Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En pays kanak

 | 
Alban Bensa
, 
Isabelle Leblic

II. Retour sur le choc colonial

Tisser des liens politiques1
Mobilisation électorale et vote mélanésien (1946-1958)

Éric Soriano

Texte intégral

  • 1 Nous remercions ici tout particulièrement Michel Bernast, ancien secrétaire de l’Union calédonienne (...)

« [La notion de peuple kanak] est née de la lutte contre la colonisation, née de l’adversité. C’est une réaction collective, une réalité qui s’organise. »
(Tjibaou 1996 : 121)

1Le dimanche 23 décembre 1958, les électeurs néo-calédoniens se rendent aux urnes pour se prononcer sur la nouvelle Constitution. Les bureaux de vote métropolitains sont fermés depuis quelques heures lorsque les représentants de l’État enregistrent les premiers bulletins. Pourtant, ici, l’enjeu est double. Un résultat négatif entraînerait l’accès automatique à l’indépendance de ce petit territoire d’outremer français. L’histoire de cet archipel est chargée d’un passé douloureux susceptible de changer les données du scrutin. Depuis près d’un siècle, les populations originaires subissent l’autorité d’un pouvoir colonial imposé par la force. La métropole a organisé une colonisation de peuplement et la venue de centaines de petits colons au tournant du siècle. Elle a également établi un bagne autour duquel s’est développée l’économie locale. La population se répartit à présent de manière équitable entre Européens et Mélanésiens. En abandonnant le statut colonial en 1946, la France a reconnu aux autochtones une citoyenneté politique leur permettant l’accès aux institutions représentatives.

2L’ensemble de la population néo-calédonienne a ainsi été sollicité à plusieurs reprises pour des élections locales et nationales. Parce qu’ils constituent près de la moitié de l’électorat, l’intégration politique des Mélanésiens comporte des risques. La partition raciale instituée par l’indigénat structure encore largement les rapports sociaux et, malgré l’effort des missions religieuses, la population autochtone reste tenue à l’écart de l’économie territoriale. L’univers social des Mélanésiens, mal scolarisés et peu insérés dans les circuits salariaux, se limite aux espaces protégés de la réserve. Pourtant, la fragmentation extrême des sociétés mélanésiennes (Bensa 1992 ; Guiart 1963) semble peu propice à une mobilisation unitaire. Il est vrai que l’expérience de la colonisation constitue un passé commun pouvant servir de support à un mouvement revendicatif face à l’État colonial (Saussol 1979 ; Dauphiné 1992), mais ce facteur ne produit pas mécaniquement une identité politique et une capacité de mobilisation collective.

3Dès lors, entre 1946 et 1958, les autochtones expérimentent la technique nouvelle de la représentation. La transformation des règles du jeu et la lente formation d’un personnel politique déplacent les enjeux. Elles exigent l’adaptation à de nouveaux moyens d’action dont les futurs dirigeants doivent prendre la mesure par un travail d’incitation au vote. Les conditions dans lesquelles ces acteurs tissent, peu à peu, des liens politiques se révèlent pourtant particulièrement délicates. La compréhension des stratégies qu’ils déploient, comme des écueils auxquels ils se confrontent, nécessite l’histoire « en épaisseur » d’un rapport au politique. Cette histoire est celle de la politisation d’une population et de l’ensemble de mécanismes sociaux par lesquels des catégories et des pratiques politiques se diffusent. Elle marque notamment l’acquisition d’un « univers symbolique en train de se constituer comme politique » (Lacroix 1984).

4Notre objet est ici l’analyse des moyens par lesquels les premiers dirigeants mélanésiens tentent de donner un fondement logistique à ces nouvelles pratiques. Comment, et à partir de quelles stratégies, tentent-ils de capter les bénéfices d’un vote mélanésien et quelle est la spécificité des liens qui se nouent à cette occasion ?

La stratégie de « prise de parole » (1946-1951)

  • 1 Trois grands chefs (le grand chef Bouquet de Bourail, le grand chef Zéoula de Lifou et le grand che (...)

5Présentée comme « naturelle » dans les travaux historiques sur la Nouvelle-Calédonie (Dornoy 1984 ; Connell 1987), l’entrée des Mélanésiens dans le système politique ne s’effectue pourtant pas sans difficultés. La décision de dirigeants locaux diversement marqués par la période antérieure sera d’ailleurs précipitée par la volonté de la métropole. L’écrasante majorité des Européens reste en effet convaincue de l’iniquité d’une telle disposition. Les Mélanésiens représentent alors une majorité numérique capable de transformer les rapports de force au sein des institutions représentatives. Leur insertion pourrait remettre en cause la petite oligarchie européenne contrôlant les leviers du pouvoir et bénéficiant du faible engagement politique des ruraux. Pourtant, ces premières années voient se manifester aussi la circonspection d’une grande partie des cadres mélanésiens face aux nouvelles modalités d’action politique. Formés au sein des écoles missionnaires, ils émettent des réserves quant à l’opportunité de faire voter une population aussi géographiquement et socialement isolée des enjeux constitutifs de la formation sociale néo-calédonienne. Si certains se familiarisent vite avec les nouvelles institutions1, la plupart doutent notamment de la capacité du groupe autochtone à se conformer aux nouvelles règles sans subir les « avatars de la politique » :

  • 2 Compte rendu de la réunions des délégués de l’aiclf à Tibarama du 25 au 26 juin 1947, Archives terr (...)
  • 3 Compte rendu de l’assemblée générale des 15, 16 et 17 octobre 1947, Archives territoriales, série 9 (...)

Nous constatons aussi que la politique, malgré qu’elle soit libre d’être pratiquée partout, celle-ci devient source de troubles, de disputes, de clans qui s’opposent et s’opposeront toujours tant qu’on la laissera vivre parmi les indigènes2.
L’Association a décidé de rejeter définitivement la manière du vote dans la nuit (vote secret) que certains veulent introduire dans les tribus en opposition avec tous les usages indigènes. Dieu a donné la langue à l’homme pour parler et dire les pensées à ses frères en vue d’un accord loyal, comme le faisaient tous nos anciens3.

6A l’évidence, on craint l’inaptitude de la collectivité mélanésienne à saisir la portée d’un vote territorial ou national. On redoute aussi les risques d’une dispersion des voix et l’exacerbation de divisions locales pour des bénéfices encore incertains. Cet embarras pousse une majorité de dirigeants à retarder, au moins pour quelque temps, l’organisation d’une représentation politique commune entre les deux segments de la population.

