Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Campagnes de tous nos désirs

 | 
Michel Rautenberg
, 
André Micoud
, 
Laurence Bérard
, 
et al.

Avant-propos

Denis Chevallier

Texte intégral

  • 1 De 1980 à 1999 paraissent plusieurs dizaines de livres importants, de M. Guillaume (1980) à R. Deb (...)

1« Tout devient patrimoine. » Ce constat fait il y a vingt ans par l’économiste Marc Guillaume dans La politique du patrimoine occupe depuis lors une place de choix dans les grands débats qui portent sur la société française contemporaine1.

  • 2 Sur les 16 recherches financées, on trouvera ici les textes relatifs à 8 d’entre elles. Les rappor (...)

2Les seize recherches financées 2 par le ministère de la Culture sur le thème des « Nouveaux usages de la campagne et du patrimoine », et dont quelques-uns des résultats nous sont livrés par les pages qui suivent, prennent place dans cette réflexion extrêmement foisonnante.

3Un tel débat repose essentiellement sur deux constats : le premier tient dans l’extension considérable de la notion de patrimoine, le second dans la récupération par les institutions, économiques, culturelles et surtout politiques, de la passion de nos contemporains pour le patrimoine.

4Issue en droite ligne du rapport d’Isac Chiva en 1994 au ministre de la Culture, la demande qui était faite aux chercheurs par la mission du Patrimoine ethnologique prenait en effet le patrimoine rural dans son acception la plus large, celle qui intègre tout à la fois :

Les paysages façonnés au cours des âges par les gens vivant de la terre et, plus généralement, de l’exploitation des ressources de la nature, les immeubles, formant ce que l’on nomme l’architecture rurale, agrégée ou non ; les produits du terroir adaptés aux conditions locales et aux besoins des hommes qui les ont élaborés ; les techniques, outils et savoir-faire qui en ont permis la création et demeurent indispensables pour en rendre possible l’entretien, la restauration, la modification et la modernisation dans le respect de la logique constructive et de l’esthétique de l’ensemble immeubles/habitat/ paysage. C’est-à-dire que ces techniques s’étendent à des symbolisations et à des significations culturelles au sens plein du terme (Chiva 1994).

  • 3 Avec le rapport Chiva il faut signaler les rapports des députés Yves Pillet (1991), Jean-François (...)

5Prendre acte de cette nouvelle définition du patrimoine ne fut pas sans incidences sur les programmes de recherche et en particulier sur ceux qui, dès 1994, furent lancés par la mission du Patrimoine ethnologique3.

6Parler du patrimoine culturel rural implique en effet, comme le dit encore Isac Chiva, de se référer à une double évidence :

Les hommes qui s’en servent, qui en vivent et qui ont souvent pris une part décisive à la survie de ces biens ont la conscience de plus en plus claire et affirmée que cet ensemble leur appartient. Mais en même temps, l’espace rural, avec le patrimoine qu’il représente et contient, est désormais considéré, à part égale, comme le bien et le lieu de tous les hommes, ceux des villes comme ceux des campagnes.

7Il n’est donc pas de patrimoine hors de processus complexes de désignation et d’appropriation et il n’est pas d’intervention possible sans la compréhension la plus fine des processus sociaux par lesquels une société produit son patrimoine.

8L’appel d’offres « Nouveaux usages de la campagne et patrimoine » conviait donc les chercheurs à illustrer et analyser de tels processus, à en proposer en quelque sorte une lecture de l’intérieur qu’en d’autres lieux certains anthropologues nomment « emic ». Sur la base du constat qu’effectuait déjà en 1984 un historien de l’art selon lequel le véritable critère du patrimoine ne serait plus désormais ni l’art ni l’histoire mais « la conscience intime du groupe social que tel objet appartient effectivement à son patrimoine » (Ollivier 1984), il était demandé aux chercheurs de définir l’objet patrimoine à travers les catégories élaborées par les acteurs eux-mêmes. Ce parti pris méthodologique se traduit par une sorte de leitmotiv que l’on retrouvera dans les textes qui suivent : le patrimoine des uns n’est pas celui des autres, il convient de le définir a posteriori.

9Pourtant une telle approche s’est vite révélée insuffisante. A la compréhension des processus de production du patrimoine il convenait d’ajouter une lecture critique des pratiques des institutions confrontées à cet engouement de nos contemporains pour le patrimoine. Pour prendre en compte les retombées de la patrimonialisation ambiante sur les pratiques des acteurs, il fallait que le chercheur élabore sa propre grille d’analyse par laquelle il pourrait accéder à une certaine expertise attendue par les commanditaires de la recherche, qu’il s’agisse de la direction de l’Architecture et du Patrimoine, dont fait partie la mission du Patrimoine ethnologique, ou d’autres organismes, services de l’État ou collectivités territoriales concernés par le devenir du patrimoine rural. Car, ne l’oublions jamais à la lecture des travaux qui vont suivre, la recherche sur les processus de patrimonialisation qu’aide le ministère de la Culture est tout sauf une recherche académique destinée à rester sans prise sur les objets et les institutions sur lesquels elle porte.

