Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En son jardin

 | 
Martine Bergues

I. Jardins paysans

5. « Tenir les fleurs »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Faire les fleurs » ne s’entend pas sans un ensemble de règles, implicites et communes à la communauté villageoise ou élargie.

« Sales herbes »

Là, c’est le devant de porte, avec quelques fleurs flétries − je les arrose bien mais l’eau est tellement chère. Mais enfin, il vaut mieux qu’il y ait quelques fleurs que non pas de la mauvaise herbe, même qu’elles soient pas bien belles.

Des fleurs plutôt que de « la mauvaise » ou « sale » herbe, des orties ou des ronces, la fleur est ornementale par contraire1. Même si une sorte de réserve empêche toujours la jardinière de reconnaître la beauté de son jardin, sauf celle d’un végétal précis, la présence des fleurs toujours se justifie en opposition à la friche, borne à laquelle se heurte le geste paysan. Peut-être la fleur représente-t-elle une sorte de luxe par rapport à la friche. Mais elle partage avec elle une certaine inutilité, à l’inverse de la céréale ou de la plante potagère. Parfois, dite « sauvage », elle partage en quelque sorte u...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540