7L’apparition d’un Parti communiste calédonien (PCC) constituera ici un arrière-plan décisif. Créé par un ancien conseiller territorial et un couple de mécaniciens espagnols récemment arrivé sur l’île, ce parti entreprend une campagne de sensibilisation particulièrement offensive par la distribution de tracts à l’intérieur des réserves. Certes, le contexte social rend peu probable un véritable engagement collectif mais le discours apparaît en rupture par rapport à l’idéologie officielle :

  • 4 Tracts distribués en mai 1946 et cités dans les notes des Renseignement généraux, Archives territor (...)

Chefs indigènes, notre parti a obtenu la liberté pour vous, pour vos sujets, [...] ce pays est le vôtre ! Organisez-vous et faites-nous parvenir vos revendications. Vous avez tous droit à la vie heureuse des blancs [...] aux mêmes avantages que ces hommes qui vous ont trompés comme des chiens.
Les racistes se sont emparés des biens de vos ancêtres noirs. Il faut soulever l’étendard de la révolte. Il faut que nos frères indigènes aient les mêmes avantages que les blancs ! Et s’ils ne sont pas contents, qu’ils retournent au pays de leurs pères4.

  • 5 S’il est vrai qu’une partie des protagonistes européens de l’opération sera expulsée du Territoire (...)
  • 6 A propos de la réaction des missionnaires catholiques et protestants vis-à-vis du « danger communis (...)
  • 7 Compte rendu du premier congrès de l’uicalo, entre le 12 et le 19 mars 1947 à Païta, Archives terri (...)

8Bien que localisée sur certaines communes, l’adhésion de plusieurs centaines de Mélanésiens alarme rapidement les missionnaires. L’entreprise trouve notamment un incontestable écho auprès de petits intermédiaires locaux. Elle représente un moyen de nouer des liens avec la ville et de faire valoir, de manière autonome, leur présence sur le Territoire. Pourtant, le succès remporté, quelques mois plus tard, par le regroupement des réseaux protestants et catholiques stoppe rapidement cette mobilisation5. Dès 1947, et après l’éviction des principaux initiateurs du PCC, les missionnaires sollicitent en effet la création d’associations de défense des intérêts autochtones6.Le premier congrès de l’Union des Indigènes calédoniens amis de la liberté dans l’ordre (UICALO) rassemble des délégués catholiques venus de quarante et une tribus de la Grande Terre et des îles7. L’Association des Indigènes calédoniens et loyaltiens français (AICLF) regroupe, à partir de 1947, une grande majorité des protestants sous l’impulsion de missionnaires européens :

  • 8 Manifeste publié à l’initiative du révérend père Luneau le 25 mai 1946 et intitulé « Revendications (...)

Nous nous unissons, nous constituons partout, dans tous nos villages, des comités de liberté. Mais pas des comités marchant à l’aveugle, à la remorque de tous les mots d’ordre venus de l’étranger jaloux et désireux de jeter la pagaille dans nos rangs [...]. Nous ne sommes pas des roussettes à ne voyager que la nuit ou à ne nous rassembler que dans l’obscurité. Notre programme, nous le déployons au grand jour et à la face de tous, à quelques races ou religions qu’ils appartiennent. C’est un programme d’ordre, de justice et de fraternité8.

9Présentées comme des regroupements « à vocation sociale », les deux organisations prétendent pourtant rapidement au monopole de la représentation indigène. Un temps placées sous la tutelle directe des missionnaires européens, elles regrouperont progressivement la quasi-totalité des futurs élus autochtones. Centralisant des informations sur les tribus, elles tissent peu à peu des liens avec l’administration et formulent les premières revendications face à l’État.

10Les dirigeants de l’uicalo et de l’aiclf militent ainsi rapidement pour la mise en œuvre de périodes de transition démocratique. Celles-ci leur paraissent alors indispensables au bon apprentissage d’une technologie politique et administrative qui leur est étrangère. Leurs projets prévoient la création d’assemblées consultatives élues par les indigènes et pouvant déboucher, à terme, sur une participation entière et égale à celle des Européens. Le compte rendu du premier congrès de l’uicalo montre bien la prudence qui anime les revendications de ses dirigeants :

  • 9 Compte rendu du premier Congrès de l’uicalo, du 12 au 19 mai 1947 à Païta, Archives territoriales, (...)

Les délégués de la Nouvelle-Calédonie et dépendances comprennent fort bien que l’heure n’est pas encore venue pour eux ou leurs compatriotes de siéger au conseil général où sont étudiés trop de problèmes ardus à la solution desquels ils ne sont pas préparés. Ce qu’ils demandent au nom de leurs mandataires, c’est qu’une assemblée d’indigènes compétents, élus par leurs compatriotes, soit consultée avec voix délibérative toutes les fois qu’une question importante ou touchant de près l’indigène devra être traitée par l’autorité supérieure ou par le conseil général9.

  • 10 Manifeste et vœux de l’uicalo au sujet du statut indigène, dans l’esprit et le cadre des institutio (...)
  • 11 Compte rendu manuscrit de l’assemblée générale de l’aiclf, les 15, 16 et 17 octobre 1947, ibid.
  • 12 Il s’agit de la loi du 3 mai 1951.
  • 13 En juillet 1951, on signale encore des pétitions circulant en faveur du double collège notamment da (...)

11Jusqu’à la fin des années 1950, le débat se focalise essentiellement sur les formes de cette assemblée consultative indigène. L’association catholique propose la « création d’une assemblée consultative indigène de dix-huit membres élus par des délégués des tribus » et stipule que « le conseil général devra alors les consulter deux fois par an en session ordinaire10 ». Dès 1947, l’aiclf se montre plus radicale en qualifiant de « piège pour les indigènes » tout projet de « chambre purement indigène qui n’aurait pas de contacts directs et officiels avec les membres du gouvernement11 ». Elle considère notamment qu’un « organisme mixte » devra permettre aux élus européens « d’apprendre à connaître et à estimer les indigènes plus évolués qui ont été instruits et élevés par un long travail civilisateur ». Deux années plus tard, elle se déclare ainsi favorable à la participation directe des autochtones au sein des mêmes instances représentatives que les Européens. Cette option est clairement revendiquée alors que l’Union catholique reste souvent sur des positions plus prudentes. La reconnaissance définitive des droits politiques égaux à tous les Mélanésiens intervient en 1951 à la faveur d’une décision métropolitaine. Une loi élaborée à l’usage des Territoires de l’Afrique noire élargit les conditions d’accession des Mélanésiens aux élections législatives12. Elle fait passer le nombre des électeurs autochtones de 1 144 à 8 700 alors même qu’à peine 10 888 Européens sont inscrits sur les listes électorales. Les deux associations prennent ainsi ouvertement position pour un collège unique sans clore pour autant les débats internes13. Les dirigeants mélanésiens s’engagent alors définitivement dans les cadres définis par l’État.

