimonial est ici associé à la nécessité – plus ou moins contraignante selon le registre biologique auquel il s’adresse – de conserver cette matière périssable et éphémère qu’il faut sans cesse maintenir et renouveler. Il autorise par ailleurs des manipulations de tous ordres, de toutes natures et à toutes les échelles. On ne gère pas de la même manière un arbre fruitier, une plante potagère, une race animale ou l’environnement microbiologique d’un fromage ou d’une charcuterie. Ces objets sont arrimés dans le concret, à travers une multitude de pratiques techniques souvent mal connues, qui peuvent être complexes et sont issues de savoirs vernaculaires dont le degré de perméabilité au progrès technique et à l’innovation est très variable.

16Ces produits sont des aliments, avec tout ce qu’implique leur ingestion, à l’occasion de laquelle se trouvent mêlés de façon confuse identité, attachement et préférence gustative. Les sociétés locales ont entretenu – et entretiennent encore – des relations intimes ou privilégiées avec ces composantes du quotidien. Mais cette incorporation est également synonyme de crainte et l’éloignement croissant vis-à-vis des modes d’élaboration renforce les grandes psychoses alimentaires actuelles, liées à la qualité et à la sécurité alimentaire. Dans ce contexte, leur consommation acquiert une nouvelle dimension.

17L’insertion de ces productions dans l’économie n’est pas nouvelle : elles font l’objet d’un commerce pour nombre d’entre elles et c’est d’ailleurs par ce biais qu’elles bénéficient d’un rayonnement parfois considérable hors de leur lieu d’élaboration. Toutefois, l’attention sans précédent qui leur est portée aujourd’hui les projette violemment dans la sphère marchande. La mise en place de dispositifs de protection à l’échelle européenne n’a fait que renforcer cette évolution. La formalisation juridique d’un cadre permettant d’établir et de protéger une relation entre un produit et un lieu à travers la réservation d’un nom interroge des notions subtiles et complexes relevant du registre culturel. Il en va ainsi de la tradition : le sens commun l’associe à l’inertie ; or elle est directement liée à la transmission active et à la lecture sélective du passé. Elle est le vecteur de ce que l’on choisit de garder comme opérant, signifiant à l’intérieur d’une culture, toutes choses qui ont du mal à être prises en compte dans les entreprises de normalisation ou de formalisation.

18Les démarches de protection géographique, par essence, créent de l’exclusion, qu’il s’agisse de la délimitation d’une zone ou de l’élaboration d’un cahier des charges. Tout en étant globalement bien fondées, elles peuvent conduire à des processus de désappropriation ou d’appauvrissement de la diversité selon les modalités de leur mise en œuvre. Le concret, omniprésent, doit être appréhendé dans toute sa finesse. Des instances se prononcent, à partir des informations fournies par des producteurs sommés de les fournir, sur la validité des pratiques et leur localisation dans l’espace : débat contradictoire entre des conceptions vernaculaires – fondements des produits – et des doctrines réglementaires et administratives. Toutefois, la « mise en patrimoine » ne saurait relever des seuls dispositifs de protection. De nombreux acteurs sont sur les rangs dans des contextes variés : chambres d’agriculture, parcs naturels, collectivités locales et territoriales, pour ne citer que ceux-ci.

19Plus généralement, la logique marchande éprouve beaucoup de difficultés à donner la place qui revient au culturel. La lame de fond patrimoniale touche de plein fouet des productions que la complexité locale, souvent ignorée, rend vulnérables. L’accumulation des compétences, l’attention portée au détail, les critères organoleptiques partagés en un lieu peuvent voler en éclats devant la loi du marché, comme le montre bien l’exemple du foie gras dans le Sud-Ouest.

