Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En pays kanak

 | 
Alban Bensa
, 
Isabelle Leblic

II. Retour sur le choc colonial

Les sociétés préeuropéennes de Nouvelle-Calédonie et leur transformation historique1
L’apport de l’archéologie

Christophe Sand, Jacques Bole et André Ouetcho

Texte intégral

  • 1 Les données archéologiques présentées dans ce texte ont été collectées depuis 1992 dans le cadre de (...)

« Lorsque, à l’époque, toutes les collines portaient ainsi les cônes de chaume des demeures canaques, le pays devait avoir un aspect extraordinairement agréable et vivant. »
M. Leenhardt (1937)

Introduction

1Ces quelques pages se proposent de présenter une courte étude de certaines modalités de fonctionnement des sociétés préeuropéennes de la Nouvelle-Calédonie (fig. 1) telles qu’elles peuvent être reconstituées à partir de données archéologiques, afin de contribuer à l’identification des origines des systèmes sociaux kanak contemporains.

2Dans une première partie sera rapidement proposée une analyse de la chronologie du peuplement de l’archipel. Ceci permettra d’aborder des éléments de réflexion tels que l’augmentation démographique préhistorique, les évolutions socioculturelles, les contraintes de l’environnement naturel, les seuils de populations et l’intensification de l’occupation de l’espace insulaire. En conclusion de cette analyse sera tentée une reconstitution des caractéristiques principales de l’occupation de l’espace insulaire que l’on peut identifier à travers le paysage archéologique au moment du premier contact européen.

1. Carte de la Nouvelle-Calédonie localisant les principaux sites archéologiques de l’archipel (Sand 1994a).

3Dans une seconde partie sera discutée l’hypothèse d’une transformation historique précoloniale importante de la société kanak, engendrée principalement par l’introduction par les marins européens de maladies contre lesquelles la population autochtone n’était pas immunisée. L’apparition d’épidémies aurait provoqué une chute de population bien plus importante que tout ce qui a été supposé jusqu’à présent et entraîné un bouleversement de la société, engendrant le développement des guerres, des déplacements de groupes et l’effondrement partiel des hiérarchies politiques. Ainsi, une partie des caractéristiques de la société kanak ne serait pas issue de millénaires d’adaptation insulaire mais de l’impact indirect des premiers contacts avec les Européens.

La chronologie humaine préeuropéenne de l’archipel néo-calédonien

Le premier millénaire de peuplement

4Les archéologues s’accordent actuellement pour considérer que le premier peuplement du sud de la Mélanésie, au-delà des îles Salomon, ne date pas de plus de 3 200 ans et correspond à l’arrivée en Océanie lointaine de populations parlant des langues austronésiennes. Ce premier peuplement est marqué archéologiquement en Mélanésie et en Polynésie occidentale par la présence de poteries pointillées Lapita ainsi que d’autres ensembles céramiques.

5La date de la plus ancienne arrivée humaine austronésienne en Nouvelle-Calédonie se situe, d’après les dernières synthèses, entre 1 100 et 1 000 ans avant J.-C. (Sand 1995, 1997b). Durant le premier millénaire de peuplement furent fabriquées différentes traditions céramiques, nommées Lapita (pointillé) (fig. 2), Podtanéan (imprimé au battoir) et Puen (incisé). Si la majorité des sites archéologiques de ce premier millénaire est localisée actuellement sur la côte ouest de la Grande Terre, il est probable que les recherches futures montreront une occupation tout aussi importante sur la côte est. La mise en place d’un inventaire sur les îles Loyauté depuis 1992 a permis de recenser plus d’une quinzaine de sites occupés sur Maré, Lifou et Ouvéa avant notre ère, montrant une multiplication des zones géographiques habitées après le premier peuplement.

6La plupart des preuves directes sur le mode d’occupation de l’espace sont pour le moment limitées aux sites de bord de mer de la Grande Terre. Mais d’autres témoins montrent que, rapidement, certains groupes ont quitté les plages pour s’enfoncer dans certaines plaines alluviales. On note ainsi, durant le Ier millénaire avant J.-C., un début de transformation de l’environnement, indiquant que des zones de forêt dans les plaines sont brûlées (Stevenson & Dodson 1995), probablement afin de développer les premiers ensembles horticoles. On note en parallèle la disparition de toute une partie de la faune endémique, en particulier de plus de 40 % de la faune non passerine (Balouet & Olson 1989). Enfin, la fouille d’un site de la basse vallée de Koumac, situé à cinq kilomètres du bord de mer, a montré une occupation probablement dès 800-700 avant J.-C. (Sémah et al. 1995).

7La découverte de niveaux anthropisés datés du milieu et de la fin du Ier millénaire avant J.-C. (Sand & Ouetcho 1993a) dans la vallée de la Oua Mendiou (haute Tiwaka) à plus de quinze kilomètres de la côte est, dans un environnement de haute montagne, est une preuve supplémentaire qu’avant la fin du premier millénaire de peuplement l’occupation humaine ne s’est pas limitée au bord de mer et que des groupes humains ont remonté certains cours d’eau jusqu’au centre de la chaîne.

2. Exemple de poterie Lapita de Nouvelle-Calédonie, décorée de motifs pointillés (collection Musée néo-calédonien, photo C. Sand).

8Comment peut-on caractériser le fonctionnement social de ces premiers Austronésiens ? En se basant sur la linguistique, certains auteurs ont émis l’hypothèse qu’il existait déjà dans les sociétés de l’ensemble culturel Lapita un système politique hiérarchisé (Hayden 1983 ; Pawley & Green 1984 ; Green 1997), mais cette idée n’est pas acceptée de façon indiscutable (Lichtenberg 1986 ; Dye 1987). D’après les données archéologiques, les habitats étaient regroupés en bord de plage, avec des aires individuelles d’occupation, que l’on peut définir à partir de la répartition différente des tessons Lapita et Podtanéan à l’intérieur d’un même site. Des échanges sur de longues distances, de poteries mais également d’herminettes, d’éclats lithiques et probablement de parures, indiquent que les groupes étaient en relation entre eux, en particulier entre la Grande Terre et les îles Loyauté (Sand 1995). Enfin, comme on l’a dit précédemment, l’économie devait comporter, en plus des produits de la mer (poissons et coquillages), de la collecte de végétaux sauvages et de la chasse, une forme de production horticole, probablement avec une technique de culture sur brûlis à long cycle de jachère. A partir de ces données, définir le système politique de la société austronésienne néo-calédonienne du Ier millénaire avant J.-C. semble difficile : celle-ci n’avait pas nécessairement besoin d’être complexe.