Le paradoxe multi-ethnique (1951-1958)

  • 14 Cette réticence se fait notamment au profit des immigrants asiatiques qui constitueront une main-d’ (...)

12L’entrée dans le système politique se réalise vite selon un paradoxe qui surprend nombre d’observateurs. C’est, en effet, au moment où la séparation entre les deux segments historiques de la population semble la plus forte que le vote mélanésien se porte sur le projet d’une société calédonienne « multi-ethnique ». Les résultats électoraux ne rendent ainsi pas compte du profond fossé qui sépare ces deux électorats. D’un côté, le vote européen se répartit entre Nouméa et les espaces ruraux. Il est historiquement marqué par un système de liens clientélaires entre couches dirigeantes et exploitants agricoles. De l’autre, les électeurs mélanésiens occupent des territoires de réserve totalement exclus des dynamiques de marché et peu associés à l’action de l’État. Les relations entre les deux communautés se caractérisent ainsi par un climat de mépris réciproque et de racisme latent (Merle 1995). L’exclusion des Mélanésiens des structures du pouvoir empêche cependant la formation d’une dynamique concurrentielle pour l’accès aux ressources de l’État. Les conflits restent ponctuels et prennent surtout la forme de différends fonciers entre collectivités mélanésiennes, grands propriétaires et compagnies minières. Dans plusieurs communes, ces dernières refusent de concéder des terrains pour l’agrandissement de réserves et demeurent réticentes à employer une main-d’œuvre mélanésienne14.

13Pourtant, si le suffrage universel modifie peu la nature des relations entre Mélanésiens et centres de décision nouméens, il semble susceptible de renouveler les échanges entre tribus et colons européens. Les voix mélanésiennes constituent, en effet, une ressource essentielle pour l’accès à des positions dans l’État. Si les histoires locales révèlent des situations très diverses, le nouveau contexte produit des intérêts collectifs inédits. Localement, les rapports inter-ethniques se révèlent surtout difficiles dans les communes où les Européens ont bénéficié des spoliations foncières et profitent aujourd’hui des meilleures terres. L’abolition de l’indigénat a privé les colons européens d’une main-d’œuvre réquisitionnée par l’État et les contraint à présent à se conformer à une réglementation du travail. A Bourail, sur la côte ouest de la Grande Terre, les Européens détiennent à eux seuls une écrasante majorité qui leur permet une bonne marge de manœuvre en cas de dissensions internes. Dans d’autres communes, comme à Ouégoa, l’amélioration des relations est favorisée par une répartition quasi égale entre les deux populations et l’existence de tensions au sein de la communauté européenne. Elle laisse le champ libre à une alliance politique transgressant le clivage colonial.

  • 15 L’Union calédonienne n’est, en fait, officiellement créée que lors d’un congrès constitutif en mai (...)
  • 16 Rien, dans les programmes politiques du Mouvement républicain populaire local (MRP) et du Parti rép (...)

14A l’occasion des élections législatives de 1951, l’uicalo et l’aiclf participent ainsi à la création d’une nouvelle organisation : l’Union calédonienne (uc)15. Elles se positionnent en faveur de la candidature d’un inconnu (Maurice Lenormand) qui bénéficiera de la faible sensibilisation du personnel européen aux problèmes autochtones16 et de la forte mobilisation électorale de celui-ci. L’uc n’apparaît certes pas en mesure de dépasser le clivage entre Mélanésiens et Européens :

Il n’y avait pas une volonté politique de séparation entre les deux communautés. Les choses s’imposaient d’elles-mêmes. Il y avait des coins où les relations entre les Européens et les Mélanésiens n’étaient pas très bonnes et on ne pouvait pas faire autrement. De toute façon, les Mélanésiens ne se seraient pas déplacés au village pour ça et les Européens ne mettaient jamais les pieds dans les tribus. C’était pas leurs affaires. Il n’a jamais été possible de créer des sections communes parce que les deux mondes étaient séparés. En brousse, avec le village d’un côté et les tribus de l’autre, on circulait soit dans l’un, soit dans l’autre. Il fallait choisir. (Entretien avec Michel Bernast, ancien secrétaire général de l’Union calédonienne, le 18.07.1994 à Nouméa.)

  • 17 Dans le premier numéro du journal de l’uc, le texte inaugural insiste ainsi très largement sur l’ex (...)

15Elle contribue pourtant au renouvellement de la vie politique du Territoire en présentant, aux élections au conseil général, plusieurs candidats mélanésiens. L’uc défend alors la spécificité d’une « personnalité calédonienne » face à la métropole. Elle dénonce ceux qui, au sein de l’ancienne majorité, « ont su profiter de l’indigénat au mépris des classes ouvrières et des populations indigènes17 ». Le discours des dirigeants autochtones relativise pourtant la portée de la période antérieure :

  • 18 Allocution de Roch Pidjot (président de l’uicalo et élu de l’uc) devant le haut commissaire, sessio (...)

Si nous voulons marcher dans le sens de l’histoire, croire en l’évolution des peuples, consolider les ponts qui unissent les deux groupes de ce pays, si, en un mot, nous voulons nous comprendre et nous aimer, nous bâtirons une cité heureuse [...]. La page de la colonisation et du colonialisme est tournée, celle de la collaboration et de l’union est encore toute blanche. A nous de la remplir18.

  • 19 Programme d’action du mouvement d’Union calédonienne, deuxième congrès, 31 août et 1er septembre 19 (...)
  • 20 Le nombre très faible de bureaux de vote réduit d’autant plus les chances de participation qu’ils d (...)
  • 21 Même si nous n’avons pu avoir accès aux résultats par bureaux de vote, l’analyse laisse planer peu (...)
  • 22 Organisée autour des adhérents de l’influent Syndicat autonome, l’Union républicaine échoue, par ex (...)
  • 23 Si l’action de l’uc permet la mise en œuvre d’un certain nombre de mesures sociales, celles-ci deme (...)