20La patrimonialisation, dans sa logique, modifie le statut de ces productions, jusqu’à l’inverser parfois. C’est ainsi qu’une denrée alimentaire relevant du quotidien et appartenant à une culture rurale peut devenir un produit d’excellence reconnu par les habitants des villes. Ce qui n’empêche pas un attachement, associé à une culture et à des pratiques qui continuent de faire sens localement et constituent le substrat d’innovations, d’ajustements, de négociations, tant il est vrai que ces productions s’inscrivent aussi aujourd’hui dans des trajectoires dynamiques et novatrices. Les pâtisseries corses au brocciu – qualifié hier de fromage de pauvre – sont aujourd’hui l’objet d’un requestionnement général et fécond. Tout cela participe d’une construction à l’intérieur de laquelle l’image occupe une place prépondérante, souvent nourrie par des éléments très chargés de sens comme un paysage, un geste, une race animale, un outil. Le pays s’identifie alors au produit, patrimoine régional qui peut dans certains cas générer une importante richesse. La synergie est telle qu’elle dépasse parfois les producteurs, qui éprouvent des difficultés à en gérer les effets. C’est ainsi que les grands négociants de champagne comme les viticulteurs récoltants-manipulants – qui affichent pourtant des intérêts divergents – sont engagés dans une course à la notoriété dont le soubassement emblématique est, de gré ou de force, partagé par tous.

21Il faut cependant relativiser les choses. L’intérêt porté à un produit reposant sur une assise culturelle affirmée, passant par un lien au lieu, au temps, faisant l’objet de pratiques collectives, n’est pas nouveau. Les premières réflexions menées sur la protection du champagne datent du début du xxe siècle...

La recomposition des rapports entre ville et campagne

22L’espace rural est l’espace technocratique des ruraux. En réhabilitant la campagne, le patrimoine suggère une représentation de ces territoires qui nous renvoie à une époque antérieure aux politiques de développement, l’époque où les érudits, médecins, notaires ou instituteurs décrivaient un monde qui se transformait déjà vite, où les fêtes de la batteuse, aujourd’hui devenues « traditionnelles », étaient multipliées dans toute la France afin de familiariser les paysans avec la nouveauté mécanique. Le patrimoine ne dit pas le passé d’un territoire, d’un pays, il revitalise des représentations ancrées dans nos histoires nationales. La campagne dont rêvent les Anglais est pacifiée, ordonnée, elle est un paysage qui s’enracine plus dans la peinture romantique que dans la production agricole, alors qu’en France, où nombre de citadins ont gardé des attaches rurales, l’imaginaire campagnard oscille entre l’harmonie paysanne et le grenier à blé. A ces représentations qui s’inscrivent dans l’histoire longue des pays, qui sont souvent transmises par l’école, s’ajoutent aujourd’hui celles des scientifiques de la nature qui proposent, par exemple dans la réserve naturelle de Lacanau, d’autres conceptions du patrimoine où la tradition locale est mise en concurrence avec la gestion écologique, sous-entendu universelle, des milieux.

23Les territoires/patrimoines ruraux ne se construisent ni seuls, ni dans un face-à-face avec les pouvoirs publics : les mondes extérieurs, assimilés grossièrement à l’urbain, représentés par les figures du touriste, du consommateur, du néo-rural ou du fonctionnaire, disent chacun leur mot, en manifestant avec leurs pieds lors des fêtes de transhumance, en restaurant le patrimoine bâti, en étant à la pointe de ce qu’on pourrait nommer les « traditions innovantes » que sont les productions dites de terroir. Par leur action, leur présence, ils vont signifier aux habitants l’intérêt de leurs « patrimoines » paysager, agricole, culturel. Ils vont favoriser la relance d’anciennes pratiques ou productions, ils seront à la fois des aiguillons, des médiateurs et les principaux agents de promotion de cette campagne « réinventée ».

24La patrimonialisation actuelle, à l’inverse probablement de celles qui ont précédé, à la fin du xixe siècle ou pendant le régime de Vichy, consacre la fin de l’opposition entre les mondes de la ville et de la ruralité. Il fut un temps où la ville signifiait nouveauté, mobilité, mixité, modernité, et où la campagne était le lieu de la tradition, de la sédentarité, de la communauté. Aujourd’hui ces catégories n’ont plus de sens, même commun : les mouvements de population sont globalement favorables aux campagnes, les pratiques culturelles des ruraux et leur niveau d’instruction ne sont guère différents de ceux des urbains. Il y a des villes riches et des villes pauvres ; il y a des campagnes riches et des campagnes pauvres. Le « retour à la campagne », qui avait marqué les années soixante-dix et fait venir dans les villages nombre de « néos » qui sont souvent aujourd’hui des acteurs efficaces de la patrimonialisation, a peut-être favorisé une forme un peu différente du désenclavement, qui vise à garder sa spécificité sans s’exclure du monde et de la modernité technologique. Ce nouveau local est un enjeu fort pour le monde rural. Enjeu de recomposition des pouvoirs et des savoirs, enjeu de rencontre avec les publics et avec les institutions nationales ou européennes, enjeu symbolique d’affirmation qu’on peut être né ailleurs et se revendiquer pourtant d’ici. Le local réapparaît comme le lieu de la synthèse entre un territoire et un produit, entre des producteurs et des consommateurs, entre des acteurs et des publics.