9Par contre, culturellement, la différenciation entre les groupes, aussi bien entre la Grande Terre et les îles Loyauté qu’entre le nord et le sud de la Grande Terre, ainsi qu’entre les populations du bord de mer et celles des vallées, débute dès les premiers siècles de peuplement. La démonstration archéologique que certaines hautes vallées ont commencé à être peuplées avant Jésus-Christ, en partie à partir de la côte est, ouvre des perspectives de recherche multidisciplinaire, et laisse espérer qu’on puisse relier certains mythes d’origine des premiers tertres, tels qu’ils sont décrits par les traditions orales, avec les données archéologiques. Les travaux de ce type ont pu démontrer ailleurs dans le Pacifique, en particulier en Australie, que des mythes dataient de plusieurs millénaires. Certains mythes kanak liés aux origines des plus anciens sites pourraient avoir plus de deux mille ans. Cette hypothèse – qui peut rebuter certains – demande néanmoins à être prouvée sur le terrain.

Les évolutions du Ier millénaire après J.-C.

10En prenant un taux d’augmentation de la population insulaire relativement bas durant le premier millénaire de peuplement, on arrive autour de l’an zéro à plus de 50 000 personnes (Sand 1995). Ce chiffre, qui peut paraître élevé, est pourtant bien en dessous de la situation de Hawaii (Kirch 1985) ou de la Nouvelle-Zélande (Davidson 1984) durant le même intervalle de temps et n’est donc pas irréaliste. A ce moment, toute une partie de la Grande Terre restait à être peuplée. Les petits groupes qui occupaient les plaines alluviales et certaines collines pratiquaient alors probablement toujours un système de cultures horticoles itinérantes sur brûlis, à longs cycles de jachères.

11Mais, sur les ensembles insulaires plus restreints, comme les îles Loyauté et l’île des Pins, la limitation des espaces horticoles consécutive à l’augmentation naturelle de la population a dû plus rapidement entraîner des tensions. De façon révélatrice apparurent, vers 250 après J.-C., dans la grande plaine de Maré, des structures monumentales, décrites par les mythes comme des ensembles défensifs. Sur le site LMA016 de Hnakudotit, les murs font 10 m de large, 4 m de haut, plus de 500 m de tour et sont construits avec des blocs de corail fossile pouvant peser plusieurs tonnes (Sand & Ouetcho 1993b). La forme et l’architecture de ces sites indiquent une possibilité d’utilisation défensive (fig. 3). Comme le précisent les mythes, les structures ont dû être construites assez rapidement, ce qui est corroboré par les trois datations obtenues. Cela prouve la présence d’une population passablement importante dans cette région de Maré et non de quelques groupes épars. Il apparaît également dans les mythes la notion de prestige et de compétition, qui se retrouve dans l’architecture des monuments. Toutes ces données laissent supposer, durant le Ier millénaire après J.-C., la présence dans la région de La Roche de groupes relativement nombreux, régis par un système sociopolitique différent de la chefferie semi-égalitaire kanak historique. Il est possible que ce système ait été assez fortement hiérarchisé, avec des groupes dominants décideurs, en compétition militaire et de prestige entre eux (Sand 1996). Ces groupes auraient eu un pouvoir fort, permettant l’édification de ces structures et l’organisation du travail entre les groupes extrayant les blocs dans des carrières à plusieurs kilomètres des chantiers, les groupes apportant les blocs, les groupes construisant les murs et les groupes travaillant dans les champs pour nourrir les ouvriers. Afin d’illustrer leur puissance, ces groupes dominants auraient volontairement positionné dans les parties les plus visibles des sites (les portes pour le site LMA016 de Hnakudotit, la porte et le mur principal pour le site LMA017 de Waninetit) les blocs les plus impressionnants, pouvant mesurer plus de 4,5 mètres cubes. Cette démarche, toutes proportions gardées, trouve ses parallèles dans les grandes structures funéraires élevées par les Tui Tonga de Tongatapu durant le IIe millénaire après J.-C. (Kirch 1984 ; Herda 1988).

3. Vue de l’angle intérieur nord-ouest de la structure monumentale LMA016 de Hnakudotit après restauration (photo C. Sand).

12Il y aurait une dizaine de ces forts à Maré et plusieurs sites semblables ont été signalés à Lifou. Il est intéressant, en conclusion, de noter que les mythes sur ces sites sont en relation, à Maré, avec les Eletok, décrits comme les anciens habitants de l’île, qui auraient eu un système social particulier (Dubois 1975).

La mise en place et l’intensification des structures horticoles permanentes (Sand 1998)

13Si l’évolution n’a pas été la même sur la Grande Terre qu’aux îles Loyauté, il est probable néanmoins qu’entre le milieu du Ier millénaire et le milieu du IIe millénaire après J.-C., la limitation des terres cultivables ait engendré des périodes de tensions. La technique de cultures sur brûlis a en effet plusieurs inconvénients majeurs : elle provoque une destruction massive de l’environnement, un appauvrissement des sols et nécessite une superficie considérable, chaque jardin n’étant cultivé qu’une fois tous les dix ou quinze ans.

14Le lessivage de la majorité des sols humiphères des collines lors des fortes pluies et leur accumulation dans les vallées provoquèrent une transformation profonde de l’environnement, avec l’élargissement des plaines alluviales, l’enfouissement de mangroves et d’anciens habitats, ainsi que la disparition d’une partie des forêts. Ces sols fertiles étaient d’excellents terrains pour les cultures en plaine et furent probablement utilisés à cette fin durant le Ier millénaire après J.-C. Par contre, sur les collines des hautes vallées, l’augmentation de la population et les longues jachères tournantes entraînèrent fatalement à un moment donné des litiges sur les propriétés foncières. Il est possible que ce soit cette nécessité de bornage géographique qui a entraîné la prolifération d’une partie des pétroglyphes sur la Grande Terre.