16Le programme d’action publié lors du deuxième congrès de l’uc, en 1957, insiste ainsi sur la volonté « d’assurer l’égalité pour tous les Calédoniens sans distinction de race19 ». L’organisation bénéficie à la fois de l’appui d’Européens de brousse et de réseaux syndicaux et de l’écrasante majorité des voix mélanésiennes. Dès les élections de 1951, les Mélanésiens se déplacent en effet en masse, malgré des conditions matérielles particulièrement difficiles20. La participation dépasse allègrement les 70 % dans la plupart des communes mélanésiennes de la côte est et des îles alors qu’elle stagne dans celles où les Européens sont majoritaires. Alors qu’à Nouméa le nouveau député ne recueille que 12,5 % des suffrages exprimés, son score dépasse les 50 % dans les communes de l’intérieur et des îles. A Hienghène, Ouvéa ou Bélep, il obtient plus de 80 % des suffrages et plus la proportion de Mélanésiens est forte, plus son score se renforce21. Pourtant, si l’uc favorise alors le regroupement progressif de deux électorats socialement distincts, le poids du vote mélanésien contribue aussi à anéantir les velléités européennes d’opposition au pouvoir en place22. Certes, l’implantation de l’uc empêche le développement d’un travaillisme raciste mais les dirigeants européens exploitent aussi la faible pression revendicative exercée par les élus mélanésiens23. Peu réceptifs aux revendications sociales, ces derniers consacrent une grande part de leur temps à tisser des liens politiques et à mobiliser une population à la poursuite d’objectifs plus mesurés.

La constitution du lien politique

  • 24 En 1953, l’uc imprimera ainsi une croix verte (en référence à la profession d’origine du futur dépu (...)

17Les succès électoraux de l’UC masquent pourtant la position ambiguë des élus et dirigeants mélanésiens. Leur capacité à rallier autour de leurs consignes une telle discipline de vote dissimule les nombreux obstacles auxquels ils sont confrontés dans la constitution de liens politiques. Recrutés par des Européens au sein des associations missionnaires, ces responsables se heurtent d’abord à des milieux peu familiarisés avec les mécanismes de la représentation électorale24 :

Quand on va en tribu à cette époque, la politique n’est pas encore quelque chose de très compris par les gens. Eux, ils voient ce qui fait le Mélanésien dans sa culture : la tribu, le clan, les chefs, la terre... Ils réagissent en fonction des problèmes coutumiers mais la politique elle n’est pas perçue comme quelque chose de réel, vous comprenez. Ça, c’est un gros problème pour nous. Le vote, on l’explique en disant que cela doit rapporter quelque chose. Des adductions d’eau, l’électricité, les routes [...] mais la politique comme les Européens, ça ne vient que chez certains et petit à petit. (Entretien avec Michel Kauma, Nouméa, le 22.07.1994.)

  • 25 L’ensemble des rapports des délégués de l’uicalo à la suite de tournées effectuées entre 1948 et 19 (...)
  • 26 Entretien avec Maurice Parawi Reybas, Nouméa, le 12.07.1994.
  • 27 Le travail d’A. Oberschall montre bien que la mobilisation ne procède pas de la destruction de stru (...)

18Les comptes rendus officiels parlent d’un accueil chaleureux mais ils soulignent aussi les difficultés auxquelles se heurtent les dirigeants lors des « tournées de brousse25 ». Leur insertion dans les milieux locaux nécessite le respect d’un certain nombre de règles pour la bonne diffusion de « consignes ». On souligne l’importance du choix des interlocuteurs et la nécessité de connaître « les plus capables d’influencer les gens26 ». Les consignes seront, en effet, d’autant mieux suivies que les médiateurs locaux bénéficient d’une forte légitimité locale. Ils servent à mieux connaître l’état des rapports de force à l’intérieur des réserves mais également à reconnaître certaines procédures. On parle ainsi de l’importance des « chemins coutumiers » et de l’obligation de hiérarchiser les contacts en fonction de la position communautaire des intermédiaires. L’intervention de médiateurs locaux marque, en fait, la nécessité de « faire avec » des structures de relations communautaires (Oberschall 1973)27.

19La parcellisation sociale ne favorise pourtant pas la formation et la consolidation de réseaux d’influence dans des contextes souvent mal connus. Un des premiers élus mélanésiens du Territoire attribue même la réussite des tournées d’information à la capacité des élus à dépersonnaliser leur rôle :

Lors de nos premières tournées pour aller voir les gens en tribus, c’était le fait d’être autochtone qui était important. En tant qu’homme d’une tribu, je n’avais pas à aller à tel ou tel endroit. C’était en tant que politique, que représentant, que j’étais là. Il fallait le faire comprendre aux gens qui ne connaissaient pas ce type de relations avec d’autres Kanak en dehors de la coutume. Les personnes extérieures à la coutume qui entraient, c’était les Blancs. (Entretien avec Théophile Wakolo Pouyé, Ponérihouen, le 13.10.1996.)

  • 28 Michel Bernast, ancien secrétaire général de l’uc, rencontré le 18 juillet 1994 à Nouméa, explique  (...)
  • 29 Nous entendons ici par notables une classe d’individus imposant leur présence au niveau central grâ (...)
  • 30 La création du journal L’Avenir calédonien, organe de l’uc, apparaît vite comme le seul moyen de di (...)

20La communauté d’origine d’un élu ne forme pas, en effet, un réseau de relations suffisamment large pour garantir une implantation locale significative. Les liens parentélaires sont largement sollicités mais ils ne constituent jamais que des « entrées » politiques pour l’accès à d’autres territoires. Le discours des premiers dirigeants révèle, dès lors, une attitude réservée sur leur pouvoir d’influence locale. Le vote demeure impersonnel même si le pouvoir reste faiblement institutionnalisé. La formation d’un appareil militant pour la stabilisation des institutions partisanes se révélera d’ailleurs illusoire. Certes, la désignation de représentants uc locaux ne rencontrera aucun obstacle28. Largement tributaires de leurs positions communautaires, ces intermédiaires ne s’imposent pourtant pas comme une classe de notables capables d’orienter le geste électoral29. Disséminés sur l’ensemble du territoire, ils assurent la présence de l’organisation au sein des structures communautaires mais leur rôle se limite à celui de relais de communication entre électeurs et instances de décision. Chargés de l’organisation de réunions politiques lors des tournées électorales, ils participent à la diffusion des mots d’ordre du mouvement et diffusent le journal de l’uc30. L’Avenir calédonien représente alors l’unique moyen d’accès aux débats et aux décisions du bureau politique dans un contexte d’isolement géographique de la brousse et des îles.

