Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En pays kanak

 | 
Alban Bensa
, 
Isabelle Leblic

Avant-propos

Octave Togna

Texte intégral

1Chercher et comprendre notre passé, c’est contribuer à faire de nous des hommes et des femmes « debout » et fiers de la parole de nos pères, essence de l’organisation de notre société et de notre vie d’aujourd’hui.

2Les nombreuses recherches faites sur les sociétés kanak, dont certaines sont présentées dans cet ouvrage, constituent l’aboutissement de nombreux échanges de cette parole si importante dans la société kanak.

3Miroir de notre visage d’hier qui traverse le temps, le regard sur notre passé doit nous aider à cimenter les fondations de cette case nouvelle qui a intégré ces matériaux nouveaux et ces techniques nouvelles.

4Cette parole et cet œil extérieur qui nous regarde sont redoutables, il nous disent des choses qui sont notre reflet.

5L’ethnologie, la linguistique, l’histoire, l’archéologie ne sont que des « bouts » de parole de notre société. Elles puisent leur fondement dans les techniques d’analyse. Mais pour être consistantes, elles ne peuvent prendre source que dans cette parole qui n’a pas de fin, car la parole est INFINIE.

6Quand nous cherchons nos racines et que nous interrogeons nos anciens, le message qu’ils nous livrent est le suivant : « Je te donne un bout de ma parole, continue ton chemin et suis les sentiers de tes pères, et à chaque étape tu trouveras réponses à tes interrogations. »

7Cet ouvrage est l’aboutissement de longs palabres, du respect et du retour de la parole donnée à tous ceux et celles qui ont accepté de la partager pour que continue à vivre la culture kanak, riche de son passé et ouverte sur son avenir.

8Que soient ici remerciés tous les chercheurs qui parcourent le monde et en particulier les auteurs de cet ouvrage qui, par leur engagement, nous aident à mieux comprendre les sociétés dans lesquelles nous vivons.

Auteur

Directeur général de l’Agence pour le développement de la culture kanak et du Centre culturel Tjibaou Nouméa, mai 1999

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540