4. Exemple de tarodières fossiles de la région du col des Roussettes (Bourail) (photo C. Sand).

15Un des moyens de limiter les longues jachères était de retenir les sols horticoles des collines et donc d’édifier des terrasses. L’origine des cultures en terrasses en Océanie reste encore débattue et les données calédoniennes n’apportent pour le moment rien au débat entre l’hypothèse d’une réinvention locale et celle d’une origine asiatique (Kirch & Lepowsky 1993), sauf à indiquer que dans la région de Houaïlou, ce seraient les ancêtres, les panyamanya, qui auraient appris à la population la technique des tarodières (Leenhardt 1930 : 112). En effet, sur la Grande Terre, la majorité des cultures en terrasses furent réservées à la culture du taro d’eau Colocasia, sur le même principe technique que les terrasses de rizières. D’après la seule datation actuellement disponible, les premières terrasses de la région du col de la Pirogue, dans le sud-ouest de la Grande Terre, furent édifiées autour de 800 ans après J.-C., dans une zone particulièrement favorable (Sand 1994b). Au cours des siècles, cette technique horticole fut développée à un tel point qu’à l’arrivée des Européens, une grande partie des basses collines de la Grande Terre étaient couvertes de terrasses, qui peuvent se compter en centaines de milliers (fig. 4). Sur la seule commune de Païta, la superficie de ces structures fossiles dépasse 1 100 hectares sur environ 15 km de flanc de colline à l’avant de la zone de péridotites. Trois autres datations de la région de Saint-Laurent au col de la Pirogue indiquent que les terrasses construites dans des environnements moins propices, comme les hauts de collines, ne furent édifiées que durant les derniers siècles qui précédèrent les premiers contacts avec les navigateurs européens (Sand 1994b).

5. Photo aérienne de la basse vallée de la Tiwaka (photo ign).

16Si les structures en terrasse sont actuellement les ensembles horticoles les mieux connus, il faut également noter l’aménagement de nombreuses structures horticoles en plaine. Dans certaines vallées de la côte est, l’ensemble de la plaine est sculpté de longs billons horticoles surélevés, pouvant mesurer 1,5 m de haut, 10 m de large et plus de 100 m de long, dont une partie a dû être utilisée pour les cultures d’ignames (fig. 5). Ces structures sont également présentes dans de nombreux fonds de talweg. La présence de ce type d’aménagement est l’illustration d’une intensification majeure de l’occupation de l’espace insulaire, parfois presque jusqu’à la saturation. L’édification des billons surélevés traduit également une volonté de limitation de jachères par l’accumulation des sols fertiles, nécessitant en contrepartie un travail physique bien plus important.

17Il reste à noter d’autres structures construites, comme la présence de multiples ensembles de murets empierrés de retenue de terre – pouvant dépasser deux mètres de hauteur – dans les vallées encaissées de la côte est. Sur l’étroite côte sud-est de la région de Touaourou (Yaté), les populations avaient édifié des barrages de déviation des creeks pouvant mesurer plus de 100 m de long, 20 m de large et 4 m de haut, probablement afin d’assécher des marécages en bord de mer (Sand & Ouetcho 1992). Ces terrains sont encore aujourd’hui utilisés pour les cultures vivrières. Enfin, à Ouvéa, on note la présence d’énormes fosses pour la cultures du taro d’eau Colocasia. Ces fosses, qui peuvent avoir une superficie de plusieurs hectares, ont été réalisées en vidant le sable sur plusieurs mètres de profondeur afin de rejoindre la lentille d’eau, dans laquelle a été fabriqué artificiellement un compost. Cela implique le déplacement de millions de mètres cubes de sable, ce qui représente encore une fois un travail physique important (Sand 1995).

La multiplicité des sites d’habitat

18Si les ensembles horticoles, en particulier les terrasses de tarodières et les billons surélevés, sont les témoins les plus visibles d’une occupation préeuropéenne intensive de l’espace, il apparaît que l’étude des sites d’habitats peut être une autre source de données, qu’il faudra développer dans l’avenir. L’étude menée dans la région de la haute et de la basse Tiwaka (centre-nord) a permis de cartographier plusieurs dizaines de sites d’habitat, caractérisés par des alignements de tertres de cases surélevés pouvant avoisiner deux mètres de haut (Sand & Ouetcho 1993a). Ce sites sont répartis aussi bien sur les lignes de crête que dans les talwegs ou dans les bas de collines. La réalisation des plans a permis de montrer la grande variété des organisations spatiales des sites (fig. 6), ainsi que le nombre considérable d’anciens habitats présents dans le paysage archéologique. Les prospections menées dans différentes vallées de la Grande Terre (Guillaud & Forestier 1996 ; Sand 1997a) indiquent que ces sites d’habitat sont bien plus nombreux que le chiffre de 2 368 villages relevé lors de la réforme foncière à la fin des années 1970 (Roux 1990). Certains sites comportent plus de cent tertres de cases et devaient regrouper une population relativement nombreuse.

6. Exemple de variété des formes d’habitat avec allée centrale dans la haute vallée de la Tiwaka (Sand 1997a).

19Seuls deux sites de la haute Tiwaka ont été pour le moment datés, respectivement autour de 1350 après J.-C. et 1405 après J.-C. (Sand & Ouetcho 1993a). Ces résultats indiquent qu’avant le xve siècle, l’homme avait achevé son installation permanente dans le centre de la chaîne. Il y avait multiplié les habitats tout en aménageant des espaces horticoles sur la grande majorité des sols utilisables. Sur le site ETO046 de Bounou, au pied du mont Kunten, les habitants avaient même édifié leurs tertres de cases dans le sol latéritique, afin de réserver la majorité des terrains fertiles pour les cultures horticoles.

Occupation de l’espace et systèmes sociopolitiques à la veille du premier contact

20Cette multiplication des sites d’habitat complexes en tertres, associée à la présence de nombreuses structures horticoles permanentes, indique une pérennisation de la plupart des groupes sur leur espace géographique – ce que J. Barrau (1956) a joliment appelé « la sédentarité agricole » – et non la présence de petits groupes de populations en déplacements constants. Cette sédentarité est également démontrée par l’utilisation pluriséculaire des sites funéraires.