  • 31 Dans une lettre adressée au ministre de la France d’outre-mer en date du 19 mai 1947, le gouverneur (...)
  • 32 Les premières cartes d’adhésion et les carnets de cotisation sont d’ailleurs fournis par le vicaria (...)

21Les responsables politiques mélanésiens subissent, par ailleurs, la concurrence d’acteurs européens aux ressources plus conséquentes. Si leur présence sur les listes de candidature conditionne la captation du vote, le travail de mobilisation ne s’exerce pas exclusivement sous leur contrôle. Pendant plusieurs années, l’uicalo et l’aiclf demeurent partiellement sous la tutelle de missionnaires protestants et catholiques (Kurtovitch 1993). Reproduisant « naturellement » les schémas du monde missionnaire, ces derniers entretiennent toujours une relation paternaliste avec le groupe des dirigeants autochtones. Le père Luneau, curé à la mission de Canala, gardera longtemps un pouvoir d’influence sur l’organisation de l’uicalo. En mai 1946, c’est lui qui rédige le texte de « Revendications de l’uicalo » considéré comme l’acte de naissance de l’organisation. Du côté protestant, les pasteurs Begnignus et Charlemagne jouent un rôle similaire et se révèlent d’incontournables intermédiaires avec le monde blanc31. Les missions financent d’ailleurs, en grande partie, les premiers pas des deux associations et exercent une pression forte sur leurs choix politiques32. Jusqu’à l’élection du candidat uc, leur présence garantit d’ailleurs le soutien de la bourgeoisie protestante européenne et de la hiérarchie catholique qui espèrent canaliser ainsi leurs aspirations diverses.

22Au-delà de l’autorité des missionnaires, les dirigeants mélanésiens subissent localement la concurrence d’un petit leadership européen. Employant dans leurs fermes un petit salariat mélanésien, certains propriétaires terriens s’assurent de petites clientèles qu’ils mettent au service des leaders européens. Leur position d’extériorité par rapport aux rivalités communautaires leur permet d’ailleurs une marge d’action plus large que celles des responsables mélanésiens de la commune. Dès lors, si l’action des dirigeants autochtones semble essentielle, l’apprentissage électoral ne semble leur bénéficier que de manière indirecte. C’est par d’autres intermédiaires que la politique se diffuse.

Les médiations ethno-religieuses

  • 33 Voir les rapports des délégués de l’uicalo, cités note 25, ci-dessus.

23Si les mécanismes par lesquels la population mélanésienne vote ne relèvent pas des liens personnels tissés par ses dirigeants, ce vote ne résulte pas non plus du « réveil d’un peuple ». Le succès des premières campagnes33 atteste de l’efficacité de mécanismes non spécifiquement politiques. C’est même la stabilité des structures communautaires qui facilite le consentement au geste électoral. Au-delà des difficultés inhérentes à une faible politisation et à la forte parcellisation sociale, les dirigeants admettent ainsi le rôle essentiel d’un contrôle social sur lequel ils n’ont que peu de prise :

A l’époque, le travail des élus était beaucoup plus simple, il suffisait de savoir qui étaient les notables et toute la tribu suivait, sans rien dire, parce que le notable l’avait dit. La question, c’était juste de savoir qui il fallait aller voir en premier. Parce qu’après, cela créait des jalousies. Il y avait des gens qui étaient incontournables parce qu’ils étaient chefs ou qu’ils s’occupaient bien des affaires de la tribu. Mais pour les voir, il fallait d’abord voir qui était important. Après seulement, on pouvait discuter. Souvent avec un traducteur, parce qu’il y a beaucoup de langues chez nous et tout le monde ne parlait pas le français. (Entretien avec Maurice Parawi Reybas, Nouméa, le 12 juillet 1994.)

  • 34 Sur les vingt-huit responsables qui dirigent l’aiclf, son organigramme en 1951 ne compte que des pr (...)
  • 35 Introduction au document Pensée de base de l’aiclf, publié le 10 janvier 1947, Archives territorial (...)
  • 36 Compte rendu de l’ag de Tieta (Voh) les 15, 16 et 17 octobre 1947, ibid.
  • 37 Voir la lettre de l’infirmier Doui Matayo Wetta, secrétaire de l’aiclf, au chef du service des Affa (...)
  • 38 S’y ajoute également un petit groupe d’anciens combattants parmi les premiers à formuler des revend (...)

24Jusqu’à la fin des années 1950, l’aiclf et l’uicalo assurent l’essentiel des interventions politiques en milieu mélanésien34. Elles accumulent des informations sur les « tribus » et formulent des demandes d’interventions publiques auprès du service des Affaires indigènes. Elles font alors appel aux « petits et grands, plus ou moins développés, chefs, moniteurs, infirmiers, anciens combattants, volontaires, pour tous les indigènes, afin que nous soyons un seul cœur35 ». La direction associative se compose pourtant majoritairement de représentants des institutions religieuses et des personnages prétendant à un pouvoir d’influence communautaire. En 1947, l’assemblée générale de l’aiclf se compose ainsi de vingt-quatre responsables dont la plupart exercent des fonctions administratives de chefs, si l’on excepte un trésorier salarié des ptt de Nouméa36. Quelques années plus tard, la situation a sensiblement évolué mais la tendance reste lourde. Les deux tiers des délégués remplissent encore des fonctions religieuses ou administratives37. Les moniteurs, pasteurs et catéchistes mélanésiens constituent alors cette petite couche de lettrés dont la position se révèle indispensable à la coordination de l’action collective38 et à la structuration de l’activité politique. Le vote uc dépend ainsi largement du soutien d’institutions religieuses qui ont initié, par le passé, des pratiques de pouvoir impersonnel.

  • 39 D’après les chiffres du service des Affaires indigènes, la population mélanésienne se partage, en 1 (...)
  • 40 Si l’on descend encore au niveau du district : 19 districts sont catholiques à plus de 85 %, 8 sont (...)
  • 41 L’évangélisation avait déjà donné lieu à une concurrence entre missionnaires protestants et catholi (...)