25Au bilan, en effet, il y aura deux manières de poser la question des usages patrimoniaux de la campagne : dire que la campagne, c’est-à-dire ce monde essentiellement agricole inventé pour nourrir symboliquement et concrètement des sociétés urbaines et industrielles, est par destination le lieu « naturel » de l’élaboration patrimoniale dans notre pays et dans quelques autres ; ou bien lire, et c’est plutôt notre point de vue, dans la patrimonialisation parfois outrancière du monde rural l’un des lieux, conjoncturel, d’un mouvement de transformation plus complexe, auquel on pourrait associer d’autres lieux de mutation de nos sociétés, qui vise à reconstruire un lien entre le local et le général. Lorsqu’il prend les habits du patrimoine, ce mouvement utilise les ressources symboliques du passé pour inscrire le temps présent dans une histoire plus globale, en fait pour redonner un nom aux lieux, aux hommes et aux choses, pour offrir des rôles nouveaux aux individus. Finalement, ce grand mouvement de patrimonialisation, loin de nous renvoyer dans le passé, nous permettrait surtout de nommer le présent.

Auteurs

Michel Rautenberg a été conseiller à l’ethnologie à la direction régionale des Affaires culturelles de Rhône-Alpes, ministère de la Culture, jusqu’en 1999. Il a passé une habilitation à diriger des recherches sur le thème « Revisiter les lieux et les temps. Figures de la mémoire et du patrimoine ». Il est l’auteur d’un ouvrage intitulé La mémoire domestique. Analyse typologique et anthropologie de la maison rurale des monts du Lyonnais. Il est actuellement professeur à l’université de Lille I

André Micoud analyse les formes du travail social de production symbolique dans les deux champs de l’environnement et du patrimoine : soit comment sont en train d’être reconfigurés les rapports sociaux à l’espace et au temps. Il est sociologue, directeur de recherche au CNRS, Crésal, universités de Lyon II et de Saint-Étienne

Laurence Bérard : leurs recherches portent sur les aspects anthropologiques des productions agricoles et alimentaires locales. Ils travaillent sur la mise en évidence, la caractérisation et l’analyse critique de leur spécificité culturelle, en portant l’accent sur les savoirs, les pratiques et les représentations mis en œuvre dans l’élaboration, la conservation, l’utilisation et la diffusion de ces ressources. Ces réflexions sont mises en perspective avec les procédures de réglementation concernant la protection de ces produits, qui croisent le lieu, le temps et font l’objet de savoirs partagés. Ils sont responsables de l’antenne « Ressources des terroirs », qui fait partie de l’Unité mixte de recherche Appropriation et socialisation de la nature (Apsonat, cnrs) à Bourg-en-Bresse

Philippe Marchenay : leurs recherches portent sur les aspects anthropologiques des productions agricoles et alimentaires locales. Ils travaillent sur la mise en évidence, la caractérisation et l’analyse critique de leur spécificité culturelle, en portant l’accent sur les savoirs, les pratiques et les représentations mis en œuvre dans l’élaboration, la conservation, l’utilisation et la diffusion de ces ressources. Ces réflexions sont mises en perspective avec les procédures de réglementation concernant la protection de ces produits, qui croisent le lieu, le temps et font l’objet de savoirs partagés. Ils sont responsables de l’antenne « Ressources des terroirs », qui fait partie de l’Unité mixte de recherche Appropriation et socialisation de la nature (Apsonat, cnrs) à Bourg-en-Bresse

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540