21Si le Ier millénaire après J.-C. a dû être une période de tensions politiques et d’évolutions sociales majeures, l’étendue des structures horticoles sur la Grande Terre semble indiquer que durant le IIe millénaire après J.-C., les sociétés avaient trouvé un équilibre politique relatif, qui leur permettait de mettre une énergie considérable dans les structures horticoles sans perpétuellement craindre leur destruction par des voisins. Peut-on tenter à partir de ces données de définir quel était ce système ? Cela nécessiterait une relecture des documents ethnographiques en relation avec les travaux archéologiques. Il apparaît, d’après le paysage archéologique observable, que ce système devait être plus structuré, avec des hiérarchies plus apparentes englobant des territoires plus vastes. Il permettait de définir le rôle de chacun et de coordonner les différentes grandes étapes de la vie sociale, entre les groupes responsables des activités horticoles, des activités liées à la pêche, etc. Dans les textes anciens apparaît également l’importance quantitative des surplus horticoles, cultivés en prévision des échanges coutumiers. La mise en place d’un système hiérarchisé où le « chef », personnage sacré matérialisant le calendrier horticole, était conçu comme garant des positions acquises, permettait d’éviter une grande partie des tensions, en particulier en ritualisant les guerres et en plaçant l’étranger en haut de l’échelle politique apparente.

7. Présentation traditionnelle de la courbe démographique de la population kanak (xixe-xxe siècle) (doc. CTRDP).

22Cette hypothèse d’un système politique hiérarchisé souple tout en étant extrêmement complexe dans les relations à la propriété foncière, fonctionnant sur un schéma différent des ensembles pyramidaux polynésiens, reste à être mieux définie par des analyses futures, en particulier par l’apport des analyses anthropologiques.

Réévaluation de l’importance numérique de la population autochtone à l’arrivée de James Cook

23Cette reconstitution d’une occupation humaine préeuropéenne relativement intensive de la Nouvelle-Calédonie est en profond décalage avec l’image habituelle de la société kanak préhistorique, présentée comme démographiquement peu importante et formée de petits groupes mobiles (Guiart 1983). J. Guiart estime ainsi « quelque peu aventurée » l’hypothèse selon laquelle « autrefois la Nouvelle-Calédonie devait être beaucoup plus peuplée qu’à présent », car : « Chaque clan dispose en effet d’un ou plusieurs systèmes de tarodières et peut se déplacer de l’un à l’autre toutes les deux ou trois décades » (Glaumont 1953 : 31). J.-P. Doumenge résume cette vision en indiquant, dans une article de synthèse, que « la densité de population était très faible et l’habitat distendu » (Doumenge 1994 : 66).

24Les différentes évaluations démographiques couramment acceptées actuellement pour la Nouvelle-Calédonie à la période de contact se situent dans une fourchette allant de 40 000 personnes (Shineberg 1983) à 80 000 personnes (Rallu 1989) (fig. 7). Les premiers écrits font apparaître, là où les Européens s’installent, une population encore nombreuse et en proie à une chute démographique. Cette chute se ralentit dans les années 1880, alors que l’administration coloniale commence à envisager un premier recensement officiel. D’après les données historiques, « la Nouvelle-Calédonie serait un cas de dépopulation parmi les moins importants du Pacifique » (Rallu 1990 : 280), avec une chute d’environ 40 %.

25Ce qui caractérise la première période de relations entre le monde occidental et la Nouvelle-Calédonie avant sa prise de possession par la France en 1853, c’est sa longueur, soit plus de soixante-quinze ans. De nombreux auteurs ont présenté cette première période comme marquée par des contacts très espacés, sans influence sur la société autochtone avant les années 1840. Mais les nouvelles études historiques viennent en contradiction avec ces écrits pour montrer que, lors de la prise de possession en 1853, les côtes de la Nouvelle-Calédonie sont utilisées depuis des décennies par les bateaux européens comme zones de relâche (Sand 1995). Dès la fin du xviiie siècle, les autochtones de certaines zones de touchers réguliers, comme Balade, ont une parfaite connaissance des armes à feu (Brou 1979 : 47). Les échanges de hachettes, de bouteilles en verre et, probablement, de marmites en fonte par exemple, ont dû influer sur certains aspects du mode de vie de précontact. Des marins, baleiniers ou santaliers ont dû rester à terre, des autochtones ont dû être recrutés en complément sur des navires, des cycles d’échanges et de réciprocité se sont mis en place. Le contact rapproché entre les deux « ethnies » a été régulier.

26Ces premiers contacts ont-ils permis l’introduction de maladies contre lesquelles la population autochtone n’était pas immunisée ? Ce n’est pas historiquement prouvé car, entre 1774 et 1840, il y a une absence quasi totale de témoignages historiques écrits comparables à ceux connus pour Fidji ou la Polynésie (où la chute démographique dépasse 80 % de la population sur un siècle) (Stannard 1989). Cela a amené un certain nombre de chercheurs à envisager que la chute démographique de la population autochtone a été ici peu marquée avant les années 1850 :

Il est difficile d’évaluer la population ancienne de la Nouvelle-Calédonie à beaucoup plus qu’une centaine de milliers d’habitants (Guiart 1956 : 30).
La moins forte densité de population et sa dispersion ont [...] réduit l’importance des maladies (Rallu 1990 : 280).

27Force est de constater que cette vision de l’occupation de l’espace insulaire n’est pas conforme aux données des inventaires archéologiques. Ceux-ci font apparaître une occupation intensive de toutes les zones cultivables, en particulier sur la Grande Terre. Tenter une extrapolation des concentrations de population sur l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie semble actuellement impossible, car cela nécessiterait de disposer d’une première carte archéologique raisonnablement bien documentée, ce qui demandera encore des années de recherche de terrain (Sand 1994a). Seules des études localisées peuvent être, pour le moment, proposées. Le premier inventaire archéologique de la région de Païta (Sand 1994b) permet d’envisager la possibilité de la présence de plus de 8 000 personnes en relation avec les 1 100 hectares de tarodières irriguées cartographiées (Sand 1995), soit environ dix fois plus d’habitants que ne l’indiquent les évaluations de J. Guiart (1963 : 267-268). Pourtant, en 1855, d’après les premières observations de militaires français, « la côte ouest est très peu peuplée » (Dauphiné 1989 : 52).

28Ces comparaisons entre différentes sources aboutissent à une situation paradoxale. D’une part, les études historiques indiquent que la démographie autochtone a été touchée par des bouleversements avant les premiers recensements de la fin du xixe siècle, mais sans les chiffrer avant 1862 (Kasarhérou 1992). D’autre part, certains documents historiques européens semblent indiquer que, en Nouvelle-Calédonie comme partout ailleurs dans le Pacifique, le début de la chute démographique a suivi de près les premières rencontres et est même, parfois, consécutif au premier contact (Sand 2000). Enfin, la vue courante sur la société kanak préeuropéenne décrit celle-ci comme composée d’une population peu nombreuse, divisée en groupes politiques restreints et indépendants, ayant une grande mobilité :

Compte tenu du caractère itinérant de la mise en valeur, les groupes avaient tendance à se démultiplier à l’extrême pour mieux contrôler leur avoir foncier, d’où un habitat traditionnel dispersé en une multitude de petits hameaux. Et, comme tout terroir était à la fois le domaine des vivants et des morts, tout lignage avait nécessité de changer de résidence à chaque génération, lors du décès de son chef. La mobilité des hommes était donc induite, non seulement par des obligations horticoles, mais plus encore par des croyances religieuses (culte des ancêtres) (Doumenge 1994 : 67).