25L’efficacité de ces médiations ne se résume pas à l’influence locale de l’appareil religieux. Elles permettent également de neutraliser certaines fractures communautaires locales. Certes, le travail de sensibilisation donne lieu, un temps, à une concurrence acharnée entre les deux associations. Il s’agit notamment, là où la situation le permet, d’enrôler des communautés de confession opposée. Pourtant, les logiques confessionnelles restent globalement respectées et, à peu d’exceptions près, les protestants se rallient à l’aiclf et les catholiques à l’uicalo. En 1947, les communautés mélanésiennes demeurent ainsi équitablement partagées entre protestants et catholiques39. Une étude lancée, la même année, par le service des Affaires indigènes donne un aperçu assez précis de leurs appartenances religieuses. Sur les 308 communautés « tribales », 250 sont catholiques ou protestantes à plus de 85 %, les autres restent équitablement réparties entre les deux confessions40. Le maintien de deux associations missionnaires se révèle alors particulièrement utile au dépassement des divisions locales. L’histoire de l’évangélisation résulte, en effet, de stratégies locales qui expliquent la fréquence de formes ethno-religieuses d’identification41. Dès lors, si la décision de constituer deux associations concurrentes semble aller à l’encontre d’une volonté unitaire, elle se révèle conforme à l’utilisation des identités locales. En domestiquant cette pluralité sociale, les responsables politiques se donnent ainsi les moyens d’une unité politique :

  • 42 Communication no 43 aux délégués de l’uicalo du 15 septembre 1957, Archives territoriales, série 97 (...)
  • 43 Introduction au document Pensée de base de l’aiclf, publié le 10 janvier 1947, ibid.

Les délégués [de l’uicalo et de l’aiclf] ont décidé de travailler en union avec l’Union calédonienne et ont avancé des candidats. [...] Pas de déserteurs ni de vendus chez nous, notre devise est l’union en tout et pour tout, pour la bonne cause. Du calme et de l’ordre dans les tribus pendant la campagne électorale et au moment des élections. Montrez-vous de vrais enfants-citoyens de la France. Méfiez-vous des gens de promesses42.
Nous ne voulons pas créer un parti, car un parti créerait des divisions dans les tribus, car il n’y aurait pas un seul cœur. Nous n’avons pas honte d’être Noirs et nous voulons relever notre pays, afin que nous soyons des hommes de plus en plus développés et que nous puissions vivre dans le calme, la liberté et le travail. [...] Nous avons besoin de vivre dans l’amour mutuel et dans l’entraide et nous voulons vivre dans la vérité43.

26Dès lors, s’il refusent de considérer leur activité comme politique, les responsables des deux associations participent toutefois directement à la mobilisation électorale. Plus que l’influence de notables locaux, c’est l’instrumentalisation de sociabilités ethnoreligieuses qui s’impose ici comme un des fondements des mécanismes du vote.

  • 44 Le travail de Howe porte exclusivement sur les îles mais montre bien combien le pouvoir des chefs t (...)
  • 45 Contrairement aux îles Loyauté, les communautés de la Grande Terre ont été déplacées et fortement r (...)

27En effet, si les missions détiennent alors une influence sur les structures communautaires, c’est qu’elles ont largement contribué à la recomposition de l’ordre social durant l’indigénat. Le syncrétisme missionnaire s’est imposé à la fois comme un régime de domination et d’innovation sociale. En reconstituant des logiques rituelles et de célébrations, elles ont contribué à la préservation d’institutions communautaires. Les personnalités locales ayant conservé ou acquis une position d’autorité le doivent aussi à leur capacité d’adaptation à des changements largement contrôlés par les missionnaires (Howe 1977)44. De même, la mise en place de réseaux d’écoles permet à ces dernières de conserver une place prépondérante dans la socialisation politique locale mais également au sein des couches sociales susceptibles de tisser des liens avec les agents de l’État (la gendarmerie et les service sociaux de l’administration). Plus ou moins structurés selon l’histoire coloniale locale45, ces réseaux et foyers de solidarité semblent d’autant plus propices à la consolidation de relais sociaux qu’ils font le jeu d’une « civilité électorale ». Les élus de cette période expriment bien les logiques purement collectives du vote mélanésien :

Ce qui nous a sauvés, c’était la coutume. Les gens, ils avaient l’habitude de la coutume c’est-à-dire qu’ils savaient à qui il fallait obéir. La force de la coutume a fait que même si les gens ne comprenaient pas très bien à quoi correspondait ce geste, ils savaient que c’était bien pour la tribu parce que le chef ou le conseil des anciens l’avaient dit. A cette époque, les jeunes et les femmes obéissaient au doigt et à l’œil, il n’y avait pas de contestation. Et ne pas faire ce qu’on vous disait, c’était refuser quelque chose de sacré. Alors, dans la tête des gens, ne pas aller voter, c’était comme ne pas respecter les règles de la coutume. (Entretien avec Elia Tidjine, Poum, le 2.09.1996.)

28Dès lors, si l’influence de certains personnages demeure incontestable, l’efficacité de la pénétration des consignes est due surtout à la stabilité des structures communautaires du pouvoir. Le fait que la discipline électorale soit renforcée par le jeu de solidarités parentélaires n’implique pas pour autant la conscience des nouveaux enjeux mais se révèle essentiel à la légitimation de représentants élus. La confusion manifeste entre rites sociaux et politiques, entre socialisation politique et religieuse favorise la pérennité d’une emprise sociale qui joue à plein les dimanches d’élection.

  • 46 Un éditorial de la presse catholique officielle insiste largement sur la portée de ce vote : « Pour (...)
  • 47 Résultats officiels délivrés par le haut-commissariat de la République en décembre 1958, Archives t (...)

29En décembre 1958, la presse locale n’a pas envisagé l’éventualité d’un « non ». Avec le soutien des missions, le député Lenormand a appelé au « oui ». Les institutions religieuses ont plusieurs fois insisté sur l’enjeu du scrutin par la voix de leurs journaux respectifs46. Les gendarmes de brousse ne signalent d’ailleurs aucun trouble : les zones rurales voteront, encore une fois, dans une atmosphère sereine. Les résultats tombent, deux jours plus tard, dans une certaine indifférence. Sur les 77 % de participants, 26 085 se sont prononcés pour le « oui » et 500 pour le « non »47. Pourtant, le positionnement de la population mélanésienne lors du référendum de 1958 perd ici toute sa dimension collective. L’attachement des Mélanésiens à la France apparaît, en effet, le produit paradoxal d’un contexte colonial qui a structuré les esprits. Les représentations que les dirigeants mélanésiens livrent d’eux-mêmes, durant cette période, demeurent profondément ancrées dans la réalité historique du Territoire. Les arguments des deux associations reprennent généralement, mot pour mot, les poncifs de l’idéologie colonialiste et laissent planer peu de doutes sur leurs intentions. Peu de ces dirigeants contestent l’apport « civilisationnel » de la France même s’ils comprennent combien l’action des missions fut autrement plus positive que celle de l’État. Pourtant, la constance avec laquelle les populations mélanésiennes investissent le geste électoral se confirmera jusqu’au milieu des années 1980. Manifestation privilégiée des allégeances communautaires, l’acte de vote révélera plus tard des formes de liens entre « le haut et le bas » profondément transformées par le processus de politisation des populations.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bensa, A. 1992. « Terre kanak : enjeu politique d’hier et d’aujourd’hui », Études rurales,nos 127-128, juil.-déc. : « La terre et le Pacifique », pp. 107-131.