10Ce qui rend passionnante cette recherche, c’est qu’elle nous conduit au cœur des systèmes de prises de décisions politico-économiques qui font que le patrimoine, sa valorisation, voire sa « marchandisation », est aujourd’hui un levier essentiel pour l’aménagement et le développement des territoires. De cette contribution active de la recherche au processus de construction de ce que l’on appelle parfois une économie du patrimoine, il existe de nombreuses preuves.

  • 4 Rappelons que le principe d’attribution d’une subvention de recherche par la mission du Patrimoine (...)

11La première est sûrement la nature des organismes qui, à l’instar des parcs naturels régionaux, ont accepté de soutenir ces travaux4. Si les parcs naturels régionaux sont présents dans cinq des seize recherches de l’appel d’offres, c’est que ces institutions occupent une fonction essentielle dans les dispositifs actuels d’aménagement et de construction des territoires. Les trente-huit parcs naturels régionaux sont en effet devenus, surtout depuis la loi dite « paysage » de 1993, des territoires de référence dans la mise en place de stratégies de développement fondées sur la prise en compte du patrimoine considéré désormais dans toutes ses composantes. Un quart des recherches aidées impliquent des associations de défense et de protection du patrimoine tandis qu’un autre ensemble de recherches n’aurait pu voir le jour sans le soutien de groupements de producteurs soucieux de fonder des démarches de promotion sur une prise en considération de la valeur patrimoniale de leurs produits.

12Cette implication d’institutions d’aménagement et de protection dans la définition des projets de recherche dont ils sont aussi les objets est une constante des programmes menés actuellement sur le patrimoine. Elle n’est pas sans incidence sur le statut des chercheurs eux-mêmes et il n’est pas rare aujourd’hui que de jeunes géographes, sociologues ou ethnologues trouvent des débouchés dans des structures aussi inhabituelles qu’un syndicat de défense d’une appellation fromagère ou un comité départemental du tourisme.

13Une deuxième preuve de ces nouvelles formes d’implications de la recherche dans des domaines de l’aménagement et du développement tient dans la composition même des équipes engagées. L’appel d’offres a mobilisé, et c’est une première, un ensemble de chercheurs de spécialités extrêmement diverses au point que les ethnologues, pourtant tout naturellement concernés par un appel d’offres de la mission du Patrimoine ethnologique, se retrouvent, une fois n’est pas coutume, en minorité. Ils sont en effet largement épaulés par les sociologues et, chose plus rare, par trois agronomes, deux architectes et cinq géographes.

  • 5 La mission du Patrimoine ethnologique a organisé en 1996, 1997 et 1998 trois séminaires (Les Mouss (...)

14Si la présence de ces disciplines, qui ont largement forgé leurs méthodes dans des situations de recherches appliquées, mérite d’être soulignée c’est que leur implication dans un tel programme a eu des conséquences non négligeables sur les travaux 5 qui se sont constamment définis dans une relation, souvent difficile à gérer mais toujours très féconde, avec une demande du « terrain ». Le texte que l’on pourra lire ici sur le Mézenc en offre la démonstration la plus éclatante.

15Tout en montrant l’importance accrue du patrimoine dans les dispositifs actuels d’aménagement et de développement des territoires, les exemples qui sont traités dans cet ouvrage fournissent un échantillon représentatif de ces nouvelles façons dont les chercheurs, et notamment les ethnologues, vont s’impliquer dans des interventions territoriales de plus en plus diversifiées. Mais il y a plus. Les travaux qui nous sont livrés sont à considérer comme autant d’ouvertures scientifiques sur lesquelles fonder les politiques du patrimoine rural de demain.

16La pluridisciplinarité des recherches répond à l’impérieuse nécessité de sortir des schémas administratifs préétablis. Le rapport Chiva avait en son temps insisté sur la dimension interministérielle de toute intervention de fond sur le patrimoine rural. Comment intervenir sur le paysage sans mobiliser les services compétents auprès de ministères comme ceux de l’Équipement ou de l’Environnement ? Comment traiter des produits de terroirs ou du tourisme rural sans prendre en compte les nouveaux dispositifs que met en place le ministère de l’Agriculture dans le contexte de la politique agricole commune : mesures agro-environnementales, plans de développement durable et aujourd’hui « contrats territoriaux d’exploitation » ? Enfin, comment analyser les recompositions territoriales qui s’opèrent sous nos yeux au nom du patrimoine sans se concerter avec des services comme la DATAR qui ont successivement mis en place depuis 1995 la politique des pays et celle des pôles d’économie du patrimoine ?