29Face à ces contradictions, l’archéologie est en mesure de permettre une analyse, sur le terrain, des différentes hypothèses. Aucun des arguments mis en avant par des auteurs tels que N. Mc Arthur, dans des ouvrages et des articles qui font autorité, pour expliquer une faible densité de population – malaria, cannibalisme, infanticide, guerres (Mc Arthur 1968, 1974 ; Mc Arthur et al. 1976) – ne peut être pris en compte, sans réserves, pour la Nouvelle-Calédonie (Sand 1995 ; 2000). Cela n’est d’ailleurs pas le cas de ce seul archipel (Rallu 1990 ; Spriggs 1981). Les premiers Européens à parcourir la Grande Terre furent émerveillés par la qualité des jardins horticoles, les capacités d’utilisation rationnelle de l’espace et la taille phénoménale de certains aménagements réalisés par la population autochtone. Ces structures horticoles, très développées comme les anciennes tarodières en terrasses, ont dû être construites en réponse à de multiples facteurs : un de ces facteurs a dû être la pression démographique, comme dans les autres archipels du Pacifique (Kirch 1994). Le nombre impressionnant de sites d’habitat présents sur la Grande Terre a été signalé ci-dessus, ainsi que l’existence de structures en pierre comme les ensembles empierrés de la région de Touaourou. Ces exemples de la variété des sites archéologiques montrent que nous sommes face à un environnement insulaire adapté aux contraintes des sociétés humaines, qui ont posé leur marque culturelle jusqu’au fond des vallées et au sommet des lignes de crêtes. Même dans des zones aujourd’hui désertiques de l’extrême nord, a été noté un nombre abondant d’anciens sites d’habitat (Maitre 1980 ; Roux 1990) et de cultures horticoles (Galipaud 1988 : 59 ; Roux 1990).

30Cela permet de tester l’estimation d’environ 40 000 personnes pour la Grande Terre. Saussol (1981) a calculé que sur les 1 657 835 hectares de l’île, 560 000 hectares formaient en 1939 l’espace rural européen, réparti sur ce qui est considéré comme les meilleurs sols. Cette évaluation est proche de celle proposée par J.-P. Doumenge (1994 : 82) pour « l’espace humanisé précolonial », soit environ 600 000 hectares. Avec cette éventualité de population basse, on aboutit à environ sept personnes par kilomètre carré, soit quatorze hectares par personne, femme, enfant et vieillard compris. Cette densité de population est sans commune mesure avec le paysage archéologique et indique qu’il est impératif de réévaluer le chiffre de la population de précontact. Cela incite à envisager la possibilité de chutes démographiques importantes entre les premiers contacts (après 1774) et la prise de possession française en 1853. Les épidémies décrites par les premiers teachers et les missionnaires dans les années 1840 ne seraient que la suite de dizaines d’années d’hécatombes dues à la dysenterie, à la phtisie, aux oreillons, pour ne citer que ces affections. A l’île des Pins, la propagation d’une épidémie en 1842, à la suite des visites des santaliers, avait entraîné l’attaque du navire Star et le massacre de tout l’équipage :

Les femmes et les enfants moururent aussi, et toute l’île n’était que puanteur, parce que personne n’avait été enterré. De toute façon qui pouvait creuser les fosses ? Et qui pouvait transporter les cadavres ? Qui était en état de marcher ? Ceux qui restaient en vie essayèrent d’enterrer leurs morts mais la mort les saisit aussi. Ainsi les morts furent abandonnés, et le sol empesta. Les gens laissèrent tout et ne firent rien du tout (Ta’unga 1980 : 74).

Discussion

31Au-delà de la démarche archéologique, se pose nécessairement la question de concilier cette population nombreuse à l’arrivée de J. Cook et ses caractéristiques sociales avec l’image que l’on se fait habituellement de la société kanak préhistorique (Guiart 1983 : 33-37 ; Bensa 1990 : 13-48). Les recherches archéologiques en Océanie montrent qu’il y a eu, au cours de la chronologie préhistorique, des évolutions et des transformations socioculturelles dans chaque archipel. Comme le dit P.V. Kirch (1990) pour Hawaii :

Beaucoup des travaux théoriques sur les royaumes hawaïens, d’inspiration très ethnographique, privilégient de fait la synchronie. C’est seulement dans la dernière décennie environ que les archéologues ont commencé à débattre explicitement des problèmes de changement sociopolitique à Hawaii (notre traduction).

32En Nouvelle-Calédonie, le manque de recherches archéologiques, induisant un manque de données chronologiques, n’a pas permis de faire, sur le long terme, une analyse diachronique des causes d’évolution des sociétés de l’archipel. Les systèmes sociaux sont étudiés de façon synchronique, les mythes d’origine servant de fondement à une organisation qui n’évolue pratiquement pas. Pourtant, des évolutions se sont produites. Il paraît donc aujourd’hui essentiel de prendre en compte des transformations progressives des systèmes sociaux durant les presque trois mille ans de la préhistoire néo-calédonienne. Ces transformations sont jalonnées de phases de transition plus ou moins marquées. Dans cette perspective, l’extension considérable des ensembles de cultures horticoles a dû entraîner une certaine forme de hiérarchie. P.V. Kirch (1994) a récemment tenté une synthèse sur les évolutions des techniques horticoles de Polynésie, en montrant combien l’intensification horticole était liée à de multiples facteurs, aussi bien démographiques que socioculturels. Comme le dit D. Yen (1973 : 81) :

La propension au changement doit être largement dépendante de l’environnement social, étant entendu qu’elle est essentiellement fondée sur les chiffres de population et leur transformation (notre traduction).

33La construction d’une partie des ensembles horticoles, dans certaines régions de la Grande Terre, a donc également pu être liée à une évolution socioculturelle, ainsi peut-être qu’à une recherche de surproduction, résultant de la compétition entre différents groupes, avec un système social hiérarchisé. Ce type d’organisation sociale a pu lui-même évoluer au cours des siècles et s’être transformé avant l’arrivée des Européens.