Connell, J. 1987. New Caledonia or Kanaky? The Political History of a French Colony, Canberra, The Australian National University, « Pacific Research Monograph », no 46.

Dauphiné, J. 1992. Pouebo. Histoire d’une tribu canaque sous le Second Empire, Paris, L’Harmattan/adck.

Dornoy, M. 1984. Politics in New Caledonia (1945-1977), Sydney, Sydney University Press.

Guiart, J. 1963. Structure de la chefferie en Mélanésie du sud, Paris, musée de l’Homme, Institut d’ethnologie, « Travaux et Mémoires de l’Institut d’ethnologie », lxvi (2e éd. remaniée et augmentée : La chefferie en Mélanésie, vol. I, 1992).

Hirschman, A. 1995. Défection et prise de parole, Paris, Fayard (1re éd. Harvard University Press, 1982).

Howe, K.R. 1977. The Loyalty Islands. A History of Culture Contacts 18401900, Canberra, Australian National University Press.

Kurtovitch, I. 1993. La vie politique en Nouvelle-Calédonie (1946-1951), mémoire de dea, Université française du Pacifique.

Lacroix, B. 1985. « Ordre politique et ordre social », in M. Grawitz & J. Leca (dir.), Traité de science politique, Paris, Presses universitaires de France, pp. 439-517.

Merle, I. 1995. Expériences coloniales : La Nouvelle-Calédonie, 1853-1920, Paris, Belin.

Oberschall, A. 1973. Social Conflict and Social Movement, Englewood Cliffs, N.J., Prentice-Hall.

Saussol, A. 1979. L’héritage. Essai sur le problème foncier mélanésien en Nouvelle-Calédonie, Paris, Publications de la Société des Océanistes, no 40.

Tjibaou, J.-M. 1996. La présence kanak, Paris, Odile Jacob.

Notes

1 Trois grands chefs (le grand chef Bouquet de Bourail, le grand chef Zéoula de Lifou et le grand chef Kowi Bouillant de Touho) se présentent ainsi aux suffrages dès 1946 alors que le corps électoral demeure encore réduit à la majorité européenne.

2 Compte rendu de la réunions des délégués de l’aiclf à Tibarama du 25 au 26 juin 1947, Archives territoriales, série 97W, carton 18, 3 p.

3 Compte rendu de l’assemblée générale des 15, 16 et 17 octobre 1947, Archives territoriales, série 97W, carton 18, 4 p.

4 Tracts distribués en mai 1946 et cités dans les notes des Renseignement généraux, Archives territoriales, série 97W.

5 S’il est vrai qu’une partie des protagonistes européens de l’opération sera expulsée du Territoire par l’État français, on retrouvera la totalité des adhérents mélanésiens au sein des deux organisations missionnaires.

6 A propos de la réaction des missionnaires catholiques et protestants vis-à-vis du « danger communiste », voir, par exemple, « Parole du missionnaire aux communistes indigènes », Le Messager, journal de l’aiclf, no 2, juin 1948, p. 4, Archives territoriales, série 97W, carton 18, et La Vie catholique no 34, octobre 1945, p. 2.

7 Compte rendu du premier congrès de l’uicalo, entre le 12 et le 19 mars 1947 à Païta, Archives territoriales, série 97W.

8 Manifeste publié à l’initiative du révérend père Luneau le 25 mai 1946 et intitulé « Revendications de l’Union des Indigènes calédoniens amis de la liberté dans l’ordre », archives personnelles, 4 p.

9 Compte rendu du premier Congrès de l’uicalo, du 12 au 19 mai 1947 à Païta, Archives territoriales, série 97W.

10 Manifeste et vœux de l’uicalo au sujet du statut indigène, dans l’esprit et le cadre des institutions françaises, réunion de Païta, le 20 avril 1948, Archives territoriales, série 97W, carton 18.

11 Compte rendu manuscrit de l’assemblée générale de l’aiclf, les 15, 16 et 17 octobre 1947, ibid.

12 Il s’agit de la loi du 3 mai 1951.

13 En juillet 1951, on signale encore des pétitions circulant en faveur du double collège notamment dans les rangs de l’aiclf (nous ne connaissons pas l’origine réelle de ces textes). Une allusion à ces pétitions est faite lors de l’assemblée générale de l’aiclf à Men’ko (Houaïlou), les 27 et 30 juillet 1951. Archives territoriales, série 97W, carton 18.

14 Cette réticence se fait notamment au profit des immigrants asiatiques qui constitueront une main-d’œuvre bon marché à partir de la fin des années 1940.

15 L’Union calédonienne n’est, en fait, officiellement créée que lors d’un congrès constitutif en mai 1956 après la réélection à la députation de Maurice Lenormand aux élections législatives du mois de janvier.

16 Rien, dans les programmes politiques du Mouvement républicain populaire local (MRP) et du Parti républicain pour la liberté (PRL), ne laisse entrevoir un quelconque intérêt pour des questions qui concernent pourtant une majorité de la population néo-calédonienne.

17 Dans le premier numéro du journal de l’uc, le texte inaugural insiste ainsi très largement sur l’existence d’un « peuple calédonien ». L’Avenir calédonien, no 1, 11 décembre 1954, p. 1.

18 Allocution de Roch Pidjot (président de l’uicalo et élu de l’uc) devant le haut commissaire, session budgétaire ordinaire, 1re séance, vendredi 27 décembre 1957.

19 Programme d’action du mouvement d’Union calédonienne, deuxième congrès, 31 août et 1er septembre 1957, p. 5.

20 Le nombre très faible de bureaux de vote réduit d’autant plus les chances de participation qu’ils demeurent peu accessibles à une population autochtone mal desservie par les moyens de communication et souvent éloignée des centres administratifs.