  • 6 Par exemple le nouveau programme communautaire pour la culture « Culture 2000 » ou la campagne lan (...)

17La dimension comparative des travaux aidés dans le cadre de ce programme de recherche – les textes qui suivent nous donnent à voir les conceptions d’autres groupes nationaux, anglais, hongrois, portugais, ou ethniques, indiens, noirs marrons de Guyane – répond à la nécessité de considérer le patrimoine à une échelle internationale et, bien sûr, avant tout au niveau européen. Parions que les pistes ouvertes par les chercheurs trouveront des prolongements dans les nouveaux programmes du Conseil de l’Europe ou de la Communauté européenne qui portent sur le patrimoine6.

18Pluridisciplinaire, ouverte sur l’horizon européen, soucieuse de ses applications, telles sont quelques-unes des caractéristiques d’une recherche sur le monde rural dont cet ouvrage tente de présenter l’originalité. Les exemples extrêmement évocateurs et riches choisis parmi l’ensemble des travaux aidés par le ministère de la Culture sur le thème des nouveaux usages de la campagne et du patrimoine nous apportent une fois de plus la démonstration de la capacité des sciences sociales à mettre au jour les processus par lesquels une société comme la nôtre recycle en permanence ses productions symboliques dans de nouveaux objets et de nouvelles valeurs.

Bibliographie

Bibliographie

Chiva, I. 1994. « Une politique pour le patrimoine culturel rural », Paris, rapport multigraphié remis au ministre de la Culture et de la Francophonie.

Debray, R. 1999. L’abus monumental, Paris, Fayard.

Guillaume, M. 1980. La politique du patrimoine, Paris, Éd. Galilée.

Hugot, J.-P. 1994. « Conditions de création d’une fondation du patrimoine français », rapport remis au ministre de la Culture et de la Francophonie.

Larcher, G. 1994. « Patrimoine rural et patrimoine animal », rapport remis au Premier ministre et au ministre de la Culture et de la Francophonie.

Le Grand, J.-Fr. 1994. « La protection de l’environnement rural », rapport remis au Premier ministre.

Nora, P. (dir.). 1984. Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard.

Ollivier, E. 1984. « Les monuments historiques demain », Terrain, no 9, p. 124.

Pillet, Y. 1991. « Valorisation du patrimoine en milieu rural », rapport remis aux ministres de la Culture, de l’Agriculture, de l’Équipement et de l’Aménagement du territoire.

Notes

1 De 1980 à 1999 paraissent plusieurs dizaines de livres importants, de M. Guillaume (1980) à R. Debray (1999) en passant par les ouvrages dirigés par P. Nora (1984).

2 Sur les 16 recherches financées, on trouvera ici les textes relatifs à 8 d’entre elles. Les rapports issus de ces recherches sont consultables à la mission du Patrimoine ethnologique à Paris ainsi que dans les services d’archives départementales et dans certaines bibliothèques spécialisées comme celles de la Maison des sciences de l’homme et du musée national des Arts et Traditions populaires (cf. liste infra).

3 Avec le rapport Chiva il faut signaler les rapports des députés Yves Pillet (1991), Jean-François Legrand (1994), ceux des sénateurs Jean-Paul Hugot (1994) et Gérard Larcher (1994).

4 Rappelons que le principe d’attribution d’une subvention de recherche par la mission du Patrimoine ethnologique impose l’existence d’un cofinancement par l’organisme soumissionnaire qui doit donc parfois faire appel à d’autres partenaires financiers.

5 La mission du Patrimoine ethnologique a organisé en 1996, 1997 et 1998 trois séminaires (Les Moussières en 1996 puis Die en 1997 et 1998) qui, outre une mise en commun des recherches, ont permis la mise au point du contenu de la présente publication.

6 Par exemple le nouveau programme communautaire pour la culture « Culture 2000 » ou la campagne lancée par le Conseil de l’Europe en 1999 intitulée « L’Europe, un patrimoine commun ».

Auteur

Denis Chevallier a été responsable de la cellule du patrimoine rural de la mission du Patrimoine ethnologique. C’est dans ce cadre qu’il a coordonné le programme de recherches « Nouveaux usages de la campagne et patrimoine » d’où sont issues les recherches présentées ici. Depuis 1998 il est conservateur en chef du patrimoine, chargé de mission pour le patrimoine rural et artisanal à la direction de l’Architecture et du Patrimoine

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540