34Dans d’autres archipels comme les îles Samoa, par exemple, les archéologues (Holmer 1976, 1980 ; Jennings, Holmer & Jackmond 1982) ont montré combien la différence entre les données archéologiques sur la société de précontact et les données historiques sur la société traditionnelle était importante (Davidson 1969). Comme le dit C. Gosden (1987 : 446) :

Le contact avec les Européens apporta des changements drastiques dans la société polynésienne. En effet, les évaluations récentes révèlent un état de la société profondément transformée depuis l’époque d’avant les contacts ; dès lors, les tentatives de description des communautés préhistoriques faites à la lumière des situations récentes paraissent bien suspectes (notre traduction).

35Cette remarque peut être appliquée à la Nouvelle-Calédonie : la formation de groupes nucléarisés, entraînant un nivellement important des hiérarchies, peut, sur la Grande Terre, avoir été consécutive à la première période de contacts avec les Européens, entre 1774 et le milieu du xixe siècle. Cela expliquerait le fait que la société décrite ethnographiquement (Guiart 1983 : 33-37) est éloignée du paysage archéologique.

36Les données sur lesquelles s’appuient les reconstitutions de la société kanak ancienne sont partiellement tronquées : ce que les Kanak ont transmis est, en partie, le fonctionnement d’une société déstabilisée, ébranlée par un mal contre lequel elle était incapable de se défendre et en cours de recomposition. Quand sont réalisés les premiers inventaires généalogiques sur l’ensemble du Territoire, à partir de 1946, quasiment sept générations ont passé depuis le premier accostage de Cook. Cela a entraîné, durant un siècle et demi, une profonde crise interne de la société, consécutive aux épidémies et à la colonisation. Les bouleversements incalculables qui ont dû affecter les groupes sociaux n’ont permis la survivance que d’une part de la « réalité » de précontact. La majorité des clans ont disparu, emportant leurs traditions, sans qu’il soit possible de reconstituer aujourd’hui leur histoire. Devant ce vide humain de plus en plus visible, les survivants ont eu tout loisir d’agrandir leur espace politique, de se déplacer de terrain en terrain, ce qui n’était pas possible quand la densité de population était plus forte. Certains sont devenus semi-nomades, abandonnant un lieu de culture pour un autre au premier signe de baisse de la fertilité du sol et/ou de présence d’une maladie virale. Pour maintenir leur équilibre, ils ont dû recomposer un certain nombre de situations politiques, certains groupes s’attribuant, par la force, le pouvoir, en parallèle à un effondrement de toute une partie des hiérarchies sociales. Et c’est cette société en crise que les militaires français ont face à eux à partir de 1853.

37L’enfermement des Kanak dans les réserves à partir des années 1860 engendre la transmission d’une tradition orale souvent sans contact physique avec les anciennes propriétés foncières. Durant ces années de baisses démographiques attestées par les documents historiques, cette tradition transmet une image de la société précoloniale, société qui s’est transformée par rapport à la période de précontact.

Conclusion

38Le présent texte avait pour but de présenter une vision de l’occupation de l’espace insulaire et de la chronologie préhistorique de l’archipel néo-calédonien telles qu’elles peuvent être reconstituées à travers l’archéologie. Les différentes hypothèses présentées ici demandent à être approfondies et seront critiquées. Ainsi, en conclusion, afin d’ouvrir le débat, nous voudrions proposer deux pistes de réflexion sur les modalités d’une recherche multidisciplinaire associant les archéologues, les ethnologues, les historiens et les porteurs de la parole kanak, pour une meilleure approche de la société autochtone préeuropéenne et précoloniale. En effet, les études et les discussions sur les évolutions socioculturelles de la population kanak durant la préhistoire de la Nouvelle-Calédonie font actuellement complètement défaut. Toute tentative réalisée uniquement par des archéo logues butera sur des aspects anthropologiques qui demandent à être analysés par des gens formés dans cette discipline. Néanmoins, il nous apparaît que tant que l’idée d’une population démographiquement plus importante avant 1774 ne sera pas prise en compte, induisant une transformation des fonctionnements de la société kanak durant le xixe siècle, l’avancée des hypothèses sera limitée.

39Il est aujourd’hui accepté de façon générale que les récits de mouvements de groupes kanak dans l’espace insulaire ont un caractère historique et chronologique. Il nous semble que c’est à partir de ces textes de traditions orales que doivent démarrer des programmes multidisciplinaires, afin de tenter de replacer les sites, les noms et les récits dans une trame chronologique. Cette démarche devrait alors ouvrir d’autres pistes d’analyse qui n’apparaissent pas encore clairement, en montrant peut-être que toute une partie des circulations identifiées dans le discours sont restreintes au demi-siècle avant la prise de possession. Un travail sur ce thème a été réalisé il y a quelques années à Hawaii (Kirch & Sahlins 1992) avec des résultats très intéressants.

40La seconde piste complémentaire qu’il nous semblerait utile de développer dans le cadre d’une recherche multidisciplinaire serait de lier une analyse archéologique sur un ensemble spatial cohérent (associant relevés cartographiques et fouilles) avec le discours oral sur l’occupation de l’espace et l’analyse anthropologique sur les fonctionnements sociaux. Cette démarche permettrait enfin de mieux saisir le terroir kanak dans ses différents aspects, autorisant ainsi, à partir de données quantifiables, une tentative de reconstitution des fonctionnements de la société et de leurs évolutions. Il y a là du travail pour plusieurs générations de chercheurs en quête de sujets de terrain.

Bibliographie

Références bibliographiques

Balouet, J.-C. & S.L. Olson. 1989. Fossil Birds from Late Quaternary Deposits in New Caledonia, Washington D.C.), Smisthonian Institution Press, « Smisthonian Contributions to Zoology », 469.

Barrau, J. 1956. L’agriculture vivrière autochtone de la Nouvelle-Calédonie, précédé de : J. Guiart, L’organisation sociale et coutumière de la population autochtone, Nouméa, Commission du Pacifique Sud, « Documents techniques », no 87.

Bensa, A. 1990. Nouvelle-Calédonie, un paradis dans la tourmente, Paris, Gallimard (2e édition révisée et augmentée : Nouvelle-Calédonie, vers l’émancipation, 1998).