21 Même si nous n’avons pu avoir accès aux résultats par bureaux de vote, l’analyse laisse planer peu de doute.

22 Organisée autour des adhérents de l’influent Syndicat autonome, l’Union républicaine échoue, par exemple, aux élections de 1958 et 1962 alors qu’elle exigeait un droit de regard sur la gestion de la sln et dénonçait l’utilisation des Mélanésiens comme d’un « vivier électoral » au profit d’intérêts des gros possédants. Il en ira de même de l’Entente démocratique animée par le secrétaire général du syndicat des instituteurs, de l’Union des travailleurs composée d’employés de la société Le Nickel et d’une Liste des travailleurs de la côte est défendant les intérêts de petits colons, qui n’obtiendront aucun siège. Les autres velléités syndicales semblent, par ailleurs, largement contrôlées par l’uc qui bénéficie du soutien des grandes formations syndicales.

23 Si l’action de l’uc permet la mise en œuvre d’un certain nombre de mesures sociales, celles-ci demeurent très largement en deçà de la situation métroplitaine.

24 En 1953, l’uc imprimera ainsi une croix verte (en référence à la profession d’origine du futur député) sur son bulletin de vote pour se distinguer des autres candidatures et prévenir toute confusion.

25 L’ensemble des rapports des délégués de l’uicalo à la suite de tournées effectuées entre 1948 et 1952 souligne cet aspect. Archives territoriales, série 97W, carton 18.

26 Entretien avec Maurice Parawi Reybas, Nouméa, le 12.07.1994.

27 Le travail d’A. Oberschall montre bien que la mobilisation ne procède pas de la destruction de structures sociales antérieures mais de leur instrumentalisation, même si l’action politique peut en modifier la nature.

28 Michel Bernast, ancien secrétaire général de l’uc, rencontré le 18 juillet 1994 à Nouméa, explique : « On voulait essayer de créer des militants uc et pas uicalo ou aiclf. C’était l’occasion de remplacer les vieux par des jeunes. C’est passé comme une lettre à la poste. Les gens comprenaient parfaitement qu’il ne fallait pas mélanger la religion avec la politique. »

29 Nous entendons ici par notables une classe d’individus imposant leur présence au niveau central grâce à l’importance et à la stabilité de leurs ressources locales.

30 La création du journal L’Avenir calédonien, organe de l’uc, apparaît vite comme le seul moyen de diffusion de l’information face aux journaux européens.

31 Dans une lettre adressée au ministre de la France d’outre-mer en date du 19 mai 1947, le gouverneur de la Nouvelle-Calédonie et Dépendances concède ainsi que « c’est grâce aux missions en général qu’a été maintenu le contact avec les milieux autochtones ; l’administration, par manque de personnel, ne pouvant intervenir dans ce domaine », lettre no 47/SG1, Archives territoriales, série 97W, carton 18, 4 p.

32 Les premières cartes d’adhésion et les carnets de cotisation sont d’ailleurs fournis par le vicariat (entretien avec Michel Kauma, Nouméa, 13.08.1994).

33 Voir les rapports des délégués de l’uicalo, cités note 25, ci-dessus.

34 Sur les vingt-huit responsables qui dirigent l’aiclf, son organigramme en 1951 ne compte que des protestants : neuf chefs, deux représentants de conseil des anciens, quatre anciens combattants, trois salariés et trois moniteurs de l’enseignement religieux ; organigramme envoyé par Doui Matayo Wetta au chef du service des Affaires indigènes le 4 mai 1951, Archives territoriales, série 97W, carton 18.

35 Introduction au document Pensée de base de l’aiclf, publié le 10 janvier 1947, Archives territoriales, série 97W, carton 18.

36 Compte rendu de l’ag de Tieta (Voh) les 15, 16 et 17 octobre 1947, ibid.

37 Voir la lettre de l’infirmier Doui Matayo Wetta, secrétaire de l’aiclf, au chef du service des Affaires indigènes, reprenant l’organigramme de l’aiclf en 1951, ibid.

38 S’y ajoute également un petit groupe d’anciens combattants parmi les premiers à formuler des revendications en 1947 ; voir notamment la lettre regroupant les signatures d’anciens combattants des deux guerres et demandant la prise en compte de la situation sociale des Mélanésiens.

39 D’après les chiffres du service des Affaires indigènes, la population mélanésienne se partage, en 1947, entre 15 125 catholiques, 15 208 protestants et 363 sans religion. Archives territoriales, série 97W, carton 18.

40 Si l’on descend encore au niveau du district : 19 districts sont catholiques à plus de 85 %, 8 sont protestants à plus de 85 % et 29 sont assez équitablement répartis.

41 L’évangélisation avait déjà donné lieu à une concurrence entre missionnaires protestants et catholiques ou quelquefois par l’intermédiaire des divisions congrégationnelles. Les communes entièrement catholiques (Yaté ou Pouebo par exemple) ne présagent pas d’une entente ou d’un consensus politique particulier au sein des populations mélanésiennes. Ces dernières n’ont simplement pas bénéficié de la concurrence des deux appareils religieux.

42 Communication no 43 aux délégués de l’uicalo du 15 septembre 1957, Archives territoriales, série 97W, carton 18, 3 p.

43 Introduction au document Pensée de base de l’aiclf, publié le 10 janvier 1947, ibid.

44 Le travail de Howe porte exclusivement sur les îles mais montre bien combien le pouvoir des chefs tient des ressources liés à l’État et aux missions religieuses.

45 Contrairement aux îles Loyauté, les communautés de la Grande Terre ont été déplacées et fortement réprimées. Leurs structures semblent, dès cette époque, largement affectées par ces multiples changements.

46 Un éditorial de la presse catholique officielle insiste largement sur la portée de ce vote : « Pour nous, Calédoniens, le référendum n’a pas la même signification qu’en France. Il n’est pas une prise de position politique sur la Constitution à laquelle nos 34 000 voix ne changeront rien. Il a une signification patriotique : voulez-vous rester français ? », Le Semeur no 198, 27 juin 1958.

47 Résultats officiels délivrés par le haut-commissariat de la République en décembre 1958, Archives territoriales.

Notes de fin

1 Nous remercions ici tout particulièrement Michel Bernast, ancien secrétaire de l’Union calédonienne, dont les remarques nous ont été précieuses pour la compréhension de cette période.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540