Brou, B. 1979. « Contact de pré-acculturation en Nouvelle-Calédonie, 17741853 », Bulletin de la Société d’études historiques de la Nouvelle-Calédonie,no 39, pp. 45-58.

Dauphiné, J. 1989. Les spoliations foncières en Nouvelle-Calédonie (18531913), Paris, L’Harmattan.

Davidson, J.M. 1969. « Settlement Patterns in Samoa before 1840 », Journal of the Polynesian Society, vol. 78, no 1, pp. 44-82.

– 1984. The Prehistory of New Zealand, Auckland, Longman Paul Limited.

Doumenge, J.-P. 1994. « La Nouvelle-Calédonie au plan humain. Approche géographique et historique des réalités culturelles, démographiques, économiques et politiques », in Géo-Pacifique des espaces français, ctrdp Nouvelle-Calédonie/Université française du Pacifique, pp. 63-105.

Dubois, M.-J. 1975. Mythes et traditions de Maré, Nouvelle-Calédonie. Les Eletok, Paris, Publications de la Société des Océanistes, no 35.

Dye, T. 1987. « Comment in P.V. Kirch & R.C. Green “History, Phylogeny, and Evolution in Polynesia” », Current Anthropology, vol. 28, no 4, pp. 445-446.

Galipaud, J.-C. 1988. La poterie préhistorique néo-calédonienne et ses implications dans l’étude du processus de peuplement du Pacifique occidental, thèse de doctorat, 2 vol. , Paris, Université Paris I.

Glaumont, G. 1897 (1953). « La culture de l’igname et du taro en Nouvelle-Calédonie. Travaux gigantesques des indigènes », L’Anthropologie, t. VIII, nos 42-50 (publié de nouveau dans Études mélanésiennes, Nouméa, 1953, no 7, pp. 25-34).

Gosden, C. 1987. « Comment in P.V. Kirch & R.C. Green “History, Phylogeny, and Evolution in Polynesia” », Current Anthropology, vol. 28, no 4, pp. 446-447.

Green, R.C. 1997. « Linguistic, Biological, and Cultural Origins of the Initial Inhabitants of Remote Oceania », New Zealand Journal of Archaeology, vol. 17, pp. 5-27.

Guiart, J. 1956. « L’organisation sociale et coutumière de la population autochtone de la Nouvelle-Calédonie », in J. Barrau, L’agriculture vivrière et autochtone de la Nouvelle-Calédonie, Nouméa, Commission du Pacifique Sud, « Documents techniques », no 87, pp. 2-43.

– 1963. Structure de la chefferie en Mélanésie du Sud, Paris, musée de l’Homme, Institut d’ethnologie, « Travaux et mémoires de l’Institut d’ethnologie », LXVI (2e éd. remaniée et augmentée : La chefferie en Mélanésie, vol. I, 1992).

– 1983. La terre est le sang des morts. La confrontation entre Blancs et Noirs dans le Pacifique Sud français, Paris, Anthropos. Guillaud, D. & H. Forestier. 1996. Les hameaux des Karst, rapport d’activité, Nouméa, orstom.

Hayden, B. 1983. « Social Characteristics of Early Austronesian Colonisers », Bulletin of the Indo-Pacific Prehistory Association, Canberra, no 4, pp. 123-134.

Herda, P. 1988. The Transformation of the Traditional Tongan Polity. A Genealogical Consideration of Tonga’s Past, unpublished PhD thesis, Canberra, The Australian National University.

Holmer, R.N. 1976. « Mt. Olo Settlement Pattern Interpretation (section 5) », in Excavation on Upolu, Western Samoa, Honolulu, Pacific Anthropological Records, no 25, pp. 41-56.

– 1980. « Mt. Olo Archaeological Site Survey », in J.J. Jennings & R. Holmer (éds), Archaological Excavations in Western Samoa, Honolulu, Pacific Anthropological Records, no 32, pp. 11-20.

Jennings, J.D., R.N. Holmer & R. Jackmond. 1982. « Samoan Village Patterns: Four Examples », Journal of the Polynesian Society, vol. 91, no 1, pp. 81-102.

Kasarhérou, C. 1992. Histoire démographique de la population mélanésienne de la Nouvelle-Calédonie entre 1840 et 1950, thèse de doctorat, Université Paris I.

Kirch, P.V. 1984. The Evolution of the Polynesian Chiefdoms, Cambridge, Cambridge University Press, « New Studies in Archaeology ».

– 1985. Feathered Gods and Fishhooks. An introduction to Hawaiian Archaeology and Prehistory, Honolulu, University of Hawaii Press.

– 1990. « The Evolution of Sociopolitical Complexity in Prehistoric Hawaii. An Assessment of the Archaological Evidence », Journal of World Prehistory, 4 (3), pp. 311-345.

– 1994. The Wet and the Dry. Irrigation and Agricultural Intensification in Polynesia, Chicago-London, The University of Chicago Press.

Kirch, P.V. & D. Lepowsky. 1993. « Polynesian Irrigation. Archaeological and Linguistic Evidence for Origins and Development », Asian Perspectives, no 32, pp. 183-204.

Kirch, P.V. & M.D. Sahlins. 1992. Anahulu. The Anthropology of History in the Kingdom of Hawaii, Chicago, University of Chicago Press.

Leenhardt, M. 1930. Notes d’ethnologie néo-calédonienne, Paris, musée de l’Homme, Institut d’ethnologie, « Travaux et mémoires de l’Institut d’ethnologie », VIII.

– 1937. Gens de la Grande Terre (Nouvelle-Calédonie), Paris, Gallimard (republié en version augmentée en 1953).

Lichtenberg, F. 1986. « Leadership in Proto-Oceanic Society. Linguistic Evidence », Journal of the Polynesian Society, vol. 95, no 3, pp. 341-356.

Maitre, J.-P. 1980. « Premier inventaire archéologique de Nouvelle-Calédonie septentrionale », Journal de la Société des Océanistes, vol. XXXVI, nos 66-67, pp. 11-16.

Mc Arthur, N. 1968. Island Populations of the Pacific, Canberra, Australian National University Press.

– 1974. Population and Prehistory : the Late Phase on Aneityum, unpublished PhD thesis, Canberra, The Australian National University.

Mc Arthur, N., I.W. Saunders & R.L. Tweedie. 1976. « Small Populations Isolates. A Micro-Simulation Study », Journal of the Polynesian Society, vol. 85, no 3, pp. 307-326.

Pawley, A. & R.C. Green. 1984. « The Proto-Oceanic Language Community », Journal of Pacific History, vol. 19, nos 3-4, pp. 123-146.

Rallu, J.-L. 1989. « Position de thèse », Journal de la Société des Océanistes, nos 88-89, pp. 129-132.

– 1990. Les populations océaniennes aux xixe et xxe siècles, Paris, Presses universitaires de France/INED, « Travaux et Documents », no 128.

Roux, J.-C. 1990. « Traditional Melanesian Agriculture in New Caledonia and Pre-contact Population Distribution », in D. Yen & J.M.J. Mummery (éds), Pacific Production Systems, Canberra, The Australian National University, « Occasional Papers in Prehistory », no 18, pp. 161-173.

Sand, C. 1994a. Archéologie en Nouvelle-Calédonie. État des recherches au début des années 1990 et perspectives d’avenir, Nouméa, adck/ctrdp.

– 1994b. Entre mer et montagne. Inventaire archéologique de la commune de Païta (Province Sud), Nouméa, Les Cahiers de l’archéologie en Nouvelle-Calédonie, vol. 4.

– 1995. « Le temps d’avant ». La préhistoire de la Nouvelle-Calédonie. Contribution à l’étude des modalités d’adaptation et d’évolution des sociétés océaniennes dans un archipel du sud de la Mélanésie, Paris, L’Harmattan.

– 1996. « Structural Remains as Markers of Complex Societies in Southern Melanesia during Prehistory. The Case of the Monumental Forts of Maré Island (New Caledonia) », Bulletin of the Indo-Pacific Prehistory Association, no 15, pp. 37-44.

– 1997a. « Variété de l’habitat ancien en Nouvelle-Calédonie : étude de cas sur des vestiges archéologiques du centre-nord de la Grande Terre », Journal de la Société des Océanistes,no 104, pp. 39-66.

– 1997b. « The Chronology of Lapita Ware in New Caledonia », Antiquity, no 71 (273), pp. 539-547.

– 1999. « From the Swamp to the Terrace: Intensification of the Horticultural Practices in New Caledonia, from First Settlement to European Contact », in C. Gosden & J. Hather (éds), Change in Subsistence Systems. Social Theory and Biological Processes, One World Archaeology Series, pp. 252-269.

– 2000. « Reconstructing “Traditional” Kanak Society in New Caledonia: the Role of Archaeology in the Study of European Contact », in R. Torrence & A. Clarke (éds), Negotiating difference. Re-interpretation of Intercultural Encounters in Oceania, One World Archaeology Series, pp. 133-160.

Sand, C. & A. Ouetcho. 1992. Bwédé ko-trô-trèvâ varè-kè (Des rivières déviées par les ancêtres). Premier inventaire archéologique de la commune de Yaté, Province Sud de la Nouvelle-Calédonie, Nouméa, Les Cahiers de l’archéologie en Nouvelle-Calédonie, vol. 1.

– 1993a. Étude d’impact de la transversale Koné-Tiwaka sur le patrimoine archéologique, Nouméa, Les Cahiers de l’archéologie en Nouvelle-Calédonie, vol. 2.

– 1993b. Études archéologiques sur les îles Loyauté, Nouméa, Les Cahiers de l’archéologie en Nouvelle-Calédonie, vol. 3.

Saussol, A. 1981. « L’espace rural européen : cadre foncier », Atlas de la Nouvelle-Calédonie et dépendances, Paris-Nouméa, orstom, pl. 36.

Sémah, F., A.-M. Sémah & H. Forestier. 1995. « Nouvelles données sur le peuplement ancien de la Nouvelle-Calédonie : la vallée de la Koumac (Grande Terre) », Compte rendu de l’Académie des Sciences de Paris, t. 320, série IIa, pp. 539-545.

Shineberg, D. 1983. « Un nouveau regard sur la démographie historique de la Nouvelle-Calédonie », Journal de la Société des Océanistes, vol. XXXIX, no 76, pp. 33-43.

Spriggs, M. 1981. Vegetable Kingdoms. Taro Irrigation and Pacific Prehistory, unpublished PhD thesis, Canberra, The Australian National University.

Stannard, D. 1989. Before the Horror. The Population of Hawai’i on the Eve of Western Contact, Social Science Research Institute, University of Hawaii.

Stevenson, J. & J.R. Dodson. 1995. « Palaeoenvironmental Evidence for Human Settlement of New Caledonia », Archaeology in Oceania, vol. XXX, pp. 36-41.

Ta’unga. 1980. Le témoignage de Ta’unga, ou la Nouvelle-Calédonie vue par un teacher polynésien avant l’implantation européenne, documents présentés et traduits de l’anglais par G. Pisier, Nouméa, Publications de la Société d’études historiques de la Nouvelle-Calédonie, no 25.

Yen, D.E. 1973. « The Origins of Oceanic Agriculture », Archaeology and Physical Anthropology in Oceania, no 8, pp. 68-85.

Notes de fin

1 Les données archéologiques présentées dans ce texte ont été collectées depuis 1992 dans le cadre des travaux du département Archéologie du service des Musées et du Patrimoine de Nouvelle-Calédonie, grâce aussi à des crédits alloués par la Province Sud, la Province des îles Loyauté et la Province Nord, ainsi que par des crédits de la Délégation aux Affaires culturelles et de la sous-direction de l’Archéologie (ministère de la Culture, crédits afan). Les arguments exposés ici ont été développés plus en détail dans d’autres publications présentées en bibliographie. Le texte est de C. Sand.

Table des illustrations

Légende 1. Carte de la Nouvelle-Calédonie localisant les principaux sites archéologiques de l’archipel (Sand 1994a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende 2. Exemple de poterie Lapita de Nouvelle-Calédonie, décorée de motifs pointillés (collection Musée néo-calédonien, photo C. Sand).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2782/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Légende 3. Vue de l’angle intérieur nord-ouest de la structure monumentale LMA016 de Hnakudotit après restauration (photo C. Sand).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2782/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Légende 4. Exemple de tarodières fossiles de la région du col des Roussettes (Bourail) (photo C. Sand).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2782/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Légende 5. Photo aérienne de la basse vallée de la Tiwaka (photo ign).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2782/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Légende 6. Exemple de variété des formes d’habitat avec allée centrale dans la haute vallée de la Tiwaka (Sand 1997a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2782/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Légende 7. Présentation traditionnelle de la courbe démographique de la population kanak (xixe-xxe siècle) (doc. CTRDP).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2782/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 205k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable